Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Des difficultés sexuelles liées au trio - Besoin de conseils et de retours d'expériences

Sexualités
#
Profil

Moplume

le lundi 26 mars 2018 à 12h06

Bonjour à tous.tes,

Je ne suis pas sûre que mes interrogations soient purement sexuelles mais dans le doute, je publie dans cette rubrique.

Voilà, j'ai 25 ans et je vis en couple depuis 7 ans avec le même homme (31ans). Si j'ai toujours reconnu mon attirance pour les femmes (et donc progressivement ma bisexualité), ma situation initiale de monogame ne m'a pas vraiment permise de découvrir les spécificités de la sexualité féminine. Malgré le fait que depuis 2-3ans nous sommes en relation la libre, la réalité est que par facilité je me tournais vers les hommes.

Cependant, il est arrivé que l'amante de mon compagnon finisse par devenir la mienne... Et progressivement, nous nous approchons d'une relation en trio. Nous nous voyons donc régulièrement tous les 3 et quasiment jamais séparemment.

Mais depuis que cette histoire a commencé le sexe a été un gros problème. Alors que nous nous considérons tous comme des personnes sexuellement actives, toutes les fois où nous avons eu des relations sexuelles ont été clairement mauvaises disons le. Au point que mon compagnon a commencé à avoir des problèmes d'érection et ma compagne et moi des problèmes d'excitation. Nous nous trouvons tous sexuellement attirants, mais la technique est mauvaise, la communication est également compliquée. Etant donné que nous n'avons pas fréquenté les milieux libertins, nous n'avons jamais réellement appris à développer cette sexualité. Et notre manque d'expérience lesbienne est aussi patente.

Aujourd'hui, ca devient presque une angoisse pour chacun car à mesure que nos sentiments se renforcent et se développent, j'ai l'impression que nous ressentons encore plus de frustrations face à cet échec.

Biensûr, j'ai un peu scruté la toile, mais au final, les explications sur les plans à trois conviennent rarement à une situation où les 3 sont amoureux.

Bref, est-ce que vous avez connu des situations similaires ? Auriez-vous des conseils, des ouvrages, des sites ou quoi que ce soit pour éclairer ma lanterne et nous permettre d'avancer.

J'ai conscience de peut être ne pas être assez claire, mais j'apporterais des détails dans le fil de la discussion.

En vous remerciant d'avance pour votre aide,

Belle journée !

#
Profil

Siestacorta

le lundi 26 mars 2018 à 12h52

Bonjour,

les plans à trois sont moins communs qu'on pourrait l'imaginer, dans le polyamour. L'autre difficulté, c'est que c'est pas un thème facile sur lequel se lancer

Et bravo pour votre confiance... Vous avez décidé à trois que le sujet pourrait être abordé par ici ? Parce que ça peut être très délicat... Si ça pose problème, dis-vite, et je viderai mon message réponse le temps que le point soit fait.

J'ai pas d'expérience dans cette configuration triadique.
En matière d'érotisme, les plans à trois m'intéressent peu... Ca démultiplie des doutes que j'ai déjà à deux : me dire que peut-être que l'autre ne prend pas de bon temps, que comme amant je sois vraiment pas une affaire, donc si déjà à deux la question de me sentir complexé est là, imaginer qu'à trois ça va pas être deux personnes qui s'amusent entre elles et moi qui tiendrai la chandelle... Ce classique de l'érotisme masculin m'a toujours semblé très piégeux, par rapport à sa popularité.

Bref, tout ça sur ma sensibilité perso, c'est déjà plus généralement pour dire que psychologiquement, on peut avoir des failles qui se révèlent là, alors qu'on est entre gens qui s'aiment bien et se connaissent et alors que le reste du temps en one on one on arrive à juguler... Il se peut qu'un des trois ait ce genre de pression
(si c'est pas le cas tant mieux, je sais que moi je m'en met de toute façon, et ça me sensibilise à ce que ferait l'autre).

Autre aspect qui me saute aux yeux : quand on est dans un lit, au delà du plaisir, il y a les enjeux. Et même en ayant confiance en soi sur le plan érotique, on peut être très marqué par la part relationnelle du sexe. Le sexe comme communication, comme moment symbolique du reste du bien-être de la relation et de l'intimité qu'on a ouverte à(aux) autre(s).
Dire "nous voulons baiser parce que nous sommes en train de construire une relation à trois", c'est exigeant. Si chacun peu craindre de faire foirer l'ensemble, la chambre est sous pression.

Je parlais d'intimité : elle est bousculée, dans n'importe quelle situation sexuelle nouvelle, que ce soit la personne (les !) ou ce qu'on fait avec.
Normalement, ce qu'on révèle de soi dans le lit, on l'assume face à un.e seul.e amant.e, un seule personne. Et on a crée une facette de soi-même comme amant.e face à cette personne. On a pas "tout inventé", mais ça fait une histoire des corps et des réactions qui appartient aux deux.
Mais on se retrouve à raconter deux histoires d'intimité qui peuvent paraitre contradictoire, à en écouter deux autres. J'insiste sur l'histoire, parce que se mêlent les gestes érotique et l'histoire relationnelle en dehors de l’alcôve.
Et c'est une histoire un peu plus complexe.

Une petite proposition... Je vais m'informer pour voir si je trouve pas plus précis, mais déjà dans ce sens : vous pourriez tenter un stage de Tantra.
C'est pas ma came non plus
(ya tout un blabla spirituel très dans l'air du temps "gentils bisounours yogi contre méchants consomanipulateurs cruwels, ceci dit souvent moins tenus par des formateurs sérieux que par des pratiquants zélés)
mais avec de bons animateurs, vous pourriez être bien accueillis et aidés à vivre vos corps, sans pour autant aller dans les milieux libertins.

Ceci dit, c'est possible aussi que quelques passages dans des évènements libertins puissent vous aider à vous décoincer.

Enfin, est-il envisageable de ne pas forcer vos sexualités à se vivre à trois "tout le temps" ? Pouvez-vous vous faire plaisir les uns les autres et vivre cela au moins bien et réserver les plans à trois à des opportunités à explorer selon l'inspiration ? Quitte à refaire tout en débutants : on prend pas pour acquis de finir au lit, on continue à se peloter mais chacun son tour on va se coucher seul, puis une autre fois c'est pas les mêmes qui restent et poussent plus loin, puis des fois on fait un geste en plus mais on cherche pas à faire le grand jeu et on garde le geste qui s'est bien passé et on s'en inspire... Bref, un peu comme on explorer des débuts de relation quand on a pas des années d'expérience sexuelle derrière soi, quoi, la même chose pour trois.

A tantôt !

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

PolyEric

le lundi 26 mars 2018 à 13h34

Si vous considérez qu'il y a "échec" c'est que vous considérez qu'il faut "réussir" et c'est surement cette volonté de "réussir" qui tue le sexe.

Le sexe n'est pas un "examen", on ne vient pas pour "réussir". En fait, ce n'est qu'une banale partie de plaisir, c'est à dire qu'on y vient pour "consommer" les relations et non pour les "construire", il n'y a pas vraiment d'enjeu. Si on fait l'analogie avec la tradition monogame religieuse chrétienne il est souvent dit en rigolant que le mariage est "consommé" pour dire que les mariés ont couché ensemble pour la première fois, on ne dit pas que le mariage est "construit". C'est un peu pareil pour un "truc" à trois, on le consomme, on ne le construit pas au moment de la sexualité.

Certes, le sexe construit le trio tout comme il construirait un couple, mais cette construction est seulement une conséquence qui arrive après le plaisir et non un but à atteindre pour pouvoir trouver le plaisir. Avant ce plaisir, il y a seulement une projection de ce que ça pourra être après mais ce n'est encore que dans l'imagination. Si on tente de "forcer" en essayant d'attraper la conséquence sans passer par la "cause", forcément on passe à côté de la "cause".

De plus, en présence d'amour, nous avons une volonté de satisfaire les autres qui tend à nous faire oublier la raison pour laquelle nous sommes là nous-même. Nous essayons de satisfaire les autres mais nous oublions de nous satisfaire et du coup personne n'a de plaisir donc personne n'est satisfait car personne n'a pu satisfaire les autres, et ça tourne en rond.

Il y a une difficulté supplémentaire à plusieurs quand on ne peut pas satisfaire les deux personnes dans une seule action. Le cas d'école est celui de l'homme qui se retrouve avec deux femmes au moment de la pénétration, car il ne peut pas pénétrer les deux femmes en même temps, puisqu'il il n'a qu'un seul sexe. Tant qu'il n'admet pas une sorte de plaisir égoïste en lui qui lui permet d'avoir du plaisir avec une femme pendant que l'autre attend ou "aide" ou est "stimulée" pendant l'attente, il ne peut pas être excité par la scène et ne peut donc pas avoir d'érection et ne peut donc pénétrer aucune d'elle, c'est juste logique, surtout s'il se culpabilise de ne pas pouvoir tout faire en même temps.

A plusieurs, il y a forcément une sorte d'inégalité qui ne se résout qu'avec le temps (chacun son tour par exemple), c'est une sacré différence par rapport à une relation à deux car il est possible à deux de rechercher et de trouver une certaine simultanéité et une certaine similitude du plaisir chez les deux partenaires en même temps, alors qu'à trois, tout le monde peut certes avoir du plaisir, parfois en même temps, mais pas la même nature de plaisir en même temps, et notre conception de la chose en est perturbée.

De plus, si les personnes aiment êtres ensemble, elles vivent quelque chose même quand ça foire puisqu'elles sont ensemble dans ce coup foireux donc finalement ce n'est pas tant un échec que ça, quand on y regarde de plus près et du coup, on croit être dans l'échec alors qu'on ne fait que éprouver autre chose que ce qu'on croyais éprouver en arrivant (ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain).

Et en plus, dans votre cas précis, il y a peut-être une sorte de refoulement car votre activité sexuelle personnelle n'est pas toujours en phase avec vos aspirations profondes. Vous avez peut-être plus envie de l'amante de votre amant que de votre amant lui-même et cela génère un enjeux masqué, car si vous vous laissez aller il va forcément le voir donc vous essayez peut-être de vous contrôler, et c'est connu que là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir. Peut-être peut-il accepter cela au début de vos ébats, vous lui en serez reconnaissant et du coup vous aurez alors envie de lui dans un second temps, allez savoir.

En fait, il suffit d'accepter de vivre dangereusement ! :-) Amusez vous bien

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 26 mars 2018 à 13h43

Yep, polyeric !
Pas mon approche, mais très d'accord sur pas mal de ton feedback aussi, notamment le

"Si vous considérez qu'il y a "échec" c'est que vous considérez qu'il faut "réussir" et c'est surement cette volonté de "réussir" qui tue le sexe."

Merci de ce retour d'expérience ;-)

#
Profil

PolyEric

le lundi 26 mars 2018 à 13h54

Avec plaisir; Ton post me fait pensé à quelque chose de plus.

Imaginez qu'à la sortie de la boulangerie vous voyez votre amante dans la rue, vous vous approchez et lui dites quelque chose...

Ok, maintenant, imaginez le lendemain, au même endroit et à la même heure, vous voyez cette fois votre amant dans la rue, vous vous approchez et lui dites quelque chose...

Ok, maintenant, imaginez le sur-lendemain, au même endroit et à la même heure, et cette fois-ci, vous voyez les deux en même temps en train de discuter dans la rue, vous vous approchez et leur dites quelque chose...

Etes vous la même personne dans les trois cas ?

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 26 mars 2018 à 15h22

Comme je crains que mon propre reste sur un plan trop théorique, je suis allé consulter dans mes contacts, et on m'a gentiment donné trois pistes, et je crois qu'elles sont pas mal :

- slow sex life

- les conseils trantra de Nathalie Giraud Desforges

- les chahuteuses, une asso qui fait des choses sympa

Tenez nos au j... erf... au courant.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 14h24

J'ai pas non plus une expérience délirante des trios, et presque une plus grande des problèmes sexuels dans le couple.

Au premier abord, votre configuration me paraît ultra stressante sur monsieur. Il a en effet l'habitude de deux sexualités différentes, une avec toi, une avec l'autre madame. Pour donner un exemple, si il avait des habitudes BDSM avec l'autre madame, et une sexualité plus sensuelle avec toi, comment peut il se trouver entre vous deux ? Ses habitudes sexuelles avec chacune d'entre vous peuvent être complètement incompatibles (sans oublier que c'est quelque chose d'intime qu'on peut ne pas vouloir montrer même à quelqu'un qu'on aime).
Personnellement, je vous encouragerai à vous retrouver à deux (en changeant les couples) pendant un certain temps, ça pourrait permettre de vous retrouver, de diminuer le stress des parties à trois (et d'apprendre la sexualité homosexuelle). Ne revenir aux parties à trois que plus tard, et surtout, comme des événements majeurs, pas comme votre sexualité de tous les jours. En général, face à ce genre de blocages, il faut pas se cristalliser dessus, il vaut mieux plutôt les mettre de côté et y revenir quand le moment sera le bon.

Ensuite, pour vos parties à trois, pourquoi ne pas en avoir un(e) qui dirige et les deux autres qui suivent ? Comme vous n'avez pas nécessairement les mêmes formes de sexualité, ça peut permettre d'unifier le ton : Si vous décidez de partir sur du BDSM, ben on laisse la sensualité de côté, et la fois d'après ce sera plus sensuel et sans douleur.
Un autre avantage est que les parties à trois ont tendance à tirer leur énergie des fantasmes. Autant à deux il est assez facile d'être dans la communication, autant à trois, si vous êtes tous à l'écoute, vous risquez de ne pas prendre l'initiative, et la situation peut juste s'enliser. Donc si l'un dirige, en pensant clairement à son plaisir, ça peut permettre de donner une direction à l'échange.
En parlant de fantasmes, une grande quantité de gens ont du mal à les exprimer clairement et à les incarner. Par exemple, monsieur se retrouve avec deux femmes, des hommes qui n'ont jamais réfléchis à cette situation, il y en a peu. Mais son image de la chose peut ne pas être très respectueuse, acceptable, ou juste a-t-il peur de montrer l'énergie que ça réveille en lui, et donc peut être n'ose t'il pas l'exprimer quand vous êtes ensemble. Une bonne communication serait donc aussi une bonne base. Par exemple, parler de vos fantasmes, un sujet très tabou.

Après, j'ai eu peu d'expériences des parties à trois, mais de ce que j'ai pu constater, c'est assez difficile à bien mener. Il faut que les trois soient dans la même logique. Je me suis retrouvé quelque fois à rediriger les ébats dans une direction qui allait mieux aux autres participants ou juste à sortir de l'échange quand ça n'allait pas dans une direction qui me convenait pour laisser les autres en profiter.
C'est aussi un bon axe, commencer à deux, avec le troisième qui est là purement en spectateur, et qui attend de comprendre l'énergie qu'imposent les deux autres avant de s'insérer dans les échanges (en faisant en sorte de suivre cette énergie, bien entendu).

Enfin, voila, quelques idées sur le feu pour tenter de t'aider.
Peut être pourrais tu aussi mieux définir quels problèmes vous avez rencontrés, rentrer dans des détails peut-être plus crus, mais qui puisse permettre de mieux visualiser la chose (sur le forum ou en privé, si tu trouves la chose trop intime).

#

femme poly de passage (invité)

le mardi 27 mars 2018 à 15h26

Je commence à avoir ma petite expérience à trois et sous différentes configurations, (1H+2F, ou 3F, ou 1F+2H), et je l’ai vécu souvent différemment suivant la connaissance sexuelle et/ou amoureuse que j’ai eu avant avec chacun de mes partenaires, et suivant l’implication affective et émotionnel de chacun, suivant aussi l’historique de la relation si les 3 se connaissent bien et sont amoureux à 3, à 2 ou pas, ou même sans la connaissance d’aucun des 2 avec moi dans ce trio (comme en libertinage par exemple).

J’aime beaucoup le vivre, c’est un peu comme cela que j’ai aussi commencé tranquillement, librement et volontairement ma sexualité à 17 ans.
C’était très joyeux et souvent bien plus câlins que purement sexuel avec pénétration, ou excitation génitale.

Je ne recherche pas les trio, ni les provoque, cela m’arrive à des moments de ma vie où c’est comme une évidence soudainement, c’est rarement planifié à l’avance, parfois même je ne l’imaginais pas un instant avant le vivre avec ces personnes, une parenthèse à vivre tout simplement, plus ou moins longtemps, parfois une seule fois.

C’est à chaque fois différent, et je peux vraiment mesurer ce que cela ma apporté en connaissance sur ma sexualité et sur ma capacité à verbaliser ce qui me plait comme ce que je peux refuser.

Pour en revenir à votre témoignage, je vais plus vous parler de la situation où le trio est constitué avec 2 de mes relations amoureuses en cours.

J’ai vécu, à chaque fois, bien plus intensément ce moment là, mes émotions étaient décuplées, mes sensations aussi, et pourtant dans cette configuration précise, il n’y a rarement eu pénétrations ou de recherches actives d’orgasmes, ou de recherches d’excitations génitales.

C’est bien ailleurs que cela se joue, dans une dimension plus émotionnelle et sentimentale, celle où le mélange des corps et de leurs tendresses câlines s’expriment plus aux travers d’une danse des corps harmonieuse et fluide, offerte sans attente ni objectif, le cœur en avant.

(J’ai pu connaître en libertinage des trios où il a été recherché frénétiquement par mes deux partenaires du moment une sexualité avec un but de jouissance et d’orgasme, ce n’est pas ce que j’ai préféré, car mon rythme n’était pas respecté, ni mes besoins, et que je sentais une pression m’encourageant à moi aussi être active de la même manière, rendre ce que je reçois)

Je comprends bien il me semble ce que vous exprimez, et je sens bien aussi comment cela vous emporte ailleurs et vous interroge, ailleurs de ce que vous connaissez habituellement à deux, et vous interroge aussi sur ce qui se passe ou pas, ce qui devrait être ou pas.

Pour moi, ce n’est pas un problème du au trio, ni à l’un d’entre vous.
Ce n’est même pas un problème du tout pour moi ce que vous racontez.

C’est une réalité que j’ai souvent vécue dans cette configuration et qui a été un puissant révélateur de qui je suis aujourd’hui.

J’ai des émotions fortes en moi quand je repense à ce que j’ai vécue dans cette configuration où l’amour est le premier lien. Ce sont des moments importants, de ceux qui m’ont construite et qui m’ont aussi donné le gout de la rencontre et des sentiments amoureux.

J’ai compris assez tôt que le sexe et ma sexualité, ne pouvaient être réduis à une pratique ou à une configuration, que c’est avant tout un mystère, que je n’ai et n’aurai aucun contrôle en terme d’attente et de résultat, ni pour moi, ni sur les autres personnes, et que ma seule responsabilité dans un trio est d’abord de me sentir en sécurité (donc en confiance, de me respecter dans mes limites, et d’écouter celles des autres).

Il me semble qu’en peu de temps, il est possible de savoir un peu mieux ce que le trio peut produire ensemble comme vibrations et sensations.

Et si on s’aime à trois, amoureux chacun des deux autres, ce moment là sera l’expression de tout ce qui vous anime, même vos vulnérabilités seront au rendez-vous.

C’est très puissant émotionnellement, c’est très révélateur de qui on est soi avec les 2 autres, de ce que l’on peut offrir au trio, de ce que l’on peut recevoir.

J’aime beaucoup votre témoignage, il est exactement là où peu de gens vont, là où peu de gens s’interrogent et déconstruisent les normes, les attentes, ce qui devrait ou pas être vécue.

Je vous encourage vivement de lâcher prise, de laisser vos être se trouver, se reconnaître et s’harmoniser, de vous laisser surprendre par vos trois corps réunis sans autre attente ou objectif, et de vous aimer à deux et à trois avec toute la légèreté que mérite tant d’amours réunis aussi intimement.

#
Profil

elfi

le mardi 27 mars 2018 à 23h56

Salut Moplume

Je suis actuellement dans un trio amoureux. J'ai découvert ma bisexualité avec ma chérie et notre homme. Elle aussi était entièrement nouvelle sur le sujet. Dans notre cas eux sont en couple depuis 8ans.
Ce qui nous a aidé je pense c'est qu'on a fait baucoup beaucoup beaucoup de préliminaires! Et sans se mettre la pression. Et notre homme qui nous a guider dans la découverte de l'autre par le jeux.
Exemple de jeux pouvant débloquer la situation être à 2 pour s'occuper du 3ème avec par exemple monsieur qui connaît les goûts des 2 dames qui peut guider " plus comme ca tu va voir elle préfère"... perso ca m'a beaucoup aider à oser avec ma chérie.

Je vous conseillerai.aussi beaucoup de tendresse sans forcément de sexe. Regardez un film en se blotissant dans les bras tous les trois, un bon petit dîner en amoureux, une douche a 2 ou 3 en se savonnant les un les autres....
Éventuellement avoir des moments toutes les deux pour aider a ce que vous soyez plus à l'aise toutes les deux.

Je vous souhaite d'arriver à trouver votre équilibre!

#
Profil

Moplume

le lundi 02 avril 2018 à 11h45

Bonjour

En premier lieu, je vous remercie beaucoup pour vos réponses. De retour dans mon village bourguignon, la connexion était trop mauvaise pour que je puisse vous répondre, désolée pour le laps de temps, alors que vous avez été plutôt réactifs !

Je savais qu'en écrivant ce post au départ, il faudrait que j'attende vos réactions pour développer et pour reprendre puisqu'une situation est avant tout personnelle et difficile à transmettre. J'ai eu vraiment du mal à commencer le post... Donc je vous remercie encore pour votre compréhension/tolérance.

J'ai voulu simplifié au maximum (comme je pense beaucoup le font), tellement la situation n'a pas été linéaire :) ! Je vais essayer de répondre à chacun et d'approfondir pour que vous compreniez le type d'aide que je recherche.

En premier lieu, oui, mes amants sont au courant de la démarche et finalement, nous parlons beaucoup de ces couacs. Je pense que le problème est que j'ai toujours eu tendance à ne pas vouloir laisser un malaise s'envenimmer alors que mes deux amants ont tendance à penser que les choses se régleront d'elles mêmes. Ensuite, notre ami a eu surtout une relation amicale/épistolaire avec notre copine avant de la rencontrer. Ils n'ont été ensemble qu'une seule fois finalement.

Dans le cas présent, on reste sur du sexe vanille à 200% =D La seule qui est vraiment curieuse et qui fait de petites apparition dans le milieu du BDSM ou autre, c'est moi. Notre copain n'a donc pas une attitude différente avec moi ou avec elle, si ce n'est qu'il connait mon corps et qu'il est donc plus à l'aise.

Sincèrement, je n'étais pas venue pour une leçon sur comment vivre ma sexualité :) Je ne suis absolument pas entrain de parler de performance, je ne considère aucun de mes deux compagnons comme des sextoys. Mais oui, il y a une réussite sexuelle, même s'il n'est pas comptée en nombre d'orgasmes, elle l'est en terme de connexion, de bien être, d'écoute. Je pense que c'est de ma faute, je n'ai pas été assez explicite sur ce que je considérais comme mauvais : un malaise persistant et une impossibilité de lâcher prise. Lorsque j'en ai discuté, tous les 3 nous étions d'accord sur ce retour. Pourtant, personne n'arrive à se détendre, et c'est pourquoi, je pense qu'il faut plus qu'une simple volonté à partir de ce moment...
Parce qu'en dehors de la réelle partie sexuelle, nous sommes tous extrêmement tendres, nous avons d'autres activités qui se passent très bien ! Mais presque étrangement, dès que l'on s'approche du lit, cela devient tendu.

Nous avons eu des relations sexuelles "classiques". Si cela se passe plutôt bien entre moi et mes amis, entre eux, c'est difficile (pour les deux). Cela créée forcément un malaise grandissant et de l'angoisse. Notre copine a un passé un peu difficile par rapport au sentiment et au sexe également. Elle reste la plus jeune et la plus sensible aux diktats de la société (elle a mis 3 jours à accepter de se montrer non épilée pour illustration). Personnellement, j'ai du mal à savoir comment dédramatiser et rassurer l'ensemble...

J'ai bien aimé ce que tu disais @Siestacorta : "Dire "nous voulons baiser parce que nous sommes en train de construire une relation à trois", c'est exigeant. Si chacun peu craindre de faire foirer l'ensemble, la chambre est sous pression. "
Totalement. Et pourtant, c'est justement pas sur ce point que nous construisons la relation. Alors j'ai du mal à comprendre pourquoi on reste aussi stressés au lit. Après, je me dis que c'est peut être une question d'ego : j'ai plusieurs amants, notre amie un autre aussi (avec qui le sexe se passe apparememnt très bien) et notre copain aucune pour le moment. Donc peut être qu'il y a des projections liées à la peur, à la compétition etc.

C'est une très bonne idée le tantra quand j'aurais réussi à passer le cap ahah Dans le sens où, comme tu le dis @Siestacorta, il y a un coté ésotérique/New age que je n'achète pas :D Mais après, j'ai bien aimé tes conseils sur le slow sex en général, je vais me pencher sur tes liens et leur transmettre. Pour les clubs libertins, c'est pas que je ne suis pas pour ( :3) mais notre copine y est allée pour la première fois, il y a quelques semaines. Etrangement, malgré le fait qu'elle ait apprécié, elle s'est senti mal là bas et elle ne veut plus y retourner pour le moment. Je me vois mal aussi y aller seulement avec notre copain sans qu'elle y voit un moyen de se passer d'elle (bref...)

@PolyEric, c'était pas mal même si je n'étais pas tout à fait d'accord avec l'analyse de la situation (mais encore une fois, c'est tout à fait légitime avec le peu d'informations que j'avais fourni). Je ne rebondirais que sur l'enjeu caché ; je pense en effet que c'est le risque, mais en l'occurence, je ne l'ai pas ressenti. J'avais envie autant de l'un que de l'autre... Par contre, la partie sur le fait que par amour ou affection, on a tendance à s'oublier soi-même, totalement. C'est d'ailleurs un de mes gros défauts mais j'essaie de me soigner =D

Je pense que dans ce que je lis, on dirait que vous planifiez les moments de sexe ^^ Ce qui n'est absolument pas notre cas... En fait, nous dormons ensemble et parfois cela arrive ou pas. Bon disons que le mauvais temps a eu une certaine influence parce qu'au lieu de sortir, nous sommes principalement resté dans l'appartement... Ce que j'ai par ailleurs remarqué, c'est que tant que nous sommes hors de la chambre, les gestes de tendresse voire plus sexuels se font naturellement alors que dès que nous y montons, c'est comme si au lieu de lâcher prise, nous prenions en compte la pression qui montait (ça reste mon ressenti).

@bidibidibidi, j'ai vraiment pensé à la partie direction des opérations :D Mais je sais que pour le moment, je serais la seule ayant le courage de la faire et que ce serait nécessairement à mon détriment. J'ai remarqué que j'étais même super bloquée sur la situation quand elle se produisait (lorsque je les vois ensemble ou qu'un de deux me regarde), mais qu'une fois le stress passé, c'était des situations qui me créaient une grande excitation... Etrange dissociation =D

Sinon @femme poly de passage, merci beaucoup sur votre retour, je me suis vraiment énormément reconnue dans votre message; en particulier pour la forte charge émotionnelle de l'ensemble ! Merci beaucoup encore :)

Enfin merci aussi @elfi pour ton partage très éclairant.

Je vous remercie tous beaucoup pour vos messages qui vont vraiment me permettre de creuser (et qui sait, d'autres ici aussi) ^^

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion