Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

NRE et insécurités.

Engagement
#

Naëlla (invité)

le samedi 06 juillet 2019 à 07h32

Bonjour.
Quelques difficultés poly m'amènent à vous contacter ce matin.

Je suis poly depuis quelques années, situation plutôt bien installée avec mon compagnon de longue date, dans laquelle je me sens bien et ai le sentiment d'avoir pu trouver le mode relationnel le plus en adéquation avec ma personnalité et mes valeurs.
Nous avons tout deux différentes relations en parallèle à la notre et, dans l'ensemble, avons trouvé un équilibre et des fonctionnements qui nous conviennent.

Mais à ce jour, face à différents événements, je me questionne sur ma capacité à assumer pleinement la non-exclusivité de mes relations.

J'ai pris pour habitude au cours des années d'avoir des compagnons avec qui je m'investissais peu, restais en retrait, ne cherchais pas à avoir leur présence dans mon quotidien.
Déjà parce que souvent cela nous convenait ainsi, ensuite sans doute parce que j'avais déjà souffert de relations asymétriques où mes demandes surpassaient celles de mes partenaires, et qu'il me paraissait plus confortable d'aller au devant de cette peine là. Une sorte d'instinct de préservation peut-être ?
Récemment, j'ai quelques fois cherché à lâcher prise de ce côté là mais les rares opportunités se sont soldés par deux échecs décourageant et - il me semble - peu bienveillants : partenaire qui me "ghoste" du jour au lendemain, autre qui rejette la communication dès le moment où j'évoque mes difficultés à suivre et comprendre ses envies - visiblement plus mouvantes que les miennes.

Forcément, cela m'amène à interroger mes propres façons de faire, ma façon de m'attacher. Je n'ai pas l'impression d'aller "trop vite en besogne", je ne me considère pas étouffante ou trop présente, ni dépendante, je suis à l'aise avec l'absence de contact et ne suis pas "insecure" par défaut, même si je l'ai été dans le passé. Je pense avoir construit de meilleures bases d'estime de moi et d'autonomie affective qui me permettent, jusque là, d'être à l'aise avec le fait que mes partenaires vivent une vie qui ne tourne pas autour de moi.
Ma réserve naturelle m'amène à suivre le mouvement et à n'installer mes relations dans le quotidien que lorsque cela semblent venir d'eux - et si cela répond à mon envie également.

J'en arrive donc à ce qui provoque mon passage ici ce matin : depuis quelques mois, une personne est entré dans ma vie. Les contacts sont vite devenus quotidiens, et nombreux, et la relation intense. Tout semblait assez facile : complicité qui s'installe comme j'en ai rarement connu, super feeling sexuel, tendresse, facilité à communiquer...
C'est un partenaire "jeune" dans le poly, qui expérimente pour la première fois le multi-partenariat assumé et honnête et qui, du coup, s'interroge sur la façon dont il peut gérer cela - en pratique bien sûr, mais aussi émotionnellement.
Je m'y suis beaucoup attaché, j'ai pas mal lâché prise auprès de lui, j'ai suivi son enthousiasme et ait eu plaisir à sortir de ma zone de confort à plusieurs niveau (partager des bouts de son quotidien avec ses enfants, par exemple, ou envisager des vacances avec lui et ses amis).
À la fois je trouve cela très positif, et à la fois je me sens bien plus vulnérable que ce que je connais/pratique habituellement, je sens que je me suis attachée à un stade où le moindre signe de recul me serait douloureux.

En début de semaine, il m'a annoncé commencer à fréquenter quelqu'un d'autre. Je ne gère pas bien du tout cette nouvelle.
Déjà, le confort d'être "la dernière relation arrivée" de l'un et de l'autre, celle en pleine NRE, pleine d'enthousiasme et de "passion", devient asymétrique. Ensuite, je n'arrive pas à regarder la situation autrement que par mon propre prisme : moi, je n'ai pas encore l'envie d'aller à la rencontre de nouvelles personnes. Et ça me fait de la peine de constater que lui si, parce que ça a, à mon sens, une signification sur l'attachement qu'on se porte l'un à l'autre, sur des envies/demandes également asymétriques.

Je me rends compte à quel point une situation qui me paraissait anodine ailleurs, avec d'autres partenaires, est en fait ici totalement nouvelle pour moi : dans une relation décousue où les contacts sont plus rares, moins investis, l'annonce de l'arrivée d'une personne nouvelle est pour moi totalement transparente et ne m'insécurise pas, et même me fait plaisir - quand je l'apprend, parce que bien souvent mes autres partenaires et moi ne nous tenons pas vraiment au courant de ces événements sans que cela soit un problème.

Cela fait donc quelques jours que mes tripes se recroquevillent complètement en position défensive, avec l'envie sourde de juste me mettre en retrait, échapper à la confrontation avec ce que je sens se profiler, et abandonner purement et simplement. J'ai beaucoup de difficulté à en discuter avec cet amoureux (?), je perd mes moyens, je me replie et par dessus le marché je complexe d'être une si "mauvaise poly" là où de nous deux je suis sensée être celle qui est le plus à l'aise.

En parler avec lui, lorsque nous y sommes parvenus, m'a seulement permis de décompresser un peu intellectuellement, sans pour autant calmer mes viscères, puisque étant quelqu'un d'honnête il m'a effectivement confirmé qu'il ne pouvait me promettre que rien ne changerait pour moi. Il dit ne pas vouloir me quitter, mais comme je le lui ai fait remarquer, l'intention est valable maintenant, qu'en sera t-il lorsque/si cette nouvelle relation aura décollé ? Sans même parler de me quitter, quelle sera ma place si pour X raisons les choses "s'emballent" avec elle, s'il connait une NRE prenante auprès d'elle
Une part de moi me dit qu'il est trop tôt pour s'en inquiéter, et en même temps dans les faits cette nouvelle personne semble avoir attiré son attention plus vite et plus fort que moi, et je tombe dans des comparatifs idiots sur les points communs qu'ils ont et que je n'ai pas, bref, j'angoisse, et je ne parviens pas à relativiser/rationaliser.

J'ai conscience qu'une part importante de mes angoisses prend forme uniquement dans un manque de confiance en moi/d'estime de moi, que l'autre vient sans doute du fait que notre relation n'est pas assez "installée" pour que je me sente aussi rassurée sur le fait qu'il aura envie de revenir qu'avec d'autres, mais je ne sais pas comment gérer cela.
Et mes viscères sont plutôt en mode "fuite" - ce qui me semble totalement contre productif, déjà parce que ce n'est pas une solution, ensuite parce que je me dis qu'à force de prendre des distances, ben en fait, c'est moi qui cause le changement/l'éloignement que je redoute...

Bref, je me sens acculée, je ne sais pas quel chemin prendre, j'avais besoin de me confier (et vous écrire me fait du bien) et de vous crier "HELP !", si parmi vous certains ont des pistes de réflexion, des chauxdoudous ou juste une blague rigolote, je prends.

Merci !

#
Profil

Mark

le samedi 06 juillet 2019 à 13h06

Bonjour @Naëlla,

Merci pour ton témoignage.
A la lecture et l'analyse que tu fais de la situation, j'ai l'impression que cette nouvelle relation t'a portée au delà de la zone de confort relationnelle que tu as souhaité connaître jusqu'à présent.

Pourrais-je en déduire que ton attachement , tes sentiments, sont plus forts dans cette relation et que donc, le sentiment d'insécurité qui est resté en retrait dans tes autres relations par tes choix d'implication émotionnels, se retrouve maintenant projeté pleinement dans tes ressentis?

Je peux me tromper dans ma compréhension, mais c'est en communiquant que tu trouveras de la réassurance. Tu dis ton partenaire novice dans la pluralité relationnelle, mais il semble en avoir acquis les bases: Transparence et communication honnête avec toi.

Tu me semble avoir une analyse plutôt objective de tes ressentis, les clefs des réponses s'y trouvent. serait-ce utile de te proposer quelques pistes de lecture? Celles de la réflexion, tu les a à mon sens déjà bien identifiées et verbalisés. ;-) Courage!

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#

Naëlla (invité)

le lundi 08 juillet 2019 à 17h25

Bonjour @Mark et merci pour ce message !

Oui, tu as bien compris ce qui est, je pense, en train de se passer.

J'ai avancé un peu dans ma réflexion, je me rends compte que la nouvelle de cette relation qui arrive dans sa vie ne fait qu'appuyer sur des insécurités déjà présentes avant cela. Que dans le fond, ce n'est jamais rien que l'angoisse classique de ne pas rester "intéressante" en comparaison à cette nouvelle venue, parce que j'ai du mal à saisir ce qui lui plaît/l'intéresse en moi - schéma récurrent chez moi.
Je me fais à l'idée que ça peut bien sûr arriver, et que d'expérience je sais avoir les ressources pour le gérer, mais qu'il n'est pas rationnel de partir dans l'idée que ça VA arriver.
Bref, je me sens un poil mieux dans la situation, et j'ai envie d'accueillir cette nouvelle relation aussi chaleureusement que possible.

Je pense attendre que cela prenne forme de façon plus certaine pour évoquer cela avec lui, voir comment il vit la coexistence de ses envies pour elle et de ses envies pour moi.

Merci pour cette réponse !

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 08 juillet 2019 à 18h01

Je rejoins Mark : Il faut que tu partages tes émotions avec lui. Le fait d'être expérimentée ne fait pas de toi quelqu'un d'insensible. Tu peux lui dire que tu ressens une vulnérabilité, et que ton mécanisme de défense face à cette vulnérabilité est la fuite. Mais que tu ne veux pas remettre en cause votre relation, ni y nuire par des réflexes émotionnels. C'est ça aussi la maturité, savoir reconnaître sa vulnérabilité, savoir demander de l'aide. Rien que d'avouer ce que tu ressens risque de dénouer tes tripes.

Et, si je peux me permettre, ta place est et reste plus importante que la sienne. On peut trouver de nouvelles relations quand on se lasse des précédentes, ou on peut trouver de nouvelles relations parce qu'on est bien dans sa vie. Je sais que j'ai le second réflexe, plutôt. J'adore les relations mais elles me demandent beaucoup d'énergie, donc j'ai tendance à m'ouvrir à celles ci quand ma relation principale est sur des rails. Inversement, quand je vais mal, j'évite tout contact, car je n'ai pas l'énergie pour ça et que je préfère m'occuper de mes problèmes d'abord.

#

Naëlla (invité)

le lundi 08 juillet 2019 à 18h52

Merci !

J'ai déjà évoqué ma vulnérabilité avec lui, je lui ai expliqué d'où je pense qu'elle provient, que j'ai peur qu'il s'éloigne, que j'avais le réflexe de me mettre en retrait, que je bataillais contre et que j'avais le souhait d'entretenir notre relation. Il a compris, je pense.
Mais il ne peut m'apporter des réponses qu'il n'a pas et c'est à moi de me rassurer, ce que j'ai du mal à faire.

Merci pour ton apport sur l'arrivée d'une nouvelle relation, je ne sais pas comment lui perçoit cela, à savoir que je ne suis pas sa relation "principale" à proprement parlé et qu'il m'a rencontré et a commencé à être intime avec moi lorsqu'une relation plus vieille s'est éloigné de lui.
Ça joue aussi peut être dans mon interprétation de ce qu'il se passe, ajouté qu'en pratique je ressens que nous sommes descendus du petit nuage sur lequel nous étions.
Ce qui est aussi peut être une simple conséquence de ces derniers jours un peu moins légers entre nous.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion