Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

la communication dans des relations polyamoureuses

Bases
#
Profil

Noemi

le jeudi 02 avril 2009 à 17h04

La communication est importante dans des relations amoureuses. Surtout s'ils sont polyamoureuses.

Penchons-nous un peu sur des situations avec plusieurs personnes impliquées:

La femme qui revient d'une nuit torride avec son amant, qu'es-ce qu'elle raconte à son mari? (Non, pas d'histoires inventés pour cacher son adultère, on parle d'une situation de polyamour)
Et si au lieu d'avoir passé une nuit torride, elle s'est disputé avec son amant?

J'ai pris ces deux exemples-là parce que la sexualité et les conflits dans un couple sont un sujet sensible pour la "troisième personne" ou le reste du réseau polyamoureux. Se posent alors des questions comme:
Quel attitude adopter?
Combien d'information donner?
Qui communique avec qui?
Et de quelle manière?

C'est un vaste sujet... quels sont vos avis et éxperiences?
J'ai écrit un petit billet la-dessus:
polyamoureuse.over-blog.net/article-29691209.html

#

(compte clôturé)

le jeudi 02 avril 2009 à 23h32

Jamais on ne parle de sa femme, avec mon doudou. Trop peu de temps à disposition, première raison. Deuxième : on se voit en amis, on cause de ce qui est important et en cours, les projets professionnels. Et on se voit en amants.
Mais même quand on se maile, pas d'allusions à sa vie de famille ou presque. Ca me va très bien ! L'accord s'est installé tacitement, je ne lui parle pas des autres non plus quand il y en a. Quel intérêt ?
Maintenant, si je vivais une histoire plus proche, plus engagée au quotidien, ce serait sûrement différent; j'aime parler de ce que les rencontres m'apportent, de ce à quoi elles me font réfléchir, comment elles me font avancer.
Ce serait la tolérance de mon interlocuteur qui donnerait la limite à ne pas dépasser, peut-être.

Il y a quelques années, je vais en visite outre-Atlantique chez ma pote Sylvie et son homme. Pendant mon séjour, elle revient des courses complètement agitée et pensive : ils avaient rencontré au centre commercial l'ex de Louis, qu'il n'avait pas revue depuis leur rupture.
Il l'invite à manger à la maison pour le soir même, Sylvie se prépare pour faire la meilleure impression possible : ravissante, repas superbe... et les deux ex finissent par resters seuls au salon, moi-même et Sylvie ne trouvant pas notre place... et menant à part une conversation sur ce qui est en train de se passer...

... Louis a allumé le feu dans la cheminée, le premier feu de cette maison, le feu que lui et Sylvie avaient prévu de flamber pour célébrer, en gros, leur compagnonnage, leur installation, le travail accompli dans la maison, leur petite fille; il l'a allumé, mais avec son ex !
Après le départ de celle-ci, Sylvie entreprend son homme, pour lui signifier son indélicatesse : Louis s'effondre "Mon Dieu, je l'ai tant aimée, , c'était la femme de ma vie, je voulais fonderr famille...". Déballage complet devant Sylvie médusée, mortifiée; qui revient vers moi choquée, et tentant de se trouver une place dans ce qui se passe.

On a discuté des heures, elle a fini par arrêter sa décision : dire à Louis qu'elle ne voulait pas, ne pouvait pas l'entendre se lamenter sur le sujet, et qu'il devait se reposer sur quelqu'un d'autre, un copain, etc. Bref, régler son deuil pas fait, certes ! mais sans l'impliquer, elle.

#
Profil

Noemi

le vendredi 03 avril 2009 à 10h05

Clémentine, l'histoire de Sylvie et Louis que tu racontes est à mon avis un bel exemple d'incompatibilité ou conflit de rôles.
Dans cette situation, Sylvie n'a pas pu supporter son rôle d'ami et confidente de Louis, parce qu'en même temps elle est aussi son amante, sa femme. Et dans ce rôle de compagne, apparemment elle n'a pas supporter que son mari ait encore des sentiments forts pour son ex.

Ce genre de conflit de rôles peut très bien se présenter aussi dans un contexte polyamoureux.

#
Profil

Vagabond

le vendredi 03 avril 2009 à 10h28

Noemi
Belle analyse!
Est-ce qu'il se peut que tu lises Michael Mary...?

#

(compte clôturé)

le vendredi 03 avril 2009 à 14h07

C'est clair! C'était déjà si étonnant que ces monos se lâchent pareillement l'un devant l'autre... première chose qui me fait dire qu'il sont atypiques, comme monos.
Et en polyamour, il faut bien repérer quelles sont les limites de chacun, c'est là l'essentiel du boulot.
Polyamour ne veut pas dire être exempt de jalousie, mais être d'accord de regarder de plus près comment sortir des sentiments, situations difficiles qu'il apporte, en-dehors de la liberté et de la compersion.
Plus ça va, plus je trouve que c'est une école de délicatesse envers ceux qu'on aime, et aussi une école de discrétion, dans le sens de ne pas tout exhiber au nom de l'amour, ni de faire de ce mode de vie un truc compétitif, dans n'importe quel sens que ce soit..

#

(compte clôturé)

le vendredi 03 avril 2009 à 14h09

Vagabond: Michael Mary... tu nous en dis plus?

#
Profil

Noemi

le vendredi 03 avril 2009 à 14h41

Clémentine, tu donnes des bons mots-clé!: limites, délicatesse, discrétion, (ne pas) exhiber,...

Pour moi, il s'agit de trouver un équilibre entre information et discrétion, de trouver et puis respecter les limites de l'autre...

Peut-être cet équilibre et les limites varient, il faut parfois les adapter à des nouvelles situations. Y compris qu'un partenaire peut accepter plus d'information qu'avant parce qu'il/elle a fait des progrès en matière de jalousie.

Quant à Michael Mary, oui, Vagabond, j'ai lu "5 Wege die Liebe zu leben" mais je ne l'avais pas du tout en tête quand j'ai écrit.
Pour Clém et tous les autres qui seraient intéressés, malgré son nom qui laisse penser qu'il est américain, Michael Mary écrit en allemand. Je viens de voir qu'un de ses livres (que je n'ai pas lu) est dispo en anglais: "5 lies concerning love". Il y a un descriptif (en anglais) en ligne: www.michaelmary.de/sexlies/book.htm (on peut y voir un bref descriptif des "5 mensonges", c'est assez intéressant également d'un point de vue polyamoureux).

#
Profil

Vagabond

le vendredi 03 avril 2009 à 14h58

Michael Mary est un auteur allemand. Une de ses affirmations est que la révendication de "tout" représenter pour l'autre et vouée à l'échec parce que contradictoire: Les exigeances de l'amante/amant sont différentes de l'épouse/époux et diffèrentes des celles de la/du meilleur/e ami/e. Ces 3 rôles ne peuvent pas se réunir dans la même personne.Il pense que beaucoup de ruptures de couples pourraient être empêchées si on renonçait justement à cette tenative perdue à l'avance.
M. Mary ne parle pas explicitement de polyamour, mais il conseille de vivre ce qui est possible avec une personne et de se réjouir de ce qui existe plutôt que de demander à l'autre ou à soi-même ce qui n'est pas faisable. Accepter sans reproches ni culpabilité mais tel un fait neutre que le partenaire ne couvre pas tous les aspects. Ce qui forme une base pour la compersion: C'est plus facile de se rejouir quand le partenaire vit du bonheur dont on n'est pas l'origine si on ne se voit pas en seule et unique source de bonheur possible.
Malheureusement il ne publie pas en français, mais il a publié un livre en anglais (sex lies) et plusieurs en polonais.

#
Profil

Nina-M

le vendredi 03 avril 2009 à 17h49

Réponse facile : ça dépend…

Si je rentre d’une nuit torride avec un amoureux, j’imagine que je serais de très bonne humeur :-), je dirais simplement que j’ai passé une bonne soirée. S’il pose des questions, j’y répondrai mais sans rentrer dans les détails.

Sans parler de jalousie, il faut savoir faire avec la sensibilité de l’autre. Et mon intimité avec l’autre, c’est quelque chose que j’aime garder pour moi. Je ne vois pas l’intérêt pour mon amoureux et pour mon couple, qu’il sache ce que je viens de partager avec un autre.

Mais dans le cas où je me serais disputé avec mon amant. Peut-être que je lui parlerais de mon état et des questions que soulèvent cette dispute. Non pas pour qu’il m’aide à les régler, mais pour avoir son soutien, du réconfort.

Même dans une relation polyamoureuse, je crois qu’il y a des règles à fixer. De quoi peut on se parler ? Quels sont les sujets ou les détails qu’on ne veut pas aborder ? Par exemple, si mon amoureux avait passé une nuit torride avec une amante, je préfèrerais qu’il me dise qu’il a passé une agréable soirée. Là encore je crois que les détails de leur intimité ne regardent que les deux personnes concernées. Par contre, s’il s’était disputé avec elle, et qu’il se sentait mal, évidemment que j’aimerais qu’il m’en parle.

Quand un mes ex amoureux est réapparu dans ma vie, ça a été un fort moment de questionnement et de trouble. Je ne savais plus où j’en étais. C’est quelqu’un dont j’étais profondément amoureuse, et j’avais peur des conséquences de son retour dans ma vie. Je savais que son retour ne changeait en rien pour mon amoureux actuel ni à notre relation, mais j’étais aussi sûre que ça ne serait ni anodin ni anecdotique. Pouvoir en parler à mon amoureux a été très bénéfique. Je ne lui demandais pas de résoudre mon problème avec l’autre, mais d’être là, à l’écoute et bienveillant. Avoir la possibilité d’être honnête sur ce que je traversais, qu’il soit ouvert à ces discussions sont des choses qui n’auraient pas été possibles dans un couple « classique ». Il n’a pas été jaloux (ou je ne suis pas au courant), aucun reproche. Juste de l’écoute et de la compréhension.

Donc, pour répondre à la question :-) : je crois que tout dépend des règles fixées dans le couple (qu’est ce qu on se raconte, qu’est ce qu on garde pour soi), des sensibilités (jaloux, un peu, beaucoup, pas du tout) et de l’envie de chacun.

#
Profil

clown.et.lapin

le vendredi 03 avril 2009 à 21h10

Ne rien cacher : poly-amour ou lutinerie plutot.
Tout dire : exhibitionisme.
C'est très différent, comme vous le soulignez toutes, et je suis tout à fait d'accord avec vous.
En fait, le polyamour demande une meilleure affirmation de soi comme être indépendant (c'est ce qui le rend difficile, comme l'amour au fond). J'ai mis 30 ans à commencer à le comprendre !

#

(compte clôturé)

le vendredi 03 avril 2009 à 21h27

Affirmation de soi, mais aussi un tas d'autres choses:

www.polyamour.be/spip.php?article10

J'en retiens principalement le fait d'apprendre à répondre soi-même à ses propres besoins.

#
Profil

LuLutine

le samedi 04 avril 2009 à 01h08

En relisant ce texte (que j'avais déjà lu par le passé) je me dis que j'ai encore du boulot !!

Bon bah...au boulot donc !!!

#

(compte clôturé)

le samedi 04 avril 2009 à 13h28

Finalement, le lutinage c'est une école de vie... si on a envie de le voir comme ça bien sûr. C'est ça qui est si intéressant: c'est multi-couches, transverse, pluri-dimensionnel, on peut prendre un aspect particulier pour le travailler, se donner du lest ensuite, profiter, buller, attendre sereinement la prochaine tasse peut-être.

Tiens, j'ai une question pour Françoise: est-ce que vous en apprenez encore, ou depuis le temps que cela fait partie de votre vie, vous n'y pensez pas la plupart du temps? (je veux dire, en-dehors des moments où votre réflexion est sollicitée, comme maintenant).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion