Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Première expérience de polyamour

Engagement
#
Profil

Dja3zair

le jeudi 01 mars 2018 à 19h03

Bonjour à tous,
Je viens ici vous faire part de ma situation et j'espère que vous pourrez m'aider à voir clair, prendre une décision.
Mon compagnon, depuis 15 ans, m'a avoué il y a 1 mois, qu'il avait une liaison avec une jeune femme depuis 4 ans.
Nous avions tous les deux choisi d'être libre sexuellement, c'est à dire que chacun avait le droit d'aller voir ailleurs, de manière discrète et sans que cela soit une relation sentimentale avec la même personne dans la durée.
Sauf que là, il éprouve des sentiments pour elle.
Il a dû choisir entre elle et moi, il y a 1 an.
Il m'a choisie. Il a choisi aussi de me faire part de son histoire maintenant.
Il ne souffre pas de ne pas la voir... Mais aimerait la revoir.
Je suis ouverte intellectuellement à la notion de polyamour.
J'aime mon compagnon et j'aime l'idée de le laisser vivre et être pleinement lui.
Pourtant, malgré mon acceptation de l'idée du polyamour, je souffre terriblement de jalousie.
Rien de bien nouveau, me direz vous...
Le forum jalousie est là pour moi... Je le lis et cela me fait beaucoup de bien de voir que d'autres ressentent des sensations vertigineuses d'abandon, l'impression de ne plus exister... Je sais que je dois travailler sur moi pour apaiser mes peurs et développer de la confiance en moi.
Cependant, aujourd'hui je dois choisir :accepter que mon compagnon vive son polyamour au grand jour ou bien lui dire que je suis incapable de l'accepter.
J'ai peur. J'ai peur parce que nous n'avons pas pu avoir d'enfant avec mon compagnon. Il a eu sa liaison pendant les traitements de procréation assistée.
Cette jeune femme avec qui il a eu une liaison pense qu'il est l'homme de sa vie. Elle l'attend depuis 4 ans. Il pourrait avoir des enfants avec elle, elle pourrait tomber enceinte. J'imagine qu'elle va tout faire pour l'avoir à elle seule.
J'ai peur qu'il me quitte pour elle. J'ai peur qu'elle ne se satisfasse pas de polyamour.
Mes pensées sont confuses.
Je veux qu'il soit heureux. J'ai tellement voulu fonder une famille. J'ai tellement voulu qu'il vive le bonheur d'avoir des enfants.
Je lui souhaite mais je n'arrive pas à me libérer de ma souffrance à la perspective qu'il ait des enfants avec elle ou une autre.
Ma raison et mon cœur sont en conflit.
Je ne vois pas comment je pourrais être heureuse.
Pour l'instant...
Merci de m'avoir lue... Merci de me dire comment moins souffrir quelle que soit soit la décision que je prendrai.
Dja

#
Profil

Heika

le vendredi 02 mars 2018 à 15h11

Bonjour Dja,

Tout d'abord, je te souhaite de (re)trouver une certaine sérénité vis à vis de toute cela.

Ensuite, il me semble très beau et bon que malgrè ton refus initial de cette seconde relation pour ton compagnon, tu t'ouvres éventuellement au polyamour et sa philosophie/vision des relations amoureuses.

Concernant la jalousie je te suggère de lire cet article (http://hypatiafromspace.com/la-jalousie-vue-comme-une-pieuvre-8-pattes/ et ), au moins la première partie (le lien vers la deuxième est la fin de la première ;) ). C'est très intéressant et ça nous a donné de bonnes pistes de compréhension de toute ça à mon épouse et moi-même (en plus de lectures plus approfondies et de nombreux témoignages ici et là).

Vis à vis ta situation : la relation entre la jeune femme (appelons-la X) et ton compagnon dure depuis quatre ans, et c'est toi qu'il a choisi. Ce n'est pas rien ! En plus c'est en connaissance de vos soucis (impossibilité même si j'ai bien compris ?) à concevoir ensemble. C'est donc que l'amour qu'il a pour toi est solide, fort, et qu'il le place au dessus de son désir d'enfant, aussi impérieux soit-il.

D'ailleurs, à te lire, il semble que ta plus grande crainte/douleur ne soit pas tant le fait qu'il développe une autre liaison "sentimentale", mais surtout le fait que des enfants puisse survenir de cette liaison. (Personnellement j'aurais effectivement beaucoup de mal à accepter que mon épouse commence à faire des enfants avec d'autres hommes que moi (en fait c'est juste inimaginable pour moi actuellement !))

Quoi qu'il en soit, un point m'a fait tiqué immédiatement : "Cette jeune femme avec qui il a eu une liaison pense qu'il est l'homme de sa vie. Elle l'attend depuis 4 ans. Il pourrait avoir des enfants avec elle, elle pourrait tomber enceinte. J'imagine qu'elle va tout faire pour l'avoir à elle seule. "

Autant c'est vraiment chouette si ton compagnon et toi arrivez à vivre le poly amour, autant là, il y a une sacré ombre au tableau : de la description que tu en fait, X n'as aucunement envie de polymaour, mais d'une relation exclusive traditionnelle avec ton compagnon. Et ça, que tu soit polyamoureuse, polyacceptante ou pas poly du tout, ça suffira à empêcher toute relation saine.
Même sans qu'X devienne toxique au point de vouloir faire des enfants dans le dos à ton compagnon ou autre, si elle est dans l'optique qu'il te quittera pour elle, l'une des relations au moins est déjà morte-née en quelque sorte (a priori la sienne puisque c'est toi que ton compagnon a choisi).
Est-ce que ton compagnon est conscient de ça ? Est-il conscient aussi, que se rapprocher de X, ne résoudra pas le probleme ? Que si par malheur tes craintes étaient fondées, et qu'il te quitte pour elle, sa relation avec elle ne fonctionnerait sans doute pas non plus de toute façon puisqu'il veut etre "libre" et non exclusif alors qu'à priori X oui ?

Et aussi, es-tu sûre que X a bien ces espoirs ou est-ce seulement la vision que tu as d'elle ?

Dans tous les cas, la seule chose que je saurais vous conseiller est de vous poser à trois pour en discuter cartes sur tables, et éventuellement si avec un accord à la clef si vous choisissez de vivre le polyamour.
Un accord du type (c'est un exemple bien sûr) => "ok pour que ton compagnon vive sa seconde relation, comme depuis quatre ans, mais au grand jour et sans cachoterie/mensonge pour toi, et sans faux espoirs pour elle. Hors de question que naissent des enfants de cette union."

A priori ton compagnon serait sans doute pour un tel accord et sans doute toi aussi. Il faut impérativement clarifier les intentions de X. Si elle "l'attend" depuis 4 ans... Qu'attend-t-elle exactement ? S'il s'agit de l'exclusivité sur ton compagnon c'est mal barré effectivement. Mais du coup ton compagnon aura aussi sans doute un regard plus lucide sur une telle relation ?

Bref, je te souhaite vraiment de trouver une voie qui vous convienne au moins à tous les deux, et idéalement tous les trois.
Donne nous des nouvelles et n'hésite pas si tu as besoin !

Heika

#
Profil

Dja3zair

le samedi 03 mars 2018 à 08h50

Merci pour ta longue réponse,
Je ne sais pas beaucoup de choses en effet sur Erika, la jeune femme avec qui mon compagnon a eu une liaison.
Il faudra que je la rencontre.
Aujourd'hui je me dis que je peux tenter l'expérience du polyamour quelques mois.
Pour voir comment je réagis, pour me prouver que je suis capable d'essayer de vivre cette expérience hors des sentiers battus de nos vies traditionnellement monogames. Il y a une nécessité que je travaille sur moi, sur ma jalousie, sur cette dépendance affective qui m'a fait sombrer dans la déprime. Je veux faire ce travail pour moi. J'assume cet égoïsme.
J'avoue aussi être excitee par l'idée du polyamour.
Comme si je partais en voyage.
Toutefois, mon ressenti est ambivalent.
J'ai l'impression que je ne pourrai pas aimer et faire l'amour comme avant avec mon compagnon. Comme si je me protegeais de lui, de souffrir de ses absences.
Je ne sais pas bien, c'est une sensation confuse.
Et puis, ma stérilité est là. Je souffre à la perspective de l'arrivée d'un enfant dans leur couple.
Je me laisse du temps et du pouvoir de dire et tout stopper si je ne suis pas heureuse dans le polyamour.
Peut être découvrirai je que ce n'est pas mon truc, même en ayant travaillé sur moi et en ayant accédé à plus de sérénité et de connaissance de moi...
Merci de vos réponses qui m'aident sur le chemin
Dja

#
Profil

elfi

le samedi 03 mars 2018 à 12h25

Bonjour Dja,

Je pense qu'il est important de clarifié les attentes d'Erika.
Ensuite n'hésite pas a poser ta limite : pas d'enfant entre eux tant que tu n'y ai pas prête. Pour moi ce n'est pas de l'égoïsme puisque ton compagnon t'aime et t'a choisi il te veut heureuse, et donc en toute logique si tu souffres il souffre.
N'hésite pas a partager tes craintes avec lui, à lui dire que tu as peur qu'elle lui fasse un enfant dans le dos ce genre de chose.

Certaines de tes paroles par rapport a la maternite font echo en moi. Je suis aussi passée par la pma et son lot de souffrance et de culpabilité sans résultat. Malheureusement quand la tentation est arrivée du côté de mon mari, il a fait le choix de partir (avant de ceder à la tentation). On n'avait aucune notion de polyamour ou autre à l'époque, je ne savais pas que ca pouvais exister. Aujourd'hui je suis amoureuse d'un couple et celà m'a quelque part "soulager" de ne plus être obligé d'être celle qui doit donner la vie ou "priver" l'autre. Je parle là de mon propre ressenti bien sûr. Peut-être que dans quelques mois ou années on en parlera tous les trois on verra....
Après le polyamour ne m'a pas apporter que ca, ce point la est juste un bonus.
N'hésite pas a me contacter en mp si tu veux échanger en privé.

Plein de courage pour ta découverte du polyamour.

#
Profil

Dja3zair

le mardi 06 mars 2018 à 14h58

Bonjour,
je vous remercie encore pour vos réponses qui m'aident à tenir. J'ai encore besoin de votre aide.
Je suis débordée d'émotions contradictoires.
J'ai réussi samedi à écrire un texte dans lequel je propose à mon compagnon de tenter l'experience du polyamour quelques mois.
Je crois qu'en testant , je me rendrai compte de ce qui me plait , de ce qui ne me plait pas.
Comme dit Hypatia, il est possible que notre couple ne survive pas à cette expérience. Et j'anticipe déjà que ma souffrance ( jalousie) me convaincra de quitter mon compagnon.
Je suis en colère. Il parait que cela fait partie du cortège des sensations de la jalousie: colère, tristesse, peur.
Je suis en colère contre mon compagnon. J'ai envie de le repousser car c'est lui qui est responsable de la situation. Ok je suis responsable de moi et je dois apprendre à gérer mes émotions . Certes! Mais, la réalité aujourd'hui c'est que cela fait 2 mois que je sais qu'il a eu une liaison de 4 ans avec Erika. J'ai eu un choc, suivi d'un grand désir sexuel pour lui, pour elle ( je suis bi mais je ne m'autorise pas ces relations depuis 20 ans). J'ai même fantasmé sur eux et envisagé un trio. Et aujourd'hui, mon désir est complètement éteint, voire je le rejette.
Je ne sais plus quoi penser. Je lis, je lis, je vois un therapeute pas très enclin au polyamour me semble t il, je n'arrive pas à être calme dans mon âme.
Je sais que je dois travailler sur moi. C'est sur que ma stérilité n'est pas encore assumée, j'en souffre encore et cela me déstabilise intèrieurement. J'ai l'impression de n'être pour mon compagnon, ni la mère de ses enfants, ni sa torride partenaire sexuelle. Que suis je alors? Sa colocataire, son amie compagne depuis 15 ans?
Je vous remercie de votre écoute.
Dja3zair

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 16h17

Tu sais, la colère, c'est pas que de la jalousie, là, je crois.
Même si vous aviez un accord de liberté sexuelle, c'est pas de ça qu'il s'agit : parce que la rencontre est allée plus loin, et aussi, parce qu'il t'a menti pendant 4 ans, et qu'en plus, ça a commencé à un moment critique pour toi...
Je peux imaginer pourquoi quelqu'un ment et continue à mentir (j'ai un gros mensonge (dévoilé) à mon passif, pas dans le cadre amoureux mais pire, à la rigueur), je sais que la révélation et les suites ça attaque la relation, la confiance, notre esprit aussi...

A mon sens, t'es pas "seulement" jalouse, ya aussi des choses à poser entre vous, de la colère à faire entendre (pas forcément pour faire mal, mais pour entre reconnue) et une confiance basique à retrouver - ou à abandonner, mais pour l'instant c'est pas l'option que tu favorises apparemment.

Je comprend que par amour tu sois prête à la non-exclusivité, et j'ai aucune idée là de si ça peut marcher ou pas (en théorie ça peut, je veux dire, mais la Théorie c'est le pays où tout se passe bien, c'est pas celui où on vit). Que ça marche ou pas, pour ton propre bien-être, faut que tu fasses le point sur cette colère, sur quoi dire là-dessus, qu'est-ce que t'as besoin d'entendre et de faire sur la blessure qui en est l'origine.

Sinon... autre chose à laquelle j'ai pensé : s'il est allé conter fleurette à l'époque où il risquait de devenir père, et qu'ensuite il a rompu sa liaison, ça ressemble plus à un schéma d'évasion par rapport à une responsabilité sur laquelle il a pas fait le point (pas forcément une responsabilité qu'il ne veut pas prendre, mais qu'il ne regarde pas en face) qu'à un schéma de "tiens, je vais me mettre en situation de faire un enfant ailleurs, parce que je suis à fond dans l'envie de me faire une vie plus compliquée".
Je peux pas te jurer que c'est ça qui se passe, parce qu'il y a probablement de l'amour entre lui et cette femme et que sa vie à lui à continué d'avancer depuis. Mais je veux dire que s'il n'a pas tout bazardé avant, c'est qu'il a du respect pour toi et pour votre relation. Il peut en manquer parfois, c'est évident, mais il ne s'en fout pas, quoi, loin de là.

Enfin... Tu réfléchis beaucoup sur la question de la stérilité (et donc tu crains et envies que des enfants arrivent ailleurs). C'est un des aspects sensibles, déjà dans votre relation, mais encore plus quand tu sens cette dernière en danger.
Je pense que sur ça aussi, faut que tu fasses un point de toi à toi, puis avec Monsieur, avant de prendre des décisions et vous lancer dans l'option poly avec une troisième personne - qui, historiquement, est déjà assez importante pour qu'on ne puisse pas envisager un truc "à l'essai" sans aller beaucoup plus vite dans quelque chose de beaucoup moins cadré.

A la lecture, je crois que tu souffres, et que tu considères cette option poly pas seulement parce que t'en es capable (bien que je pense que ce soit le cas, à partir des détails qui sortent des normes amoureuse depuis longtemps dans ce que tu évoques de votre vie affective et sexuelle), mais aussi dans un geste un peu de "ho puis j'en ai marre d'être dans cet état là, on fonce et puis si on se prend un platane ce sera tant pis pour vous, connards".

Voilà... Je suis un peu brut, dans ce que je dis, mais j'espère que la bienveillance y est sensible aussi. Tu me dis si ça te parle...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 06 mars 2018 à 17h14

Stérilité et polyamour, un sujet trépidant à mes yeux (désolé si je suis crû, mais j'ai tendance à dire ce que je pense).

Pour moi, la stérilité est un frein énorme à une relation monogame. La majorité des gens voulant fonder une famille, la stérilité bloque complètement l'ascenseur relationnel, réduisant souvent la relation à une longue amourette avec une (quasi inutile) vie commune, ce qui est très dur à vivre pour les deux membres.
Donc je peux comprendre ton homme. Dans une situation où vous pouviez soudainement ne plus fonder de famille, il a dû énormément douter : Rester avec toi, ou tenter de refaire sa vie.
Il n'a pas l'air d'avoir vraiment arrêté son choix, au final.

Dja3zair, tu dis que ton homme a quitté cette femme qui ne lui manque pas vraiment. Pour moi, elle est un symbole. Je serai toi, je me pencherai sur son désir d'enfant à lui, et sur ce qu'il est prêt à faire pour le résoudre (y compris, dans le pire des cas, te quitter pour une femme qui lui permettrait de l'exaucer). Après, la question est hyper complexe, vu qu'il existe d'autres solutions (notamment l'adoption). Mais le polyamour peut en être une : Vous pouvez continuer de vivre ensemble tout en lui permettant d'exaucer son désir d'enfant. Mais dans ces cas là, je serai toi, je pousserai pour faire partie de l'équation, pas être juste un fardeau encombrant, donc rechercher une structure plus proche du trouple.
Mais bon, très clairement, je m'aventure dans mes propos. C'est à toi de répondre si le coeur du problème est le désir d'enfant. Et si oui, je comprends complètement ta jalousie : Je ne vois pas bien comment tu vas te satisfaire d'une position satellite, car une fois l'enfant là, soyons honnête, sa relation avec Erika sera centrale, et celle avec toi secondaire.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 17h39

bidibidibidi


Pour moi, la stérilité est un frein énorme à une relation monogame. La majorité des gens voulant fonder une famille, la stérilité bloque complètement l'ascenseur relationnel, réduisant souvent la relation à une longue amourette avec une (quasi inutile) vie commune, ce qui est très dur à vivre pour les deux membres.

J'aurais pas de soucis à considérer que l'hypothèse que tu proposes sera plus adaptée que la mienne, dans celle que j'ai donné j'y ai projeté mes propre émotions.
Par contre la règle que tu sembles considérer comme générale, là... C'est vachement normatif ! Ya plein de gens qui, d'une manière ou d'une autre, arrivent à penser leur vie amoureuse autrement que par la parentalité ou en donnant un "but" à la vie commune, sans qu'on puisse qualifier leur(s) relation(s) d'amourettes.

C'est visiblement pas le cas de Dja3zair, qui a fait jusqu'ici plusieurs choix plus traditionnels, mais de là à poser tout ça comme des évidences, je sais pas, ça me semble encore plus téméraire que ce qu'on lui dit dans le reste de nos feedbacks.
Histoire d'enrichir le débat (et là on est hors-témoignage, hein, c'est vraiment parce que la réflexion vient en parallèle), je peux te proposer cette page sur le fait de choisir de ne pas avoir d'enfant et cette réflexion sur l'escalator relationnel (qui, par définition, marche pas comme un ascenseur).

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 06 mars 2018 à 17h57

Je suis d'accord sur le fait que je suis un peu expéditif dans ma manière de le dire. C'est effectivement ce que je pense plus qu'une analyse profonde. Mais je pense quand même que la parentalité, dans un couple, c'est quelque chose de trop important pour ne pas considérer que ça puisse remettre complètement en cause le couple lui même.

Après, le débat n'a pas trop sa place ici, ni même sur ce forum, donc je pense que je ne vais pas rentrer dedans ;-)

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 18h03

bidibidibidi
Mais je pense quand même que la parentalité, dans un couple, c'est quelque chose de trop important pour ne pas considérer que ça puisse remettre complètement en cause le couple lui même.

C'est vrai ! Mais disons que pour moi, ya pas que option A : parentalité et option B, rien et/ou parentalité ailleurs.

Mais d'accord, c'est pas dans ce fil ce débat, ou en tout cas pas à la demande de l'OP.
Mais sur ce forum plus largement, si, le choix du modèle familial, du modèle de relation, c'est intéressant !

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

alinea7

le mardi 06 mars 2018 à 22h53

En vrac : s'il avait voulu te quitter pour elle et avoir des enfants avec, il en a eu largement l'occasion. Il l'a refusée.
C'est très beau de lui souhaiter d'avoir des enfants de son côté mais ça exacerbe ta propre souffrance. Sa liaison pendant les traitements est peut-être reliée ou peut-être pas. Le mieux serait de lui demander.

Le polyamour peut avoir le don de mettre en lumière nos failles les plus douloureuses. Pour toi ça se porte sur ce désir d'enfant sans doute parce qu'il n'est pas résolu. C'est compréhensible, nous sommes formatés à en vouloir, les femmes encore plus.
Mais que vous deveniez parents adoptifs ou que vous décidiez de ne pas avoir d'enfants, votre vie ne se résume pas à ce rôle. On peut avoir des tas d'expériences de vie qui donnent du sens, de la profondeur, de la matière à un vécu commun.
Avant d'être parent je suis allée vivre à l'étranger avec mon partenaire. Cette expérience de vie loin d'être aussi simple et idyllique que sur le papier reste fondatrice de notre relation pour moi... et même pour nous. C'est un peu personnel mais j'ai peur que tu prennes mon message à la légère sinon, prise dans ton difficile deuil de la maternité (que je comprends mieux que je ne saurais dire).

Je pense qu'il faut que tu fasses attention à ne pas projeter sur ton conjoint tes peurs. Parles en avec lui : encore une fois, s'il avait voulu te quitter pour avoir des enfants avec elle, il aurait pu. Il t'a choisie et de ce que je comprends (chanceuse ;) ) il te demande s'il peut la revoir.

Tu ne sais pas ce que tu représentes pour lui ou tu ne sais pas ce que tu accepterais de représenter pour lui dans ce contexte ? Tu n'es peut-être pas la mère de ses enfants ou sa torride partenaire sexuelle mais tu es la personne au monde avec qui il a choisi et continue de choisir de vivre. Même lorsqu'il te trompait. Même s'il la revoit avec ton assentiment.
Est-ce que tu ne chercherais pas un rôle que tu remplirais auprès de lui pour te rassurer sur le fait qu'il ne te quittera pas ? Dans le sens où, tant que tu représentes une ressource pour lui, il n'a pas de raison de te quitter. Cette insécurité, est-ce que ça ne cacherait pas un manque de confiance en soi ?
Mais, s'il est avec toi depuis tout ce temps, c'est bien qu'il trouve de quoi rester, avec toi et dans votre relation.

Et même, si vous aviez eu des enfants, tu pourrais aussi t'insurger d'être réduite au rôle de mère, alors qu'un couple réduit au rôle parental n'a aucune raison non plus de perdurer (le taux d'enfants en garde alternée en atteste).

Désolée pour le pavé, courage à toi.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 22h59

alinea7
En vrac : s'il avait voulu te quitter pour elle et avoir des enfants avec, il en a eu largement l'occasion. Il l'a refusée.
(...)
encore une fois, s'il avait voulu te quitter pour avoir des enfants avec elle, il aurait pu. Il t'a choisie et de ce que je comprends (...) il te demande s'il peut la revoir.

Je plussoalinea.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Dja3zair

le mercredi 07 mars 2018 à 05h53

Bonjour à vous,
Merci de vos réponses...
Grosse discussion hier soir avec mon compagnon.
Il ne m'a pas choisie. Il a fait une dépression à la fin des fiv. Il ne pouvait plus gérer son mensonge, sa vie avec Erika en parallèle. Il a arrêté de la voir pour cela.
Pas pour moi.
Je vais tenter d'aller voir un autre psy. Je suis dans le dur :pas d'enfant, un compagnon polyamoureux en devenir.
Des deuils à faire
Dja3zair

#
Profil

elfi

le mercredi 07 mars 2018 à 07h31

Plein de courage a toi Dja!

Quelque part il t'as choisie, il aurait pu te quitter plutôt que de la quitter elle.

J'espère que tu trouveras un psy à ton écoute pour t'aider à vivre tout ça.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 07 mars 2018 à 11h38

Dja3zair

Il ne m'a pas choisie. Il a fait une dépression à la fin des fiv. Il ne pouvait plus gérer son mensonge, sa vie avec Erika en parallèle. Il a arrêté de la voir pour cela.
Pas pour moi.

Hm... Alors, il ne t'a peut-être pas choisie au sens le plus enthousiaste du terme, et en soi c'est une blessure, oui.
Mais le poids du mensonge, même si c'est sa responsabilité et ses façons de penser, ça garde quand même un sens si par la suite il est resté avec toi. Si c'était difficile de mentir, c'est à la fois parce qu'il se voyait faire quelque chose qui n'était pas dans ses valeurs, mais il se voyait en train de te faire du mal. S'il n'a pas trouvé pertinent de te quitter, c'est que le lien existe au point que même par le mensonge, il n'a pas pu le dénier.
Ca veut pas dire que c'est assez fort pour la suite, mais ça existe, et une des options que vous avez est de construire là-dessus.

Mais sinon, bravo pour le travail qui est déjà en route : la grosse conversation avec lui, la recherche d'un psy qui t'accompagne mieux, les deuils que tu envisages... Tu ne le vois pas parce que tu as de la peine, mais tu avances avec courage quand même.

A propos de psy : même si t'en trouves un qui s'intéresse au polyamour, il peut malgré tout mettre en question la façon dont tu souhaites changer de relation : pas parce qu'il est certain que ça marcherait pas, mais parce que pour lui, ta motivation à aller dans ce sens peut ne pas correspondre à ce qu'il entendrait de ta peine ou de tes attentes.

Bon courage pour la suite... Tu fais tout ce qu'il faut, t'agis de la bonne manière pour aller vers du meilleur pour toi.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 07 mars 2018 à 14h21

Je me permets de signaler que pour moi, c'est lui qui a besoin d'un psy : Tromperie, mensonge, dépression, polyamour, ça signifie bien une souffrance. A mes yeux (toujours les pieds dans le plat), c'est pas un deuil qu'il faut faire, c'est reconstruire sur de nouvelles bases. C'est d'ailleurs sa recherche via le polyamour, sauf qu'il est le seul à tenter de trouver une solution au problème, considérant certainement qu'il est le seul concerné par son désir d'enfant. Pour moi, il faut reconstruire quelque chose qui lui permette d'avoir des enfants sans nécessairement remettre en cause votre couple.

Enfin, mes deux centimes quoi :-)

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 07 mars 2018 à 14h53

Je suis d'accord que la souffrance du monsieur devrait être traitée... aussi. Mais elle est clairement pas la seule.

Ici, comme souvent dans les histoires d'adultère dévoilé (au moins pour sa partie amoureuse), le monsieur est à la fois raconté comme prenant les initiatives d'action, mais passif dans les suites et la prise de responsabilité.
On sait ce qu'il a fait, mais pas vraiment ce qu'il désire et projette. On peut penser qu'il désire un enfant, mais entre le fait que l'histoire avec Erika s'est interrompue et le fait qu'il ait cherché une histoire au moment même où des traitements étaient essayés, on a pas de certitude sur ses perspectives. On a que le témoignage de sa compagne, qui parle de ce à quoi elle est sensible, pas forcément d'autres aspects possiblement déterminants.
De même, on ne sait pas vraiment qui a parlé de tenter le polyamour : c'est pas parce que Dja3zair est mi-intéressée mi-réticente au projet que ça signifie pour autant que c'est son compagnon qui a fait la proposition...
Entre la confidence faite ici, la lecture de références et le texte qu'elle a écrit pour parler à son compagnon, elle a bien l'air d'être dans une forte prise en charge de la situation, même si elle ne l'a pas amenée.

Par ailleurs, la dépression peut aussi être la marque d'autres conflits dans ses attentes à lui, qui ne seraient pas obligatoirement sur la question d'un "avec qui", mais aussi sur "qu'est-ce que je veux, en fait".
Et pour l'avoir vécu plus qu'à mon tour, on peut faire souffrir son entourage en souffrant soi-même, en restant dans certaines indécisions... Et les souffrances de l'entourage, quand elles durent, peuvent aussi être signe qu'ils ont leur propre équilibre à connaître.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Dja3zair

le mercredi 07 mars 2018 à 21h41

Bonsoir à vous
Toujours merci pour vos messages!
Mon compagnon souhaite essayer le polyamour. Il a toujours été force de proposition dans le domaine sexuel. Donc le polyamour ce n'est pas mon choix, ni mon initiative.
Je suis ouverte à l'idée mais physiquement ces jours ci je suis complètement anéantie.
J'alterne des phases où ma libido revient ( notamment parce que je trouve excitant de les imaginer ensemble , et d'être avec eux) et ma phase actuelle d'être totalement hermétique à l'envie de faire l'amour avec mon compagnon. Il m'est impossible là en ce moment de m'imaginer faire l'amour avec lui, lorsqu'il reviendra de son weekend avec elle. C'est juste impossible. Je crois que je me fourvoie dans ce projet d'expérience de polyamour tant je suis bouleversée physiquement.
Je vois mon médecin demain pour qu'il m'aide à tenir.
Mon compagnon me propose d'essayer maintenant ou bien d'attendre que j'aille mieux.
Mais comment aller mieux quand j'ai une épée de Damoclès sur la tête? Il me dit rester près de moi pour m'aider, pour sauver notre couple. Je crois qu'il a peur que je fasse une bêtise. Qu'il a pitié. Je l'ai déjà dit et je le redis: Déjà que je ne serai pas la mère de ses enfants, et que je ne suis pas sa torride partenaire sexuelle, je suis quoi? Sa dépressive à la maison qu'il n'ose quitter?
Je crois que personne n'a conscience de ce que signifie la stérilité pour moi: le néant de la vie.
Alors l'imaginer caresser le ventre rond de sa future compagne, c'est d'une violence inouie pour moi. Je lui souhaite mais je serai malheureuse pour moi.
A vous lire
Dja

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 07 mars 2018 à 22h31

Bon, donc c'est sa proposition, c'est clair.

Dans ton histoire telle que je la lis, il y a quatre "évènements" violents, qui viennent s'appuyer les uns sur les autres :
- constater que le traitement contre la stérilité restait sans effet
- découvrir une liaison et un mensonges fortement ancrés,
- découvrir que ton compagnon souhaite revoir cette femme,
- te voir proposer un changement complet de ta perspective de ta vie amoureuse et ta vie en général.

C'est probablement pas voulu pour te faire du mal, mais c'est violent et douloureux quand même, et à vrai dire, ça me semble trop à la fois.
Et je trouve pas étonnant que ça te fasse encore mal...
Le polyamour n'est pas une solution à des problèmes de couple. C'est un choix qu'on fait parce qu'on est à l'aise ou désireux de la non-exclusivité. C'est très différent !

Tel que je le ressens, tu as beaucoup (vous avez beaucoup) à digérer, avant de commencer à envisager des changements aussi radicaux.
J'avoue que je m'interroge sur ton idée de "signer" pour le polyamour... Par rapport à la difficulté de ce que tu as vécu, je comprend pas que tu penses de suite à aller dans cette direction-là. Qu'est-ce qui te semble "bon", dans ce plan ?
L'excitation sexuelle est peut-être un signe, mais ça peut aussi bien être une façon pour ton esprit de transformer des émotions plus complexes et de sentir le lien avec ton compagnon, pas forcément la preuve que t'es ouverte à une relation en V ou en triangle...

Je re-souligne : il y a toute une partie de ce que tu fais, te confier ici, dialoguer avec ton compagnon et chercher un psy, qui est fondamentalement bonne. Parce que c'est le bon moyen d'avancer face à une situation critique

Quand tu dis

Dja3zair
Déjà que je ne serai pas la mère de ses enfants, et que je ne suis pas sa torride partenaire sexuelle, je suis quoi?

ma réponse spontanée c'est : ben, t'es Dja3zair, une personne avec plein de facettes de personnalité.
Mais tu prolonges en disant :

Dja3zair
Je crois que personne n'a conscience de ce que signifie la stérilité pour moi: le néant de la vie.

Et je me dis que t'en es pas à pouvoir entendre une réponse simpliste comme ça.
Ta vie n'est pas un néant : tu ressens et recherches beaucoup de choses. Dans le néant on est beaucoup moins vivant ! Ce qui est évident par ailleurs, quand tu insistes sur la stérilité ou le manque de libido, c'est que tu as du mal aujourd'hui à concevoir ta vie de femme. Et c'est pour creuser ça que c'est superimportant de travailler avec un(e) psy.
Et qu'effectivement, tant que tu as pas retrouvé tes propres repères, une perspective poly peut être très menaçante.
Je ne sais pas si tu crains d'être quittée, à quel point ça joue dans tes réactions. En tout cas quand tu dis que tu as l'impression que ton compagnon resterait pas pitié, j'entends ça. Honnêtement, il pourrait partir quel que soit ton choix. Ce qui peut améliorer la situation, c'est pas du sexe ou un enfant, c'est que toi tu te sentes de nouveau quelqu'un, qui pourra soit être bien dans sa relation et éventuellement l'adapter avec le cœur à l'endroit, soit décider de ne plus y être.
Oui, ya des difficultés et des deuils avant d'arriver à une situation plus éclaircie. L'option poly peut y figurer, mais faire ça maintenant, dans la souffrance, c'est tenter de faire rentrer la charrue dans l'anus des bœufs pour les faire avancer.
(je ne suis pas sûr d'être drôle, sur le coup, je fais pas souvent ce genre de vannes)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Dja3zair

le mercredi 07 mars 2018 à 22h50

Merci Siestacorta de ta réponse...
Tu as bien synthétisé les 4 points douloureux.
Pour te répondre, je crois que j'ai envie d'aller essayer le polyamour pour en finir avec les idées reçues, les peurs, l'attente, pour arrêter de ne penser qu'à çà. Pour crever l'abcès, pour avoir l'impression d'impulser un mouvement, mon mouvement.
Je ne sais pas si ce sont de bonnes raisons.
Et c'est vrai qu'aujourd'hui je suis fragile. Alors pour le tester, peut être n'est ce pas le meilleur moment... Les conditions ne sont pas réunies pour que cela fonctionne. Cependant, attendre, me reconstruire dans la perspective d'un horizon polyamoureux ne me paraît pas viable.
Autant se prendre le platane maintenant...
Pour finir, j'adhère vraiment à ton explication sur ma vie de femme, de mère, de partenaire sexuel. Je vais réfléchir à cela.
Je te remercie encore.
Dja3zair

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion