Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Poly par nature? Poly comme aboutissement d'une évolution?

#
Profil

LuLutine

le vendredi 20 novembre 2009 à 23h29

tentacara
l'amour qu'on éprouve pour une personne n'est pas conditionné par les relations qu'on a avec elle

Ahhhh merci pour cette phrase !!!

J'ai tellement de mal à en persuader la plupart des gens (bon, la plupart de ces"plupart" sont des monogames il faut l'avouer).

Chouette, quelqu'un qui pense comme moi !:)

#
Profil

lutevain

le vendredi 20 novembre 2009 à 23h44

tentacara

l'amour qu'on éprouve pour une personne n'est pas conditionné par les relations qu'on a avec elle

LuLutine
Ahhhh merci pour cette phrase !!!

J'ai tellement de mal à en persuader la plupart des gens (bon, la plupart de ces"plupart" sont des monogames il faut l'avouer).

Chouette, quelqu'un qui pense comme moi !:)

Tiens donc tout d'un coup je me sens moins seul…

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Junon

le vendredi 20 novembre 2009 à 23h56

Tout pareil de mon côté...

#

(compte clôturé)

le samedi 21 novembre 2009 à 02h05

tentacara
l'amour qu'on éprouve pour une personne n'est pas conditionné par les relations qu'on a avec elle

Dans l'idéal, oui. Ya quand même à faire avec deux-trois démons qui se tiennent en embuscade....

Je suis bien contente si vous faites cadrer théorie et pratique pour votre part, mais c'est loin d'être aussi évident et facile que ça en a l'air.

#
Profil

tentacara

le samedi 21 novembre 2009 à 09h25

Faire coller la pratique à la théorie ne se fait pas sans douleur. C'est toujours une souffrance d'admettre qu'une personne qu'on aime ne vous aime pas. Mais l'en aime-t-on moins? je ne crois pas. Je peux faire le deuil d'une relation, mais d'un amour, je ne peux pas.

#
Profil

Dreltak

le samedi 21 novembre 2009 à 09h43

En meme temps il me parait difficile d'aimer quelqu'un dont je ne conait pas l'existence lol (reflexion sur le chemin du boulot, je develloperais plus tard)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 21 novembre 2009 à 11h17

tentacara
Faire coller la pratique à la théorie ne se fait pas sans douleur. C'est toujours une souffrance d'admettre qu'une personne qu'on aime ne vous aime pas. Mais l'en aime-t-on moins? je ne crois pas. Je peux faire le deuil d'une relation, mais d'un amour, je ne peux pas.

Dak, je suis plus raccord, là... Mais il y a tout une dimension amoureuse qui dépend en effet du fait que la relation se noue ou pas, pour s'épanouir.

Sinon, je reste avec un amour qui en effet est là, mais sonne un peu creux, car resté dans l'attirance, le désir, le phantasme de la relation elle-même. Un amour qui ne se développe pas, pour moi, a tendance à se mettre en état de veille, flamme réduite.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 21 novembre 2009 à 12h38

C'est ambivalent, pour moi... Après m'être fait jeter, j'aime encore. Ca existe, c'est là, actif. Certains de ces amours contrariés comptent beaucoup plus dans mon évolution que d'autres satisfaits.

Mais plus le temps passe, mois ça dépend de la personne. Sauf si elle joue avec le feu, ce qui ne serait pas responsable de sa part.
Et si je donne à ce sentiment une place amoureuse comparable à celle que j'ai dans une relation aboutie, je lui donne une sorte de statut. Disons... que je me considère comme le seul témoin valable de cet évènement.
En poussant à fond... On peut avoir cette idée avec une veuve qui ne pense jamais à rencontrer d'autres hommes, parce qu'elle vit (et elle en tire sans doute un bien être) avec un souvenir. Pourquoi pas, mais... la place du réel, de ce qui pourrait arriver est restreinte ou niée. Autrement dit, on est responsable face au réel, à notre vie à venir, de la place qu'on donne à ce genre d'amour "perdu". On en subit les effets, mais notre réaction, c'est un choix.

#
Profil

Junon

le samedi 21 novembre 2009 à 14h40

tentacara
Faire coller la pratique à la théorie ne se fait pas sans douleur. C'est toujours une souffrance d'admettre qu'une personne qu'on aime ne vous aime pas. Mais l'en aime-t-on moins? je ne crois pas. Je peux faire le deuil d'une relation, mais d'un amour, je ne peux pas.

Exactement. Hélas.

#
Profil

tentacara

le dimanche 22 novembre 2009 à 18h59

Siestacorta
En poussant à fond... On peut avoir cette idée avec une veuve qui ne pense jamais à rencontrer d'autres hommes, parce qu'elle vit (et elle en tire sans doute un bien être) avec un souvenir. Pourquoi pas, mais... la place du réel, de ce qui pourrait arriver est restreinte ou niée. Autrement dit, on est responsable face au réel, à notre vie à venir, de la place qu'on donne à ce genre d'amour "perdu". On en subit les effets, mais notre réaction, c'est un choix.

Mais lorsqu'une veuve, quoiqu'encore habitée de l'amour qu'elle avait pour son mari défunt, trouve la ressource de s'ouvrir à d'autres histoires, d'autres amours, ne touche-t-on pas à une forme essentielle du polyamour? Si son amour survit à la relation, elle l'apportera avec elle dans les suivantes.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 22 novembre 2009 à 19h29

Vrai.
En tout cas, on touche à une forme d'amour ouvert, sans doute, la nouvelle personne doit accepter qu'on ait un passé, qui demeurera pas tabou ou confidentiel.

#
Profil

dalloway

le samedi 28 novembre 2009 à 14h49

En ce qui me concerne :

Le ressenti 'polyamoureux' ou le fait de ressentir de l'amour de façon multiple, a toujours relevé de l'instinctif (au plus loin que ma longue vue me permette d'observer mes vécus amoureux passés) et serait donc 'naturel'.

Mais le fait de 'vivre' en polyamoureuse dans la pratique (soit aimer plusieurs femmes ouvertement et en toute conscience), si j'y parviens un jour, sera l'aboutissement d'une évolution.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 28 novembre 2009 à 15h08

Pour le terme de "naturel", dans le sens de logique ou évident, ce n'est pas... juste; mais plutôt dans le sens de "ce qui est dans la nature" de qui cause, oui.

Ce qu'on ressent comme naturel vient pas mal de ce qu'on a vécu en famille. Si vos parents vivaient ça de manière libre et déculpabilisée, c'est ça de moins à faire comme chemin.

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 18 septembre 2014 à 18h48

Ce fil est bien et je savais pas trop ou parler de ce festival quelques endroits en France et un au Québec
P t etre que ça va vous intéresser
www.festivaldufeminin.com

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion