Polyamour et/ou libertinage ? - Polyamour.info

Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.


Cette page est étiquetée ICRA pour la protection des enfants.

Polyamour et/ou libertinage ?

Sexualités
#
Profil

Polysson

le mardi 15 octobre 2013 à 17h55

Les deux peuvent-ils nécessairement coexister ? Peut-on envisager des relations au long cours qui mêleraient les deux ? Peut-être avec des temporalités et des intensités différentes ? Je lance le débat évidemment parce que ça me concerne et me questionne, en tant que poly débutant et curieux, et libertin avéré.

#

(compte clôturé)

le mardi 15 octobre 2013 à 18h46

A ma connaissance, le libertinage consiste à avoir des expériences purement sexuelles mais ne fait pas intervenir les sentiments. Généralement, et dans un but de ne pas s'attacher, on clarifie cela dès le départ et les libertins que je connais ne pratiquent pas deux fois avec la même personne.

Le polyamour, fait intervenir les sentiments et en général ils sont mis en avant. Le sexe est alors un plus dans la relation affective, une manière de dire "je t'aime" avec le corps ; d'offrir et de recevoir du plaisir.

Je dirai, pour répondre précisément à ta question que si tu as des relations d'ordre libertines à la base mais qu'au final tu t'attaches à quelqu'un émotionnellement et que tu penses que ces sentiments sont d'ordre amoureux, alors tu entres dans une relation amoureuse avec sexe. Si tu penses que ton ressentis est plus d'ordre affectif important mais pas amoureux, alors c'est de l'amitié avec du sexe.

Bon, évidemment, tout ça c'est mon opinion perso et n'engage que moi.

Donc la question est peut-être : qu'est ce que je ressens ?

#
Profil

Polysson

le mardi 15 octobre 2013 à 18h59

Mon expérience, et je peux l'étendre à d'autres cas, est que le libertinage n'est vraiment pas toujours "purement sexuel". Il s'accompagne souvent de relations de confiance articulées autour de l'amitié, et se vit parfois au sein de couples monogames. D'où de grosses complexités du genre "J'aime bien aller au Touchatou avec les Martin, mais j'aime de moins en moins comment tu la touches", etc. Ce qui ressemble, de loin, à des questionnement "poly" comme j'en trouve ici. Mon expérience étant le libertinage en couple mono, je lis un peu tout à travers ce prisme. On fait comme on peut. J'ai vécu des bribes de moments poly à travers ça, mais c'était diffus et inquiétant, un peu. Et par ailleurs mes aventures poly sont plutôt éloignées du libertinage ces derniers temps. Mais oui, tout est une question de ressenti, bien sûr. Reste que je suis curieux de savoir comment les polys voient le libertinage (peut-être justement parce que c'est une étiquette qu'on leur colle et que certains refusent).

#

(compte clôturé)

le mardi 15 octobre 2013 à 19h51

A mes yeux, le libertinage est quelque chose de bien s'il est bien vécu mais de ce que j'en connais personnellement + une conférence sur le thème + lecture de "osez le libertinage" de Pierre Des Esseintes, ça n'a rien à voir avec les sentiments. Ce n'est pas une critique, le sexe est important et avoir une sexualité épanouie est à mes yeux primordial.

Par contre, je ne vois aucun rapport entre libertinage et polyamour. Strictement aucun, sauf qu'une rencontre libertine peut amener à une rencontre amoureuse, mais qu'à la base, ce n'était pas désiré, que c'est ainsi, que des sentiments sont venus se greffer dans la relation.

Donc, à mes yeux, les deux sont différents, peuvent être complémentaire mais certainement pas incompatibles. Des polys libertins, j'en connais. Des libertins qui sont devenus polys suite à des rencontres faites par ce biais, j'en connais aussi. Des libertins exclusifs affectivement, j'en connais... et même que moi je suis poly exclusive sexuellement (mais pas affectivement). Donc pour moi, tout est possible et tout existe. Je n'y met aucun jugement, chacun fait comme ça lui convient le mieux :-D (+) <3

L'important est là, je pense...

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 15 octobre 2013 à 20h14

Toutes les formules sont possibles.
Et oui on peut très bien être libertin d'un côté (vivre des relations que pour le sexe, que se soit une seule ou x fois avec les mêmes personnes), et de l'autre avoir d'autres relations polyamoureuse.
Et si on est dans un esprit poly, ça voudrait dire que le libertinage de l'un ou plusieurs des partenaires ne soit pas caché aux autres ou à l'autre.

J'ai pratiqué un tout petit peu le libertinage, et j'ai pu rencontrer des gens qui avaient eu des relations durables très amicales, comme de fait tout le monde était au courant (couple avec un célibataire), ça se rapproche bien du polymaour (en supposant bien sûr qu'il s'agisse de libertinage "éthique", avec consentement, sans pratiques imposées, ce qui normalement va avec).
Donc, oui, ça semble en effet arriver que ce ne soit pas purement sexuel, ...les humains ayant une propension à développer de l'attachement et de l'amitié quand ils se plaisent et qu'ils sont en contact plusieurs fois.

Je crois qu'il y a déjà eu des fils là dessus (on a une super fonction recherche à présent ! :-) ), sur les différences entre libertinage et polyamour. (j'ai pas le temps et pas assez "calé" pour développer)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 15 octobre 2013 à 22h57

Une copine (un couple) voudrait s'essayer un peu dans "ce monde" (dans un sauna libertin) m'ont demandé si je voulais bien y aller avec eux, sachant que j'y suis allée quelques fois ils y a des années.
J'en ai donc parlé avec mon <3 chéri <3 (oui chéri avec le possessif on a le "droit:" :-) ), Pour que notre relation se renforce de cette experiance, nous avons eu envie d'y aller d'abord 1 fois ensemble... et non c'est pas pour nous (pas ensemble du moins) voilà la conclusion.
Les sentiments, et d'étre dans la dynamique de construction d'une belle histoire fait la différence avec le libertinage d'aprés moi.
Pendant mes expériences libertines on ne m'a jamais demandé mon nom. Moi non plus, la seule chose qui m'importe c'est de me sentir respectée, bien, et dans l'envie d'aller plus loin.
Relations libertines sont pour moi des relations purement sexuelles, donc pas besoin de connaître les gens, encore moins de les aimer... sinon c'est du "polyamour" si il y a d'l'amour (quel qu'il soit)
mais ça dépend vraiment de chacun de leurs propres deffinitions et de leurs envies...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

dominik

le mardi 15 octobre 2013 à 23h34

@ polysson Reste que je suis curieux de savoir comment les polys voient le libertinage (peut-être justement parce que c'est une étiquette qu'on leur colle et que certains refusent).

me souviens bien dans un autre fill que Eric fifty avait trouvé une belle formule => le seul pts commun que les poly ont ensemble , c'est leurs différences ... je pense que tu devrais trouver autant d'avis différents qu'il y a de poly sur ce site ...

au titre de mon exemple , le libertinage , c' est pas ma came , j'ai essayé quelques fois , et à chaque fois, dans le meilleur des cas c'était le grand je m'emmerde , et parfois , ça courrait à la cataschtroumf .. bref , vraiment vraiment pas ma came .. quand d'autres vont y passer de bons moments , s'y éclater etc ...

et qu'ils soient poly où non n'y change rien .. puisque ça n'a absolument rien a voir ...

et pour la colle , faut pas s'inquiéter non plus , les poly savent décoller , et pas que par leurs idées ..

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 15 octobre 2013 à 23h55

Dans un autre fil je l'ai déja dis aujourd'hui...
la communication c'est la clef

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

atthis.pachamama

le mercredi 16 octobre 2013 à 02h24

Avant tout je pense que les mots polyamour et libertinage sont là pour essayer de décrire des sentiments, des comportements, des habitudes mais pas des gens. On est ce qu'on est, plus ou moins polyamoureux, plus ou moins libertin.
"Bouddah n'est pas Bouddah, c'est pour ça que je l'appelle Bouddah." Les étiquettes ne sont que des étiquettes et elles ne sont que véritablement utiles qu'à partir du moment où on n'oublie pas qu'elles ne sont que ça.
Ceci dit : je me sens correspondre beaucoup au polyamour et s'il m'est arrivé d'avoir une aventure plus de l'ordre du libertinage (puisque pas de sentiment amoureux) elle est s'avérée assez catastrophique puisque l'autre n'était pas sur la même longueur d'onde.
Conclusion, je rejoins bodhicitta8 : la communication c'est la clef ! après les règles c'est pour les jeux de société !
Ce qui est dommage avec les catégories c'est que celui qui se dit libertin va se culpabiliser le jour où il ressentira des sentiments dans une relation et celui qui se dit polyamoureux se culpabilisera s'il n'en ressent pas. Alors qu'au final on n'est que ce qu'on est et c'est déjà pas mal.

Pour répondre à la question de ce que pense un polyamoureux sur le libertinage : mon humble témoignage est que tant que ça rend profondément heureux, c'est forcément un bonne chose.
Après pour ce qui est de la confusion entre polyamour et libertinage, ce qui est surtout usant quand on parle de nos sentiments et qu'on nous croit libertin, c'est surtout de ne pas être compris plus que parce que le libertinage serait "pas bien".

#
Profil

Green-Man-Outside

le mercredi 16 octobre 2013 à 03h11

Polysson
Mon expérience, et je peux l'étendre à d'autres cas, est que le libertinage n'est vraiment pas toujours "purement sexuel". Il s'accompagne souvent de relations de confiance articulées autour de l'amitié, et se vit parfois au sein de couples monogames. D'où de grosses complexités du genre "J'aime bien aller au Touchatou avec les Martin, mais j'aime de moins en moins comment tu la touches", etc. Ce qui ressemble, de loin, à des questionnement "poly" comme j'en trouve ici. Mon expérience étant le libertinage en couple mono, je lis un peu tout à travers ce prisme. On fait comme on peut. J'ai vécu des bribes de moments poly à travers ça, mais c'était diffus et inquiétant, un peu. Et par ailleurs mes aventures poly sont plutôt éloignées du libertinage ces derniers temps. Mais oui, tout est une question de ressenti, bien sûr. Reste que je suis curieux de savoir comment les polys voient le libertinage (peut-être justement parce que c'est une étiquette qu'on leur colle et que certains refusent).

Ce qui résume cette porte bien enfoncée par l'histoire de l'occident : les sentiments ne se contrôlent pas (ou si peu) et seul le contrôle de la sexualité (par la prostitution, l'abstinence, la masturbation ou la pression sociale) permet de maintenir l'illusion de la solidité du cadre monogame d'exclusivité sexuelle. ;-)

Bref, aux questions de ton premier post je réponds "oui".

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Paul-Eaglott

le mercredi 16 octobre 2013 à 09h53

Bonjour Polysson,

La réponse à ta première question dépendra de ce que l'on entend par polyamour -- et force est de constater que les définitions varient beaucoup selon les interlocuteurs.

Dans un fil plus ancien, j'avais ecrit un post qui peut être une réponse.

#
Profil

PolyEric

le jeudi 17 octobre 2013 à 01h20

Définition du polyamour sur ce site : Relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément.

Le mot "Relation" est un terme fourre tout qui veux tout dire et rien à la fois, mais qui est interprété comme "se fréquenter", et non pas "tirer un seul coup". Mais attention, on peut être polyamoureux avec X et Y, et libertin avec Z. Pour aggraver ta compréhension, figure toi qu'il se peut que X ne soit pas polyamoureux, mais soit "seulement" monogame polycompatible (libertin ou non).

Honnête, Franche : (ne pas mentir à ses partenaires ? Dans ce cas, pourquoi deux mots ? Je ne sais pas). Quoiqu'il en soit, les libertins aussi peuvent êtres honnêtes, donc ce mot ne fait pas la différence, sauf peut-être qu'ici, c'est une obligation, alors qu'on dira assez facilement qu'un homme est libertin lorsqu'il va secrètement en club libertin...tromper sa femme (ou la femme tromper son homme), mais bon, ça finit assez facilement par se savoir, donc en général, les couples libertins, sont plutôt francs et honnêtes avec leur partenaire, tout comme les polyamoureux.

Assumée : (ici ce serait plutôt "être fier" ou à défaut "ne pas être honteux", mais attention, seulement vis à vis de ses partenaires. Le fait de se cacher du public ne transforme pas un polyamoureux en monogame, c'est juste pour ne pas être montré du doigt, ne pas perdre son emploi..., donc le mot "assumer", possède la même portée pour les libertins que pour les polyamoureux,, donc pas de différence ici

Sentimentale : terme vague qui semble exclure les relations sans sentiment. En fait, il n'en est rien puisqu'on peut avoir une relation sentimentale avec X et Y et une sans sentiment avec Z, donc le terme n'exclue rien. Le principe est de dire qu'il faut au moins deux relations sentimentales en même temps pour être poly. Et encore, car il est convenu de considérer que quelqu'un qui est capable d'aimer plusieurs personnes en même temps (2 au moins), est polyamoureux, même s'il ne pratique pas. Et il y en a qui aiment les autres sans avoir de relation sexuelle avec eux, ce qui ouvre la porte à tous les possibles et imaginables. Par exemple, si tu aimes ta prof de math sans y toucher et ton voisin de palier sans t'y frotter, et que tu baises à tir larigot avec plein de gens que tu ne connais pas en club libertin, alors tu es un vrai polyamoureux. Si, si, car tu as deux relations sentimentales en même temps. Enfin, il faut quand même que tu avoues à ta prof de math que tu es amoureux de ton voisin, et à ton voisin que tu es amoureux de ta prof de math, ce qui ne sera pas très difficile à faire si tu ajoutes l'information selon laquelle tu n'y touches pas. Remarque : tir larigot est une expression judicieusement choisie :-) ,

Simultanément est un terme que la majorité des polyamoureu(x)(ses) traduisent bizzarement par "chacun son tour". Personnellement, je préfère nettement la vrai simultanéité, mais chacun son truc. Du coup, les libertins sont plus poly que la majorité des polys, car quand ils parlent de simultanéité, ce n'est pas du flanc (et je pèse mes mots :-) ).

Bref, si tu t'y retrouves, tu nous appelles, enfin, pas ce ce soir, car c'est l'heure ou tout le monde dort :-) . Sauf peut-être moi, ce qui confirme l'observation pratique en laboratoire, et que mon copain dominik avec qui je ne baise pas mais que j'aime bien quand-même a rappelé ci-dessus en la déformant légèrement :

Le seul point commun de tous les polyamoureux, c'est qu'ils sont tous différents.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le jeudi 17 octobre 2013 à 02h32

Eric50
Le seul point commun de tous les polyamoureux, c'est qu'ils sont tous différents.

(+)

Tu veux dire... comme les monogames ? Comme les humains en général, même ceux qui sont élevés en batterie sous nos latitudes ? ;-)

#
Profil

PolyEric

le jeudi 17 octobre 2013 à 11h06

Oui, enfin presque. On pourrait s'attendre à ce qu'ils aient des points communs dans la mesure ou ils partagent une philosophie rare. Mais non, en fait. Quand tu vas dans un café poly et que tu es monogame curieux, prêt à te conformer à cette nouvelle notion qu'est le polyamour dans l'espoir de bénéficier d'un petit côté officiel, qu'est ce que tu découvres ? Qu'il n'y a pas un seul polyamour mais autant de polyamour que de personnes dans la salle, et qu'il faut faire le tient, autant dire que le truc n'existe pas et que ce n'était pas la peine de venir pour ça.

Par contre, tu découvres autre chose que tu n'étais pas vraiment venu chercher, mais qui est tout de même une solution très chouette, c'est l'affirmation que tu as le droit d'être différent, d'avoir ton polyamour à toi, et que donc tu ne seras pas jugé, enfin pour ce coté poly seulement, car pour le reste, parfois ça cogne.

Disons donc que les polys affirment peut-être davantage (que la plupart des gens), le droit d'être différent, ce qui finalement, leur donne un vague point commun. Ils sont très différents de ce que la société a tendance à formater mais aussi très différents les uns des autres, surtout sur le sujet qui est censé les rassembler. Certes, ils n'ont pas le monopole de cette caractéristique, on doit surement retrouver ça dans d'autres circonstances, mais ils ont tous cette caractéristique, donc c'est quand même leur point commun.

Il y a plus de points commun entre les invités d'une soirée match de foot, que dans un café poly, sauf que quelque chose frappe en entrant dans un café poly, c'est qu'il n'y a pas un invité qui vit la même chose que l'autre, et tu peux même trouver quelqu'un qui vit tout ce dont tu as horreur sur le plan du polyamour.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

RobotEtourdi

le vendredi 18 octobre 2013 à 00h07

La question de la définition du libertinage est sans fin, tout comme celle de la définition du polyamour.

Je pense que la proposition qui consiste à décrire le libertinage comme "du sexe sans sentiments" n'est pas des plus pertinentes et doit, à défaut, être perçue comme une façon d'écarter les engagements et attentes qui accompagnent d'ordinaire les sentiments dans une vision normée de l'amour.
C'est une façon de dire : "Je suis attiré par toi, mais ne souhaite pas devenir le père de tes enfants", "J'ai envie de coucher avec ton mari, mais je ne veux pas te remplacer", "J'ai envie de toi aujourd'hui, mais pas forcément demain".

Les libertins ne sont pas pour autant des automates qui baisent sans émotions. Je chéris d'ailleurs pour ma part cette connexion intime, cette complicité spontanée, que je noue très souvent avec mes partenaires.

En fait, ne pas appeler "amour" ces sentiments-là est une simple question sémantique. Le mot "amour" regroupe déjà une palette protéiforme de sentiments nuancés, de l'amour romantique à l'amour filial, de l'amour philanthrope à l'amour amical... Pourquoi avoir banni Eros d'entre Philia et Agape ? Pourquoi ne pas considérer que la connexion charnelle est de l'amour, une autre forme d'amour, aussi différente et indépendante que les autres ?

Non, ce ne sont pas les sentiments qui sont absents du libertinage. J'en veux pour preuve, pour prendre un exemple d'amour plus reconnu, le nombre important de couples qui de forment dans ce milieu. La seule chose qui manque, c'est, à l'instar d'ici, le cortège de règles et de symboles qui régissent ces sentiments dans le monde extérieur.

#
Profil

Green-Man-Outside

le vendredi 18 octobre 2013 à 00h11

RobotEtourdi
La question de la définition du libertinage est sans fin, tout comme celle de la définition du polyamour.

Je pense que la proposition qui consiste à décrire le libertinage comme "du sexe sans sentiments" n'est pas des plus pertinentes et doit, à défaut, être perçue comme une façon d'écarter les engagements et attentes qui accompagnent d'ordinaire les sentiments dans une vision normée de l'amour.
C'est une façon de dire : "Je suis attiré par toi, mais ne souhaite pas devenir le père de tes enfants", "J'ai envie de coucher avec ton mari, mais je ne veux pas te remplacer", "J'ai envie de toi aujourd'hui, mais pas forcément demain".

Les libertins ne sont pas pour autant des automates qui baisent sans émotions. Je chéris d'ailleurs pour ma part cette connexion intime, cette complicité spontanée, que je noue très souvent avec mes partenaires.

En fait, ne pas appeler "amour" ces sentiments-là est une simple question sémantique. Le mot "amour" regroupe déjà une palette protéiforme de sentiments nuancés, de l'amour romantique à l'amour filial, de l'amour philanthrope à l'amour amical... Pourquoi avoir banni Eros d'entre Philia et Agape ? Pourquoi ne pas considérer que la connexion charnelle est de l'amour, une autre forme d'amour, aussi différente et indépendante que les autres ?

Non, ce ne sont pas les sentiments qui sont absents du libertinage. J'en veux pour preuve, pour prendre un exemple d'amour plus reconnu, le nombre important de couples qui de forment dans ce milieu. La seule chose qui manque, c'est, à l'instar d'ici, le cortège de règles et de symboles qui régissent ces sentiments dans le monde extérieur.

Raaaaaah, comment je plussoie! (+)
[et pourtant je ne pratique pas le libertinage]

Magnifique analyse! (+)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 18 octobre 2013 à 00h22

Dans la définition du polyamour, moi je remplacerais bien "sentimentale" par "intime"...

Bon, je suis un peu hs peut-être...

#
Profil

dominik

le vendredi 18 octobre 2013 à 00h27

@ robot étourdi , tres bien pensé , très bien écrit .. mais je ne partage pas ... chacun ayant sa définition , vision , de l'amour qui lui est propre ..

je suis déjà allé en club libertin , et je me suis montré incapable "d'aimer" dans ce contexte .. mes ressentis , pts de vue etc sont donc différents ...

par contre , d'accord avec toi quand tu dis que c'est une question de sémantique

par contre bis , que certains , certaines y trouvent de l'amour .. oui , bien entendu ... et je dirai même heureusement ... d'une certaine façon , je trouve cela rassurant que certains(es) y trouvent de l'amour ... et de la même façon , il doit bien y avoir également des ceusses qui y expriment une certaine "mécanique" de la baise , ou encore d'autres qui s'y rassurent leur "amour" propre , et j'en ai même connus qui y allaient parce que ça leur procurait un effet "calmant anxiolytique" selon leur propre formule ... pour eux, c'était un besoin ( dans le sens besogne / soigner ) .. et encore d'autres qui y allaient parceque selon eux , ils y trouvaient une forme de "sécurité ", dans le sens : j'ai peur de l'amour et de ce que cela peut entraîner comme souffrance, alors je vais en club libertin pour baiser sans tomber amoureux ...

on doit pouvoir décliner les exemples à l'infini de toutes les finesses et nuances qui font les différences , les vécus , les ressentis ... donc , là je suis d'accord => La question de la définition du libertinage est sans fin, tout comme celle de la définition du polyamour.

et là , question de pt de vue => Pourquoi ne pas considérer que la connexion charnelle est de l'amour, une autre forme d'amour, aussi différente et indépendante que les autres ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 18 octobre 2013 à 11h18

Perso, quand je fréquente ce milieu c'est uniquement pour m'exhiber. J'ai découvert ainsi beaucoup sur moi, sur mon corps que je continue à trouver banal, mais qui "soigneusement emballé" et "mis en valeur" séduit. Quand je suis en club libertin, j'exprime librement une autre facette de mon moi intérieur et je rayonne tout autant, je me sens largement aussi libre et heureuse, que lors d'une rencontre poly. Je ne me suis jamais sentie menacée ou contrainte de quoi que ce soit. Je me suis toujours sentie respectée et à ma place.
Je crois que le libertinage est quelque chose de merveilleux s'il est bien vécu. Malgré une première "approche" désastreuse (car non planifié et des conditions beurk, beurk, beurk), j'aime aujourd'hui a fréquenter quelque peu des libertins. Je suis d'ailleurs en contact avec certains qui m'apprécient telle que je suis et qui me respectent avec mes conditions.
Le libertinage avec sexe ne me conviendrait pas et serait très mal vécu. Donc, oui, nous sommes différents face à cela et les conditions de concrétisation sont importantes. C'est en tout cas mon avis.

J'ai vu récemment un nouveau reportage sur le naturisme, je crois que c'est pareil, certains n'ont pas de pudeur et se sentent naturellement à leur aise nu, et d'autres ne peuvent pas. Je crois que ce n'est pas uniquement une question de complexes ou d'aimer son corps. Certains sont à l'aise avec ça, d'autres pas.

#

(compte clôturé)

le vendredi 18 octobre 2013 à 18h55

Je rectifie l'une de mes phrases qui peut être mal interprétée : je fréquente le milieu libertin par le biais de manifestations type "salon de l'érotisme". Donc le terme club est peut être mal à propos. Toutefois, l'ambiance est similaire... Ne pas mal interprété mes propos au sujet de cette discussion. L'exhibitionnisme et le voyeurisme sont deux composantes du libertinage (il y en a de nombreuse) et rien n'oblige au sexe dans les endroits où les libertins se réunissent. Etre libertin, c'est avant tout être bien dans son corps et libre dans sa vie sexuelle. Ce n'est pas contraire à la polyaffectivité et peut même parfaitement la compléter. Je vais répondre en MP à tous ceux qui se sont interrogés sur mon précédent msg. Il y a mélange, amalgame et confusion, je pense.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion