Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Deux relations centrales

Engagement
#
Profil

Marie-Georges

le dimanche 17 mars 2013 à 22h12

Il y a bientôt 4 ans, je suis tombée folle raide dingue amoureuse de S.
Il y a un an exactement, je suis tombée raide dingue folle amoureuse de JC.
Avec S., c'est depuis 4 ans l'amour passionnel, fusionnel, l'envie de faire des tas de choses - mais aussi de ne rien faire - ensemble. Etre ensemble fait partie des choses qu'on adore. Donc on se voit le plus souvent possible. S. et moi avons évoqué le polyamour dès le début de notre relation amoureuse, comme quelque chose qui nous semblait pas indispensable mais en tout cas sain et chouette.
Au cours de l'euphorie de cette relation, me voilà tombant amoureuse de JC. Etonnement joyeux de constater que l'on peut tomber amoureuse en l'étant déjà ! Après un an de relation pleine de péripéties dues au fait que JC vive le polyamour moins par choix que parce qu'il est avec une poly (moi), nous constatons que nous sommes passionnément amoureux.
Ma situation est donc la suivante : je suis amoureuse de deux hommes. Jusque là tout va bien. Mais mes deux relations sont fortes et s'épanouissent avec un mode de vie le plus en commun possible. Il s'agit de se voir le plus souvent possible. En bref, je cumule deux relations centrales.
En terme d'organisation s'est instaurée une alternance par défaut : un soir je vois l'un, je le quitte le matin, le soir suivant je vois l'autre etc.
J'ai une chance incroyable de vivre deux belles histoires d'amour. Mais tout cela ne va pas sans difficulté : je me sens dans une sorte de tourbillon sur lequel je n'ai pas prise, ma tête me dit souvent que je ne construis rien (mais construire pour construire, on s'en fout, me réponds-je aussitôt), en revanche quid de ces choses (ces choses : vivre avec l'être aimé, faire un enfant.) auxquelles je pensais parfois lorsque j'étais seule, qui sont devenues réalisables et ardemment désirées lorsque j'ai débuté ma relation avec S. puis se sont bloquées avec l'avènement du polyamour dans ma vie ? Ces projets sont tombés dans une sorte d'impasse pour laisser place à mes deux relations, pour ne pas les compliquer. Mais je me sens bizarre, à ne plus suivre ces désirs depuis qu'ils existent pour deux personnes à la fois. Est-ce que quelqu'un-e ici s'est trouvé-e dans cette situation de, je dirais, "bigamie paralysante" ?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 17 mars 2013 à 22h45

Juste une question : Tes deux amoureux accepteraient-ils une vie en commun ?

Ca règlerait peut-être certains problèmes...

#
Profil

alps

le lundi 18 mars 2013 à 01h09

J'aime beaucoup ton message marie georges.

#
Profil

Marie-Georges

le lundi 18 mars 2013 à 07h44

Merci pour vos réponses :-)
LuLutine, en effet cet arrangement aurait des avantages spatiotemporels certains... pour moi. J'y ai pensé, je l'ai évoqué avec chacun mais cela semble surtout contraignant pour eux. Et ça m'embête du coup. (certes je me dis aussi que je dois arrêter de m'attendre à soulever l'enthousiasme avec une solution faite pour n'arranger que moi). Même chose pour le désir d'enfant, chacun me dit que je dois penser à moi. Comme je ne me vois pas bidouiller une solution derrière leur dos, on en parle. S et JC me laissent prendre une décision, tentent de m' aider à en fixer une, mais ce qui prend le dessus finalement, c'est ma (grande) trouille de faire de la peine au "non futur papa" (qui se sentirait exclu) alors... Status quo aussi.
alps, ton appréciation me fait plaisir !

#
Profil

Evavita

le lundi 18 mars 2013 à 12h30

Marie-Georges
Comme je ne me vois pas bidouiller une solution derrière leur dos, on en parle. S et JC me laissent prendre une décision, tentent de m' aider à en fixer une, mais ce qui prend le dessus finalement, c'est ma (grande) trouille de faire de la peine au "non futur papa" (qui se sentirait exclu) alors... Status quo aussi.

Bonjour Marie-Georges,

Ce n'est pas très clair pour moi alors je vais reformuler pour vérifier que j'ai bien compris. Tu as envies d'un enfants. Cet enfant, tu te vois bien le faire avec l'un ou l'autre de tes amoureux et les deux en ont envie aussi (c'est surtout cette partie làdont je ne suis pas sûre) mais tu ne te vois pas choisir un père pour ton enfant "au profit" de l'autre c'est bien ça?

#
Profil

LuLutine

le lundi 18 mars 2013 à 14h34

Au fait, Marie-Georges, tu as regardé le site de Meta, Thomas et Aurélien ?

www.inthemoodforlove.org/Accueil.html

Meta a une fille de Thomas et si je ne me trompe elle envisageait d'avoir un enfant avec Aurélien également.
Mais bien sûr ça nécessite de fonder un foyer à trois, en quelque sorte...

Pour ma part, j'ai des projets de vie avec un seul de mes amoureux et me suis engagée auprès de lui à ne pas élever d'enfants avec quelqu'un d'autre en même temps qu'avec lui, car je sais qu'il ne voudrait pas d'un ménage à trois !

#
Profil

Marie-Georges

le mardi 19 mars 2013 à 00h14

Evavita, oui c'est ça. Un détail : le désir d'enfant s'est précisé dans/avec la relation amoureuse. Le désir a été : faire un enfant avec S. ; ensuite ce fut : faire un enfant avec JC. Personnellement, je ne souhaite pas être parent unique, je veux dire que le désir d'enfant chez moi n'est pas fort au point de faire un enfant seule ou indépendamment du désir d'un papa. Avec mes relations amoureuses actuelles, avec la possibilité de partager la parentalité, mon désir d'enfant est aujourd'hui fort, d'où ma frustration de ne pas le concrétiser.
Concernant le désir d'enfant de mes partenaires, chacun s'est dit prêt à tenter l'aventure avec moi.
Dans cette situation, j'ai simplement peur de perdre celui qui ne serait pas le père de l'enfant, alors je n'ai pris aucune décision, et à ce jour je me sens incapable de faire un choix. Les discussions avec chacun n'ont pas apaisé mes craintes. "Tant pis" peut-il être une réponse définitive à tout cela, je ne sais pas.
Merci Lulutine pour le lien, je connais en effet leur situation, comme tu le soulignes il y a eu construction d'un foyer à trois, ce qui semble inenvisageable de mon côté pour l'instant. Sur ton engagement, je trouve cela fort, je crois bien être incapable de promettre quoi que ce soit de cet ordre à mes amoureux.
En tout cas, cela fait sacrément du bien d'écrire, j'ai l'impression d'avoir avancé d'un petit cran dans ma tête depuis que j'ai couché ces lignes... Alors merci au site et à ses contributeurs-trices d'exister !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Evavita

le lundi 25 mars 2013 à 18h03

Ah oui! Aimer plusieurs personnes ce n'est pas toujours simple. On se retrouve à se poser des questions et à devoir faire des choix qui n'existent pas toujours dans les relations exclusives.
Cependant, ça nous pousse à faire travailler ses méninges pour trouver la façon de vivre qui nous conviendra le mieux. J'aime à croire que cette exercice de réflexion supplémentaire ne peut faire que du bien à nos petits neurones avides d'être mis au turbin.
Cela étant dit, il y a deux choses qui m'interpellent.
* C'est chouette d'avoir des amoureux si conciliant et te laissant la liberté de décider de ce que tu vas faire de ton corps et avec qui. Mais de ce que je comprend, tu ne veux pas faire cet enfant seule. Je peux me tromper mais dans ce cas là, ne faudrait-il pas que tu ne sois pas seule à prendre les décisions concernant la conception de cet enfant? Ta peur de perdre celui qui ne serait pas le père ne vient-elle pas du fait que tu te retrouves seule décisionnaire dans cette histoire?
* Je vois que ton soucis principal réside dans le fait que tu as beau réfléchir, le cheminement logique reste le même. C'est normal quand on est en plein de dedans, ça m'arrive tout le temps et c'est super-énervant! Si j'ai bien tout comprit, ça donne ça : "Je veux avoir un enfant avec S et JC mais je veux que mes enfants habitent sous le même toit que leurs deux parents (fonder un foyer etc...) --> S et JC ne veulent pas habiter sous le même toit --> je ne peux faire un enfant qu'avec l'un des deux --> il faut que je choisissent l'un des deux et "tant pis" pour l'autre --> cela ne correspond pas du tout à ce que je veux --> que faire?"
Je pense que ce qui pose problème c'est qu'il n'apparaît y avoir que deux type de foyers possibles que tu envisages : un que tu fonderais avec JC et S ou un que tu fonderais avec l'un des deux. Et si ce n'était pas les seules solutions? D'après ce que je comprend vous avez chacun un logement actuellement, ne serait-il pas envisageable qu'en mettant vos moyens en commun, vous ayez une sorte de duplex? Deux logements autonomes où chacun serait chez soit mais où les enfants serraient partout chez eux? Et même sans aller jusqu'à là, vous pourriez habiter tous dans le même immeuble sans que ça soit le même appartement... Et encore, là je suis seule, derrière mon écran à faire travailler mon imagination. Mais si vous mettez vos trois cerveaux en commun, ne serait-il pas possible que vous trouviez une solution, votre solution pour que tu puisses fonder une famille avec tes deux amoureux tout en conservant, leurs désir d'autonomie?
On dit qu'il y a autant de façons différente de vivre le polyamour qu'il n'y a de polyamoureux. Il serait donc raisonnable de croire qu'il y ai autant de manière différentes de fonder un foyer polyamoureux qu'il n'y a de familles polyamoureuses. Ce n'est certainement pas simple de se retrouver à concocter sa propre recette du bonheur sans suivre celle que quelqu'un d'autre a trouvé avant nous. et ça doit faire sacrement peur.
Ca me fait penser à ces personnes qui prennent le risque de décider qu'ils vont faire construire eux même leurs propre maison sur mesure au lieux de s'en acheter une toute prête. Ca demande nettement plus d'efforts, mais peut-être que le jeux en vaut la chandelle. ;)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

tentacara

le lundi 25 mars 2013 à 20h59

Salut Marie-Georges,
Comme te l'a dit Lulutine, j'ai été un peu dans la même situation que toi. Un amour, puis un deuxième, que construire, comment, avec qui ?
Les choses, notamment entre mes deux amoureux, sont loin de s'être faites toutes seules. Au stade où tu en es aujourd'hui, après 3 ans avec mon premier chéri et un an avec le deuxième, il n'était absolument pas question pour eux, surtout pour le premier, de cohabiter. Cela a pris beaucoup de temps, de patience et de communication pour en arriver au point où nous sommes aujourd'hui, c'est à dire une cohabitation à mi temps et le projet à court terme de passer à plein temps et d'avoir un deuxième enfant avec mon deuxième amoureux.
Cependant, comme je te le disais, rien ne s'est fait en claquant des doigts. Tout d'abord, pendant la première année, j'ai fait en sorte de les mettre en présence le plus régulièrement possible, environ une fois par semaine, pour faire tomber les rivalités et leur permettre de construire une vraie relation bilatérale, en dehors des nôtres.
Ma règle absolue a été depuis le début que chaque relation devait autant que possible suivre son propre cours. Ainsi, mon premier chéri et moi avions tous les deux envie d'un enfant et notre dynamique de couple avait intégré cette donnée. Cela n'a pas été évident pour mon deuxième amoureux lorsque nous avons pris la décision d'avoir cet enfant car j'étais avec lui depuis à peine un an. Mais nous avons fait de notre mieux pour l'inclure dans les étapes, il nous a accompagné aux échographies, à la maternité, a passé avec nous les premières semaines de la vie de notre fille, ce qui lui a permis de tisser avec elle un lien qui dépasse de loin le nôtre.
Ce n'est qu'à partir de là, à l'automne 2011, qu'il a été évident pour nous que vivre tous ensemble était la meilleure solution. Mon deuxième amoureux se sentait prêt désormais à tenter l'aventure familiale et le premier avait fini par intégrer sa présence comme partie intégrante de notre structure familiale, structure que depuis nous revendiquons avec force et fierté.
Cela leur aura tout de même pris près de deux ans pour s'apprivoiser, se plaire, construire une très belle relation d'amitié et de complicité, se faire confiance.. Rien n'était écrit à l'avance, ce que nous vivons aujourd'hui est le résultat du travail de chacun de nous pour avancer prudemment mais avec détermination vers le but que nous nous étions fixé : construire nos vies avec les personnes que nous aimons, sans se forcer à quoi que ce soit, sans non plus céder à nos peurs.
Aujourd'hui, nous cherchons encore la maison qui pourra accueillir la famille sous sa forme actuelle et le cas échéant s'adapter aux éventuel(le)s nouveaux(elles) arrivant(e)s, mais le principe est acquis et je crois que nous saurons nous y prendre si la famille devait encore s'agrandir : un pas après l'autre, à l'écoute des besoins et des rythmes de chacun, avec l'amour comme moteur et le bonheur de tous comme objectif.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion