Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

N'avez vous pas peur d'attraper des maladies...

#

Popol (invité)

le samedi 20 août 2011 à 18h20

Je m'avise tout-à-coup que ces données datent de 1998.

Depuis presque 15 ans, on doit avoir de nouvelles données. Quelqu'un en a?

De traductibles en conseils et recommandations fiables concernant la PDR, ou la RDR?

#
Profil

ladys

le samedi 20 août 2011 à 22h21

Popol
« Est-ce à dire qu'entre J11 et J14, on est faux négatif au P24, mais potentiellement contaminant ?
C'est justement ce que j'aimerais savoir. »

A mon avis, le simple doute suffirait à se considérer comme potentiellement contaminant. Mais voici le raisonnement que je suis.

Si je chope la grippe le matin auprès d’un collègue, je suis un réservoir à virus bien avant que je ne développe de symptômes, quelques heures plus tard. Entretemps je la refile très probablement à tout un chacun autour de moi qui n’a pas d’anticorps, via les projections de salive, par voie aérienne ; pendant tout ce temps, je suis également un porteur sain, selon l’expression consacrée.

Par déduction selon le processus de développement dans le corps de toute souche virale, ce temps de latence s’observe aussi pour une souche HIV. Et tout porteur de HIV ne développe pas de symptômes ni de signes, donc, il est également un porteur sain tant que rien ne se déclare.

De plus, je crois savoir que la charge virale d’origine n’a aucun rapport avec le développement des symptômes, ni des signes ; ni en gravité, ni en visibilité, ni du florilège qu’on va développer personnellement. On peut avoir un Kaposi sans être HIV+, par exemple.

La séropositivité montre qu’on a développé des anticorps, mais la présence du HIV dans l’organisme est en elle-même non-détectable, selon mes souvenirs. C’est pour cela qu’on peut ne découvrir une séropositivité que des années après la contamination – pendant tout ce temps, on est porteur sain.

De plus, on peut fort bien passer entre les gouttes, et malgré des rapports non-protégés avec quelqu'un qui est HIV +, nepas entrer en contact avec le virus.

Je trouverais cool si on me détrompait, pour le coup…

Ce machin est des plus insaisissables...

Merci ladys pour la suite du développement ; traduire les chiffres et les considérations en marche à suivre en cas de pépin me semble indispensable, car ce n’est pas au moment de faire un câlin qu’on a la tête assez froide pour se mettre à considérer tenants et aboutissants de la prévention des risques, ni qu’on est à même de choisir entre cette voie-là plutôt que la réduction des risques.

Je vais essayer d'être "cool" alors.

Les anticorps P24 qui affirment la séropositivité ne sont effectivement détectables "que" à partir de 30 jours environ, mais les antigènes P24 le sont dès 15 jours.
Etre porteur sain ne signifie pas que les test donneront un faux négatif. Les porteurs sains, si le contage a eu lieu 6 semaines auparavent (je reprends 6 semaines puisqu'il semble que c'est la marge de sécurité que le monde médical considère), seront bien positifs au test car même si ils n'ont pas de symptômes, les anticorps seront présent en réaction à la présence du virus.
Donc on ne peut pas rester des années seronégatif au test tout en étant potentiellement contaminant. Au plus 6 semaines selon les différents sites que j'ai visités, même si l'intervention d'Eulren et le tableau que j'ai mis en lien me semble dire beaucoup moins.

Le truc, c'est qu'à la primo infection, justement entre le moment ou le virus se multiplie et celui ou les anticorps agissent, la charge virale est très élevée, donc le potentiel de contage maximum et je n'arrive pas à determiner si cette période "pire" chevauche celle du "faux négatif possible" ou pas.

Quand à passer entre les gouttes, je sais qu'il y a des études qui ont été faites sur des partenaires de seropositifs qui ne se sont pas protégés des années durant et n'ont pas été contaminés. Je crois me souvenir qu'ils avaient une particularité genetique codant (ou ne codant pas) une protéine impliquée dans la multiplication du VIH, faudrait que je retrouve l'article.

Kaposi est une maladie opportuniste due à un virus herpès, on peut en avoir sans être HIV+, mais c'est quand même souvent lié à un problème immunitaire, à une chimio, suite de greffe...

Que chacun prenne des risques, mais en connaissance de cause, pas sur des infos parcellaires ou erronnées, j'ai entendu dernièrement des ados affirmer que "la fellation ne pouvait pas être vecteur du Sida". C'est effrayant.

#
Profil

ladys

le samedi 20 août 2011 à 22h29

Popol
Je m'avise tout-à-coup que ces données datent de 1998.

Depuis presque 15 ans, on doit avoir de nouvelles données. Quelqu'un en a ?

De traductibles en conseils et recommandations fiables concernant la PDR, ou la RDR ?

Y'a un lien sur la page pour aller lire les Mise à Jour de 2008.
Il a deux algo, un concernant le test classique, toujours basé sur 6 semaines post contage.
l'autre sur le rapide, qui est sur 3 mois post contage.

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 06h24

"Le truc, c'est qu'à la primo infection, justement entre le moment ou le virus se multiplie et celui ou les anticorps agissent, la charge virale est très élevée, donc le potentiel de contage maximum et je n'arrive pas à determiner si cette période "pire" chevauche celle du "faux négatif possible" ou pas. "

Question à poser à des spécialistes, directement, via le web? Et pas sur doctissimo et Cie, qui fait du bon boulot d'info et de prévention, mais où on répondra en informateurs et dans un esprit de prévention, en suggérant des précautions maximales.

Où sont les sommités locales en la matière? L'Institut Pasteur? Chez moi, je sais bien qui j'irais asticoter... mais chez toi?

Pour ta question, intuitivement... je pense que ça dépend des personnes et de leur pouvoir à "contrer" le virus. Tout comme ces personnes qui sont passées entre les gouttes... ou ont une autre capacité à "freiner" la réplication, peut-être. On peut être un hôte passager, car inhospitalier au final, et transmettre un riquiqui de HIV+ qui va se révéler destructeur pour l'hôte suivant.

Bref, sachant que les statistiques sont ce qu'elles ont, c'est-à-dire, au moins, un nivellement des extrêmes, donc un danger de prendre la moyenne qui en résulte pour argent comptant et sécurité suffisante... je préfère prendre en compte l'extrême qui me met le plus à l'abri.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion