Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Gros bordel yes

Jalousie
#

Dusfin le duper (invité)

le vendredi 11 janvier 2019 à 03h12

Bonjour à qui lira cette bouteille à la mer,

Je suis dans situation assez ̶b̶o̶r̶d̶é̶l̶i̶q̶u̶e̶ compliquée en ce moment, et peut etre quelqu'un de ce forum saura y prêter une oreille attentive. Ca va etre assez long, accrochez vous si vous avez le courage (moi je suis plus sûr de l'avoir)...

J'ai 21 ans et la femme que j'aime est la première avec qui j'ai une véritable relation profonde. J'ai toujours eu une sorte de "blocage" qui m'a empêché de nouer de vrais liens avec les femmes, mais avec elle, cet amour est si fort que j'ai pu me libérer en quelque sorte et nouer des liens très forts.
Après avoir passé l'été ensemble, je suis parti à l'étranger en Erasmus et nous avons décidé de vivre une relation ouverte. Elle était déja familière avec ce concept, pas moi. Même si j'adhère a la théorie de l'amour libre ou du polyamour, je ne savais pas si j'étais fait pour cela.
Au début, nous ne ressentions pas le besoin d'aller voir ailleurs. Cela m'apportait une sécurité, une forme de stabilité dans ma nouvelle vie. Pendant mon séjour, j'ai eu plusieurs occasions de coucher, parfois avec des amies avec qui je sentais qu'un lien fort était possible. Mais je n'ai rien fait, parce que je n'en ressentait simplement pas le besoin.
Seulement de son coté, elle, a commencé à s'ouvrir aux autres, le manque s'installant. Elle a embrassé d'autres hommes et j'ai pu prendre sur moi (ou rester dans le déni, jsp).
Jusqu'au jour où elle m'a avoué l'attirance mutuelle entre elle et un collègue peu avant mon retour. Mon rêve "d'amour parfait" a d'un coup volé en éclat, et j'ai du faire un gros travail sur moi. Mon amoureuse (puisqu'elle ne veut pas se voir comme MA copine), n'a pas couché avec son collègue par peur de me blesser.
Pendant les vacances, j'ai du faire le choix entre passer du temps avec une amie rencontrée a l'étranger (possiblement coucher avec elle), ou revenir dans ma région rester avec mon amoureuse et ses amis dans un chalet, sans pouvoir travailler mes examens (et échouer mon semestre).
Me rendant compte que je manquais de véritables relations humaines dans mon pays d'acceuil (les gens y sont un peu froids), j'ai choisi le chalet, où on a tous vécu une expérience humaine très forte.
A la fin du séjour, mon amoureuse et sa meilleure amie avec qui elle a une relation très fusionnelle depuis 3 ans se sont avouées leur attirance qu'elle n'assumaient pas jusqu'ici (j'étais surpris que ca n'arrive que maintenant). Je ne suis pas trop jaloux de cette fille parce que je sais que c'est une relation très différente de la mienne, et puis c'est aussi une amie.
On a fini par faire un plan à 4 (il y avait aussi le copain de l'autre fille), et j'étais pas à l'aise du tout. Mais je suis content d'avoir vécu ça avec eux quand même. Pour la première fois, j'ai ressenti un mélange de jalousie et de compersion très fort quand j'ai vu mon amoureuse avec l'autre mec au pieu... C'était assez excitant mais ça m'a un peu perdu.
Au final j'ai choisi d'abandonner l'Erasmus, d'annuler tout ce que je fais pour me concentrer sur mes passions (ce que j'étudiais me convient mais ce n'est pas ce que je veux faire de ma vie). Je n'ai aucune attache là-bas. Ma relation a aussi joué dans la balance ; j'avais peur qu'elle ne survive pas a la distance.
Seulement, elle a maintenant deux relations amoureuses, alors que moi je n'ai qu'elle. J'ai l'impression de ne pas lui suffire, alors qu'elle me suffit totalement.
Maintenant elle est rentrée dans sa ville et moi dans la mienne (qui ne sont pas excessivement eloignées, en tout cas moins qu'en erasmus).
Elle a revu son collègue et elle est avec elle au moment ou j'écris ces lignes et j'ai fait une énorme crise de jalousie, d'où ma décision de publier ceci pour extérioriser, chercher de l'aide. Je me sens très mal. Ils n'ont pas encore couché ensemble pour l'instant, d'après ce que je sais.
J'ai l'impression de n'etre qu'une barrière à leur amour. Elle s'empêche de coucher avec lui pour ne pas me faire de mal, et lui se sent mal vis à vis de ça. Par rapport à sa meilleure amie, j'ai l'impression de ne pas faire le poids, et parfois de ne faire que me mettre en travers d'elles. Je sais que ce n'est pas rationnel, ce n'est qu'un ressenti mais ca me ronge de plus en plus.
De n'etre qu'une barrière entre elle et ses autres relations. Même si je sais que chacun a sa place dans son coeur, son amie est plus du coté fusionnel, son collègue plus dans le désir et l'affection. Moi je suis en haut de la hiérarchie relationnelle d'après les dires de mon amoureuse.
Mais je voudrais la garder pour moi. En même temps je l'aime et je veux son bien, je ne veux pas la transformer car c'est elle que j'aime.
En plus, je n'ai plus d'endroit où vivre, pas d'emploi, plus d'études, il ne me reste que mes passions et les concours que je prépare. Je n'ai aucun cadre stable.
J'ai l'impression que mon coeur éclate en morceaux et que mon cerveau est en train de fondre.
Ma seule certitude est mon amour pour elle.

Je suis jaloux de mon amoureuse, qu'elle a autant de succès et et qu'elle soit aussi à l'aise avec ses relations alors que moi je le suis si peu. Je suis aussi jaloux des autres qui me "volent".
Je m'en veux de me voir comme un frein. De ne pas réussir a en aimer d'autres qu'elle. De ne pas avoir été prêt pour un plan à 4. De ne pas l'être pour affronter son polyamour avec sa meilleure amie, et sa liberté sexuelle avec son collègue, ou le mec de sa meilleure amie. J'ai constamment la sensation irrationnelle qu'on porte atteinte à mon intimité. J'ai des pensées horrible, du type "regarde comme elle s'éclate, regarde tous ceux qui la baisent pendant que toi tu souffre tout seul comme une merde". Le pire, c'est que je sais que je suis le seul à m'imposer ce genre de pensées.
Je sais qu'on ne peut pas être un couple monogame traditionnel, c'est impossible pour elle. Je sais qu'elle m'aime aussi comme elle n'a jamais aimé avant. Je sais que ces autres relation ne détruisent pas notre lien. C'est juste moi qui le vit trop mal.
Je pense n'avoir pas de problème avec l'amour libre en théorie pour des relations plus légères, mais pour une relation aussi forte, je pense avoir besoin d'engagement, de sécurité. En même temps, je ne peux pas lui demander qqch qu'elle ne peut pas me donner.
Elle souffre aussi et se sent coupable de me voir comme ça. Du coup je me sens encore plus coupable. Je m'en sors pas mdr.
Ce soir elle dort avec son collègue (elle m'a dit qu'elle ne ferait rien, notre relation est basée sur la confiance et l'honnêteté je la crois sur parole, suis-je la bonne cruche naive? Peut etre, mais je l'aime et j'ai confiance), mais ca me rend quand même dingue. Quand je pense qu'elle est avec un autre, malgré tous mes beaux idéaux, mon ventre se noue et le temps s'arrête pour laisser place au mal-être. Soit elle couche avec lui et mon cœur se brise, soit elle s'en empêche et je suis un frein qui l'enferme, chose que je n'ai pas envie d'être.
Je me sens pas non plus misérable parce que c'est misérable d'être misérable. Et puis la méditation m'apporte un recul sur la vie qui me permet d'être toujours plus ou moins heureux d'être en vie. Mais je souffre quand même.
Voila j'ai fait sortir plus ou moins ce que je voulais. J'ai surement fait preuve d'un violent manque d'objectivité sous le coup de l'émotion. Merci internet d'être là quand même ça fait du bien. C'est pas juste pour évacuer aussi, je serais ravi d'échanger et de débattre avec les âmes éclairées qui tomberont la dessus un jour.
Gros polybisous libres mais pas trop non plus.

#
Profil

Aiemama

le vendredi 11 janvier 2019 à 13h59

Au jeu de celui ou celle qui fera le post le plus long je déclare forfait !!!
Je comprends ton desarroi et ton amour pour cette fille mais je vais devoir faire court : tu mérites mieux Que cette situation alors change la !!! Tout est possible !!! Reste à savoir ce que tu veux vraiment et quitte à prévoir des réajustements av ton amour.

#
Profil

Thimeaut

le vendredi 11 janvier 2019 à 14h12

Bonjour,

Peut être que, si votre amour est sincère et compte tenu de la situation, tu pourrais te reconnaitre la légitimité de lui demander de t'aider à constituer un "cadre" (je reprend ton mot).
Cela te permettrai de souffler et ne remets pas forcément en cause sa liberté.

Il est très difficile de lutter contre le petit vélo qui se met en route lorsque l'on imagine l'autre avec un.e autre. Et cela se produit d'autant plus si, par ailleurs, on est en situation de déséquilibre. Mais, si on revient à la situation que tu décris, l'origine de ta souffrance vient à la fois d'une possible jalousie (que toi seul peut comprendre pour mieux la décrypter-démonter-déconstruire) et d'une insécurité (qui joue le rôle de révélateur avec la jalousie.
Hors si vous vous aimez c'est à elle d'être l'interlocutrice principale pour parler de cette insécurité et trouver un terrain s’entende, une présence suffisante de sa part dans cette période un peu plus compliquée pour toi.
Et puis c'est l'occasion de discuter ensemble de ce que vous ressentez, savoir si ce qui te titille est un manque d'elle lorsqu'elle absente, la peur de la perdre de crainte qu'il/elle soit mieux à ses yeux...

#
Profil

Toinou

le vendredi 11 janvier 2019 à 14h51

Bonjour Dusfin et bienvenu parmi nous (Miaou !)

Je vais déjà me permettre de te rassurer : ce que tu ressens est normal. Même si tu es en accord avec la notion de couple libre sous quelque forme que ce soit, le passage à la pratique ne se fait pas (de ce que j'ai pu vivre et observer) sans douleur au bide et retour de bâton mental ;)

En dehors de tout les conseils que tu pourras lire sur ce forum je peux te donner le "truc" que j'ai utilisé moi quand cela a été mon tour :
Je me suis poser la question "pourquoi est ce que je ressens cette boule au ventre ? Et que crains-je ?"
Mais je l'ai fait seul et à haute et intelligible voix et y ai répondu de la même manière.
Je ne saurais dire si c'est le fait d'extériorisé les propos, ou bien m’obliger à les formuler sans les ressasser intérieurement qui m'a aidé, mais en tout cas suite à ça, j'ai mieux compris mon ressentis et je me suis calmé.
Je précise aussi, s'il est nécessaire, que comme j'étais seul (dans ma voiture en fait) j'ai pu sans crainte être totalement honnête dans mon questionnement et mes réponses, sans me dire "je ne devrais pas dire ça ou ressentir ceci".

My 2 cents.
Et bon courage et pleins de bonne choses en cette nouvelle année qui commence.

#

Dusfin le duper (invité)

le samedi 12 janvier 2019 à 00h46

Salut,
Je ne m'attendais pas vraiment a des réponses bienveillantes telles que les votres, j'avais surtout écrit ce (très) long post pour évacuer la jalousie. Ça fait plaisir merci. Finalement, elle n'a pas couché avec son collègue, mais c'est sa coloc qui lui a avoué son attirance maintenant.
C'est dur d'aimer une fille qui a autant de succès. Elle dit faire des efforts pour moi et ne pas coucher avec d'autres (a part sa meilleure amie)
Je suis jaloux de son succès, chose que je n'ai jamais eu (ou pas a ce point la). Ça me confronte directement a mes frustrations. Si on ajoute a cela la jalousie que j'ai vis a vis des autres, ça fait beaucoup. En même temps je suis heureux pour elle.
Sois j'organise un hunger games pour éliminer tous ces prétendants, soit on fait une partouze avec elle au centre.
Pour une première relation amoureuse je commence fort

#

plongeur (invité)

le samedi 12 janvier 2019 à 06h39

Hello Dusfin le duper
Deux des éléments dans tes messages me rassurent beaucoup pour toi : ton humour et ta générosité !
Tu es au début de ta carrière d'amoureux (j'ai quelques décennies d'avance ! ) - tu commences fort mais bien et je te souhaite beaucoup de bonheur ?
Je trouve que tu as beaucoup de chance que ton amie, ton premier grand amour, semble à la fois courageuse (en vivant selon selon les élans de sa propre nature, au sein d'une société qui n'est pas typiquement comme elle) mais aussi délicate (en tenant bien en compte tes sentiments et fragilités).
Continuez avec humour, avec la complicité et communication que vous partagez, avec amour courageux et optimiste : bonne route à toi, à vous deux ☺

#

plongeur (invité)

le samedi 12 janvier 2019 à 06h53

"... je te souhaite beaucoup de bonheur !!"
Pas "?" : erreur de frappe...

#

Dusfin le duper (invité)

le samedi 12 janvier 2019 à 10h40

Merci a toutes vos réponses, vous m'aiguillez dans mon travail intérieur ça fait chaud au coeur. Il y a beaucoup de choses qui ressortent en moi.
Je pense qui ce qui m'arrive est bénéfique même si je me réveille tout les matins avec des sortes de cauchemars.
Ce n'est qu'une période de transition (même si tout la vie n'est que transitions).
Elle m'a accordé une certaine forme d'exclusivité. Ça me rassure autant que ça le culpabilise. Elle passe le weekend avec son amie alors que moi je retourne a l'étranger ou quelques jours. J'ai déjà moins peur qu'avant même si il y a toujours comme une douleur morale. Et puis j'aimerais bien les rejoindre aussi ? Si on arrive a s'adapter l'un a l'autre ce sera pour le mieux.
Sinon, il faudra agir en conséquence, ce qui sera pour pour le mieux aussi.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion