Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Vasectomie : votre avis m'intéresse

#
Profil

Gin

le dimanche 06 juin 2010 à 14h05

intéressant... merci !

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 juin 2010 à 14h17

.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

bohwaz

le dimanche 06 juin 2010 à 14h36

Il existe des DIU au cuivre qui ne sont donc pas hormonaux.

Concernant la douleur c'est simplement quand c'est mal posé que c'est douloureux. Quand c'est bien fait normalement ça ne dois pas être douloureux, surtout après la pose.

Je te renvoie au site de Martin Winckler sur le DIU : martinwinckler.com/rubrique.php3?id_rubrique=34

Enfin, l'implant et la pilule peuvent permettre de ne plus avoir de règles, ça a un certain avantage. Maintenant chacun se fait son avis sur la "nocivité" des hormones, la pilule étant utilisée en france depuis 50 ans, on commence à avoir un peu de recul dessus...

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 juin 2010 à 15h23

permet moi de te dire que c est faux!
je desirai une ligature depuis des années et aucun medecin gyneco etc n a voulu me la faire.
ni a moi ni a mes deux soeurs ni a mes copines: toutes trop jeunes.
pour moi j y ai eu droit a 47 ans apres d autres soucis.
J' estimai qu a 42 ans et trois enfants je savait ce que je fesait
mais voila la reponse de plusieurs toubibs:
et si vous veniez a en perdre un??
La pilule pour homme existe pas tres rependue mais bien reelle.
Quand aux douleurs post operatoires de la ligature elles existent reellement surtout au niveau des epaules et de la nuque mais ca ne dure que quelques jours!

#
Profil

Polyamour.info

le dimanche 06 juin 2010 à 18h16

Merci de faire attention à commencer les phrases par une majuscule et les terminer par un point.

#
Profil

bohwaz

le dimanche 06 juin 2010 à 18h30

Un médecin peut refuser mais il doit te diriger vers un autre médecin qui acceptera de le faire. C'est une exigence du code de la santé publique.

Quand aux arguments qu'ils utilisent pour refuser... Je te laisse juger de leur pertinence...

C'est tout à fait possible, même à 18 ans, d'avoir recours à ce type d'opération.

Encore une fois, Martin Winckler distille une information de qualité : martinwinckler.com/article.php3?id_article=830

Enfin, il n'existe pas de pilule masculine ni aucun autre contraceptif masculin autre que vasectomie et préservatif. On en parle depuis des années mais toujours aucune application réelle, que des études et des tests. Cf. news.discovery.com/human/male-birth-control-pill.h...

#

.... (invité)

le dimanche 06 juin 2010 à 19h17

Bohwaz, tu répercutes des informations partielles, voire partiales, je trouve.

La chirurgie féminine comporte autant de risques que la masculine, sinon plus: à tout prendre, je trouve que c'est moins pire de perdre une couille, une glande extérieure, que d'encourir des suites post-opératoires abdominales: ça, c'est bien plus emmerdant pour la santé, en général.

Pour parer à la reperméabilisation des canaux, les techniques opératoires se sont modifiées.

Les solutions hormonales pour femmes, le DIU ou l'implant. c'est trop cool.. surtout quand c'est l'autre qui se le coltine... les solutions pour hommes ne sont juste pas assez développées car comme les femmes seront toujours les perdantes finales en cas de grossesse non-désirée, c'est un bel oreiller de paresse pour la recherche: on en est à des médics accompagnés d'application de pommade à la testostérone, c'est pas jojo pour les partenaires qui se voient pousser des poils aux points de contact avec leur bonhomme! Mais je te rassure, la pilule a aussi commencé par être administrée à doses de cheval, pour arriver à des formules très légères de nos jours. Les labos ne sont pas pressés de trouver de la cavalerie légère, mais le jour où il y aura autant de femmes que d'hommes dans les décideurs de budget pharmacologiques, voire plus de femmes que d'hommes, j'imagine que là, la recherche va redémarrer...

Quant au fait que la vasectomie, la perte d'un testicule ou l'impact psy des suites soit évoquée... quand je te lis, je me dis que décidément la flatterie a du bon: les femmes qui nous lisent se sentiront revalorisées, j'imagine, de se voir décrétées mieux armées, sur le plan psychologique, pour affronter la même perte de fertilité, d'une glande interne ou pour gérer ce changement dans leur tête... c'est fou.

Quelle bande de mauviettes on fait , décidément ! :-).

#
Profil

bohwaz

le dimanche 06 juin 2010 à 19h35

Je parlais évidemment de l'opération chirurgicale en général, que ça soit vasectomie ou ligature des trompes c'est la même chose au niveau risques physiques et psychologiques, on ne devrais pas avoir à "demander" ça à l'autre. Je ne dis absolument pas que l'un est moins pire que l'autre.

Sinon la vasectomie expose aussi à des risques de suites post opératoires abdominales...

Je n'ai jamais dis non plus que les femmes étaient mieux armées pour affronter la perte définitive de fertilité. C'est le même risque que pour les hommes. Je ne parlerais pas de la perte de fertilité temporaire puisqu'il n'y a aucune solution pour les hommes...

La recherche existe, je te laisse lire l'article que j'ai pointé plus haut. Et on est nombreux à l'attendre (moi en premier). Quand à l'argument de la paresse que tu pointe, ça me fait assez rigoler justement après avoir lu ce manifeste tout aussi bête : Of course we women don't want a male pill - it would end those happy little 'accidents'.

#

.... (invité)

le dimanche 06 juin 2010 à 19h51

C'est bien que tu précises tout ça, c'était pour le moins ambigu.

A part ça, la vasectomie se pratique à l'extérieur de la cavité abdominale (attends, je vérifie dans le slip???? Oui. Je confirme.) Donc, peut pas y avoir de problèmes post-op abdominaux. Ca boxe pas dans la même catégorie qu'une ligature des trompes, ou alors je vous autorise à me faire bouffer la plaquette de pilules de ma copine...

Au passage, pour un administrateur, traiter de bête l'argument d'un interlocuteur, je trouve ça... ouais, ça me fait rigoler aussi: c'est signé...

#
Profil

bohwaz

le dimanche 06 juin 2010 à 19h56

Parce que je suis admin je n'aurais pas le droit de répondre comme je veux ?

Vous avez tous un syndrome de persécution ici ou quoi ?

#

.... (invité)

le dimanche 06 juin 2010 à 20h13

Personne n'a le droit de décréter que ce que dit autrui est bête, et encore moins un administrateur, c'est une question de crédibilité, voilà. Et puis, trop facile de se mettre au-dessus de la mêlée en traitant les gens de paranos, c'est limite méprisant, ça, mec. Je mords pas à l'hameçon, facture trop grossière.

Un coup t'as droit au même traitement qu'un membre, un coup, t'es là où ça t'arrange... Cohérence, cohérence...

Avec toute ma bienveillance, hein :-)

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 juin 2010 à 23h20

.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 juin 2010 à 23h49

.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

bohwaz

le lundi 07 juin 2010 à 00h19

Concernant la pilule : "Découverte au début des années 1950 au Mexique, commercialisée aux États-Unis à partir de 1960". C'est pas moi qui le dis... On a justement fêté récemment ses 50 ans...

La pose d'un DIU n'est pas un acte chirurgical (pas de chirurgie nécessaire, dieu merci !) voilà d'ailleurs une vidéo qui montre la pose en images de synthèse : video.about.com/contraception/IUD.htm

Ensuite non je ne disais pas qu'une vasectomie est une chirurgie abdominale mais qui peut aussi provoquer des douleurs abdominales.

Je n'ai pas dis qu'il était mieux non plus de demander à la femme de se faire poser un DIU ou de prendre la pilule, c'est une décision qu'elle doit prendre elle même. Perso ça ne m'a jamais dérangé d'utiliser des préservatifs, donc je ne suis pas un fervent partisan du DIU, de l'implant ou de la pilule. Je dis juste que ça existe et que c'est plus facile de passer par une solution non permanente que par la chirurgie. Ce n'est pas plus facile que ça soit la femme qui le fasse, c'est plus facile tout court, et ça serait plus facile pour un homme si ça existait mais voilà c'est pas le cas et je suis le premier à m'en plaindre.

#

(compte clôturé)

le lundi 07 juin 2010 à 01h17

.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

JHGrenoblois

le lundi 07 juin 2010 à 09h08

Mon expérience :
Ayant réglé le problème depuis des années (je n'ai jamais voulu avoir d'enfant), je peux expliquer ici ma démarche. A 39 ans, j'en ai parlé à mon généraliste (NB : un gynécologue a peu de chance de proposer une vasectomie car il s'occupe des dames, pas des messieurs : gynê = femme, en grec. Si, si !) qui m'a dressé à un urologue. Celui-ci a tout d'abord essayé de me décourager, puis m'a expliqué qu'un certain pourcentage d'hommes est naturellement stérile (je sais très bien pourquoi je ne joue pas au loto !), puis m'a expliqué que l'opération est plus ou moins illicite en France (comme l'IVG a une certaine époque) et m'a alors demandé 2000 F (pour les petits jeunes : 300 euros) non remboursés par la Sécu. L'opération s'est déroulée sous anesthésie locale, mais un spermogramme 3 mois après, suivi d'un autre encore 3 mois après ont montré que j'étais toujours fertile (bien que le toubib ait prétendu qu'il arrive que les canaux se reconnectent seuls, je soupçonne qu'il a seulement essayé de les ligaturer), de plus j'avais des grosseurs douloureuses (dont j'ai oublié le nom scientifique). Résultat des courses : re-opération, sous anesthésie générale, remboursée par la Sécu car il s'agissait de supprimer lesdites grosseurs (donc une pathologie bien réelle), et, 3 mois après, un nouveau spermogramme enfin correct (tout à zéro). Par la suite, j'ai eu quelques douleurs, mais très supportables.

Mon avis :
- les urologues français manquent de pratique, alors qu'il s'agît d'une opération courante dans d'autres pays européens (dont la Suisse, sauf erreur de ma part) et en Amérique du Nord (il y a même eu une époque où les Américains vasectomisés arboraient un badge spécifique pour aller en boîte de nuit !),
- il y a un réel confort personnel à ne plus avoir cette appréhension de mettre en cloque ma partenaire,
- ceci permet aussi de se passer de préservatif (après test HIV réciproque !) avec une partenaire ne voulant (ou ne pouvant) pas prendre la pilule (et autre stérilet),
- c'est une opération bénigne (quand elle est pratiquée par un pro) contrairement à une ligature des trompes qui est beaucoup plus invasive),
- ceci dit, c'est une décision qui doit rester personnelle et réfléchie, et qui demande une certaine responsabilité de l'intéressé à la fois au niveau de son corps et au niveau de la contraception du couple (trouple, n-ouple...).

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

.... (invité)

le lundi 07 juin 2010 à 09h45

Donc, bilan des courses...

Consulter un urologue plutôt qu'un généraliste (moins qualifié pour les interventions). C'est le devoir du médecin de faire le tour des retombées avec son patient, avant d'accéder à la demande; mais son devoir aussi d'accepter la décision prise.

Pour ceux qui regretteraient ensuite, il paraît qu'on peut récupérer du sperme plein de bébêtes, par ponction de bourse (des deux: le portemonnaie aussi, avissssse...)

Mais bon, chacun mélange à sa guise ses motivations. Je continue à trouver zarbi de dealer ça comme un enjeu entre les partenaires, c'est limite courte-paille truquée, c'est le moins affirmé/ le plus culpabilisable des deux qui va baster et aller se faire opérer...

NB: sans blague, un badge pour s'annoncer stérile, j'aimerais bien savoir dans quel but... t'as des pistes?

#

(compte clôturé)

le lundi 07 juin 2010 à 09h50

Pour ce que mon ami m'en a dit, il a fait un dépôt de sperme, c'était obligatoire, pour les éventuels regrets justement.
Je dois l'appeler cette semaine, si possible je lui demanderai son témoignage précis.

#

.... (invité)

le lundi 07 juin 2010 à 10h07

Déposer du sperme, c'est obligatoire? Mais c'est... scandaleux... si la motivation à la vasectomie, c'est de ne pas transmettre ses gamètes... et que c'est récupéré ensuite d'une manière ou une autre... déontologiquement c'est inacceptable.

Par exemple, ça soulève la possibilité de faire un môme en se passant du consentement du"géniteur", pour des raisons égoïstes ou éthiquement douteuses - ça fait froid dans le dos, là.

#
Profil

titane

le lundi 07 juin 2010 à 10h45

je n'ai rien contre la vasectomie avec ou sans dépôt de sperme. je pense que c'est un acte responsable pour un homme d'assumer sa propre décision de ne plus avoir d'enfant sans emmerder les femmes...

par contre revenir sur sa décision de procréation en refouillant dans le congélo, je ne vois pas où est le problème ? ce n'est pas dans le dos que ça fera froid ! :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion