Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La culpabilité

Poly/Mono
#
Profil

amour-amour76

le mercredi 12 août 2020 à 14h54

Bonjour à toutes et tous,
Je suis nouvelle sur ce forum et également débutante dans le polyamour. C'est pourquoi je souhaite partager mon expérience ( sans jugement ) et peut être que vous m'aidiez à me poser les bonnes questions ou trouver les réponses.

J'ai 27 ans et je suis en couple avec mon copain depuis 9 ans. Nous nous sommes pacsé il y'a 2 ans. Comme tout couple, nous sommes passé par des moments difficiles, ce qui nous a amené à consulter en thérapie de couple.

De mon côté, j'ai également consulté une psy pour m'aider sur plusieurs points. Elle m'a beaucoup aidé et m'a fait prendre conscience que je suis bisexuel ( ce qui ne m'a pas étonné ) et peut être polyamoureuse… Ce qui nous a amené a cette conclusion, c'est que plusieurs fois au court de ma vie, je suis toujours tombé amoureuse de plusieurs personnes à la fois et pour certaines de ces fois, je me laisser prendre au jeux pour quelques embrassades. Puis lors d'une soirée entre amis, j'ai renoué contacte avec un homme K que je connaissais depuis très longtemps et avec qui il y a eu un froid à cause de son ex... Ce soir là j'ai senti qu'il y avait bien plus que de l'amitié, c'était plus physique. Nous nous sommes retrouvé dans le même lit et des préliminaires s'en sont suivi. Nous nous sommes promis de ne rien dire à personne, jusqu'à ce qu'il se retrouve une copine possessive à qui il a tout dit et de la, j'ai avoué à mon copain A ce qu'il s'était passé car je ne pouvais plus garder sa pour moi et il a compris, il ne nous en veux pas. Quelques mois plus tard la copine de K a fait en sorte que K m'enlève de sa vie, ce qui à fait de sacré dégâts mais il est revenu me parler pendant le confinement pour s'excuser et me dire qu'il ne voulait plus me perdre. Ensuite, sa copine l'a quitté puis ils se sont remis ensemble… K m'a demander de ne rien dire sur le fait que nous nous parlons et nous nous voyons tous les deux pour ne pas blesser sa copine. Seulement, à chaque fois que nous nous voyons, ça se suit toujours de préliminaires car nous avons une réelle attirance l'un pour l'autre et je pense même qu'il s'est pris d'amour pour moi.
A côté de ça, tout va bien dans mon couple avec A. Nous avons pour projet de nous marié et d'avoir des enfants. Il est au courant de ma bisexualité et est très à l'aise avec ca mais concernant le polyamour, il est plus réservé. Cela ne le dérange pas que j'ai des relations avec d'autre femme en parallèle de notre couple mais pour les hommes, il a beaucoup de mal à le concevoir, de peur que je le quitte pour mieux car il n'ai pas bien dans sa peau. Je lui est demandé, si je venait à coucher avec un autre homme, es ce qu'il tenait a le savoir, il a mis quelques semaines a réfléchir et m'a dit qu'il ne préféré pas être au courant mais je ne le sent pas sûr dans sa réponse, ce que je comprend.
Il y'a quelques semaines, nous sommes sorti boire un verre, moi et K, avec la promesse qu'il fallait qu'on reste simplement amis mais cette promesse n'a pas tenu puisque nous avons été engrené dans une soirée chez un ami et nous avons dormi ensemble et ça a encore dérapé. Sauf que cette fois-ci, nous n'avions pas vu qu'il y avait quelqu'un d'autre dans la chambre… Un ami à mon copain également, qui regardé la scène en essayant de nous faire comprendre qu'il été réveillé et qu'il voyait tout ! Tout à coup j'été envahi d'une vague de culpabilité et de dégout de moi-même ! Je me sentait sale ! J'ai tout stoppé avec K qui n'avais pas l'air plus inquiet que ça… J'ai demandé à mon amis qu'on aille discuté car je ne voyais que cette option… lui expliquer qui je suis et pourquoi il ne fallait pas en parler à A. Il a eu l'air de comprendre et de ne pas chercher l'embrouille. Mais depuis, j'ai une peur bleu que tout vole en éclat ! Je ne veux pas perdre A car quoi qu'il arrive il reste l'homme de ma vie et en même temps j'ai beaucoup de mal à décrocher avec K... Es ce que je n'ai pas été trop loin ? Es ce que c'est ça d'être polyamoureuse ? Avoir l'impression d'être toujours dans l'adultère et ce culpabilisé alors que l'on devrais se sentir bien ? Comme je disais à ma psy, j'ai l'impression de vivre avec 2 moi. LA moi qui à besoin d'une vie de couple stable avec son copain, qui veut fonder une famille, et la moi qui tombe amoureuse et qui veut vivre l'aventure. J'aime ses deux côté de moi mais le moi qui aime l'aventure me fait peur et par moment j'ai envie qu'il n'existe plus pour ne plus me torturé et surtout ne plus blesser A. Sauf que c'est impossible… Quoi qu'il arrive, cette partie reviens toujours…
Alors que dois-je faire ? Tout dire à A et me soulager de ce fardeau qui en deviendra un pour A ? Ne rien dire et laisser le temps faire les choses ? Arrêter ma relation avec K ( ce qui ne sera pas chose facile ) ? Ou il y'a t'il d'autre option ? J'ai besoin de vos lumières pour m'éclairer… Merci de m'avoir lu !

#
Profil

Suki

le mercredi 12 août 2020 à 15h33

De mon expérience personnelle pour être actuellement à la place de A mais étant devenu "poly-acceptant" depuis peu, le meilleur conseil que je peux te donner est de communiquer le mieux possible avec A, en toute transparence.
Dans mon cas, le sentiment de culpabilité de ma conjointe polyamoureuse a été énorme durant la phase ou j'avais du mal à l'accepter. Puis il s'est envolé d'un coup quand le déclic a eu lieu.
De mon coté, la peur a disparu pour laisser place à l'excitation de nouvelles aventures. Cela ne m’empêche pas d'être un peu stressé quand elle est avec l'autre (c'est encore un peu frais), mais cela n'a rien à voir avec le déchirement total que je ressentais les précédentes fois.

Il faut communiquer au maximum, la clé est de réussir à verrouiller ce lien entre A et toi, à lui faire comprendre en lui répétant encore et encore, tous les jours s'il le faut, qu'il est l'homme de ta vie, et que ta relation avec K n'ira jamais à l'encontre de cette promesse d'amour éternel pour lui. Je te conseille d'être aussi démonstrative que possible, de lui faire ressentir tout l'amour que tu as pour lui.

C'est comme cela que personnellement j'ai réussi à avoir le déclic (ça a mis plusieurs semaines et des dizaines si ce n'est des centaines d'heures à discuter avec elle, je n'ai pas dis que c'était simple et rapide), et qu'aujourd'hui je ressens simplement de la joie de savoir ma conjointe être heureuse, quelque soit la source de ce bonheur. Car dorénavant j'ai la certitude que le lien qui nous tisse, moi et elle, est indestructible.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#

invité (invité)

le mercredi 12 août 2020 à 19h33

je crois qu'on a tous (à peu près) ces deux côtés en nous, en tout cas des côtés ambivalents...l'homme est un paradoxe sur pattes ;) ... après c'est ce qu'on en fait qui est important et determinant pour notre vie , est ce qu'on décide de contrôler une partie, ou de ne pas se contrôler au contraire...Ce qui est sûr c'est qu'on n'est jamais gagnant sur tous les plans, il y a par essence des choix dans tous les domaines de notre vie, et donc des renoncements..J'ai été dans la position de A, j'ai compris, essayé d'accepter, et finalement ça m'a surgonflé, j'ai préféré tout arrêter...Mais alors la personne qui avait initié cette ouverture a, semble t'il, totalement regretté cette volonté d'ouverture, de par la perte de notre lien induite...Aujourd'hui, il semble que cette personne rêve d'une relation tout ce qu'il y a de plus exclusive mais pour moi c'est bien trop tard, il y a eu beaucoup trop de souffrance de mon côté, j'ai eu bien trop mal à essayer d'aller vers quelque chose que je comprenais intellectuellement mais qui n'est juste absolument pas pour moi...Perso je te conseillerais de dire la verité à A et d'accepter la rupture si c'est trop compliqué à gérer pour lui, pour votre bien à tous les deux....

#
Profil

Henriette34

le mercredi 12 août 2020 à 22h10

Bonjour @amour-amour 76
Merci @Suki pour ton témoignage et ton regard porté sur la situation
oui, tout dire sans peur
c’est ce que j’ai fait, que je continue à faire, ne jamais compter les heures de discussion, ne pas hésiter à redire l’amour ressenti, l’importance que le conjoint occupe dans ta vie, rassurer, évoquer les projets en commun, ne pas se désinvestir de la vie commune, amoureuse, familiale, s’écrire, sortir ensemble
Clairement, mentir n’apporte rien sur le long terme sinon de la culpabilité, du malaise , de la dissimulation et ce sera découvert à un moment ou un autre et alors que feras-tu ? comment pourras-tu défendre ton amour pour A., ça semble difficile, mon avis
Accepter le temps nécessaire, pour toi, c’est maintenant, mais pour A. il faudra du temps et dire que c’est OK pour toi
de l’empathie, de l’écoute, de la confiance, de l’espérance, pas de jugement car A. peut ne pas vouloir
de mon côté, j’ai accepté les larmes, l’insomnie, le désespoir, je n’ai pas fui bien au contraire mais je n’ai pas non plus cédé à la pression de sa douleur,
et le dialogue, l’échange, les lectures, la série Wanderlust sont des médiums qui permettent de discuter, de donner son avis, de dire comment on voit le couple, l’amour
Bon courage, avance sans peur et dans l'amour

#
Profil

amour-amour76

le jeudi 13 août 2020 à 01h13

Merci à vous tous pour vos réponses bienveillante ! Effectivement, je suis prête à discuter avec lui, ce que j'ai déjà fait mais A est quelqu'un qui n'est pas du genre à exprimer ses sentiments ou bien à s'exprimer à tout point de vu…. J'ai souvent l'impression de faire un monologue, ce qui est un peu frustrant. Je sais que malgré tout il m'écoute mais il ne préfère pas parler, et ça, sur n'importe quel sujet. Il n'y a que chez notre thérapeute qu'il exprime vraiment le fond de ses pensées et qu'il se libère. D'ailleurs, nous en avons parlé de cette situation, et c'est de là, en discutant, que j'ai compris qu'il accepterait plus une relation avec une femme qu'avec un homme car avec une femme il n'y a pas de "concurrence" directe pour lui. Nous en avons conclus qu'il avait certaines choses a faire pour se sentir mieux dans sa peau et de mon côté je lui est répété que rien ne pourra changer l'amour que j'ai vis à vis de lui et que je ne cherche pas mieux que lui. La séance s'est terminée là dessus. Depuis nous n'en avons pas rediscuté en séance… et je n'ai pas vraiment relancer la discussion sérieusement avec lui en dehors. Je ne sais pas si je dois attendre notre prochaine séance qui sera en octobre pour lui en parler ou bien lui en parler maintenant… parce qu'attendre sera vraiment lourd pour moi et j'ai peur qu'il se sente pris au piège devant le thérapeute. En tout cas je suis vraiment prête à tout pour lui prouver par n'importe quel moyen pour lui prouver à quel point je l'aime !
Une fois que le conjoint accepte la situation, es ce qu'il y'a toujours un sentiment d'adultère ou bien cela s'estompe ? @Henriette34 Es ce que lorsque tu as engagé le dialogue avec ton/ta partenaire, tu avais déjà entamé une autre relation ?
Merci à vous tous !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Henriette34

le jeudi 13 août 2020 à 09h51

Bonjour amour-amour76,
Tu peux lire mon histoire le 7 juillet je veux, lui refuse, ce sera plus simple que de tout raconter à nouveau ;-)
Oui, la situation était complexe et douloureuse pour tous les deux, oui il y avait un homme avec qui j'entretenais une relation épistolaire et littéraire. Ce qui m'a gênée c'est que ce point autour de la fidélité, du poly amour n'avait pas été abordé par nous quand nous nous sommes mariés, tout était implicite "tu ne tromperas point", du coup c'est compliqué à aborder pour un couple de plus de 20 ans et le sentiment de changer les règles en cours de route est légitime, et je l'ai accepté tout en opposant qu'on change en 20 ans, que personne n'exige qu'un couple soit une entité fixe, figée.
Le sentiment d'adultère n'a pas vraiment lieu d'être, à mon avis, ce terme n'est pas adapté à mon sens, il ne s'agit pas de trahison, puisque tout est dit, et il faut beaucoup de courage (cf les récents témoignages qui évoquent le mensonge, la dissimulation, les vies parallèles comme premier réflexe), être bien aligné avec soi et savoir que la franchise sera gagnante quoi qu'on en pense.
Nous sommes voyons un psy qui nous accompagne bien, et nous le voyons une fois par semaine, c'est essentiel, sa présence est salutaire et constructive, pourquoi dois-tu attendre jusqu'à octobre ? c'est effectivement très loin.
Après les séances, nous avons toujours continué à parler, mais mon conjoint parle facilement, ce n'était pas toujours facile mais cela fait maintenant trois mois que nous sommes en chantier de couple, et je trouve que c'est très riche, cela nous a montré nos failles, les fragilités dont nous n'avions pas tenu compte et c'est bien au-delà du polyamour au sens strict. Ça correspond aussi au moment où nos deux ainés quittent le foyer, je pense qu'il n'y a pas de hasard, nous avons besoin d'une autre géométrie.
Plus de respect de l'un et de l'autre, moins de sentiment d'abandon, mon conjoint voit aussi quelqu'un de son côté pour consolider l'estime de soi, l'autonomie affective, nous étions devenus trop fusionnels
Je ne sais pas si ça t'aide, chaque histoire est singulière et porte en elle des éléments uniques,
Ne lâche rien, sois là aimante, attentive à lui et à toi, rassure, accompagne, prends soin de lui et de toi aussi, pas de sacrifice
Ce qui m'a aidée c'est d'envisager la séparation comme un possible, ça a posé beaucoup de choses, ça fait un peu peur mais c'est très fécond,
Bonne chance

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

amour-amour76

le vendredi 14 août 2020 à 03h05

@Henriette34 Ton témoignage m’aide d’une certaine manière, merci. Nous avions des séances plus régulières avant (une fois par mois ) puis notre couple n’était que mieux après un an de consultation, nous avons donc décidé de continuer mais d’espacer les séances. je ne cache pas qu’il y’a également le côté financier qui ne joue pas en notre faveur... C’est pour cela que notre séance n’est qu’en octobre. Plus les jours passe, plus cette soirée me ronge, alors que ce n’ai pas la première fois que je vis cette situation avec K. Alors attendre octobre me semble beaucoup trop loin...Les autres fois, je me sentais bien et sans culpabilité. A sait que je ne suis pas indifférente à K, et il m’avait dit qu’il comprenait que je peux aimer d’autres hommes mais il veut que ça en reste là. Alors comment lui dire que ça été bien plus loin ? Je lui ai exprimé plusieurs fois, il y a quelques mois, ma peur de ne pas contrôler mes envies avec K et que cela lui fasse du mal... je lui ai demandé comment il réagirait si c’était le cas et il m’a répondu qu’il ne savait pas et qu’il verra au moment voulu. Je garde un espoir qu’il puisse être un jour «  poly-acceptant » car par moment il ne m’a pas l’air complètement fermé à cette idée. Il en a même parlé à un amis en lui disant qu’il ne savait pas comment gérer ça, certainement pour que celui ci puisse l’aider à y voir plus claire. Peut être que la réflexion fait quand même son chemin de son côté...

#
Profil

Henriette34

le vendredi 14 août 2020 à 17h13

amour-amour76
A sait que je ne suis pas indifférente à K, et il m’avait dit qu’il comprenait que je peux aimer d’autres hommes mais il veut que ça en reste là.

ce qui me gêne dans ta formulation, c'est que tu sembles laisser K gérer ta vie, tes sentiments, tes attirances et ce que tu peux faire, vivre, oser... mais peut-être ai-je mal compris.
Là, c'est un gros chantier de couple, comment chacun se positionne par rapport à la liberté de l'autre...
et je ne crois pas non plus que ta place est d'attendre une autorisation de la part de K.
oh, oui, c'est très complexe, mais ce sont des points qui peuvent être posés, tu vis ce que tu veux vivre parce que tu es libre, et K. se positionne par rapport à ta liberté et s'il ne peut vivre ainsi il te le dira et vous verrez quelle option vous prenez...
long chemin et des grandes discussions en perspective, bon courage

#
Profil

amour-amour76

le vendredi 14 août 2020 à 18h38

Ce que tu dit n’est pas totalement faux, mais c’est avec mon compagnon de vie, qui est A. Concernant K ( ma deuxième histoire), lui me laisse libre de mes choix puisqu’il ne veut en aucun cas briser mon couple. Cette situation est toute nouvelle pour moi, et donc effectivement tu as soulevé un point que je n’avais pas remarqué, j’ai besoin de l’approbation de mon compagnon afin de prendre en considération son ressenti face à cette situation nouvelle et que nous avançons ensemble.
Ce forum m’aide beaucoup ( et je vous en remercie) puisqu’il m’a donné le courage de parler à mon conjoint A de ce qu’il s’est passé dernièrement avec K. Il m’a avoué qu’il s’en doutait. Je lui est demandé si cela lui faisait du mal, comment il se sentait et il m’a répondu que non il n’avait pas mal et qu’a l’avenir, il est d’accord pour que je lui en parle ouvertement. Rien n’est encore acquis mais je pense que nous sommes sur la bonne voie. C’est encore difficile pour moi d’imaginer que A est d’accord pour que vive mes histoires et il est certain qu’il va falloir que j’apprenne à me dégager de cette culpabilité mais cela ne m’empêchera pas de vivre ce que j’ai à vivre avec K ou un autre.

#
Profil

amour-amour76

le vendredi 14 août 2020 à 18h38

Ce que tu dit n’est pas totalement faux, mais c’est avec mon compagnon de vie, qui est A. Concernant K ( ma deuxième histoire), lui me laisse libre de mes choix puisqu’il ne veut en aucun cas briser mon couple. Cette situation est toute nouvelle pour moi, et donc effectivement tu as soulevé un point que je n’avais pas remarqué, j’ai besoin de l’approbation de mon compagnon afin de prendre en considération son ressenti face à cette situation nouvelle et que nous avançons ensemble.
Ce forum m’aide beaucoup ( et je vous en remercie) puisqu’il m’a donné le courage de parler à mon conjoint A de ce qu’il s’est passé dernièrement avec K. Il m’a avoué qu’il s’en doutait. Je lui est demandé si cela lui faisait du mal, comment il se sentait et il m’a répondu que non il n’avait pas mal et qu’a l’avenir, il est d’accord pour que je lui en parle ouvertement. Rien n’est encore acquis mais je pense que nous sommes sur la bonne voie. C’est encore difficile pour moi d’imaginer que A est d’accord pour que vive mes histoires et il est certain qu’il va falloir que j’apprenne à me dégager de cette culpabilité mais cela ne m’empêchera pas de vivre ce que j’ai à vivre avec K ou un autre.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion