Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour synonyme de liberté...

Engagement
#

(compte clôturé)

le dimanche 08 août 2010 à 13h15

J'ai l'impression en vous lisant, que la monogamie, pour vous PA, est synonyme de perte de liberté.

Beaucoup d'entre vous, je supprime ceux qui sont un trio, aimer deux personnes (en effet ça peut etre possible) et dans ce que je lis sur ce site, souvent bien assumé.

Je parle plutôt de ceux qui multiplie les conquêtes, tout en les gardant.
Pour moi je ne trouve pas respectueux de multiplier les amours, c'est un shéma facile pour garder sa liberté tout en ayant l'accord de ses partenaires.

Entrer dans le polyamour, signe de liberté (libre de faire ce que je veux, comme je veux, ou je veux.....

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 août 2010 à 13h55

Synonyme de liberté, le PA, peut etre. Synonyme de libertinage, je ne crois pas.
Synonyme de facilité, alors là, excuse moi, je rigole.
Synonyme de vie, de modestie devant le vivant, le complexe, la beauté de ce fait qui la vie vraiment belle et petillante, j'en suis convaincu.

Si quelqu'un me disait, j'aspire au polyamour pour avoir une vie sentimentale plus simple et moins prise de tete, je lui repondrai plutot d'opter pour le celibat et la masturbation, honnetement.

Tigre.

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 août 2010 à 23h37

Une vie sentimentale plus simple en se masturbant ???
Je préfère rencontrer des gens (des vrais si possible) même si c'est pas toujours simple.
c'est le chemin que je prends aujourd'hui pour ma liberté.

#
Profil

Dreltak

le lundi 09 août 2010 à 09h24

Quand la monogamie est synonyme de conformisme, patriarcat ou moralisme, (ou souvent les trois aussi), oui il y a perte de liberté.

Quand c'est un choix délibéré, conscient et éclairé, ce n'est bien sur pas la même chose, mais je ne pense pas que cela soit le phénomène majoritaire chez les mono.

Je pense que c'est là ou se situe la facilité: ne même pas songer à se remettre en question, ni même les préjugés qu'on à, faire comme le troupeau parce qu'après tout tes parents qu'ont demandés quand est ce que tu te marie, .

Vouloir multiplier les "conquêtes" (brr j'aime pas ce mot), déjà je trouve que le mot en lui même est irrespectueux (mais après c'est plus mon ressentie personnel).

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 09 août 2010 à 09h52

Je suis mono, avec un amoureux poly quelque chose :-) et pourtant je suis libre.

Libre de sortir quand je veux, avec qui je veux, aller en vacances ou je veux avec lui ou sans lui, je n’ai pas de compte a rendre a mon ami. Parce que lui vie sa vie et moi la mienne.

C'est sur pas toujours facile, mais avec le recul, je me dis que c'est vraiment ce que je souhaite (garder ma liberté) je ne juge aucunement le PA, je le tolère chez mon ami, justement parce qu'il me permet d'être libre.

Je suis très compréhensive, curieuse de tout c'est pour cette raison que je lis pratiquement tous vos commentaires. Par mes actions, j'essaie de comprendre le PA, pour mieux comprendre mon ami..... En fait en y réfléchissant mieux, le PA n'est pas si libre que cela. Il a des contraintes encore plus drastique que le mono, celui la même qu'il n'a qu'une femme à gérer.

#
Profil

Apsophos

le lundi 09 août 2010 à 14h41

madeline59
C'est sur pas toujours facile, mais avec le recul, je me dis que c'est vraiment ce que je souhaite (garder ma liberté) je ne juge aucunement le PA, je le tolère chez mon ami, justement parce qu'il me permet d'être libre.

Donc PA -> liberté. Pour toi en tous cas, peut-être pas forcément pour lui. Je vais me permettre de dire quelque chose qui n'a pas forcément beaucoup de sens : tu as bien de la chance.

Je suis très compréhensive, curieuse de tout c'est pour cette raison que je lis pratiquement tous vos commentaires. Par mes actions, j'essaie de comprendre le PA, pour mieux comprendre mon ami..... En fait en y réfléchissant mieux, le PA n'est pas si libre que cela. Il a des contraintes encore plus drastique que le mono, celui la même qu'il n'a qu'une femme à gérer.

Gérer ? :-/

#

Dame_Blanche (invité)

le lundi 09 août 2010 à 16h01

J'étais une une poly amoureuse bien accrochée à mes principes d'Amour Pluriels, mais c'était une vie très mouvementée avec souvent des déceptions (ou je me trouvais malheureuse), des joies et avec énormément de souffrance pour mon mari. Une ambiance électrique au sein de notre famille, des tensions, des disputes à n'en plus finir ; séparation, tentative de suicide réelle de mon mari, divorce, et des prob financiers qui sont venus après le divorce. Les enfants ont énormément soufferts car ils vivaient cette ambiance tous les jours et cela à durer 2 ans.
J'étais épuisée, et il fallait que je trouve une porte de sortie. Je suis libre, mon mari m'a toujours tout autorisée et là, cette demande de PA fut quelque chose de trop.
Depuis, j'ai tout arrêté pour me retrouver moi même, faire le point sur ce que tout cela a pu apporté ou pas ; et je peux aujourd'hui affirmer que le polyamour n'est pas pour tout le monde. En couple, cela est très souvent cause de discordes et de tensions extrêmes ; et cela brise la confiance qui régnait au sein du couple.Certains y arrivent, mais ce n'est pas donné à tout le monde. Il faut que les deux puissent accepter ce mode de vie sans affecter la famille, les enfants : ce qui est très très dur.
La notion de PA est idéal quand on est célibataire, on fait ce qu'on veut quand on veut.
Aujourd'hui, ma famille est détruite, ma vie est cassé et j'ai une décision très importante à prendre. Après notre divorce, cela fait maintenant 8 mois, mon mari m'a redemandé en mariage. Je suis libre de refusée, mais l'amour que nous avons l'un pour l'autre est tellement fort, tellement puissant que je vais dire OUI. Je suis libre, mais je veux retrouver ma famille, mes enfants, notre vie. Tout cela m'a fait prendre conscience que j'ai passé quelques bons moments, mais rien de plus, rien de concret, rien de construit.
Dans cette expérience, il y a trop de souffrance (en ce qui me concerne) et je pense que dans tous les couples qui se mettent au PA, tensions il y a, disputes il y a, etc ..... avec beaucoup égoïsme.
Vaut mieux trouver un autre moyen pour passer des bons moments ensemble ou partagés, le tout accompagné de situation excitante.
Pour conclure mon post, le polyamour n'est pas synonyme de liberté car quand souffrance il y a (d'un côté comme de l'autre) on ne se sent pas libre, la situation est pesante et devient même malsaine. Ce n'est que mon expérience personnelle, et je l'ai bien vécue. Alors le PA n'est certainement pas signe de liberté, mais plutôt un sujet intellectuel.
Tout Homme est libre de ses actes, ce n'est pas le PA qui garanti plus de liberté. Cette notion de mode de vie est à prendre en compte dans l'éducation des enfants dès le plus jeune âge pour en faire des PA, et là, seraient ils plus libre et plus heureux ? J'en sais rien .....

#
Profil

amour-amour

le lundi 09 août 2010 à 17h32

Selon mes pensées. C'est bien la liberté. Ce n'est pas possible de contrôler l'amour car c'est une force de l'univers.

Quand l'on essaye de contrôler nos émotions d'amour, sa nous donne baucoup beaucoup de souffrance dans nos vies. Et quand l'on la souffrance émotionnelle dans sa vie... il est facile de lui rendre exploitable. C'est donc, un perte de nos libertés .

#

(compte clôturé)

le lundi 09 août 2010 à 17h41

Ecureuil
Une vie sentimentale plus simple en se masturbant ?? ?

Je préfère rencontrer des gens (des vrais si possible) même si c'est pas toujours simple.

c'est le chemin que je prends aujourd'hui pour ma liberté.

Alors bon courage!
Rien n'est jamais simple dans la vie et surtout pas l'amour encore moins la baise!

#
Profil

tentacara

le lundi 09 août 2010 à 18h02

Le polyamour, c'est user d'une liberté qui implique des responsabilités. Pas par opposition à la monogamie, mais par opposition à la possessivité de l'un qui devient prétexte à entraver la liberté de l'autre.
Savoir que si je tombe amoureuse de quelqu'un cela ne remettra pas en cause les relations riches et épanouissantes que je vis déjà, oui, c'est une sensation de liberté, de légèreté très importante à mes yeux. Cela implique aussi que je réfléchis avant de me lancer dans une histoire, à ce que je peux offrir en temps, en attention, en intensité.
Pas question de "multiplier les conquêtes". Juste de garder le coeur ouvert et de me sentir autorisée à vivre les belles choses qui se présentent.

Je crois surtout que le propre de la liberté c'est de reconnaître aux autres celle qu'on s'accorde à soi-même.
Tu te sens libre de faire ce que tu désires, Madeline, mais ton premier post ici mentionnait la jalousie de ton partenaire, sa peur de te voir profiter d'une liberté dont il semble user lui-même sans mesure.

La première qualité du polyamour, avant la liberté, c'est la réciprocité.

#

(compte clôturé)

le lundi 09 août 2010 à 18h08

Merci a dame blanche, pour avoir osé nous raconté son vécu en tant que PA.

Il est vrai que ce n'est pas donné a tous le monde, d'etre PA
Tout compte fais quand, j'entends mon ami s'en plaindre...(.Au début cela me semblais impossible que cela puisse le gaver d'etre Poly-quelque chose.)

Pourtant en lisant dame blanche je constate que cela ne dois pas etre marrant pour lui dans la vie de tous les jours, il me dit souvent que c'est une situation de merde.

Oui mais alors pourquoi reste t-il dans cette position où il n'est pas vraiment heureux?

Je rejoins choupette (+) rien n'est simple dans la vie, et surtout pas l'amour

amour-amour
Selon mes pensées. C'est bien la liberté. Ce n'est pas possible de contrôler l'amour car c'est une force de l'univers. Quand l'on essaye de contrôler nos émotions d'amour, sa nous donne baucoup beaucoup de souffrance dans nos vies. Et quand l'on la souffrance émotionnelle dans sa vie... il est facile de lui rendre exploitable. C'est donc, un perte de nos libertés .

Alors pour toi l'amour c'est synonyme de souffrance, donc aimer plusieurs c'est souffrir deux fois plus ou encore plus selon le nombre de partenaire ? c'est un rejet total du PA ?...

#

(compte clôturé)

le lundi 09 août 2010 à 18h27

tentacara
Le polyamour, c'est user d'une liberté qui implique des responsabilités. Pas par opposition à la monogamie, mais par opposition à la possessivité de l'un qui devient prétexte à entraver la liberté de l'autre.
Savoir que si je tombe amoureuse de quelqu'un cela ne remettra pas en cause les relations riches et épanouissantes que je vis déjà, oui, c'est une sensation de liberté, de légèreté très importante à mes yeux. Cela implique aussi que je réfléchis avant de me lancer dans une histoire, à ce que je peux offrir en temps, en attention, en intensité.
Pas question de "multiplier les conquêtes". Juste de garder le coeur ouvert et de me sentir autorisée à vivre les belles choses qui se présentent. Je crois surtout que le propre de la liberté c'est de reconnaître aux autres celle qu'on s'accorde à soi-même.
Tu te sens libre de faire ce que tu désires, Madeline, mais ton premier post ici mentionnait la jalousie de ton partenaire, sa peur de te voir profiter d'une liberté dont il semble user lui-même sans mesure. La première qualité du polyamour, avant la liberté, c'est la réciprocité.

c'est vrai, mais comme vous me l'avez si bien fais comprendre, mon ami n'est pas PA mais polygame. Je suis libre d'une certaine manière, et je n'abuse pas de cette liberté, il est jaloux en effet, pas de ce que je fais en dehors de lui, mais surtout par peur de me perdre. c'est donc cela la souffrance de l'amour ?

l'amour n'est plus un pilié sur lequel on peut se reposer. on doit constamment inventé l'amour pour ne pas le perdre. ce que Dame blanche préconise pour revivre son amour avec son mari.

#

(compte clôturé)

le lundi 09 août 2010 à 18h51

Ce fil permet de rappeler un truc essentiel: le PA n'est pas un "modèle" à substituer à la monogamie, ni même à opposer à la monogamie. Il est une réflexion sur d'autres possibilités d'amour, réflexion ùô combien utile quand on sait qu'un mariage sur deux ou trois se conclut par un divorce (sans compter les couples qui se détestent tout en restant ensemble...)
Le PA est une réflexion ancrée dans la réalité, à savoir qu'il existe plus d'une personne au monde capable de nous inspirer des sentiments ou du désir au cours de notre existence. Et qu'au lieu de se dire "zut, j'aime ailleurs, faut que je rompe avec mon actuel", on se dit "je les aime tous les deux (ou plus...) ce qui ne va pas être simple, mais essayons." Le PA n'oblige aucunement à avoir plusieurs amours en permanence- on traverse des périodes mono, solitaires ou avec des rencontres sexuelles mais pas réellement amoureuses- c'est est un état d'esprit, la conviction profonde qu'il est naturel d' aimer au pluriel. Par contre, si on l'essaie pour 1) résoudre un problème de couple 2) rompre la monotonie de son existence 3) être à la mode 4) rendre l'autre jaloux 5) tester sa séduction 6) multiplier les aventures sans risquer de se faire massacrer par le conjoint... on a toutes les chances de se planter. De plus, c'est tellement complexe à vivre et à intégrer qu'il vaut alors mieux en rester à l'adultère ou au libertinage, est infiniment plus simples! Pour les enfants: on ne les rend pas PA, ils feront ou non cette réflexion, en fonction de leur vécu et des gens qu'ils rencontreront. Les homosexuels ne sont pas nés de parents homosexuels, les PA ne sont pas toujours nés de parents PA :)
Plus que le fait de pouvoir aimer au pluriel, je trouve que les réflexions autour du PA ont l'immense avantage de pousser à s'interroger sur ce qu'est le lien amoureux au-delà du désir et des schémas sociaux classiques.

#
Profil

tentacara

le lundi 09 août 2010 à 18h57

madeline59
il est jaloux en effet, pas de ce que je fais en dehors de lui, mais surtout par peur de me perdre

Je suis amoureuse de deux hommes. Le fait d'avoir peur de les perdre ne m'autorise pas à les empêcher de vivre ce qu'ils ont à vivre. Je peux leur demander de me rassurer quand je doute, de me tenir informée de ce qui leur arrive dans la vie, mais pas de ne pas vivre pour ménager mes angoisses.

madeline59
c'est donc cela la souffrance de l'amour ?

Tu confonds la peur et la souffrance.
Je peux craindre qu'une chose arrive par anticipation. Dans ce cas, je cherche à être rassurée.
Je peux souffrir d'une chose qui est arrivée, d'une blessure due au comportement d'un de mes amours. Dans ce cas, j'exprime ma souffrance, j'en chercher la cause et le moyen d'y mettre fin. Et ce moyen n'est jamais de remettre en question leur liberté.

L'histoire de Dame Blanche lui appartient. Elle a essayé de faire changer la trajectoire de son couple. L'échec et les souffrance qui s'en sont suivis ne sont pas à cause du polyamour en soi mais d'une divergence d'opinion et de ressenti entre elle et son mari à un moment donné de leur histoire. Elle choisit maintenant de renoncer à une philosophie qui lui a coûté plus qu'elle ne lui a apporté. Elle connaît les tenants et les aboutissants et prend ses décisions en fonction.

Mes compagnons et moi avons choisi de vivre des relations ouvertes. C'est ainsi que nous avons construit nos vies sentimentales et cela nous rend heureux car nous pouvons vivre en accord avec nos principes. Cela n'empêche ni la peur ni la souffrance, pas plus que l'exclusivité ne les empêche, cela nous donne la possibilité d'être honnêtes avec nous mêmes et les autres.

Tu as choisi, Madeline, d'entrer dans une relation avec un homme qui en vivait déjà plusieurs. C'est ton choix. Tu le savais avant même de tomber amoureuse de lui. Tu es venue chercher ici une sorte de cadre, une validation intellectuelle du comportement de ton ami. Nous te répondons que non, son comportement n'est pas celui d'un polyamoureux.

LA question n'est pas de savoir s'il est ou non polyamoureux, mais si sa façon de penser et d'agir correspond à ce que tu veux. Si cela te convient, grand bien te fasse, sinon, quitte-le. Tu es seule juge de ce qui te paraît vivable ou non pour toi. Comme chacun d'entre nous.

#

(compte clôturé)

le lundi 09 août 2010 à 19h12

Francoise
Ce fil permet de rappeler un truc essentiel : le PA n'est pas un "modèle" à substituer à la monogamie, ni même à opposer à la monogamie. Il est une réflexion sur d'autres possibilités d'amour, réflexion ùô combien utile quand on sait qu'un mariage sur deux ou trois se conclut par un divorce (sans compter les couples qui se détestent tout en restant ensemble...)

Plus que le fait de pouvoir aimer au pluriel, je trouve que les réflexions autour du PA ont l'immense avantage de pousser à s'interroger sur ce qu'est le lien amoureux au-delà du désir et des schémas sociaux classiques.

Ce n'est pas donné a tous le monde d'être PA, je ne le rejette pas, j'essaie de comprendre... Et qui sais peut être un jour je le deviendrais ?

A l'age de 5 ans mon fils m'a fait une reflexion qui m' est rester graver dans ma mémoire je cite : moi quand je serais grand je voudrais une moto et deux femmes.Je lui ai répondu que sur une moto c'etait pas possible d'y mettre deux femmes.
Il a eu le culot de me dire, pas grave je les attacherais avec une corde.

Pourtant mon fils n'a jamais vécu de PA autour de lui, il a maintenant 13 ans et je pense qu'il a une certaine idée dans la tête de l'amour pluriel. il me parle souvent de deux copines qu'il a au collège.

#
Profil

PolyEric

le lundi 09 août 2010 à 22h19

amour-amour
Ce n'est pas possible de contrôler l'amour car c'est une force de l'univers.

Quand je libère l'amour, j'aboutis au polyamour
Donc pour moi, la liberté est synonyme de polyamour

Une fois polyamoureux, supposons que j'essaye de museler l'amour
Reste-je polyamoureux ?
Polytruc, peut-être, mais polyamoureux, pas sûr.
Enfin si. Dans mon cas, c'est sûr que non.
Dès que je mets la muselière, je ne suis plus amoureux.
C'est comme ça, c'est une force de l'univers
Donc pour moi, le polyamour est aussi synonyme de liberté

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 09 août 2010 à 23h45

Il y a une forme de liberté dans le polyamour, et comme cela a déjà été dit, il y a les responsabilités qui vont avec.

On a débattu sur un autre sujet de la question suivante : peut-on être aussi attentif(ve)/attentionné(e) lorsqu'on a plusieurs amoureux(ses) ?

En ce qui me concerne je n'entame pas une relation si je ne suis pas en mesure d'investir dans cette relation un certain "minimum syndical" : en attention, en communication, en temps...mais ce sont surtout l'attention et la communication qui priment (on peut s'envoyer des messages même si l'on n'a pas le temps de se voir).

Plus généralement, je ne sais pas s'il existe de vraie liberté qui n'aille pas de pair avec certaines contraintes.

La liberté finalement, c'est peut-être celle de choisir les contraintes et le cadre qui nous conviennent.

#

Benjamin-L (invité)

le mardi 10 août 2010 à 06h33

C'est beau ce que tu dis, amour-amour. On dirait du Raël.

#
Profil

amour-amour

le mardi 10 août 2010 à 08h38

Alors pour toi l'amour c'est synonyme de souffrance, donc aimer plusieurs c'est souffrir deux fois plus ou encore plus selon le nombre de partenaire ? c'est un rejet total du PA ?...

Je n'ai pas dit ça. J'ai dit,

1) L'amour, c'est une force de l'univers.

2) L'essai de contrôler l'amour est un vaste source de la souffrance. ((Donc.. Embrassez vos émotions et acceptez l'amour à chaque fois que l'occasion se présente.)))

3) La souffrance nous rend exploitables. C'est donc, un perte de nos libertés.

#

Benjamin-L (invité)

le mardi 10 août 2010 à 10h39

Bon, Claude Vorillon, tu sors de ce corps, maintenant !

Et tu arrêtes de prôner la soumission par l'amûûûr plutôt que la soumission par la souffrance.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion