Polyamour.info

Hippolyte

Hippolyte

(France)

Participation aux discussions

Discussion : [Jeu] Jeu de rôle

Profil

Hippolyte

le mardi 01 août 2017 à 03h29

Je suis rôliste également.

Pour ceux qui s'intéressent également au jeu de rôle Grandeur Nature, une autrice toulousaine a écrit un GN qui se déroule dans une retraite paisible entre artistes polyamoureux. Nul scénario à suspence ou attaque de zombies dans ce jeu : on joue juste à faire de l'art, à parler de la vie sentimentale de nos personnages, et à être bienveillants les uns avec les autres pendant deux jours.

https://www.electro-gn.com/11259-critique-le-lierr...

Voir dans le contexte

Discussion : Saut dans le vide

Profil

Hippolyte

le mardi 18 avril 2017 à 10h41

Bonjour féé licitée,

Tu te demandes notamment, "comment savoir si je suis une monogame qui se cache derrière l'illusion d'un polyamour heureux en espérant ne pas souffrir et ne pas faire souffrir ?".

Je sais que tout le monde sur ce site ne sera pas d'accord avec moi, mais de mon point de vue, on n'est pas "monogames" ou "polyamoureux" comme on serait homo- ou hétéro-sexuel, mais plus comme on serait vegan ou omnivore : c'est plus une question d'éthique personnelle et de choix, même si c'est un choix guidé par des désirs, des préférences, des goûts et des convictions à soi.

C'est l'envie d'être poly qui fait qu'on le devient, ce n'est pas une question de l'être ou pas "au fond de soi".

Je vous souhaite tout le bonheur possible :)

Voir dans le contexte

Discussion : Ma relation à 3

Profil

Hippolyte

le samedi 08 avril 2017 à 14h33

C'est une question qui revient souvent, et à laquelle c'est difficile de répondre.
C'est déjà difficile d'accorder ses envies à deux, c'est tout aussi compliqué de les accorder à trois.

En revanche, il n'y a pas de choix à faire "à la fin", parce qu'il n'y a pas de "fin", à part dans les films. De mon point de vue, dans la vie, le but n'est pas d'arriver au moment où le couple se fige dans les bras l'un de l'autre en regardant le soleil couchant, et à force de réfléchir à ce qui se passera "à la fin" on se prend facilement la tête sur des trucs purement symboliques et abstraits et c'est dommage.

Tu dis dans ton texte que C. et M. ont une relation également, mais tu n'en parles pas. Comment se passe cette relation ?

Enfin, dernière remarque (mais c'est juste de l'intuition), peut-être que M. se sent menacé par votre relation, à toi et C., et que sa position "à distance" lui fait prendre peur de finir par être éjecté de votre histoire. Peut-être que quand il te demande de dire qu'à la fin ce sera juste vous deux, il cherche juste à être rassuré sur le fait que tu comptes vraiment le garder dans ta vie, et pas juste "si jamais c'est possible d'être à trois".

Peut-être qu'il y a des moyens concrets de le rassurer qui rendraient les choses plus faciles entre vous...

Bon courage, en tout cas !

Voir dans le contexte

Discussion : Accepter le polyamour

Profil

Hippolyte

le mardi 04 avril 2017 à 02h17

Bonjour Evan,

Tu n'es effectivement pas le premier a vivre des expériences de ce genre. Je suis polyamoureux depuis six ou sept ans, et j'ai vu passer pas mal de situations comme ça.

Pour la jalousie, si je peux te donner un avis : je suis quelqu'un de jaloux. La jalousie est un sentiment humain, qui peut être rationnel ou irrationnel mais qu'il est normal de ressentir dans certaines circonstances. Les polyamoureux ne sont pas magiquement immunisés contre la jalousie, mais nous avons un autre regard sur le fonctionnement des relations amoureuses qui fait que ce sentiment prends moins de place dans nos vies.

La jalousie, en tant qu'émotion, peut provenir d'un certain nombre de causes.
J'ai tendance à les classer dans les catégories suivantes :
- la peur, c'est-à-dire le fait de se sentir menacé, remplacé, l'inquiétude que l'autre puisse nous remplacer.
- la honte, c'est-à-dire aussi de la peur, mais la peur d'être jugé(e) comme "cocu(e)", ce qui est un stigmate assez fort dans nos sociétés. La peur du ridicule ou de l'humiliation, puisque l'on a appris que c'était des situations humiliantes.
- la possessivité, c'est-à-dire l'envie de pouvoir sur l'autre, ici l'envie de contrôle du comportement de l'autre.
- enfin la vexation, c'est-à-dire le sentiment de trahison lorsque l'autre enfreint un de ses engagements. C'est un sentiment douloureux, mais celui-là n'existe parce que les engagements existent en premier lieu - ce n'est pas vraiment de la jalousie au sens propre en fait, même si c'est lié à une infidélité (et ici, c'est pas trop la question).

Ce sont, de mon point de vue, des émotions négatives et qu'il faut combattre, mais qu'il est normal de ressentir.

En général, quand j'ai un souci de jalousie, je fais un "pas de coté" : d'abord, j'identifie la source de ma jalousie (qu'est-ce qui me fait peur ? qu'est-ce qui me fait honte ? qu'est-ce que je veux avoir de l'autre ?) et j'essaye de trouver comment combler autrement ce besoin affectif (me rassurer autrement, par exemple).

J'espère que vous trouverez un moyen d'être heureux.ses les un.es et les autres... :)

Hippolyte.

Voir dans le contexte

Discussion : PolyAmour comment ça marche?? (Help)

Profil

Hippolyte

le mardi 21 mars 2017 à 00h33

@Camille_B, juste un truc : je suis d'accord avec toi pour dire que chaque couple peut (et doit) créer ses propres règles, désolé si j'ai pas été clair sur ça mais il me semble l'avoir dit à plusieurs reprises.

J'ai donné un exemple de règles qu'on avait dans une de mes relations à une époque, dans une situation qui me semblait proche de celle de Millia, parce qu'elle me semblait avoir besoin de conseils plus pratiques que "trouve ce qui vous convient". Donc j'ai donné un exemple de règles que j'ai connu, qui ont fonctionné quand j'ai ouvert mon couple, même si aujourd'hui on ne fonctionne plus comme ça.

Mais ce n'est ni la seule, ni la meilleure manière de vivre une relation polyamoureuse, et dans la relation dont je parle les règles ont pas mal évoluées et continuerons à le faire (en général vers plus de simplicité, parce que oui la simplicité c'est mieux).

Mais je suis mille fois d'accord avec tout ce que tu dis sur le polyamour, et à mon avis on en a la même vision.

Sinon, pour la drague en café poly, c'est pas que j'ai quelque chose contre, mais je préviens de faire attention à ce que ce soit bienvenu parce que j'ai connu des cafés polys (à Lyon notamment) où on insistait sur le fait que ce n'était pas des clubs de rencontre - j'imagine parce que ça correspondait aux besoins de certaines personnes là-bas.

@Millia - vous faisiez des pauses?
- Non.
ou alors vous aviez le droit de flirter quand le conjoint n'est pas présent dans la même pièce?
- C'est ça.
Ta copine avait le droit de voir ce que tu écrivais à ta polyamoureuse?
- Non.
Pas facile de donner du temps à l'un et à l'autre.
- Comme quand on a plusieurs amis.

Peut on dire que les hommes et femmes infidèles sont polyamoureux?
- Comme tu vois, ça fait débat. Perso, je ne m'intéresse pas à savoir si "ce sont des vrais polyamoureux ou pas", ce qui est sûr, c'est que dans l'éthique polyamoureuse, l'infidélité c'est pas bien. Mais c'est pas parce que quelqu'un fait quelque chose de mal que c'est forcément une mauvaise personne, parfois c'est juste des gens coincés dans des situations où ça se retrouve être le meilleur choix qu'ils puissent faire au vu des circonstances.

En gros qqn qui va voir une autre femme sans le dire à son couple principal c'est du polyamour s'il aime réelement la personne?
- Pour moi, non. Le polyamour, dans ma définition, ce n'est pas seulement "aimer plusieurs personnes", c'est le faire avec le consentement de toutes les personnes impliquées. Mais ça n'empêche pas que ses sentiments puissent être sincères.

Voir dans le contexte

Discussion : PolyAmour comment ça marche?? (Help)

Profil

Hippolyte

le vendredi 17 mars 2017 à 14h15

Bonjour Millia,

En fait, c'est super compliqué comme question, et c'est difficile de donner une réponse simple. Pour ma part, quand avec ma copine on a commencé à passer d'un couple exclusif à un couple poly, on avait les règles suivantes :
- pas de flirt avec d'autres quand on est ensemble.
- on essaye de garder ça secret au reste du monde.
- on en discute beaucoup pour se rassurer.

Mais il faut dire que notre couple allait très bien, était stable, et qu'on ne s'est pas sentis en danger par nos autres relations.

Je saurai pas dire si il faut ou pas se mettre des règles, parce que l'important c'est que tout le monde se sente bien, et de trouver l'ensemble de règles qui permettent à tout le monde de bien vivre les choses.
J'aurai tendance à dire que moins il y a de règles, mieux ça marche, mais c'est vraiment un point de vue très personnel et d'autres te diraient l'inverse.

Pour rencontrer des polyamoureux (pourquoi des couples forcément ?), tu as souvent des cafés poly organisés dans les grandes villes ou des évènements sociaux sur le sujet, mais c'est souvent pas des lieux où il est bien vu de draguer - on est là pour échanger sur le polyamour, partager des expériences et se donner des conseils, pas pour se conter fleurette. En revanche, ça te permettra peut-être de rencontrer des gens qui connaissent un peu le "milieu" polyamoureux (c'est un monde assez petit au final).

Si tu veux plus d'infos sur comment "faire fonctionner" des relations polyamoureuses, tu peux lire des bouquins qui donnent des conseils relationnels poly, comme "la salope éthique" par exemple.

Bon courage à toi en tout cas, et désolé pour cette relation qui s'est mal passé.

Voir dans le contexte

Discussion : Courte présentation Etrendil :)

Profil

Hippolyte

le samedi 11 mars 2017 à 19h44

Bienvenue !

Voir dans le contexte

Discussion : SOS : mon épouse a besoin de séduire et j'en souffre

Profil

Hippolyte

le samedi 11 mars 2017 à 19h41

Bonjour,

Je suis désolé pour la colère causée, ce n'est pas mon but.
Mais je préfère vous dire un avis sincère plutôt que ce que vous souhaiteriez entendre - et comme nous avons effectivement des vécus différents, mon avis est fort différent du votre.

J'ai quand même quelques précisions à apporter.

>> "Vous interprétez mal mes propos. Je ne parle pas ici de légitimité. Ses besoins sont bien sûr tout autant légitimes que les miens. Je pars simplement du constat que ses besoins sont générateurs de souffrance pour moi."

De mon point de vue, ce qui est générateur de souffrance, c'est le fait que ses besoins et les vôtres soient difficilement compatibles. Ses besoins ne sont pas plus responsables de cette situation que les vôtres.

>> "Et oui, je vois ce besoin de séduire comme un comportement résultant de quelque chose."

Oui, évidemment, mais vos besoins aussi résultent de quelque chose. Peut-être d'un passé moins lourd que le sien, mais si je commençais à dire que vous devez lutter contre vos envies de fidélité et que j'en cherchais les causes dans votre passé, en vous disant qu'une bonne introspection thérapeutique vous ferait du bien, vous ne trouveriez pas ça très respectueux, n'est-ce pas ?

>> "Vous ne connaissez pas tous les aspects de notre relation. Et vous ne connaissez pas nos personnes respectives."

Bien sûr que non. Je ne peux juger qu'à partir de ce que vous donnez à lire.

>> Je fournis déjà un certain nombre d'efforts dans la relation. [...]

De ce que je peux lire, il semblerait que vous êtes une personne plus stable qu'elle, à la fois financièrement, émotionnellement et psychologiquement. C'est une situation que j'ai connu et pense pouvoir comprendre ce que vous ressentez. Mais il faut aussi voir que ça fait de vous la personne en position de force dans la relation, et ça vous donne des responsabilités qu'il vous faut assumer - notamment en vous privant d'utiliser cette position de force pour résoudre les conflits qui pourraient survenir dans votre relation.

>> "Pourquoi elle ne pourrait pas aussi fournir un effort et au moins essayer de comprendre ce qu'il y a derrière ce comportement pour pouvoir agir dessus et s'en libérer ? Pourquoi cela ne serait-il pas une bonne idée, aussi?"

Il ne s'agit pas de "se libérer" d'un "comportement" dont elle serait prisonnière, mais de réprimer ou non ses pulsions, ses besoins et ses envies.
Pour cela ne serait pas une bonne idée qu'elle réprime ses besoins parce que vous êtes le pilier financier du couple ? Parce qu'outre le problème éthique que ça pose, ça mettrait en danger votre relation à terme.

>> Ce que je ressens à vous lire, c'est que vos avis sont biaisés. Vous trouvant vous-mêmes dans ce besoin de séduction [...]

Non, plus tellement en ce moment. Et je n'ai certainement pas le passé douloureux de votre compagne.

>> Je ne vois pas comment (trouver des solutions pour satisfaire les deux) et réussir cela sans y laisser des plumes....

Nous sommes là pour ça.

>> "C'est avec elle que je veux partager, c'est avec elle que je veux vibrer, c'est avec elle que je veux ressentir des papillons, c'est elle que je veux séduire car c'est d'elle dont je suis amoureuse.. Pas des autres !!!
C'est quand même pas si compliqué à comprendre...."

Non, ce n'est pas compliqué. Tant que l'on en reste à "je veux", les choses sont souvent très simples.
Ce qui est difficile, c'est de dépasser ce stade, d'écouter ce que veux l'autre et de trouver une solution qui convienne à tous. Si vous n'êtes pas venue ici pour ça, effectivement, je ne suis pas sûr de pouvoir vous aider.

>> "Encore une fois, cela reviendrait à m'aligner sur SES besoins... au détriment des miens..."

Non, ce n'est pas ce que je vous propose. Il ne s'agit pas de s'aligner sur ses besoins, mais de s'adapter à ses besoins, tout comme elle devrait avoir à s'adapter aux vôtres.
C'est le principe de trouver des compromis, non ?

J'espère en tout cas que vous vivrez heureuses, elle comme vous, et ce peu importe la manière et les moyens.

Voir dans le contexte

Discussion : Je m'interroge, je suis perdue

Profil

Hippolyte

le vendredi 10 mars 2017 à 23h44

Bonjour anita,

Désolé, je réponds très tard, mais il faut dire que je ne sais pas trop quoi répondre : j'ai l'impression que vous avez déjà atteint votre conclusion.

C'est vrai, pourquoi ne pas continuer à partager ces moments-là ? Je ne vois vraiment pas quoi vous donner comme raison de ne pas le faire :)

Plus sérieusement, j'ai l'impression que vous avez déjà pris votre décision, mais que celle-ci vous inquiète et que je vous cherchez à vous rassurer en venant ici. Si c'est le cas, alors autant le faire franchement : ça va aller. Vous avez l'air de savoir ce que vous voulez et vous n'êtes pas aussi perdue que vous pensez l'être, c'est juste que vous vous préparez à faire quelque chose de très nouveau.

Si jamais ça peut vous aider, on peut en discuter en privé et sur le temps long - si ça peut vous rassurer d'avoir des gens vers qui se tourner en cas de soucis.

Bon courage, en tout cas

Voir dans le contexte

Discussion : SOS : mon épouse a besoin de séduire et j'en souffre

Profil

Hippolyte

le vendredi 10 mars 2017 à 21h22

Espionner son portable, c'est comme flirter dans votre dos : c'est mal, mais c'est compréhensible au vu des contradictions entre vos envies respectives. Je propose qu'on mette ça de coté pour regarder la situation dans laquelle vous êtes maintenant.

Je pense qu'aucune des trois solutions que vous proposez n'est satisfaisante. Vos désirs contraires vos amènent dans une situation conflictuelle, et vous en voyez trois issues : soit l'un des deux remporte le conflit et l'autre cède, soit votre couple explose.

Je pense important que vous sortiez d'une dynamique conflictuelle pour rentrer dans une dynamique de complicité et de collaboration - plutôt que de lutter chacun pour la réalisation de vos besoins, pourquoi ne pas plutôt lutter ensemble pour satisfaire les besoins de tout le monde - aussi contradictoire qu'ils puissent sembler être à première vue ?

Pour arriver à cette situation, je pense qu'il va vous falloir faire une première concession, mais elle est de taille : accepter l'idée que les désirs de votre partenaire sont aussi légitimes que les vôtres.

Je sais bien que ses désirs vont à l'encontre de vos propres envies quant à votre relation, et que vous préféreriez tout simplement pouvoir les ignorer - les réprimer, voire les faire disparaître d'elle. Et, vous ne vous en rendez pas forcément compte, mais vos propos à ce sujet sont assez violents : pour vous convaincre que votre envie de fidélité est plus légitime que son envie de séduction, vous expliquez en quoi ses désirs sont malsains, mauvais pour elle, qu'ils ne sont que des séquelles de traumatismes d'enfance, et vous envisagez même de faire appel à un thérapeute, comme si elle était malade.

Vous finissez même par dire qu'il ne lui serait pas difficile de changer, parce que "si on veut on peut" et que refuser d'essayer serait "lâche" de sa part, alors que vous disiez juste avant que vous-même ne vous sentiez pas capable de changer ce que vous êtes et ce que vous ressentez.

Je pense que ce qui guide vos mots, à ce point-là de la conversation, c'est le besoin d'affirmer vos besoins et vos envies comme disposant de plus de poids que les siens, car après tout, pourquoi auriez-vous à subir "cela" ?

Je pense que la première étape, c'est de commencer par reconnaître ces premières affirmations simples :

* Vous êtes toutes les deux aussi légitimes à ressentir, exprimer, et voir réaliser vos envies, vos désirs et vos besoins.

* Vous avez le droit de ressentir de la jalousie et de réclamer que vos besoins émotionnels soient satisfaits. Elle a aussi le droit de ressentir l'envie de séduire et de réclamer que ses besoins émotionnels soient satisfaits.

* Si travail il y a à faire, ce n'est pas à vous pour changer qui vous êtes, ni à elle pour changer qui elle est, mais à vous deux pour trouver des solutions qui vous permettent d'être toutes les deux pleinement heureuses et satisfaites dans votre relation sans refouler vos besoins et vos désirs.

Ces phrases semblent évidentes de mon point de vue, mais ça peut paraître comme une concession à faire de votre part, parce que nous vivons dans un monde où l'on apprend que votre envie de fidélité est plus légitime que son envie d'aventure.

Je comprends que vous n'ayez pas envie de reconnaître ça, car ça voudrait dire envisager une évolution de votre relation, et ça peut faire peur - ça peut donner l'impression d'être projetée dans quelque chose de terrifiant, de quitter un cadre confortable et qui vous satisfait sans savoir où vous allez atterrir.

Maintenant, je ne peux dire qu'une seule chose pour vous rassurer : si je vous encourage à reconnaître ses envies et ses besoins comme légitimes, les vôtres le sont aussi. Vous pensez peut-être que le couple dans lequel vous êtes jusqu'à maintenant est la seule configuration qui vous permet de satisfaire vos besoins émotionnels, mais c'est très probablement faux.

En acceptant mes trois phrases du dessus, vous ne renoncez pas à votre droit à être heureuse et satisfaite, vous ne vous engagez pas à accepter des situations qui vous feront souffrir : tout au plus, vous acceptez d'envisager de regarder s'il n'existe pas d'autre solution pour être heureuse que celle que vous connaissez, et qui marche visiblement très bien pour vous, mais au détriment du bonheur de votre compagne.

Comparé à ce que vous lui demandez, c'est vraiment peu de choses.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment trouver les mots ?

Profil

Hippolyte

le vendredi 10 mars 2017 à 03h06

Bonjour muguet,

Je pense que pour commencer, il y a deux enjeux dans ta situation.

Le premier, c'est de faire comprendre à ton mari qu'une vraie discussion est nécessaire sur le sujet. Quand je lis "pour le reste, je n'ai pas envie de te partager. Qu'y a-t-il de plus à dire ?", ça donne l'impression qu'il considère qu'à partir du moment où il n'en a pas envie, la messe est dite.

La monogamie est la norme, et il est courant de penser qu'il faudrait que les deux partenaires en aient envie pour sortir de cette norme. Pourquoi ? Parce que son envie de ne pas "te partager" est considérée comme plus légitime que ton envie d'avoir d'autres aventures. Son envie de conserver un couple sur les mêmes règles lui semble plus légitime que ton envie de les changer.

Surtout si vous êtes mariés, il est souvent de coutume de considérer que des amoureux "s'appartiennent l'un à l'autre", d'où son terme de "partager" d'ailleurs, et que donc tes autres amours dépendraient d'une permission qu'il pourrait t'accorder ou de refuser.

Le premier enjeu sera de lui faire comprendre que vos envies différentes sont un vrai sujet à aborder, en considérant que vous êtes l'un et l'autre aussi légitimes pour exprimer vos ressentis et vos envies dans votre couple, et qu'il va falloir que vous arriviez à un compromis qui satisfasse tout le monde sous peine de mettre votre couple en danger (oui, accepter une solution qui ne correspond pas à tes envies profondes, c'est mettre votre couple en danger).

Le deuxième enjeu, c'est de lui faire comprendre ça sans que, justement, il se sente menacé dans votre couple par le fait que tu envisages d'avoir d'autres histoires. Parce que s'il se sent menacé ou dépossédé de quelque chose, il sera plus facilement jaloux.

Oui, ce sont deux choses contradictoires, je sais, c'est pas facile comme situation.

Je te souhaite bon courage en tout cas.

Voir dans le contexte

Discussion : Trois ans plus tard

Profil

Hippolyte

le vendredi 10 mars 2017 à 02h50

Merci beaucoup pour cette histoire, elle est très touchante.

Bon courage, surtoutn et soit heureuse !

Voir dans le contexte

Discussion : SOS : mon épouse a besoin de séduire et j'en souffre

Profil

Hippolyte

le vendredi 10 mars 2017 à 02h46

Bonjour kotik,

Je réponds un peu tard, j'espère que vous me lirez quand même.

C'est toujours très difficile de gérer des désirs contradictoires entre eux. Votre compagne ressent l'envie de se sentir séduisante et du frisson que procure le flirt, mais en même temps elle veut vous préserver et conserver sa relation avec vous.

La situation dans laquelle vous êtes n'est pas la preuve que votre compagne ne vous aime plus, mais au contraire la preuve qu'elle tient à vous au point d'accepter des règles relationnelles qui ne lui conviennent pas - ce qui est toutefois une mauvaise idée, puisqu'elle semble incapable de s'y tenir.

Je pense qu'un bon départ serait de commencer à voir ses écarts, non pas comme des fautes morales, mais comme sa manière à elle de gérer les contradictions dans ses envies et ses désirs - ce n'est pas fait pour vous faire du mal, et elle semble avoir à cœur de ne pas vous faire du mal.

Pour la jalousie, laissez-moi donner mon point de vue : je suis quelqu'un de jaloux. La jalousie est un sentiment humain, qui peut être rationnel ou irrationnel mais qu'il est normal de ressentir dans certaines circonstances. Les polyamoureux ne sont pas magiquement immunisés contre la jalousie, mais nous avons un autre regard sur le fonctionnement des relations amoureuses qui fait que ce sentiment prends moins de place dans nos vies.

Plutôt que de parler de comment "nous ne ressentons pas de jalousie", il me semble plus pertinent de se demander ce qui fait que vous, vous en ressentez.

J'ai noté que vous utilisiez des termes très romantiques, comme "mon plus grand amour a besoin de plaire ailleurs... mon amour ne lui suffit plus... ".
Ce sont des mots qui ne vous aident pas à gérer la situation, puisqu'ils la dramatise - au sens propre du terme, ils pourraient sortir tout droit d'un roman d'amour dramatique.

Alors que, dans la vraie vie, être amoureux ne veut pas dire que l'on puisse combler l'ensemble des besoins émotionnels de l'autre. D'autant qu'ici ce n'est pas vous qui êtes en cause : si votre partenaire recherche le frisson du flirt et de la séduction, c'est quelque chose que vous ne pouvez lui apporter non à cause de ce que vous êtes vous, mais à cause de la nature de votre relation et de sa maturité - qui probablement d'autres avantages par ailleurs.

Mais si l'on mets de côté les narratifs dramatiques, la jalousie, en tant qu'émotion, peut provenir d'un certain nombre de causes.
J'ai tendance à les classer dans les catégories suivantes :
- la peur, c'est-à-dire le fait de se sentir menacé, remplacé, l'inquiétude que l'autre puisse nous remplacer.
- la honte, c'est-à-dire aussi de la peur, mais la peur d'être jugé(e) comme "cocu(e)", ce qui est un stigmate assez fort dans nos sociétés. La peur du ridicule ou de l'humiliation, puisque l'on a appris que c'était des situations humiliantes.
- la possessivité, c'est-à-dire l'envie de pouvoir sur l'autre, ici l'envie de contrôle du comportement de l'autre, surtout si l'on considère que ce contrôle est légitime.
- enfin la vexation, c'est-à-dire le sentiment de trahison lorsque l'autre enfreint un de ses engagements. C'est un sentiment douloureux, mais celui-là n'existe parce que les engagements existent en premier lieu - ce n'est pas vraiment de la jalousie au sens propre en fait, même si c'est lié à une infidélité.

Ce sont, de mon point de vue, des émotions négatives et qu'il faut combattre, mais qu'il est normal de ressentir.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans une de ces causes, ou bien dans d'autres ? Comment exprimeriez-vous ce qui vous fait souffrir dans cette situation ?

J'espère, dans tous les cas, que vous saurez régler vos différents d'une manière qui satisfera tout le monde.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement

Profil

Hippolyte

le mardi 09 août 2016 à 04h39

Je suis curieux d'entendre ton histoire, moi aussi.

Voir dans le contexte

Discussion : Help!!!!! SOS

Profil

Hippolyte

le lundi 25 juillet 2016 à 13h26

Bonjour Punkyfish,

C'est une histoire très troublante et très belle que tu racontes. Comme tu le dis, la plus grande difficulté pour vous va être de "trouver un équilibre". Parce que, en soi, rien n'empêche votre histoire de bien se passer, mais elle est effectivement bouleversante émotionnellement.

Dans ces moments, les sentiments qui prédominent sont souvent la peur et l'inquiétude. La peur de perdre l'autre, de lui faire du mal, ou d'avoir mal soi-même. Dans tes écrits, tu parles beaucoup de tes peurs à toi, de ses peurs à lui... C'est peut-être le principal danger, parce que la peur nous fait souvent mal agir : c'est elle qui pousse à mentir, à blesser, ou à se renfermer sur soi-même.
On ne peut pas s'empêcher d'avoir peur, mais on peut apprendre à se méfier de ses peurs et à ne pas les laisser nous guider. On peut aussi se montrer rassurant-e et aller au-devant des peurs des autres, ce qui peut faire baisser le niveau général de tension. Enfin, n'hésite pas à réclamer à ton conjoint qu'il te rassure lorsque tu en ressens le besoin : ça peut paraître bizarre de l'exprimer ouvertement, mais c'est souvent un bon moyen de calmer des émotions trop intenses.

Tu parles peu de ses peurs à elle, en revanche, et tu décris ses envies en termes plutôt négatifs - mais c'est sans doute parce que tu ne l'as jamais rencontrée, et qu'il est difficile pour toi de "l'humaniser". C'est un phénomène courant : tant qu'elle n'est pour toi qu'un objet de discours, il est plus naturel de la penser comme une contrainte que comme une vraie personne. C'est bien que tu aies fait la démarche de demander à la rencontrer - ton conjoint s'y oppose, comme tu le dis, par peur, mais j'espère que ses peurs se lèveront au fur et à mesure.
Mais tu peux déjà, de ton côté, commencer à discipliner tes pensées pour la rendre plus "humaine" : elle est sans doute aussi perdue que tu ne l'es, doit aussi avoir peur de plein de choses, et, si elle est "l'élément perturbateur" dans l'histoire de votre couple, il n'y a aucune raison de la voir comme une ennemie.

Moi aussi, je suis admiratif de ton ouverture d'esprit et de la manière dont tu gères la situation jusqu'à maintenant. Votre couple semble extrêmement solide, et tu sembles prendre très sainement les choses. Tu parles de "chaos" dans ta tête, mais, vu de l'extérieur, tu sembles très bien gérer tout ce qui se passe. Je me permets de le dire, parce que tu as "le nez dans le guidon" et tu sembles avoir l'impression de n'avoir aucune prise sur rien, donc prends un peu de temps pour apprécier à quel point tu sembles très bien gérer les choses. Tu n'es pas aussi perdue que tu penses l'être, ou alors tu es vraiment balaise pour gérer les situations compliquées tout en étant perdue.

Pour répondre à ta question "Que faire ?", je pense qu'il faut d'abord que tu penses par rapport à toi. Tu proposes deux choses : "Laisser faire les choses et voir comment cela évolue ? Le laisser vivre son histoire ?", mais ce sont deux choses par rapport à ton conjoint, pas par rapport à toi. La question que tu pourrais te poser, c'est "de quoi as-tu besoin, toi, là, maintenant ?". Qu'est-ce qui pourrais te permettre de vivre plus sainement et sereinement les bouleversements de votre relation ? Qu'est-ce qui pourrait te faire te sentir mieux ? Ce qui nous amène à une question vraiment pas simple : qu'est-ce qui fait que tu te sens mal, exactement ?

Je vous souhaite à tous les trois le plus de bonheur possible, et je t'envoie plein de soutien.

Voir dans le contexte

Discussion : Libertinage, triolisme et polyamour

Profil

Hippolyte

le mercredi 20 juillet 2016 à 22h17

Bonjour Triobulle,

Quelques réponses...

>> C'est du polyamour ou quoi ?

Oui.

>> Est-ce que c'est toujours compliqué avant de devenir clair ?

Presque toujours, oui.

>> Et comment faire pour vivre ça sereinement ?

Tu as déjà la solution : ce qui t'empêche de vivre ça sereinement, c'est l'idée de cacher à ton mari l'aspect sentimental de ta relation avec Roger, et le fait qu'elle soit indépendante de votre relation à tous les trois.

Comme le dit gdf, essaye d'abord de voir comment ton mari y est disposé a priori, tout est peut-être plus simple que tu ne le penses.

J'espère que tu nous tiendras au courant.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyaffective en lutte

Profil

Hippolyte

le mercredi 20 juillet 2016 à 22h08

Bonjour SJ.

De ce que je lis, tu aimes deux hommes qui, ni l'un ni l'autre, ne sont prêts à entendre parler de polyamour.

Avant de te demander si tu peux leur faire changer d'avis, je te conseille de te poser la question suivante : que faire si tu ne peux pas les faire changer d'avis ? Il n'est pas toujours possible de ranger les gens à sa vision des choses, et, avant d'être responsable des choix des autres, tu es responsable de tes propres choix. Je pense que, si tu réussissais à clarifier dans ta tête ce que tu souhaites faire toi - et qui ne dépende pas d'une décision d'autrui - ça pourrait te faire du bien.

Ensuite, se pose la question du dialogue. Ni l'un ni l'autre des hommes que tu aimes ne me semble très ouvert à une discussion sur ces questions-là : tu décris leurs réactions à tous les deux comme "très violentes". La violence sert souvent à mettre fin à la discussion par le rapport de force.
Si tu veux "les faire changer d'avis", il va falloir réussir à parler de ça posément avec chacun d'entre eux. Et quand quelqu'un veut fuir une discussion par le rapport de force, il n'y a que deux solutions pour s'en sortir : remporter ce rapport de force, ou désarmer la situation. Sur un certain nombre de choses, malheureusement, les humains que nous sommes tous rechignent à se remettre en question tant que nous n'y sommes pas obligés. La réponse à la première question que je t'ai posée peut t'aider à savoir où tu te situes dans ces rapports de force.

Enfin, si tu réussis à faire établir une discussion apaisée sur ce sujet, se pose la question des causes : pourquoi refuseraient-ils quelque chose qui te rendrait heureuse ? Il peut y avoir des milliers de raison : par peur de te perdre, par peur du jugement d'autrui, par possessivité, par peur de se sentir humilié, par conservatisme, etc., etc.
Aller creuser les causes de vos désaccords est souvent le meilleur moyen de trouver comment satisfaire tout le monde - c'est la base de la négociation. Seulement, cette négociation ne peut s'établir que si tout le monde accepte de négocier - d'où mon point précédent.

Voilà ce que m'évoque ta situation. Il me reste à répondre à une dernière question : non, je n'ai pas de témoignage de musulmans poly, même si je sais qu'il y en a. Je te souhaite bon courage et j'espère que tu trouveras, ici ou ailleurs, de quoi t'aider dans ta situation.

Voir dans le contexte

Discussion : Allier son poly amour et ma fidélité

Profil

Hippolyte

le mercredi 20 juillet 2016 à 21h47

Oui, le terme "lâcheté" est plutôt rude - je précise qu'il est dit sans jugement négatif de ma part. La lâcheté est parfois saine et sensée, et on est tous lâches à divers moments et degrés.

Et je suis complètement d'accord avec Leolu. :)

Voir dans le contexte

Discussion : La tempête du coeur

Profil

Hippolyte

le lundi 18 juillet 2016 à 00h45

Bonjour Delta-F,

Tu me dis si je me trompe, mais si je t'ai bien compris, le problème est le suivant : tu es amoureuse de deux personnes, ta compagne et ta meilleure amie, les deux t'aiment en retour, mais ta compagne n'est pas poly, est possessive et jalouse.

Du coup, tu repousses ta meilleure amie, ce qui vous fait souffrir tous les deux, et tu profites moins de ta relation avec ta compagne, car tu ressens un "manque" de quelque chose.

Est-ce que j'ai bien compris ?

Si oui, tout d'abord : tu n'es pas sale, tu n'es pas traître. Tu as juste ce que nous autres, êtres humains, avons tous : des désirs contradictoires. Tu désires plusieurs choses qui sont incompatibles, ce qui est très douloureux mais parfaitement normal.

C'est à toi de voir si tu acceptes durablement cette situation - l'incompatibilité entre maintenir inchangée ta relation avec ta compagne et vivre pleinement ta relation avec ta meilleure amie, si tu renonces à l'un de ces deux désirs, ou si tu trouves un moyen de les rendre compatible - mais ça, ça ne dépend malheureusement pas que de toi.

Si je t'ai mal compris, alors je veux bien que tu réexpliques.

En tout cas, je te souhaite bien du courage et je t'envoie plein de soutien et de réconfort.

Voir dans le contexte

Discussion : Allier son poly amour et ma fidélité

Profil

Hippolyte

le lundi 18 juillet 2016 à 00h16

Bonjour Johan.

Je suis dans une situation inverse : polyamoureux, j'ai été en couple avec des personnes dont j'étais la seule relation.

Evidemment, tu devrais pouvoir attendre de ta compagne une certaine honnêteté dans la communication.

Maintenant, mon conseil serait de ne pas penser en terme de "faute" mais en terme de "cause". Si elle ne t'as pas parlé plus tôt de la relation qu'elle commençait à développer, c'est probablement pour des raisons - certaines peuvent être mauvaises, d'autres peuvent être compréhensibles.

Si tu as du mal à accepter qu'elle ait d'autres relations, on peut comprendre qu'elle s'inquiète de ta réaction si elle t'avoue qu'elle en a une nouvelle. Bien sûr, tu aurais sans doute mieux vécu les choses si elle t'en avais parlé plus tôt, mais les gens sont parfois irrationnels : peut-être n'a-t'elle pas eu le courage de t'en parler plus tôt, peut-être pensait-elle que cette relation serait sans lendemain et qu'il n'y avait pas grand mal à ne pas t'en parler, ou que sais-je encore. Bien sûr, de ton point de vue, ça donne l'impression qu'elle ne se soucie pas de ce que tu peux ressentir, mais son comportement peut aussi venir du contraire - que tes réactions l'affectent beaucoup.

Alors, bien sûr que tu es en droit de lui demander d'être franche avec toi - mais il n'est pas inutile de chercher pourquoi elle ne l'a pas été et de prendre ses raisons au sérieux.

J'ai tendance à ranger les mensonges en deux catégories :
- les mensonges par malhonnêteté, où l'on cache la vérité pour pouvoir causer préjudice à autrui.
- les mensonges par lâcheté, où l'on cache la vérité parce qu'on a pas le courage de l'exposer.

Cette histoire d'accompagnement n'est pas très claire, donc je ne sais pas si elle a été malhonnête avec toi, mais si je mets ça de côté, elle n'avait pas d'autres raisons matérielles de mentir - elle aurait tout aussi bien pu avoir cette relation et t'en parler. Donc, a priori, j'aurai tendance à ranger son mensonge dans les mensonges par lâcheté (je peux me tromper, mais on va faire comme ça pour le moment).

Et la lâcheté, c'est mal, et la vérité, c'est mieux.
Oui, mais, dans une relation bien foutue, elle ne devrait pas avoir besoin de courage pour te dire les choses.

Et je pense que c'est aussi quelque chose à creuser.

Et c'est à toi aussi, si c'est un effort que tu es prêt à faire, bien sûr, de travailler pour faire en sorte qu'elle n'ait pas de raison de te cacher ce qu'elle vit.

Dans une couple (mono ou poly), ou dans toute relation humaine, d'ailleurs, la "communication" ne se décrète pas, elle s'établit ou non en fonction des circonstances.

De manière générale, soit quelqu'un à qui on ne regrette pas de dire la vérité, et personne ne te mentira.

Hippolyte

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion