Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les vertus des câlins…

Social
#
Profil

MiV

le mardi 27 janvier 2009 à 14h43

Ce mardi soir à 23 h, à la RTBF, Matière grise, un magazine scientifique va aborder le sujet des caresses et câlins…
Les précieux câlins auraient une influence sur notre mode de vie et détiendraient un pouvoir important, souvent insoupçonné sur notre santé. Et ce n’est pas une blague : des études très sérieuses montreraient que les caresses et autres marques d’affections permettent d’évacuer le stress et de combattre certains aspect de la dépression, en stimulant toute une série de mécanismes hormonaux dans notre corps qui nous apportent relaxation, détente et estime de soi. Matière grise en apporteraient la preuve en image…
Je suis assez impatient de voir cette émission…
Et je me suis dit que l’on pourrait aborder le sujet ici aussi…

#
Profil

Siestacorta

le mardi 27 janvier 2009 à 15h11

Bonne initiative.
J'ai à dire, mais la minute n'est pas propice.

Je "m'étendrai sur le sujet" bientôt.

#

(compte clôturé)

le mardi 27 janvier 2009 à 15h20

Tout comme les bébés de mammifères élevés sans câlins vont moins bien qu'avec! Et les chats à câliner, ça déstresse!

Des câlins! Des câlins!

#

françoise (invité)

le mardi 27 janvier 2009 à 19h09

En tant que journaliste médicale, je vous confirme que plusieurs études ont prouvé que les câlins facilitent le développement physique et neurologique des bébés, et que l'absence totale de stimulations calinesques peut les rendre malades. Le toucher est le premier sens qui s'éveille dès la gestation, et le dernier qui s'éteint en fin de vie.
En tant que Lutine, je trouve très agréable de pouvoir sauter au cou des Lutins présents et leur faire des bisous sans que leur compagne ou copine fasse la tête :) Qu'est-ce que ça simplifie et rend douces les relations...

#
Profil

Noemi

le mercredi 28 janvier 2009 à 15h52

Alors cette émission, quelqu'un l'a suivi ?

Quant aux câlins, ouiii, ça fait du bien.
Comme je l'ai déjà dit ailleurs (discussion sur le Poly Camp d'été), j'ai l'impression que les polyamoureux sont souvent assez ouverts et spontanés avec câlins et massages.

Pourquoi faire des câlins uniquement à son mari/copain ou sa femme/copine ?
Les polyamoureux ne limitent pas leur amour à une seule personne, et donc à quoi bon réserver les câlins à deux ou trois personnes ?
On peut tout aussi bien échanger massages, caresses, câlins sans avoir une relation amoureuse (ou sexuelle) avec une personne !

Souvent (je veux dire en dehors de l'univers polyamoureux), ce genre de comportement est canalisé dans des événements organisés:
"soirées câlines" ( fr.wikipedia.org/wiki/Soir%C3%A9e_c%C3%A2lin )
ou encore les "free hug campaigns" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Free_Hugs)

Qu'en pensez vous de ça?

#
Profil

Sorelle

le mercredi 28 janvier 2009 à 19h55

Et bien...je préfère les câlins a 6, 8, voire 10 mains plutôt
qu'a 2 !...Tout le monde connaît ?...

#
Profil

Isis

le jeudi 29 janvier 2009 à 22h18

Oui Sorel, je connais. On reçoit plus d'affection et ça créé un état d'ivresse. Il y a un aspect plus léger aussi. Peut-être parce qu'il n'y a pas les même enjeux que dans un couple...

#

LuLutine (invité)

le jeudi 29 janvier 2009 à 23h48

Dans l'excellent livre de David Servan-Schreiber "Guérir", il y a un chapitre (ou une sous-partie, je ne sais plus) qui parle justement de ce genre de chose.
Notamment l'histoire des bébés prématurés qui survivaient mieux que les autres parce que leur infirmière leur caressait le dos...si vous avez l'occasion de lire ce livre, je le conseille.

#
Profil

Sorelle

le vendredi 30 janvier 2009 à 23h04

Oui c'est ça! C'est plus léger! Il n'y a pas la lourdeur du couple.

On se sent plus...plus poly... aimée.

#

(compte clôturé)

le samedi 14 février 2009 à 11h08

Un petit morceau sur le hug, le bercement, bref, tout ce qui rappelle la chaleur et la sécurité.

J'aime bercer les poupons, les avoir sur l'épaule après le biberon, quand ils se relâchent et s'endorment. J'aime les balader aussi, quand ils ont des crampes, je les mets très haut sur mon épaule, l'os appuie sur leur estomac et ça leur fait moins mal (j'ai eu l'idée après avoir constaté chez moi et d'autres gens qui avaient des brûlures d'estomac, qu'on se pressait spontanément le plexus pour moins souffrir).

J'aime chercher comment faire autre chose en les ayant aux bras, à la hanche; j'aime appuyer leur dos contre ma poitrine en passant le bras entre leurs jambes pour leur faire une assise et qu'ils puissent regarder le monde autour d'eux, sortir du binôme qu'on forme.

J'aime pouvoir ouvrir mes bras à quelqu'un qui pleure, pour qu'il ou elle puisse juste pleurer en toute liberté, et les bercer comme on m'a bercée quand j'avais un gros chagrin, à 3 ans, 15 ans et même maintenant.

J'aime pouvoir ouvrir mes bras dans un élan d'affection qui ne cherche qu'à se dire, de part et d'autre "Ah que je suis bien, là, en ce moment, avec toi, et viens que je te fasse un bisou d'affection"; et aussi après s'être accroché, pour se dire "Quelles gaufres on est de s'enguirlander, tout ça parce que tu es cher à mon coeur et vice de Versailles".

Le hug, ça mélange les auras, ça redonne du jus, ça apaise; c'est multi-fonctions, un cadeau d'attention, idéalement jamais imposé, toujours proposé, parfois ça tombe à plat, mais ça vient toujours du coeur.

#

françoise (invité)

le dimanche 15 février 2009 à 11h32

Avant-hier, place d'Italie, j'ai croisé quatre jeunes filles qui arboraient des panneaux "calins gratuits" "free hugs". Elles étaient charmantes, souriantes et pourtant c'est fou le nombre de gens qui, ayant lu le panneau, faisaient un détour pour ne pas les croiser de trop près, comme s'ils (elles) avaient peur que ces filles leur sautent au cou. Je me souviens de quelques regards soupçonneux de leur compagne quand je proposais un massage à leur copain revenu fourbu d'une plongée ou d'une randonnée... Du coup, je massais devant elles pour qu'elles soient rassurées... Le câlin, qu'on peut faire à beaucoup de gens, et qui n'a pas forcément un caractère de "préliminaire" différencie largement le Lutinage du libertinage (je dis cela, parce que sur wikipedia qq, m'a qualifié de "libertine" alors que je suis Lutine. ) Le lutinage n'a pas pour objectif premier de séduire ou de "conclure", mais de créer du lien, une relation. Il n'y a aucun souci de performance, je trouve, et je constate en vous lisant. C'est une recherche de relations plus riches, moins formatées, plus durables, tendres et excitantes aussi que les relations habituelles. Plus respectueuses aussi... C'est pour cela que c'est difficile à faire comprendre dans une société basée sur la performance, l'appropriation, le zapping vers la nouveauté, l'écrasement des autres...

#

(compte clôturé)

le dimanche 15 février 2009 à 13h21

Tiens ça me fait penser à un autre thème, celui de la fausse tolérance. Je veux parler de cette attitude qui relève de l'apparente désinvolture qu'on peut vouloir afficher devant son compagnon ou sa compagne est en train de se laisser complaisament draguer.
Bien que voulant être PA, laisser sa liberté à l'autre, sentir la jalousie mordre, un soupçon qu'on a que le copain ou la copine ou les deux vous teste (dans quel(s) but(s)?), comment le prendre, comment ne pas le prendre ou souhaiter que cela nous indiffère... Poison pour l'ambiance et occasion ratée de se confronter à ce que cela nous fait réellement en-dedans.

#

françoise (invité)

le lundi 16 février 2009 à 18h25

à Clémentine: et dans cette volonté de tester ta tolérance, il peut y avoir une envie de "rapports de forces" (tu vois que tu es quand même jalouse") qui peut pourrir la relation. Je pense qu'il y a un minimum de courtoisie, de savoir-vivre indispensable et de discrétion pour que les relations plurielles ne se tranforment pas en défis malsains.

#

(compte clôturé)

le lundi 16 février 2009 à 21h13

Absolument. L'enjeu est multiple, vraiment... Transgresser certaines règles en usage dans notre société ne doit pas nécessairement se faire avec ostentation, ni provocation.

J'ai vécu un épisode du genre... il s'est ensuivi une franche discussion avec une amie qui prétendûment n'avait pas de mauvaise intention; mais me jouait la même scène pour la troisième fois en quelques années...

Une bonne occasion de faire le ménage dans mes relations: les deux confrontations précédentes n'ayant rien changé à son besoin jaloux de saboter mes idylles naissantes, j'en ai déduit que je devais désormais me tenir à l'écart d'une personne aussi peu au clair avec ses propres motivations.

Cette intervention déborde du cadre, on parlait de choses qui font du bien! On peut continuer ailleurs... ou alors considérer que le câlin commence par se protéger soi-même de situations aussi malsaines... Oui, en fait, je trouve très important de respecter ses propres limites, encore faut-il arriver à les repérer.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion