Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et asexualité

Sexualités
#
Profil

MrP

le samedi 31 mars 2018 à 10h59

Bonjour à toutes et à tous.

Je viens ici en quête de réponses et témoignages sur ma situation assez particulière qui arrive à mon couple et moi depuis quelques semaines.

Je vais vous raconter notre histoire.
Ma compagne, M., Et moi même, P, sommes ensemble depuis bientôt 10 ans.

Tout se passe bien, avec une petite ombre au tableau : cela fait bientôt 7 ans que nous n'avons plus de vie sexuelle active. En gros à part quelques préliminaire d'elle vers moi, il n'y a plus rien d'autre.

M. se considèrait donc comme asexuelle, et ça me convenait après tout, même si ce fût difficile de le comprendre et de l'accepter pendant des années.

Là où la situation devient délicate, c'est que elle a récemment commencé à dialoguer avec un homme qui lui... "Fait de l'effet" dirons nous.
Elle m'a donc avoué être poly-amoureuse depuis toujours (pour preuve le début de notre relation était à 3 sans que je le sache vraiment), et qu'elle s'était retenue de tomber amoureuse pendant 7 ans, ce qui a peut-être généré cette absence de libido.

J'ai accepté au final qu'elle aille voir cet homme, et qu'elle se "fasse plaisir" dans ce qu'elle veut faire avec lui. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir eu avec moi une adolescente aux hormones en feu durant quelques jours avant son départ.

Là où je bloque, c'est... Pourquoi ? Pourquoi avec lui quelque chose s'est réveillé ? Est-ce que cela va relancer une vie sexuelle pour nous aussi ?

Dans notre mécanique de couple, je suis le dominé et elle la dominante. Elle aime avoir le pouvoir dans le lit, c'est comme ça qu'elle prends (prenait) son pied. Avec cet homme, c'est une relation inversée, elle est la dominée.

Donc, ma question est la suivante :
Est-ce que l'un d'entre vous a déjà vécu une situation comme ça ? Une absence de sexe total avec un partenaire mais un amour toujours aussi grand ? Le fait d'avoir accepté est pour elle une énorme preuve de l'amour que je lui porte, mais est-ce la bonne solution ?

Merci à vous pour la lecture de ce texte un peu décousu, et au plaisir de lire vos réponses.

#
Profil

artichaut

le samedi 31 mars 2018 à 12h29

Bienvenue ici MrP.

MrP
Dans notre mécanique de couple, je suis le dominé et elle la dominante.

Ouh là. T'y va fort en besogne. Si la mécanique de couple et les rapports de domination se résumait au pouvoir dans le lit ça se saurait et ce serait plus simple.
Non seulement les rapports de domination sont bien plus étendus que ça. Mais de surcroit, même si dans ton cas particulier et dans certains domaines c'est Madame qui a le dessus, ça n'enlève en rien la domination sociétale (ou structurelle), et si tu es un homme-cis, ça ne fait pas disparaitre d'un coup de baguette magique tes privilèges sociétaux.
Après il peut aussi y avoir plusieurs oppressions en jeu et qui s'entrecroisent… je n'ai pas les éléments pour en jauger.

MrP
Le fait d'avoir accepté est pour elle une énorme preuve de l'amour que je lui porte, mais est-ce la bonne solution ?

Oui.
Si M n'a pas envie de partager de la sexualité. Il n'y a pas d'autre choix que de l'accepter. La sexualité ne se prend pas, elle se donne (et se partage, quand elle se donne mutuellement).
Ce n'est pas en soi "une énorme preuve de l'amour", mais plutôt c'est tout à ton honneur que cette donnée n'ai pas entaché ton amour pour elle.

Il est possible qu'elle n'ai plus envie de sexe, ou plus envie de sexe avec toi, ou seulement envie de sexe soft ou de slow sex.

La séparation que tu fais entre sexualité "active" et "préliminaires" est-elle pertinente pour elle ?

Avez-vous, par le passé et à l'époque où ces questions se sont posées, longuement discuté de consentement ? T'es tu questionné sur la différence entre sexualité masculine et féminine (d'un point de vue social) ? T'es tu demandé ce qui dans tes comportements au lit (fussent-ils "normaux" vis à vis de la société dans laquelle on vit) avait pu amener ces changements ? N'est-ce pas une manière de contrebalancer des rapports de domination dans d'autres domaines (et trouver ainsi un équilibre à votre couple) ? Je ne dis pas que c'est ça, hein. Il y a tellement de possibles. Elle peut aussi être juste asexuelle.

Il est peut-être trop tard pour faire machine arrière, et réintroduire de la sexualité "active" dans votre couple.
Mais cela-dit, oui il est possible que cette nouvelle relation ramène des choses dans votre couple. L'avenir seul le dira.

Ce qui est bon signe, en ce sens, c'est que tu dis qu'il y a encore "quelques préliminaire d'elle vers moi". Ce qui veut dire qu'elle n'a pas un rejet physique en soi pour ta personne, et peut-être grâce au fait, que tu ai accepté son asexualité, et que (c'est ce que j'entends) tu ne la sollicite plus toi-même physiquement, ce qui a sans doute permis de créer entre vous un climat de confiance.

C'est de ce climat de confiance qu'il faut partir. Si quelque chose devait renaître (mais n'en attends pas trop non plus !) ça ne serait sans doute possible que de là.
Il va falloir probablement discuter, beaucoup discuter. Ne pas te mettre dans une posture de victime ou de trop réclamer des choses.
Plutôt tenter d'accueillir avec le plus de bienveillance et d'empathie possible cet éveil nouveau de son corps, comme tu as su inversement le faire par le passé, pour le sommeil de son corps à ton endroit.

Ce sera sans doute difficile, si une sexualité moins soft renaît avec quelqu'un d'autre et pas avec toi.
Mais surtout, si c'est possible, continuez d'en parler, comme vous semblez le faire déjà.

Les "hormones en feu" ou le côté "adolescent" c'est sans doute la passion du début (NRE comme disent les anglophones).

Tant que tu restera dans la bienveillance (ce que peut-être tu appelles être "le dominé et elle la dominante" ??) il me semble qu'il sera possible pour vous d'avancer ensemble dans ces bouleversements qui ne vont pas manquer d'arriver.

#
Profil

Acajou

le samedi 31 mars 2018 à 18h52

artichaut
Ouh là. T'y va fort en besogne. Si la mécanique de couple et les rapports de domination se résumait au pouvoir dans le lit ça se saurait et ce serait plus simple.
Non seulement les rapports de domination sont bien plus étendus que ça. Mais de surcroit, même si dans ton cas particulier et dans certains domaines c'est Madame qui a le dessus, ça n'enlève en rien la domination sociétale (ou structurelle), et si tu es un homme-cis, ça ne fait pas disparaitre d'un coup de baguette magique tes privilèges sociétaux.

Il n'a pas dit que ça faisait disparaître ses autres privilèges, il parlait de son couple, et de la sexualité avec elle.

artichaut
Si M n'a pas envie de partager de la sexualité. Il n'y a pas d'autre choix que de l'accepter. La sexualité ne se prend pas, elle se donne (et se partage, quand elle se donne mutuellement).
Ce n'est pas en soi "une énorme preuve de l'amour", mais plutôt c'est tout à ton honneur que cette donnée n'ai pas entaché ton amour pour elle.

Je ne partage pas cette vision. Je pense qu'il est possible de prendre des initiatives avec son partenaire pour que ça fonctionne et attiser le désir. Pour moi c'est le minimum quand on est avec une personne.

MrP n'est pas obligé d'accepter le choix de sa partenaire, il doit la respecter à travers les actes mais il est encore libre de penser ce qu'il veut de la situation.

artichaut
Il est peut-être trop tard pour faire machine arrière, et réintroduire de la sexualité "active" dans votre couple.

Super déprimant.. Au lieu d'annoncer qu'il n'y a aucune solution, peut-être serait-il mieux d'en trouver.

@MrP Je pense que si tu dis qu'elle est dominante, à toi de renverser les rôles pour voir, essayes de la dominer. Si elle le fait, tu as aussi le droit d'aller vers une autre avec qui ça se passe bien, ça risque fort d'attiser son désir aussi.
Ou alors il faut que tu soies beaucoup plus soumis (si elle a des envies avec toi, de faciliter ses initiatives, mais pas sa passivité).

Mais le fait est que dans tous les cas, je ne vois que revoir ton positionnement vis à vis d'elle comme solution, et qu'elle en fasse de même (la logique veut que dans une relation chacun des partenaires partage les efforts de manière équitable, question difficile mais importante..).

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

mako

le dimanche 01 avril 2018 à 13h24

Bonjour MrP,

Mon histoire a des points communs avec la tienne, je me dit que tu peux avoir envie de lire mon témoignage.

Je n'ai pas forcément grand chose à te dire, vu que ta situation actuelle, je ne l'ai pas vécue. Juste que je l'accueillerais, pour ma part avec beaucoup de sympathie, et que plutôt je souhaite, pour ma partenaire, si un jour elle est prise dans ce chemin, de vivre d'autres histoires avec d'autres personnes.

Ça m'a un temps gêné, l'idée qu'elle puisse ne plus avoir envie de moi (sexuellement parlant) mais oui avec un autre. Finalement je me suis fait à cette idée. Et non je ne trouve pas ça triste. Plutôt, assez joyeux, même.

Mais je ne sais pas si ça t'aide, vu que tu n'en est pas au même point…

En tout cas "une absence de sexe total avec un partenaire mais un amour toujours aussi grand", ça oui je l'ai vécu, et le vit encore aujourd'hui.

Je te souhaite plein de courage (et de joie ?) dans l'évolution de votre relation.

mako.

#
Profil

Acajou

le dimanche 01 avril 2018 à 18h16

Ah oui et je précise, j'ai vécu ça avec mon ex, avec qui je suis resté 6 ans (en relation poly).

Il y avait des périodes où elle n'avait pas du tout envie, et surtout je me suis rendu compte qu'elle voulait toujours que l'initiative vienne des hommes, que ça soit eux qui lui donnent du plaisir. Elle m'avait beaucoup parlé du livre "Femme désirée, femme désirante", et elle ne voulait pas prendre d'initiatives. Elle ne voulait pas entendre parler de féminisme et refusait de déconstruire l'idée que l'homme initiait son plaisir. Elle était incapable de prendre du plaisir toute seule et avait toujours besoin de l'autre.
Elle avait d'ailleurs du mal à s'entendre avec les femmes (elle ne supporte pas les histoires de jalousie, de petites crasses, ou de commérages), elle trouvait les hommes plus "sains", elle disait avoir une façon de penser très masculine. Même si elle a probablement été conditionnée de manière patriarcale, elle ne souhait pas vraiment remettre en question tout ça, même en connaissance de cause.

Après elle ne souhaitait pas pour autant être maltraitée ni violentée, mais simplement que j'écoute mon plaisir, sans en rajouter, mais en tout cas sans me poser trop de questions. Moi j'avais toujours peur qu'elle vive mes désirs comme une agression, mais en fait non, quand c'est sincère, que ça vient à la fois du coeur et des trippes, quand je ne fais pas des choses qui me font culpabiliser (ça se ressent sur mes attitudes), elle le prenait bien.

Du coup c'est vraiment en m'affirmant un peu plus que les choses se sont arrangées, et que les dernières années ont été épanouissantes sexuellement, jusqu'au dernier jour (on s'est séparés pour une divergence sur la vie professionnelle et sur les passions en commun, même pas pour la sexualité).

Tout ça pour dire, dire que les hommes en dominant trop peuvent inhiber le désir des femmes, mais ce n'est pas la seule raison, avoir une attitude soumise, complètement castrée (du fait de mon éducation) cause autant de problèmes. Et la preuve étant que je culpabilisais pour des trucs dont elle ne souffrait pas.

Du coup je pense que c'est bien déjà d'y voir clair avec la/le partenaire où on se positionne pour chacun des aspects de la relation (on peut dominer pour certaines choses et pas pour d'autres), pour comprendre déjà là où ça bloque, et où sont les leviers qui permettent à chacun et chacune de prendre du plaisir, de se sentir bien.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 15h32

Personnellement, je pense que tu as fait le bon choix, MrP. Et que c'est même courageux et joli dans sa réalisation.
Permettre à ta femme de retrouver sa sexualité, c'est quand même important. Par contre, dans notre monde monogame, je ne sais si ça portera les fruits que tu attends, je l'espère pour toi.

Contrairement à ce que dit Acajou, je t'encouragerai à ne pas changer ton rapport à elle niveau sexuel. Après tout, elle est dominée avec son autre homme, et te domine, deux plaisirs différents, contradictoires. Je ne te conseillerai pas de revoir ta sexualité à son encontre sans qu'elle t'en fasse la demande, tu pourrais juste fausser complètement votre relation.
Par contre, je t'encouragerai à vivre le polyamour de ton côté aussi. Un défaut des couples monogames est que les partenaires arrêtent de se séduire au delà du début de la relation. Le résultat est que le désir s'étiole. Trouver de nouveaux partenaires permet de relancer le désir dans le couple originel. Le désir appelle le désir. Donc tu peux te retrouver avec une adolescente excitée dans les bras, ce qui n'est pas désagréable pour vous deux. Tu peux toi aussi te mettre au polyamour, et redevenir à ses yeux un homme conquérant, et donc un homme qu'elle se doit de désirer.

Mes deux centimes.

@artichaut : Ne mélange pas jeux de domination sexuelle et domination patriarcale, tu noies méchamment le discours, là.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

artichaut

le mardi 03 avril 2018 à 16h08

bidibidibidi
Ne mélange pas jeux de domination sexuelle et domination patriarcale, tu noies méchamment le discours, là.

J'ai peur qu'on détourne le fil à se lancer sur ce débat. Et je ne suis pas certain de comprendre ce que tu veux dire.
Qu'est-ce la "domination sexuelle" sinon un prolongement de la domination viriarcale(*). À moins que tu veuilles parler de domination contractualisée, du type BDSM ?
Dans le cas de figure du témoignage ci-dessus, les choses ne me semblaient pas si claires…
Et tant qu'on reste dans l'implicite, les structures sociétales ont bien souvent le champ libre. La verbalisation et la contractualisation pouvant, il me semble, permettre de les tenir à distance (sans les abolir non plus).
C'est pour ça peut-être que dans le polyamour où l'implicite tend à être remplacé par de l'explicite, du verbalisé, et du compromis, il y a peut-être plus de place pour des échanges égalitaro-équitables.

____________
* Terme proposé par Nicole-Claude Mathieu en 1985, pour remplacer partriarcat (on peut être un mâle dominant sans être père).

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 16h46

@artichaut : On va passer par MP, parce que c'est du hors sujet.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion