Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour tout seul ?

Bases
#
Profil

lytO

le samedi 07 février 2015 à 10h13

Je parcours ce forum pour la première fois, cherchant à éclairer ma lanterne. Le terme "polymamour" et le mode de vie qu'il désigne est relativement nouveau pour moi. Jusqu'à passé 30 ans, j'ai été très classique dans mes relations amoureuses, basées sur l'exclusivité et la fidélité. Jamais je n'avais fait "d'écart".

Je suis en couple depuis trois ans avec une femme que j'aime. Avec elle, j'ai construit une relation "classique", encore une fois. Et cet été pourtant, j'ai laissé libre court pour la première fois de ma vie, à l'amour et au désir que j'avais ressenti pour une autre femme. J'ai été "infidèle".

Mais je n'ai pas eu le sentiment de faire quelque chose de mal, et même bien au contraire, je suis persuadé que ce que j'ai vécu avec cette femme était juste ; j'ai du mal à trouver pertinent les mots "tromper" et "infidèle" pour décrire cette relation.
J'ai partagé avec ma copine ce que j'avais vécu. J'étais d'abord très troublé, je n'ai pas bien compris ce qui se passait. Et ça n'a pas été facile pour elle. Nous sommes passés par une phase ou nous avons soulevé la pertinence de notre couple, qu'on a été jusqu'à remettre en question, et nous sommes même passés par la rupture. Toutefois, nous avons réussi à nous remettre et à rester ensemble, et rien ne me rend plus heureux.

Ce qui m'amène à vous parler, c'est la question de l'ouverture et de l'honnêteté dans le couple, qui semble d'après ce que je peux lire sur le forum, être la condition si ne qua none du polyamour.
Je suis très partisan de cette honnêteté, et j'avais parlé de cette relation dont je vous entretien dans les lignes qui précèdent. J'ai dit à mon amie que je ne croyais pas à la monogamie, ou au couple exclusif. Et nous sommes repartis sur ces nouvelles bases, mais si elle les accepte en étant bien consciente que quelque chose a changé en moi, elle ne les approuve pas et n'a pas le même état d'esprit, ou plutôt de coeur, que moi.

La première relation extra-conjugale dont je vous ai parlé plus haut n'a duré que quelques semaines et s'est terminé il y a déjà plusieurs mois. Depuis je me pose des questions et me documente sur la question sereinement, mais je n'ai pas d'échange à ce sujet avec mon amie car elle n'est pas à l'aise avec ça.

Seulement voilà que j'ai à nouveau rencontré quelqu'une. Mais j'ai une relation secrète avec elle, que je ne peux pas partager avec mon amie, parce que j'ai peur de lui faire du mal inutilement. Même si rien n'a été évident et facile à gérer, j'ai finalement été honnête la première fois, en cela que j'ai été transparent, je l'ai entretenu de mon changement d'état d'esprit, et elle l'a accepté. Elle me prend comme je suis. Mais je crois qu'elle souffrirai d'être mise au fait de cette nouvelle liaison.

Alors à ce jour je reste discret, mais je le déplore. Que pensez-vous d'un couple dont seul l'un des deux serait polyamoureux, puisque c'est à cela je crois, que l'on ressemble tous les deux. Avez-vous des conseils ou des expérience similaires à partager ?

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le samedi 07 février 2015 à 15h15

Avoir la volonté d'honnêteté sans l'être est un cruel dilemme pour celui qui le vit. Tu es poly si ta compagne de vie est informée de tes amours hors de votre couple (et inversement), sinon, c'est de l'adultère. Je sais qu'ici tu auras d'autres avis plus nuancés. Pour ma part, je te dirais que tu es face à un choix de vie et que toi seul peut décider. Un "couple" mono/poly est parfaitement possible, à condition de respecter mutuellement les choix d'autrui. Sache que toute nouvelle relation impacte obligatoirement les autres (assumée ou non). D'autre part, par expérience, je dirais que ta compagne apprendra la vérité un jour (pire elle l'imaginera). Les répercussions d'un mensonge ne sont pas à négliger.

A titre personnel, aucun amour ne peut se vivre d'une manière heureuse sans que l'amour soit reconnu et assumé.

Là encore, je dirais que la réponse est dans la question...

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le samedi 07 février 2015 à 15h54

Bonjour lytO, et bienvenue sur le forum !

Tu dis que vous êtes "repartis sur ces nouvelles bases" après votre discussion de ta relation passée. Quelles sont ces bases au juste ? Est-ce qu'elles sont "on a le droit d'avoir d'autres histoires, sans se le dire" ? Au quel cas tu n'enfreins pas cet accord. Ou bien autre chose ? Ou un truc pas clair ?

#

(compte clôturé)

le samedi 07 février 2015 à 16h09

Je suis aussi dans une histoire mono-poly, et je garde comme principe:

le besoin de sécurité du partenaire est aussi valide que le besoin de liberté du polyamoureux

D'un côté il y a ton besoin de vivre des autres situations, qui est un besoin légitime. De l'autre côté, il y a le besoin de ta compagne de savoir qu'elle peut compter sur toi, qui est un besoin également légitime. Et il y a le besoin de chacun de vous deux d'être avec l'autre, légitime lui aussi.

Après, une fois que on a établi l'existence la légitimité de toutes ces positions, il y a tout le parcours pour arriver à les concilier. Il peut y avoir plusieurs voies, et aucune d'entre elles n'est bonne à priori.

- Vous pouvez rencontrer ensemble tes autres partenaires,
- Tu pourras en parler à ton amie,
- Vous pourrez fixer des dates et des heures où vous êtes ensemble, et des autres dates est heures où vous ne l'êtes pas
...ou vous pouvez trouver des autres systèmes qui vous conviennent!

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Granita

le samedi 07 février 2015 à 18h09

Je suis d'accord avec Quelo sur sa notion de liberté et de besoins de chacun.
Pour ma part j'ai compris que le plus important est de faire sentir (comprendre) au conjoint mono, que la discussion est possible, que l'égoïsme ne règne pas en maître et qu'on reste à l'écoute et soucieux du bien-être de chacun, tout en pensant à soi.
On peut le lire souvent dans les discussions, que les choses avancent même si les mots ne sont pas clairement posés. Et sans violence, avec plénitude et bienveillance, avec l'aide du temps, quelquefois (bien souvent), les choses se placent dans l'ordre où elles doivent être

#
Profil

bonheur

le samedi 07 février 2015 à 21h23

Quelo
le besoin de sécurité du partenaire est aussi valide que le besoin de liberté du polyamoureux

(+)

#
Profil

Nurja

le samedi 07 février 2015 à 21h26

En même temps, je doute que le besoin de sécurité puisse être rempli grâce à du mensonge.

#
Profil

bonheur

le samedi 07 février 2015 à 21h27

Je crois lytO que si tu relis, tu découvriras ton questionnement mais aussi des réponses.

lytO
Mais je n'ai pas eu le sentiment de faire quelque chose de mal, et même bien au contraire, je suis persuadé que ce que j'ai vécu avec cette femme était juste ; j'ai du mal à trouver pertinent les mots "tromper" et "infidèle" pour décrire cette relation.
J'ai partagé avec ma copine ce que j'avais vécu. J'étais d'abord très troublé, je n'ai pas bien compris ce qui se passait

Ce que tu exprimes ici m'amène à penser que tu es poly au plus profond de toi.

Ce que Quelo explique est important. L'équilibre est essentiel

#
Profil

Siestacorta

le samedi 07 février 2015 à 23h24

Quelo
le besoin de sécurité du partenaire est aussi valide que le besoin de liberté du polyamoureux

d'autant que pour un poly, cette promesse de liberté EST une sécurité, bien souvent.

Je trouve ça super sécurisant d'avoir un partenaire confiant en moi et en lui au point de m'offrir ces possibilités là, alors que quelqu'un qui n'en est pas capable m'insécurise : il pose une éxigence à laquelle je peux répondre, peut-être, au présent, mais pas forcément à long terme, il se montre dépendant de ce que je lui apporte, quand je peine parfois à faire les choses bien pour moi-même.

Je sais bien que du point de vu mono, au contraire, cette promesse mutuelle est sécurisante, mais je vois pas l'avenir et la sécurité comme ça...

Résultat, si tu m'offres une liberté, je vais nous sentir tellement plus stable que je vais pouvoir maintenir la relation plus solidement. Et elle dure plus que si on m'avait demandé d'être exclusif.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le dimanche 08 février 2015 à 11h13

Il n'y a pas de règles "magiques".

Je rappelle que l'on évoque ici une vie de couple mono/poly et non une opposition entre mono et poly (si j'ai bien compris le post premier de cette discussion, en tout cas la volonté de lytO que je perçois en ce sens).

D'ailleurs, il n'y a aucune opposition, d'après mon vécu et semble-t-il d'après celui de Quelo entre mono et poly.

Au sein d'une vie commune type mono-poly, il est parfois nécessaire de ne pas se priver de liberté mais d'y mettre un cadre et d'expliquer celui-ci non seulement à la relation principale mais aussi aux relations secondaires. Ce cadre doit être explicite et respecté de tous. S'il y a désaccord, il y a discussion afin de trouver un accord.

Si l'on ne veut pas mettre de cadre à sa liberté individuelle, il faut rester célibataire et ne prendre aucun engagement.

Seule une liberté explicitement comprise, acceptée et assumée par chacun-e peut apporter, dans le cas d'un couple mono-poly, la liberté indispensable à l'un et la sécurité à l'autre. Et oui, il faut tenir compte des évolutions individuelles qui impacteront les évolutions collectives. C'est évident.

Ne pas oublier aussi la personne non intégrée au couple et qui doit également se sentir sécurisé.

#
Profil

lytO

le mardi 10 février 2015 à 12h42

Merci à tous pour vos réponses que je lis avec beaucoup d'intérêt !

Tcheloviekskinoapparatom
Tu dis que vous êtes "repartis sur ces nouvelles bases" après votre discussion de ta relation passée. Quelles sont ces bases au juste ? Est-ce qu'elles sont "on a le droit d'avoir d'autres histoires, sans se le dire" ? Au quel cas tu n'enfreins pas cet accord. Ou bien autre chose ? Ou un truc pas clair ?

Je lui ai expliqué que j'ai éprouvé physiquement que je pouvais aimer deux personnes, et que je ne l'en aimais pas moins pour autant. Et je lui ai dit aussi que cela pouvait éventuellement arriver à nouveau. Je le lui ai dit assez clairement, expliquant que je n'avais nullement l'intention d'enchaîner les conquêtes, ce qui était peut-être une de ces craintes. Sa crainte principale étant que je perde mon amour pour elle, mais j'ai essayé de bien la rassurer là dessus.
Sauf que bien que j'ai fini par être clair avec moi-même et puis avec elle ensuite, je suis passé avant la clarté par une longue phase floue pendant laquelle j'étais perdu, et durant laquelle je l'ai fait souffrir beaucoup. Et aujourd'hui, comme nous n'avons plus eu à en parler depuis longtemps, je crois qu'elle imagine que ça s'est passé une fois, et qu'elle espère que ça ne m'arrivera plus.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le mardi 10 février 2015 à 14h56

De nouveau dans ce post, lytO tu sais ce qui se passe. Tu poses à la fois le questionnement et la réponse adéquate.

Le passage flou peut se dérouler sur une longue période. Tu croyais en être sorti, mais je pense que tu y es toujours. En fait, tu y vois très clair, alors que c'est très brouillon en toi. Tu n'arrives donc pas à expliquer clairement sauf en indiquant la vérité : j'y vois pas complètement clair et en même temps je suis sûr de ceci, de cela... Evidemment, le constat que tu fais n'est pas à négliger, surtout pas.

"en même temps" est une expression importante pour indiquer deux états qui peuvent sembler s'opposer.

D'ailleurs, je constate ici lytO que tu te préoccupes de ta relation principale mais ce désordre existe-t-il aussi avec ta relation secondaire. Ce n'est pas une question mais plus une source de réflexion pour toi-même.

Tu indiques avoir eu une première expérience, terminée à ce jour. C'est ta vie et le pourquoi n'est pas à exposer ici, simplement une relation secondaire est également à considérer comme une personne avec des sentiments propres. Et donc, cette autre personne a également que ce "en même temps" soit au coeur de votre relation. C'est une difficulté dans des relations affectives multiples.

#
Profil

lytO

le mardi 10 février 2015 à 22h46

Merci pour ta réponse bonheur.
C'est vrai que je suis encore dans le flou. Et c'est d'ailleurs bien le flou qui est venu me pousser à m'exprimer ici. Je crois que lorsque je dis y voir clair, j'exprime en fait que j'y vois un peu plus clair qu'auparavent ; parce que j'ai traversé déjà cette première expérience dont j'ai parlé.
C'est vrai aussi que je me préoccupe davantage ici de ma relation principale. Je soulève des questions et j'aborde des sujets avec ma relation secondaire, pour qui mon couple n'est pas une entrave à "nous", que je ne peux pas exprimer de la même manière ou du moins aussi frontalement à ma relation principale. Dans ce triangle, c'est elle qui peut souffrir d'une autre relation, alors que ma relation secondaire et moi-même nageons plutôt dans l'épanouissement.
Pour être honnête, j'ai peur. Parce que j'aime profondément ma copine, que je veux rester avec elle, et surtout, surtout parce que j'ai dû affronter auparavant sa souffrance, que j'ai naturellement pris sur mes épaules puisque j'en était la source. Et faire souffrir quelqu'un qu'on aime autant, c'est très douloureux.
Et c'est vrai que comme je le développais dans ma réponse à Tcheloviekskinoapparatom, ces "nouvelles bases" je les ai énoncées clairement et qu'elle les a entendu. Mais je sais qu'elle les déplore. Et je sais même que l'idée lui est difficile. Et pourtant, pour moi c'est indispensable d'être dans le vrai avec elle. Même si je ne cherche pas à partager avec elle des choses qu'elle ne souhaite pas savoir, je souhaite qu'elle soit pleinement consciente de la situation.

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 février 2015 à 09h39

A te lire, la seule pensée qui me vienne, c'est le constat que tu es un type bien, vraiment génial.

J'ai malheureusement peu de temps aujourd'hui mais je reviendrai vers toi. Je me reconnais quelque peu dans tes écrits, même si cela date de quelques années maintenant. Tout est possible, crois moi ! Surtout lorsque comme toi, on a à coeur de tenir compte de l'autre, des autres. Evite tout de même la culpabilité malsaine, celle qui ronge. Te rendre malade ne ferait qu'empirer ta situation. courage !

#
Profil

centaure77

le mercredi 11 février 2015 à 11h18

Bonjour Lyto,

Quelques mots à la fois doux mais clairs pour répondre à tes interrogations.
Je suis actuellement dans le cadre d’une relation Polyamoureuse et je m’y trouve bien par ce que la parole circule et que tout est transparent.
J’ai un parcours professionnel passée de conseiller conjugale/sexologue et après avoir exercé plusieurs années j’ai décidé d’arrêter pour évoluer vers d’autres métiers. Une des raisons qui m’a découragé du conseil conjugale est un peu justement la situation que tu décris, c’était un « best off », la situation numéro 1, le classique des classiques que j’entendais 5 fois par jours minimum, a 80% de la part d’un homme d’ailleurs : le monsieur m’expliquait en confidence que « j’ai une femme merveilleuse mais j’ai fait une/des rencontres amoureuses et sensuelles, j’ai besoin de vivre ces moments intenses et merveilleux car je suis un grand sensuel, un grand romantique, un grand aventurier, un…bla, bla, bla… » Évidemment à chaque fois que je posais la question « et vous en avez parlé à votre compagne ? » La réponse était assez invariable : « Non ! bien sûr, elle souffrirait trop, elle ne comprendrait pas, tout cela est loin d’elle, elle est plus classique, ce n’est pas sa vision du couple, elle a trop de valeurs morales, elle serait blesser, j’ai trop peur de la perdre, c’est la mère de mes enfants…bla,bla,bla » Rayer la mention inutile ! Pour caricaturer j’avais donc un plein stock de « grands sensuels romantiques » et des tas « d’épouses fragiles et très conventionnelles ». Pour information et sortir du sujet lorsque le grand sensuel romantique apprenait parfois que son épouse fragile et conventionnelle avait eu de nombreux amants sa réaction n’était pas Polyamoureuse et pleine de compréhension, à tout le moins !
Donc réponse ultra clair : tout est envisageable quand tout est dit ! Le Polyamour tout seul dans le secret j’appel ça de l’infidélité, sans jugements négatifs d’ailleurs. Par contre le vrai problème du mensonge c’est qu’il vole ta compagne d’un bien très précieux : sa liberté ! Pour être libre et conduire notre vie la vérité est incontournable…en effet si elle apprend ta vision du Polyamour elle peut ne pas être d’accord, vouloir mettre un terme à votre relation ou accepter...ou encore choisir de vivre aussi dans le Polyamour en ayant d’autres partenaires, cela sera son choix et sa décision. En lui mentant elle ne peut pas conduire sa vie puisqu’elle la dirige sur de fausses informations. C’est pour moi d’autant plus difficile que l’un réclame et cultive sa liberté et ne la donne pas à l’autre !
Voilà, une réponse un peu « au rasoir » mais clair : si j’aime autant les milieux Poly c’est justement que je rencontre des personnes qui sont clairs sur leurs choix et leurs désirs assumés et qui offre cette liberté dans leurs amours…
Courage Lyto, il y a une citation que j’aime beaucoup :
« Alors vous connaitrez la vérité et la vérité vous rendra libre… »

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 février 2015 à 20h57

Je pense qu'à notre époque, la femme n'est pas en reste question infidélité et que ce n'est pas un comportement exclusivement masculin. Cela ne va pas à l'encontre de ce qu'à dit centaure77, bien au contraire.

Vivre avec un-une poly n'engage pas à le devenir. Par contre, ce qui est valable pour l'élément poly doit pouvoir être accueilli inversement le cas échéant.

La liberté rend libre de ses choix, j'y crois également (que ce soit nos propres choix ou ceux d'autrui).

Egalement pour lytO, si tu es poly par nature, ne pas fuir cette nature et c'est cela dont, je crois, il faudrait faire état à ta compagne et pas seulement du cas particulier présent. Peut être Centaure77 a un avis contraire à ce sujet ? Cela m'intéresserait également de savoir sa réaction : est-on poly par idéologie (ce qui ne serait pas mon cas, par exemple) ou est-on poly de nature ? (ou les deux)

#
Profil

Nurja

le jeudi 12 février 2015 à 06h56

est-on poly par idéologie (ce qui ne serait pas mon cas, par exemple) ou est-on poly de nature ? (ou les deux)

On peut l'être par réaction à des événements (qui nous sont arrivés à nous ou à des personnes qu'on a vues alors qu'on était encore enfant), on peut l'être "de nature", on peut l'être par éducation, par idéologie, ou encore un mélange de tout cela.

Je ne crois pas qu'il y a une seule raison. Je ne crois pas non plus qu'une raison est plus valable qu'une autre.

Par exemple, certaines personnes peuvent se dire que si c'est suite à des événements, on se fait conduire par ce qui nous arrive et c'est pas chouette. D'autres personnes peuvent aussi se dire que cela veut dire qu'on apprend. :-D

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

centaure77

le jeudi 12 février 2015 à 10h44

Très joliment dit Nurja…
Je ne donne que mon avis, juste une opinion personnelle, rien de plus : Nous sommes tous le fruit de notre parcours de vie, nous avons un héritage «  génétique » en termes de caractères, indéniablement mais nous sommes surtout le fruit de notre parcours de vie, de nos expériences. Personnellement je ne crois pas aux choix idéologiques : dirait-on je suis homosexuel par choix idéologique ? Non bien sûr ! Après je peux à partir de mon homosexualité construire de nombreux choix idéologiques. Je ne crois pas ni au choix idéologique ni au hasard mais a des expériences, une personnalité, un parcours de vie qui va nous rendre ouvert, disponible à quelque chose. Cela peut paraitre le fruit du hasard dans l’instant mais en fait un même événement vécu par une autre personne avec un autre parcours de vie, une autre personnalité ne débouchera pas sur les mêmes choix…
Et n’oublions pas un moteur très, très puissant en nous : le principe de plaisir ! Dans une vision restrictive on nomme cela « la recherche de gratification », je préfère la jolie formule qui dit «  la pulsion entretient la pulsion ». Tout simplement ce qui nous procure du plaisir (physique et/ou intellectuel) et bien nous cherchons à le reproduire. Si je suis en couple et que j’ai une rencontre avec une autre personne, que cette rencontre me fait vivre des choses nouvelles, qui font écho en moi et bien logiquement je vais le reproduire, pourquoi en serait-il autrement ? Donc Nurja tu as infiniment raison de dire qu’il faut accepter si on fait le choix du Polyamour, ce n’est pas le fruit du hasard, le fameux « coup de canif dans le contrat ». Si nous sommes heureux de notre expérience cela va rester une part de nous, il est inutile de le présenter à l’autre comme un accident mais faire comprendre que cela fait parti de nous. Le pire étant toujours de renier qui nous sommes pour se conformer aux attendus de l’autre ou de l’entourage social : C’est le « principe du saumon » je remonte en permanence le courant, luttant contre ma personnalité et ma nature profonde, exercice épuisant, dans la nature le saumon finit par mourir de cela !

#
Profil

bonheur

le jeudi 12 février 2015 à 11h04

Merci Centaure77.

Cela reprend mes propres déductions sauf que l'on peut être poly (ou homosexuel, ou autre) juste pour être "anti-norme"... est-ce possible ?

Je ressens ici souvent la notion d'opposition mono-poly, parfois très fortement et personnellement cela me dérange car je ne comprend pas que l'on puisse opposer deux idéaux (surtout s'ils sont naturels finalement). D'ailleurs tu expliques ici très bien que tout dépend de l'individu concerné. Ainsi, un couple mono-poly est tout à fait viable ???

Egalement, le plaisir ne peut-il pas provenir tout simplement de l'émotionnel. Je trouve que cette notion ne trouve jamais sa place dans les discours alors qu'elle est le moteur de certain-e-s. Nous ne sommes pas fait que d'intellect et de physique.

L'émotionnel, est un domaine fascinant que j'étudie actuellement car heureusement la science et les psychologues commencent à s'y intéresser...

#
Profil

Nurja

le jeudi 12 février 2015 à 22h15


je ne comprend pas que l'on puisse opposer deux idéaux

J'ai l'impression que c'est très fréquent que deux idéaux soient opposés. Quel que soit le domaine (religions-athéismes, communisme-capitalisme...)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion