Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'article

Lettre à mon amie

Témoignage

Mon amie, je suis dans le train je vais donc en profiter pour t'écrire un peu sur le polyamour, car j'y pense beaucoup pour vous et aussi pour moi car c'est une philosophie que je trouve de plus en plus logique.

Je trouve en y réfléchissant vraiment, profondément, que le polyamour permet à l'être d'être plus libre. Pas libre dans le sens volage, mais libre dans la façon de distribuer ses sentiments, distribuer est peut-être un terme à éviter car je parle comme une vieille capitaliste, donc à partager. Tu es libr…

» Lire l'article

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 janvier 2010 à 13h48

Texte frais, enthousiaste, et engagé, qui fait le tour du premier round polyamour, monoamour. Le genre de credo qui fait claper de la langue : c’est goûtu, ça a du retour !

Ca me remet une année en arrière, comme un petit album-photo. Je me refais passer le film, en ralentissant sur les images fortes…

Polyamour est plus qu’une philosophie, qui pourrait rester juste très théorique. L’exercice en est plus rigoureux, c’est pourquoi il faut s’attendre à des hauts et des bas, des retours en arrière, des petits bouts de deuil à refaire ici et là.

Une liberté oui, liberté aussi de ressentir très profondément des choses qui resteraient en filigrane sinon. Quand on évoque le monde dont on rêve, il ne faut pas oublier que quelques cauchemars restent accrochés, et qu’il va falloir dealer avec ça.

Le polyamoureux est obligé de se poser bien plus de questions que le monoamoureux, d’ordre pratique et quotidien (faut faire avec le partage...) : est-ce que je respecte mes partenaires, Loyse, Dany, Nat ? Et entre elles, entre eux, c’est comment ? Ca doit être comment ? Je dois m’en mêler, ou pas ? J’ai le droit, même ? Est-ce que je suis correct, et honnête avec moi-même ? Le courage du polyamour n’est pas tant d’oser – ça ne se fait qu’une fois, de franchir le pas… que d’oser rester dans ce mode amoureux, même s’il fait souffrir parfois. Et aussi d’accepter d’avoir besoin ici et là de se replier sur une relation, le temps de reprendre des forces.

C’est une chose à apprivoiser, à tenter par petites bouchées, pour éviter l’indigestion… et le rejet, qui survient parfois. On n’aime pas mieux parce qu’on aime plus de gens, si la qualité relationnelle ne suit pas. Ce n’est pas plus facile de dire pourquoi on aime, et la morale et la religion dans lesquelles on a baigné tenteront de repointer le bout de leur nez, alors qu’on est en train de lutter pour réinventer ses propres morale, religion et symbolique. Veillez au grain…

L’Homo Polyamorous n’est pas pour moi un produit de l’évolution du Monoamorous, mais une branche différente de l’arborescence. Un peu comme Sapiens et Neandertal qui ont cohabité sur terre. Le hasard a voulu que Sapiens soit mieux adapté, ou autre chose, va savoir. Sapiens n’est pas plus sage malgré son nom, c’est juste comme ça qu’on l’a appelé… Neandertal a eu une très riche culture, des préoccupations esthétiques et spirituelles. Il était plus robuste que Sapiens, et son cerveau était légèrement plus volumineux. Bref, Sapiens aurait pu disparaître, Neandertal survivre. Le hasard. D’autant plus que, par le plus grand des hasards aussi, le lieu de découverte des ossements en question, Neandertal, signifie
« vallée de l’homme nouveau »… et que rien ne nous dit qu’il n’a pas contribué génétiquement à Sapiens.

Homo Polyamorous n’est pas plus naturel que Monoamorous, ni moins, il est; juste ça. Bien sûr que les sociétés dans lesquelles nous vivons continuent à nous influencer, qu’on s’en inspire ou qu’on s’en distance, même en allant vivre sur une île déserte. Tout comme le mono, qui tente comme le poly de vivre en paix, et à sa manière. L’égoïsme est un ressenti très personnel, je crois. Si je pense honnêtement faire des efforts et porter mon attention vers mon partenaire, et qu’après des années il m’accuse d’égoïsme, la blessure est forte de part et d’autre. Cette expérience-là, je crois qu’elle est très répandue… Etre mono ou poly, à ce moment-là, ça ne protège personne.

Perdre un amour ne fait pas moins mal quand on est poly, et comme cela se répercute souvent sur l’autre relation, ce n’est pas plus confortable ; c’est juste différent, parce que c’est su. Un tas de choses et d’événements nous rapprochent et nous éloignent les uns des autres, souffrir d’un amour perdu en fait partie… si je suis consciente qu’il est dans un moment plus fragile, savoir que mon homme est triste d’avoir été quitté me suffit, mais je sais que je vais prendre un peu de distance, salutaire, quelque part en moi.

L’égoïsme, la possessivité sont des sentiments à considérer - ne serait-ce que par ce qu'ils sont ressentis, et rien ne sert de les nier. Ils n’ont rien à voir avec l’intelligence, mais plutôt avec la vanité – car quoi de plus vain au premier abord. Mais ça doit bien servir ou avoir servi à quelque chose à un moment donné de nos histoires, pour nous construire, individus, ethnies, sociétés et cultures confondues… et rien ne nous dit que nous en sommes débarrassés. Quelques heureux ne sentent pas la jalousie – ou le prétendent. Mais tout le monde fait de son mieux, et comme il le peut.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

sylvie (invité)

le jeudi 13 octobre 2011 à 11h23

J'ai vécu 25ans avec mon ami et nous avons eu 2 enfants . Nous ne nous sommes rien promis sinon la liberté et l'honnêteté . Notre amour était fort et nous nous faisions encore des déclarations . Nous discutions souvent du couple et de son carcan .Notre entente sexuelle était moyenne mais nous avions entamé une réflexion commune sur ce sujet . Nous avions vécu avec respect quelques mois d'un amour à trois auparavant. Je sais par expérience que je ne suis pas jalouse . Mon ami le savait bien sûr . Il y a 5 ans il a commencé une relation amoureuse avec une jeune amie commune . J'ai accepté cette relation , nous avons décidé puisque nos enfants étaient élevés d'acheter un autre bien et nous avons continué à nous voir souvent bien que vivant chacun de notre coté . J'ai donc écrit à mes deux amis une proposition de polyamaour qui ressemble beaucoup à cette lettre que je viens de lire . Je n'ai pas eu de réponse de la part de la jeune femme , je sais qu'elle l'a déchirée . Le père de mes enfants m'aime toujours et moi aussi mais son amie exige la fidélité . Il a donc renié ses idées pour cet amour exclusif et il lui est sexuellement fidèle . Nous continuons à nous rencontrer mais la jeune femme exige qu'il ne parle jamais de moi . Elle ne veut pas savoir . J'aimais beaucoup cette personne , nous avons vécu ensemble des moments forts c'était une amie , et j'aurais aimé qu'elle le restât .Elle a 20 ans de moins que moi ! J'ai souffert énormément de cette situation mais je crois toujours que l'on peut aimer avec respect plusieurs personnes à la fois . Depuis je ne veux rien m'interdire mais à 55 ans les rencontres ne sont pas légion et celles que j'ai faites n'ont pas eues de suite car je n'ai rencontré que des hommes monogames ....la lecture de cette lettre m'a confirmée que je ne suis pas seule à croire au polyamour mais nous sommes encore très rares .

Répondre

Lire l'article

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion