Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Peut-on être heureux après avoir jeté l'éponge et quand la culpabilité du désir nous tenaille ?

Témoignage
#
Profil

Fleurdeschamps

le mercredi 15 janvier 2014 à 17h14

Bonjour à tous en ce nouvel an !

Cela fait quelques temps maintenant que je lis et participe parfois à ce site, j'y ai toujours trouvé soutien et réconfort et je remercie pour cela les personnes qui ont pris le temps de répondre à mes interrogations et tous ceux qui par leurs discussions et réactions intéressantes savent toujours relever le débat.Ce site me semble parfois être l'unique havre de paix et de compréhension où trouver refuge dans les moments les plus compliqués de ma vie sentimentale/amoureuse.
Plusieurs choses m'ont interpellée ces derniers mois mais je n'ai pas osé intervenir, étant dans un flou déconcertant de mon côté. Je me permets aujourd'hui d'ouvrir un nouveau fil, avec de nouvelles questions qui me taraudent et je voudrais réagir, d'une part à l'article de Bouquet Fleuri sur le sentiment de culpabilité, ainsi qu'à la discussion de Green-man-outside qui posait la question "Avez-vous déjà jeté l'éponge ?"

Pour résumer ma situation, je me suis découverte polyamoureuse (je crois) il y a à peu près 2 ans, je suis en couple depuis plus de 3 ans, j'ai tenté de discuter avec mon copain qui a toujours rejeté avec amertume la notion des amours plurielles. Mais à force de parler théorie, il a bien compris qu'en pratique j'étais attirée voire que je tombais amoureuse d'autres que lui. Ces lourds moments de vérité ont été source de tensions, nous avons "failli" nous quitter plusieurs fois, surtout ces derniers mois. Avec toujours pourtant l'envie de continuer ensemble.
Il est clair pour lui que ma tendance à chercher sentiments et désir ailleurs est une attitude problématique, inconcevable dans sa vision de l'amour, voire une pathologie à soigner (il me soupçonne d'être atteinte de nymphomanie...).
J'ai donc, par attachement, par amour, par peur de le perdre, à plusieurs reprises préféré le rassurer, poursuivre notre relation monogame et donc mettre de côté mes autres envies. J'ai donc "JETÉ L'ÉPONGE".

Aujourd'hui je me sens souvent très triste, frustrée par ces choix. J'ai même du mal à profiter de notre vie à deux à cause de cette résignation pourtant choisie par moi. Les autres désirs et sentiments sont toujours là mais comme j'ai resserré la vanne, ils ne font que s'accumuler devant l'écluse de mon coeur.
Ma culpabilité est à son comble. J'ai l'impression d'être quelqu'un d'insensible, d'égoïste, alors je me rabaisse et me sens de plus en plus mal dans ma peau.
Chaque "écart" commis par moi est ressenti comme une trahison par lui (par exemple, s'il rencontre un garçon de ma connaissance et comprend que j'ai un intérêt plus qu'amical pour lui). Je ne parle même pas d'écart concret, puisque je ne me les autorise pas, je me contente de petits délires dans ma tête. Mais il me connait trop, je dissimule mal, il voit mon trouble et cela finit en crise.
J'aurais bien pu décider de mener mes petites histoires concrètement dans son dos mais je ne veux pas être malhonnête avec lui, d'autant plus que le sujet a déjà été abordé entre nous et ne passe pas.

Je sens bien que ça ne peut pas durer comme ça. Tiens, hier, j'ai vu le dernier film de Lars Von Trier, Nymphomaniac... et bien que je n'aie pas vraiment d'amants, j'ai fini par me comparer à l'héroïne addicte et fornicatrice sans sentiments... Pourtant contrairement à ce personnage dénué d'empathie, j'ai une conscience de mes actes assez développée. Je ne m'autorise pas à réaliser mes désirs, justement par CULPABILITÉ, déjà présente avant même d'avoir "fauté". Bref, une lutte intérieure impossible à canaliser. Sans compter mon envie paradoxale de poursuivre une relation sérieuse avec mon ami malgré tout.

Le texte de Bouquet Fleuri m'apaise un peu. Car dans notre société, si tout est fait pour attiser nos désirs, ils sont aussitôt jugés et jetés en pâtures à la doxa...
Sincèrement, j'ai l'impression que quelques personnes ici comprennent, mais qu'ailleurs il est impossible de vivre les amours autrement que selon la norme.

Pardonnez-moi de sembler si pessimiste, mais je traverse une période difficile...
J'espère que d'autres ont le moral et parviennent à vivre sereins et en accord avec eux-mêmes, en tout cas je vous souhaite une belle année, sincère et amoureuse :)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Dom

le mercredi 15 janvier 2014 à 18h06

Bonjour Fleurdeschamps,

Quelques commentaires:

Son souhait d'exclusivité n'a pas plus de légitimité que ton souhait d'amours pluriels (même si la pression sociale joue pour lui, votre relation c'est entre vous deux).

Je pense qu'il faut être stricte et que les insinuations sur d'éventuelles pathologies (qui justifieraient tes attirances) cessent. Cela montre son incompréhension (et sa volonté de ne pas comprendre?), et à force de les entendre, le risque de les assimiler comme étant vrai ("en fait c'est moi qui ai un problème") augmente et peut impacter ta confiance en toi (la preuve avec ce film). Tu n'as pas à te culpabiliser d'une chose que tu ne contrôles pas. Tu ne passes pas à l'acte (puisque tu as du contrôle dessus), tu es donc clean vis-à-vis de lui me semble-t-il.

Enfin, prudence, car sur le long-terme, je pense que ce sont les individus qui portent la relation et pas l'inverse. Donc si la relation te fragilise, à terme cela risque de compromettre toute possibilité de la poursuivre. Ce serait pas mal que ton compagnon en prenne conscience. Un amour, ce n'est pas un oiseau qu'on met en cage et qu'on emmène chez le véto dès qu'il regarde par la fenêtre.

Bref, discussions en perspective en restant calme et claire (affirmer ta légitimité de ressentir cela, ça t'enlèvera déjà un poids) et dans le respect (stop aux tentatives, conscientes ou non, de te faire culpabiliser)! Bon courage :)

#
Profil

aviatha

le mercredi 15 janvier 2014 à 18h28

Déjà, je ne sais pas vraiment si ça rentre dans le cadre de la discussion sur "jeter l'éponge" ou si c'est un problème d'un autre genre. Je m'explique. Il me semble que GMO parlait surtout d'avoir fini par renoncer au polyamour face à un conjoint mono qui, s''il comprenait parfaitement les attentes et le fonctionnement de l'autre, était juste incapable de vivre ça à son côté sans souffrir (un peu comme c'est le cas pour Durga, homme parti ou moi-même sur ce forum). Or, là, je n'ai pas l'impression que ton conjoint ai compris vraiment de quoi il en retournait. Du coup, j'ai l'impression que c'est peut-être moins un problème de "compatibilité" qu'un problème de réflexion. Et peut-être qu'il y a une part de solution là.

Ensuite, à part qu'il pense à une forme pathologique, tu ne nous parles pas vraiment de ses réactions. Qu'est-ce qui lui pose problème vraiment ? Un aspect en particulier, un passif avec ça, quelque chose de plus global ? A moins qu'il te croit vraiment malade, auquel cas son rejet est logique, il a tort, certes, mais c'est logique dans son chemin de pensée.

Enfin, deux choses concernant la culpabilité.
1-c'est un cercle qui s'entretient et qui fait de grandes montagnes de pas grand chose. Si tu rencontres un ami à lui, et que d'en ta tête tu te dis "mon dieu qu'il est beau, j'en ferai bien mon quatre heure !", soyons franc, ça passe par la tête de tout le monde, ne serait-ce que par plaisir esthétique. Mais entre se dire ça et chercher à lui sauter dessus dans la cuisine en fin de soirée (je grossis le trait pour que ce soit plus frappant bien sûr), il y a un monde, qu'on ne veut pas forcément franchir en plus. Donc, si toi tu te fais une montagne toute seule d'une seule pensée, en ayant pas forcément plus que ça en tête, il va le ressentir, et ce dire que si tu culpabilise, y a une bonne raison et partir en vrille. Donc premier conseil : arrête de culpabiliser pour des sujets qui n'en sont même pas. Il ne supporte pas l'idée que tu en aimes d'autres ? Soit, je suis mal placée pour le juger, mais je ne crois pas qu'il vive mal le fait que tu trouves mignon le conducteur du bus (ou alors c'est qui a un sérieux problème...).
2-contrairement à ce qu'on dit, la culpabilité a une utilité, une vraie : c'est un sentiment qui nous empêche de faire du mal aux autres. Quand un gamin en maternelle pousse un autre dans une flaque, que ça le fait rire mais qu'il voit que l'autre pleure, il devient tout penaud, et tu peux être sûr qu'il va se passer un moment avant qu'il refasse la même bêtise. Donc elle ne doit pas servir à nous pourrir la vie "oh mon dieu je suis tellement vilaine puisque je pourrais faire ça dans un futur hypothétique d'un univers parallèle" (moi je me verrai très bien en maître du monde maléfique, ça en fait pas un de moi pour autant), elle doit nous servir de guide "je veux ça, ceci et cela. Ah oui mais ceci passe mais ça et cela font du mal à l'autre. Bon, est-ce qu'on peut essayer de trouver un arrangement ? J'ai vraiment très envie de ça, mais je préfère renoncer à cela plutôt que faire du mal à l'autre. Bon, si je lui propose ça mais plus cela, est-ce que ça passe ?" Et ainsi de suite.
Sers-toi en comme d'un outil, un outil qui te sert à chercher à accomplir tes désirs sans bousiller l'autre, qui te dit à quel rythme avancer, à quel moment s'arrêter, à quel moment on peut continuer. Mais ça vaut pas la peine de se noyer dedans :-)

#
Profil

PolyEric

le mercredi 15 janvier 2014 à 18h42

Je n'ai lu que le titre, pas trop le temps pour l'instant, mais je me lance sans hésiter. D'après moi, on ne peut pas être heureux en dehors de son propre fil de vie. Je ne vois pas comment ça serait possible d'être heureux en se forçant à être quelqu'un d'autre que soi. Et pourquoi faire ? Juste pour ne pas pas avoir d'ennui avec les autres ? Déjà pas sûr d'y arriver, et la conséquence, c'est d'avoir des problèmes avec soi-même. Pourquoi les autres mériteraient t-ils qu'on ne les froisse pas, alors qu'ils nous écrasent. Ce n'est pas juste. S'écraser revient à faire une injustice.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Fleurdeschamps

le jeudi 29 mai 2014 à 17h26

Bonjour ! je me permets de répondre à ma propre question (titre du fil)), après quelques mois de bouleversements significatifs dans ma vie.

Non, je n'étais pas heureuse du tout. Alors j'ai repris l'éponge, j'ai fait un grand ménage, balayé la culpabilité et laissé une belle place à tout ce qui devait s'exprimer.

Grâce notamment à tous les conseils et témoignages que j'ai pu lire sur ce site depuis des années, j'ai enfin eu le courage de mes idées et sentiments, les réflexions sont devenues discussions puis actions.

Bon ça fait quelques dégâts, d'accepter d'être soi-même, de faire comprendre à quelqu'un qu'on aime encore qu'on ne peut plus vivre avec lui en déni de soi. Mais quelle libération...

Quel bonheur de vivre enfin en adéquation avec ses désirs, ses sentiments, sa philosophie, son état d'esprit.
Le chemin ne fait que commencer mais je suis fière de m'affirmer aujourd'hui en tant que polyamoureuse, plus seulement platonique et et théorique mais assumée.

Je pensais avoir peut-être peur de la solitude que cela pouvait impliquer, en fait, je ne me suis jamais sentie aussi forte, autonome et épanouie...

Merci :-) <3

#

(compte clôturé)

le jeudi 29 mai 2014 à 17h52

Fleurdeschamps
... je ne me suis jamais sentie aussi forte, autonome et épanouie...

:-D (+)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 29 mai 2014 à 18h18

Fleurdeschamps
j'ai repris l'éponge, j'ai fait un grand ménage, balayé la culpabilité et laissé une belle place à tout ce qui devait s'exprimer.

Tu ne peux pas savoir comme ce que tu dis résonne avec mon évolution actuelle...

Fleurdeschamps
quelle libération...

Quel bonheur de vivre enfin en adéquation avec ses désirs, ses sentiments, sa philosophie, son état d'esprit.
[...] je ne me suis jamais sentie aussi forte, autonome et épanouie...

Je ne peux que plussoyer... (+) (+) (+)
Même si comme toi, je suis encore au tout début du chemin (bien que j'en ai déjà fait pas mal, surtout par rapport à certains, il en reste beaucoup à parcourir).

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 29 mai 2014 à 18h32

fleurdeschamps
Quel bonheur de vivre enfin en adéquation avec ses désirs, ses sentiments, sa philosophie, son état d'esprit.
Le chemin ne fait que commencer mais je suis fière de m'affirmer aujourd'hui en tant que polyamoureuse, plus seulement platonique et et théorique mais assumée.

Je pensais avoir peut-être peur de la solitude que cela pouvait impliquer, en fait, je ne me suis jamais sentie aussi forte, autonome et épanouie...

quel bonheur de te lire !!! <3 (+) <3

LuLutine
comme toi, je suis encore au tout début du chemin (bien que j'en ai déjà fait pas mal, surtout par rapport à certains, il en reste beaucoup à parcourir).

Oui c'est aussi ça la magie de la vie, le chemin n'est jamais fini, il reste tjs à découvrir

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 29 mai 2014 à 18h34

Fleurdeschamps
Alors j'ai repris l'éponge, j'ai fait un grand ménage, balayé la culpabilité et laissé une belle place à tout ce qui devait s'exprimer.

Grâce notamment à tous les conseils et témoignages que j'ai pu lire sur ce site depuis des années, j'ai enfin eu le courage de mes idées et sentiments, les réflexions sont devenues discussions puis actions.

Super que tu sois sortie de la crainte de blesser et du pur théorique que tu racontais dans ton précédent fil.
Et toujours content de lire que des échanges sur ce site peuvent non seulement réconforter, mais conforter tout court.

Depuis combien de temps es-tu passée au concret ?

#
Profil

Fleurdeschamps

le jeudi 29 mai 2014 à 19h20

Merci de vos réponses ! Je suis contente que le dialogue continue, même de façon sporadique, au fil du temps :)

Pour les décisions concrètes, ça fait bien quelques mois (février), c'est encore tout neuf pour moi et il y a des phases d'ajustement : ça fait bizarre d'être libre après des années à se refréner, et j'essaye toujours de ménager les gens autour de toi quand même (même si ça ne marche plus vraiment une fois les illusions balayées). Beaucoup de sentiments et de choses à vivre d'un seul coup, mais ça vaut le coup bien sûr !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion