Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Pourquoi le Polyamour ne marche pas – pour moi –

#
Profil

Bizbille

le vendredi 16 mars 2018 à 14h06

bidibidibidi
Oui, mais de base, les zones n'ont pas la même taille. Ca, c'est génétique. Donc, sauf à vouloir s'opposer au câblage originel, les garçons auront des facilités d'orientation, les femmes des facilités de communication. Mais avec de l'apprentissage, on peut s'y opposer, c'est un fait.

OK, je note ! ;)

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 mars 2018 à 14h14

Siestacorta
Ta source se base essentiellement sur le bouquin de John Gray, les hommes viennent de mars, les femmes viennent de venus.
Je t'invite à lire autre chose, qui se base moins sur le pur empirisme subjectif et plus sur le travail à grande échelle...


gilloucloclo
Tu as sans doute remarquer que la prostitution est essentiellement féminine et d'autres petites choses dans la société qui t'indiquent que les femmes et les hommes n'ont pas le même comportement (comme les parades amoureuses, une femme ne séduit pas un homme, comme un homme séduit une femme).




Et tu penses donc que c'est inné, pas acquis.
Un peu comme quand tu constates que si les japonais ont tels rapports sociaux entre eux, et les français tels autres, c'est de naissance.

Ok, reprenons, admettons que le but de la vie soit de créer la vie.
Et que cela concerne tous les animaux vivants sur terre.
Incluant les hommes et les femmes.

Pour créer la vie, un homme doit juste planter une graine.
Une femme doit porter l’enfant durant 9 mois, puis le nourrir, puis l’élever jusqu’à l’enfant soit suffisamment grand pour survivre tout seul.

Est-il raisonnable de penser les choses suivantes :
Un homme a une libido constante tout au long de sa vie.
Il va sélectionner la femme la plus attirante (ou les femmes)
Il pourra même avoir des réflexes de compétition avec d’autres hommes (jalousie possessivité) qui seront physiques et explicites.
Il peut féconder beaucoup de femmes au cours de sa vie. Il est « conçu » pour ça

Une femme peut avoir un fonctionnement qui lui permet de sélectionner le mâle selon certains critères. La sélection peut concerner la qualité de l’enfant (donc les gènes) mais aussi la capacité de l’homme de lui assurer sa survivance ainsi que celle de ses enfants durant les années à venir.
Elle peut même aussi avoir des réflexes de compétitions avec d’autres femmes (jalousie possessivité) qui auront une autre forme mais seront plus subtils que chez les hommes.
Une femme peut avoir une baisse de libido. Voire être cyclique.
Un homme lui suffit pour procréer. Mais pas forcément le même.

Voilà un peu où je veux en venir.
Que des années après on peut avoir trace de ces comportements dans nos sociétés modernes, dans nos relations humaines.
Libre à chacun de taire ces signaux.

Perso j’entends ces signaux et au lieu de les taire, je les écoute.
Elles nous apprennent beaucoup de nous et des autres.

J’arrive à une conclusion certes un peu différente des vôtres.
Qu’il faut surtout compartimenter sinon c’est la mélasse.
hahaha

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 mars 2018 à 14h14

bidibidibidi
L'orientation spatiale est une partie du cerveau qui demande beaucoup de neurones, c'est certainement la raison pour laquelle l'animal le plus intelligent (en nombre de circonvolutions cérébrales) est le cachalot, il est capable de cartographier en 3D et de se retrouver dans des étendues de la taille d'océans.

Exactement.

Ya qu'à choisir un critère spécifique et dire "ça ça fait une différence qui compte pour comparer les êtres entre eux", et c'est ça qui démontre la différence entre des individus essentiellement semblables !

Je sais pas quelle caractéristique je vais choisir moi, qui va me convaincre que ya la chance que j'ai d'être dans un groupe et de la fascinante complémentarité de l'autre groupe...
Je vais tabler, hm, sur ma couleur de peau ? Mes quelques chromosomes alsaciens ?
Je vais tabler sur ma facilité de langage, qui doit faire de moi le produit bienheureux d'un groupe mutant. Bon, tous les gens communiquent un peu, ça complique parce qu'on est obligé de les écouter... Mais si je parie sur mon critère, j'ai droit à être dans une catégorie qu'a des bénéfices, et les autres, ils devraient être contents de pouvoir exercer leurs talent pour me faire plaisir.

Sinon, j'ai de la chance d'avoir une bonne capacité au langage, comme mec, parce que normalement, ce sont les filles qui savent faire des phrases construites tandis que nous, quelques grognements suffiraient pour désigner notre copine et le cuissots de mammouth. Puis comme on est plus intellectuels, on peut compter notre nombre de couilles.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 16 mars 2018 à 14h21

gilloucloclo
Une femme doit porter l’enfant durant 9 mois, puis le nourrir, puis l’élever jusqu’à l’enfant soit suffisamment grand pour survivre tout seul.

C'est pas la femme qui élève l'enfant, c'est la communauté. Le fait de donner ce rôle à la femme est un choix de la communauté, rien à voir avec la génétique.

gilloucloclo
Un homme lui suffit pour procréer.

Plus une femme a de "géniteurs", et plus l'enfant sera protégé. Donc, non, il lui suffit pas d'un homme.
D'ailleurs, il existe des théories expliquant que les vocalises féminines sont là pour attirer d'autres hommes et donc augmenter le nombre de pères pour l'enfant.
Dans tous les cas, la paternité est un concept assez neuf dans l'histoire de l'homme. A l'origine, les femmes tombaient enceintes, et personne ne savait pourquoi (les études des tribus de Bornéo et de ce genre d'endroits le confirment).

gilloucloclo
J’arrive à une conclusion certes un peu différente des vôtres.

Seul point sur lequel on est d'accord.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 mars 2018 à 14h39

gilloucloclo


Une femme peut avoir un fonctionnement qui lui permet de sélectionner le mâle selon certains critères. La sélection peut concerner la qualité de l’enfant (donc les gènes) mais aussi la capacité de l’homme de lui assurer sa survivance ainsi que celle de ses enfants durant les années à venir.

Bon.
Déjà, d'autres espères de primates ne sont ni polygynes, ni monogames.
Les bononos, dont les liens sociaux sont ultra-développés, ont un usage du sexe qui va bien au de là de ton histoire de petite graine... Et ils sont vraiment super proches de nous, génétiquement.
Et selon les groupes de chimpanzés, tu peux voir des comportements sexuels différents.

C'est pas parce que le sexe amène des enfants que c'est la seule fonction décisive du sexe... Il y a des cadres ou la mère préfère être polyandre pour éviter les infanticides : si un mâle ignore si le petit est le sien ou pas, il cogne pas sur les enfants.

Bref, le génie de l'espèce, il a encore quelques secrets, la façon dont on en parle aujourd'hui, c'est beaucoup orienté par la culture où est fabriqué et diffusé l'état temporaire d'une connaissance.

Mais même : les stratégies de reproduction d'une espèce changent nettement en fonction du milieu. Avec les mêmes animaux, selon le lieu où tu les poses, leurs prédateurs locaux, leurs ressources, ils vont pas se comporter pareil.
Les membres de l'espèce changent leurs habitudes aussi en fonction de la facilité à se nourrir, la santé, les conditions.
Et on voit des espèces dont la population se restreint (sur plusieurs générations) presque intentionnellement quand le milieu n'offre plus les mêmes conditions. Sans préservatifs ni pilule.

Alors dans des environnement sociaux et matériels que l'être humain adapte, les seuls "signaux" pour savoir quoi faire de notre vie sexuelle et relationnelle sont pas forcément ceux donnés par le grouventramaman.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 mars 2018 à 14h50

Siestacorta
Bon.
Déjà, d'autres espères de primates ne sont ni polygames, ni monogames. Les bononos, dont les liens sociaux sont ultra-développées, ont un usage du sexe qui va bien au de là de ton histoire de petite graine...
Et selon les tribus de chimpanzés, tu peux voir des comportements sexuels différents.
C'est pas parce que le sexe amène des enfants que c'est la seule fonction décisive du sexe... Il y a des cadre ou la mère préfère être polyandre pour éviter les infanticides : si un mâle si pas si le petit est le sien ou pas, il cogne pas sur les enfants.

Bref, le génie de l'espèce, il a encore quelques secrets, la façon dont on en parle aujourd'hui, c'est beaucoup orienté par la culture où est fabriquée et diffusée l'état d'une connaissance.

Mais même : les stratégies de reproduction d'une espèce changent nettement en fonction du milieu. Avec les mêmes animaux, selon le lieu où tu les poses, leurs prédateurs locaux, leurs ressources, il vont pas se comporter pareil.
Les membres de l'espèce change leurs habitudes aussi en fonction de la a facilité à se nourrir, la santé, les conditions.
Et on voit des espèces dont la population se restreint (sur plusieurs générations) quand le milieu n'offre plus les mêmes conditions. Sans préservatifs ni pilule.

Alors dans des environnement sociaux et matériels que l'être humain adapte, les seuls "signaux" pour savoir quoi faire de notre vie sexuelle et relationnelle sont pas forcémen ceux donnés par le grouventramaman.

Hébé, après le Japon, les bonobos et les chimpanzés.

Le féminisme t’as vraiment bien formaté. Impossible pour toi de reconnaitre une différence entre l’homme et la femme alors ?
Tes femmes lisent le forum ou quoi ? T’as peur d'être taxé de sexiste ?

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 mars 2018 à 15h05

gilloucloclo

Le féminisme t’as vraiment bien formaté. Impossible pour toi de reconnaitre une différence entre l’homme et la femme alors ?

C'est à dire que mes opinions, toutes argumentées soient-elles, sont nécessairement "formatées" par une "secte", quand les tiennes sont forcément le fruit d'un esprit libre de préjugés.

Et le formatage qui fait que tu lis un déni des différences quand je passe mes posts à dire qu'il est très important de comprendre la manière dont on aborde ces différences, il est pas un peu balèze, lui ?

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

calinou696

le vendredi 16 mars 2018 à 15h07

Bon soyons franc hein parce que ca sent la mauvaise foi à plein nez chez certains.
Je sais pas vous, mais moi, je suis un homme hétéro, et quand je vois un joli cul dans la rue, je pourrais vite passer à l'action.
Je ne pense pas être un cas isolé.

Par contre, des nanas prêtes à écarter les cuisses rapidement, il y en a beaucoup moins.

Je ne pense vraiment pas avoir été formaté dans mon enfance ou dans ma jeunesse.

A la base on parle d'amour, mais bon hein :)

#
Profil

alinea7

le vendredi 16 mars 2018 à 15h09

Mais peut être que les filles l'ont été, elles, en moyenne, formatées ? À pas écarter les cuisses n'importe quand avec n'importe qui ?

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 mars 2018 à 15h09

Siestacorta
Heu...
1) Je vois pas ce que rappeler le sens de sexisme a de sectaire

2) je vois bien que


gilloucloclo


On pose l’homme et la femme sur un même pied d’égalité, ce qui est faux.
La femme est différente de l'homme, biologiquement, on n’a pas les mêmes chromosomes, le même corps, les mêmes hormones, les mêmes cycles, …
L’homme est plus à l’aise dans les modes physiques et intellectuels.
Une femme sera plus spirituelle et émotionnelle.


L’homme est naturellement plus polygame que la femme.
Il est capable de tirer tout ce qui bouge. Alors qu'une femme sélectionnera son partenaire avec plus de soin (et les sdr fonctionne comme ça... pas un hasard).


Un homme n’a pas besoin d’avoir de sentiments pour coucher
Alors qu’une femme ne couchera que si elle est amoureuse.


Ils n’ont donc sensiblement pas la même manière d’aborder l’infidélité sexuelle et sentimentale.


Les hommes vont le vivre, s’arranger avec leur conscience et compartimenter.
Une femme vivra l’infidélité de manière différente, plus spirituelle et plus émotionnelle, dans sa globalité pas partiellement…. Et ça la perturbera plus.


c'est effectivement un discours sexiste, qui fait une discrimination (ici une différence à l'avantage de l'un et au détriment de l'autre) entre deux sexes.

Tu répètes "c'est pas le sujet", et "il ya des choses à dire je les garde pour moi", mais t'en as fait un élément central de ta déclaration de départ.
Et c'est bien le "mettre hommes et femmes sur un pied d'égalité", qui t'a lancé sur ça...
Où ça ne correspond pas exactement au sens de "sexisme" ? D'où il faut être sectaire pour interpréter exactement ça ?


Message modifié par son auteur il y a une heure.

c'est nul de traiter les gens de sexistes.
Gardez ça pour les vrais combats qui le méritent.

allez @+

vous m'en voudrez pas de pas rester. ^^

#
Profil

Bizbille

le vendredi 16 mars 2018 à 15h14

gilloucloclo
Ok, reprenons, admettons que le but de la vie soit de créer la vie.
Et que cela concerne tous les animaux vivants sur terre.
Incluant les hommes et les femmes.

Pour créer la vie, un homme doit juste planter une graine.
Une femme doit porter l’enfant durant 9 mois, puis le nourrir, puis l’élever jusqu’à l’enfant soit suffisamment grand pour survivre tout seul.

Est-il raisonnable de penser les choses suivantes :
Un homme a une libido constante tout au long de sa vie.
Il va sélectionner la femme la plus attirante (ou les femmes)
Il pourra même avoir des réflexes de compétition avec d’autres hommes (jalousie possessivité) qui seront physiques et explicites.
Il peut féconder beaucoup de femmes au cours de sa vie. Il est «  conçu » pour ça

Une femme peut avoir un fonctionnement qui lui permet de sélectionner le mâle selon certains critères. La sélection peut concerner la qualité de l’enfant (donc les gènes) mais aussi la capacité de l’homme de lui assurer sa survivance ainsi que celle de ses enfants durant les années à venir.
Elle peut même aussi avoir des réflexes de compétitions avec d’autres femmes (jalousie possessivité) qui auront une autre forme mais seront plus subtils que chez les hommes.
Une femme peut avoir une baisse de libido. Voire être cyclique.
Un homme lui suffit pour procréer. Mais pas forcément le même.

Voilà un peu où je veux en venir.
Que des années après on peut avoir trace de ces comportements dans nos sociétés modernes, dans nos relations humaines.
Libre à chacun de taire ces signaux.

Perso j’entends ces signaux et au lieu de les taire, je les écoute.
Elles nous apprennent beaucoup de nous et des autres.

J’arrive à une conclusion certes un peu différente des vôtres.
Qu’il faut surtout compartimenter sinon c’est la mélasse.
hahaha

On "peut avoir des traces" de ces comportements, oui, encore faut-il le démontrer... pour trouver aujourd'hui des humains "naturels", vierges de toute influence sociale, je vous souhaite bien du courage... et encore plus pour savoir quels étaient les comportements des premiers humains au juste... m'est avis que sur ce dernier point on est plus dans de l'imagination que dans les faits...

L'être humain est un animal social, la notion d'individus isolés pour élever leur progéniture est somme toute récente.

Par ailleurs, si j'avais suivi la "nature", j'aurais aujourd'hui sans doute une dizaine d'enfants. Bizarrement, ce n'est pas le cas. Et ça change un tantinet la donne...

#
Profil

Bizbille

le vendredi 16 mars 2018 à 15h15

gilloucloclo
c'est nul de traiter les gens de sexistes.
Gardez ça pour les vrais combats qui le méritent.

allez @+

vous m'en voudrez pas de pas rester. ^^

Ce ne sont pas les gens qui sont "traités" de sexistes, mais le discours...

#
Profil

alinea7

le vendredi 16 mars 2018 à 15h17

gilloucloclo
c'est nul de traiter les gens de sexistes.

Gardez ça pour les vrais combats qui le méritent.

allez @+

vous m'en voudrez pas de pas rester. ^^

La liberté sexuelle que tu te donnes me semble le mériter.
Mais c'est pratique de faire comme si c'était pas aussi ton problème, seulement celui de ta femme ?

Et un propos raciste aussi, c'est pas sympa de le faire remarquer ? Il faut garder ça pour les trucs graves ?

Je comprends ton point de vue dans le sens où si ça fonctionne pour vous tant mieux (et pour ce qu'on en sait ta femme fait peut-être pareil de son côté). Mais justifier en disant que c'est normal parce que c'est ça qui marche mieux d'une manière générale vu que les hommes sont comme ci et les femmes comme ça... là non.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

kill-your-idols

le vendredi 16 mars 2018 à 15h21

gilloucloclo

3 La différence comportementale homme femme

Sauf erreur, je n’ai rien lu à ce sujet dans le polyamour.

On pose l’homme et la femme sur un même pied d’égalité, ce qui est faux.

La femme est différente de l'homme, biologiquement, on n’a pas les mêmes chromosomes, le même corps, les mêmes hormones, les mêmes cycles, …

L’homme est plus à l’aise dans les modes physiques et intellectuels.

Une femme sera plus spirituelle et émotionnelle.

L’homme est naturellement plus polygame que la femme.

Il est capable de tirer tout ce qui bouge. Alors qu'une femme sélectionnera son partenaire avec plus de soin (et les sdr fonctionne comme ça... pas un hasard).

Un homme n’a pas besoin d’avoir de sentiments pour coucher

Alors qu’une femme ne couchera que si elle est amoureuse.

Ils n’ont donc sensiblement pas la même manière d’aborder l’infidélité sexuelle et sentimentale.

Les hommes vont le vivre, s’arranger avec leur conscience et compartimenter.

Une femme vivra l’infidélité de manière différente, plus spirituelle et plus émotionnelle, dans sa globalité pas partiellement…. Et ça la perturbera plus.

J’en veux pour preuve : les forums sur l’infidélité qui sont majoritairement féminins. Avec beaucoup de questions et d’interrogations. Même ici finalement.

C'est sans doute général, mais c'est ce que j'ai pu observer.

Qu'on le veuille ou pas, les hommes et les femmes sont différents: nous avons à l'actif environ 360 millions d'années de dimorphisme sexuel et juste 5'000 ans de culture (dont 4950 ans où le dimorphisme sexuel était bien enraciné dans ladite culture).

De là, en dérive le fait que les hommes et les femmes, mis dans la même situation, tendront à régir de manière différente.

est-ce que cela veut dire que les femmes sont plus fidèles que les hommes? Non, pas à mon avis. J'ai vu hommes et femmes tromper leurs partenaires et/ou s'engager dans des relations multiples avec la même joie et avec le même élan.

Est-ce que ça fait que les hommes sont plus physiques, tandis que les femmes sont plus sentimentales? Je ne sais pas exactement, mais je ne crois pas. C'est vrai que, en moyenne, j'ai vu les questions sentimentales soulevées par des femmes et les questions logistique soulevées par les hommes, mais je n'ai pas assez de données pour dire qu'il s'agit d'une loi universelle.

En quoi les hommes et les femmes sont différentes, dans le domaine des relations multiples? La différence qui me semble plus évidente (mais c'est mon expérience, des autres diront peut-être des choses différentes), est dans l'emploi du temps. En général, les hommes tendent à espacer dans le temps leurs rencontres avec leurs partenaires, tandis que les femmes tendent davantage à les regrouper en une période plus courte.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 mars 2018 à 15h26

gilloucloclo
c'est nul de traiter les gens de sexistes.


J'ai surtout qualifié le discours. Par agacement je peux parfois me montrer plus réducteur, mais en général, j'essaie de bien voir que la personne est plus complexe que ce qu'elle dit à tel moment.

gilloucloclo
allez @+

vous m'en voudrez pas de pas rester. ^^

Ben vu que de toute façon ton post était bien dès le départ une façon de dire "je vais pas m'intéresser trop à tout ça, c'est trop compliqué"...
Ca tombe bien, en ce moment, tes décisions privées et tes opinions publiques quand aux "idéaux" polyamoureux s'alignent.
Ya une certaine cohérence, je peux pas t'enlever ça.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 mars 2018 à 16h45

bidibidibidi
Oui, mais de base, les zones n'ont pas la même taille. Ca, c'est génétique. Donc, sauf à vouloir s'opposer au câblage originel, les garçons auront des facilités d'orientation, les femmes des facilités de communication. Mais avec de l'apprentissage, on peut s'y opposer, c'est un fait.

Mais les dites bases, c'est des moyennes, nan ? C'est à dire, c'est pas improbable que je rencontre une femme qui est née mieux câblée que moi ?
(bon, vu à quel point je suis une tanche en orientation, c'est même super probable, si on va si loin dans le particulier... Mais admettons que je sois dans la moyenne sur cette compétence, justement).

#
Profil

artichaut

le vendredi 16 mars 2018 à 17h16

gilloucloclo
c'est nul de traiter les gens de sexistes.
Gardez ça pour les vrais combats qui le méritent.
allez @+
vous m'en voudrez pas de pas rester. ^^

Oui comme dit Siestacorta "Ya une certaine cohérence" : dès que ça devient un peu trop difficile, tu t'en va. Tu l'as dit depuis le début :

gilloucloclo
trop de travail à faire sur soi.
La flemme

À part ça,

gilloucloclo
Quant à l'accusation de sexisme, euh comment dire. Je ne l'accepte pas.

…refuser en tant que mec cis, d'entendre une accusation de sexisme, venant d'une femme, c'est déja du sexisme. (c'est refuser à la personne qui subit l'oppression, la capacité à l'énoncer, alors que de fait, c'est la mieux placée pour juger ce qui en est ou pas).

Et puis, oui y'a des propos sexistes, mais y'a aussi des comportements sexistes. Et y'a même des gens sexistes. Puisqu'a minima tout mec cis est socialement* sexiste, puisqu'il bénéficie socialement de privilèges, exerce de ce fait une domination, …et ce quelque soient ses propos et comportements. Ne pas reconnaître ça, c'est déja du sexisme.

Tout ça pour dire gilloucloclo, que oui tu as tenu ici des propos sexistes. Que c'est pas la fin du monde. Que vraiment tu n'es pas le seul. Que ça ne fait pas de toi une personne mauvaise en soi, tellement c'est banalité et monnaie courante. Que se vexer pour si peu, c'est refuser d'entrevoir la complexité et l'étendu du problème (du sexisme dans notre société). Il est plus facile (encore une fois) de se croire "blanc comme neige".

*socialement, sociologiquement, structurellement, systémiquement, peu importe le terme, l'idée reste la même : c'est pas biologique, c'est une construction.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 mars 2018 à 18h12

calinou696

Je sais pas vous, mais moi, je suis un homme hétéro, et quand je vois un joli cul dans la rue, je pourrais vite passer à l'action.
Je ne pense pas être un cas isolé.

Par contre, des nanas prêtes à écarter les cuisses rapidement, il y en a beaucoup moins.

Je ne pense vraiment pas avoir été formaté dans mon enfance ou dans ma jeunesse.

Formaté, peut-être pas.
Éduqué, probablement, sans voir ce que justement on ne nous éduque pas à regarder.
La façon dont on regarde le désir selon notre sexe,
ça mérite pas mal d'être relativisé
ça mérite pas mal d'être analysé
et il y a quand même des évidences qui méritent d'être remises en cause, si on est de bonne foi.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Bizbille

le vendredi 16 mars 2018 à 18h55

calinou696
Bon soyons franc hein parce que ca sent la mauvaise foi à plein nez chez certains.
Je sais pas vous, mais moi, je suis un homme hétéro, et quand je vois un joli cul dans la rue, je pourrais vite passer à l'action.
Je ne pense pas être un cas isolé.

Par contre, des nanas prêtes à écarter les cuisses rapidement, il y en a beaucoup moins.
Je ne pense vraiment pas avoir été formaté dans mon enfance ou dans ma jeunesse.

A la base on parle d'amour, mais bon hein :)

Peut-être parce qu'elles craignent pour leur sécurité ? Peut-être parce qu' "une fille bien ne fait pas ça " ? Peut-être parce que toi tu as appris qu'une personne pouvait se résumer à "un joli petit cul" et pas elles ? ;)

#
Profil

artichaut

le vendredi 16 mars 2018 à 21h07

Pour revenir un peu au sujet…

gilloucloclo
Pas surpris que le polyamour soit créé (voire animé – j’ai l’impression) par des femmes. Pourquoi pour toi ce n'est pas un hasard ?

Un homme qui aime plusieurs femmes, ou veut plusieurs partenaires, a socialement à sa disposition l'adultère. Pratique peu morale, mais considérée comme normale (l'homme "doit" assouvir ses besoins) et de ce fait tolérée, voire valorisée. De surcroit, par sa position sociale dominante dans le monde du travail, ou la prostitution, l'homme peut plus facilement trouver des "relations secondaires" s'autovalorisant avec un statut de dominant.
Pour une femme c'est plus compliqué. L'adultère est dévalorisé (tu es une pute ou une salope) quand il n'est pas moralement interdit et objet de répudiation d'humiliation ou de meurtres en série.
Du coup, il ne me semble pas étonnant, que les femmes aimant ou voulant plusieurs partenaires, inventent un nouveau modèle (pour être plus en accord avec soi-même, et/ou pour être sociétalement plus acceptable) et que ce modèle cherche donc à s'assumer éthiquement (sincérité, transparence) donc sociétalement et intègre des valeurs considérées et valorisées comme "féminine" : la discussion, la cnv, l'écoute bienveillante, l'attention a l'autre, la solidarité etc
Ce nouveau modèle a sans doute aussi beaucoup été initié ou inspiré par des personnes non-hétéro, habituées à ne pas se contenter de la norme.

Bizbille
Si madame est totalement d'accord avec ça mais préfère ne rien savoir, est-ce encore de l'adultère ? Si c'est un accord de couple où chacun-e est à l'aise, est-ce réellement un manque de respect ?

Déja je me demande qu'elle différence sociétale il y a, selon (dans un couple hétéro) que ce soit l'homme ou la femme qui "ne veut pas savoir" et "accepte" que l'autre ai des aventures extra-conjugales.
Quel est la part de consentement sincère ou de renoncement, etc (comme cela a déja été questionné dans ce fil).
Et en admettant que oui, tout cela à bien été discuté (et non soutiré), que oui chaque partie est pleinement consentante et volontaire, etc, je me demande si cette volonté de "ne veut pas savoir" n'est pas presque toujours l'expression de la jalousie, jalousie qui du coup peut être (au choix), niée, mise à distance, etc
Et/ou une volonté possessive de garder le contrôle : refuser de savoir, impliquant une prééminance sur les autres relations, rejetant les metamours à une place subalterne et socialement invisible, etc
Dans ces deux derniers cas (en admettant que ce soit pleinement un choix donc) ce serait une façon de ne pas se mettre véritablement en jeu dans cette nouvelle dimension relationelle.
Du coup si c'est du polyamour, ce serait soit du polyamour subi (à consentement douteux), soit du polyamour restreint (à mise en jeu douteuse).
Bref, perso, j'ai du mal à voir, comment le principe du secret, pourrait être pleinement compatible avec le polyamour.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion