Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour rime-t-il avec autonomie et indépendance ou avec communauté et solidarité ?

Bases
#
Profil

PolyEric

le dimanche 16 septembre 2012 à 17h57

Cette idée de discussion a été initialement émise par Katouchka à l'occasion de la préparation d'un café poly à Paris auquel je n'ai pas pu assisté.

Dommage, car j'avais envie d'y répondre ici.

Voici donc la discussion lancée....

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 16 septembre 2012 à 18h09

Je vais peut-être attaquer sec, mais pourquoi l'autonomie et l'indépendance serait-elle incompatible avec communauté et solidarité.

Il me semble par ailleurs, que la notion de solidarité n'est pas tout à fait reliée avec l'amour.
S'il est vrai que les gens qui s'aiment ont tendance à être solidaires, j'ai quand-même l'impression qu'il y a dans ce rapprochement entre amour et solidarité, un vestige de la notion de mariage d'intérêt.

Par ailleurs, la notion de communauté et d'amour de groupe ou même d'amitié, me paraissent deux notions très différentes. Je pense que Katouchka veut parler ici, de relations rapprochées d'un groupe d'amoureux d'amoureuses qui s'aiment entre eeux(elles), et non d'un communauté basée sur une phylosophie ou sur une religion ou sur un pays d'origine ou sur un mode de vie,

Par suite, j'aurais bien adopté l'idée que le polyamour rimait avec autonomie, indépendance, et amour de groupe, et j'aurais bien fait sortir les notions de communauté et de solidarité, ces dernières notions étant plutôt axées sur la survie, ou sur le besoin d'être uniforme, que sur l'amour proprement dit.

#
Profil

UrbanHymns

le dimanche 16 septembre 2012 à 18h53

Polyamour rime avec liberté. Et la liberté c'est la somme de différentes indépendances : l'indépendance géographique, financière, culturelle, affective, sexuelle et politique! Voilà mon gars le sujet est vraiment lancé. Ou places-tu ton curseur sur ces différentes indépendances ? À très vite.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 16 septembre 2012 à 20h53

UrbanHymns
Polyamour rime avec liberté.

Oui, c'est vrai aussi, je suis d'accord.

Pour l'indépendance aussi, je suis d'accord, mais avant d'aller plus loin, j'aurais aimé savoir ce que tu entends par indépendance "sexuelle".

Est ce que c'est le fait d'arriver à se masturber ? :-)

Ma question est en fait, plus sérieuse qu'il n'y parait. Je vais donc la reformuler plus sérieusement afin de poursuivre la discussion correctement. Est ce que pour toi, l'indépendance consiste à se passer des autres ?

J'ai plein d'autres questions mais je préfère y aller mollo avec toi, je ne voudrais pas te faire souffrir. :-)

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 16 septembre 2012 à 21h57

liberté sexuelle pour moi c'est que, les désirs, les besoins (ça va ensemble mais certain les différencient) ne reposent pas sur une personne (même sur 2 ou 3 voir plus) mais en premier (ou seulement) sur nous même.
La seule personne de qui ils dépendent et sur qui il faut compter pour les assouvir c'est sur nous même. Même si on est en couple ça ne dépend pas de l'autre notre façon de les assumer donc des les faire vivre

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 16 septembre 2012 à 22h22

Coucou,

je trouve la question posée très intéressante. Pour moi l'autonomie est vraiment au coeur de ma réflexion sur le polyamour, aussi parce qu'elle est centrale pour réfléchir l'égalité. Et quand je parle d'autonomie, je parle de la mienne mais tout autant de celle de l'autre et de comment la gérer.

Cela étant, comme Eric je ne crois pas que l'autonomie s'oppose forcément avec l'idée de collectif. Peut être faudrait il dissocier autonomie amoureuse et collectif de vie qui peut se construire avec des gens avec qui les relations sont très diverses ?

(bon cela étant, étant un vieux célibataire convaincu, mes idées sur les collectifs de vie sont très théoriques hein.... ;) )

#
Profil

Plusssdamour

le dimanche 16 septembre 2012 à 23h18

Dans une communauté, on peut être solidaires des autres, pour le partage de différentes activités, la bonne gestion de la vie commune," gestion" est peut être un mot un peu fort ! disons pour que tout "roule" tous les jours...
Mais, on peut être indépendant dans la communauté, avec l'indépendance financière, culturelle et affective...
Etre indépendant, ne veut pas dire, à mon avis, qu'on peut vivre seul, sauf choix personnel, on a toujours besoin des autres, pour s'améliorer, chercher des conseils, la preuve, ce site fonctionne à merveille, parce qu'on a besoin des autres...
Le polyamour, je l'associe avec indépendance, autonomie et vie commune (trois ou plus...)
Nos besoins sont différends, et nous ne pouvons compter que sur nous mêmes pour les assouvir, si nous commettons une erreur, eh bien, c'est à nous de nous corriger, de comprendre le pourquoi ! Ne pas compter sur la solidarité du groupe, sauf, dans ce cas, pour essayer de voir ou sont nos erreurs... Les autres ne sont pas la pour nous assister perpétuellement...
On peut avoir envie de vivre à plusieurs, sous le même toit, sans perdre son indépendance, et son autonomie....
(+) <3

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

PolyEric

le lundi 17 septembre 2012 à 10h29

Boucledoux
...étant un vieux célibataire convaincu...

et poly de surcroît si j'ai bien compris. :-)

Je me permets donc de te poser la question que Katouchka ne pose pas de façon aussi tranchée que moi.

Penses tu que le célibat est le passage obligé vers le polyamour ?
Serait-ce le seul moyen d'être indépendant, et le seul moyen d'être libre ?
Ne penses tu pas que le célibat (au sens vivre seul chez soi) est un rempart contre l'amour, voire une preuve de désamour ?

Personnellement, je pense que vivre seul est un bon début de solution pour se protéger de l'inquisition, mais que la muraille ainsi dressée, a un effet secondaire important, celui de finalement nuire à l'amour. En effet, l'impossibilité (ou le refus) de vivre avec les êtres aimés crée une inhibition qui se propage jusque dans les relations amoureuses, les privant de l'espoir de vivre sans barrière.

Bien entendu, je ne nie pas que le "collectif de vie" comporte également des inhibitions qui nuisent aux relations amoureuses en se propageant également au sein de ces relations (de façon plus ou moins sournoises ce qui complique davantage la situation que dans le célibat). Ces inhibitions naissent par exemple de l'auto culpabilisation au contact des autres (un tendance très difficile à dénouer), ou de l'intimidation explicite (plus voyante mais plus difficile à éliminer totalement).

Est ce que le "collectif de vie" dans un environnement favorable (grâce à un choix clairvoyant de ses co-habitants) ne serait pas justement un bon moyen d'affirmer sa liberté et son indépendance, au sein du groupe, tout en permettant le rêve d'une vie sans barrière.

Le choix parait donc bien difficile. Mais il me semble que la question de Katouchka est encore plus tranchante que celà. J'ai l'impression qu'elle nous demande s'il y a une place pour la "distance" et le "rejet" (même partiel) dans le polyamour.

#
Profil

Katouchka

le lundi 17 septembre 2012 à 13h19

Ah je savais que tu allais aimer cette question Eric! :-D

Eric_50
"Personnellement, je pense que vivre seul est un bon début de solution pour se protéger de l'inquisition, mais que la muraille ainsi dressée, a un effet secondaire important, celui de finalement nuire à l'amour. En effet, l'impossibilité (ou le refus) de vivre avec les êtres aimés crée une inhibition qui se propage jusque dans les relations amoureuses, les privant de l'espoir de vivre sans barrière. "

"J'ai l'impression qu'elle nous demande s'il y a une place pour la "distance" et le "rejet" (même partiel) dans le polyamour. "

Oui c'est ça!!! C'est ce que je comprends ce certaines façons de vivre le polyamour au fil des fils... et ça me désole un peu...
Et si finalement le "polyamour" nuisait à l'amour?...

#
Profil

Lili-Lutine

le lundi 17 septembre 2012 à 14h02

Comment le polyamour pourrait il nuire à l’amour ? Je retourne cette question depuis sa lecture sans cesse, et je ne vois pas comment cela pourrait être possible. Il me semble bien que c’est exactement le contraire qui se produit : le polyamour fabrique de l’amour.
Et sinon comment le vivre ? Et sinon comment le vouloir et le pouvoir ?
Vivre seul, en couple ou en groupe ne devrait pas changer la donne. C’est un choix personnel plutôt pour moi, qui s’impose il me semble dans une relation historique à deux ou dans une vie souhaitée de célibat ou de groupe. Nos vies étant en mouvement perpétuel par nos questionnements, nos rencontres, nos lectures , nos partages et nos amours qu’il me serait vraiment difficile de décider aujourd’hui ce qui serait le mieux pour moi demain.
Je suis attirée par la vie de groupe avec des personnes ayant envie de vivre ensemble, amoureux ou pas, bien que je ne le pense pas possible aujourd’hui. Pas à cause de mes amoureux, non juste parce que ce que je vis en ce moment avec eux est beau ainsi chacun ayant un chez soi.
Et oui Eric je suis de plus en plus persuadée qu’une vie ensemble choisie ensemble vaut le coup d’être vécue et que cela est vraiment possible de le vivre en harmonie. Le temps est là pour avancer ensemble ici, à travers nos écris et dans nos vies , et je lui laisse donc faire son travail de temps .

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 17 septembre 2012 à 14h22

oui ! je pense aussi que le polyamour fabrique de l'amour ! sinon à mes yeux ce n'est pas de l'amour, juste du pouvoir, du contrôle, bref domination.
Je pense aussi que les murailles qui nous "protègent" des autres ou de vivre pleinement les choses que l'on vive seul ou ensemble on peut tout autant les fabriquer. Je ne pense donc pas, que ça dépende de la façon dont s'organise le quotidien.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Katouchka

le lundi 17 septembre 2012 à 15h02

"Comment le polyamour pourrait il nuire à l’amour ?"

Je ne sais pas trop comment l'exprimer autre que par l'exemple:

Exemple n°1
Un homme aime 2 femmes. Il est normal qu'il consacre à ces 2 amours un temps, un espace qui lui est propre MAIS si les 2 relations sont totalement séparées, s'il n'y a pas de temps et d'espace commun alors il y a perte d'amour car l'une exclut l'autre. Pour moi cela me semble aussi claire que cette maudite métaphore sur les enfants que je ne voulais pas entendre il y a un an quand j'ai découvert que mon amoureux en aimait une autre aussi; on peut aimer plusieurs personnes, comme on peut aimer tous ses enfants qu'ils soient 1, 2, 3 etc... Pourtant, même si on essaie de privilégier des temps à chacun d'entre eux, en général, on vit sous le même toit et on essaie de vivre ensemble.
Si le polyamour entraîne une division de la vie amoureuse, en petits compartiments séparés sans volonté ou possibilité de les réunir alors on ne "fabrique pas de l'amour", on le divise! a+b et a+c c'est toujours moins que a+b+c.

Exemple n°2
J'ai remarqué que certains polyamoureux(ses), pour préserver leur liberté, leur indépendance, leurs relations, mettaient de la "distance" avec leurs amoureux(ses). En gros, qu'ils s'interdisent de se donner tout entier à leur(s) partenaires. Vous allez me dire, mais ce n'est pas le propre du polyamoureux, beaucoup de monogames sont ainsi. Oui mais alors du coup, si le polyamour devenait un moyen de ne pas "se donner" vraiment. Donner un peu à beaucoup de partenaires, éviterait de donner beaucoup à peu de partenaires.

D'où ma question, le polyamour rime-t-il avec autonomie et indépendance? Mais en fait, cette question est plutôt mal posée par rapport à là où je voulais en venir, le polyamour ne rimerait-il pas plus avec individualisme qu'avec communauté?
Communauté au sens d'amour de groupe comme l'explique mieux Eric.

Par ailleurs, la solidarité.
Je trouve très beau ce qu'Aurélien a écrit sur le blog de son trio et j'espère qu'il ne m'en voudra pas de le citer ici:
"Entre .... et moi, l'entente cordiale de tolérance et de non-destruction mutuelle a fait place à plus, sans vraiment nous en rendre compte. Chacun de nous prend soin de ...., bien sûr, mais aussi de la relation que .... entretient avec l'autre; indirectement, nous prenons donc soin l'un de l'autre. "
C'est ainsi que je vois les choses et , au fond de moi, j'ai toujours été polyamoureuse car j'ai toujours cru en ça, en cet idéal. C'est un peu comme le conte de fée version polyamour, je sais, comme quoi même le polyamour a ses "princes charmants"!

Il n'y a donc pas d'unique réponse à cette question. En réalité, il y a de multiples manières de vivre le polyamour. Je voulais juste exprimer ainsi qu'il me semblait que certaines manières de la vivre pouvait d'un certain point de vue nuire à l'amour.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

clairobscure (invité)

le lundi 17 septembre 2012 à 15h16

Il y a vraiment une chose qui m'interpelle, cette tendance que je ressens souvent sur le forum, et plus généralement dans notre société: la liberté et l'indépendance "à tout prix"... qu'est-ce que ça signifie vraiment pour chacun?
Mon avis sur la question est bien-sûr non définitif, mais à force de réfléchir à ces notions, je sens bien qu'on n'est jamais totalement indépendant, mais qu'on choisit "de quoi" on préfère dépendre. Je veux dire que quand j'accepte l'idée que j'aime effectivement quelqu'un, j'accepte aussi l'idée que mes préoccupations, mon épanouissement ou au contraire ma déception dépendent de ses envies de passer du temps avec moi ou pas, par exemple. J'appelle ça de l'investissement personnel.
C'est certain que si je tiens à ce qu'il y ait le moins possible d'influences extérieures sur ma vie, entretenir des relations superficielles reste encore le meilleur moyen. De mon point de vue, difficile d'avoir l'un sans l'autre, mais on y consent, et avec plaisir même!... et tant que ça reste un plaisir!

#
Profil

coquelicot

le lundi 17 septembre 2012 à 15h21

bodhicitta8
oui ! je pense aussi que le polyamour fabrique de l'amour ! sinon à mes yeux ce n'est pas de l'amour, juste du pouvoir, du contrôle, bref domination.

J

Tu m enleve les mots de la bouche!!!!

#

clairobscure (invité)

le lundi 17 septembre 2012 à 15h25

En conclusion, je préfère accepter l'idée que je tisse des liens d'interdépendance avec les personnes que j'aime et qui m'aiment parce que je sens bien que j'ai "besoin" de leur présence dans ma vie, donc que je dépend d'eux.

#
Profil

coquelicot

le lundi 17 septembre 2012 à 15h33

On peut etre autonomes et independants ET ensembles.

On peut etre solidaires

Mais je pense a mon humble avis que si on est amoureux on ne peut plus etre solitaires.

#
Profil

Lili-Lutine

le lundi 17 septembre 2012 à 15h44

J’aimerais aussi vous rapporter notre discussion de ce midi avec Lililutin sur cette discussion ainsi proposé et construite autour de nos écris ici. Le résultat de notre débat sur ce sujet est que bien évidemment nous tendons tous les deux de plus en plus vers cette envie de vivre ensemble avec nos autres amours qui nous manque souvent, même quand nous sommes ensemble tous les deux. Mais lui comme moi nous sentons bien combien cela comporte de changement radical dans nos façons de le vivre ensemble ou avec eux. Et si cela comporte autant de changements et modifie nos fonctionnements actuels à tous, cela veut dire aussi qu’un tel projet doit rester avant tout un projet et qu’il demande à être construit tous ensemble sur un temps plus ou moins long, qu’il demande à être expérimenté régulièrement, sur des we , puis sur des vacances de plus en plus longues tous ensemble. A nos âges (48 ans et +) nous pensons souvent aussi au bien vieillir ensemble et à cette harmonie dont nous aurons tant besoin sur ces années à venir. Nous avons élaboré une ébauche de projet ce midi sur le comment matériellement cela nous serais en tout cas pour les deux le mieux (puisque cette conversation n’a pas encore était partagée avec nos autres amoureux).
De suite nous pensons qu’il serait pour nous préférable de garder chacun son indépendance financière, d’avoir tous dans un même lieu, maison de campagne ou de ville, un appartement individuel (cuisine sdb privé, chambre d’amis et/ou pour les enfants, etc…) suivant l’investissement de chacun et l’espace dont il a besoin. Un lieu commun serait à prévoir pour des repas, apéro, discussions etc… Ce qui en pratique viendrait à dire que lui et moi nous ne vivrons plus dans le même appart ensemble comme en ce moment. C’est pour l’instant à nos yeux la condition essentielle pour garder nos libertés d’aimer. Notre esprit polyamoureux ne se perdra pas en vivant tous ensemble et il nous paraît important pour le garder vivant d’être en autonomie et indépendant sur nos solitudes et sur nos moments ensemble. Garder tous en nous cette espace et cette liberté qui nous permettra d’accueillir un autre amour si cela ce présentait, par forcement pour vivre avec nous tous, juste l’accueillir là comme on peut recevoir son amoureux chez soi sans rien demander, sans être obligé de changer forcement et à chaque fois le fonctionnement de ce qui sera mis en place.
Et j’aime à croire que polyamour puisse rimer un jour pour moi avec autonomie et indépendance en communauté et avec solidarité. Tous cela avec du bon sens et en accord avec tous. La solidarité je ne la conçois pas matériel, pour moi elle serait celle de notre amour et de nos bienveillances dans les mauvais moments, comme dans la maladie ou divers chagrins et ruptures qui pourraient survenir et qui font parti de la vie qu’on le veuille ou pas. S’entraider, comme se consoler comme s’accompagner.
Bon ne m’en voulez pas si j’oublie ou ne pense pas à tout là, puisque ce n’est qu’une ébauche et qu’une petite conversation le temps d’un petit repas.
Nous allons en reparler, le vivre aussi en nous, le partager, vous lire et en discuter encore !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 17 septembre 2012 à 16h55

clairobscure
"je sens bien qu'on n'est jamais totalement indépendant, mais qu'on choisit "de quoi" on préfère dépendre."
oui et je pense que la liberté reste présente <3 lorsque l'on peut prendre cette indépendance quand on le veut. <3
J'en viens aussi à comment aménager le logement, la discution de lulutin et lililutine.
Oui vos hypothèses de maison en commun me sembles bonnes car vous préservez l'indépendance possible justement.
J'ai une réserve pour "Un lieu commun serait à prévoir pour des repas, apéro, discussions etc…"
J'ai peur que ça devienne un lieu remplit de tension (ok oui et beaucoup d'amour m'enfin) surtout peur que ça n’encourage vraiment pas à etre cool, admettons les amoureux de X à étre sympa entre eux, ça enléve l'idée à Y d'inviter Z à passer dans son appart boire l'apéro voir manger (pourquoi le faire car il y a un lieu commun) et si quelqu'un à un truc à dire ou une question du moment il dit à tout le monde de passer.
de plus pour les nouveaux amis extérieurs aux trio (dans l'exemple) moi ça me ferait bizarre de les inviter dans le commun, que je n'arriverai à considérer vraiment à moi.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Plusssdamour

le lundi 17 septembre 2012 à 17h21

Vivre le polyamour en étant sous le même toit, c'est le plus facile, le moins privatif, moins de sentiment d'abandon pour le ou les autre(s)...
Et la vie en communauté à de nombreux avantages, ne pas vivre seul(e), garder son autonomie, je suis en plein accord avec Lililutine que chacun doit avoir son espace pour garder son indépendance, et avoir un lieu de vie commun ou chacun prendra plaisir à se retrouver quand l'envie se fait sentir...
Et une certaine forme de solidarité est naturelle, instinctive, dans les moments difficiles que chacun peut avoir...
Beaucoup de gestion pour tout mettre en place, pour que chacun y trouve son compte, pour que vie ensemble et Amour rime avec Polyamour...
(+) <3

#
Profil

Plusssdamour

le lundi 17 septembre 2012 à 17h23

De plus en plus d'adeptes de ce style de vie...
Et ça fait plaisir (+)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion