Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Est ce que je suis égoïste, curieuse, dans un schéma à cause de trauma ou juste polyamoureuse ?

Besoin d'aide
#

Jedoutedemoi_f30 (invité)

le dimanche 14 août 2022 à 14h09

Bonjour à toutes et à tous,

Comme mon pseudo et le titre, je doute de moi et de ce que je ressens/travers... J'ai besoin de vos retours pour mieux comprendre ce que je ressens afin de faire des choix car je ne sais pas si ce que je ressens est bien, mal justifié ou non, et ça me trouble.

Je vais essayer de faire court quand c'est possible et de donner des détails quand je m'en sens capable.

Je suis une femme de 30 ans, et en couple depuis presque 4 ans.
J'ai eu une enfance TRES toxique, abandon, négligence, envoyé à la DAS, maltraitée psychologiquement et j'en passe... J'ai des souvenirs quand j'avais moins de 5 ans où je feuilletais des revues de pornos qui trainaient et assistais à des scènes de violence familiale.
Je sais après consultation que j'ai développé des troubles d'affection, des peurs d'abandon et des schéma d'auto-sabotage car pour moi c'est "anormal" de me sentir heureuse... Je pense avoir dépassé certaines de ces choses mais parfois, ça revient tout seul...

Je me suis aperçue que je finissais par me sentir "pas assez aimée" dans toutes mes relations longues (quasiment enchaîné des relations de 3, 2 et 4 ans), et surtout, je finissais toujours par avoir des sentiments pour autrui tout en conservant ce que je ressens pour mon partenaire. Et ça peut être pour des femmes comme pour des hommes. Je suis bi et je n'ai jamais eu de relation avec des femmes... car j'étais déjà en couple avec un homme ou bien elles étaient hétéros.

Jusqu'à présent, je pensais juste que c'était un problème d'insécurité, de communication ou de désir. Or, dans cette présente relation, j'ai testé pendant une courte période une relation à 3 officiellement (discuté avec mon compagnon, transparence...) et j'étais la plus heureuse du monde !! J'avais regagné de l'énergie et encore plus d'amour à donner à mon premier partenaire. Quand j'étais avec le second partenaire, on réfléchissait à ce qui pourrait faire du bien au premier, comment l'impliquer plus, etc. Je ne pensais pas faire du mal à qui que ce soit... ça n'a pas duré longtemps car j'ai remarqué que mon premier partenaire était malheureux à cause de ça, et qu'avec du recul, le second m'enfonçait avec des paroles toxiques en faisant semblant de me dire que je pouvais d'abord penser à moi mais glissait discrètement que je le faisais souffrir. J'ai juste fini en dépression à me sentir coupable et ne pas savoir ce que je veux construire dans le futur ni comment.

Pour comprendre comment je suis arrivée à proposer une relation à 3, j'ai fais une dépression à cause d'un trauma qui s'est réveillé. Je fais des crises de larmes où je finis à avoir peur des gens autour de moi et crier de peur. Mon compagnon se pétrifie dans ce genre de situation et se sent triste. Ce n'est pas de sa faute. Il est un peu réservé et ne sait pas bien communiquer. On a réussi à travailler un peu ce dernier point. Bref, je finissais toujours par me ressaisir toute seule et le rassurer lui. Sauf que j'en pouvais plus mentalement et émotionnellement. Et c'est là que j'ai rencontré l'autre personne lors d'une soirée chez un ami en présence de mon compagnon. Celui-ci n'avait pas compris que j'étais en couple et me trouvais avenante. Quand j'ai compris ce qu'il ressentais, j'ai mis les choses au clair avec ce gars (je parle de lui non chalentement car j'ai fini par comprendre qu'il avait juste un syndrome du héro et il voulait juste combler ses manques, qu'importe la femme en face de lui juste pour cocher une case comme ses amis de son âge pressé par les normes de la société), et j'ai juste fini par me confier à lui sur tous mes problèmes car j'en pouvais juste plus... C'était un très bon orateur. Il me disait des choses qui me faisait remonter le moral comme "c'est pas moi qui suis anormale, mais ce sont les choses qui me sont arrivées qui ne le sont pas."

J'ai fini par m'appuyer sur lui et je me suis confiée à une amie sur ce que je commençais à développer. C'est elle qui m'a parlé du polyamour. Je n'avais pas trouvé beaucoup d'infos mais j'ai décidé d'en parler à mon compagnon qui a autorisé à contre cœur de fréquenter cette personne mais qu'il ne souhaitait pas la voir.
Comme je l'ai dit, ça s'est mal fini. Je pense que ça a duré 3-6 mois. J'ai cru que c'était situationnelle ce que je ressentais à cause de ce que je traversais comme un moyen pour compenser.

J'ai rompu avec les deux, partie un an travaillé dans une autre ville mais l'erreur c'est que j'ai gardé contact avec le premier. Ca ressemblait à une relation à longue distance plutôt qu'une rupture. Mais voilà, le CDD terminé, je me suis remise avec mon compagnon.

On communique mieux, je me sens aussi mieux dans ma peau et plus indépendante. Sauf que je reste qui je suis. Je suis tactile et je me sens attirée par un couple d'amis qui sont très tactiles avec moi et avec qui je me sens bien. Ils ne sont pas ouvert au polyamour mais ressentent une certaine affection avec moi et c'est réciproque. Je les aime beaucoup tous les 3 et je me sens déchirée par ce que je ressens et qui je suis...

Je ne sais pas exactement ce que je veux avec eux ou mon compagnon. Le fait que nous sommes tous en couple fait qu'on sache mieux poser les limites et c'est rassurant. Et d'un autre côté, je me questionne si mon couple et son fonctionnement actuel me convient. Je me sens vraiment perdue sur tout.
Je n'ai pas de rapport sexuel avec le couple en question. J'ai déjà embrassé la fille et fait des câlins innocents avec son partenaire. Quand je les serre dans mes bras, leurs coeurs et le mien palpitent tellement et ça me rend juste super heureuse. Je suis satisfaite avec ça mais c'est mentir de dire que je ne veux pas plus physiquement ou émotionnellement. J'ai envie d'être plus proche d'eux tout en les respectant eux et mon compagnon mais j'ai l'impression d'être avare et égoïste de penser de la sorte. Ca me demande aussi de faire un travail sur moi pour ne pas dépasser la limite et de blesser qui que ce soit.

Psychologiquement, je me demande si je ne suis pas en train de m'auto-saboter car mon couple va bien. D'un autre côté, est ce que j'aime trop facilement ? Est ce que vouloir être spéciale pour ceux qui me sont spéciales est une pensée bizarre ? Est ce que je dois sortir de ma relation ? est ce que je dois m'éloigner de ces deux amis ? Ext ce que mon attitude tend à dire que je ne suis pas faite pour la monogamie ?

J'ai passé récemment une semaine à la campagne avec des amis dont le compagnon de cette amie. On s'est rapproché tout en gardant une limite (son amie ne pouvait pas venir). Être entouré avec toutes ces personnes et pouvoir être tactiles avec eux et lui en particulier, me faisait me sentir moi-même. Et il n'y a rien entre moi et les amis qui étaient présents. Je faisais juste des câlins et faisais attention à ce qu'il se sente bien durant le séjour. Rien d'inhabituel de mon moi de d'habitude. Juste que je me sentais mieux d'être h24 avec eux. Mieux que quand je suis à deux dans mon couple.

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire. Je n'ai pas crée de compte mais j'en ferai un si certains veulent me contacter en privé.

Merci pour votre écoute :)

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 14 août 2022 à 17h00

Je vais pas être long - peut-être pas assez.

Mais sur le fond, "est-ce que je suis pas une foireuse", j'ai bien l'impression que tu te poserais aussi bien la question dans un cadre stable, dans un cadre de couple qui rame pour d'autres raisons que l'exclusivité, et même dans le célibat.

Et le fait que tu te poses des questions me semble justement un signe qu'il y a de grosses limites à ce que tu crains être de l'égoïsme.
Je t'encourage à aller en thérapie si ce n'est pas déjà ce que tu fais : beaucoup de ce que tu ressens serait plus facile à filtrer si tu te sentais mieux avec toi-même.

Non, ces experiences n"arrivent pas qu'à des saboteurs.
Oui, de mon experience, il y a beaucoup de gens aux parcours atypiques et accidentés qui s'essaient au poly. Nos vies nous ont rendus certains besoins plus évidents. Ça ne veut pas dire que ces besoins sont tordus, des tas de gens sans complications existentielles s'y retrouvent - et apprécient de nous y retrouver 😌. Le polyamour c'est des liens et des désirs, le fait que le Couple exclusif soit la façon normée de les vivre ne le rend pas plus adapté pour autant.

Par ailleurs, pour quelqu'un qui s'est construit dans les diffficultés, ces sensibilités et recherches sont aussi une occasion de bien faire avec la matière qu'il a entre les mains, un peu comme dans l'art du Kintsugi, où on récupère des morceaux d'un objet pour en refaire un plus beau en recollant les morceaux avec se l'or.

Heureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière, a écrit Audiard.
De fait, si beaucoup d'atypiques aux vies piquantes passent par le poly, ça augmente des chances de rencontrer des gens qui ont appris dans l'adversité, et inventé une façon de prendre soin de leurs liens (un peu, hein, pas de façon mécanique ni systématique, on est des gens qui font des expériences et des conneries de gens).

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion