Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'effet kiss-cool de l'amour multiple

Témoignage
#
Profil

titane

le samedi 12 juin 2010 à 15h47

L’effet Kiis-cool de l’amour multiple…

Désolé Amorgen, je vais être lyrique j’en ai bien peur. Je me baladais sous ce soleil écrasant le long de ce lac et voilà en résumé mes observations.

J’aime au pluriel depuis une huitaine d’années peut-être neuf (je ne suis qu’un homme donc pas doué dans les dates). Au début ce fut un choc (Je parle de ma première fois là hého !) : un sourire croisé et tout à implosé en moi… une évidence inimaginable s’est imposée : je les aime toutes les deux ! du coup j’ai eu plein de choses à réajuster en moi pour que cette évidence en soit vraiment une en moi, elle telle qu’elle était.

Une année de réflexion confuse, de dialogue avec ce sourire et ce regard qui sont devenus une amie, une amie amoureuse, un amour amical… et qui n’a cessé de l’être depuis

J’ai vécu mes premiers amours multiples dans la discrétion et la pudeur… je n’assumais pas ?.... je ne pensais même pas comme ça ! J’aimais c’est tout ! Cette discrétion, cette pudeur, ces jardins secrets nous allaient à tous très bien. Seule une fois, le secret a pesé sur l’équilibre psychologique d’une de mes amours (mono-amoureuse, elle) jusqu’à ce qu’à son tour elle s’ouvre à l’amour pluriel et se retrouve donc dans une situation amoureuse « socialement » difficile à expliquer.

Avec les années et les réflexions, les lectures, les échanges, les doutes et les certitudes qui s’écroulaient, je me suis libéré de ma peur de me dévoiler dans l’essentiel : oui j’aime au pluriel et les détails n’intéressent que moi. Oui c’est délicieux et si c’est possible… non je ne suis pas le seul… et non ce n’est pas amoral et même c’est très éthique !

Et voilà l’effet « kiss-cool » dont je voulais témoigner ici : depuis deux ans, plus j’en parle avec sincérité et simplicité, plus je fais des rencontres insoupçonnées et inattendues… en voilà les deux derniers exemples :

Une semaine de vacances en famille dans un centre de vacances avec d’autres familles dont une que je ne connaissais même pas. Quelques heures à se côtoyer de façon conviviale. Quelques remarques et phrases échangées au hasard des conversations sur le sujet, de façon assez éloignée et floue. Fin du séjour, au revoir, on s’échange téléphones et emails… un échange de photos est la première excuse pour une reprise de contact avec une petite phrase invitante… un échange personnel commence, de plus en plus curieux et de plus en plus intime où je révèle de façon plus précise ma capacité (pas mes expériences) d’aimer au pluriel… et voilà une des réactions : « ce que tu me dis me touche au plus profond de mon âme et de mon corps… je t’envie tellement ! »… depuis nos échanges sont plus intimes, mais ça ne vous regarde plus…

L’autre exemple est encore plus surprenant : une fête d’anniversaire avec beaucoup de gens inconnus… quelques phrases par ci par là… peut-être en tout un échange d’une ou de deux heures maximum et de façon non continueavec cette longue chevelure rousse…. Une semaine plus tard une invitation facebook… et le point de départ d’un échange passionné et libérateur en à peine quelques emails… elle me parle d’avoir ressenti une « connexion », une « disponibilité » qui l’avait troublée… et la suite ne vous regarde plus non plus…

Je me demande si aimer au pluriel de plus en plus sereinement ne « se voit » pas sur mon visage ou n'irradirait pas une certaine « disponibilité » qui trouble… ce que je crois surtout c’est que si on croit ici que nous sommes une avant-garde ou « en marge » de quelque chose, je crois surtout qu'on ne soupçonne pas la taille du tsunami sur lequel on surfe ! je rencontre de plus en plus de femmes (ben ouais je ne côtoie pas vraiment les hommes encore), et surement des hommes, qui n’attendraient que des opportunités pour libérer leur capacité d’aimer au pluriel…. Bien sur pas forcément au grand jour et dans un « acte subversif », ou au sein d’un mouvement social ou culturel quelconque, mais juste pour aimer, bordel !

En tous les cas mes « rencontres » sont exponentielles mêmes si elles ne se concrétisent pas, mais il me semble que, potentielle ou réelle, ce que nous pensons vivre d’unique ici est déjà une réalité bien plus grande que nous le pensons.

Voilà !

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 12 juin 2010 à 19h27

Lyrique,sensuel,clair!
Du titane mais du vrai:libre et gratuit.
Ca donne presque envie de devenir poly amoureuse ....
Ca donne presque envie de faire partie de ton monde.....

#

(compte clôturé)

le samedi 12 juin 2010 à 19h34

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 13 juin 2010 à 18h15

J'aime beaucoup ton effet kiss-cool, même si j'ai rien dit plus tôt ;-)
Sérieusement, merci pour ce témoignage...

#
Profil

LuLutine

le dimanche 13 juin 2010 à 19h14

Je pense aussi, comme Titane, que lorsqu'on le vit naturellement, ça ne pose pas de problème et que les gens ne s'enfuient pas en courant, bien au contraire.

Les gens avec qui j'en ai parlé ne se sont pas enfuis en courant, loin de là. Même si je n'ai pas forcément développé de relations intimes avec eux (ce qui n'était pas mon intention de toute façon).

:)

#

(compte clôturé)

le lundi 14 juin 2010 à 11h14

Je viens d ecrire dans assumer ou pas
mais j aurai pu y mettre ici!
Ca collait bien mais pas assez douée pour copier coller.

#

(compte clôturé)

le lundi 14 juin 2010 à 21h36

Je nage en plein bonheur en ce moment et ca c est l effet kiss cool.
Au debut je n'y croyais pas trop:peur de me perdre surtout.
En fait je me retrouve ou plutot je me suis trouvée.

Ca n'a pas été simple et il m'en a fallu des heures de lecture ici
des nuits sur le chat, des heures et des heures de discussions avec bisounours;
Mon etroitesse d'esprit ne me fesaient voir que le coté obscur.
Comment ce s'est decanté'je ne le sait pas moi meme .
D'un seul coup j'ai trouvé ma voie ,comme une evidence,comme une porte qui s'ouvre apres avoir frappé pendant de heures.
Croire qu'on peut garder son mec en l'enfermant et en le faisant bouillir,parfois atteindre le point de non retour.
Se retrouver seule pour mieux voir comme il nous manque.
Apres tout ces hauts et ces bas decouvrir qu 'on a ramé si longtemps a coté du bateau.
Decouvrir enfin le prix de la gratuité!
Moi qui ne savait pas communiquer j'ai appris a le faire.
Je ne suis pas encore au sommet et je ne sait meme pas si il y en a un.
Mais je grimpe et ca me stimule alors je continue de grimper !

#
Profil

titane

le lundi 14 juin 2010 à 21h46

Se retrouver seule pour mieux voir comme il nous manque.... voilà ce que j'ai appris aussi avec l'amour pluriel! Apprendre à aimer le "manque" de l'autre car il est plein d'elle! Apprendre à aimer à désirer comme un plaisir à part entière...

aimer dans l'abondance et plus dans le manque... on a eu quelques discussions là dessus... me sentais un peu seul...

En tous les cas moi je le vis comme ça et je suis heureux...

#

(compte clôturé)

le lundi 14 juin 2010 à 21h56

L' attente est peut etre la plus belle partie de l'amour
celle ou tu reve ou tu fantasme
deconnectée du monde
seule avec mes reves de toi ,de lui
Je suis heureuse aussi parceque j'ai fermé ma porte
a la tristesse
a la jalousie
a la peur.
Ouvre toi et le monde s'ouvrira a toi.
Moi je suis ouverte ,libre et gratuite
et resolument heureuse

#
Profil

titane

le mardi 15 juin 2010 à 18h32

je ne crois pas avoir été clair...

J'ai appris à aimer le manque de l'autre comme une manifestation de sa présence: tu me manques parce que je te désire... je ne peux désirer que ce que je "connais"... je te désire parce que ton empreinte ou ta présence en moi vibre... est-ce un manque ou de l'abondance ?

un vide plein de toi ! c'est déjà un bonheur ! désirer est déjà un bonheur en soi ! car il se réfère non pas à un manque mais à une présence : toi !

je ne ressens finalement que de ton abondance, même dans l'absence !

Etre vaiment seul c'est ne plus avoir quelqu'un à qui penser... le vrai manque est de ne plus désirer personne... là il y a une vraie souffrance

En aimant au pluriel, j'ai plusieurs "manques" qui sont bien remplis !! De l'abondance...

dernière tentative: une empreinte n'est pas vide, elle est "pleine" de celle qui la laissée... un archéologue qui regarde une empreinte de dino, ne voit pas de vide: il voit déjà la bête !!! et s'en réjouit

C'est la même chose en moi... toutes ces empreintes sont des présences pas des manques... cette douce souffrance de désirer devient un plaisir.

Plus clair ?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 15 juin 2010 à 18h45

titane
je te désire parce que ton empreinte ou ta présence en moi vibre... est-ce un manque ou de l'abondance ?

un vide plein de toi ! c'est déjà un bonheur ! désirer est déjà un bonheur en soi ! car il se réfère non pas à un manque mais à une présence : toi !

Je vois bien, mais non. Mon moi a une jouissance aussi théorique que la peine que d'autres ressentent à ce moment.
Mon moi prend autant de place que le tien, hein, je ne juge que ce que tu en déduis. Il tient autant de place, mais je le déplore, parce que si ce n'était pas le cas, sa sensibilité à autre chose que lui serait plus grande

#

(compte clôturé)

le mardi 15 juin 2010 à 21h26

douce souffrance de desirer:
peut etre pas une souffrance le mot est trop fort.
Plutot le plaisir de l'attente: oui c'est bien ca!

#

(compte clôturé)

le mardi 15 juin 2010 à 21h37

titane
je ne crois pas avoir été clair...

J'ai appris à aimer le manque de l'autre comme une manifestation de sa présence : tu me manques parce que je te désire... je ne peux désirer que ce que je "connais"... je te désire parce que ton empreinte ou ta présence en moi vibre... est-ce un manque ou de l'abondance ?

un vide plein de toi ! c'est déjà un bonheur ! désirer est déjà un bonheur en soi ! car il se réfère non pas à un manque mais à une présence : toi !

je ne ressens finalement que de ton abondance, même dans l'absence !

Etre vaiment seul c'est ne plus avoir quelqu'un à qui penser... le vrai manque est de ne plus désirer personne... là il y a une vraie souffrance

En aimant au pluriel, j'ai plusieurs "manques" qui sont bien remplis ! ! De l'abondance...

dernière tentative : une empreinte n'est pas vide, elle est "pleine" de celle qui la laissée... un archéologue qui regarde une empreinte de dino, ne voit pas de vide : il voit déjà la bête !! ! et s'en réjouit

C'est la même chose en moi... toutes ces empreintes sont des présences pas des manques... cette douce souffrance de désirer devient un plaisir.

Plus clair ?

<3 (+)

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 juin 2010 à 07h38

Coucou,
j'aime bien ton temoignage Titane. Sa legereté , son optimisme...
Il a un coté "etincelant" et magique émouvant et pourtant d'une simplicité, comme une évidence...
j'ai toujours cru à la possibilité qu'avait chacun de transformer le monde, à son echelle, autour de soi; simplement en étant pas indiffèrent. De la disponibilité, une ouverture et certainement une estime de soi et une paix interieure (tout moi en ce moment quoi:-/ ) qui libere les energies, les desirs et rassure dans le meme mouvement les personnes "irradiées".
Je retrouve beaucoup de ça chez Anne,

Tigre.

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 juin 2010 à 12h26

Il y a des personnes comme titane qui irradient.
Pas besoin de longs discours tu sent ce qu'il diffuse.
Parfois il suffit de regarder droit dans le coeur pour comprendre;
C'est pas donné a tout le monde mais faut aussi etre receptif;
En etat de voir les choses.
C' est tout ton etre qui diffuse alors il ne reste qu' a cueillir ,accueillir.

#
Profil

PolyEric

le mercredi 16 juin 2010 à 13h10

Le nouveau Tigrecorche vient de sortir

#

choupette (invité)

le mercredi 16 juin 2010 à 15h35

J'ai meme cru l'espace d'un instant que c'etait pas lui....

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 juin 2010 à 18h45

Je propose que titane nous fasse un stage d 'irradiation
cet été.

#
Profil

titane

le mercredi 16 juin 2010 à 18h56

je dois dire que cette légèreté, cet optimisme... ne sont pas des "états stables"... ce n'est pas une "arrivée"... c'est un processus de tous les jours, car comme nous le rappelle Siestacorta, notre "moi" ou notre égo sont toujours là avec leur utilité comme "sixième sens"...

Il ne s'agit de vaincre ses peurs, ses doutes, sa jalousie, sa possessivité, son orgueil... une bonne fois pour toute... je crois bien avoir démontré que j'ai un amour propre encore trop développé et que si on appuie dessus je réagis encore trop vite...

Je crois qu'il s'agit de reconnaître, en baissant nos gardes, que l'amour est ainsi et qu'il est plus "raisonnable" de se libérer de cette emprise impulsive et réactive de nos peurs, doutes, jalousie, etc. afin qu'ils ne nous mènent plus par le bout du nez, mais qu'ils se contente de nous signaler un certain "glissement", "déséquilibre".

Si je ressens tout à coup de la jalousie, je dois la reconnaître, sans la juger "bonne" ou "mauvaise", accepter cette souffrance comme signal (j'ai mal) et non comme "identité" (je souffre) afin de pouvoir, moi, me réajuster et faire cet effort (ou se lâcher-prise) dans l'acceptation, le respect de la liberté de l'autre... éviter mes propres pièges qui me font glisser vers la possessivité, une certaine exclusivité, vers la recherche d'un certain "contrat d'assistance affective mutuelle" sécurisant...

Comme dit Nietzsche: la guerre est en moi et je ne suis en paix que quand je la fais!

Mais quand on a goûté à quelques moment de cette légèreté et optimisme... lorsqu'on s'est laissé allé à cet amour libre, gratuit et spontané, même pour un court instant... on a du mal à le "lâcher" !

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 juin 2010 à 19h05

C'est comme le velo:t'as appris a pedaler , tu n'oubliera jamais!
Plus jamais !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion