Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Dire à l'"autre" à quel moment on voit une autre personne ?

#

Julie (invité)

le mardi 29 avril 2014 à 18h20

Merci beaucoup ! c'est vraiment très intéressant ! Le fait que votre mari ait appelé cet homme m'apparait comme extraordinaire ! Cela me donne plein d'espoirs

#

(compte clôturé)

le mardi 29 avril 2014 à 18h47

Extraordinaire, oui oui, chut faut pas lui dire, il va avoir la grosse tête :-D

Plus sérieusement, ce qui est valable pour mon mari et moi, ne l'est pas pour d'autres couples.

Aussi les conseils précédents et le fait que tu doives gérer tes relations extérieures à ton rythme, enfin que rythme de la relation, me parait essentiel. Mettre les choses au clair également. Dire par exemple que l'on ne prendra pas sur le temps passé avec l'un pour le passé avec l'autre. Eventuellement, dans ces cas là, passé du temps équitablement (enfin le plus possible) avec les deux en même temps.

Moi j'adore si je suis entourée de plusieurs de mes affectifs. Là c'est moi qui me sent extraordinaire (mince mes chaussures me serrent tout d'un coup, oups ! :-D ), enfin disons extraordinairement aimée.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 29 avril 2014 à 19h49

Coté pratique, c'est tout simplement que je ne cache, retiens rien, et dis ce qui me trote dans la téte.
Si il y a quelque chose de particulier, chouette ou moins chouette que je vie ou que j'ai vécu dans une autre relation, j'en parle, dis pourquoi j'ai aimé ou pas aimé, qu'on fasse (vive) tel ou tel chose avec tel ou tel chéri. Comme ça on échange sur le sujet dit se qu'on en pense, se comprends encore mieux.
par contre, moi je pense qu'il me faut répondre à toutes les questions, j'ai une aversion pour les mensonges et les non-dit, donc je me l'impose également.
Je dis que je vois tel ou tel chéri, tout simplement quand on me demande si je suis dispo, ou si on parle de ce qu'on à fait la veille par exemple.
Par contre ils savent, ont entendu parlé de mes autres chéris et qu'ils peuvent me demander ce qu'ils veulent à ce sujet, je pense que ça les conforte.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Julie (invité)

le mardi 29 avril 2014 à 20h04

Mince j'aime bien vos trois réponses alors qu'elles sont différentes ! Certaines et certains informent explicitement et d'autres simplement si la question est posée ...Quoiqu'il en soit, je suis vraiment très heureuse de pouvoir en parler avec vous, ça me fait un bien fou ! je me sens beaucoup moins seule :) j'aime bien ce que vous avez écrit, cela me fait avancer.

#

(compte clôturé)

le mardi 29 avril 2014 à 20h06

C'est valable pour une personne célibataire, évidemment...

Moi, personnellement, je n'aimerais pas que l'on me demande de raconter mon intimité avec autrui. Je considère, mais ça c'est seulement pour moi, que je n'ai pas à tout dire ni à tout justifier. Aussi, ne pas répondre à une question si je juge qu'elle sort de ce qu'il y a à savoir et que cela n'apportera rien de constructif.

Par contre, oui, moi aussi je parle des uns aux autres, certains se connaissent, d'autres non. Simplement dire que j'ai passé un peu de temps tel jour avec untel, ou que l'un a des soucis -inutile de justifier de quel ordre- et que je m'inquiète un peu, etc... Je crois que dans un lien, il y a le visible qui doit s'assumer publiquement et l'invisible qui relève du lien lui-même et qui ne regarde personne d'autre.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 29 avril 2014 à 20h57

gcd68
ne pas répondre à une question si je juge qu'elle sort de ce qu'il y a à savoir et que cela n'apportera rien de constructif.

T'as raison je pense, c'est pourquoi de rentrer trop dans les détailles, c'est pas certain que je réponde.
M'enfin aprés tout si ça peut soulager mon chéri, lui éviter d'imaginer des choses encore et encore, pourquoi pas donner des détailles, j'suis pas pudique.
De plus ce qu'on imagine est tjs pire que la réalité.

#

(compte clôturé)

le mardi 29 avril 2014 à 22h16

bodhicitta8
De plus ce qu'on imagine est tjs pire que la réalité

entièrement d'accord

#
Profil

bouquetfleuri

le mercredi 30 avril 2014 à 09h51

Il y a dans ce problème, l'imbrication de deux domaines bien distincts et qui pourtant s'interpénètrent en permanence, dans tous les actes de la relation quand ils existent : le domaine du rapport de confiance et celui du rapport de pouvoir.

Quand la confiance en l'autre permet de poser toutes les questions pour mieux organiser le temps, la relation, l'attente, le retour, le rapport de force incite à collecter toutes les informations possibles pour mieux surveiller l'autre.

Quand la confiance en l'autre permet de tout dire ou au moins de pouvoir tout dire, l'emprise de l'autre élève le mur infranchissable d'une soudaine pudeur.

Quand la confiance en l'autre permet de déterminer ce qui va encore augmenter la relation d'un partage intime, le rapport de force conduit à mettre en place des procédures, des procédés et des façons de faire pour que tout se passe bien.

Cela rentre aussi dans le chapitre de la responsabilité qui va traduire tous les efforts faits en commun dans des termes de confiance pour que la parole serve à bien vivre l'ensemble des événements de toutes les relations et non à en faire des supports obligatoires de douleur à surmonter.

J'ai la chance de ne plus être dans le rapport de force, ou plutôt de moins en moins, (ce qui fait qu'à mon âge, il ne subsiste presque plus rien) et cela me permet de profiter de chaque mot de mes amoureuses, ceux qu'elles pensent devoir me dire pour que nous allions bien, tous ensemble.
C'est comme cela que je vois les choses

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 30 avril 2014 à 10h53

il ya beaucoup a dire sur notre façon de vivre ou de concevoir le rapport de confiance et le rapport de pouvoir dans nos relations ... sujet qui mériterait à lui seul une discussion non ?

#

Julie (invité)

le mercredi 30 avril 2014 à 17h54

Informer systématiquement avec qui je passe du temps et quand ne me correspond pas ; alors j'ai proposé de ne pas le faire, tout en répondant honnêtement quand la question m'est posée. j'aime beaucoup les règles sur le fait de dire lorsque quelque chose impacte sur la relation ainsi que de pouvoir poser les questions que l'on souhaite sans être obligé de répondre. je les utilisais déjà avant que se créée une seconde relation et c'était très apaisant. Maintenant j'vais pouvoir me concentrer plus sereinement sur 'sa' jalousie.
Merci infiniment

#
Profil

Leolu

le mercredi 30 avril 2014 à 18h17

Julie
Informer systématiquement avec qui je passe du temps et quand ne me correspond pas ; alors j'ai proposé de ne pas le faire, tout en répondant honnêtement quand la question m'est posée.

Voilà. Comme ça, chacun ses responsabilités :
- celui qui ne veut pas savoir est satisfait
- celui qui veut savoir le peut
- celui qui ne veut pas en entendre parler mais ne supporte pas de ne pas savoir est renvoyé dans ses propres contradictions
- celui qui veut savoir mais qui voudrait ne pas avoir à demander devra assumer clairement sa curiosité

L'idéal serait de ne pas vouloir savoir et d'accueillir simplement ce qui est dit comme si c'était un autre monde qui lui appartient en propre.

Mais pourquoi les gens sont si compliqués ?! :D

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Julie (invité)

le mercredi 30 avril 2014 à 18h28

Oui je suis bien d'accord ! Cela me parait si simple maintenant !

#
Profil

LuLutine

le vendredi 02 mai 2014 à 15h25

JulieEt dans le cas où vous avez choisi d'informer votre "première relation" des jours et de la fréquence à laquelle vous souhaitez voir l'autre personne, comment cela s'est il passé ?

Mal. Enfin, dans mon cas ce n'était pas la fréquence que je "souhaitais" (on avait tous des emplois du temps de ministre, donc bon pas facile de se voir). C'était la fréquence réelle : il avait exigé de savoir quand je voyais quelqu'un ou qu'une nouvelle relation se nouait.
Je le lui ai donc dit systématiquement.
(Je voyais quelqu'un d'autre moins d'une fois par semaine en moyenne, pour te donner une idée.)

Il a fini par partir en m'insultant, alors que j'avais respecté ses conditions.

En fait, il était pile poil dans la contradiction de "celui qui ne veut pas en entendre parler mais ne supporte pas de ne pas savoir ". Tout en sachant que comme il m'avait demandé d'en parler systématiquement sans qu'il ait à me poser la question, je l'ai fait.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion