Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment rentrer dans la vie d'une presque inconnue?

Romantisme
#
Profil

Pinkman

le jeudi 17 octobre 2013 à 17h55

Bonjour,

C'est ma première discussion sur ce forum que je suis depuis un certains temps déjà.

Bon dans l'ensemble je suis quelqu'un d'assez réservé, pudique, je n'aime pas exposer mes envies en public.

A défaut d'avoir plusieurs amoureuse, j'aimerai enfin réussir une belle histoire d'amour avec une femme. Ce que ne veux pas dire que je sois exclusif, je sais que dans la vie tout change,tout est en mouvement.

Ceci dit je commence à y voir plus claire après plusieurs expériences qui m'ont enrichis malgrès leur fin pas toujours heureuse. Et j'étudie fort le sujet pour réussir mon projet.

Alors ma question n'à pas rééllement de rapport avec le polyamour, plus avec l'amour, la rencontre, fréquenter quelqu'un. Je ne sais pas si c'est le bon endroit pour poster ce genre de question, il semblerai que les gens soient intelligents, ouverts d'esprit ici alors, je me lance:

J'aimerais savoir si vous avez des conseils, des idées à me donner pour fréquenter une femme que je croise de temps en temps en allant l'école de mon fils. Elle s'occuppe de mon fils et est très occuppé dans ces moments là c'est donc très difficile de communiquer. Et je voudrait éviter qu'elle croit que je veux la séduire, que j'ai des sentiments pour elle.

Je ne sais pas comment m'y prendre pour disons l'amener à ce qu'on face connaissance et en même temps sans qu'elle se dise que je veux démarrer une relation amoureuse avec elle.

Je veux qu'elle se doute de rien, lui révéler mon attirance beaucoup plus tard, histoire que mon amour pour elle s'installe, et peut-être qu'elle aussi développe un amour pour moi.

Toutes les bonnes idées sont les bienvenues, j'ai bien conscience que ce ne sont pas des choses habituels que de vouloir sciemment cacher son attirance, sa flamme pour quelqu'un. C'est une première expérience de ce type pour moi, je voudrais voir si ça peux marcher, expérimenter ce qu'on peux vivre dans ces conditions.

Et si ça marche pour de vrai comme approche en fait !

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 octobre 2013 à 18h46

Si c'est juste une expérience, je te dirais que tu ne dois pas oublier que tu joues avec tes sentiments, les siens et surtout si en plus ton fils est attaché à elle, donc avec ceux d'un enfant, de ton enfant.

Tu peux te rapprocher d'elle parce que ton toi intérieur joue la sérénade à chaque fois que tu la croises, c'est différent. Si tu te sens mieux dans une approche en douceur, fait-le, en toute légèreté, spontanément, naturellement. Il n'y a pas de bonne méthode. Cette femme est unique, observe là, apprend à la connaître. Je dirai aussi apprend à te connaître vis à vis de ce que tu découvriras d'elle. Que fait-elle émerger en toi ? etc...

Je ne crois pas qu'il y ait une approche miracle. Si tu te poses la question : comment je dois être ? Je te répondrai soit toi-même. Pourquoi vouloir l'amener à quelque chose ? Je dirai, elle viendra à toi si elle le désire.

Bon, perso, si j'étais elle, ce type d'approche m'énerverait plus qu'autre chose. Sans faire du rentre dedans, tout en prenant son temps et en ayant du tact, je n'aimerai pas que l'on m'amène à ... Je suppose qu'elle est majeur et en possession de toutes ses facultés. Moi, j'aimerai pas ça, je penserais que l'on veut me manipuler type drague sournoise, beurk ! En amour (sentiments je parle, pas de cul), les plans bien pensés, j'y crois pas.

Le dernier dicton à la mode "femme qui rit, moitié dans le lit" me provoque de l'urticaire. Pourtant, j'adore l'humour...

Bon après, ça c'est mon ressenti tout perso.

#
Profil

Pinkman

le jeudi 17 octobre 2013 à 19h03

Merci gcd68 pour ta réponse. Quelques précisions :-)

gcd68
Si c'est juste une expérience, je te dirais que tu ne dois pas oublier que tu joues avec tes sentiments, les siens et surtout si en plus ton fils est attaché à elle, donc avec ceux d'un enfant, de ton enfant.

Ce n'est pas juste une expérience.

La vérité c'est que cette femme, m'à scotché, je l'ai regardée dans les yeux pendant que je marchais avec mon fils, elle à fait de même.

Depuis ce jour, je pense à elle, c'est difficile à expliquer, elle me plait, je latrouve belle "au sens large". Et pourtant je ne connais rien d'elle. Juste qu'elle semble réservée, sérieuse, à fond dans dans son travail.

gcd68
Je ne crois pas qu'il y ait une approche miracle. Si tu te poses la question : comment je dois être ? Je te répondrai soit toi-même.

Oui, nous sommes bien d'accords là dessus il faut que je sois moi-même.

Ma difficulté est de l'approcher sur un lieu de travail où elle est occuppée et l'autre difficulté est de ne pas paraitre être un dragueur sournois, ou un dragueur tout cour. Juste une personne qui s'interesse à elle, son métier (c'est peut-être une bonne approche ce que je dit là !!)...Reste que pour cette idée je n'ai pas encore trouvé un crénau où je la sent disponible (beaucoup d'enfants à gérer) à parler.

gcd68
Bon, perso, si j'étais elle, ce type d'approche m'énerverait plus qu'autre chose.

Qu'est ce qui t'énerves dans cet approche ?

Le but ce n'est pas de casser les pieds de cette jeune dame, c'est plutôt de protéger mon amour naissant pour elle, en ne lui révélant rien de mon amour, mes sentiments pour elle.
Jusqu'à à un moment que je ne peux pas déterminer, suffisement long pour ne rien gâcher.

Je pense qu'on peux réfléchir un minimum aux approches qu'on veut pour mieux aimer, conserver l'élan amoureux intact. Après tu ne sembles pas ok avec ça et je me demande pourquoi.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 octobre 2013 à 19h49

Peut être que tu t'exprimes mal ou que c'est moi qui ne comprend pas. J'ai dans l'idée que tu veux "planifier" alors que je n'en voit pas l'intérêt si tu es sincère avec tes sentiments, donc déjà vrai avec toi même. Oui, un regard peut suffire, là je confirme : LE regard qui wahoo !!! Si tu as peur de la passion et de ses effets pervers et nocifs, je comprends. Je trouve cela comme une preuve de maturité. Toutefois, vouloir tout planifier ne servira à rien. Ce qui me gène c'est l'aspect "j'ai tout prévu" car en amour il n'y a rien à prévoir. Tu ne mènes pas un projet dont tu veux rester maitre de A à Z... enfin, je ne sais si tu comprends ce qui me dérange.
En amour, rien n'est prévisible et l'instant T viendra de lui-même. Si tu penses que c'est mieux d'aller lentement, alors va lentement. Là je n'y trouve rien à redire, au contraire. Tu paraitras un dragueur si tu considère que tu la drague. Son métier, tu dit qu'elle s'y applique avec intérêt... et tu as l'air de l'admiré pour cela, dis le lui spontanément. Flatte là si le compliment est réel et sincère, s'il vient du coeur, il ne pourra, je crois être qu'apprécié. Inutile que le créneau de disponibilité soit long, surtout si tu veux prendre ton temps. La preuve, un "simple" regard a suffi...
Perso, conserver l'élan amoureux intact ne rime pas avec réfléchir aux approches. L'amour est pour moi toujours beaux, généreux, chaleureux... quand il est spontané. Je crois que ton instant T si tu le recherches, si tu l'attends, tu ne le trouveras pas. Il n'existe je pense tout simplement pas. Il sera, ou ne sera pas. La qualité de cet instant T n'est pas, à mes yeux, dans le prévisionnel mais dans sa qualité en terme de vérité, de sincérité, d'ouverture à l'autre. Si tu veux t'ouvrir doucement, gentiment, lentement, c'est cool...
En tout cas, je dirai cela mais mon ressenti n'est pas celui de chacun. Tu auras peut être des réactions contraires ou différentes de la part des autres membres

#
Profil

Evavita

le vendredi 18 octobre 2013 à 12h12

Je ne peux parler que de mon expérience mais j'ai remarqué que quand quelqu'un m'approchait avec des attentes, je le sens et je me dérobe.
Pourquoi ne pas simplement chercher à mieux la connaître pour commencer? Si tu es plutôt dans cette optique là, elle ne risquera d'avoir l'impression que tu es trop direct et ça te permettait de confirmer ou non l'impression qu'elle te donne.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 18 octobre 2013 à 13h04

En fait, je comprend pas bien le "je veux qu'elle se doute de rien".
Pas l'intention derrière, hein, l'envie de pas exposer d'emblée tout d'un coup à quelqu'un qui a rien demandé, bon, c'est plutôt sain de ce côté.

Mais désirer que pendant la démarche d'approche elle pense complètement à autre chose qu'à tes intentions amoureuses possibles, faudrait pas admettre que t'as pas de pouvoir sur ça ? Tu connais pas le passé et la sensibilité sociale de cette personne, donc si ça se trouve elle commence à avoir des doutes sur des trucs qui pour toi auraient été anodins, ou zapperait complètement le sens de trucs qui te paraitraient significatifs.

Par ailleurs, tu l'as vue dans un contexte qui lui donne beaucoup d'autres attraits, et qui te donne peu d'informations sur des aspects importants.
Tu es séduit pas ceci-celà chez elle, et ton plaisir à observer ces qualités peut se mélanger au contexte : tu vois l'école, les enfants, son professionalisme... Quelqu'un qui s'occupe des autres. Mais c'est pas forcément des qualités qui agiraient dans une relation entre vous, c'est le boulot ! Ya des femmes de ménage qui travaillent super bien et qui vivent dans une maison bordélique. Sisi.

Du coup, on s'en fout qu'elle te devine ou pas, tu veux du temps pour la connaître.
Si pendant ce temps là, qu'elle aura pour te connaître, tu lui plais pas, c'est pas grave. D'abord parce que c'est le début du rapprochement, que ses réactions auront lieu quand elles auront lieu, qu'elle peut être pas dispo pour ressentir quelque chose à un moment puis l'être plus tard.

Ensuite parce que peut-être dans le temps, une fois sortie de l'effet de halo qui peut agir ici, elle te semblera peut-être être plus une personne concrète, tu ne seras plus à te demander "j'y vais ou j'y vais pas", mais en train de faire avec elle et ses réactions.

Peut-être que elle, elle est pas du tout comme toi pour ce qui est de sentir évoluer un sentiment en elle en ayant regardé de loin, et que tu ne devrais pas essayer de la mettre dans la même position "spectatrice" qu'est la tienne actuellement, parce que chez elle les sentiments apparaissent autrement, sur des détails que tu ne peux pas contrôler.

Peut-être, comme je l'ai suggéré, qu'il y a des trucs qui te plairont pas par la suite.
Si ça se trouve elle ne peut manger que dans le noir et ne s'intéresse qu'aux pompiers et aux aviateurs.

Et puis, peut-être que c'est pas grave, si elle te voit venir à un moment. Elle peut bien réagir, se donner le temps, et si tu lui plais pas, te le faire comprendre. Créer des conditions idéales pour ce moment où elle saura ce que tu veux et ce qu'elle veut, ça peut revenir à le repousser pour pas qu'il arrive.

Bref, fais ce que tu peux faire, des trucs qui te semblent bons à partager, et tu verras si elle est preneuse.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 18 octobre 2013 à 13h21

En fait, il s'agit pas de cacher ou pas cacher les intentions, mais d'en faire quelque chose.
Caricaturalement, lui parler d'un truc en passant, lui donner une chouquette parce que t'en as justement tout un sac sur toi, ça se fait, c'est le genre de choses par lesquelles on commence.

On se sent avec des gros sabots, mais bon, c'est toujours mieux que ne rien faire, et chaque geste ne signifie pas "bonjour vous me connaissez pas vous me plaisez énormément, je veux vous faire l'amour et qu'on s'installe dans un pavillon proche d'une grande ville", mais seulement "j'ai envie de vous parler".

#
Profil

Pinkman

le vendredi 18 octobre 2013 à 14h55

Merci à vous tous pour votre aide.

Gcd68, je pense que je m’exprime mal. La seule chose sur laquelle je souhaite garder le contrôle c’est sur mes paroles/mes actes dans une nouvelle relation. Ne pas dire que je suis amoureux, où que j’ai envie de démarrer une relation amoureuse ou encore l’embrasser comme ça rapidement.

Ce sont des exemples concrets de ce que je veux maintenir à distance (même si possiblement je peux en avoir envie et elle aussi).
Garder la tête froide et profiter de l’élan amoureux (s’il se produit), juste ça, ce qui serait énorme et en fait très important pour la relation

Evavita
Pourquoi ne pas simplement chercher à mieux la connaître pour commencer ? Si tu es plutôt dans cette optique là, elle ne risquera d'avoir l'impression que tu es trop direct et ça te permettait de confirmer ou non l'impression qu'elle te donne

Oui, c’est exactement ça, c’est ce que je veux faire, sans me faire étiqueter direct charmeur . La difficulté actuellement est de trouver un petit moment où elle n’est pas trop occupée avec les enfants.

Je crois que tu as bien compris ma démarche Siestacorta, et ta réponse me fait réfléchir, ce qui est plutôt bon signe !

C’est vrai que je n’ai aucun contrôle sur ce qu’elle peut bien penser.

Par contre j’ai le contrôle sur ce que peux dire, faire et c’est là-dessus que je ne dois pas déraper, ne jamais admettre explicitement qu’elle pourrait éventuellement être la femme avec qui je pourrais passer ma vie », des boulettes de ce genre, qui casserait dans l’œuf un éventuel amour naissant.
Après c’est le temps qui me dira, ça doit se sentir ces choses-là quand ça doit se dire, enfin j’imagine vu que j’y suis toujours pris comme un pied de ce côté-là :-D

Tu fais bien de préciser de garder la tête froide quand tu parles du contexte quand je la regarde. C’est sûr ce n’est pas forcément le reflet de sa personnalité profonde ! C’est au maximum un indice, les gens portent tellement de masques…surtout au boulot.
Ceci dit (réflexion perso en passant) dans son travail je ne suis pas persuadé qu’on peut tenir longtemps derrière un masque, sans un jour péter une durite, c’est très prenant.

Siestacorta
Créer des conditions idéales pour ce moment où elle saura ce que tu veux et ce qu'elle veut, ça peut revenir à le repousser pour pas qu'il arrive.

Yep, c’est aussi ce je me dis en me voyant légèrement patiner dans la semoule pour ne serait-ce qu’attiré son attention et parler, lui donner un bonbon !

Je me dis qu’inconsciemment je dois repousser pour pas que ça arrive, c’est bêta !

Siestacorta
Caricaturalement, lui parler d'un truc en passant, lui donner une chouquette parce que t'en as justement tout un sac sur toi, ça se fait, c'est le genre de choses par lesquelles on commence.

Merci pour les bonnes idées. Alors lui parler d’un truc alors qu’elle est absorbée à essuyer les fesses, rattraper un petit bout de choux qui ne veut pas dormir, j’avoue c’est un sacré défi, car c’est dans ces conditions-là que je la croise quand elle s’occupe du dortoir.

Je la croise parfois attendant avec des collègues le retour des enfants de la cantine, là je ne me sens pas de me lancer devant d’autres personnes. (cf ce que j’ai dit à propos de moi dans mon premier message). Et l’autre temps c’est quand elle accueille les enfants le matin, là c’est plutôt….Indisponible.

L’idée de la chouquette, je prend, mon fils va apprécier :-D

Ce midi, je l’ai croisé dans les mêmes conditions, j’ai demandé si tout s’était bien passé et particulièrement avec mon fils, si elle allait bien… M’à répondu oui sans enchainer sur quoi que ce soit, très occupée. Va falloir que je sois créatif, que je trouve de bonnes idées. Yes i can. 
Je vais plus agir en gardant en tête mon seul objectif "connaître cette jeune femme, lui parler".

Dans 15 jours maintenant...^^vacances scolaires oblige.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 18 octobre 2013 à 15h11

(je suis en bonne partie hors-sujets avec cette réponse, hésite pas à me répondre sur le fil qui te semble le plus approprié)

Bon pour comprendre j'ai lu les quelques posts que tu as écrit avant, et ton idée de "laisser l'amour grandir" est précisée. Je suppose que ça se tient avec ce que tu ressens avec la dame, même si tu pars pas du même principe.

Tu évoques dans l'autre fil des fiançailles, adoucir le passionnel, pas révéler à l'autre son amour pour que le sentiment se fortifie dans le non-dit, conserver l'énergie en ne déclarant pas ni en ne faisant l'amour, chasteté pour se découvrir...

C'est ta façon d'aimer à toi, et là, bon, tant que ça fonctionne pour toi, tant mieux. Je peux être très timide, j'ai une façon de ressentir les sentiments assez complexe, je fais pas toujours comme tout le monde. J'essaie que ça convienne... Whatever works.

Par contre, ces "règles de vie" que tu essaies de développer, dans le cas présent, je me demande si tu imagines de les appliquer à l'insu de la personne.

Ce serait un obstacle pour qu'une rencontre ait lieu et soit vécue comme une rencontre.

Dans une relation, l'autre ne joue pas un rôle dans notre scénario idéal (qu'on lui donne le script ou non), et nous on ne joue pas le notre plus ou moins bien. On vit avec le concret, le présent.
Si tu projettes trop ce qu'est censé être la relation amoureuse, le ressenti amoureux, et les qualités de cette personne (voir plus haut), si tu tiens plus à ces projets/projections qu'à vivre ce qui se passe au moment où ça se passe, tu risque de pas comprendre ce qui se passe, et surtout de ne pas comprendre tout ce qui chez l'autre ne correspond pas à ton scénario de l'amour magnifié.

Et pour ce qui est du sexe, bon, pareil, c'est ton avis, et si ça se trouve la personne peut s'y retrouver, dans ce cas tant mieux.
Mais dans un fil, tu le décris comme un tournant qu'on peut prendre trop tôt, où on perd son énergie amoureuse, et selon toi le sexe peut ne pas faire bon ménage avec l'amour, si c'est pas au bon moment, cela expliquerait beaucoup de relations qui tournent mal.

Je met ça en rapport avec ton désir de "révéler ton attirance beaucoup plus tard" à ton inconnue.
Pour moi, il y a aussi ce rejet de l'expérience directe, là. Si on repousse ou si on pré-scénarise trop d'avance ce qui se passe dans les moments intimes, oui, ils ont toute chance d'être décevants, parce qu'on a pas laissé ces moments se vivre a deux, on les a prémâché.

Deux expériences personnelles, pour concrétiser un peu mon point de vue :

- il y a une fille avec qui je suis sorti, qui me plaisait mais sans plus. Pour être bien honnête, je la trouvais pas belle. Oué, on est bien dans le total inverse de ton idéal, je sais. Ca allait bien, mais ça n'était pas un sentiment très profond. Ben c'est en faisant l'amour, que ça a changé. Je me disais que faire l'amour aurait tendance à me donner le courage de dire "bon, ya pas l'étincelle, c'est chouette mais pas essentiel". En fait, sa beauté, les charmes de l'autre, des petits riens qui ont ensuite été des choses qui m'attachaient à elle particulièrement, je les ai vus en partie par l'intimité. Pas seulement son charme érotique, mais plein de détails qui me parlaient.
Mon énergie pour elle, pour reprendre ton vocabulaire, a grandi et s'est révélée là. Ca complétait ce qui me plaisait "sans plus" par ailleurs, et en faisait un ensemble bien plus fort.

Le sexe, c'est pas qu'un élément mécanique de l'amour, c'est un moment qu'on passe avec l'autre, c'est une intimité totale.
La force qu'il donne sur le long terme, qui dépasse le post coitum animal triste, c'est que les moments de cette intimité nous donnent une confiance en notre corps et notre personne en même temps qu'on construit "à tâtons" une confiance dans le corps et la personne de l'autre.
Si on aime pas ce qui se passe dans notre corps, qu'on souffre, ou que notre satisfaction s'imbrique dans plein d'autres ressentis plus cruels, et si on ne se sensibilise pas à la beauté de ce qui est dans le corps de l'autre alors on peut désaimer, parce que notre façon de ressentir le réel cru ne correspond pas à nos attentes.

- autre expérience : j'ai un penchant pour certaines silouhettes, ET un goût prononcé pour certaines pratiques érotiques, ET dans l'alcôve, j'ai une expérience de mes réactions... pas très valorisante. On va dire que tout ça, ce que je connais de moi, ce que j'attend, voudrais... Ben à la fois c'est moi, et à la fois si je pense que à travers ce prisme-là, je ne parle plus à des personnes, mais à mes fantasmes.

Je ne peux ni m'ignorer, dans ma façon d'espérer et de craindre certains aspects de la vie amoureuse et sexuelle, ni décider que "c'est pas la peine je trouverai jamais", ni ignorer que ces attentes et déceptions ne sont qu'une partie de moi. La fille qui me plaisait pas tant que ça, je l'ai aimée un certain temps, elle m'a fait voir du neuf en moi, et fait vivre plein de trucs que je regrette pas, et malgré mes, hm, prédispositions sexuelles, j'ai vécu et des trucs extras qui n'y ressemblent pas, et des trucs nuls que je tente d'éviter, et parfois des trucs que j'ai adoré et que j'aurai eu tort de pas chercher.

Autrement dit : dans l'expression de nos sentiments amoureux, le mieux est l'ennemi du bien. Parce que s'extasier sur les bienfaits du mieux/exactement comme j'attend nous fait manquer ce que l'autre nous donne, et lui demander des trucs qu'il ne peut pas donner, ou pas comme ça.

L'amour c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on a pas, disait Lacan.
Je comprend que très très partiellement, mais j'en déduis que ce qu'on va prendre dans la relation, c'est pas un mieux, un projet, mais c'est ce qu'on met concrètement dedans : les moments partagés, les chouquettes, le sexe, la présence, l'honnêteté sur ce qui nous attire chez l'autre, l'intimité... Et aussi les doutes, les défauts, les compromis.
Ce qu'on veut / peut partager, en vrai, concret, en dur, pas un projet global qui ne change pas selon la personne avec qui on le fait.

(dés

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Evavita

le vendredi 18 octobre 2013 à 16h21

J'avais pensé à un autre truc aussi mais tout à l'heure, je n'avais que quelques stations de métro pour répondre (quoi que là je n'ai pas des masses de temps non plus donc je vais zappé la partie où je me relis mille fois avant de poster, pardon d'avance pour les erreurs de frappe et d'ortho).

Premier point : J'ai remarqué (ou peut-être une sensation mais en tout cas ça sonne juste quand j'y pense) que les personnes qui échafaudent des "plans d'approches" se retrouve souvent déçus car il y a souvent un truc auquel on avait pas pensé qui va venir contrecarrer le plan initial.
Pour reprendre l'exemple des chouquettes de Siesta : si au lieu de proposer des chouquettes qu'il se trouve que tu as déjà avec toi tu dis : "en voilà un bon plan! je vais passer à la boulangerie, prendre plein de chouquettes, et l'air de rien lui en proposer. Elle va accepter et ensuite j'en profiterai pour lui demander ceci puis celà...". Une fois le plan fait, tu t'éxécutes, tu lui propose une chouquette et là elle te répond :"non merci, je suis diabétique". Comme tu seras trop concentré sur la deuxième partie de ton plan qui vient de tomber à l'eau, au lieu d'en profiter pour en savoir plus sur elle, son diabète etc, tu seras juste en train de te dire "merde, je l'avais pas prévu celle là".

Tout ça pour dire, que j'aimerais insister sur l'aspect spontané qu'il me semble que Siesta a évoqué. Créer des opportunité et penser à profiter de celle qui passe est moins énergivorre et selon moi plus efficace.

Deuxième point : Ca rejoint un peu le truc de départ. J'ai eu la sensation en te lisant que tu essais de trouver "l'approche parfaite", ne pas faire de faut pas etc. En bref, j'ai l'impression que tu es en train de te mettre la pression je ne pense pas que ça va t'aider. Quand on est retard à un rendez-vous important, c'est le moment où on va faire toutes les choses que d'habitude on ne fait pas qui vont nous mettre encore plus en retard. Pourquoi? La faute à cette vilaine pression qu'on se met! De la même manière, ces souvent, quand on se met la pression qu'on devient gauche et qu'on commence à faire n'importe quoi tout en se demandant pourquoi on est en train de s'auto-saboter de la sorte.

Alors tu vas me dire "c'est certainement pas en me disant de ne pas me foutre la pression que je vais cesser de le faire" et tu auras raison (oui, maintenant, je n'ai plus besoin que d'être une pour faire un dialogue, mais je me soigne). Rappelles-toi comme te le disait Siesta que tu ne sais pas du tout si au final cette fille va te plaire et que donc c'est vraiment pas important si tout ne se passe pas comme tu le voudrais, ça devrait déjà un peu t'aider à te détendre. Je rajouterais à ça, que je me dit souvent, que se sont les petites bourdes du départ qui font des bonnes histoires à raconter au petits enfants plus tard (j'aimerais éviter de radoter en leurs racontant toujours les mêmes donc faut que je fasse du stock ;) )

Oulàalà, je me suis trop lâchée, je vais être en retard! Stop thinking and just do it Pinkman! :-D

#
Profil

dominik

le vendredi 18 octobre 2013 à 19h52

je pense comme siesta et evavita : à trop chercher la "situation parfaite" , un peu comme obnubilé , aveuglé par cette recherche de perfection , tu risques de passer complètement à coté ...

la même chose dite autrement => dans ce que tu nous dis , j'ai comme l'impression que tu es surtout à l'écoute de ta recherche de l'instant parfait et que d'être trop dans cette "écoute de comment tu imagines les choses " , ton esprit sera bien moins dispo , aura bien moins de ressources , pour être à l'écoute de ce que pourrait te dire ou essayer de te faire ressentir la dame ...

c'est un peu comme si tu esperais qu'elle ait les mêmes fonctionnements que toi ... ou encore que tu te refusais de voir qu'il y a de très très fortes probabilités pour qu'elle ne fonctionne pas comme toi ..

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Jessy

le lundi 21 octobre 2013 à 22h23

Bonsoir, c'est Pinkman, j'ai recréer un compte, je ne sais pas pourquoi, je n'arrive plus à poster avec mon compte.

Siestacorta
C'est ta façon d'aimer à toi, et là, bon, tant que ça fonctionne pour toi, tant mieux. Je peux être très timide, j'ai une façon de ressentir les sentiments assez complexe, je fais pas toujours comme tout le monde. J'essaie que ça convienne... Whatever works.

Alors pour l’histoire, je n’ai jamais aimé comme ça, enfin c’est tout nouveau pour moi.

Je tente une nouvelle approche, beaucoup, beaucoup plus douce,plus lente, la méthode escargot :-D

Derrière ma démarche il y’à cet objectif comme tu l’à bien lu dans une de mes interventions, de conserver mon amour intact.

Siestacorta
Par contre, ces "règles de vie" que tu essaies de développer, dans le cas présent, je me demande si tu imagines de les appliquer à l'insu de la personne.

Siestacorta
[...]Si tu projettes trop ce qu'est censé être la relation amoureuse, le ressenti amoureux, et les qualités de cette personne (voir plus haut), si tu tiens plus à ces projets/projections qu'à vivre ce qui se passe au moment où ça se passe,[...]

Alors quand tu dis à l’insu de la personne, je dois comprendre, sans lui dire,sans qu’elle soit au courant et qu’elle subisse mes actes en gros ?

En fait, ce que je voudrais c’est vivre tout ça, la découvrir telle qu’elle est, donner ce que je peux lui apporter de bon dans sa vie, si je peux la rendre plus heureuse tant mieux, si je peux l’aider dans sa vie super. Si je peux la faire rire même un petit peu, ça serait génial, si je peux être une oreille attentive, excellent. Bref qu’elle se sente bien, dans un climat propice à son évolution personnelle.
Aussi à moment tu dis que je pourrais découvrir des choses qui ne me plaisent pas. OK, je dis c’est bon aussi, je prends comme elle est, et ses défauts, ses trucs lourds ou bizarres j’en veux aussi…elle ne doit pas être que ça ! Et si elle l’était, c’est qu’il y’a espoir de découvrir de bien belles choses en elle !

Bref je n’attends rien de spécial, juste lui proposer moi Pinkman, lui offrir ma valeur chaque fois que je la vois, en faisant attention de ne pas lui offrir mes tracas, mes travers (en parole où en acte) 

Je veux me contrôler moi au maximum et être à son écoute, si elle m’en donne la chance.

Siestacorta
Et pour ce qui est du sexe, bon, pareil, c'est ton avis, et si ça se trouve la personne peut s'y retrouver dans ce cas tant mieux.
Autrement dit : dans l'expression de nos sentiments amoureux, le mieux est l'ennemi du bien. Parce que s'extasier sur les bienfaits du mieux/exactement comme j'attends nous fait manquer ce que l'autre nous donne, et lui demander des trucs qu'il ne peut pas donner, ou pas comme ça.

Très intéressantes tes réflexions sur les demandes qu’on peut formuler parsque on veut le mieux, on veut respecter un certain idéale.

Alors je pense que le positionnement est très important. Se positionner en offreur, donneur, on propose quelque chose à l’autre. Si l’autre ne comprend pas notre position sur le sujet (la sexualité par exemple), je pense qu’il faut un minimum lui expliquer, lui donner quelques raisons rationnelles….Pourquoi on veut le vivre comme ça.

Tout en rassurant la personne, en étant à son écoute, de ses craintes où je ne sais quoi qui peux apparaitre lors de nos découvertes «  conversationnelles ».

Si quelqu’un à mieux à proposer, des suggestions à ce sujet, ,j’ai lancé un sujet initial qui amène pas mal d’autres questions et je pense qu’on peut s’enrichir mutuellement.

Siestacorta
Je comprends que très très partiellement, mais j'en déduis que ce qu'on va prendre dans la relation, c'est pas un mieux, un projet, mais c'est ce qu'on met concrètement dedans : les moments partagés, les chouquettes, le sexe, la présence, l'honnêteté sur ce qui nous attire chez l'autre, l'intimité... Et aussi les doutes, les défauts, les compromis. 

Oui ! Comme toi je crois qu’on ne part sur l’optique de prendre ce qu’il y’à dans la relation, plutôt ce qu’on met dedans dans cette relation, ce qu’on apporte, je parle de valeurs plus haut, ça rejoint ta réflexion.

Par contre ce qui serait judicieux de ne pas mettre dans la relation, ce sont des choses négatives, toxiques pour l’autre par exemple le doute, les défauts, la colère quand on revient du travail, la tristesse quand on vient de perdre quelque chose/quelqu’un…

De manière générale tout ce qui peut faire mal, inconsciemment ou consciemment à l’autre et qui nous appartient. Dans ces cas-là, vaut mieux sortir, faire du sport, prendre l’air, méditer, dormir, parler à un/une copine (même si je ne suis pas certain que ce soit très sympa de partager ça avec eux)….

Faire des choses pour évacuer ce mal-être et revenir quand ça va bien/mieux.

On revient vers l’autre pour partager avec elle/lui nos valeurs et pas notre purin !

L’impact est énorme, comme ça on ne dirait pas, avec le temps ça mine et l’amour en prend un sacré coup selon mon expérience.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 21 octobre 2013 à 23h05

Jessy Pinkman
je n’attends rien de spécial, juste lui proposer moi Pinkman, lui offrir ma valeur chaque fois que je la vois, en faisant attention de ne pas lui offrir mes tracas, mes travers (en parole où en acte)

Jessy Pinkman
Par contre ce qui serait judicieux de ne pas mettre dans la relation, ce sont des choses négatives, toxiques pour l’autre par exemple le doute, les défauts, la colère quand on revient du travail, la tristesse quand on vient de perdre quelque chose/quelqu’un…

De manière générale tout ce qui peut faire mal, inconsciemment ou consciemment à l’autre et qui nous appartient.

Je sais pas si on peut éviter à ce point là les "choses négatives". Je dis pas que j'ai envie de les partager, mais que, si la relation est profonde, faut faire avec.

Si l'autre est de mauvais poil, souffre d'une partie de sa vie, je ne peux pas la prendre en charge, parce qu'elle est une personne aussi adulte et capable que moi, mais je peux pas non plus ne pas la soutenir.
Si moi je demande jamais un soutien de mon côté, soit ça manque un peu de confiance en l'autre, soit je pars du principe que moi j'aide mais pas elle... Un rapport dans lequel je serais pas à l'aise.

Bref : là encore, fais gaffe à pas passer un idéal de rapport amoureux avant le rapport lui-même, avant les réactions de chacun.

Oui, je disais "à l'insu de la personne", parce que tu commençais avec l'idée de révéler ton attirance sur le tard, de faire qu'elle ne se doute de rien. Comme à côté de ça tu disais qu'il fallait éviter de parler d'amour et de vivre sa part sexuelle, je me disais que ta façon de pas te déclarer au départ pouvait être une mise en condition non-dite pour une relation ultérieure méthode "bonsaï", où on coupe les mouvement spontanés pour arriver à un idéal au final.
Disons que si ça convient à la personne, tant mieux, mais c'est parce qu'elle te connaîtrait toi et qu'elle apprécierait ta recherche que ça marcherait, pas parce que tu aurais pas prévenu que t'es dans ces choix de vie.

#
Profil

LuLutine

le mardi 22 octobre 2013 à 13h21

Pinkman
dans son travail je ne suis pas persuadé qu’on peut tenir longtemps derrière un masque, sans un jour péter une durite, c’est très prenant.

Je ne serais pas aussi catégorique que toi sur ce point.

Siestacorta
s'extasier sur les bienfaits du mieux/exactement comme j'attends nous fait manquer ce que l'autre nous donne, et lui demander des trucs qu'il ne peut pas donner, ou pas comme ça.

C'est tellement vrai. Je crois que beaucoup de gens ne l'ont pas compris, malheureusement, et à force de rester "bloqués" sur ce qu'ils aimeraient obtenir, passent à côté de beaucoup de cadeaux que la vie pourrait leur offrir.

Où en serais-je si j'étais restée "bloquée" sur "mon" "idéal" ? Certainement pas là où j'en suis aujourd'hui, et probablement pas plus heureuse...

Jessy/Pinkman
En fait, ce que je voudrais c’est vivre tout ça, la découvrir telle qu’elle est, donner ce que je peux lui apporter de bon dans sa vie, si je peux la rendre plus heureuse tant mieux, si je peux l’aider dans sa vie super. Si je peux la faire rire même un petit peu, ça serait génial, si je peux être une oreille attentive, excellent. Bref qu’elle se sente bien, dans un climat propice à son évolution personnelle.

En fait un truc me gêne un peu dans ton discours là juste au-dessus...
Tu es en train de dire que tu veux faire plein de choses pour elle (du moins je le traduis ainsi), la rendre heureuse, mais peut-être qu'elle ne te demande(ra) rien ?
Ca peut paraître un peu violent peut-être dit comme ça, mais on se casse tellement la gueule à vouloir donner à quelqu'un qui n'a(vait) rien demandé...que je préfère relever ce passage. Ca me semble très important.

Pour moi, aimer c'est partager, c'est donner oui, mais pas si l'autre n'a rien demandé / n'en veut pas. Et il faut se faire à l'idée qu'on ne peut pas, qu'on ne doit pas s'obstiner à donner si de l'autre côté il n'y a pas de volonté de recevoir.

Je l'ai vécu, des deux côtés du miroir. Il y a des années, j'ai développé un amour très fort (qui est toujours là) pour quelqu'un, non réciproque, et à une époque je m'acharnais à toujours vouloir l'aider, lui "donner" alors que je n'étais pas sollicitée. J'ai fini par me rétamer sévère (honnêtement). Un jour j'ai décidé de ne plus donner lorsqu'il n'y aurait pas de demande explicite. Et lorsque je pensais que mon aide/ma présence ou autre serait appréciée, mais que je n'en étais pas sûre (pas de demande explicite à mon intention, mais parfois des propos pouvant laisser entendre que...), je proposais et s'il y avait refus je n'insistais pas.
Notre relation n'en est amha que meilleure aujourd'hui (je peux pas revenir dans le temps et faire autrement pour comparer, mais bon a priori, c'est quand j'ai arrêté de vouloir donner sans qu'il y ait demande que j'ai arrêté de m'en prendre plein la gueule).

Dans l'autre sens, j'ai vécu une relation (hmm ptet bien plusieurs en fait) où l'autre se lamentait de ne pas suffisamment "[me] rendre heureuse". J'ai eu beaucoup de mal à expliquer qu'on ne "rend" pas heureux quelqu'un, que bien sûr on peut contribuer à son bonheur mais qu'il y a d'autres facteurs qui entrent en compte.
Que par exemple d'avoir le soutien de quelqu'un d'aimant dans une période ou ça ne va pas, même si ça ne règle pas mon problème, c'est déjà précieux, et qu'il n'y avait pas d'obligation de résoudre magiquement toutes mes difficultés, en brave chevalier servant, pour que la relation m'apporte quelque chose !

Bref je me suis fendue d'un petit pavé là, mais fantasmer une relation qui n'a pas encore commencé, en se représentant tout ce qu'on va apporter à l'autre comme tu le fais, ça me semble juste casse-gueule. Donc attention à ne pas fonder trop d'espoirs là-dessus (pas forcément volontairement, ça peut être partiellement inconscient, d'où mon opinion qu'il faut y être attentif).
Si ça se trouve, ta nana, tu lui apportes du caviar, mais elle en veut pas. Et c'est comme ça !

Jessy/Pinkman
Par contre ce qui serait judicieux de ne pas mettre dans la relation, ce sont des choses négatives [...]l’amour en prend un sacré coup selon mon expérience.

Je réagis aussi rapidement là-dessus, parce que je crois qu'on ne peut pas passer à côté des choses négatives, dans une relation. C'est ça aussi, une relation. C'est même pas parce qu'on s'aime que tout doit aller de soi, se passer bien etc.

Justement, une relation c'est aussi accepter la venue de ces choses négatives. Et si nécessaire, trouver comment les surmonter ensemble.

Pour ce qui est de ton expérience, je dirais donc que la mienne est à l'opposé. C'est dans des moments où l'on s'est soutenus (même si ça ne règle pas magiquement les problèmes comme je le disais plus haut) que des relations se sont renforcées.

On dit souvent que c'est dans la difficulté qu'on reconnaît ses vrais amis. Ceux qui sont là même quand ça ne va pas du tout. Même quand tu donnes à voir le pire de toi. Je suis assez d'accord et je ne vois pas en quoi ça serait différent avec les relations amoureuses.

Donc en gros assez d'accord avec Siesta sur ce qu'il t'a répondu.

H.S. pour Siesta : lol, la "méthode bonsaï", j'aime bien le nom ! ;)

#
Profil

bodhicitta

le mardi 22 octobre 2013 à 14h22

dominik (+)
ta recherche de l'instant parfait et que d'être trop dans cette "écoute de comment tu imagines les choses " , ton esprit sera bien moins dispo , aura bien moins de ressources , pour être à l'écoute de ce que pourrait te dire ou essayer de te faire ressentir la dame ...

c'est un peu comme si tu esperais qu'elle ait les mêmes fonctionnements que toi ... ou encore que tu te refusais de voir qu'il y a de très très fortes probabilités pour qu'elle ne fonctionne pas comme toi .. (+)

lulutine
C'est dans des moments où l'on s'est soutenus (même si ça ne règle pas magiquement les problèmes comme je le disais plus haut) que des relations se sont renforcées.

On dit souvent que c'est dans la difficulté qu'on reconnaît ses vrais amis. Ceux qui sont là même quand ça ne va pas du tout. Même quand tu donnes à voir le pire de toi. Je suis assez d'accord et je ne vois pas en quoi ça serait différent avec les relations amoureuses.

ma conclusion et que vos 2 interventions se rejoignent, lorsque on est donc dans l’acceptation des allez à de la vie et des relations,
tout devient parfait si on arrête un peu de courir aprés cette perfection, elle est là tout ce dont on à besoin nous est offert par la vie si on sait trouver le bon point de vu.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion