Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La question d'aborder

#
Profil

aruspice

le mardi 16 janvier 2018 à 23h10

Non, je parle des obligations, envers les autres. Qui passent le plus souvent à la trappe face aux droits de l'individu à faire ce que son potentiel lui rend possible, voire même subit une injonction à réaliser son potentiel sans entrave !

Mais je vois que mes propos sont mal pris, alors même qu'ils ne font qu’écho visiblement à un article sur l'individualisme et le polyamour...

Je m'en tiendrais donc à la lecture puisqu'on aime pas me lire.

Même si, à part les articles, je n'ai pas trouvé beaucoup de volonté de discuter mais plutôt de s'appuyer dans des convictions.

#
Profil

gdf

le mercredi 17 janvier 2018 à 00h59

calinou696
J'ai la quarantaine, j'ai un physique pas trop dégueu, je ne me comporte pas comme un ours il me semble.. et je n'ai JAMAIS été abordé pas une nana.

Je crois qu'à part les mannequins, les hommes riches, célèbre, ou vraiment charismatique, aucun homme ne se fait aborder, ou alors vraiment à la marge.

Du coup, quand ca arrive, c'est à se demander si la nana qui fait ca a un problème.

That s life, on va pas refaire le monde.

Pareil, ça ne m'est jamais arrivé d'être abordé. Enfin si, une fois, en déplacement professionnel dans un pays asiatique. Pas intéressé, et dubitatif, j'ai demandé à un collègue local si c'était courant là bas, et il m'a dit que c'était une pute. Ah, ok.

#
Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 02h19

@aruspice

C'est pas qu'on aime pas te lire. C'est plutôt la manière de faire qui ne va pas.

Comme ça t'as déja été dit suggéré sur un autre fil, puisque tu sembles avoir des choses intéressantes à questionner ouvre un fil spécifique ("Nouvelle discussion" en haut à droite de ton écran), donne lui un titre, essaie de synthétiser ce que tu veux nous partager, évites de soliloquer ou nous faire la morale, et si en plus tu veux bien nous parler un peu de toi, de ton parcours, ça peut aider à comprendre les problématiques.

Bon et sinon le dénigrement systématique, en tant que poly, on s'en prends déja plein la tronche dans la vie réelle. Ce forum est un forum polyamoureux, donc qui tente de faire vivre un autre son de cloche. C'est normal qu'il y ai une certaine ligne commune. Après c'est pas si normatif que tu semble le penser et y'a largement la place ici pour la critique théorique, la remise en question anthropologique ou ce que tu voudras.

Et puis faire des réponses en chaîne à des post de plusieurs années en arrière, ça ressemble un peu à du spam ou du troll.

Ça veux pas dire qu'il faut jamais poster dans les fils, ni répondre à des vieux posts, mais un peu plus de parcimonie (au moins au début) sera très certainement appréciée…

Sache aussi que tous ces fils aujourd'hui liés par leur temporalité, ne le seront plus du tout dans 6 mois, et que par souci d'archive c'est bien de pas poster n'importe où, en faisant référence à un autre fil sans le citer, car sinon tout ça deviendra très vite incompréhensible et donc obsolète.

Sans vouloir parler au nom de toutes et tous, j'ai envie de dire :
Bienvenue parmi nous, si tu veux bien y aller plus mollo et prendre un minimum en compte ce qui t'es suggéré.

#

Admogcawg (invité)

le mercredi 17 janvier 2018 à 03h19

Même si, à part les articles, je n'ai pas trouvé beaucoup de volonté de discuter mais plutôt de s'appuyer dans des convictions.

« Discuter avec un troll, c’est comme essayer de jouer aux échecs avec un pigeon. Tu as beau être très fort aux échecs, il arrive, renverse les pièces, chie sur l’échiquier et s’en va avec l’air supérieur comme s’il avait gagné. »

#
Profil

Acajou

le mercredi 17 janvier 2018 à 04h23

Mangosteen
- les compliments ("t'es belle!")
- les regards insistants (en mode chien de chasse)
- les injonctions ("souris!")
- les questions ("vous recherchez pas un petit mari?")
- les insultes (c'est à cause de toi qu'on est frustrés, sal**e", "sale pute", etc.)
- les bousculades (après un refus, rien de plus "classe")
- les mains au fesses et les frotteurs, etc.

C'est juste pas possible et même gentiment. Même sans l'intention de faire mal, c'est du harcèlement car beaucoup trop se le permettent.

Toutes ces approches sont pourries.

C’est justement quand on montre et assume clairement ses mauvaises intentions que ça passe le mieux.
Dans les contextes les moins propices, la première chose que je fais quand j’aborde une femme dans la rue, c’est de lui dire que je suis un relou. Ensuite un débat sur le féminisme, le patriarcat, et le harcèlement de rue est une bonne entrée en matière. J’essaie d’être un relou gentil quoi.

Le meilleur échange que j’ai eu je crois c’était une femme, bien sexy, qui regardait les fleurs devant un magasin :
Moi : - Moi je suis très méchant !
Elle : - Moi aussi je suis méchante.
Moi : - T’es méchante comment ?
Et là elle a éclaté de rire. Après c’est de ma faute, je n’ai rien pu dire de plus. Mais le fait est qu’elle a passé un bon moment.

Pour les contacts non sollicités, c’est possible, mais en demandant avant ce que je risque. Je peux lui proposer par exemple, une main aux fesses contre une claque. (C’est honnête). Elle peut pour la claque, mais elle n’est pas obligée, et si je m’y prends bien normalement j’ai plutôt un bisou. Disons que si je prend un engagement, je m’y tiens, si elle met une claque je n’aurais rien à dire, c’était dans le contrat.

Et aussi moi j’ai peur des fantômes la nuit dans une rue sombre. Dans ce cas, demander à une femme de me rassurer, d’avoir sa présence et de me prendre dans les bras, ça passe bien en général. Comme ça on s’apporte un peu d’affection. Je lui montre que j’ai bien la trouille surtout.

Ça m’arrive aussi d’avoir des coups de coeur, mais c’est assez rare, et là c’est moi qui panique. Là il ne faut pas écouter les femmes qui vous racontent qu’il ne faut pas aborder dans la rue et gnagnagnagna, pour perdre confiance en soi, il n’y a pas mieux, non, dans ce cas autant exprimer sincèrement ce qu’on ressent, ni plus ni moins.

Après, pour être un peu sexiste, les femmes sont les reines des mythos et des excuses à la con (du style «  nan mais c’est parce que voilààà ») donc pour draguer il ne faut pas hésiter à jouer, et à utiliser la même chose. Pour celles qui ne sont «  pas intéressées », en général il y a toujours des failles pour éveiller leurs désirs, ou leur coeur même parfois. Ce que j’adore aussi c’est celles qui vendent du rêve «  tu vas trouver... », elles ont un don pour prédire l’avenir, c’est fou, celles-là j’ai envie de les embaucher pour le prochain tirage du loto.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 17 janvier 2018 à 08h20

On a pas fini d'en jaser et à toute les sauces ...
Ici elle raconte 2 anecdotes, sur de nombreuses, je pourrais en faire autant et encore plus... et même si c'est un petit début de conscience collective encore à travailler sur le fond, il n'en reste pas moins qu'importuner ne peut pas être un acte sans conséquence sur bien des personnes, se remettre en question sur nos schémas et croyances ne se pourra je crois qu'avec bien plus de bienveillance et de respect dans toutes nos expressions et interactions avec autrui. Ma liberté je la mesurerai quand hors de chez moi je pourrais marcher seule et libre dans la rue de jour comme de nuit , libre de ne pas être importunée... libre de ne pas me sentir coupable d'avoir été importuné... :-(

www.journaldemontreal.com/2018/01/12/jai-subi-le-d...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 08h52

Acajou
mauvaises intentions… une femme, bien sexy… je suis très méchant !… contacts non sollicités, …j’ai peur des fantômes la nuit dans une rue sombre… demander à une femme de me rassurer… Je lui montre que j’ai bien la trouille surtout… faut pas écouter les femmes… pour perdre confiance en soi, il n’y a pas mieux… pour être un peu sexiste, les femmes sont les reines des mythos et des excuses à la con… Pour celles qui ne sont « pas intéressées », en général il y a toujours des failles pour éveiller leurs désirs…

…euh… les femmes sont "bien sexy", te font perdre ta confiance en toi, faut pas les écouter, mais trouver leurs failles, surtout pour celles qui ne sont « pas intéressées »… elles sont mytho, c'est toi qui a la trouille dans une rue sombre, alors tu leur demande de t'y rassurer !

outch… tu utilise (je vois pas d'autres mots… ou bien… manipule, intimide) des femmes que tu considère comme mytho ou dans le meilleur des cas "bien sexy", pour te rassurer dans les rues sombres

ça veut dire que non content de les mépriser, tu t'appropries les peurs qu'elles pourraient avoir, et leur demande en plus de te consoler

mais c'est quoi "une femme" pour toi Acajou ?

#
Profil

Merlyn

le mercredi 17 janvier 2018 à 09h46

bidibidibidi
:-D

Cette discussion est amusante.

Après, l'apparence est un critère de sélection de partenaire primordial, si ce n'est le premier critère de sélection de partenaire. Ne pas être touché plus que ça par l'apparence d'une personne, c'est faire parti de la minorité à mes yeux.

Edit : Ca va trop vite pour moi !!!! Je suis en retard d'un train.


Message modifié par son auteur hier à 14h.

et c'est qui qui décide que c'est une minorité ? Toi ?
Tu as des chiffres ? Des sources ?

#
Profil

Merlyn

le mercredi 17 janvier 2018 à 09h48

edit

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

calinou696

le mercredi 17 janvier 2018 à 10h36

Sur un site de rencontre crée toi 2 profils identiques, l'un avec photo et l'autre sans, et tu m'en diras des nouvelles.

Comme j'ai dis + haut, les sites de rencontre, j'ai tout essayé. A moins d'être un apollon, tu peux attendre 6 mois, tu auras 0 contact, quelque soit le site.
Alors bon les beaux discours....
et tu trouveras evidement un contre exemple d'un mec super moche, qui, avec sa beauté intérieur... blablabli blabla..

Par contre, tu crées un profil nana, même sans photo, tu vas avoir 50 messages dans la journée.
C'est la vie.
Et loin de moi l'idée de réclamer l'exclusivité ou des obligations pour avoir des miettes, comme l'a proné un des nouveaux intervenants. On évite cette attitude de loser, on se retrousse les manches, et on aborde, comme un peut, et sans distinction de lieu.
Que les nanas canons se plaignent d'être abordé (on ne parle pas des gros lourds), franchement hein... un peu de respect pour celles qui ne se font jamais aborder, et ces femmes pour qui on empiète VRAIMENT sur leur liberté.
Au moins ce fil m'aura forger définitivement mon opinion sur ce sujet.

#
Profil

Merlyn

le mercredi 17 janvier 2018 à 10h48

Je ne me suis jamais considéré comme un apollon.

Pendant un moment, je pratiquais la drague de rue, c'était bien avant que je ne réalise que c'était assimilé à du harcèlement (même en étant poli et courtois), je le faisais parce que je m'étais mis dans la tête que le seul moyen d'avoir une copine vu mon physique justement, c'était de "prendre mon courage à deux mains" et de me lancer parce que si j'attendais que ça vienne tout seul, j'allais mourir de vieillesse. Cependant, je en le faisais que si je sentais que la personne allait me répondre en face (comme par exemple, si on avait échangé avant dans les transports, si on s'était souris, ce genre de chose..)

Plus tard, je suis allé des sites de rencontres "généralistes", j'ai eu peu de succès, très peu sauf avec des gens un peu à contre-courant comme moi.

Encore plus tard, je suis allé des sites spécialisées femmes rondes (puisque j'ai découvert plus tard que c'était "mon type") et là j'ai eu un peu plus de succès.

Je mettais les meilleurs photos que j'avais de moi, au final, ça a quand même un peu marché.

#
Profil

Acajou

le mercredi 17 janvier 2018 à 11h28

Lili-Lutine
Ma liberté je la mesurerai quand hors de chez moi je pourrais marcher seule et libre dans la rue de jour comme de nuit , libre de ne pas être importunée... libre de ne pas me sentir coupable d'avoir été importuné... :-(

Tu sais j’en ai conscience de tout ça, Lili-lutine, j’en ai lu des tonnes et des tonnes des articles comme ça. Mais j’ai envie de dire, si les hommes importunent les femmes, pourquoi ne le ferais-tu pas ? Il n’y a pas de raisons que les femmes ne le fassent pas aussi.

Je comprends qu’il y a un problème dans notre société, l’initiative est majoritairement masculine et les femmes sont passives. Je sais que beaucoup de femmes reçoivent beaucoup trop de sollicitations. Et surtout concernant leur physique, sans valoriser leurs autres qualités intellectuelles ou émotionnelles.
Mais franchement les hommes souffrent autant. Les hommes sont beaucoup moins à l’aise pour exprimer leurs émotions, et sont beaucoup plus rejetés et exclus que les femmes. Penses-tu que cela est vraiment enviable ? Sais-tu ce que c’est que le rejet ? Sais-tu ce que c’est que la solitude, de n’avoir jamais personne qui vient vers toi, de n’être jamais désiré, le sentiment de ne même pas exister au yeux des autres, de ne même pas être un objet, d’être juste inexistant ? De ne pas recevoir d’amour ni d’attentions ?

Parfois même je rêve que les femmes prennent ne serait-ce que de petites initiatives, pas grand-chose déjà, même maladroites, même agressives, ça me ferait plaisir, et évidemment elles auront tout mon respect. Je ne supporte pas non plus cette société patriarcale dans lesquelles on met leur corps sur un piédestal et on les met dans des rôles passifs ou secondaires. Je souhaiterais que cela soit équilibré.
Et équilibré ça veut dire évidemment modérer les excès de violence de la part des hommes, exprimer mieux la douceur, mais également que les femmes puissent avoir du caractère, exprimer de la colère. Et exprimer mieux leurs désirs, car je ne vois pas pourquoi une femme qui désirerait serait mal vue, au contraire moi j’ai beaucoup d’admiration pour celles qui se sentent libérées, c’est à dire pas seulement tranquilles, mais également libres d’aller vers les hommes sans être importunées.

Si une femme va regarder un homme dans la rue, lui faire un compliment, il y en a beaucoup qui vont devenir tout fous, la suivre jusqu’à chez elle etc, c’est grave ça. Et je pense très sincèrement que beaucoup des relous ne seraient pas relous s’ils étaient autant dragués par les femmes que l’inverse. Tout le monde y trouverait son compte.

Les trucs que j’ai écrits dans le post précédent c’est juste une adaptation face au rapports hommes femmes tels qu’ils sont, mais au fond je rêve d’un monde comme ça, avec inversement des rôles :
Mecs Meufs : https://www.youtube.com/watch?v=AujQOnDlpus
Majorité opprimée : https://www.youtube.com/watch?v=kpfaza-Mw4I

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 17 janvier 2018 à 11h38

Merlyn
et c'est qui qui décide que c'est une minorité ? Toi ?

Tu as des chiffres ? Des sources ?

Houla, Merlyn, tu t'énerves pour rien. Je me cite en réponse à ta question : Ne pas être touché plus que ça par l'apparence d'une personne, c'est faire parti de la minorité à mes yeux.

Après, libre à toi de t'être forgé une opinion différente. Mais je pense qu'entre quelqu'un qui prétend que l'apparence est primordiale dans la séduction et quelqu'un qui prétend que non, on demandera une justification au second. Je dis pas avoir raison, mais je pense suivre le courant majoritaire sur ce point.

Personnellement, j'ai arrêté les sites de rencontres classiques. Et pourtant je suis pas trop moche et j'écris bien. Ma sensation est que devant l'embarras du choix, la compétition est exacerbée. Après, comme Merlyn, sur des sites plus spécialisés, j'ai trouvé mon bonheur.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 17 janvier 2018 à 11h50

Acajou
Tu sais j’en ai conscience de tout ça, Lili-lutine, j’en ai lu des tonnes et des tonnes des articles comme ça. Mais j’ai envie de dire, si les hommes importunent les femmes, pourquoi ne le ferais-tu pas ? Il n’y a pas de raisons que les femmes ne le fassent pas aussi.


Je ne suis pas passive, et je ne manque pas de caractère ... je n'ai juste pas envie d'interactions inopportunes... ou de rapports de forces... ou de m'en défendre ou d'en avoir peur... j'ai juste envie de me promener sans penser à mon look approprié ou pas... juste envie de me déplacer sans être dérangée ou agressée ... je ne ressens aucun besoin de leur rendre la pareil ! Juste envie d'être tranquille et d'aller où je dois aller , en flânant lentement en rêvant, ou le pas pressé pour un rendez-vous... De toute manière je sors peu de ma tanière... et pour cause... je déteste les imprévus et les retards et tout ce que qui fait fi de mon consentement... Et de plus valoriser l'aspect qu'une femme peu être flattée par un harceleur qui valorise son physique c'est oublier ou nier aussi celles qui sont harcelées car hors de la "norme"... trop vieilles, trop grosses, trop de quelques choses... La rue pour moi c'est comme une jungle où se joue toutes nos misères et toutes nos ignorances... Et si il n'y avait que la rue qui fasse fi de nos consentements... Bref ma grotte est un lieu safe et j'y retourne :-)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 janvier 2018 à 13h45

Bonjour Acajou,

Lili-Lutine et Artichaut ont bien répondu à ton premier message.

En ce qui concerne la souffrance que tu exprimes, elle semble bien présente. Pourtant, ce n'est pas aux femmes qu'il faudrait s'en prendre. Il faudrait plutôt en vouloir à cet course au "virilisme". A être l'homme courageux, plus fort, actif, infaillible, maitrisant la situation, ambitieux, qui a une situation, etc. et ne surtout pas être une "femme" considérée comme passive, faible, émotionnelle, etc. Un homme a des attributs positifs, les femmes, négatifs. Si certaines femmes semblent vouloir des hommes "virils", n'est-ce pas parce que la société incite à croire que l'homme "viril" est supérieur aux autres hommes mais aussi aux femmes ? Les hommes ne doivent surtout pas être des "femme-lettes".

Un tel clivage empêche hommes et femmes à sortir de ces carcans et à communiquer. Une telle hiérarchie rend les femmes encore plus fragiles dans l'espace public (rue, travail, transports en commun, bar, etc.). On en revient toujours à blâmer les femmes, toutes des sal*pes (elle refuse, c'en est une ; elle accepte, c'en est une) et à oublier que cette quête à être un homme "viril" nous renvoie à tous et toutes des clichés qui font le malheur de beaucoup d'entre nous: sentiment de ne pas être à sa place, solitude, rejet, insécurité, dépression, etc.

Puisque tu aimes bien la lecture je te conseille vivement "le mythe de la virilité" qui explique si bien ces phénomènes.

#
Profil

Camille_B

le mercredi 17 janvier 2018 à 14h33

Ah mais il faut que je le lise ce livre,ça fait un bout de temps qu'il me fait de l’œil XD

#
Profil

Acajou

le mercredi 17 janvier 2018 à 14h39

@Lili-Lutine
Je comprends ce que tu veux dire, mais je pense que dans le refus du besoin de leur rendre la pareille, il y a une part de choix personnel en âme et conscience, et il y a aussi une part de conditionnement patriarcal. L’absence de ce besoin peut aussi provenir du fait qu’on interdit souvent aux femmes de se rebeller, et on leur autorise d’être beaucoup moins actrices d’actes non consensuels que les hommes. Du coup, de mon point de vue, ça m’embête car je ne te sens pas complètement libérée en quelque-sorte.
Sinon sur l’aspect flatterie par un harceleur je suis d’accord avec toi, peut-être mon texte n’était pas très clair, mais ce que je souhaite c’est l’inverse, que les femmes deviennent un peu plus harceleuses, en valorisant le physique des hommes.

C’est assez vrai ce que tu dis sur la rue, draguer, comme être dragué.e dans la rue est de loin le lieu le plus difficile, comme je le disais en début de topic, la rue est représentative de quasiment toutes les catégories sociales, donc une diversité très importante, cela nécessite de comprendre des fonctionnements très divers. C’est pas toujours facile, mais j’ai essayé de me dire que c’était la meilleure école sociale. Tu dis toi-même que c’est un lieu où se joue toutes nos ignorances, justement c’est aussi, dans une certaine mesure, aussi un lieu d’enrichissement. Moi j’ai beaucoup appris des rencontres dans la rue, ça m’a demandé énormément de courage, de dépasser beaucoup de peurs, et je ne regrette pas du tout car je me sens bien mieux aujourd'hui.

@Mangosteen
Oui j’ai beaucoup souffert, et j’ai beaucoup à reprocher à l’injonction de virilité. A l’école c’était «  t’es un mec, t’es fort, tu prends des coups, et tu pleures pas ». J’ai raconté assez longuement sur le forum mes histoires passées, mais en gros je trouve quand même que quand je me faisais défoncer la gueule ou abuser, je n’avais rien à dire, alors que les filles à l’école (je dis «  filles » car c’était en primaire) avaient quand même davantage la possibilité de parler, de pleurer, beaucoup plus facilement que les garçons.
J’ai un point de vue beaucoup plus partagé. Je pense qu’il faudrait équilibrer les choses en 50/50, c’est à dire que les hommes soient moins virils et les femmes moins passives. Je ne blâme vraiment pas les femmes libérées, au contraire, si tu lis mon 2e message.

Mais le pire ce n’est pas ça, c’est surtout que l’éducation de mes parents étaient clairement passive vis à vis de la séduction, mon père me disait «  laisse-les venir, ça se fera tout seul », ben je pouvais attendre longtemps. Du coup j’avais deux possibilités, les copains qui me disaient de prendre des initiatives, et la famille qui me les interdisait. Des grands extrêmes qui ont mené à des contradictions, des blocages, des souffrances, des violences mêmes…
Eduquer ses garçons à l’encontre de la norme patriarcale c’est cool pour les femmes, mais pour moi ça a été atroce, j’ai été rejeté par les femmes car je ne correspondait pas au standard de virilité. Même quand elles venaient vers moi je n’arrivais pas à leur dire oui… Et forcément que je leur en voulais de me reprocher d’être trop gentil. C’est après la vingtaine que je me suis endurci petit à petit, que j’ai essayé de devenir un minimum viril car la plupart des femmes ont complètement intégré l’injonction de passivité patriarcale. L’éducation que j’ai reçue elle aurait été bien si le féminisme avait eu 30 ans d’avance.

#
Profil

calinou696

le mercredi 17 janvier 2018 à 14h53

C'est ca, on apprends aux petites filles à se comporter comme des princesses à courtiser. Et aux petits garcons d'être forts et entreprenant.
Les femmes qui a 30 ou 40 ans continuent à jouer les princesses, et se plaignent de se faire aborder, comment dire...

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 17 janvier 2018 à 15h42

Acajou
@Lili-Lutine

Je comprends ce que tu veux dire, mais je pense que dans le refus du besoin de leur rendre la pareille, il y a une part de choix personnel en âme et conscience, et il y a aussi une part de conditionnement patriarcal. L’absence de ce besoin peut aussi provenir du fait qu’on interdit souvent aux femmes de se rebeller, et on leur autorise d’être beaucoup moins actrices d’actes non consensuels que les hommes. Du coup, de mon point de vue, ça m’embête car je ne te sens pas complètement libérée en quelque-sorte.

Non .
Je parle de moi, et ton point de vue me concernant est inopportun, tu as l'air de douter de mes propres ressentis et de mon propre discernement.
J'entends je crois, même si je ne le comprends pas toujours , je le pense sincèrement en tout cas , tes souffrances et ce qui de ton passé a influencé tes forces, tes propos et même tes violences, je te lis sur ce forum, mais je me garde bien d'interpréter ou de te donner mon point de vue sur qui tu pourrais être, ou qui tu pourrais représenter pour moi, car c'est impossible ici sans débattre sur la véracité de tes propres ressentis ou vécus. Et à quoi cela va me servir, ou te servir, de douter ou de nier qui tu es , et surtout de là où tu en es ?
Je me sens légitime pourtant de t'affirmer que tu te trompes en l'écrivant ainsi, et que c'est pour moi un débat stérile que de chercher un compromis ou la vérité sur qui dit vrai ou sur qui se ment quand on échange sur nos ressentis et sur nos expériences intimes et douloureuses. Je te lis et je t'entends du mieux que je le peux, je mesure ton parcours, mais ce que tu dis concernant le fait que tu doutes que je ne sois pas "complètement libérée" me sidère un peu et m'interroge beaucoup. Qui peut l'être complètement libéré ? Je ne crois pas en aucune forme de liberté absolue. Ma liberté je ne la trouve pas dans des affrontements ou dans des grands coups de gueules quand je peux y échapper. Je la trouve dans le respect que je me dois de choisir de vivre, ou pas, des moments, des situations ou des interactions, et j'y réponds parfois et à d'autres non. Je la trouve aussi dans mes multiples façons d'interagir. C'est mon libre arbitre et c'est aussi ma force quand je crois en moi et en mes choix. Mais jamais je ne vais douter de toi quand tu parles de toi, de tes propres ressentis , ni juger ce que tu crois juste de toi , je ne met pas en doute ton vécu . C'est ton histoire à toi, et le mieux que je puisse faire pour continuer à te lire c'est d'imaginer que parfois tes écrits sont plus une provocation pour faire réagir, que des écrits en âme et conscience comme tu le dis si bien (+)

#
Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 16h49

Vu Acajou, ce que tu raconte ici et ce que tu as dis sur un autre fil, j'ai l'impression que là où tu as un train d'avance sur pas mal d'autres mecs (y compris sur ce forum) c'est que tu sais que tu es sexiste, que tu es un agresseur, tu le sais, tu l'acceptes, tu ne t'en défends pas. Et c'est déjà beaucoup. Mais il ne faudrait pas pour autant, en faire un point d'auto-identification, le valoriser, et le préconiser comme solution à toutes et à tous.

Ce que dit la vidéo que tu nous a partagé, pour moi, c'est pas "c'est cool l'inversion des rôles", mais plutôt, vas-y "mets toi à la place de l'autre, avant de te plaindre de ta condition, mais mets toi y vraiment… et si tu le fais, et que tu comprends, tu demandera à revenir à ton statut précédent, et tu reviendras de ce voyage, un peu moins fier et plaintif, que tu ne l'étais auparavant, et à partir de là, peut-être qu'un dialogue sera possible".

Si les femmes cis hétéro, on pour beaucoup, un travail à faire d'acquérir de la confiance en soi, de prendre plus souvent l'initiative, etc (sans pour autant devenir harceleuses, agresseuses, à leur tour !), le travail des mec cis hétéro c'est pas juste d'être plus gentil, mais c'est de reconnaître qu'il sont sexistes (ne serait-ce que socialement puisqu'appartennant au genre dominant, …les féministes disent structurellement ou systémiquement sexistes), et ça tu l'as déjà fait semble-t-il, mais c'est aussi, se mettre à la place des femmes, non pas pour récupérer, en plus de leur privilèges, le peu d'avantages que les femmes ont, ou semblent avoir, socialement, ni pour parler à leur place, mais juste pour (essayer de) comprendre ce que veut dire être une femme, dans ce monde là. Bref développer un peu d'empathie profonde.

Les relations hétéros ne sont pas forcément vouées à être systématiquement sexualisées. Il ne s'agit sans doute pas, en effet, d'appliquer le précepte passif «   laisse-les venir, ça se fera tout seul », bien au contraire il y a un vrai travail actif à faire, mais il s'agirait plutôt, à mon sens, au lieu d'accoster des femmes coûte que coûte, de reconfigurer totalement les relations hétéros, pour faire que le sexe ne soit pas (mais alors plus du tout) le truc premier, à travers lequel tout se cristallise.

Réapprendre à considérer l'autre. Entretenir des relations, anecdotiques ou privilégiées, à partir d'une autre base que le sexe et le pouvoir de domination. Construire de manière poly des relations de confiance. Alors des portes s'ouvriront plus sereinement et plus facilement. C'est du moins comme ça que j'imagine les choses.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion