Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.


Cette page est étiquetée ICRA pour la protection des enfants.

Parler du sexe avec amour

Sexualités
#
Profil

ERIC_48

le mardi 09 mars 2010 à 14h57

L'amour sexuel cosmique
La sacralisation du sexe
L'amour mystique
La fusion
Le mélange
L'envolée
Les ondes qui passent
L'électricité

Je ne sais pas bien te parler de ça, mais toi tu sais, n'est ce pas ?

#
Profil

Drya

le mardi 09 mars 2010 à 15h23

Le fil sur l'épilation te plaît pas peut-être?... :-D

#
Profil

ERIC_48

le mardi 09 mars 2010 à 15h30

Si, si, j'en ai lu des bouts, mais je bosse en même temps, donc c'est lent.
Je vais y venir, t'inquiète pas.
Pour celui-ci, c'est Insognare qui voulait que je le crée pour ne pas polluer le fil sur les MST, car elle et moi avons un peu perturbé le fil MST en disant que ce n'était pas trop glamour, et elle avait encore des choses à dire, donc voilà, c'est fait.
En fait, j'ai un peu peur qu'il soit quasiment vide ce fil, parce qu'il vaut mieux faire l'amour que d'en parler, et c'est quand-même difficile de faire passer le cosmique avec des mots, mais j'ai pris mon courage à deux mains.

#

(compte clôturé)

le mardi 09 mars 2010 à 18h04

Merci Eric. <3
Sérieusement, j'osais pas le créer.
Maintenant on verra bien ce qui pousse dedans, au fil des mois.

#
Profil

Tchu

le mercredi 10 mars 2010 à 17h32

Le sexe, ça commence où, pour vous ?

www.sexactu.com/2010/03/08/ou-commence-le-sexe/

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 mars 2010 à 17h37

:-D Excellent. Mais est-ce tu ne pourrais pas ouvrir un autre fil pour ça stp ?
Je le ferais bien mais on ne verra plus ton avatar si je copie.

Edit : conseils pris, je le copie dans un nouveau fil, d'autant plus que c'est quand même un sujet à part entière de savoir où commence le sexe, et je crois que c'est bien s'il est visible.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 mars 2010 à 22h04

"Il y a je le sais des traces sur le vide,
des blessures qui dessinent le chaos de mon cœur.
Je suis au labyrinthe où je me suis perdu
en rêvant de me perdre sans retour avec toi.

Sans retenue j'avoue tenir à mes aveux,
à ce cri noir du sang, à ce feu sur les lèvres,
à ce qui porte en moi la marque de tes dents
et ce vertige où l'âme semble trouer la peau.
Je te veux dans mes bras comme au ciel,
je te veux à tous les échos essouflée,
je te veux à bout portant accordée,
je te veux avec moi dans un néant solaire."

André Velter / "L'amour extrême", poèmes pour Chantal Mauduit

#
Profil

usclade

le mercredi 10 mars 2010 à 22h40

Vous allez peut être penser que j'ai du mal à varier mes sources, mais là encore le filon est trop facile à exploiter pour s'en priver...

"Je ne sais pas où tu commences,
Tu ne sais pas où je finis.

Tu as des cicatrices
Là où je suis blessé.
Tu te perds dans ma barbe,
J'ai tes poignets d'enfant.
Tu viens boire à ma bouche
Et je mange à ta faim.
Tu as mes inquiétudes
Et j'ai tes rêveries.

Je ne sais pas où tu commences,
Tu ne sais pas où je finis.

Tes jambes m'emprisonnent,
Mon ventre te retient.
J'ai ta poitrine ronde,
Tu as mes yeux cernés.
Ton souffle me réchauffe
Et j'étouffe tes cris.
Je me tais quand tu m'aimes,
Tu dors quand je le dis."

Moustaki - Je ne sais pas où tu commences

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 08h27

Tu as raison de ne pas t'en priver. Surtout que tout le monde ne connais pas forcément, on a tous nos petits filons de bonheur :-)
Et c'est pas toujous si facile que ça de trouver un texte d'amour qui parle de sexe dans tomber dans le poème érotique basique.
J'aime bien ce fil...ça fait comme un endroit où se ressourcer un peu.

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 08h51

« Je te convie », par mon chouchou Imbert Imbert.

Imbert Imbert
Je te convie
À sentir mon envie
De ce qu'on vit
Quand on comprend mon vis
Qui lui confie
Ses frissons et ses vices
Comme il s'enfuit
Avant qu'il ne sévisse.

Et que si t'es si loin
Ton odeur est en moi
Et que souvent me vient
Ce courant d'air de toi
Que la distance
Est un amour en rut
Un sexe immense
Attaché à son but.

Je te souris avec les yeux,
Je te regarde avec la bouche,
Je te salive avec les deux,
Et avec ton cœur je me touche.

Là dans un lit
Comme les cons se meuvent
Comme on se lie
Sans pourtant qu'on s'émeuve
Accoutumé au coït quotidien
[incompréhensible]
C'est fini, tout va bien.

Toi et moi c'est plutôt
Une épreuve du temps
Comme c'est jamais trop tôt
J'en ai toujours autant
Je déborde d'envie
De te prêter ma vie
Je regorge du goût
De t'en laisser un bout.

Je te souris avec les yeux,
Je te regarde avec la bouche,
Je te salive avec les deux,
Et avec ton cœur je me touche.

Si je t'écris
Que j'y crois
C'est que quand je croîs
Tu cries
Que tu cries
Que t'y crois
Quand je t'écris
Mes cris.

Que bientôt ce sera
Avec la peau et tout
Nos ébats sans les draps
Et mes mains sur ton cou
Ou bien tout à l'envers
Et tes mains sur mon nerf
Ou bien te retourner
Et ton cul sur mon nez.

Houla, il y a un papa
Chez qui ça passe pas
Mais c'est comme ça qu'on aime
Alors j'le dis quand-même
L'entends-tu sermonner
Que là ça va trop loin
Que ton cul sur mon nez
C'est salé c'est pas bien.

Je lui reprends mon âme
Mon organe chantant
J'le montre un peu aux dames
Faut bien passer le temps
Je lui reprends mon âme
Mon organe à deux voix
J'le montre un peu aux dames
Mais te le donne à toi.

Je te souris avec les yeux,
Je te regarde avec la bouche,
Je te salive avec les deux,
Et avec ton cœur je me touche.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Romy

le jeudi 11 mars 2010 à 15h35

Richard Desjardins
L'effet Lisa

Quand on me parle
je ne vois que des lèvres
qui bougent
vainement, vainement.

Sa nébuleuse est venue me happy.
Elle fait sauter mon échelle Richter.

Kamikaze-papillon dans l'fanal
fatal de l'amour.
Foule en moi, full beauté.
Para Lisa.

En prison dans l'frisson,
en Bœing dans l'armoire.
C'est quoi ça, l'univers ?

Roger, Roger, 10 - 4.
C'pas des yeux, c'est des lacs.
C'est toi qui es là.
Je me terre
et toi tu soleilles.

Non mais, non mais,
l'effet que tu me fais.

Si t'es mariée, mois je suis next,
si t'es gaie, moi j'change de sexe.
Oui vraiment,
oui vraiment.

T'es un rayon et moi j'suis une craque.
Maint'nant j'vois clair dans mon pauvre shack.

Ma pourvoirie est ruinée, mon cœur clenché
au piège d'amour.
You are so beauté folle .
Gare au cougar.

Oui, j'avoue l'obsession
à confesse, flambant nu.
On me donne l'absolu.

Où ont-ils mis le port ?
Ma rivière, elle déborde.
Niagara.
Que c'est doux
l'endos d'un nuage.

J'mouille pour le vrai.
L'effet que tu me fais.

#
Profil

pullmarin

le jeudi 11 mars 2010 à 18h03

Euh...
Là pour le coup, il y a un fil de discussion pour les poèmes et chansons...

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 18h06

Pour ceux spécifiquement polys, je crois. :)

Là, c'est plus ou moins sexuel mais sans être poly pour autant.

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 18h26

Oui, quelque chose comme ça je crois...un espace d'expression sensuel.

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 11 mars 2010 à 21h58

Pullmarin, dis nous des mots d'amours, des mots de tous les jours, et ça me ferait quelque chose, si t'en connais la cause.

Des mots mystiques, des mots qui piquent, comme quand tu nique, avec une trique.

S'il te plait, dessine moi une souris verte, qui courre dans l'herbe.
Attrape là par le clito, et montre là à ces messieurs.
Si ça leur fait quelque chose
un escargot tout chaud,
surtout qu'ils n'oublient pas d'mettre un préso.
Et dit à ces messieurs,
que le tremper dans l'huile,
ou le tremper dans l'eau,
ça fait le même boulot.

Car moi je part,
je prend mon quart,
il est trop tard,
pour parler de dard,

avec amour
qui donc s'rait pour
parler glamour
quand tu es sourd

voir dans ses fesses
que de l'herpes
alors qu'y naissent
ceux qui y laissent

des traces épaisses.
Parfois maitresse
parfois détresse
parfois déesse

quand elles t'attirent,
q'tu joue le satyre,
quand tu les tire,
sans bien venir,

ne voit tu pas
que tu n'es pas
bien dans le pas
d'un p'tit papa

tu joue les durs,
quand tu est dur,
est ce que ça dure,
pour sûr par sure

moi je te dit,
que samedi
t'aura le radis
tout plein de plis

un peu comme moi
construit ton toi,
abandonne toi,
fait comme chez toi,

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 22h24

Bravo Eric...c'est courageux de poster ses propres mots.
Et ça sonne bien.

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 11 mars 2010 à 22h39

Merci, Inso, je ne te dis pas ce que me font les compliments, tu le sais déjà...

#
Profil

tentacara

le vendredi 12 mars 2010 à 02h56

"Ne dites pas : "Sa pine est trop grosse pour ma bouche." Dites : "Je me sens bien petite fille quand je cause avec lui."

Pierre Louÿs, Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation

#

mandarine (invité)

le vendredi 12 mars 2010 à 09h13

Eric,c est magnifique!

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 12 mars 2010 à 11h36

Merci Mandarine

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion