Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment faire ?

#
Profil

cham

le mercredi 29 septembre 2010 à 13h55

merci pour vos conseils à tous,
je m'efforce de relativiser et de montrer aussi mes émotions, ca ne sert à rien de les cacher.
J'ai vaguement des news de leur rencontre, ils ne sont pas revus depuis fin juillet date à laquelle la demoiselle avait rompu et que j'eus soutenu mon ami dans cette rupture sans m'imposer.
Le point qui me tracasse tant, à savoir est-ce qu'elle souhaite être à ma place et est-ce qu'elle a bien compris que non elle ne passerait pas en premier, n'a pas été abordé parce que 'tu comprends c'est très compliqué" et que "je te signale qu'elle n'a toujours pas répondu à la demande en mariage"... (moi je ne vois pas le rapport, elle a le droit de vivre sa vie)

Colère ou pas c'est une grosse déception, si ce n'est pas de la manipulation...d'autant plus que mon ami a beau me dire que ce qu'il m'a dit est toujours valable, il ne sait pas comment me rassurer, forcément elle nous laisse dans le flou et lui il l'accepte "elle est fragile je ne peux pas la brusquer"...et moi je dois faire avec et m'auto persuader, yuouhou !!
Désolée mais ca frise l'irrespect, je m'emporte mais bon leur facon de faire me perturbe énormément

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 29 septembre 2010 à 16h35

Je pense cham que tu dois laisser faire ton ami a son rythme, j'ai l'impression que tu veux tous tout de suite alors que dans cette situation, chacun et surtout lui, doit prendre une décision difficile...

Toi ou elle, ou vous deux mais apparemment elle ne veut pas, bref...

Les décisions difficiles cela prend du temps (c'est comme l'achat d'une maison on doit murement réfléchir avant de s'engager) c'est schématisé mais c'est certainement ce que ressent ton ami. D'un autre coté c'est son problème pas le tien, même si tu a de la compassion pour lui mais pas pour elle (ça c'est mon ressenti de tes écrits)
Tu ne doit pas te mettre dans tous tes états, sauf si vraiment tu sent que cette relation arrive a sa fin et justement a cause de cette nouvelle demoiselle.

Elle n'a toujours pas accepté son mariage avec un autre parce qu'elle n'est pas prête a se marier avec celui-ci, forcément elle se trouve confronté entre le choix de ton ami et de celui qui l'a demandé en mariage.... dans le fond tu souhaiterais qu'elle accepte ce mariage, cela faciliterais grandement ta rancoeur.....

Désolée de te brusquer, mais tous cela n'est pas ta décision, mais celle de ton ami.

#
Profil

Goffio

le mercredi 29 septembre 2010 à 18h03

Drya et Madeline : vous temperez, à l'égard de l'ami de Cham... C'est intéressant !

Tu as raison Drya, quand tu dis que je suis dur envers l'ami de Cham !!! Pourtant je t'assure, je ne suis pas une brute épaisse, plutôt même un mec câlin (lol)... Je sais pour ma part de quoi j'ai souffert, et ce à quoi je suis encore confronté à travers ma vie de famille. Cham écrit bien, elle a parfaitement décrit les symptômes névrotiques de son ami qu'elle aime profondément.. Et quand je parle de peste émotionnelle, elle semble bien intuitivement cerner la part de l'adversaire, à travers l'homme qu'elle aime et doit faire avancer.

Oui je suis dur, c'est pour son bien et leur bien à tous les 2. Parce que j'ai appris à identifier les traits de caractère des 2 femmes que j'aime, et qui m'ont chacune accusé de les aimer jusqu'à me vouloir du mal, parce que je ne savais pas me montrer exclusif et possessif, en quelque sorte... Il existe un profil névrotique, une pathologie dans l'esprit, face à l'Emotion : cela s'appelle la peste émotionnelle. Vous devriez lire Wilhelm Reich, si ce n'est déjà fait : c'est parfaitement accessible aux polyamoureux(ses), et surtout c'est grandiose !!! Il faut d'ailleurs que je prenne le temps d'y venir, dans le dernier post de Siestacorta, au sujet de la misère sexuelle...

Il y a des traits de caractère dont ceux décrits par Cham, qui demandent la plus grande fermeté pour savoir avancer efficacement, quitte à donner l'impression de tout vouloir tout-de-suite... Pour l'instant, c'est l'ami de Cham qui - lui ! - a déjà 2 nanas visiblement assez amoureuses de lui, et se comporte comme un jeune adulte gâté... Après 9 ans passés ensemble si j'ai bien tout suivi, vraiment je crois pour ma part qu'elle est largement en droit d'attendre, qu'il sache avancer maintenant !

#
Profil

Drya

le jeudi 30 septembre 2010 à 09h45

Hum, je crois qu'à force d'avoir été déçu et t'être laissé "avoir" par le chantage affectif, tu es devenu assez impartial... non?
Quand tu dis

Goffio
C'est quoi l'Amour ?
C'est savoir se prendre dans les bras en toute circonstance, et cela sans condition.

désolée, mais je ne peux pas te suivre là-dessus: on n'est pas dispo en tout temps et en toute circonstance pour donner de l'affection. Savoir faire la part des choses, ce n'est pas si simple et quand on est tracassé par des problèmes existentiels, tout est perturbé, à commencer par la capacité à donner de soi-même "librement".
Je ne veux pas dire non plus qu'il faille accepter ce prétexte pour tout laisser faire, mais on ne peut pas nier que pour bien faire, il faut aussi du temps plutôt que prendre une décision pas mûre. Trouver le bon équilibre entre la pression et la compréhension.

#
Profil

cham

le jeudi 30 septembre 2010 à 11h17

Oui il faut du temps,
j'ai eu des réponses à mes questions hier qui m'ont à la fois tranquillisée et fait prendre conscience que pour le moment je souhaite m'éloigner physiquement de mon ami.
Il m'a réellement et enfin parlé de ses tourments :
- comment faire dans la pratique (passer des nuits dehors, quand répondre au tél, quand appeler)
- son impossibilité à imaginer de sortir de ses bras pour ensuite retourner dans les miens
- d'avoir 2 lits différents
- de ne pas savoir ce qui pouvait se passer
- d'être trop fusionnel avec elle et de me laisser de côté
- d'assumer cela dans leur boite (ils bossent ensemble)
- comment faire quand cette histoire a fait beaucoup de mal aux 3 et que chacun a connu une descente aux enfers personnelle
- comment avoir la force et les moyens de nous rassurer chacune
- comment gérer 2 relations quand il a du mal avec une
- comment ne pas culpabiliser si l'une d'entre nous a besoin de lui, souffre et qu'il soit avec l'autre
- qu'il n'arrivera pas à nous avoir l'une et l'autre sous le même toit vu toutes les casseroles qu'il y a derrière (je confirme je ne veux pas la connaître)
- qu'il nous aime toutes les deux profondément et qu'il a besoin de nous deux

bref comment nous aimer toutes les deux sans que personne n'en souffre ; que tout le monde est mort de trouille.

Il a également un besoin de solitude que je comprends tout à fait, en tout cas on s'est remis sous le même toit trop vite et on en paye le prix.
Suite à cette discussion, physiquement j'ai eu le plus grand mal qu'on dorme dans le même lit parce que j'ai l'impression d'être en deuil et de m'éloigner doucement.

Au final, je ne me sens plus à ma place et c'est comme si cela ne me concernait plus.
On est tous fatigués de cela. Il n'arrive pas à être à 100% avec moi et moi pareil.
Ca me fait mal tout cela parce que j'ai l'impression que cette situation va nous mener à la rupture. Je le pousse à essayer, à lui proposer des solutions, je lui ai dit que c'était à nous de déterminer un cadre.
Si la soirée m''est attribuée, je n'aurais pas forcément envie qu'elle l'appelle à 22 heures pour lui demander de passer la nuit avec elle.
Je le sais très fusionnel et il peut très bien avoir envie de passer plusieurs jours d'affilés avec elle (elle a un chez soi bien à elle).
je comprends que moi il faudra que je fasse avec ces absences chez elle et qu'elle elle devra faire avec le fait de ne pas vivre avec lui, de ne pas pouvoir l'appeler quand elle en a envie ou de le voir dans l'heure si elle le veut. Que lui qui est assez impulsif, serait capable de me dire à 17h qu'il passe la soirée avec elle parce que des jours bien déterminés ca le saoule d'avance mais quand même temps si je ne dis pas oui à ces pulsions ils sera tellement dégouté qu'il me fera passer une soirée d'enfer.

Ces contraintes là qui pour moi sont un respect de vie, risquent fort de nous pousser dans la démesure car on est tous les 3 excessifs dans notre genre.
Oui j'ai un certain besoin qu'il soit dans une sorte d'exclusivité à mon égard propre à notre relation même si j'accepte qu'il vive autre chose avec elle.

J'ai l'impression de commencer à le désaimer tout doucement, peut être que notre relation meurt de sa belle mort et que cela ne fait qu'accélérer le processus. En tout cas je ressens le besoin de le redécouvrir, du moins de m'éloigner aussi non je ne saurais même plus pourquoi je l'aime.
Pour pouvoir essayer, j'ai nettement l'impression que cela sera plus facile si on ne vit plus ensemble, on aura moins de pression ainsi et du temps pour se recentrer sur soi.

En même temps peut être qu'il serait bon que je le mette devant le fait accompli de mon côté en l'avertissant que je vais passer la soirée avec un autre.
Comme cela en expérimentant lui même ce qu'on peut éprouver à ce moment, il se disciplinera tout seul dans sa propre relation. Et puis moi, cela me fera prendre l'air.

Mais comment lui dire sans qu'il prenne la mouche ? je m'attends à ce qu'il me déteste et me rejette complétement.

#
Profil

Romy

le jeudi 30 septembre 2010 à 15h20

Merci Cham de t'exprimer si clairement.
Comment faire? Ben je dirais en lui faisant lire ce message. Ça me semble tellement honnête et intègre ce que tu dis. Tu dois lui faire comprendre que si tu vas avec ton ami, c'est pour prendre un peu de recul, amener un peu de légèreté...pas par vengeance, pas pour le faire regretter.

Non, ce n'est vraiment pas aussi facile qu'on voudrait le croire.

#
Profil

Goffio

le jeudi 30 septembre 2010 à 15h52

Drya
Hum, je crois qu'à force d'avoir été déçu et t'être laissé "avoir" par le chantage affectif, tu es devenu assez impartial... non ?
Quand tu dis
désolée, mais je ne peux pas te suivre là-dessus : on n'est pas dispo en tout temps et en toute circonstance pour donner de l'affection. Savoir faire la part des choses, ce n'est pas si simple et quand on est tracassé par des problèmes existentiels, tout est perturbé, à commencer par la capacité à donner de soi-même "librement".

Justement, tout est dans la capacité à donner de soi-même "librement" !!!

Depuis ma femme qui m'a donné 3 enfants et avec qui je vis toujours, j'ai l'expérience de nos périodes heureuses vécues ensemble, dans une forme d'empathie parfois sublime. Depuis ma rencontre d'il y a plus de 3 ans, j'ai là aussi l'expérience d'une forme d'empathie de couple parfois extraordinaire par périodes, malgré souvent la distance liée au quotidien, et le fait que nous n'avons jamais fait physiquement l'amour ensemble.

L'empathie, dans la quête de l'autre : elle est intuitive, elle se ressent, elle se vit... Bien évidemment, notre monde moderne et à la vitesse à laquelle il nous sollicite au quotidien (dans l'intendance, dans la profession), cela tend à en brouiller les pistes. Il existe des stades dans la confrontation à cette existence, qui surgissent comme pour nous faire avancer ensemble, mais au détour desquels ton compagnon de manière inavouée : se met à décliner assez systématiquement les tentatives de reconnection empathique... Tout en faisant ce qu'il faut pour te maintenir en haleine, mais dans une attitude de victimisation, émotionnellement répressive, ou autorépressive.

Dans ma perception à la lire, j'ai l'impression que c'est cela que ressent Cham, au fond d'elle-même, peut-être qu'elle nous le confirmera : une rupture d'empathie avec son homme, comme s'il fuyait sa sensiblilité à elle, depuis un certain temps maintenant. Cette rupture dans l'âme dommage et dommageable, mais qui résigne soi-même à une forme de désamour, pour reprendre son expression. Non pas que l'histoire ne puisse pas rebondir heureusement, plus tard !!! C'est là une forme de signal fort sans pour autant virer en négatif pour soi-même, mais laisser entendre à l'autre qu'émotionnellement il ne va pas bien, et nous "dévore" en énergie, en quelquesorte... Alors dans l'esprit on laisse filer cette connection, pour bien laisser entendre à son amour d'en face : que le canal n'est plus qu'apport de toxicité, pour soi-même !

Cham, si tu comprends que cette part de fusion que tu recherches avec ton homme sans plus pouvoir l'obtenir maintenant, c'est cette forme endurante de rupture d'empathie dont je parle, il y a 2 solutions. Soit tu te places en retrait ou disparais en t'assurant de bien le vivre, tout en gardant l'espoir de voir revenir ce garçon quand il sera prêt, sous un meilleur jour pour pouvoir effectivement vous retrouver et vous faire à nouveau du bien ensemble. Soit tu essaies de lui parler encore, sachant qu'il fuit très probablement ta propre sensibilité, et risque peut-être effectivement de se braquer ou te rejetter... A moins qu'il ne souvre ? Mais il n'en est apparemment pas capable actuellement...

Il n'y a pas de bonne solution, je dirais pour ma part : c'est une question de cheminement intérieur et d'intuition, toute personnelle.

Je ne suis pas devenu impartial, Drya, même si c'est vrai que je m'en suis pris plein la gueule... Je vis toujours avec ma femme et mère de mes enfants, avec le secret espoir de parvenir à la faire avancer, alors qu'elle persévère dans cette forme endurante de fuite de l'empathie entre nous... Au fond d'elle-même, elle n'a pas envie de me connaître : parce que je suis devenu polyamoureux, ce qu'elle perçoit comme une déviance. L'autre femme que j'aime est dans la distance, partie construire en couple, et je lui ai dit au revoir en esprit et dans mon coeur, parce qu'elle ne sait pas ce qu'elle veut avec moi... Mais après plus de 3 ans, pour nous-mêmes j'ai parfaitement déduit ce qu'elle ne veut pas... On ne parvient pas à savoir se faire du bien ensemble. Elle était déjà partie avec un homme pendant presque une année, avant de revenir en fanfarre vers moi après rupture, mais toujours dans la peur de l'homme marié que je suis... Je ne serai plus son tuteur en amour ! J'espère simplement qu'elle reviendra un jour, heureuse, claire dans son esprit et dans son coeur.

A partir d'une certaine aptitude personnelle face à l'émotion, tu t'aperçois que c'est toujours le même adversaire en face, dans le conformisme qu'il attend de toi-même... Telle est mon expérience de la vie sentimentale, à ce jour. Il y a des traits de caractère symptomatiques de la peste émotionnelle (lisez Wilhelm Reich, j'insiste !), dont la récurrence a pour effet de dissiper toute reconstruction d'empathie, dans la pratique... D'où une compagne (ou un compagnon) qui se complaît dans une forme de mal-être, parce qu'il ne veut pas lâcher une forme de pouvoir relationnel sur ta personne.

A travers ces traits, c'est toujours le même esprit en face, qui te fait valoir ton devoir d'amour, le besoin de fusion ou d'exclusivité, ou de possession... Oui, je vois le diable en face, dans les travers de la famille comme de la société !!!

Sans vouloir faire de mauvais esprit, je ne peux que constater en retour, qu'il tire tout le monde par la queue de la jalousie et du besoin d'exclusivité... C'est légitime, et de bon droit !!!

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Drya

le jeudi 30 septembre 2010 à 16h09

J'aime beaucoup tes interventions goffio, elles relancent les discussions tout en étant des observations très justes!
J'ai moi aussi fini par identifier de plus en plus clairement chez plein de gens ces mécanismes de "survie" plus que de progrès, mais quand on ne sait plus "comment faire", on fait avec les moyens du bords, puis on essaye les moyens que d'autres ont pensé utiliser, puis on invente, etc... Mais pour aller voir là où on a peur a priori d'aller voir, ou bien où on ne pense même pas à aller voir, il faut être complètement acculé, et même comme ça on n'en est pas toujours capable. Je prends le contre-pied de ce que tu dis, parce que je sais que malgré toute la volonté et les efforts qu'on peut faire, même en identifiant ces méthodes de fuites, on n'a pas toujours les moyens pour réussir à être heureux. Fuir est souvent plus facile que changer sa perception des choses. Et on finit par fuir le messager (notre amoureux qui nous dit "je t'aime, mais là il faut changer quelquechose pour qu'on soit heureux ensemble") au lieu d'affronter le message.

#
Profil

Drya

le jeudi 30 septembre 2010 à 16h14

C'est pourquoi je crois en la solidarité et la négociation, même dans l'adversité, même dans une rupture si elle est nécessaire, plutôt qu'au "démerde-toi sans moi, tu ne vas pas assez vite, en fait tu ne vaux pas le coup que je sois patient".

#
Profil

Drya

le jeudi 30 septembre 2010 à 16h18

Dernière chose: on m'a dit un jour qu'on mettait toujours beaucoup plus d'énergie à "protéger" qu'à "construire".
La question reste entière: est-ce que ce serait "trop" d'énergie mal investie?

#
Profil

Goffio

le jeudi 30 septembre 2010 à 16h27

Moi aussi j'aime beaucoup tes interventions, Drya ! Ce que tu dis pour ce que j'en ai lu, est toujours dans la justesse. J'ai l'impression que nos sensiblités sont complémentaires, c'est toujours intéressant et enrichissant...

Le gros malheur que je dénonce, c'est tout un tas de réflèxes conditionnés en amour que l'on apprend socialement et culturellement, pour nous rendre esclaves alors qu'on a tout pour être heureux ! Ces conditionnements, conduisent majoritairement nos contemporain(e)s au mécanisme de la fuite, plutôt que de projection de soi-même... Tout ce que la société et nos politiques attendent de nous perpétuellement, pour que rien ne change, en définitive !

Bon, je rends la liberté de parole à Cham, c'est son post, initialement... Si je suis lourdingue, il faut me le dire (lol).

#
Profil

Goffio

le jeudi 30 septembre 2010 à 16h29

Euh... Vaste débat, multiréférentiel, à soutenir ensemble de vive voix, à mon avis ;-)

Drya
Dernière chose : on m'a dit un jour qu'on mettait toujours beaucoup plus d'énergie à "protéger" qu'à "construire".
La question reste entière : est-ce que ce serait "trop" d'énergie mal investie ?

#
Profil

cham

le jeudi 30 septembre 2010 à 16h38

Bon ca y est je lui ai fait part de ma décision de quitter la maison, sans trop développer car pas de temps et au téléphone. je suis transparente ca sort tout de suite ces choses là. On se voit ce soir, j'angoisse d'avance.
Je l'ai déjà fait pendant 4 mois, suis revenue et souhaitée repartir mais il me rattrapait toujours.
Là je crois bien que c'est la seule solution.
Oui Rosalie je vais essayer de ne pas me laisser bouffer par l'émotion pour lui dire tout cela. Oui Goffio, c'est un renouvellement de notre empathie commune dont j'ai besoin parce qu'aussi non cet amour n'a plus de sens.
Drya on a toujours essayé de construire ensemble avec de gros soucis de communication à partir du moment où l'on ne se rencontrait plus, notre couple en souffrait bien avant que la demoiselle entre en jeu.
On en est tous les 2 conscients mais là, on y arrive plus, il n'y a plus de rencontre.
Si effectivement je suis celle qui suis la plus chère à son coeur, pourquoi en arriver là alors ? pourquoi c'est encore moi qui doit impulser le mouvement ? peut être que je vais plus vite que lui, parce que je ressens depuis plus longtemps une petite mort, peut être qu'il pense sincèrement que ce qu'il nous donne me suffit, peut être qu'il n'a plus rien à nous donner...
En réalité je pense que cela lui ferait pas de mal que ce soit lui qui parte, qu'il soit obligé de grandir en se débrouillant pr se trouver un toit etc...tout ce dont il n'a pas l'habitude pour avoir un réel bouleversement de ses habitudes de vie (il était passé de chez ses parents à notre couple)

Chacun cherche son moyen de survie pour éviter de trop creuser en profondeur mais si on ne creuse pas, si on projette tout sur l'autre, si on ne cherche pas les moyens pour nous faire du bien alors comment avoir à bon escient une conscience plus aiguë de nous même ? comment apprendre la tolérance, la générosité et l'amour ?

Tous ceux qui m'ont répondu ont l'air d'avoir eu un cheminement non exempt de souffrance...c'est très dur d'arriver à cette forme de relation d'amours plurielles quand au départ cela s'est très mal passé pour tous les concernés, qu'on a subit une sorte de traumatisme du coeur et dans nos valeurs qui nous sont propres. Personnellement ses attaques sur ma personne m'ont fait beaucoup de mal, je ne lui ai jamais dit de telles choses et à personne car je sais bien à quel point c'est destructeur. On ne devrait pas pouvoir dire ce genre de choses.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Goffio

le jeudi 30 septembre 2010 à 17h40

Cham,

J'approuve ta démarche et m'y reconnais en quelquesorte, pour te dire comme on te l'a déjà exprimé à travers ce post, que je ressens de l'empathie à ton égard.
(+)
Bien à toi,
<3

#
Profil

LuLutine

le jeudi 30 septembre 2010 à 21h01

cham
- comment gérer 2 relations quand il a du mal avec une

Je crois que c'est une bonne chose qu'il se pose les questions que tu citais.
Celle que je cite en particulier, certains ne se la posent pas et s'en mordent les doigts...
Je pense qu'il vaut mieux se poser des questions avant plutôt qu'après !

cham
Si la soirée m''est attribuée, je n'aurais pas forcément envie qu'elle l'appelle à 22 heures pour lui demander de passer la nuit avec elle.

Si ça peut te rassurer :

Il est vrai que chaque couple détermine les limites de ce qui est tolérable ou non, et que certaines personnes ne seraient peut-être pas dérangées...mais en ce qui me concerne, je n'accepterais pas non plus ce genre de chose (sauf situation exceptionnellement grave) ; et je ne pense pas être la seule.

cham
elle devra faire avec le fait [...] de ne pas pouvoir l'appeler quand elle en a envie ou de le voir dans l'heure si elle le veut.

Je ne suis pas sûre que chez les couples exclusifs, on puisse appeler son amoureux(se) à n'importe quelle heure "quand on en a envie" ou bien décider de le voir dans l'heure.
Pour ma part, j'ai quelque chose qui s'appelle un boulot qui me prend en général 10 heures par jour (+ 30 minutes pour manger, + 1h30 de transports), 5 jours par semaine. Pendant ces horaires je suis le plus souvent totalement injoignable, et cela n'a aucun rapport avec le fait que je sois polyamoureuse.

Beaucoup de personnes exclusives acceptent l'éloignement de leur amoureux(se) "pour le boulot". Mais finalement, lorsqu'il/elle n'est pas disponible parce qu'il/elle prend un pot avec des amis (et son portable est sur silencieux, ou bien il y a trop de bruit dans le bar), ou bien parce qu'il/elle voit quelqu'un d'autre....le résultat est strictement le même !!! ;)
Il/elle n'est pas disponible. C'est tout. Finalement, peu importe la raison.

A moins de ne pas avoir de travail (ou d'être joignable et de pouvoir le quitter à tout bout de champ sans donner de raison), je pense que les gens ont rarement la disponibilité que semble supposer ta phrase plus haut...

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 30 septembre 2010 à 22h21

LuLutine
Beaucoup de personnes exclusives acceptent l'éloignement de leur amoureux(se) "pour le boulot". Mais finalement, lorsqu'il/elle n'est pas disponible parce qu'il/elle prend un pot avec des amis (et son portable est sur silencieux, ou bien il y a trop de bruit dans le bar), ou bien parce qu'il/elle voit quelqu'un d'autre....le résultat est strictement le même !! ! ;)
Il/elle n'est pas disponible. C'est tout. Finalement, peu importe la raison.

D'un point vue intellectuel et ultra-rationnel, c'est tout à fait juste. Mais dans le ressenti, c'est loin d'être une évidence. Nous évoluons dans une société où avoir un travail prenant est très courant et généralement considéré comme une nécessité pour vivre dans ladite société. Une obligation non négociable, quoi (voire même pour certain un signe de réussite sociale... ah, ah, ah).
Passer du temps avec quelqu'un d'autre, par contre, n'est pas vu comme une obligation. Surtout dans une culture qui promeut l'idée d'une unique "âme soeur" censée apporter tout ce qu'il faut à son partenaire. C'est donc du superflu et non du nécessaire, ce qui fait une grosse différence. Lorsque l'on choisit d'être avec A plutôt qu'avec B, B peut ressentir de puissantes émotions difficiles à gérer et son égo en prendre un coup.
Pour la plupart des gens, travail et relation amoureuse ne sont pas sur le mêmes plans, alors que deux relations amoureuses si (d'où comparaison, compétition, sentiment d'abandon ou d'injustice, etc.).
C'est l'une des complexités du mode de vie polyamoureux.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Romy

le jeudi 30 septembre 2010 à 22h47

Lulutine: Beaucoup de personnes exclusives acceptent l'éloignement de leur amoureux(se) "pour le boulot". Mais finalement, lorsqu'il/elle n'est pas disponible parce qu'il/elle prend un pot avec des amis (et son portable est sur silencieux, ou bien il y a trop de bruit dans le bar), ou bien parce qu'il/elle voit quelqu'un d'autre....le résultat est strictement le même !! ! ;) Il/elle n'est pas disponible. C'est tout. Finalement, peu importe la raison.

Ah! Comme c'est bien dit! Et comme je suis d'accord!
C'est ok si le conjoint est au travail, au golf, fait du sport ou du magasinage...(bref, une activité dite "utile") mais s'il est tout simplement en train de prendre du bon temps avec quelqu'un, là ça devient intolérable.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Romy

le jeudi 30 septembre 2010 à 22h53

Je n'avais pas lu ton intervention C.T.
Tu as raison, ce n'est pas la même chose dans le ressenti, mais il reste que ce ressenti est critiquable et mérite d'être analysé.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 30 septembre 2010 à 23h43

Rosalie
Tu as raison, ce n'est pas la même chose dans le ressenti, mais il reste que ce ressenti est critiquable et mérite d'être analysé.

C'est exactement ce que je voulais montrer.

#
Profil

cham

le vendredi 01 octobre 2010 à 11h01

Bonjour

Votre empahtie fait vraiment chaud au coeur.

bon on a eu une grosse discussion durant laquelle il a très bien réagit en allant encore plus loin dans ses pensées.
Pour moi m'éloigner signifie lui laisser le temps dont il a besoin et ne pas lui mettre la pression; pour lui ce serait la fin de notre histoire et la non reconnaissance de ses efforts.
On est très différent sur certain fonctionnements émotionnels.
Il sait qu'il peut être très dur et qu'il peut être très froid quand il ne sait pas quoi faire donc il est malheureux de me voir malheureuse, moi je le suis de le voir malheureux et on ne s'en sort plus.
Il sait aussi qu'il a du mal à exprimer ses sentiments, que sur certaines choses il aime mal.
Que pourquoi il n'arrive pas à faire de câlins ou à proposer des choses c'est qu'il pense et que je vais imaginer que ce n'est pas sincère et qu'il se force. Donc il ne le fait pas respect pour ne pas que je croie que je ne suis qu'un substitut. Moi qui n'ai jamais pensé à cela du coup quand on s'est pris ds les bras après cette discussion j'y ai pensé, aie la mauvaise graine qui s'est insérée dans mon cœur.

Qu'il subit une grosse pression professionnelle au quotidien et qu'il doit supporter les conséquences de leur histoire,il passe pour un c... et elle une p...et qu'il doit nous porte toutes les deux et qu'il vit avec une boule au ventre en se demandant pourquoi il n'a pas réagit dès le début autrement et qu'il se sent coupable d'avoir fait autant de mal autour de lui.

Que la conversation qu'on a eu sur la mise en pratique lui a beaucoup coûté car il a tellement peur de me faire du mal et qu'il a été très étonné de mes réactions ouvertes et logiques. Qu'il n'avait pas voulu m'en parler avant pour me ravager (bon j'avais senti qu'il n'était pas bien et je l'ai pris pour moi).

Au final il essaye vraiment de faire de son mieux et a le cœur en mille morceaux. Qu'il sait que j'ai beaucoup à perdre car moi ca me fait du mal de la savoir plus jeune que moi par rapport à des questions comme fonder une famille etc..
Que pour lui qui n'a jamais regardé que moi, c'est une véritable révolution.
Qu'il ne sait même pas si elle sera d'accord.
Que si oui, comment pouvoir donner des attentions différentes et des sentiments d'intensité différents à 2 personnes sans se perdre.
Que surtout il ne sent pas que ses efforts soient reconnus et appréciés et qu'on en veut toujours plus, elle y compris.
Qu'il se pose plein de questions vertigineuses et que donc il freine pour ne pas faire n'importe quoi.
Que quand je lui demande de l'amour, il le prend comme un reproche alors que je lui exprime simplement que j'ai besoin de lui.
Qu'il est extrênement fatigué par toute l'énergie qu'il déploie dans son travail, à faire face aux mesquineries des gens, à faire avec sa douleur, ses questions, et à nous gérer nous.
Que si ca se passe mal, il a peur de faire exploser tout le monde..

Bref qu'il est ok pour assumer le mal qu'il a fait, qu'il essaie de réparer mais n'a pas toujours les moyens de.
On tourne en rond sur le fait que j'ai besoin de dégager un peu mais aussi de me sentir très proche de lui. et lui a fondamentalement besoin de me savoir à la maison !
Je lui ai proposé de dormir régulièrement ailleurs ce à quoi il m'a répondu que je voulais être avec lui et quasiment jamais là. Il ne comprends pas que je compense.
Il m'a dit aussi qu'il n'arriverait jamais à être 100% avec l'une ou l'autre euh ça le je le prends assez mal.
En même temps il me dit qu'il doit vivre ce qu'il a à vivre (ce que je lui dis depuis des mois) et qu'il y a de grandes chances que l'autre relation se termine ensuite..j'espère que cela ne signifiera pas la fin de notre histoire aussi.
Il essaye de modifier son attitude mais va très doucement alors que moi j'avance par à coup.
Ce qui me rassure un peu c'est qu'il me fait toujours passer en premier mais il le fait pour elle aussi (mais moins que pour moi).

La seule chose qui me fait tenir c'est que tout cela peut permettre d'assainir notre couple avec une petite chance de s'aimer mieux ensuite.
Cela le force tellement à se remettre en question ce qu'il n'aurait pas fait si on avait été que tous les 2 et il n'aurait pas fait l'effort d'essayer d'assainir notre relation.

Ca me brise le cœur tout cela parce que même s'il demande d'être naturelle et légère, comment l'être quand je le vois en peine, comment ne pas paniquer, comment ne pas sombrer dans une spirale infernale, comment le laisser du temps tout ne faisant avec mon besoin de profondeur (pour lui on s'est énormément rapproché mais j'ai besoin de vivre des choses)

Flute je vais pleurer, je n'arrive plus à bosser depuis des jours, je fume comme un pompier, c'est la loose

J'ai l'impression de beaucoup nous dévoiler mais déjà le site est un espace qui accueille les émotions et puis peut être que d'autres sont plus pudiques et n'osent pas exprimer ce genre de choses.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion