Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Draguer alors qu'il me sait mariée

#
Profil

Caoline

le jeudi 17 mai 2018 à 12h35

Mon propos n'était en aucun cas un jugement sur bidi, ni le ranger dans une case. Je n'ai aucun problème avec le sexe, ni avec le fait qu'il en parle comme il le vit. Je donnais juste une autre piste d'explication à nos points de vue différents.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 mai 2018 à 13h12

:-)

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 17 mai 2018 à 15h08

Caoline
Pas le temps de chercher des références mais il y a des conférences et des bouquins qui expliquent que le tabou sur le sexe en famille fait le nid des abus sexuels et surtout du fait que les enfants n'osent pas en parler quand ils ont été abusés. Et j'insiste ça ne veut pas dire qu'on doit dire précisément ce qu'on pratique nous même et avec qui.

Je note. Ma famille n'est pas parfaite de ce côté là, et il est possible qu'il y ait un lien.

Caoline
Mais en fait je crois aussi qu'il y a une grosse différence entre nous bidi, c'est que ce que tu cherches dans les autres relations c'est le sexe, les sentiments s'ils ne sont pas exclus me semblent accessoires pour toi. Tu parles toujours de sexe en fait. Alors que nous sommes nombreux ici à parler d'amour, sans en exclure le sexe. Je ne parle jamais à mes enfants d'un.e partenaire de sexe, mais parfois d'un.e amoureu.se.x, et ils savent bien qu'entre amoureux on a des relations intimes. De toute façon quand je leurs en parle, ils ont déjà deviné en général, parfois même avant moi.

J'ai une forte imbrication entre sexe et sentiments. Chez moi, les deux vont de paire et augmentent ensemble. Je serai frustré d'une relation platonique et je n'ai aucun plaisir dans le fait d'avoir du sexe avec une inconnue. En fait, pour moi, le sexe c'est comme de discuter avec quelqu'un : C'est un plaisir et un moyen de découvrir l'autre. Ca fait partie un peu de la plénitude d'une relation. Et comme vous avez pu le constater, j'aime beaucoup discuter :-D
Aussi, sur le forum, il y en a beaucoup qui mettent en avant le côté sentimental du polyamour. Bonheur en est certainement l'exemple le plus évident, autant par sa présence sur le forum que par le fait qu'elle soit polyaffective. Et je trouve que, souvent, l'aspect sexuel n'est pas tant mis en avant que ça. Ce qui fait que j'interviens souvent dans ce sens là. C'est un choix personnel.
Après, on pourrait prétexter, à raison, que le polyamour n'est pas une histoire de sexe, mais avant tout de sentiments. Sauf que dans notre société, les deux sont intimement liés. Le simple fait qu'on ait des mots pour les penchants sexuels mais pas pour les penchants romantiques en dit long. Et donc, pour moi, on peut difficilement parler de sentiments en ignorant le sexe.

Voili voila.
Mais je peux parler moins de sexe si ça vous gène, je comprendrais.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 mai 2018 à 16h23

bidi....
... Sauf que dans notre société, les deux sont intimement liés. Le simple fait qu'on ait des mots pour les penchants sexuels mais pas pour les penchants romantiques en dit long.

Je regrette en effet ce constat. Les émotions, les sentiments, les ressentis sont à bannir. Ceci explique donc cela. Toutefois, sommes nous complètement dépourvus de mots, de vocabulaire ?

Il y a encore peu, l’amygdale était pour moi uniquement un organe de la gorge (en gros). J'ai eu la surprise en lisant un bouquin de Antonio R. Damasio que c'était également le nom d'un endroit de notre cerveau. Comme quoi ? Les mots, on est loin de tous les connaitre et d'avoir un vocabulaire toujours adapté.

C'est aussi pour cela que je recommande souvent des lectures. Par exemple, le livre "le décodeur des émotions -développez votre intelligence émotionnelle" de YA Thalmann offre un apport important (par exemple).

Après, il y a notre caractère unique et nos divergences propres. Notre déconstruction et notre reconstruction, également. Parfois on parait contradictoire aux yeux de certain-e-s alors qu'en réalité, à l'intérieur de nous c'est clair et cohérent.

bidi...
Mais je peux parler moins de sexe si ça vous gène, je comprendrais.

Moi j'aimerais pas qu'on me demande de parler moins d'émotions et de sentiments. Alors non, je ne te demande pas cela. C'est aussi à moi à te comprendre. Désolée si je montre en effet parfois des signes de lassitudes.

bidi...
Après, on pourrait prétexter, à raison, que le polyamour n'est pas une histoire de sexe, mais avant tout de sentiments. Sauf que dans notre société, les deux sont intimement liés. (...) Et donc, pour moi, on peut difficilement parler de sentiments en ignorant le sexe.

C'est notre gros point de divergence, en effet. J'amène souvent à réfléchir sur l'obligation de ce lien. Est-ce une construction sociétale ?

Etre déconstruit en ce sens, parce que le naturel a remplacé le sociétal, je suis ainsi parce que ça me convient et me correspond. J'admets en effet que toujours tout ramener au sexe m'exaspère, sans doute parce que ça va dans un sens trop construit (peut-être, difficile à affirmer) à mes yeux.

Après, ne pas axé sa vie sur le sexuel mais sur l'émotionnel, pour une HPE, ben ça me semble sain. L'essentiel est de bien vivre sa position, en laissant derrière soi ce qui ne nous convient pas. D'ailleurs pour moi, je n'exclue pas le touché, j'exclus le sexe, c'est différent. Je suis très tactile (si ça peut faire aider à une juste compréhension).

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 17 mai 2018 à 16h44

bonheurEst-ce une construction sociétale ?

Quand je me pose cette question, je regarde sur Internet.
J'ai cherché : "lien sexe sentiments" sur Google. En deuxième, j'ai Psychologies.com qui dans un paragraphe titré "Nous séparons sexe et sentiments" cite un gars qui dit : "Ces hommes et ces femmes n’arrivent pas à concilier les deux aspects de la sexualité avec la même personne"
C'est tellement sociétal qu'un mec peut se permettre de qualifier les sentiments comme étant un "aspect de la sexualité" sur un journal de grande audience :-D :-D
:-D

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Caoline

le jeudi 17 mai 2018 à 17h19

J'ai parfois l'impression d'être très mal comprise.

Je ne trouve pas que tu parles trop de sexe, je faisais juste remarquer qu'en plus de ton éducation, il y a un autre paramètre qui peut jouer c'est que tu parles plutôt de sexe que d'amour et qu'avec un enfant, ça me semble plus facile de parler d'amour. En tout cas même sans avoir de tabou sur le sexe, ou alors inconsciemment, je ne me vois pas dire à un de mes enfants "je vais voir mon partenaire sexuel" alors qu'il m'est facile de dire "je vais voir mon amoureux". Même pendant ma période libertine, les personnes que je revoyais j'avais des sentiments pour elles et avant la première rencontre si j'ai eu à en parler j'ai du dire je vais rencontrer quelqu'un, je n'aurais rien pu dire d'autre car je ne sais jamais ce qu'il va se passer avant une première rencontre. Si j'étais vraiment libertine, je pense que j'en parlerai avec mes grands, mais là en effet plutôt plus de 15 ans et sans détails, juste pour dire ça existe, ce n'est pas honteux, tant que chacun est d'accord et que ça lui apporte du plaisir à tout le monde c’est chouette. Juste pour que si ils surprennent une conversation, un écran d'ordi ou autre, ils ne se disent pas que si on se cache c'est que c'est mal.

Pour la discussion sur le naturel, il me semble que le sexe est vraiment naturel puisque condition de la survie de l'espèce. C’est plutôt les sentiments qui pourraient une "construction sociétale" même si en fait je pense que les 2 et allier les 2 est naturel même si il peut y avoir des exceptions, que chacun vit les choses comme il le désire. Cela dit je pense que l'exclusivité sexuelle peut vraiment être une imposition sociétale, ou une manière que ce soit acceptable pour le partenaire principal, même si on peut avoir l'impression que c'est nous qui la souhaitons, l'inconscient, l'auto-suggestion sont très forts pour nous museler.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 mai 2018 à 19h33

bidi...
C'est tellement sociétal qu'un mec peut se permettre de qualifier les sentiments comme étant un "aspect de la sexualité" sur un journal de grande audience :-D :-D
:-D

Pas étonnant que je ne sois pas audible :-( . J'hésite entre rire ou pleurer. Je vais un peu pleurer de rire et ça ira mieux (jeu de mots, pas maître Cappello du tout)

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 18 mai 2018 à 10h22

bonheur
Pas étonnant que je ne sois pas audible :-( . J'hésite entre rire ou pleurer. Je vais un peu pleurer de rire et ça ira mieux (jeu de mots, pas maître Cappello du tout)

J'ai pas saisi le jeu de mots. Après, je pense que majorité des gens sont quand même capables de dissocier sexe et sentiments. Mais je serai pas étonné que beaucoup considèrent que les deux soient intimement liés.
D'ailleurs, ils sont en partie liés. Le fait d'avoir des relations sexuelles avec quelqu'un renforce l'attachement qu'on a pour cette personne (j'ai lu là dessus, par contre je me vois pas retrouver mes sources).

Caoline
J'ai parfois l'impression d'être très mal comprise.

Je plaide coupable !

Caoline
Pour la discussion sur le naturel, il me semble que le sexe est vraiment naturel puisque condition de la survie de l'espèce. C’est plutôt les sentiments qui pourraient une "construction sociétale" même si en fait je pense que les 2 et allier les 2 est naturel même si il peut y avoir des exceptions, que chacun vit les choses comme il le désire. Cela dit je pense que l'exclusivité sexuelle peut vraiment être une imposition sociétale, ou une manière que ce soit acceptable pour le partenaire principal, même si on peut avoir l'impression que c'est nous qui la souhaitons, l'inconscient, l'auto-suggestion sont très forts pour nous museler.

L'homme est un animal social. On peut prendre l'expérience qu'on fait les anglais d'isoler complètement des bébés et de les nourrir sans contact humain pour illustrer la chose : tous les bébés sont morts. Donc, clairement, les sentiments sont naturels, ils sont une expression de notre côté social. Après, comme dans tous les domaines, la société nous enseigne dans quels cadres il est légitime de les exprimer. Mais disons qu'il y a une base profonde en nous.
L'exclusivité sexuelle est clairement une imposition sociétale (ce qui veut pas dire que ça ne convient pas à une partie de la population). D'ailleurs, pour les naturalistes, l'homme n'est pas considéré comme monogame, vu que la définition de monogamie (pour un naturaliste) c'est le fait de n'avoir qu'un seul partenaire pendant l'intégralité de sa vie. Ce qui n'est pas notre cas. Donc nous ne sommes pas monogames.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le vendredi 18 mai 2018 à 13h01

bidi...
J'ai pas saisi le jeu de mots

normal, il n'est pas fin du tout. Aucun intérêt, il était là plus pour meubler ma pensée qu'autre chose.

bidi...
Le fait d'avoir des relations sexuelles avec quelqu'un renforce l'attachement qu'on a pour cette personne (j'ai lu là dessus, par contre je me vois pas retrouver mes sources).

Oui, nous avons une hormone qui ne sert qu'à ça. L'ocytocine, je crois (je n'en suis pas certaine). J'ai lu également sur ce sujet. (sources ?)

Le fait que deux choses puissent se liées n'impliquent pas qu'elles ne puissent exister l'une sans l'autre. C'est ma perception et je n'oblige personne à croire qu'elle soit réelle. C'est comme pour le baiser qui pour certaines personnes est un prélude sexuel et pour d'autres un acte de tendresse. L'acte est le même, le ressenti différent. Là encore, je ne peux convaincre une personne qui a ses sens sexuels qui s'activent quand ils embrassent, qu'une autre réalité existe.

bidi...
D'ailleurs, pour les naturalistes, l'homme n'est pas considéré comme monogame, vu que la définition de monogamie (pour un naturaliste) c'est le fait de n'avoir qu'un seul partenaire pendant l'intégralité de sa vie. Ce qui n'est pas notre cas. Donc nous ne sommes pas monogames.

Je comprend cette définition. Et selon ce qu'elle indique, je ne suis pas monogame (ou monosexuelle). Il faut différencié pluri-partenaires (une sexualité avec alternance avec des partenaires) et non monogame.

Enfin, j'ai déjà expliqué cela. Je suis non monogame et je ne peux pas être pluri-partenaires. Pour être plus précise, je ne désire imposer à mon mari (et à moi également) des relations éloignées les unes des autres parce que ce n'est pas notre souhait commun. Ni à l'un, ni à l'autre. Ok ça suit un raisonnement logique, mais il n'est pas construit sociétalement. Il n'est pas dicté à moi par la société, mais par le bon sens. Pour moi, si je reprends les propos d'une autre discussion, on peut dire que c'est un choix (je le reconnais) mais un aucun cas un renoncement, une injustice. Si un amoureux secondaire considère cela comme inacceptable, l'injustice sera que oui, mon couple sera privilégié par moi. Je prendrai cette décision parce que la vie, c'est aussi cela. Ce sera pour moi une incompatibilité et hors de question que je la subisse et que j'en fasse subir autrui.

Etre aimé sans sexualité, c'est également pour moi merveilleux. Je le vis plus que bien et je n'aspire en aucun cas à vivre autrement. Mon bonheur passe par là.

#
Profil

Piumy

le vendredi 18 mai 2018 à 15h57

Vous êtes partis très loin là :-)

Je pense que c'est une question d'éducation et de feeling c'est sûr. Tu as l'air d'avoir eu une vie difficile Acajou, je peux comprendre certaines de tes réactions.

Tu vois, pour le coup, on est très à l'aise pour parler d'argent avec les enfants. On ne roule pas sur l'or et on leur explique bien ce qu'on peut ou non s'acheter. Récemment, on a acheté une nouvelle voiture et quand ils m'ont demandé d'aller au restaurant, je leur ai expliqué que ce ne serait pas possible pendant un moment à cause de notre achat. Je leur ai même expliqué le principe d'un prêt bancaire.

Pour notre position de couple libre, il n'y a que monsieur qui a une amie et il ne se considère pas comme amoureux. Donc on ne peut pas dire "Papa va voir son amoureuse" et il n'est pas prévu qu'elle les rencontre non plus donc je ne vois pas l'intérêt d'avoir une discussion avec eux à ce sujet. Et il n'y a rien à cacher pour autant.

Je veux dire qu'on est pas obligé de TOUT expliquer non plus. Quand je rentre le soir, je ne leur raconte pas les histoires de mes collègues de boulot, de la pression de tel ou tel dossier, etc... Je leur dis que je suis fatiguée parce que j'ai beaucoup travaillé et pas que mon patron m'a engueulée parce que j'ai loupé le dossier X.

Bref, avoir un petit jardin secret, c'est différent d'un secret de famille.

#
Profil

Piumy

le vendredi 18 mai 2018 à 16h01

Je ne sais plus qui disait que les enfants de cet homme pouvait avoir envie de voir leur père amoureux et que ça leur ferait du bien. C'est possible mais en l'état actuel des choses, il n'y a rien entre lui et moi.

S'il ne passe rien parce qu'il refuse mes avances, ou si on se fréquente 2-3 fois mais qu'on se rend compte que ça ne marche pas, ou aurait été l'intérêt d'en parler aux enfants? Comme disait Bidibidibidi, je crois, le début d'une relation peut rester discrète. A voir si on passe dans le long terme ou pas.

#
Profil

Minora

le vendredi 18 mai 2018 à 16h32

Voilà !

#
Profil

Piumy

le lundi 25 juin 2018 à 09h57

Je ne sais pas si certaines personnes ont envie de savoir la suite mais je donne des nouvelles au cas où.

J'ai pris mon courage à deux mains, j'ai discuté avec lui et je lui ai dis qu'il me plaisait beaucoup. Ce à quoi il a répondu qu'il n'était pas intéressé. :-(

Au moins je suis fixée et j'arrête de me faire des films mais pour mon petit coeur, c'est très dur. Honnêtement, je ne sais pas comment vous faîtes pour avoir plusieurs amours, pour passer de l'un à l'autre sans vous retrouver en morceaux à chaque fois. Pour moi en tout cas c'est très difficile et je ne suis pas prête à rencontrer quelqu'un d'autre, mon mari me suffit, je sais qu'il y a au moins une personne sur Terre qui m'apprécie.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 25 juin 2018 à 10h10

Piumy
Honnêtement, je ne sais pas comment vous faîtes pour avoir plusieurs amours, pour passer de l'un à l'autre sans vous retrouver en morceaux à chaque fois.

Honnêtement, je ne sais pas pourquoi les êtres humains persistent à vouloir avoir des amours. C'est quand même le sentiment le plus fort dans ses expressions positives comme négatives. Et puis, pour paraphraser les Rita Mitsouko : "Les histoires d'amour finissent mal... en général."
On est tous dans le même bateau, Piumy !

Merci pour les nouvelles, même si elles ne sont malheureusement pas bonnes. Je te souhaite de t'en remettre bien. Et puis, au moins, tu auras gagné en sagesse et en connaissance de toi, donc ce ne fut pas une expérience si négative.

#
Profil

raz

le lundi 25 juin 2018 à 11h31

Merci d'avoir donné de tes nouvelles et bravo pour le courage dont tu as fait preuve.
Bonne continuation

#
Profil

bonheur

le mardi 26 juin 2018 à 14h21

Qui dit que les poly ne se retrouvent pas souvent en morceaux ? Bidi... a raison, poly ou non, on est dans le même bateau. Peut-être les polys savent s'entourer et ils peuvent franchir le cap. Egalement, considérer ce que l'on a reçu (même sans l'autre) est un cadeau de la vie. Ce que l'on a ressenti était magnifique, alors ne pas ressentir d'amertume ou de rancoeur. Faire le deuil de sa désillusion (pas facile) et s'enorgueillir intérieurement de savoir aimer, avec ou sans retour :-) . Et puis la vie continue et ta capacité à aimer n'en ressort que grandie !!!

#

Jj45 (invité)

le dimanche 02 février 2020 à 20h49

Artichaut ça va pas tu as pas compris!
Elle veut juste coucher avec un autre. Sans quitter son mari. Pourquoi en parler aux enfants? C'est n'importe quoi, reconnait que tu as eu tort.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion