Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'article

« Poly yes ! », « Polyamour 2.0 » : la question du consentement relationnel. 2/2

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 09 septembre 2020 à 17h35

artichaut
J'ai beau relire, je ne vois pas où tu veux en venir.

La phrase me parle mais soulève beaucoup de choses, résultat je suis fouillis. Je vais me cantonner à quelque chose de simple pour essayer d'être clair.

Tu parles d'un marché sexuel et relationnel et tu encourages à supprimer toute logique capitaliste dans la construction des relations.

Faisons un constat tout simple : Il y a des gens plus attirants que d'autre. Quels que soient les critères d'attirance. Par exemple, une belle personne aura plus de sollicitations à relationner qu'une personne laide. Comme on ne peut relationner avec un nombre infini de gens (même en étant poly), il faut choisir.
Donc, qu'on l'appelle marché sexuel et relationnel ou pas, au final, la logique est là même. Il y a toute une dynamique autour de la création de relation qui entraîne une domination : La personne plus séduisante domine la personne moins séduisante parce qu'elle a plus de choix.

Alors, tu voudrais faire tomber cette logique de marché, mais je ne vois pas comment. Pour moi, elle est structurelle, pas sociétale.

#
Profil

Caoline

le mercredi 09 septembre 2020 à 18h30

@bidibidibidi il me semble que nous avons déjà eu plusieurs discussions là dessus... Les critères d'attirances ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Si on croit tes critères je n'aurais que difficilement des relations et avec des hommes n'ayant pas le choix, hors ce n'est vraiment pas le cas !

#
Profil

Caoline

le mercredi 09 septembre 2020 à 18h48

Et je ne veux pas dire qu'il n'y a pas de grandes lignes majoritaires, pas de domination de ce fait... mais quand même beaucoup d'exceptions et heureusement.

#
Profil

artichaut

le mercredi 09 septembre 2020 à 19h38

bidibidibidi
Faisons un constat tout simple : Il y a des gens plus attirants que d'autre.

Je ne suis pas d'accord avec ton "simple constat".

La société nous inculque qu'il y a des gens plus attirants que d'autre (et en énonce les critères). C'est tout.

Je suis d'accord avec @Caoline. Heureusement que les "normes de beauté sociétale" (qui évoluent avec les époques, hein) ne sont pas aussi systématiquement prégnantes qu'on veut bien le croire.

J'invite juste à pousser la logique un peu +loin, et les ignorer encore+. Chercher les personnes derrière le vernis.

bidibidibidi
Pour moi, elle est structurelle, pas sociétale.

C'est la même chose.
Une société fabrique des structures qui sont évolutives avec le temps.

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 10 septembre 2020 à 10h38

Caoline
@bidibidibidi il me semble que nous avons déjà eu plusieurs discussions là dessus... Les critères d'attirances ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Si on croit tes critères je n'aurais que difficilement des relations et avec des hommes n'ayant pas le choix, hors ce n'est vraiment pas le cas !

Je ne suis pas d'accord. Les critères d'attirance sont sensiblement les mêmes pour tout le monde, juste tout le monde ne leur accorde pas la même valeur.
Personne ne te dira jamais qu'il est tombé amoureux d'une personne parce qu'elle est bête, laide, méchante ou désagréable. Beauté, intelligence, humour, gentillesse, sensibilité, etc... sont toutes des qualités attirantes. Juste, suivant les personnes, on va accorder plus d'importance à une qualité ou à une autre.
La résultante, je l'accorde, c'est que l'on ne peut pas faire d'échelle stricte en disant qu'untel et objectivement plus séduisant qu'un autre tel. Mais plus une personne possède de qualité désirable et plus elle sera sollicitée, plus une personne possède de qualité repoussante et moins elle sera sollicitée. Et clairement, les gens ne sont pas tous sollicités de la même manière donc les qualités attirantes et repoussantes sont attribuées de manière injuste.

artichaut
bidibidibidi
Pour moi, elle est structurelle, pas sociétale.

C'est la même chose.
Une société fabrique des structures qui sont évolutives avec le temps.

Je suis d'accord.
Mais le fait que certaines personnes possèdent ces qualités et d'autres ne les possèdent pas, ce n'est pas sociétal, c'est structurel. Les gens sont différents et donc, quelques soient les critères d'attractivité, certains les auront et d'autres non. Donc au sein de n'importe quelle société il y aura des gens plus attirants que d'autres et la domination à la création de relation pourra avoir lieue.

La résultante de cette domination, c'est que si une personne polyamoureuse plus attirante rentre en relation avec une personne non polyamoureuse moins attirante elle pourra potentiellement imposer le polyamour à la création de la relation (c'est valable avec n'importe quoi d'autre que le polyamour). Cette imposition faite au tout début de la relation sera très difficile à remettre en cause ultérieurement.
Et condamner ce comportement, c'est imposer la non-création de cette relation alors que les deux parties étaient d'accord sous prétexte qu'il existe des forces de domination qu'on ne peut en aucun cas éliminer. Basiquement, tu te poses en police de l'amour en indiquant quelles relations peuvent exister et quelles autres n'en ont pas le droit.

#
Profil

LeaBridou

le jeudi 10 septembre 2020 à 13h37

Il me titille ce texte parce que je le trouve très " à double tranchant ".
Je pense d'ailleurs que ça rejoint ta preocupation qu'il ne soit pas récupéré par des mecs pour assoir leur domination.
Écrit par un mec cis, pour des mec cis, effectivement c'est un allié feministe.
Par contre si il était écrit pour d'autres personnes, notamment les femmes, il serait vraiment antifeministe.
Du coup, même si je suis heureuse que ton texte existe, je me disais que je serais curieuse, par exemple, d'un ( où plusieurs) "texte miroir écrit par une femme pour une femme". Et je me suis très vive rappellée d'un texte extrait du bouquin " au déjà du personnel" qui est en fait déjà une belle réponse de femme bi.
https://infokiosques.net/spip.php?article473
Du coup je l'air relu,il me parle toujours énormément mais je me rends compte de ne pas arriver aux même conclusions qu'elle, mais je vais ouvrir une discussion à ce sujet...

#
Profil

artichaut

le jeudi 10 septembre 2020 à 19h01

LeaBridou
Écrit par un mec cis, pour des mec cis, effectivement c'est un allié feministe.
Par contre si il était écrit pour d'autres personnes, notamment les femmes, il serait vraiment antifeministe.

Je suis un mec-cis. Et je l'ai écrit pour tout le monde, pas juste pour les mecs-cis (même si les mec-cis-blancs-non-exclusifs sont +particulièrement visés dans certains passages et que je n'exclue nullement de pouvoir écrire des textes "que pour des mec-cis").

Je comprends donc que tu trouves que ce texte est antiféministe. Merci de l'avoir signalé.

#
Profil

Caoline

le jeudi 10 septembre 2020 à 19h25

LeaBridou
Par contre si il était écrit pour d'autres personnes, notamment les femmes, il serait vraiment antifeministe.

Coucou Lea,

J'aimerais beaucoup que tu m'expliques pourquoi, ici car ça peut intéressé d'autres si à l'écrit, ou si trop complexe à faire à l'écrit tu as mon tel ;-)

#
Profil

artichaut

le jeudi 10 septembre 2020 à 22h50

bidibidibidi
Les critères d'attirance sont sensiblement les mêmes pour tout le monde,

On te dis qu'on n'est pas d'accord et tu veux quand même qu'on soit d'accord. Ça tourne un peu en rond.

bidibidibidi
Personne ne te dira jamais qu'il est tombé amoureux d'une personne parce qu'elle est bête, laide, méchante ou désagréable.

et que fais-tu de la subjectivité ?
bête, laide, méchante ou désagréable ne sont pas des concepts universels

bidibidibidi
plus une personne possède de qualité désirable (…)
plus une personne possède de qualité repoussante (…)

Mais dans quel monde vis-tu @bidibidibidi où les choses sont si figées ?

bidibidibidi
donc les qualités attirantes et repoussantes sont attribuées de manière injuste.

Il n'y a pas de qualités attirantes et repoussantes. Il y a des jugements de valeur (sociétaux) qui à une époque T, dans un milieu M, d'une culture C, décide de ce qui serait ou non "désirable".
Par exemple dans le show biz ou dans un milieu LGBT+ ce ne sont pas du tout les même critères.
A l'époque de Molière ou de Macron ce ne sont pas du tout les même critères.
Etc.

bidibidibidi
Mais le fait que certaines personnes possèdent ces qualités et d'autres ne les possèdent pas, ce n'est pas sociétal, c'est structurel.

Vraiment je ne vois pas ce qui pourrait être structurel et non-sociétal.
Structurel (comme sociétal) ça veut dire qui concerne un groupe social, pas des individu·e·s.
J'ai le sentiment que toi tu parles d'individu·e·s.
Du coup tu ne peux mettre sur un même plan une domination sociétale (celle des hommes sur les femmes par exemple) et le fait de ressembler ou non à Claudia Schiffer.
Ça pourrais même donner l'impression que tu cherches à te victimiser de ne pas ressembler à Claudia Schiffer (ou ne pas pouvoir relationner avec Claudia Schiffer) pour invisibiliser tes privilèges par ailleurs… en tant que mec.

Si tu étais en relation avec Claudia Schiffer ce ne serait pas tant par son physique que par sa classe sociale qu'elle te dominerais.

bidibidibidi
La résultante de cette domination, c'est que si une personne polyamoureuse plus attirante rentre en relation avec une personne non polyamoureuse moins attirante elle pourra potentiellement imposer le polyamour à la création de la relation (c'est valable avec n'importe quoi d'autre que le polyamour). Cette imposition faite au tout début de la relation sera très difficile à remettre en cause ultérieurement.

J'ai le sentiment que ce que tu cherches à décrire, c'est en ne prenant qu'un seul critère en compte (celui d'un "capital séduction") et en ignorant tous les autres.

Et ce "capital séduction" que tu semble beaucoup attribuer au physique évolue avec l'âge. Donc non ce qui était vrai en début de relation ne l'est plu 20 ans après. Une femme par exemple perds très très vite son "capital séduction" alors qu'un homme en gagne avec l'âge (ou en tout cas n'en perds pas).

bidibidibidi
Basiquement, tu te poses en police de l'amour en indiquant quelles relations peuvent exister et quelles autres n'en ont pas le droit.

Non ce n'est pas ça que je dis.
J'inviterais plutôt à supprimer la police de l'amour qui nous dicte avec qui nous mettre en relation, en l'occurrence qui nous incite à se mettre en relation avec +"riche" que nous.

#
Profil

Mark

le jeudi 10 septembre 2020 à 23h38

artichaut
"Une femme par exemple perds très très vite son "capital séduction" alors qu'un homme en gagne avec l'âge (ou en tout cas n'en perds pas)"

euhhh... c'est violent comme exemple non?

edit, je cherchais: Tu ne voulais pas faire allusion à la citation de Y.Moix, "incapable d'aimer une femme de plus de 50 ans" j'espère? Parce que c'est précisément ce qui m'a traversé l'esprit en lisant ta remarque.

Message modifié par son auteur il y a 15 jours.

#
Profil

artichaut

le vendredi 11 septembre 2020 à 09h50

Je ne connais pas Y.Moix.
Mais oui les normes sociétales fabriquent de la violence.

C'est ce genre de choses (cette violence là) que mon paragraphe "Questionner nos attirances" vient interroger. Y compris dans ce qu'on ne veut pas voir. Car à cet endroit là, l'on se croit souvent +ouvert et +déconstruit (ou moins influençable) que ce qu'on est.

Mes attirances seraient instinctives, donc je ne les questionne pas. En réalité elles sont socialement construites, comme le reste.

#
Profil

alinea7

le vendredi 11 septembre 2020 à 10h26

artichaut
Mes attirances seraient instinctives, donc je ne les questionne pas. En réalité elles sont socialement construites, comme le reste.

Peut-être mais quand on est dans la position de devoir compter plus que d'autres sur la déconstruction qu'ils vont bien vouloir effectuer pour relationner, on n'est pas dans la même position confortable que quelqu'un qui ne requiert aucune déconstruction.

En bref, peu importe qui dicte les critères et s'ils sont partagés ou non. Le fait est que certaines personnes sont considérées attirantes par un plus grand nombre de personnes que d'autres. Et cette position de richesse ou de pauvreté influence le comportement dans une relation amoureuse. (ceci dit c'est un domaine où être riche dans sa tête peut déjà aider)

Après, personne n'est totalement impuissant quel que soit son potentiel "inné" de séduction et d'un point de vue individuel pour moi c'est là dessus que je pense qu'il faut se focaliser parce qu'il me semble que toute autre stratégie est une forme de victimisation. Que ce soit injuste ne résoudra rien, sauf si on pouvait y faire quelque chose collectivement et là je ne vois pas.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 11 septembre 2020 à 10h43

artichaut
Il n'y a pas de qualités attirantes et repoussantes. Il y a des jugements de valeur (sociétaux) qui à une époque T, dans un milieu M, d'une culture C, décide de ce qui serait ou non "désirable".
Par exemple dans le show biz ou dans un milieu LGBT+ ce ne sont pas du tout les même critères.
A l'époque de Molière ou de Macron ce ne sont pas du tout les même critères.
Etc.

C'est ce que je dis. Il y a des qualités attirantes et repoussantes. Le fait que ce ne soient pas les mêmes qu'à l'époque de Molière n'a qu'assez peu d'importance tant qu'on ne maîtrisera pas le voyage dans le temps. Le fait que ce ne soient pas les mêmes dans le milieu LGBT m'importe peu vu que je n'ai pas trop envie de changer mes préférences sexuelles.
En France, en 2020, il existe des caractères attirants et repoussants qui s'imposent à majorité des personnes avec lesquelles je peux rentrer en relation. Quels que soient leur subjectivité, ils sont, dans mon référentiels, une norme sur laquelle je n'ai pas de contrôle.

artichaut
Si tu étais en relation avec Claudia Schiffer ce ne serait pas tant par son physique que par sa classe sociale qu'elle te dominerais.

Non, ce serait par son physique. La classe sociale de mes partenaires m'importe beaucoup moins que leur apparence. D'ailleurs, leur classe sociale m'importe peu.
Si je rentrais en relation avec Claudia Schiffer, son physique lui donnerait un pouvoir sur moi en début de relation. Elle pourrait en s'en servant m'imposer par exemple la monogamie.

artichaut
Et ce "capital séduction" que tu semble beaucoup attribuer au physique évolue avec l'âge. Donc non ce qui était vrai en début de relation ne l'est plu 20 ans après. Une femme par exemple perds très très vite son "capital séduction" alors qu'un homme en gagne avec l'âge (ou en tout cas n'en perds pas).

Bel exemple. C'est évidemment un critère purement sociétal, mais qui montre bien comment les critères sociétaux s'imposent à tous. Oui, les femmes jeunes sont, globalement en France, plus attirantes.

artichaut
Mes attirances seraient instinctives, donc je ne les questionne pas. En réalité elles sont socialement construites, comme le reste.

Et il n'y a guère d'intérêt à les remettre en cause. Si tu remets en cause tes attirances, tu perds quelque chose de bon (c'est agréable d'être attiré). Toutes les réalités sociales ne doivent pas être remises en cause.

artichaut
Ça pourrais même donner l'impression que tu cherches à te victimiser de ne pas ressembler à Claudia Schiffer (ou ne pas pouvoir relationner avec Claudia Schiffer) pour invisibiliser tes privilèges par ailleurs… en tant que mec.

PS : Ne rentront pas dans les attaques ad personam :-)

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

artichaut

le vendredi 11 septembre 2020 à 11h51

bidibidibidi

artichaut
Il n'y a pas de qualités attirantes et repoussantes.

C'est ce que je dis. Il y a des qualités attirantes et repoussantes.

euh… comment dire…

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 11 septembre 2020 à 11h54

artichaut
euh… comment dire…

Quand tu dis : "décide de ce qui serait ou non "désirable"" moi je dis "qualités attirantes et repoussantes". C'est juste un problème sémantique.
J'ignore la raison pour laquelle la qualité est désirable, en me focalisant seulement sur le fait qu'elle est désirable.

A titre informatif, dans le blog d'OkCupid j'avais trouvé un article indiquant que les profils les plus attractifs recevaient 1000 fois plus de sollicitations que les profils les moins attractifs. Preuve que clairement il y a une notion de désirable partagée par 99.9% des gens. Et je ne pense pas que les 0.1% restants soit suffisamment nombreux pour faire pencher la balance du côté du "c'est subjectif".

PS : Je précise que si je réagis c'est parce que ton article est intéressant et soulève des réflexions. Je préfère le signaler parce qu'on pourrait croire que je suis juste critique. Pour moi il est très intéressant (et dense, il me faudra certainement plusieurs lectures pour bien le visualiser).

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#

JM (invité)

le samedi 12 septembre 2020 à 12h09

Les discussions sur les sujets amoureux et sexués sont toujours emplies de problèmes de sémantique.

Souvent (très) le concept même de polyamour est un problème de sémantique.

Dès lors qu'on touche à l'émotionnel, enraciné dans le subconscient, il est très difficile de parvenir à raisonner. Je pense que 85% (au minimum) de la population n'est tout simplement pas câblée pour ça.

Cet article est pas mal, en grande partie une réflexion qui paraît plus ou moins objective. Et en étant en accord avec le contenu, ça me conforte plutôt dans ce "85% de la population n'est pas faite pour ça" et c'est un exploit tres difficile pour les 15% restants ... Raison pour laquelle il y a très très peu de polyamoureux d'ailleurs (pas forcément une question de "société patriarcale")
C'est top sur le papier mais très différent de la réalité. Ça sonne très utopique.

Tout est question d'estimation de la valeur des choses et cette estimation est propre à l'individu qui la perçoit à sa manière unique. Influencée par tout un tas de choses, certes, mais que voulez vous. C'est la réalité ..

PS : c'est la 1ere fois que j'écris ici, ne me condamner pas d'anti poly anti féministe etc tout de suite hein (quoique, rien ne vous y empeche et tout se discute ..)
Je ne condamne pas les concepts en tant que concept. Aucun système n'est parfait et tous seraient le paradis dans leur propre utopisme ..

#
Profil

artichaut

le lundi 14 septembre 2020 à 16h07

@bidibidibidi

Je propose de poursuivre la discussion (avec celles et ceux qui voudrons) à propos de nos attirances, sur un fil spécifique : Questionner nos attirances.

Non pas que je veuille supprimer les contradictions de cette page-ci (je suis tout à fait conscient que certains chapitres de mon article contiennent une part polémique et il est donc normal que ça soulève questions et contradiction) mais que au vu de la tournure des débats sur cette question précise, les échanges risquent d'être longs.

J'ai en outre possiblement repéré un biais (ou au moins une imprécision) dans mon argumentaire que je souhaite prendre le temps d'explorer.

Je préfère donc temporiser et décentrer.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 14 septembre 2020 à 17h28

Aucun souci, et je comprends parfaitement. Je t'avoue qu'il y a d'autres points qui ont soulevé des questions chez moi.
En fait, ton manifeste est plus qu'un manifeste sur le polyamour. Il y a une bonne partie qui pourrait aussi être appliquée aux relations "mono" (je mets mono entre guillemet, parce que je ne parle pas que du grand Amour, mais aussi des relations légères qui posent plus facilement des questions de consentement).

C'est un gros manifeste relationnel, qui pour moi montre le cheminement de réflexion qui t'agite depuis maintenant une bonne année (certainement plus, mais ça fait un an que j'ai remarqué que tu cherchais à organiser ta pensée (et le site au passage) autour des sujets en lien avec le polyamour).

#
Profil

LeaBridou

le mardi 22 septembre 2020 à 20h32

Coucou Caoline,
Voilà j'ai pris le temps de poser les mots :) mais hésite pas à appeler si besoin :)
Je disais donc que pour moi ce texte est un bon allié féministe quand il s'adresse à des hommes cis, mais anti-feministe s'il s'adresse à d'autres personnes, notamment des femmes.

Si on avait attendu le "consentement éclairé, volontaire et enthousiaste" des esclavagistes pour abolir l esclavage, des afrikaners pour abolir l apartheid, des religieux intégristes pour obtenir le droit à l avortement et au mariage homo..on attendrait toujours.
Le consentement réciproque ne fonctionne que lorsque les 2 personnes impliquées sont aussi libres et ont vraiment les même droits. Bref une réelle égalité.

En France en tout cas, le droit des femmes sur leur corps est sans cesse remis en question:
- dans le milieu médical ( cf toutes les dénonciations des violences obstetriques ces dernières années, en augmentation depuis le covid) ,
- au boulot (" comment ça tu viens travailler sans soutien-gorge/talons hauts/jupe... alors que tu es une femme???? Non je demande pas la même chose aux hommes, pourquoi?")
- à l école ( cf ce 14 septembre ou les lycéennes ont lutté pour qu'on arrête de leur dire comment s'habiller pour ne pas exciter les garçons) ,
-en famille ( " t'as grossi non? " "t'es sûre que t'as pas maigri?" " ton mari ça le dérange pas ( que t 'es grossi/ maigri/ coupé tes cheveux..) ,
- dans leur couple (" chérie je trouve que ça fait trop longtemps qu'on a pas fait l'amour, moi j'en ai vraiment envie alors, fais un effort quoi, t'es ma femme, c'est normal", " comment ça tu peux pas marcher parce que t as des douleurs menstruelles très fortes, c'est parce que tu t écoutes trop, fais un effort, tu vas voir, ça passera, enfin je dis ça pour toi hein"...)

Je crois que je vais m'amuser à compter combien de fois par mois je dois répéter à quelqu'un( ou devrais le faire mais lâche l'affaire car fatiguée) " c'est mon corps, c'est moi qui sais comment il fonctionne /ce dont il a besoin, ce sont mes décisions et tu n'as pas voix au chapitre". A vu de nez je dirais que ça varie entre 4 et 16 fois par mois.
Et pourtant j essaie de m entourer de gens pas trop patriarcaux.

Les droits dans l'histoire ne se sont jamais demandés gentimment. Il a fallu aller les chercher. Souvent dans un combat qui mêlaient des personnes ayant choisi la non violence comme moyen de lutte et des personnes ayant choisi la violence comme moyen de lutte. C'est souvent le combo gagnant, les dominants ayant peur des violents et préférant céder les droits que demandent les non violents par peur que le nombre de violents augmente et devienne ingerable pour conserver leurs privilèges.cf Ghandi qui a toujours refusé de condamner les luttes armées pour leur indépendance et Mandela :" Les facteurs qui ont rendu la lutte armée nécessaire existent encore aujourd’hui. Nous n’avons pas d’autre choix que de continuer. Nous exprimons l’espoir qu’un climat propice à un règlement négocié sera bientôt créé afin que la lutte armée ne soit plus nécessaire."

Alors certes le milieu polyamoureux français est composé surtout de personnes privilégiées, qui ne galèrent pas pour manger à la fin du mois et qui ont eu accès à une éducation et une liberté privilégiées. On y retrouve donc des femmes qui ont été élevées par des féministes convaincues, baignées dans une culture féministe, et pour qui disposer librement et totalement de son corps est une évidence.

Mais plus le polyamour se popularise et plus les femmes y accédant nous arrivent tout droit d'une culture médiatique et familiale patriarcale ( j'en fais partie).
Leur tenir ce discours ( "tu dois attendre que ton homme soit consentant pour te lancer dans le polyamour"), c'est leur demander de continuer à porter leurs chaînes avec le sourire.

Le consentement est une arme à double tranchant parce que s'il ne tient pas compte des rapports de domination/ privilèges que la société pose entre les individus, il se retourne contre les dominés/ moins privilégiés.
Or ces rapports sont tellement bien cachés, tellement bien intériorisés et non conscientisés qu'on passe vite à côté.
Exemple récent: un lieu autogéré dont la principale valeur est la liberté. Tu n y croises que des hommes torses nus. Jamais de femmes torses nus. Il s'avère qu'une poignée personnes de ce lieu ne sont pas " consentantes" pour voir des seins de femmes mais elles sont consentantes pour voir des seins d'hommes. Du coup c'est devenu une règle du lieu. Pour entendre le " consentement " de ces personnes.
Du coup, avec ce prétexte du consentement on donne à tout le groupe le droit de décider comment les femmes doivent habiller le haut de leur corps, pendant que les mecs sont laissés tranquilles. Comment légitimer une inégalité de droits basée sur le genre grâce au consentement.... :(

Si, dans ma vie, je n'avais pas employé la technique du " ça ou rien ": - je suis libre d'avoir plusieurs relations et ça n'est pas negociable", je n'en serai jamais venue aux relations libres et au polyamour.
OK, je prends le temps d'écouter et de soutenir quand c'est difficile pour la personne. Et ça, j ai été tellement bien éduquée à " prendre soin des autres" en tant que femme que c'est pas un souci.
Mais là encore faut surtout pas que je mette mon féminisme en pause. Sinon on me fait porter la responsabilité des émotions négatives ressenties, on me demande de jouer les psys plutôt que d'aller en voir un, et on me demande de prendre en charge le travail émotionnel personnel de l'autre.

Éclairer n'importe quel sujet avec le consentement est casse-gueule parce qu'on oublie vite à quel point les rapports de dominations et de privilèges dans la société faussent ces consentements et crée des sitautions inégalitaires qui demandent des solutions différentes.
Belle soirée.
Ps: j'oubliais, merci artichaut pour le concept de "polymerde" je l'adopte, ça me parle tellement!!!

#
Profil

Caoline

le jeudi 24 septembre 2020 à 11h41

Merci beaucoup @LeaBridou je comprends beaucoup mieux et partage ton point de vue.

Répondre

Lire l'article

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion