Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Perdue dans ce nouveau monde

Témoignage
#
Profil

Khora

le dimanche 01 avril 2018 à 21h33

Bonjour tout le monde !

Je visite ce forum depuis quelques semaines déjà, et maintenant je me lance : à mon tour de partager mon histoire.

Rapide présentation : j'ai 31 ans, en couple depuis bientôt 14 ans, sans enfants (nous n'en désirons pas). Cela fait 13 ans que nous vivons ensembles, mon homme et moi. Nous avons une relation que je jugerais solide, complice, basée sur l'honnêteté et le respect. Je l'aime profondément, nous n'avons pas de réel soucis dans notre couple et il me rend heureuse. :)

Depuis quelques mois (je dirais... fin novembre début décembre derniers) je me suis fortement rapprochée d'un collègue. Inconsciemment nous nous sommes mis à flirter ensembles. Je précise que dès le départ, j'avais annoncé à tout le monde au boulot être en couple, donc il le savait. Mais il y avait cette... alchimie entre nous. Cette complicité, cette entente, tous ces points communs. Et cette attirance.. j'étais vraiment très, très attirée par lui. Seul mon homme m'avait déjà fait cet effet. Cette attirance s'étant avéré réciproque, nos conversations ont commencé à dériver sur les relations extra conjugales. Ce collègue -appelons le Y- a toujours évolué dans un environnement très libéré. Il a des amis qui ont une relation libre, un autre couple d'amis dont la femme est polyamoureuse (si j'ai bien compris le terme, pardonnez moi je débute) et il est très ouvert d'esprit.
Pour moi c'était très nouveau, mais je sentais ce lien entre lui et moi, et c'était bien trop fort pour que je fasse abstraction. Mon homme -appelons le F- avait bien entendu senti que quelque chose s'était passé. Je lui ai donc avoué : l'existence de ce collègue, notre attirance commune. Nous en avons longuement discuté, et il a fini par me donner son feu vert : si je voulais coucher avec Y, et assouvir ce désir, il l'acceptait.

J'ai donc profité de l'absence de F, qui était en déplacement, pour assouvir cette pulsion.

C'était en Janvier dernier. Depuis, il a bien fallu nous rendre à l'évidence : Y. était pour moi bien plus qu'un fantasme, tout comme j'étais plus pour lui. Nouvelle conversation avec F., qui le désigne alors comme mon amant. Pour moi c'est tout nouveau et au départ, je refuse obstinément ce terme. Sauf que voilà : c'est bien ce qui était en train d'arriver.
J'ai donc commencé à voir Y. en dehors du boulot. Chez lui, pour des après-midi torrides. F. l'acceptait, et m'accueillait toujours avec le sourire, de la curiosité et de l'appétit sexuel. Tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Cela a duré presque deux mois et Y. et moi avons traversé notre première crise. Y. voit en effet une autre femme, et je l'acceptais sans difficulté, ayant même éprouvé l'envie de tester une relation avec elle puisqu'elle était intéressée également. Mais Y. a enchaîné les paroles malheureuses, nous comparant toutes les deux et je l'ai très, très mal vécu. Des reproches, des disputes, des silences et un éloignement plus tard, nous avons fini par nous réconcilier, mais le mal était fait, si je puis dire.
C'était en février donc. Nous avons frôlé la rupture, mais je me suis battue parce que je pense sincèrement que je vis quelque chose d'exceptionnel et que ça vaut la peine de continuer.

Aujourd'hui, je suis forcée d'admettre que j'ai des sentiments pour Y. Pas une simple attirance, pas une simple affection, non : des sentiments amoureux, très forts. Similaires à ceux que j'ai pour F.
Je sais qu'on peut aimer deux personnes. Je l'ai toujours su, je n'avais juste jamais éprouvé ça.

Aujourd'hui, je suis perdue. Je viens d'avouer à Y. ce que je ressentais. Lui m'aime énormément, mais n'est pas "amoureux", arguant que mon couple avec F. l'en empêche.
Je n'ai pas encore dit à F. ce que je ressentais, mais lui l'a compris depuis longtemps, il me l'a souvent dit et j'ai toujours nié.
Y. tient à sa liberté. Je peux l'accepter dans une moindre mesure : qu'il voit une personne, d'accord. Aujourd'hui il m'annonce qu'il héberge une amie avec qui il serait susceptible d'y avoir quelque chose, mais qu'il n'est sûr de rien. Et cela nous rapproche du moment où il trouvera sa moitié et où je ne ferais plus partie de sa vie..

Très honnêtement je ne sais plus quoi faire.
Continuer à voir Y. jusqu'à ce qu'il mette un terme à notre relation parce qu'il aura trouvé quelqu'un avec qui être en couple ? Et donc en souffrir ?
Faire de notre relation quelque chose de plus profond ?
Suis-je en droit de demander ça à F, qui accepte tout depuis le début mais qui est plutôt mono que poly (à vérifier) ?
Suis-je en train de commettre une erreur en voulant conserver ma relation avec Y. ?

Je demande l'avis des membres de cette communauté. Je ne sais plus qui je suis depuis que j'ai commencé à voir Y : une infidèle ? une personne ouverte ? je ne sais plus comment me désigner, ni trop quelle voie prendre. J'espère trouver un peu de soutien et surtout, pas de jugement, je subis ça en permanence dans ma vie de tous les jours.

Merci d'avoir pris le temps de me lire, et au plaisir d'échanger avec vous. :)

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 01 avril 2018 à 22h46

J'ai pas le jus de te répondre en longueur de suite, mais tu m'as l'air moins perdue dans la non-exclusivité que dans ta façon générale d'aborder les relations amoureuses.

Tu avais 17 ans quand tu as commencé ta relation avec ton compagnon (qui est super méritant dans le contexte !).
Tu ne connais pas beaucoup ton propre cœur, il manque d'expérience :-)
Le rapport de confiance qui fait que ta relation historique tient encore le coup est d'autant plus louable, laisse pas les circonstances te cacher ça.

Avec ce que tu racontes, je trouve que ton amant te prend un peu à la légère... Et se planque derrière ton couple. A mon avis il savait très bien ce qu'il désirait. Je connais pas son passé amoureux à lui, mais qu'il se soit mis à flirter avec autant de légèreté que toi m'étonnerait un peu. C'est possible, mais de là où il est il me semble plus clairs avec ses choix que ça.
Qu'il soit un collègue va pas aider, parce que tu vas être exposée plus souvent.

Faire de votre relation quelque chose de plus profond, le désir n'appartient qu'à toi, mais pas le choix final : ton compagnon aura aussi son mot à dire et c'est différent du feu vert pour aller faire des bisous ailleurs, et ton amant, apparemment encore moins renseigné sur les relations plurielles que toi, ne sera pas forcément partant. Je peux donc pas te dire "ha mais ici on arrive à faire marcher ce genre de cadre trop facilement !"

Donc à mon avis, la crainte que tu exprimes, c'est pas "est-ce que ça marche en général et comment", mais "est-ce que ça peut marcher avec Y et puis F ya pas de problème il comprend tout je me pose pas trop la question même si je le trouve un peu bizarre ces temps ci mais c'est normal il va s'adapter bon alors, Y, Y, ooooh Y, comment ça va se passer, parce que c'est surtout ça la question, moi, mes besoins, mes responsabilités, c'est pas le truc, comment faire pour que Y me suive, et comme je l'aime, ça roulerait tout seul après"

Etre honnête avec ton compagnon sur tes sentiments compliquerait peut-être les choses dans l'immédiat, mais me semble quand même la moins pire des démarches, si ton mode de vie, que ce soit dans la joie ou dans la peine, est changé par cette histoire. Faut que tu donnes à F les moyens de se positionner... Bon, c'est bien aussi que tu fasses le point avant sur ce que tu pourrais et voudrais faire, et sur ce que tu ne voudrais pas, pourrais ne pas faire.
Et lui faire sentir, pas juste par des mots mais en valorisant votre relation, qu'il t'est précieux (te tenir à tes engagements, pas disparaitre avec ton téléphone quand vous êtes dans un temps ensemble, faire des trucs qui vous plaisent à vous deux... ce genre de choses doivent demeurer, surtout quand ça bouge par ailleurs).

Je te juge pas, déjà que je juge pas non plus les gens qui vivent des relations adultères...
Mais je pousse un peu vers du recul sur ta situation globale, pas juste émotionnelle.

Et pour répondre à ton avant dernière question : oui, tu es en droit de demander ça à F, mais il est aussi en droit de pas l'accepter.
C'est du taf. Et beaucoup d'écoute...

Pour la dernière question : est-ce que c'est une bonne idée ? A mon avis, pas trop... Il a pas l'air de vouloir te ménager beaucoup, l'amant. Mais lui en parler, lui faire des demandes et des propositions (que lui aussi pourrait refuser, faut faire avec, ça t'aidera de toute façon à te situer), ça peut faire avancer les choses.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 01 avril 2018 à 22h55

(post précédent beaucoup modifié entre la première et la dernière version...)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Khora

le dimanche 01 avril 2018 à 23h44

Bonsoir Sestacorta :)
Merci pour ta réponse, ça me rassure un peu de ne pas être seule à cogiter ce soir.

Je suis d'accord, je manque d'expérience. Il faut dire qu'avec une relation exclusive aussi longue, on vit un peu avec des œillères. ^^ Mais je ne regrette pas ce choix, je suis heureuse dans mon couple et mon compagnon est celui qu'il me fallait, je n'en doute pas une seule seconde. :)

J'ai souvent l'impression d'être négligée par Y. en effet. Il tient tellement à sa liberté que je n'ai que peu d'options. Aujourd'hui il vient de m'en apprendre une belle : pour moi, il a choisi de prendre ses distances avec la femme qu'il voyait en dehors de nos aventures. Il la fréquentait avant que je n'entre dans sa vie, avait refusé de la quitter quand nous avons eu notre crise, et j'avais accepté de faire cette concession. Finalement, il avait de lui-même décidé de s'éloigner, me laissant dans l'ignorance et ruminant cette absence d'efforts de sa part... pour rien.

Il a beau avoir beaucoup fréquenté des gens très ouverts là dessus, et être lui-même ouvert, il ne s'est jamais retrouvé dans cette situation. Il n'a jamais été "amant". Je crois qu'il manque cruellement d'expérience lui aussi..

Ce soir je me suis ouverte à lui en lui avouant mes sentiments mais il n'exclut pas qu'il puisse se passer quelque chose avec l'amie qu'il va héberger. Une fois encore, je trouve qu'il n'a que peu de considération pour moi et mes sentiments. Mais il m'écoute, il comprend, et il s'excuse. Comme je disais, il manque d'expérience. :/
Je n'exclut pas l'éventualité de leur proposer à tous les deux de modifier notre relation. Bien entendu, je ne ferais rien que F. refuserait. Jusqu'à présent, il a toujours eu son mot à dire : quand je pouvais voir Y., à quelle fréquence.. je suis hyper attentive à ses sentiments, et c'est ce qui nous a permis que tout fonctionne jusqu'à présent. Mais Y. tient tellement à sa liberté.. et bien entendu, il cherche un jour à trouver sa moitié, comme F. l'est pour moi.
Est-ce une bonne chose de lui laisser toute cette liberté, ou suis-je en droit d'avoir des exigences, quand lui en a autant ?

J'aurais pu tomber sur quelqu'un qui a l'habitude de ce type de relation et aurait su me guider, il a fallu que ça soit un débutant comme moi. x)

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 01 avril 2018 à 23h56

Khora

Est-ce une bonne chose de lui laisser toute cette liberté, ou suis-je en droit d'avoir des exigences, quand lui en a autant ?

Ca va te paraitre formel, mais ça ne l'est pas : tu n'as pas à laisser sa liberté à quelqu'un, il l'a déjà.
Il fera ce qu'il veut.
Tu es en droit d'avoir des attentes et des demandes, et il est en droit de les accepter. Les exigences, c'est entre toi et toi.

Quelles "exigences" a-t-il envers toi ?

#
Profil

Khora

le lundi 02 avril 2018 à 00h12

Je me suis peut-être mal exprimée.
Je ne suis pas un bourreau je ne vais pas l’enchaîner à un lit pour mon bon plaisir. x) Il veut vivre sa vie et s'épanouir, et je lui souhaite de trouver une partenaire qui saura voir la belle personne qu'il peut être.
Je parlais de toutes les décisions qu'il peut prendre, et qui me concernent : décider de me cacher des choses pour "me préserver", par exemple. Ne jamais me faire part de ses décisions même quand elles m'impactent et me mettre au pied du mur.
Pour faire simple : je dois l'accepter comme il est, point barre. C'est ce qu'il me demande. Accepter tout ce qui se passe dans sa vie même quand cela m'affecte, en bien ou en mal. Pourtant, une relation, même une comme la notre que je ne parviens pas à définir, n'est-elle pas basée sur des concessions communes ?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 avril 2018 à 00h22

Khora
Pour faire simple : je dois l'accepter comme il est, point barre. C'est ce qu'il me demande.
(...)
Pourtant, une relation, même une comme la notre que je ne parviens pas à définir, n'est-elle pas basée sur des concessions communes ?

Donc, comme je disais : tu peux faire des demandes, il peut les accepter ou non, il peut en avoir, tu peux les refuser ou non.

Et autre petite question de vocabulaire mais qui va dans le même sens d'un dialogue plutôt qu'un rapport de force : un lien qui explique la différence entre des concessions et des compromis et explique comment construire ces derniers.

Je ne fais pas semblant de pas comprendre, hein, je crois vraiment que tu cherches à établir un dialogue avec ton amant sans bien savoir faire.

Un truc qui moi me semble clair mais qui "de l'intérieur" l'est pas forcément : un amant qui sait qu'il y a un compagnon historique n'est pas nécessairement quelqu'un qui s'engage à être dans les rapports de responsabilité qui se proposent dans les polyamours.

Déjà parce qu'il peut apprécier d'avoir fait une rencontre où il n'y a pas 7jours sur 7 un engagement à tenir.
Même s'il cherchait un engagement, il a rencontré quelqu'un qui a déjà une vie et va la conserver, il n'y a pas de raison qu'il ne vive rien de son côté et attendre les bras ballants que tu repasses par chez lui.

Ensuite parce qu'effectivement, il peut être dans l'optique d'une monogamie en série plutôt qu'un rapport non-monogame éthique.

Ca change pas qu'il doive lui aussi chercher le compromis avec toi s'il apprécie votre relation... Mais dans votre histoire, vous êtes deux personnes issues du cadre mono ; vouloir faire une vraie relation, pour l'un et pour l'autre, c'est sans doute apprendre à la construire "à la poly". Et donc dialoguer et questionner vos attentes pour voir que ce que chacun considérait comme évident dans ses relations antérieures peut être remis en cause et reconstruit selon les besoins et les limites de chacun.
Et si ça marche pas... c'est comme n'importe quelle relation, ça peut ne pas marcher.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 avril 2018 à 00h57

Grosse modif de mon message précédent.

#
Profil

Khora

le lundi 02 avril 2018 à 01h02

Merci pour ce lien, je trouve ces explications très instructives !

Effectivement, j'ai accepté de faire des concessions et il n'y a jamais eu le moindre compromis entre Y. et moi. Je suis assez ébahie par ce constat. Je m'estimais bien plus ferme que ça.
Je suis capable de faire tout un tas de compromis avec F. mais pas avec Y. Par ma faute ou la sienne, je l'ignore.. Manque de communication peut-être ? Je suppose que c'est normal cela étant, que j'y parvienne avec F. mais pas encore avec Y.

Je veux essayer de trouver un accord entre lui et moi, parce que je pense vraiment que c'est une belle chose qu'on vit. Aimer deux personnes à la fois c'est compliqué quand on débute, mais j'ai envie que ça fonctionne, autant que possible.

Mais, je n'ai aucune idée de comment on construit une relation "poly", ni même à quoi elle est sensée ressembler... je ne sais même pas ce que je suis moi-même. Je me questionne depuis des mois là dessus, depuis qu'Y. est entré dans ma vie. >< Jamais l'amour ne m'avait paru aussi compliqué.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 avril 2018 à 01h20

Excuse-moi si je sonne un peu abrupt, au fait.
Je te sens en plein shoot d'hormones, et j'ai l'impression, comme je le disais, que tu te perds plus dans un vécu amoureux que tu n'analyses pas plutôt que dans le "faire" polyamoureux où il y a plein de dialogues et d'écoutes...

Les amours sont compliquées, en général. Alors les polyamours :-D
C'est un choix, on préfère cette aventure-là aux jardins japonais où tout est bien propre et bien maintenu dans ses limites, mais où on ne peut pas quitter les pavés sans tout mettre en l'air.

Histoire de commencer par quelque part, il y a cet article.
(même si au lieu de dire "il faut apprendre à ne pas être jaloux", je dirais plutôt "il faut apprendre à ne pas faire de la jalousie une raison de systématiquement contraindre les relations". On décide pas de ce qu'on ressent, on décide de ce qu'on en fait et de ce qu'on en dit...)

Et je te conseille le livre La salope éthique, qui a le mérite de poser pas mal de questions et de donner les concepts de base.

Je vais être insistant sur le dialogue : dire à ton compagnon où tu en es sentimentalement plutôt que de le laisser mariner, ça ne sera pas forcément facile mais ça te donnera des repères et moins de sentiment de confusion, et dialoguer avec ton amant, entendre ses besoins et poser les tiens (et ensuite trouver les compromis possibles)..

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 avril 2018 à 01h49

Khora
Mais, je n'ai aucune idée de comment on construit une relation "poly", ni même à quoi elle est sensée ressembler...

Il y a pas de plan universel, c'est un des intérêts de la chose :-)

On peut adapter le cadre aux gens, et aux besoins.
Il y a des choses qu'on ne pourra pas accepter juste parce que c'est plus souple que l'exclusivité. Mais on est amené à en parler, beaucoup. Je dis pas que les monos se parlent pas, mais la société détermine plus l'accord de départ et moins son questionnement - et nécessairement, il y a des risques qui ne sont pas envisagés.
C'est dommage parce que, comme tu le constates, le monde a tendance à pas rester en dehors de la bulle.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le lundi 02 avril 2018 à 10h52

Pour Khora : un amant est caché. Un amoureux ne l'est pas. Déjà ton amoureux n'est pas caché.

Je pense que ton compagnon n'est pas stupide et qu'il a très bien compris que toi, tu es amoureuse.

Pour ce qui est des personnes libres et ouvertes, je suis aujourd'hui, après en avoir aimer deux, beaucoup plus nuancée. Et puis, j'ai aimé un polyamoureux qui réfute en bloc l'existence de l'amour. Ce serait presque un vilain mot : aimer.

J'en ai connu un autre, qui considère que l'amour c'est que dans le couple et qu'il doit trouver la bonne personne, et aussi en dehors, mais là, ce n'est pas de l'amour.

Mon analyse, et elle ne tient qu'à moi et mon constat personnel, est que l'on colle tout et n'importe quoi derrière le polyamour, la "liberté" et "l'ouverture d'esprit". Une agréable façon de faire comprendre que tu es... aussi peu importante que tu ne l'es en réalité.

Pour moi, l'objet de ton questionnement, c'est plus de mettre un mot exact sur le retour de lien avec Y.

Aimer demande, à mes yeux, une pleine acceptation de soi dans la situation et surtout de soi face à son ressenti. Je me dis que tu te sens comme sur "une liste d'attente". Donc l'acceptation de la situation n'est que... partielle, provisoire, aléatoire. Quand au "ce n'est pas de l'amour" en dit long.

Je ne suis pas à ta place, mais si je l'étais et que je faisais un tel constat, je prendrais mes jambes à mon cou pour m'échapper. Je garderai les souvenirs et je profiterai de l'occasion pour parler amours plurielles avec mon compagnon de vie. Pourquoi ? Tu sais désormais que tu aimes au plurielles... par conséquent, la situation ne sera sans doute pas unique.

Amour = engagement (de soi en tout cas) ; amour = souffrance (inévitable)

#
Profil

Khora

le lundi 02 avril 2018 à 12h17

Bonjour bonheur ! :)

Effectivement, tu soulignes un point important : notre histoire est, aux yeux d'Y., provisoire. Je le savais en m'y engageant. Je pensais vivre une aventure formidable, mais depuis deux mois elle est surtout cause de souffrance.
Y. veut continuer à me voir, même si c'est provisoire. Parfois je me demande s'il n'est tout simplement pas fait pour ce genre d'investissement amoureux. Les aventures d'un soir, les amitiés sexuelles, il connait, la vie de couple également, mais ce qu'on vit, visiblement, n'est pas fait pour lui (est-ce fait pour moi, je l'ignore également).

Merci de me donner ton ressenti sur la situation et ce que tu ferais à ma place. J'hésite toujours entre me battre pour continuer ce qu'on a, et lui proposer des compromis, ou tout arrêter maintenant. Je souffre et je vais encore souffrir, et je n'en ai pas envie. Je trouverais ça tellement dommage de tout arrêter maintenant alors qu'on a possiblement de belles choses à vivre. Et en même temps, je veux me protéger.

Je ne comprends pas comment j'ai pu en arriver là alors qu'il y a quelques mois il n'y avait que F. et notre vie de couple. Parfois je culpabilise de ne pas avoir su rester dans un schéma "classique" et ne pas, une nouvelle fois, réussir à rentrer dans une case un peu plus "conventionnelle". Je ne me reconnais plus et je ne sais plus qui je suis, et c'est épuisant.

#
Profil

Caoline

le lundi 02 avril 2018 à 15h34

Bonjour Khora,

Oh combien je comprends la situation dans laquelle tu te trouves... pour l'avoir vécue plusieurs fois depuis 7 ans. Après 20 ans d'exclusivité avec une rencontre encore 2 ans plus tôt pour ajouter à nos points communs.

Je n'ai pas trop de temps et d'énergie pour détailler, je pourrais probablement y revenir si tu le souhaites, ici ou en perso.

Tu me sembles clairement dans une démarche polyamoureuse, donc être polyamoureuse. F aussi, en tout cas polyacceptant, puisqu'il a accepté facilement cette relation, sait déjà que tu es amoureuse de Y et ne t'a pas demandé d'arrêter. Contrairement à Siestacorta, je ne pense pas que lui dire que tu l'as enfin réalisé aussi soulèvera nécessairement des difficultés. Ton compagnon semble ressembler au miens et ça peut donc se passer sans aucun souci.
Du coté de Y par contre, ça semble très différent. Si je comprends bien tu lui a déjà demandé plus de transparence, plus d'engagement et il n'y semble pas prêt et même dit clairement que votre relation est provisoire. Je crains qu'en attendre plus risque vraiment de t'occasionner beaucoup de souffrance.

Avec le dernier homme dont je suis amoureuse, la relation ressemblait à la votre, à ceci prêt qu'il n'a pas l'intention de former un autre couple, c’est juste qu'il ne semble plus capable d'aucun engagement, où n'en a jamais été capable d'ailleurs. La seule solution que j'ai trouvé c'est de rompre la relation pour me forcer à prendre un peu de distance. Mais dire que ça ne nous empêche pas de passer de bons moments ensembles de temps en temps et que je ne vais pas arrêter de l'aimer car mes sentiments ne s’envolent pas comme ça. Même pour des personnes avec qui la "rupture" est plus claire, j'ai encore des sentiments. D'ailleurs ne plus me considérer en relation m'ouvre aussi la porte à d'autres relations plus légères, sans engagements. Pas que je me l'interdise quand j'ai 2 relations fortes, juste que je n'en ai pas le temps et l'envie. Là j'ai envie de revoir des ex qui ne me convenaient pas en temps que "deuxième homme" pour diverses raisons, mais avec qui je peux avoir envie de partager encore de bons moments car si on a débuté une relation ensemble c'est bien qu'il y avait des affinités fortes.
Je ne sais pas si c’est très clair, pour résumer prendre une distance officielle m'aide à ne plus avoir d'attentes et donc à ne plus souffrir qu'elles ne soient pas comblées. Bon ça c'est la théorie, il m'arrive encore d'avoir mal du fait qu'il semble bien moins impatient que moi de me revoir, ou en tout cas pas prêt à s'en donner les moyens, mais c'est vraiment ponctuel et moins intense.

Je précise que c'est juste une piste que je partage, pas du tout un conseil de faire comme ça.

Bon cheminement...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le lundi 02 avril 2018 à 19h45

Khora, c'est à toi de faire le point avec tout ça. Je parle parfois d'incompatibilités. Certaines sont surmontables et d'autres non. L'amour est ancré en toi, il est bénéfique surtout sous sa forme de souvenirs et des joies qui l'accompagnent.

Tu ne sais pas où tu en es ? Je crois que le polyamour, lorsqu'il se découvre, est justement un déclencheur à la recherche de soi. Ceci quelque soit l'avenir de tes relations. Ton compagnon a une belle ouverture d'esprit, tu le sais désormais. Profite en pour entrer en dynamique avec lui et faire ce magnifique travail de reconnaissance de soi. Fait ce boulot pour évoluer, en sa compagnie et sa complicité, dans ce qui te correspond le plus naturellement. Vous serez encore plus heureux, je pense !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion