Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureux (se) ayant une relation avec une personne adultère. Vous avez connu ça et vous avez géré comment ?

Témoignage
#
Profil

Annabelle

le vendredi 06 mars 2015 à 23h09

Bon, j’ai aperçu d’anciens sujets sur la question mais tan pis je relance :
J'ai besoin de témoignages. Parce-que je vis ça depuis peu (alors que je suis entrée dans ma phase « non exclusive » depuis deux ans seulement après une très longue vie de monogamie exclusive). Je ne m’attendais pas du tout à vivre une relation de la sorte, là ça me tombe dessus… pas tout à fait prévu ça, totale novice en la matière et bien larguée sur ce coup là…
Il m’aime, je l’aime, on s’aime, ils s’aiment…
Mais il est « marié ». Et sa femme ne concevrait absolument pas qu’il ait une relation extra conjugale.
Il lui ment donc alors que son intuition à elle (plus une discrétion très relative de sa part à lui) fait qu’elle se doute de tout. Du coup il est placé maintenant sous haute surveillance.
Je ne peux pas l’appeler, ni lui envoyer d’emails à peine lui envoyer des sms de peur qu’elle ne tombe dessus.
Nous avons des tas de points et centres d’intérêt commun lui et moi et n’avons pas l’ombre de la moindre possibilité de pouvoir partager quoi que ce soit concrètement de tout ça…
Bref…
Je crois que ça m’aiderait de lire vos expériences (ne serait-ce que pour me sentir moins seule avec ça).
Tant de ceux (celles) qui ont eu ou ont la capacité à vivre les choses au présent au point de se contenter de l’entre deux portes à l’arrache tous les 2 mois, que de ceux (celles) qui ont préféré ou préfèrent renoncer pour se protéger d’une trop grande frustration ou d’une souffrance générée par la situation. Et aussi de ceux ou celles qui ont fait autrement encore...
D’avance merci à vous !

#

(compte clôturé)

le samedi 07 mars 2015 à 12h09

Bonjour Annabelle,

J'ai été et je suis encore dans la même situation que toi. Mon ex relation a duré un an jusqu'à ce que sa femme, au courant elle aussi, lui demande de faire un choix. Il l'a fait, pas en ma faveur et je l'ai parfaitement compris. C'est la règle du jeu, je le savais depuis le début. Il faut accepter que tout puisse s’arrêter du jour au lendemain.... Mais cette rupture m'a permis de m'interroger et de réfléchir sur ma dépendance face à cet homme. Car je ne sais pas ce que c'est que d’être jalouse ni possessive. Ce sont des sentiments que je ne ressens pas. Par contre, la dépendance, ça oui je l'ai clairement eu pendant cette liaison. Et j'ai très très mal vécu notre rupture, frisant la dépression.... Cela fait maintenant 8 mois que nous avons rompu et cela fait un mois que j'ai de nouveau une relation adultère avec un homme.

Cette fois, les choses sont différentes : j'ai beaucoup travaillé sur moi et j'ai lu aussi sur la manière de réduire, voire de faire disparaître cette dépendance avec qui que ce soit. Et j'y suis arrivée partiellement. J'ai encore du travail mais maintenant je m'efforce de prendre les choses comme elles viennent et de savourer les moments que l'on passe ensemble sans penser à ceux qui n'existent pas. Je ne projette plus mes attentes sur l'autre et je fais les choses pour moi, pour mon plaisir, pour me faire plaisir.

Alors je ne dis pas que cela est simple. Bien sur que je voudrais passer plus de temps avec lui, c'est normal. Mais je me raisonne en me disant que lorsque nous nous verrons, cela sera magique comme à chaque fois.

En ce qui te concerne, je suppose que ton amant te donne ce qu'il peut. Mais c'est une situation dangereuse pour lui. Après tu peux très bien lui faire part de ta frustration et de lui dire aussi que cela ne te convient pas. Et que si malheureusement il ne peut te donner plus, alors il faut t'interroger sur ce que tu es capable d'accepter et les concessions que tu es en mesure de faire. Il est parfois nécessaire de lâcher prise pour son propre salut même si au premier abord cela te semble plus douloureux que le fait de continuer....

Voilà j'espère que tu vas avancer dans ta réflexion.
Bonne continuation
Virgile

#

(compte clôturé)

le samedi 07 mars 2015 à 12h49

C'est une situation fréquente, vu qu'il y a plus de gens adultérins que polyamoureux! Je ne les critique pas, chacun fait comme il peut, en revanche je leur laisse le soin de gérer eux-mêmes leurs mensonges.
Si leur crainte d'être découverts est telle que ça ne permet ni de leur envoyer un mail ou un SMS, ni d'aller au resto ensemble, ni de se balader en ville autant renoncer: aimer un mec mort de trouille n'est pas très épanouissant. Par contre, éviter que les mails et SMS soient torrides, ne pas se vexer d'être présentée comme "une amie" ou une collègue si on croise de ses amis et avoir une attitude réservée dans la rue fait partie de ce qu'on peut faire pour faciliter la vie de l'amoureux adultère. De toutes façons, je ne suis pas très expansive en public...
Bonne nouvelle tout de même: trois fois dans ma vie, des épouses au départ méfiantes et hostiles sont devenues des complices avec qui je parle sans problèmes. Elles m'ont accepté pour une raison évidente: elles savent que je ne vais pas chercher à leur piquer leur homme ni demander à celui-ci de les quitter. C'est rassurant pour elles.

#
Profil

Nurja

le dimanche 08 mars 2015 à 13h27

Par solidarité avec les autres femmes, je ne m'engage plus dans des relations adultères. Soit l'homme est clair avec son épouse/sa légitime (et elle a les mêmes droits que ceux qu'il s'octroi), soit je refuse cette relation.
Par solidarité d'abord (j'ai remarqué que plusieurs de ces hommes avec qui j'ai été en relation sont adultères parce qu'ils ont promis l'exclusivité surtout parce qu'ils exigent cette exclusivité). Par confort de vie aussi. Je ne suis pas prête à me cacher, à devoir transformer les choses, à ne pas pouvoir prendre contact... ni à me faire engueuler par la "légitime" dont je n'étais parfois même pas au courant de l'existence.
Et puis... l'honnêteté est importante pour moi. Si une personne n'est pas honnête avec une personne, pourquoi le serait-elle avec moi?

#
Profil

Annabelle

le dimanche 08 mars 2015 à 22h48

Bonsoir et merci pour vos réactions qui mine de rien apportent de l'eau à mon moulin.
Toute expérience vécue finit toujours par être source d'apprentissage sur soi c'est ainsi que je prends en général les choses et ça me permet aussi de tenir bon dans les moments difficiles. Je pense comme toi Virgile qu'on a jamais fini d'avancer sur la dépendance. Et cette expérience là me fait bouger moi aussi sur cette question. En fait je n'ai pas pris de décision définitive concernant cet homme pour l'instant, mais j'ai mis une distance. Comme aimerplusieurshommes je ne me vois pas endosser sa propre incapacité à lui à gérer ses mensonges. je me respecte suffisamment moi-même pour avoir certaines limites et je ne vois pas quel sens a une relation dans laquelle on ne peut ni se voir ni s'envoyer des messages ni avoir le moindre espoir de partager concrètement quoi que ce soit... je lui ai donc dit que j'avais "besoin de temps" pour l'instant. Ce qu'il comprend parfaitement. Je pense qu'il ne me demande rien. Et qu'il est partagé entre sa compagne et moi.
Je me dis que c'est son chemin à lui à faire.
Je n'attends pas qu'il quitte sa femme pour moi. Je suis incapable de lui offrir ce qu'il a avec elle d'abord parce-que je ne suis pas elle, et ensuite parce-que je ne souhaite pas co-habiter avec quelqu'un. Je m'interroge aussi par rapport à sa femme. Je me dis que je n'ai pas envie de me faire "couper la tête" par une femme blessée.
Et que je n'ai pas envie d'ailleurs de blesser cette femme non plus.
Je ne me sens pas coupable de mes sentiments ni de mes désirs envers lui.
Mais voilà ce qui a été le plus difficile est qu'il m'a dit avoir toujours pensé qu'on pouvait aimer et désirer plusieurs personnes mais ne l'avait jamais vécu. on s'est beaucoup retrouvés autour de cette question et de la notion de liberté et de non exclusivité. Il a trouvé je crois en moi une fenêtre ouverte vers quelque chose qu'il désire mais n'assume pas.
j'ai cru ou espéré qu'il l'assumerait vu son discours. Je ne m'attendais pas à ce qu'il réagisse comme ça. Complètement coincé par la réaction de sa compagne. Je pensais qu'il affirmerait son désir face à elle et lui proposerait au moins d'en parler. Sinon je crois que je ne me serais pas engagée dans une relation plus intime avec lui. Et voilà, patatraaaa quand sa femme a commencé à avoir des doutes il s'est mis à lui mentir et à s'enfoncer encore plus ...
Ca me pose un problème quand à son honnêteté comme Nurja.
Pour autant je peux aussi comprendre qu'il soit dans une angoisse forte de perdre cette femme, un foyer qu'il a construit. j'ai moi-même remis en question un mariage de plus de 20 ans non sans peine je sais ce que ça représente quand on en a fait un pilier de sa vie.
Je le sens vraiment déchiré.
Ces jours-ci je me suis dit que je ne pouvais pas me nier moi-même non plus en acceptant quelque chose qui ne me convient pas à savoir attendre l'improbable moment où on va pouvoir échanger trois sms alors qu'il est au boulot afin de prendre un rdv 2 heures volées dans un hôtel et se quitter là dessus avec aucune idée de si on va pouvoir se reparler dans deux mois... c'est vraiment pas mon truc ça.
Je crois que je suis déjà plus ou moins en train de renoncer sans lui fermer totalement définitivement la porte pour autant. Je pense que je suis bien plus capable de renoncer car je sais que je m'en remettrai plutôt que de m'enliser dans une relation qui ne me satisfait pas du tout.
Après bon... ça reste une peine de coeur quoi qu'il arrive.
Peut-être le moment de me recentrer sur moi car j'ai vécu plusieurs déceptions en peu de temps là ...
Merci vos témoignages m'aident

#
Profil

Annabelle

le dimanche 08 mars 2015 à 23h17

question à aimerplusieurshommes ces trois femmes qui ont accepté savent que tu ne veux pas leur "piquer leur homme" mais comment ont-elles accepté que tu passes du temps avec eux ?
Ne l'ont elles-pas vécu tout de même comme quelque chose qui leur est "volé" à elles ?

#

(compte clôturé)

le lundi 09 mars 2015 à 11h14

Les trois cas sont différents. Pour la première, son mari étant un amoureux plus que multiple,elle avait l'habitude que son mari lui consacre peu de temps, elle avait aussi vécu quelques relations amoureuses extérieures, bref, c'est un couple ouvert, mais pas complètement car au final elle ne ressent pas le besoin d'autre relation que son mari. Ils sont ensemble depuis... 50 ans, c'est à ce lien fort qu'elle tient. Moi je le connais depuis 40. (il a dix ans de plus que moi) Au début, elle avait un peu peur, puis il a su la rassurer et elle m'a fait confiance.
Pour la seconde, j'étais dans la vie de son mec avant elle. Il lui a clairement dit que notre amitié amoureuse n'était pas négociable, qu'il la poursuivrait même en l'épousant. On s'est vu plusieurs fois et elle m'a invitée aux 40 ans de son mec (il a 14 ans de moins que moi) en me disant "j'invite sa famille et les gens qu'il aime le plus, dont vous faites partie". Cela dit, c'est un homme que je vois peu, car il a un boulot très prenant et trois enfants, dont un petit. Ce n'est pas grave, car on se connaît depuis 22 ans, on se fait confiance sans pour autant être fébrile si on reste deux ou trois mois sans nouvelles.
La troisième a eu très peur car nous avons vécu une passion lui et moi. J'avoue qu'à l'époque, elle a dû avoir du mal non pas pour le temps qu'on passait ensemble (étant mariée de mon côté et avec des enfants encore jeunes, je n'étais pas toujours dispo) mais pour son air absent, ailleurs, quand il la rejoignait. Tout ça s'est apaisé avec la fin de la NRE (le torrent hormonal de la passion qui a duré deux ans et demi) et notre relation existe depuis vingt ans, avec une période de séparation de trois ans, puis des retrouvailles progressives...
En somme, y a pas deux histoires pareilles...

#
Profil

Annabelle

le lundi 09 mars 2015 à 12h33

merci aimerplusieurshommes je pense que dans mon cas on est très loin de tout ça.
Je pense que lui fantasme sur l'idée que sa femme puisse un jour accepter qu'il en aime une autre. Il dit ne pas désespérer qu'un jour cela soit possible. Mais que pour l'instant c'est juste inenvisageable. Et dans la mesure ou il lui ment alors même qu'elle se rend bien compte qu'il se passe quelque chose on ne peut pas dire qu'on soit face à un couple prêt à dialoguer ni à a négocier quoi que ce soit...
Il n'est tout simplement pas libre voilà tout.
Et moi, je ne suis pas du genre à me "suspendre" à quelqu'un qui n'est pas libre.
Je fais déjà un gros travail sur moi depuis plusieurs années pour ne pas être "suspendue" à l'autre en général.
J'ai des attentes c'est vrai. Moi aussi j'ai certains amis amoureux que je ne vois pas souvent. Il y en a un en particulier dont j'ai eu envie de me rapprocher que j'ai eu envie de voir plus souvent j'étais prête à m'en donner les moyens malgré la distance géographique qui nous sépare (460 km).
Mais lui n'avait pas envie, préférant privilégier ses relations (sur place) et sa vie,sociale déjà bien remplie. J'ai fini par admettre et accepter que nous ne nous verrions sans doute que très épisodiquement à savoir une fois par an environ.
Un autre de mes amoureux je le vois environ une fois tous les un à deux mois. Là aussi c'est devenu une habitude entre nous.
Mais j'ai besoin et envie aussi d'une relation plus suivie. Une relation dans laquelle on ait envie l'un comme l'autre de passer du temps ensembles. Partager des choses simples de la vie, de la musique des bouquins des ballades, etc...
Et mon amoureux "adultère" j'avoue y avoir cru...
Et me sentir un peu naïve à présent. On a tellement de choses en commun sur lesquelles on se rejoint, on a échangé sur des tas de choses et ça a éveillé en moi l'envie de partager toutes ces choses avec lui. Je pensais qu'il s'en donnerait les moyens. Qu'il en avait envie autant que moi.
Il en a certainement très envie d'ailleurs mais n'est pas capable de le faire. Il est prisonnier. D'une femme à qui il n'a qui plus est jamais promis l'exclusivité. Ils s'étaient dit rester libres l'un envers l'autre quand ils ont commencé leur relation. Mais pas mal d'années plus tard + un enfant, ils n'ont jamais ré abordé la question jusqu'à ce que nous reprenions contact (je l'ai connu avant qu'il ne se mette en couple avec sa compagne actuelle). Il a essayé d'aborder la question des amours plurielles avec elle et là ça a été une réaction très négative de sa femme lui disant qu'après les années passées ensembles leur "liberté" n'était plus d'actualité pour elle. Et lui par peur de la perdre n'a pas réussi du tout à affirmer son point de vue...
Voilà...
je ne le sens pas moi je ne vois pas par quel miracle elle s'ouvrirait soudain à cette idée là. Et je ne pense pas vouloir attendre ou espérer que ça arrive.
Je me dis qu'il me faut vivre pour moi et que peut-être je croiserai un jour quelqu'un qui a la disponibilité et l'envie de partager un bout de sa vie avec moi...

#
Profil

bonheur

le mardi 10 mars 2015 à 19h43

Situation à la base différente mais résultat identique. A la question "divorce" j'ai répondu non, alors la tierce personne, tout en restant une relation secondaire pour moi, a trouvé à se caser puisque c'était une recherche de sa part. Dès le départ, j'ai dit "parle lui", mais non, démarrer une relation ainsi, c'était pas possible. Et puis les années ont passées et j'étais devenu sa bouée de secours, son couple allant souvent mal. Le jour où il s'est senti, comme dit précédemment "sous surveillance", nous avons rompu. De toute façon, être le bouche trou et le non-dit, ça ne me convenait pas. Quand chacun-e fini par mal vivre la situation, il vaut mieux s'extraire de la situation.

#
Profil

Annabelle

le mercredi 11 mars 2015 à 20h05

Voilà c'est exactement ça Bonheur, je ne veux pas avoir cette sensation de n'être qu'un bouche trou, ou une soupape.
Je laisse la porte ouverte à son évolution propre tout en respectant mes propres limites. Je pense que c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Je ne scelle rien ni la poursuite d'une relation ni sa fin définitive non plus. Je suis moi-même dans une logique et une dynamique de mouvement alors voilà j'essaye d'écouter ce que mon moi me dit. Et pour l'instant il me dit que je n'ai pas envie de me faire du mal et que la situation actuelle me fait du mal.
Nous verrons bien.
l'amour n'est pas un long fleuve tranquile... je le sais au fond de moi et j'apprends chaque jour à composer avec ça même si parfois j'ai des coups de faiblesse ;-)
Quoi qu'il en soit je me sens tout de même bien plus en phase avec moi-même depuis que j'assume mon désir d'amours libres, sans exclusivité.
Ca n'est pas facile c'est vrai mais pour l'instant ça me va.
J'avoue que la nouveauté de la situation m'a quelque peu déroutée je ne m'attendais pas à vivre une relation comme celle-là.
Et je sens que la clandestinité c'est vraiment pas pour moi;

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 mars 2015 à 21h31

le polyamour et la clandestinité sont certainement des opposés. Cela ne veut pas dire que ce soit mal vécu par certaines personnes, mais moi aussi j'ai fini par me faire du mal, alors c'était mieux de rompre. Parfois, s'extraire d'une situation mal vécu, c'est bénéfique. Aujourd'hui, le mal vécu, je lui tourne le dos et si une tierce personne est à l'origine de ce mal être, je prend la précaution de dire adieu avec un minimum d'explications, mais ma décision devient irrévocable et à jamais.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion