Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Présenter le PA aux non-PA

Polyamour.info
#

(compte clôturé)

le mercredi 18 mars 2009 à 09h16

L'idée à l'origine de ce topic, c'est de trouver les mots pour expliquer ce mode de vie, un discours qui puise dans les convictions, le vécu, le calme, l'échange... quand un non-PA étonné, choqué, voire révolté par l'idée, déboule dans votre paysage de PA tout neuf, encore un peu surpris, mais "tilté" par l'idée.

Je l'ai dit il y a quelques semaines à un très vieil ami qui me parlait de ses déboires sentimentaux, et sa réaction a été le choc en effet; d'autant plus fort que nous avions "failli" nouer une relation il y a 10 ans! seulement failli, parce qu'il en nouait une autre en même temps. Et qu'à sa question à lui sur le fait d'avoir deux relations en même temps, et qu'il m'avait posée de manière à peine voilée, j'avais répondu que je souhaitais que la relation avec moi soit un choix conscient, et pas une option. Je n'en étais pas encore au PA, mais j'y arrivais gentiment je pense.
La conscience suppose d'assumer ouvertement la multiplicité, mais le concept d'option me gênait: il y avait dans sa conception des choses l'idée de voir avec qui ça marcherait le mieux pour faire un choix définitif concernant l'avenir - et je savais que pour lui, fonder une famille était un but.

Et voilà que je retombe sur mon Didier en faisant mes courses... désabusé, blessé par la duplicité de son ex-compagne, dont il aurait mieux accepté qu'elle noue une autre histoire si elle lui en avait parlé.

Bref, derrière sa mélancolie, je percevais le questionnement sur la difficulté de vivre la monogamie... comme un pari à faire sur le bon cheval; et que sa vision présentait (je cherche le bon mot!) un hiatus où le PA pouvait se caler momentanément, pour trouver sa place dans son paysage amoureux.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 mars 2009 à 14h46

en même temps pour un poly la monogamie peut être un hiatus temporaire...
Le faux est un moment du vrai, et vice-versa.
Ah, tiens, c'est pas éclairant du tout.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 mars 2009 à 15h25

C'est pas grave, contente que tu sois de nouveau là.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 18 mars 2009 à 22h24

Comme je l'ai dit je crois dans une autre discussion j'ai parlé de mes (récents) choix de vie à une amie catholique pratiquante, très croyante...et surtout monogame.

Il y a quelques mois (fin octobre 2008) je lui avais parlé de ma conviction comme quoi l'on pouvait Aimer plusieurs personnes.
Il y a une dizaine de jours je discutais avec elle du fait que j'étais tombée amoureuse de quelqu'un...étant pourtant toujours (ou plutôt, à nouveau) en couple avec mon ami ; et que je n'excluais pas de nouer une seconde relation (bon ça dépendra aussi de la personne dont je suis amoureuse, évidemment...d'ailleurs si j'arrive à faire avancer cette histoire je vous tiendrai au courant !).

Mon amie ne souhaite pas spécialement m'encourager dans la voie que j'ai choisie (parce que ça ne rejoint pas ses convictions, et j'avoue que si quelqu'un me disait avoir l'intention de faire quelque chose que je ne ferais pas à sa place, je pense que moi aussi je le laisserais se débrouiller sans moi...même et surtout si c'est un ami proche).

Cependant elle m'a répondu ceci :

"Je pense que la façon dont les polyamoureux voient l'amour mérite d'être étudiée car toute tentative d'augmenter un peu la dose d'amour sur la planète est légitime et respectable en soi. Après je ne vois pas les choses de la même façon que toi sur ces moyens d'augmenter ou de "mieux" vivre l'amour, mais je n'ai évidemment pas à t'imposer quoi que ce soit et je reste ouverte à toute discussion sur ce sujet."

J'espère qu'elle ne m'en voudra pas d'avoir copié-collé ces phrases si jamais elle fait un tour ici (tout en lui parlant, je lui avais donné l'adresse du site).

Pour moi la conclusion, même si on ne peut pas généraliser, c'est qu'en en parlant à de bons, de vrais amis, même s'ils ne comprennent ou ne rejoignent pas votre point de vue, il y a peu de chances que ça se passe mal.

Après, comment présenter les choses ? Comme cité plus haut j'ai d'abord parlé de ma conviction comme quoi l'on pouvait Aimer plus d'une personne. Le reste est venu ensuite, plus tard. Il faut dire que ça correspond aussi à mon évolution (j'ai d'abord compris que j'Aimais deux hommes à une époque, tout en n'envisageant pas pour autant de "tromper" - ou alors avec l'autorisation de mon ami, ce qui n'est plus une tromperie dans ce cas ; par la suite j'ai poussé le raisonnement plus loin : si j'en Aime deux - ou plus - pourquoi ne pas envisager sérieusement de développer une relation avec tous ?).

Voilà pour mon grain de sel...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 mars 2009 à 22h37

Dans la plupart des cas, mon explication du PA ne suscite pas de rejet. Mes proches connaissent mon personnage, mes difficultés à rentrer dans le rang.

Pas de rejet, mais un amusement un peu condescendant, parfois un soucis du genre "mais quand est-ce qu'il grandira".

Etant donné justement que ma maturité est très lente sur leur grille de lecture, j'ai du mal à parler de polyamour, d'autant que je me sens beaucoup en représentation sur le sujet. L'envie de provoquer un débat est, à mon sens, peu serviable dans la vulgarisation du concept... dommage, parce que si l'envie de s'affirmer était garante d'efficacité, tout le monde aurait compris, par chez moi :-)

Pourtant, quand je le fais, je me sens à l'aise de poser l'aspect moral, éthique. Disons que ça, ça n'est pas remis en cause.
Finalement, je ne sais pas si c'est le cas de tout le monde, expliquer que ce n'est pas une question de courrir le guilledou mais quelque chose de plus profond, ça entre assez bien...

#
Profil

LuLutine

le mercredi 18 mars 2009 à 22h49

"Mes proches connaissent mon personnage, mes difficultés à rentrer dans le rang. "

Alors que moi je pense que beaucoup de de gens même assez proches me voient comme une personne assez conformiste, voire limite coincée.

(Quelqu'un après m'avoir connue mieux m'a dit un jour : "en fait t'es une fille vachement ouverte !" ou quelque chose comme ça - j'avais 19 ans à l'époque, et j'ai compris à sa façon de dire les choses que c'était un peu un "moi qui te croyais coincée !")

Du coup, je pense qu'avec moi ça passe plus difficilement. D'où mon choix de commencer par mes meilleurs amis et/ou ceux qui me paraissent les plus ouverts au dialogue (même s'ils ne partageront pas forcément mon point de vue).

D'ailleurs il faut que je trouve l'occasion d'en parler à l'un de mes meilleurs (pour ne pas dire le meilleur de mes) amis. Je ne veux pas faire cela à distance (téléphone, internet) et bien sûr je ne vais pas lui en parler en public (je veux dire devant d'autres amis)...alors je n'en ai pas encore eu l'occasion. Je vous tiendrai au courant, car chaque expérience est différente et bonne à partager. J'espère que beaucoup de gens ici feront de même.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 mars 2009 à 23h10

En effet, ça s'est peut-être bien passé parce qu'on a choisi de le dire à des gens dont on sait qu'ils peuvent capter, que nous savions prêts à une discussion intelligente, perméables à l'idée.
Je ne vais pas aller me planter au milieu du groupe de prière d'une de mes plus vieilles potes, et lancer mon credo. En fait, les trois, nous en avons parlé en nous sentant en sécurité. La croisade, ouille - j'ai déjà donné.

Pourquoi quelqu'un décide de faire part de quelque chose comme une homosexualité, un diagnostic, qui risque de le mettre à part?

#
Profil

LuLutine

le mercredi 18 mars 2009 à 23h16

Avec mon meilleur ami, je ne sais vraiment pas comment cela se passera, c'est peut-être aussi pour cela que j'ai tant retardé le moment (et que je le retarde encore, parce que pas le temps, trop de boulot, lui aussi, et c'est très - trop ? - facile de trouver des excuses comme ça...).

Mais je n'ai pas envie qu'il m'aime pour quelqu'un que je ne suis pas. J'ai confiance en lui et je suis à peu près sûre (disons 98%) qu'il ne va pas me rejeter.

En un sens, si je me sens un peu en danger (il est assez "conformiste" je pense dans sa vision de l'amour, même s'il a évolué depuis l'époque où il était persuadé que "j'embrasse une fille" signifie "on est ensemble pour la vie" - j'exagère un peu mais à peine), la peur que j'ai c'est surtout de le heurter lui. De le décevoir, non pas dans le sens ou cela retomberait sur moi, mais dans le sens où cela lui causerait une blessure, de par la perte d'une illusion qu'il aurait sur moi.

Mais je ne veux pas jouer à quelqu'un que je ne suis pas...je veux être aimée, appréciée pour moi-même et non pas pour quelqu'un que je ferais semblant d'être.

Alors, je lui en parlerai, lorsque je trouverai le temps. D'ailleurs il y a d'autres choses dont je veux lui parler, et ça fait déjà plusieurs années que je retarde...

#
Profil

Noemi

le jeudi 19 mars 2009 à 00h13

<Alors, je lui en parlerai, lorsque je trouverai le temps. D'ailleurs il y a d'autres choses dont je veux lui parler, et ça fait déjà plusieurs années que je retarde... >

@Lulutine, comme ça tu risques de retarder ton 'coming out' pendant quelques mois ou années...

D'ailleurs, je me demande pourquoi on fait ce "coming out", c'est un raccourci de la phrase en anglais qui veut dire: "sortir du placard".

Pourquoi on se cache dans le placard?

"Docteur, j'ai le Polyamour... dites, c'est grave?"
Tout comme Clémentine, je me demande pourquoi on a cet approche comme si le polyamour était une maladie qu'on a choppé.

Peut-être j'ai juste fait des experiences trop positives ou j'ai un entourage trop cool, mais je n'ai jamais eu de rejets.
Au contraire: parfois de la compréhension de la part de personnes ou je ne l'attendais pas.

Lulutine, en plus tu n'es pas encore passée à la pratique, donc une raison de plus de ne pas paniquer en ce qui concerne les outings. Peut-être tes amis penseront même que c'est juste une periode et que ça va passer - et seront vraiment surpris/choqué lorsque un jour, ton ami ou toi leur présenteront ton/son amoureux/-se...

#

(compte clôturé)

le jeudi 19 mars 2009 à 00h41

Révéler quelque chose d'aussi sensible, c'est impliquer la personne à qui on le dit. Ou alors, on le dit au détour de la conversation... par exemple, imaginez la conversation qui suit pendant un repas de famille:
"Alors mon grand, pas rencontré la femme de ta vie? J'aimerais voir mes petits-enfants avant de mourir..."
" J'ai un problème de ce côté-là: c'est moins facile pour les gays."

Ca ne va pas forcément faire moins de remous, mais ça ôte de la solennité à la déclaration. Une copine à moi m'a annoncé sa séropositivité tout à trac, et c'était une confidence - le ton et l'intensité de la conversation ont radicalement changé. Le fait d'apprendre quelque chose en passant, comme ça, ou en mettant l'accent sur le caractère privé de cette info, ça allège où ça met quelque chose de pesant dans l'événement.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 22 mars 2009 à 19h27

"Lulutine, comme ça tu risques de retarder ton 'coming out' pendant quelques mois ou années.."

Oui et en même temps, j'ai tellement confiance en lui (trop peut-être ?) que je me dis que maintenant ou dans 3 mois, il me dira juste "Ah ! Sacrée toi !" comme à son habitude, et qu'il respectera mes choix comme il l'a toujours fait.

En fait le souci c'est que j'attends un moment où je serais seule avec lui ET avec le temps pour parler...ce qui n'est jamais arrivé donc je pense qu'il va falloir carrément le planifier ;).

J'ai envie de lui en parler sérieusement, et je pense qu'il comprendra ma démarche (et qu'au contraire si je faisais ça de manière désinvolte, comme ça au détour d'une phrase, il serait surpris voire même choqué).

Mais avec d'autres amis j'y vais avec un un peu plus de désinvolture, plus ou moins au compte-gouttes, comme ça.
Par exemple quand j'ai la possibilité de faire des sous-entendus en répondant à une question....ensuite, comprennent ceux qui pourront (ou voudront ! en effet cette méthode a l'avantage que quelqu'un qui se refuse à envisager la chose "choisit" très souvent - consciemment ou non - de ne pas comprendre).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion