Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Nouvelle et besoin de répères... help

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 janvier 2013 à 15h09

avelia
Bonjour !

Merci de ta réponse doudou free. Mais dis-moi, sur quoi te bases-tu pour affirmer qu'"il faut qu'on convienne que notre couple et notre famille doivent être prioritaires"?. Sur quoi m'appuyer pour défendre cela, si une des bases du polyamour, si j'ai bien compris, c'est la liberté et l'absence de contrainte non-choisie ?

Merci encore et belle journée

Mais simplement parce c'est ce que tu veux ! Tu écris :
"En effet, je suis une polyamoureuse qui a besoin de prioriser la relation de couple, je veux dire celle que j'ai avec le père de mes enfants, comme base. Est-ce une erreur ? "
Donc, c'est à vous deux de vous imposer des contraintes-choisies. Mais j'espère que ce n'est pas une contrainte !
Si ça le devient pour lui, c'est qu'il n'est pas un PA et que tu vas le perdre, parce qu'il voudra vivre avec l'autre.
J'espère ne pas être trop brutal, mais fais bien attention.

#
Profil

avelia

le jeudi 17 janvier 2013 à 15h34

Doudou free: Oui bien sûr c'est ce que je veux! Et pour moi ce n'est donc pas une contrainte-contrainte mais une contrainte-choisie. Mais actuellement et vu la relation qu'il a avec son amante (ERN), je crois que pour lui ça serait une contrainte-contrainte... Tu me suis? Est-ce pour autant que je vais le perdre ou qu'il n'est pas PA? Excuse moi si je ne suis pas claire. Et non tu n'es pas brutal, j'aime qu'on me parle avec franchise. Merci donc!

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 17 janvier 2013 à 15h41

Ben dans ce cas, il faut déjà que lui il définisse sa contrainte, quitte à ce que ça te semble insuffisant, comme point de départ, mais après, vous verrez comment vous accorder.

#
Profil

avelia

le jeudi 17 janvier 2013 à 15h56

Oui Siestacorta, car comme le disait Goldmund "ton compagnon semble vivre une relation trés passionnelle, tu parles même de fusionelle. peut être serait-il souhaitable qu'il puisse disposer d'un temps un peu plus important avec sa compagne." Mais c'est dur à admettre pour moi, car c'est en grand décalage avec ce que je souhaite... Toujours cette question du décalage.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 17 janvier 2013 à 16h03

Oui, bon, ça c'est la partie "nouvelle".
Mais il ne veut pas s'installer chez elle, non ? Donc ce qu'il fait avec toi et dans le cadre de la famille, il le voit et l'exprime comment ?
Sa contrainte ne se résume pas à son envie.

Tu n'as pas à admettre le décalage pour lui même, mais connaître les positions, leur fond, leur portée, et savoir ce que veut ton mari par rapport à toi.
Par ailleurs, tu peux aussi déterminer le temps minimal où tu as besoin de le voir, les choses concrètes qui font que tu sens votre relation vivre.... Ne pas rester dans un global "je veux plus et mieux", mais dans "j'ai besoin de ça et de tel jour".

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

avelia

le jeudi 17 janvier 2013 à 16h33

Merci Siestacorta: non il ne veut pas s'installer chez elle, du moins ça n'est pas ce qu'il me dit. Avec moi il dit vouloir des moments de plaisir loin des prises de tête. Là dessus on est d'accord...

Tu dis "sa contrainte ne se résume pas à son envie". C'est pourtant selon cette logique qu'il fonctionne actuellement, qu'il met ses priorités et qu'il fait ses choix.

Par rapport au décalage, c'est aussi une question plus globale pour moi. Comme je l'écrivais plus haut:
"Aujourd'hui la question qui se précise pour moi c'est comment gérer les décalages d'envies, de désirs... ? Comment ne pas se sentir rejeté versus envahit? Comment équilibrer entre sentiments de rejet et/ou frustration du désir (de se voir, de faire l'amour...) et besoin de distance, d'éloignement ? " Car pour préserver une relation on a besoin de passer du temps ensemble et aussi du temps sans l'autre. Mais les besoins en la matière varient forcément non(une fois la ERN passée)?

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 17 janvier 2013 à 16h37

Ben oui, ça varie, mais ce qu'on installe de "basique et constant" influe (en bien ou en mal) les variations...

#
Profil

avelia

le jeudi 17 janvier 2013 à 16h39

Je parle des variations qui existent entre l'un et l'autre membre de la relation, et du décalage que cela occasionne. Pas des variations au cours du temps. Mais du décalage qui arrive à un moment donné.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

zina

le jeudi 17 janvier 2013 à 16h46

En fait, concernant le "envies seulement" cela me semble un peu faux : tu dis apparemment qu'il continue à s'occuper des enfants etc. Donc il inclut d'autres choses que ses envies.

Premier point à éclaircir : a-t-il comme but à long terme de rester avec toi? Si oui, alors on a un besoin direct de sa part et une envie directe de sa part de ne pas te perdre ou te faire vivre une période qui te dégoute un peu de vous. D'où les compromis possibles.

Mais cela, il faut que ca vienne de _lui_ c'est à dire qu'il y ait _en lui_ le but clair de "rester à long terme en couple avec ma femme". C'est une chose qui peut être un peu difficile à demander, mais c'est important qu'il se sente libre d'exprimer cela ou son contraire. Si c'est une envie claire, alors c'est clairement un fonctionnement polyamoureux de son point de vue, et les "conseils" peuvent lui être bénéfique.

Après j'ai déjà vu des situations où le partenaire en NRE n'est pas vraiment au clair avec l'envie de garder l'ancienne relation à long terme, et se contente de suivre ses désirs tout en remplissant les contraintes annexes (style s'occuper de la maison et des enfants).

Enfin, si il y a cette envie de long terme avec toi, c'est important du coup que, comme le dit Siestacorta, tu sois claire sur tes propres besoins, en expliquant ce qui est rédhibitoire pour toi, tout en restant aussi flexible (c'est tout un truc d'équilibriste ca, savoir être clair et flexible en exposant des soucis!)

Bon courage! :) Et puis définir un moment où on mets une parenthèse autour des conflits + un moment de mise au calme juste avant, ca peut être un bon but apparemment :) (Oui, je parle aussi pour moi peut être ^^ )

#
Profil

avelia

le jeudi 17 janvier 2013 à 16h57

Bonjour Zina, merci pour ton message!

"En fait, concernant le "envies seulement" cela me semble un peu faux : tu dis apparemment qu'il continue à s'occuper des enfants etc. Donc il inclut d'autres choses que ses envies."

Oui, je ne parlais que de ses envies par rapport à notre couple, envers les enfants tout va bien, heureusement!

But à long terme avec moi...j'ai posé la question. Il m'a d'abord dit qu'il avait effectivement des doutes, car notre relations est actuellement assez secouée par les conflits. Quelques jour plus tard je lui ai reposé la question et il a dit oui...Mais pas très facilement... Peut-être l'ai-je un peu poussé, et comme tu dis peut-être ne s'est-il pas senti libre d'exprimer ce qu'il ressent. Mais je crois surtout qu'il ne sait pas vraiment, qu'il espère mais doute en même temps, voilà.

Que veux-t dire par "ou te faire vivre une période qui te dégoute un peu de vous."?

"Après j'ai déjà vu des situations où le partenaire en NRE n'est pas vraiment au clair avec l'envie de garder l'ancienne relation à long terme, et se contente de suivre ses désirs tout en remplissant les contraintes annexes (style s'occuper de la maison et des enfants). "
Oui ben je crois que c'est à peu près cela.... :(

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 17 janvier 2013 à 17h40

avelia
Je parle des variations qui existent entre l'un et l'autre membre de la relation, et du décalage que cela occasionne. Pas des variations au cours du temps. Mais du décalage qui arrive à un moment donné.

Message modifié par son auteur il y a une heure.

Les besoins de chacun évoluent de toute façon, qu'il y ait poly ou pas.
Mais même si les gens changent, l'état de votre relation et la qualité de votre dialogue va influer sur ce que vous ferez. C'est pas parce qu'il y a une évolution que ses conséquences sont impossibles à influencer.

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 janvier 2013 à 18h38

Ce qu'il faudrait voir c'est comment est votre relation quand vous êtes ensemble. Par rapport à avant, vous comportez-vous comme des amants ou vous contentez-vous de vivre côte à côte en évitant les heurts ? Avez-vous encore du plaisir à faire des choses ensemble, style sorties, resto, balades... ou réserve-t-il ça à sa nouvelle passion ?

#
Profil

avelia

le jeudi 17 janvier 2013 à 19h04

Merci de votre soutien c'est vraiment précieux...

Siestacorta: Oui bien sûr et heureusement que les relations évoluent, c'est bien le signe qu'on est en vie ;). Mais je ne suis pas sûre d'être bien claire, quand je parle de décalage, c'est quand l'un a un désir ou envie de passer du temps ensemble, de faire l'amour, etc, plus faible ou moins intense que l'autre. Que c'est asymétrique (forcément). Comment gérer-vous cela?

Doudou free: Oui lorsque nous parvenons à nous dégager un temps assez long (disons plus d'une heure), nous arrivons à nous détendre et à retrouver du plaisir à être ensemble. Mais il est vrai que les projets, les sorties un peu atypique, il aurait plutôt tendance à les réserver avec son amante...

#

Simpère (invité)

le mardi 22 janvier 2013 à 19h34

Les questions que se pose Avelia en recouvrent beaucoup sur ce forum en rapport avec "comment partager son temps" "comment traiter équitablement chaque amour", "comment gérer les décalages?" etc. Après 40 ans d'amours plurielles (janvier 1973, ça date...) il me semble que le rapport de forces est inévitable, car il est rarissime que dans un couple pré-existant, le passage au polyamour se fasse pile au même moment, avec la même intensité, etc. Sauf à décider "puisque tu as un amoureux, je vais avoir une amoureuse" et inversement, ce qui serait assez stupide :)
Donc, il y a très souvent des décalages qui ne sont pas faciles à vivre. Au début d'une relation- ce que j'appelle la période hormonale- c'est vrai que la ou les relations préexistantes passent un peu au second plan. Je n'ai jamais cherché à ménager "des moments amoureux dans le couple" quand je voyais mon mari en phase passionnelle quasi monogame et peu désirant à mon égard (son amoureuse ayant demandé une sorte d'exclusivité sexuelle qui plus est") car je sentais que ce serait artificiel et je n'avais aucune envie qu'il se force à faire l'amour avec moi juste parce qu'on l'aurait programmé... Les seules exigences que j'avais concernaient nos moments familiaux, et les meilleurs moments que nous vivions, sans nous forcer le moins du monde, concernaient ce regard identique sur la vie que nous avons, qui fait que même au plus fort de ses passions, il préférait toujours discuter avec moi qu'avec ses amoureuses (comme quoi, le cérébral, c'est vachement important dans une relation...)
A l'inverse, quand j'ai connu des passions envahissantes, je les vivais à fond durant les moments où on se voyait, elles étaient "dans ma tête" dans tous les moments où j'étais seule (métro, boulot, sport...) mais je n'en parlais pas avec mon mari: il savait juste qu'elles existaient, il savait quand je les voyais, mais on n'avait pas de discussions sur ce sujet, qui serait devenu rapidement rapport de forces et aurait gâché les moments ensemble.
Ce qui nous a permis de traverser ces périodes difficiles? La certitude de notre projet de vie commun et aussi le fait de savoir que la période hormonale s'apaise avec le temps, et que brusquement, les plannings redeviennent infiniment plus faciles à décider ensemble. Mais dans la phase passionnelle, c'est irréaliste de chercher à être rationnel puisque la passion est par définition irrationnelle...
Pour la seconde question sur comment gérer les périodes de basses eaux, de baisse du désir de l'un ou de l'autre quand soi-même on a envie (ou l'inverse): sentir que l'amour et les amours ne sont pas tout dans la vie. Le désir purement sexuel, on peut le satisfaire soi-même seule ou avec d'autres, juste pour le plaisir. L'envie d'attentions, d'être importante, de moments intimes, bref l'envie d'exister aux yeux de l'autre cesse d'être douloureuse lorsqu'on cultive le sentiment d'exister 'en soi" et non dans le regard des autres, quand on arrive à ne pas se sentir seul même quand on est seul. Ca prend du temps d'avoir assez d'estime de soi (sans devenir pour autant hyper narcissique) pour ne pas tout attendre du regard des autres. Mais quand ça arrive, quel soulagement!
Bref, après 40 ans de canyoning conjugal dans des torrents parfois houleux, il me semble que vivre sereinement les amours plurielles exige d'apprendre à vivre sereinement la solitude. Mais c'est juste un témoignage, ça ne convient pas à tout le monde, et d'autres auront d'autres solutions.

#
Profil

avelia

le dimanche 27 janvier 2013 à 22h13

Bonjour à tous!

Merci Françoise pour cette riche réponse pleine de vécu.

Concernant les rapports de forces qui sont inévitables, oui en effet, je crois qu'on est en plein dedans et je trouve cette étape difficile. Il faut s'accrocher et avoir beaucoup d'amour en réserve, de la patience et de la confiance... Pour les deux dernière je dois bien admettre que j'en manque parfois, et je compte beaucoup sur ma réserve d'amour pour combler ce manque et passer le cap!

Bien sûr que je ne souhaite pas que mon compagnon se force à quoique ce soit avec moi, et bien sûr que dans l'idéal j'aimerais qu'il parvienne à être vraiment avec moi quand il l'est (moments en famille et moments en couple). De fait, ça semble difficile pour lui d'avoir vraiment envie de moments privilégiés en ma compagnie, et qu'il renoncera beaucoup plus facilement à un moments avec moi qu'à un moment avec son amoureuse. Je peux bien le comprendre,ayant moi-même vécue une forte passion amoureuse avant lui. Mais comme elle était vécue dans le secret, cela ne posait pas les mêmes soucis, et je trouve que je me débrouillais pas mal pour ne pas me laisser envahir par cette passion au détriment de la relation que j'avais avec mon compagnon, pour maintenir le désir et le plaisir d'être avec lui (même que l'énergie de cette relation nouvelle retentissait positivement sur notre relation à tous les niveaux). Il se trouve que maintenant nos relations sont admises, et vécue librement. Ce qui comporte d'autres implications pour notre couple et qui nécessite un autre type d'attention il me semble. Et je constate que pour lui ça n'est pas facile à gérer, et pour moi on plus! Et ce d'autant plus que nous sommes entrés dans une sorte de cercle vicieux (rapports de force?) dans lequel plus je le sens s'éloigner plus j'en souffre et plus j'ai tendance à être demandeuse, et plus cela l'éloigne... Et malheureusement je crois que cela affecte le plaisir à être ensemble, et qu'il semble trouver ailleurs (aspect cérébral compris;-) ) ce qu'il peut trouver avec moi... peut-être suis-je particulièrement négative ce soir, mais je me demande si nous aurons la force de passer cette étape sensible, où si elle nous sera fatale...:-(

Concernant le fait de parler avec son mari d'une autre relation passionnelle, je crois que nous ne disons pas trop sur le sujet. On se raconte parfois si on est sorti, ce qu'on a vu au ciné, mais ça s’arrête là. Je trouve que la transparence est vraiment dangereuse à ce sujet. Une fois il m'a posé une question vraiment intime sur la sexualité que j'avais avec mon amant. J'ai refusé de répondre, ce qu'il a très mal vécu, arguant que cela ne le dérangerait pas de répondre à une telle question le concernant.... Qu'en pensez-vous?

Et oui, le fait de savoir que cela s'apaise avec le temps me fait grand bien, mais je ne veux pas non plus vivre dans l'attente que cela passe...Il n'empêche que de me dire qu'à ce moment là les planning deviendront infiniment plus facile à décider ensemble me ravit. Je trouve cela plutôt épuisant actuellement, mais peut-être avons-nous encore à affiner notre manière de vivre tout cela, car nous, nous sommes de petits débutants :-)

Et pour votre réponse à ma deuxième question, oui la solitude est encore un animal que je peine à apprivoiser. Lorsqu'elle est choisie elle m'est très douce... Mais je n'en fait pas toujours mon amie.

Merci du fond du coeur Françoise pour votre témoignage qui me donne des forces.

#
Profil

avelia

le dimanche 27 janvier 2013 à 23h59

doudou_free
Mais simplement parce c'est ce que tu veux ! Tu écris :
"En effet, je suis une polyamoureuse qui a besoin de prioriser la relation de couple, je veux dire celle que j'ai avec le père de mes enfants, comme base. Est-ce une erreur ? "
Donc, c'est à vous deux de vous imposer des contraintes-choisies. Mais j'espère que ce n'est pas une contrainte !
Si ça le devient pour lui, c'est qu'il n'est pas un PA et que tu vas le perdre, parce qu'il voudra vivre avec l'autre.
J'espère ne pas être trop brutal, mais fais bien attention.

Je relis le commentaire de Doudou free... à quoi faire attention au juste? Et comment?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion