Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Invasion, phase 2 ?

Social
#
Profil

Siestacorta

le mardi 14 septembre 2010 à 12h42

Le forum va pépère sur ses deux ans.

Hier, j'étais à la soirée parisienne "lectures poly". Bonne ambiance comme d'hab, des paroles stimulantes, des gens que j'aimerai croiser un peu plus souvent. Bref, excellente soirée, merci Guilain, lecteurs, sympathiques gens qui ont mis des trucs sur le buffet (surtout merci pour les MnMs), merci le taulier de Bubble, qui nous laisse mettre notre bazar et apporter notre manger.

Au niveau de la communauté Un taux de renouvellement des troupes de 50 % environ... Beaucoup par des effets de contact de Guilain. Mais pas d'augmentation du nombre de participants. Il me semble que la fourchette de participants des café poly (paris), ça tourne à peu près à ça : 20 - 30 personnes.

Alors, sur un plan plus large, je suis déçu, un peu.
Pourquoi on s'approche pas de la centaine, en fait ? Pourquoi à Paris*, où finalement, on sait qu'on est "un peu moins peu", le nombre de participants ne s'exponentialise pas un minimum ?

Je suis peut-être impatient** et utopiste, à espérer que le polyamour devienne une plus grande communauté, croissante, stimulante.
Peut-être que ce qu'on a aujourd'hui, c'est bien et on a pas besoin de plus. Je prend sur moi si ce que je vais proposer n'intéresse que moi... Pas grave, je m'en remettrai.
Peut-être aussi qu'il y a des explications qui tiennent pas de nos bonnes volontés.

Mais, peut-être aussi qu'on peut faire un peu mieux.
- Un peu plus de rameutage pour les rencontres (pistes : en plus de FB, il OnVaSortir, epanews, et doit bien y avoir des site gays, féministes et "courrier du coeur" où l'info intéresserait, et là j'ai pas encore plus réfléchi, mais ya de quoi faire, non ? Ben ça doit être un peu méthodique, et ce serait bien utile d'avoir vos suggestions de sites à informer.

- Un peu de publicité... Comme le font Rosalie ou Lulutine avec son récent lien yahoo, aller tailler le bout de gras sur les forums thématiquement frontaliers, et linker vers ici. Et dans l'humeur mégalo qui sous-tend mon petit laïus, je crois que ce genre d'intervention devrait être un peu plus concertée entre gens qui aiment forumer.

- Un peu plus de mise en avant des links avec les autres sites francopoly. Faut afficher l'existence de la communauté au delà de notre forum : tryade.fr, amours.pl, polyamour.fr, le groupe FB... Pour espérer que l'internaute se bouge jusqu'à contacter, poster, ou même venir à un café poly, faut lui multiplier les entrées possibles.

- un peu de sens de l'accueil en ligne. Très, très, très, TRES ouvert... Laisser venir à nous les petits enf... heu... les profils les plus divers, et leur donner du répondant, le fait qu'on est content de causer avec eux même si c'est des gens avec qui on a rien, mais rien-rien-rien en commun à part le sujet du PA. Je crois que de ce point de vue on se débrouille pas si mal... Mais
1) faut pas mollir, ça a fait du bien jusqu'ici, ça marche.
2) informer sur les fils qui répondent au thème, mais aussi voir que chacun ramène une histoire perso, qui demande souvent des réactions de gens, de la présence poly ... C'est l'échange entre notre expérience, notre réflexion passée et ces nouveaux qui fait que le forum vit, que les gens peuvent sentir qu'il y a ici de l'écoute, de l'envie que le PA et ses explorateurs trouvent peu à peu une place... Le particulier et le général, on fait les deux
3) on fait causer les gens qui écrivent pas bien comme ceux qu'on arrive pas à suivre tellement c'est long et bourratif (oui, je suis self-conscious, vous supportez ?). Un effort minimal pour faire vivre les échanges, chercher de quoi faire rebondir les conversations... C'est parfois un peu artificiel, on fait causer des gens dont le discours nous intéresse pas tant, mais je connais pas de meilleur moyen pour encourager des paroles plus intéressantes à sortir.
4) Bien gérer la provoc. LA notre, celle des autres... On est sur des sujets qui appellent un peu la polémique, on vit un truc mal connu : il y aura des contradictions, voilà, on fait avec. On écoute, on réagit aussi spontanément qu'on le souhaite, mais - pareil que tout à l'heure - on fait de temps en temps l'effort de transformer les balles en pépites. C'est pas si difficile. C'est pas un sacerdoce : "de temps en temps". C'est faisable. Ca réveille de se prendre des coups.

Tout ça c'est pas "la Seule Vraie Voie". C'est juste mes envies. Ce dont j'ai envie de discuter. C'est un peu aussi sur le mode "yakafokon". Ca peut ne pas en rester là.
Vous avez d'autres idées pour que le forum et plus largement la communauté se développent ? Ben ici est un bon endroit pour en parler.

.
.
.
.
* : je centralise pas le polyamour, camarades barbares de province. Heu. Camarades. Bref. Je parle des rencontres de Paris parce que ce sont celles que je suis, et qu'elles continuent à se planifier régulièrement. Mais à mon sens, le "ronron" communautaire que j'évoque n'a pas de conséquences que sur la capitale.

**: d'autant plus impatient que je suis célibataire, je sais. J'espère que ma sensibilité à la vie de la communauté n'en est pas invalidée, si ça vous semble le cas, on peut me le dire, hein, je saurai retrouver mon compte adopteunmec.com sans difficulté...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Apsophos

le mardi 14 septembre 2010 à 14h24

1) La province ? C'est quoi ce truc ?
2) Pourquoi créer une communauté, tout court ?
3) Tu veux vraiment des soirées à 100 ?

#
Profil

Boucledoux

le mardi 14 septembre 2010 à 15h34

Apsophos
1) La province ? C'est quoi ce truc ?
2) Pourquoi créer une communauté, tout court ?
3) Tu veux vraiment des soirées à 100 ?

Je ne suis pas sûr que le mot communauté soit le bon... en même temps, je n'en ai pas de meilleurs qui me vienne et à part quelques nuances de ce genre, je partage assez les sentiments que dit Siesta.

Je me souviens du grand bol d'air frais que m'a fait la découverte de polyamour.info et ensuite des quelques réunions IRL auxquelles j'ai pu assister en suite et en discutant avec une très charmante "nouvelle" hier soir (elle se reconnaitra ;) ) je me convainc que nous sommes nombreux dans ce cas.

S'apercevoir qu'on n'est pas un extra terrestre isolé dans ses ressentis et ses envies mais que c'est quelque chose qu'on peut partager avec d'autres et avec une "communauté" (va pour le mot donc) riche et vivante ça reste quelque chose qui aide à vivre et, à mon avis, à se vivre comme légitime. Et pour moi, c'est une vrai richesse personnelle toujours d'avoir cette petite bande de poly avec laquelle on peut questionner nos manières de voir, de fonctionner et d'envisager monde, amours et relations.

Donc voilà, plus on est mieux c'est ;) plus c'est visible pour les âmes perdues qui nous chercheraient sans le savoir ;) ;) et en même temps je suis moins déçu que Siesta. C'est peut-être juste que je suis plus récent sur polyamour.info ou alors c'est ma longue expérience de militant des causes perdues, je ne sais pas, mais une 30aine avec un roulement permanent ce n'est pas si mal.

N'empêche qu'il a raison Siesta. Ca vaut le coup de profiter du 2ème anniversaire pour réfléchir à comment faire mieux d'une part en coordonnant peut-être plus les efforts IRL et à mon avis aussi (surtout ?) à comment refaire de cet endroit le lieux d'accueil à la fois chaleureux vivant et intellectuellement stimulant qu'il a malheureusement cessé d'être depuis quelques mois.

#
Profil

Cavalier_de_pique

le mardi 14 septembre 2010 à 16h31

bonjour

J'ai mis un lien vers ici sur mon site.
Merci pour la soirée d'hier.

a bientôt
Chaleureusement
Laurent

#
Profil

Romy

le mardi 14 septembre 2010 à 16h39

Quel est ton site, Laurent?

#
Profil

Drya

le mardi 14 septembre 2010 à 18h18

Bonjour,
tout plein de bonnes idées Siesta, et je pense effectivement qu'une capitale comme paris et les soirées poly qui s'y font sont un échantillon représentatif (voir même plus expressif) du reste de la "communauté" (pas de vie commune, mais de principes communs - je crois que c'est une bonne définition?).

Cela dit, tout poly qu'on soit ou qu'on se cherche, faut pas nier que le net reste pour une grande majorité une source d'infos, et pas forcément de rencontres - perso, la partie forum me suffit pour ce que je cherche sur ce forum (questionnements, expériences des autres autres), les soirées poly IRL ne m'intéressent pas vraiment dans ce sens, même si j'aimerais à l'occas rencontrer certains avec qui j'ai parfois ou souvent échangé, mais c'est un tout autre aspect pour moi qui n'a rien à voir avec le côté "poly" de l'affaire.
Je pense que certains aussi "viennent voir" mais ne vont pas pour autant revenir à chaque soirée - ça va, ça vient, mais le message reste.

Voilà peut-être mes idées pour vous rassurer un peu sur la fréquentation non exponentielle des cafés poly - qui sont le pendant concret du forum, un complément logique - bravo pour ça! (+)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 15 septembre 2010 à 18h35

Juste un détail : lundi soir il y avait des journalistes, je ne sais pas si ça a joué sur la décision de certains de ne pas venir, mais c'est peut-être le cas ?
Et Guilain n'a pas organisé la soirée très longtemps à l'avance, ça aussi ça joue.

En somme, il y a énormément de paramètres à prendre en compte.

Pour ma part, si je viens à certaines soirées ça finit par être plus souvent pour retrouver des amis que pour trouver des poly...
Trouver des poly, ne pas me sentir une extraterrestre, j'en ai eu besoin dans les premiers mois. Aujourd'hui, ce besoin est moindre.

Lundi je ne suis pas restée trop tard, et je suis venue non pour les lectures mais surtout pour voir mes amis, et éventuellement de nouvelles têtes (mais ça c'est le bonus, la cerise sur le gâteau).

#
Profil

Denis

le mercredi 15 septembre 2010 à 19h41

La présence de journalistes a de quoi intimider. J'ai hésité avant de venir. J'ai hésité une fois sur place. Les paroles s'envolent, les écris restent, et les images se stockent pour une utilisation future. Je parle librement de mon style de vie à mon entourage. Je n'éprouve pas le besoin de me dissimuler. Je crois que j'ai confiance en sa capacité d'oubli et de pardon. Deux vertus que les journalistes et leurs banques d'images ont bien du mal à incarner.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 15 septembre 2010 à 22h12

Lulutine : oui, la dernière fois, lundi + journaliste + tardif, ça peut représenter des obstacles.

Mais mon observation portait sur le long terme... Ces paramètres ont varié dans les rencontres précédentes, pour un renouvellement à peu près similaire.

Drya : c'est vrai que les gens ne cherchent pas nécessairement la même chose dans le forum et aux cafés. Cela dit, le "plafond du possible" me semble pour l'instant un peu bas dans les deux cas, et rencontres virtuelles et IRL ont probablement de l'influence l'une sur l'autre...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 15 septembre 2010 à 22h16

Denis
La présence de journalistes a de quoi intimider. J'ai hésité avant de venir. J'ai hésité une fois sur place. Les paroles s'envolent, les écris restent, et les images se stockent pour une utilisation future.

Ca me parait très compréhensible. Cela dit, dans un lieu bien fait comme le Bubble (2 salles) il est possible de parler avec d'autres poly sans se risquer dans le champs des objectifs. Par ailleurs, les journalistes ne restent pas toute la soirée : ils sont là pour bosser, et ils partent généralement bien avant la fin des rencontres.

#
Profil

oO0

le jeudi 16 septembre 2010 à 02h43

Envahir ?
Envahir ?

C'est aller un peu vite. J'ai l'impression que cela tient davantage à un état d'esprit qui n'est pas encore à maturité et qui me semble dépendre davantage d'un changement profond de la mentalité sociale que d'une quelconque communauté poly.

L'engagement du mariage reste le modèle dominant des relations : "Pour le meilleur et pour le pire." Le pire ne se discute que très rarement dans un mariage, dans l'engagement à l'exclusivité d'un mariage. Le pire, c'est souvent l'irruption d'un tiers dans un couple marié, l'infidélité avec un tiers. Parmi les pires épreuves que peut traverser un couple, l'infidélité en est une, une probabilité certaine, même si ce n'est qu'une probabilité, de l'ordre de l'éventualité. Bien qu'il s'agisse d'une probabilité certaine, elle fait l'objet d'une politique de l'autruche. Les couples ne discutent pas de cette éventualité quand ils s'engagent, ils font comme si elle n'allait jamais se produire, se convainquent mutuellement qu'elle ne se produira pas sans envisager la manière d'y réagir si elle se produisait.

Concrètement, beaucoup de personnes se posent la question du tiers en dehors ou à l'intérieur de leur(s) relation(s), mais la question est loin d'être reconnue comme une question fondamentale. Il semble bien plus fondamental d'évacuer la question. Reste que cette mentalité évolue petit à petit à l'échelle individuelle et dans le monde professionnel qui entoure le couple. En attendant, la question du tiers reste une question audacieuse alors que, fondamentalement, il devrait s'agir d'une pure et simple question de réalisme tout ce qu'il y a de plus naturel. Et c'est plutôt irresponsable de fuir à l'intérieur d'une relation cette réalité, de ne pas s'y préparer sinon s'exposer au désarroi le plus complet.

Envahir ?
Envahir ?

Perso, pour ce qui est de voir plus de personnes se réunir autour de la question du tiers, je m'attends plus à ce que la recherche de relations exclusives comprenne qu'il y va de son propre intérêt de faire preuve de plus de réalisme. De plus en plus de personnes dans une relation exclusive arrivent à se respecter, à continuer à s'apprécier lorsqu'elle font face à l'épreuve d'une relation avec un tiers en dehors de leur propre relation.

Il s'agit d'un changement que j'aurais bien de la peine à formuler avec des mots. Une sorte d'abandon progressif des accents tragiques propre à l'infidélité face à leurs déchirements, une envie timide de sortir des vieux réflexes dans ce genre de situation même s'ils continuent à opérer.

Envahir ?
Envahir ?

Le changement dont je parle me semble tellement timide et important qu'envahir risque plus de le faire fuir.

Sourire ?
Sourire ?

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

oO0

le jeudi 16 septembre 2010 à 02h51

Tout cela n'empêche pas de soulever les questions d'organisation que tu soulèves, Siesta, mais histoire d'éviter de s'exposer à de faux espoirs, à leurs désillusions, je pense qu'il vaut mieux faire preuve de réalisme dans ses attentes. Et au terme "envahir", je préfère "sourire" :) Je suis sûr que tu comprends ce que je veux dire, c'est une question tellement délicate parce que douloureuse, voire extrêmement douloureuse pour nombre de personnes qu'elles n'ont pas besoin de se sentir envahies.

Bref, je pense qu'il est important que la question des amours plurielles (inclusives) n'apparaissent pas comme une menace, pas plus que la question des amours exclusives ne leur apparaissent comme une menace. Nous partageons tous les mêmes questions. Même si nous nous situons différemment, il est plus important d'arriver à s'entendre.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 16 septembre 2010 à 10h42

RIP, je comprend parfaitement !
Tu réponds en fait au titre et à un vieux fil "faut-il convertir", ou quelque chose d'approchant...

Alors, pour le moment, je ne suis pas tout à fait dans ce débat-là, qui est intéressant... mais que je prendrais par un autre bout, où les amours plurielles ne seraient qu'une partie d'un tout de la terra incognita amoureuse. Bref...

En attendant :
1) "Invasion" est un terme ironique, paradoxal, autodérisoire... Bref, c'est pour rire de mon fantasme de changement social, et aussi de mes velléités d'organisation.
2) Bon, je comprend du coup que ma tentative humoristique est peut-être malvenue par rapport au but que j'affiche. Mon idée est plutôt qu'il y a déjà des PA aujourd'hui (déclarés ou en acte), je crois beaucoup plus que je n'en voie ici ou aux café. J'aimerai, à défaut de convertir des monos et "envahir" la société, pouvoir faire que les PA se retrouvent facilement, et que notre action les aident si/quand ils cherchent leurs pareils.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 16 septembre 2010 à 11h11

Ah, et pour "communauté", terme un peu gros, comme le soulignent Aposphos et Bloucledoux...

Alors, je prend le sens très très très imprécis de web-communauté. L'ensemble des gens qui se retrouvent autour d'un caractère ou intérêt commun, d'abord en ligne, puis ensuite en ville.

Cela dit, ça aussi ça mérite réflexion. Sommes-nous une communauté dans un sens plus fort que celui que j'ai employé ? Voulons-nous l'être, pouvons-nous le devenir ?

Nous ne somme évidemment pas (encore ?)(soupir) une communauté culturelle, avec ses rites, ses commerces spécialisés et ses rapports à l'Etat . Nous ne le serons probablement jamais (re-soupir).
Le caractère que nous partageons est lui même très adaptable à des pratiques très variées, presque complètement individualisées.
En même temps, le sens minimal du terme suffit à nous différencier collectivement d'une partie de la société. Et par ailleurs, si les gens qu'on croise par ici sont bien différents, on retrouve quelques "majeures" psycho-ethico-sociales...
Enfin, il y a des intérêts à un comportement de communauté :
- se retrouver facilement,
- être en partie reconnus,
- apprendre et avancer sur ce que nous partageons.

Voilà, désolé pour la minute pompeuse.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Cavalier_de_pique

le jeudi 16 septembre 2010 à 16h54

Une communauté en rapport avec l'état ? L'idée me plait, pas en tant que communauté mais en action de revendication de liberté. Quand commencerons nous des revendications :
- Droit de contracter un mariage, un pacs, à plus de deux personnes.
- Droit d'intégrer, ou d'exclure, une personne d'un mariages, ou d'un pacs, existant.
- Droit de reconnaitre la parentalité d'un enfant à plus de deux personnes (avec droits et obligations).

Globalement, étendre a plus de deux ce qui est réservé a deux, par habitude et par la loi.

Pourquoi ne pas poser des questions sur l'égalité des droits ? Par exemple, pourquoi une personne mariée n'a-t-elle pas le droit de se marier comme en a le droit une personne pas mariée ?

Aujourd'hui quelles sont les situations juridiques existantes qui permettent d'officialiser des situations, même si ce sont des façons détournées.

Bien sur ce genre de revendications de manquera pas de dessiner des frontières claires (et conflictuelles) avec d'autres communautés...

Pour ce qui d'apporter vers l'extérieur des thèmes de réflexions dont l'objectif est de libérer les amoureux, il me semble plus opportun de globaliser les questions plutôt que de proposer le PA comme solution. Le thème le plus global me semble être l'influence de la souffrance sur nos comportements : les fausses réponses que nous donnons pour tenter d'échapper à notre souffrance, plutôt que de la résoudre. Face à cela le PA ne sera pas toujours une réponse...

#
Profil

oO0

le jeudi 16 septembre 2010 à 20h46

Siesta,

pour ma part, ce n'est pas du tout pompeux. Cela soulève une autre question, celle de la différence entre une communauté de faits et de valeurs et la reconnaissance de cette communauté. Soit le fait de partager en commun un certain mode de vie et le fait de reconnaître partager ce mode de vie.

Faire communauté sur des questions intimes, cela fait... bizarre ? Comme une impression de promiscuité, de voir la vie des autres s'immiscer dans la sienne et la sienne dans celle des autres. C'est différent pour une communauté de valeurs admises depuis si longtemps qu'elle passe pour naturelle. On parle de communauté gay, mais pas de communauté hétéro et ca fait même... bizarre d'accoler les termes communauté et hétéro. Rebref, faire communauté sur des questions intimes, cela fait... bizarre ?

Sinon, Siesta, désolé de ne pas avoir vu l'autodérision dans tes propos. Le radar de mon sens de l'humour et de l'autodérision a régulièrement des ratés.

#
Profil

oO0

le jeudi 16 septembre 2010 à 23h09

Yep Laurent,

j'ai apprécié toutes tes interventions jusqu'ici, mais je te ferais remarquer que celle-ci me semble s'éloigner du polyamour vers la polygamie. (Pour ma part, j'ai déjà du mal avec le terme "polyamour".) Lorsque j'évoquais le mariage comme modèle des relations, je ne pensais pas modifier la conception du mariage pour en modifier le modèle des relations. Je pensais plus, sans en trouver les mots, à un modèle juridique qui continue à sous-tendre nos relations et de l'autre une aspiration à des relations plus proches de l'amitié. Lorsque j'évoquais, par exemple, la tendance de plus en plus présente à se respecter et continuer à s'apprécier dans des situations de relation avec un tiers - le plus souvent associée à l'infidélité - je pense que cela m'évoquait davantage une résurgence de l'amitié dans les relations amoureuses que la revendication juridique de droits.

Là, comme signalé plus haut, cela fait deux ans que le FORUM est là. J'ai constaté qu'il y était fort peu question de l'amitié et même que certains moments tenaient plus de l'inimitié que de l'amitié. Or pour ma part, ce qui m'avait plus dans la définition de base du polyamour, c'est la place importante donnée à l'amitié, la possibilité de vivre ses amours sur un mode plus amical. (L'amitié partage le vécu de ses relations amoureuses, accompagne ce vécu, ne jalouse pas la présence de tiers, etc. Souvent, je trouve d'ailleurs l'amour bien inférieur à l'amitié, plus intense, certes, mais beaucoup moins ouvert.) Parfois, je me sens plus proche de connaissances de ma génération ou d'une autre génération qui, après une rupture ou un divorce, conserve une certaine amitié.

Au final, je pense - c'est un avis tout personnel - que le changement est en train de se faire là, tant au bénéfice des relations exclusives que non-exclusives. L'amitié ne peut mal d'être formulée juridiquement, il s'agit donc plus d'un changement informel.

Invasion (auto-dérision, dac), revendication, ce n'est pas très... amical. Voilà, ce qui me gêne.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 16 septembre 2010 à 23h50

Bonjour,

Je prépare actuellement un documentaire de 52 minutes pour Zone interdite (M6) sur le couple et la fidélité. je m'interroge sur ce qu'est la fidélité, l'infidélité, son histoire culturelle, juridique, sociale et je voudrais montrer qu'il existe d'autres façons de vivre des relations conjugales que le modèle de couple "classique" basé sur l'exclusivité sexuelle. Je cherche des témoignages de personnes qui basent leur relations sur le mode du "polyamour" ou qui envisagent les relations de couple de cette façon.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 17 septembre 2010 à 00h16

Aymone : bonjour. LEs rencontres sont à un rythme "relativement mensuel", je ne sais pas si ça correspondra facilement à votre demande...

Je vous conseille de contacter Guillain, à partir de la page "amours.pl", qui est très réactif pour les appels à témoignage.

RIP : oui, tu as raison, le sens plein de communauté n'est pas très adapté à mon sens à la question du polyamour. Mais, par exemple, si tu parles de la communauté échangiste, tu vois quand même qu'il y a une réalité à la chose.
Sans doute que par défaut, on parle aujourd'hui de communauté quand son identité s'inscrit dans une communauté plus globale...

#
Profil

Cavalier_de_pique

le vendredi 17 septembre 2010 à 09h11

Oui, bien sur, l'aspect juridique du polyamour est la polygamie. Je ne crois que le polyamour puisse se contenter d'être une gentille explication au relations extra-conjugales ! Pas plus que les amours homosexuelles ne se contentent d'un statut d'amitiés particulières ! Tiens je devrai même ouvrir un fil spécifique sur les aspects juridiques...

Quant aux mot polyamour, je ne l'aime pas non plus, et je ne l'emploie qu'ici. quand je parle des mes chaises, je dis mes chaises, pas mes polychaises, ou mes chaises plurielles, je m'est juste un s à le fin du mots.

Et finalement, je n'ai pas trouver dans le définition du mot sur ce site, une allusion particulière à l'amitié...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion