Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les difficultés du polyamour ne sont-elles pas liées à la question de la confiance en soi

Bases
#
Profil

UrbanHymns

le dimanche 25 novembre 2012 à 21h51

La jalousie, la peur, la douleur que peuvent générer le polyamour ne sont-elle pas l'expression d'un manque de confiance ensoi ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 novembre 2012 à 22h26

Je ne sais pas si c'est un manque de confiance en soi et ce qu'il en est pour la douleur, mais je dirai que dans la jalousie amoureuse, l'insécurité engendre un mélange de peur et de colère. Il s'agirait plus d'insécurité, selon moi, que de manque de confiance en soi. Mais ce n'est pas un truc propre au polyamour, pour moi, ça vaut aussi en amour tout court.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Pinklady

le dimanche 25 novembre 2012 à 22h46

Pour sur tout est la je pense.. pour moi c'est une certitude.

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 novembre 2012 à 22h53

Mais ce n´est pas le polyamour qui génère la jalousie. C´est assez négatif de penser ça de l´amour.

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 novembre 2012 à 23h05

Si vous voulez, il y a un article qui s´intitule "la confiance vers l´amour multiple et pluriel" qui est en lien avec votre sujet. /-bx-/La-confiance-vers-l-amour-multiple-et-plurie...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Pinklady

le dimanche 25 novembre 2012 à 23h41

ladyk
Mais ce n´est pas le polyamour qui génère la jalousie. C´est assez négatif de penser ça de l´amour.

Non c le manque de confiance en soi qui genre la jalousie.

#
Profil

LuLutine

le lundi 26 novembre 2012 à 02h29

Oui, le manque de confiance en soi peut générer un manque de confiance en l'autre (et/ou les autres), rendre jaloux et souvent, fait prendre de mauvaises décisions.

Ceci je pense est valable en monoamour autant qu'en polyamour, mais les jaloux ou les personnes qui manquent de confiance sont plus fragilisés à mon avis par une situation polyamoureuse.

Pour revenir au titre d'origine, je pense que des difficultés du polyamour sont liées aux problèmes de confiance en soi. Donc, pas forcément toutes les difficultés, mais un bon nombre, oui.

On peut préciser que ce titre ne sous-entend en aucune façon qu'il n'y a pas de difficultés en monoamour :)

#

Natagada (invité)

le mardi 23 avril 2019 à 20h56

Bonsoir les Polyamours ? ,

J'ai 43 ans , je découvre ma toute première relation depuis peu avec un homme polyamour , je ne connaissais pas encore cette " pratique " si je peux m'exprimer ainsi ?.
Il a déjà une première " Amante " depuis quelques mois , il m'a avoué être tombé amoureux , lui avoir fait une déclaration d'amour et je pense avoir demandé de choisir entre son mari ou lui , alors je dis bien je pense , je n'en suis pas certaine.
Bon me voici qui me greffe dans cette relation , je connaissais leurs l'histoire avant notre rencontre et j'avais hésité de le rencontrer peur de mettre le bazard .
Il me dit qu'il n'a pas de préférence entre nous deux , mais ce n'est pas comme ça que je le ressens . Comme c'est une première pour moi ! De Partager un homme , je pense que j'ai un manque de confiance en moi certains .
Ma question est la suivante , dans le polyamour peut-il y avoir une préférence de partenaire ? Faut-il poser des règles ? Désolé pour ces questions , je me suis inscrite sur ce forum , pour comprendre cette nouvelle façon d'aimer et avoir vos différents avis et obtenir des réponses .

Merci beaucoup ......

#
Profil

Katouchka

le mercredi 24 avril 2019 à 13h42

Bonjour Natagada et bienvenue.

Le polyamour est un mode relationnel.

La confiance en soi est forcément un atout dans la vie de tous les jours pour surmonter toute sorte de problèmes, notamment relationnels.

Même dans la monogamie ou le monoamour, il se peut que quelqu’un qui n’a pas confiance en lui d’imagine Que l’autre le trompe ou qu’il aime plus une une autre personne.

Je ne dis pas qu’il est impossible que ce ne soit pas le cas qu’il ait une préférence mais s’il te dit que non, à priori c’est non.
Peut-être dois tu lui faire confiance non?

Après dans les relations poly il arrive que certaines relations soient prioritaires par rapport aux autres. Ça n’a rien à voir bien souvent avec l’intensité des sentiments. D’autant que cette intensité n’est pas constante dans une relation.

Mesurer cette intensité me semble vain et inutile.

Il est possible que ce que tu ressens soit lié à l’ancienneté de cette relation qu’il entretient. Il y a du vécu et quoi qu’il se passe ce sera toujours là et ça leur appartient. Il tient peut- être à le préserver et toi tu le ressens. Mais ce n’est pas négatif au contraire. Cela montre seulement qu’ilnprend Soin de toutes ses relations.

Bon après je projette beaucoup. Mais bon c’est possible que ça soit ça.

Bon courage

#

Natagada (invité)

le mercredi 24 avril 2019 à 20h33

Katouska

Bonjour , bonsoir et merci d'avoir répondu à mon message .
J'ai une totale confiance en lui malgré tout , je voudrais juste savoir ou il en ai dans ses sentiments envers sa metamour . Comme c'est vraiment tout nouveau pour moi , j'ai besoin de comprendre comment fonctionne les relations des polyamours.
En effet leurs relations est plus ancienne et fut/est très intense et je l'accepte pas de soucis . Même si il me dit qu'il a une préférence pour sa metamour je serais à ce moment-là comment me placer dans notre trouple et les sentiments que j'aurais droit de ressentir . Nous nous sommes promis de ne pas tombé amoureux et je tiens à respecter cette promesse . Je me suis inscrite sur ce forum pour obtenir des réponses , des échanges et lire des témoignages , j'en ai lu quelques uns et certaines situations sont difficiles et d'autres respires l'amour et la confiance , je trouve cela vraiment beau .

Bonne soirée

#
Profil

lanamarie

le mercredi 17 juillet 2019 à 14h01

Natagada et toi tu n'as pas envie d'un autre homme ?

#
Profil

Eveange1

le mercredi 17 juillet 2019 à 15h52

@Natagada, comment se promettre de ne pas tomber amoureux? Les sentiments ne se contrôlent pas, on ne choisit pas de tomber amoureux ou pas, même en se mettant des barrières.

#
Profil

Mark

le mercredi 17 juillet 2019 à 16h25

Eveange1
@Natagada, comment se promettre de ne pas tomber amoureux? Les sentiments ne se contrôlent pas, on ne choisit pas de tomber amoureux ou pas, même en se mettant des barrières.

Pourtant, dans une relation récente j'ai demandé explicitement si elle acceptait que je tombe amoureux d'elle. Elle venait de me dire être en phase de l'être et en avoir peur.

J'ai laché prise avec mes sentiments pour au final me faire ghoster dans les règles de l'art quelques mois plus tard. Résultat, je me retrouve a mettre un mouchoir dessus quand même.

Je ne sais pas s'il y a une leçon à en tirer. Juste que ça pique comme il faut.

#
Profil

bonheur

le mercredi 17 juillet 2019 à 17h30

@Mark. Ceci explique cela.

Tu vas m'en vouloir de ce que je vais indiquer mais comme ces derniers temps je pense que je n'étais plus appréciée, du coup c'est pas grave.

Mark
Pourtant, dans une relation récente j'ai demandé explicitement si elle acceptait que je tombe amoureux d'elle. Elle venait de me dire être en phase de l'être et en avoir peur.

J'ai laché prise avec mes sentiments pour au final me faire ghoster dans les règles de l'art quelques mois plus tard. Résultat, je me retrouve a mettre un mouchoir dessus quand même.

Je ne sais pas s'il y a une leçon à en tirer. Juste que ça pique comme il faut.

Déjà, c'est bien d'indiquer que tu désires le consentement de la personne aimée, pour l'aimer. On devrait en fait dire "je voudrais que accepte que je t'aime" plutôt que le banal "je t'aime" qui attend un renvoi à l'identique. Tu as fait exactement ce qu'il fallait. Ca ne te consolera pas, mais je l'ai fait une fois et la réponse fut (ce ne sont pas les mots exacts) que l'amour était trop précieux pour s'y soustraire, quelqu'en soit la forme. J'ai donc conclu que c'était un accord au moins pour que je l'aime. Ca c'est terminé par un "désolé si je t'ai laissé croire que…" Donc, même quand on s'emploi à tout bien faire de son mieux, on peut se faire ghoster et je doute que ce soit un art. Moi ce fut quelques années plus tard. Et oui, ça pique comme il faut. J'ai été ghoster en acte, mais pas en parole, c'est moi qui finalement est mis un terme à notre lien clair pour moi, toujours dans l'oscillation et surtout dans la non reconnaissance pour lui. Je m'extrais des situations qui ne me conviennent plus, toujours. Je ne dis pas que c'est facile comme décision. Plutôt j'arrive à un point de non retour et je quitte. Parce que souvent, la personne ambigüe ne quitte pas, l'ambiguïté lui convient. Ca atténue les peurs, ou aide à les surmonter.

Quelqu'un qui a peur d'aimer ? La preuve, ça se peut, ça existe. Moi j'appréhende d'exprimer la première fois car j'ignore comment ça va être reçu et surtout quel sera le retour : voyage en terre inconnue. Mais quand j'exprime, je n'ai pas, plus (si petite période de …) aucun doute. Tu as laissé le temps pour l'éclaircissement, alors tu ne pouvais mieux faire.

Par contre, tu veux mettre un mouchoir sur tes sentiments, ou sur le désagrément actuel ? C'est important de savoir si tu occultes désormais ou alors si tu fais ton deuil de la relation. Le mouchoir, pour un deuil, est l'élément indispensable. Alors soit en accord avec tes mouchoirs. Tu souffres, ça pique, ça arrive et il faut en passer par là.

Pour l'instant, laisse tomber la notion intellectuelle de "leçon". Trop tôt, ne saute pas les étapes ! Le deuil demande du temps et de passer par de nombreuses émotions qu'il faut laisser justement sortir. Ne bloque pas. Ne t'en veut pas (ne pas s'en vouloir fait parti du deuil). Conforte toi dans le sens où tu as fait de ton mieux (c'est une autre étape du deuil). Malgré tes récents pics à mon encontre, que je comprend désormais, ils étaient plus liés à ton état actuel qu'à moi ou mes propos (un bouc émissaire extérieur ?). Ce qui n'excuse pas, juste je comprend mieux.

Considère toi en deuil. Convient de ton état. Il sera temps à l'avenir du "pourquoi ?". Ce n'est pas aujourd'hui que tu dois te questionner. L'instant viendra de lui-même, au bon moment.

Si tu en veux à cette personne que tu aimes certainement toujours, calme cette forme de haine ou laisse là au contraire te traverser. Ca dépend des personnes. Moi je laisse me traverser, et ça passe comme c'est venu. Par contre, je sais que je continue à aimer, encore et toujours. Je ne laisse pas un ghoster m'enlever, anéantir le beau que j'ai vécu. Je me rappelle après d'une belle histoire dont la fin est ce qu'elle est. Toujours est-il que l'histoire fut belle :-) et belle <3 .

C'est ma façon "d'encaisser". Sans doute pas pour tout le monde. Je te l'indique et tu en fais ce que tu désires. Et puis, passer sa hargne sur les autres, ce n'est pas sain. Dans la vie, ça pique parfois, c'est ainsi.

#
Profil

Mark

le mercredi 17 juillet 2019 à 19h41

@bonheur

Je n'ai pas relevé à tes dernières piques, mais visiblement le message n'est pas passé.
Ce n'est pas une question de ne pas t'apprécier, c'est le ton que tu emploies qui ne me conviens pas. Tu ne détiens pas la vérité. Je n'ai aucun problème avec un avis donné ;
j'ai un problème quand un avis est donné avec un ton normatif. C'est tout. /hs

#
Profil

bonheur

le mercredi 17 juillet 2019 à 19h53

Ben tant pis. Mon "ton" est ce qu'il est. Et non, pas plus toi que moi ne détenons la vérité. Elle n'est même pas "ailleurs".

Je pensais que tu me connaissais mieux que ça pour interpréter ainsi. Je n'avais d'ailleurs pas compris le message absolument pas explicite. La notion de donner un avis et d'imposer un avis, c'est différent. Ca ne relève pas du "ton" qui ne relève que de ta perception et non de l'expression. Tu vois, il est là le hic, je dirais. Evite de supposer du "ton" que j'emploie à l'avenir, surtout si ce n'est pas à toi que je m'adresse (en plus). J'espère que pour ma part ce sera assez explicite.
Ne confond pas "naturel" et "normatif", stp. Ce que j'exprime et qui sort de moi est naturel et souvent avec peu de philtres. Mon discours, un parmi de nombreux autres ici, n'est que mien et sera perçu… S'il ne te convient pas, tu exclus de ta lecture mes interventions. C'est simple.

Je te laisse à ton implicite et à tes interprétations, du coup.

#
Profil

Mark

le mercredi 17 juillet 2019 à 20h30

@bonheur

Ce sera ma dernière intervention à ton sujet. Je n'interprète pas, je lis.
Si tu ne souhaite pas prendre conscience du ton comminatoire (*) que tu emploies, je ne peux rien pour toi. Ton dernier message ne vient malheureusement que le souligner.

Te cacher derrières "les autres", le "on" etc, n'élève pas le débat. Mais surtout, ne te rabaisses pas à te questionner, Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Comme à ton habitude, tu te retranches derrière l'incompréhension et mauvaise interprétation de l'autre quand tu es interpellée sur tes propos. Soit.

Bien que le français n'est pas ma langue natale, si j'emploie le terme normatif c'est que j'y vois une raison. Que tu n'en saisisses pas la portée me désole, mais c'est comme ça.

Je ne souhaite pas consacrer plus de temps à ce sujet. Tes propos t'appartiennent.
Désolé pour la pollution du fil de discussion.

(*) ton comminatoire: c'est un ton qui ne souffre pas la discussion ; un ton cassant de supérieur à subalterne

#
Profil

bonheur

le mercredi 17 juillet 2019 à 21h01

Alors, afin de ne pas nuire ici, je réagirais désormais uniquement en mp. Avec message d'appréciation préalable de la personne à laquelle je répondrai. Un ton de supérieur à subalterne… merci pour cette remarque qui me conforte dans ma réorientation professionnelle actuelle, finalement. Les débats n'en seront que plus simples et plus constructifs.

Mark, jusque là je t'appréciais, mais tu vois, tu veux changer les autres et ne pas les comprendre pour ce qu'ils sont. Tu comprends de la culpabilité juste dans un "ton" alors que le sujet lui-même n'est pas abordé. Les remises en question ne devraient peut-être pas uniquement concerné que moi. Subalterne… est celui qui se sent diminué, inférieur (c'est ça), celui qui justement ressent de la culpabilité pour un oui ou un non, ou un ton perçu autrement de l'intention de l'interlocuteur.

Ne t'excuse pas pour la pollution que tu génères, alors que tu aurais pu créer un autre fil de discussion ou alors en mp, puisque tu as -encore ?- mon mail direct.

Mes propos sont cassants, ben non, juste adaptés. Tu m'en veux là à l'instant, en me lisant mais tu y réfléchiras plus tard. Je ne me retranche là derrière personne et j'affirme ta mauvaise interprétation. Désormais elle t'appartient, et on s'en fout, du coup. Je te débarrasse de moi et je ne te demande pas ton consentement.

Question me questionner, ben je ne t'ai pas attendu. J'ai un entourage aussi qui est là, aussi comme stabilisateur. Et si j'était la supérieure, il ne serait plus là. L'interrogation de soi… un vaste débat que je n'entretiendrais plus avec toi. Mais oui, dans un espace public, on est un-e parmi tellement d'autres.

mode off, sauf pour expliquer comment fonctionne le mp.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion