Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Cette sensation de décalage entre les dire et les faits ?

Sexualités
#

Lily (invité)

le dimanche 04 avril 2010 à 20h13

Depuis un moment, je vous lis, et je découvre le polyamour, par des discutions, des rencontres... Et il y avait quelques chose qui me dérangeais, et je ne savais pas trop quoi, jusqu'à ce que je mette le doigts dessus.... oups.

J'ai cette sensation d'un décalage entre les dire et les faits, parfois.
Je ne cherche pas à faire une généralité, car chaque personne, histoire est différente.

Je m'explique :

Dans le forum, on parle de l'amour, des relations amoureuses, d'honnêteté vis a vis de ses partenaires, de doute, de souffrance.... rien d'anormal me direz vous ! non serte.
Mais il y a un aspect oublié, la rencontre des désirs, de sexe, qui pour moi ne s'accompagne pas d'amour obligatoirement. Et j'ai cette impression que certain polyamoureux(se) qui ne se dise pas libertin(e), le sont comme même sous couverture du polyamour ; ou sans être libertin vraiment ne résistent pas à leurs désirs et en oubliant tout leurs beaux discours.

#

(compte clôturé)

le dimanche 04 avril 2010 à 20h23

Ah ben au contraire, on en a beaucoup parlé dans les fils, il me semble.

Mais dans lesquels, ça...

#

(compte clôturé)

le dimanche 04 avril 2010 à 20h28

Lily
Mais il y a un aspect oublié, la rencontre (...) de sexe, qui pour moi ne s'accompagne pas d'amour obligatoirement.

pour moi non plus.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 04 avril 2010 à 20h32

Lily
Et j'ai cette impression que certain polyamoureux(se) qui ne se dise pas libertin(e), le sont comme même sous couverture du polyamour ; ou sans être libertin vraiment ne résistent pas à leurs désirs et en oubliant tout leurs beaux discours.

Je dirais, en méthode approximative, que plusieurs polyamoureux ont parfois des "périodes" libertines, mais pas assez continues ou répétées pour se définir comme libertins.

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 04 avril 2010 à 21h35

Lily

Mais il y a un aspect oublié, la rencontre des désirs, de sexe, qui pour moi ne s'accompagne pas d'amour obligatoirement. Et j'ai cette impression que certain polyamoureux(se) qui ne se dise pas libertin(e), le sont comme même sous couverture du polyamour ; ou sans être libertin vraiment ne résistent pas à leurs désirs et en oubliant tout leurs beaux discours.

Pourquoi en oubliant ? Je ne suis pas libertin, pas au sens moderne du mot en tout cas, qui est assez précis et concerne un ensemble de pratiques assez précises et même parfois codifiées (clubs, soirées, échangisme, etc...) de recherche de sexe pour le sexe.
Par contre, même si cela ne m'arrive pas très souvent (pour être plus précis, même si je ne le concrétise pas très souvent ;) ), j'aime bien aussi des rencontres et des aventures ou l'attirance physique et le désir est la principale -ou la seule- composante, sans autre soucis de construction ou de relations plus intimes. Par contre, je ne vois pas du tout que ce soit contradictoire ou que ca implique d'oublier "les beaux discours". La seule obligation étant que cela se passe dans le respect de l'autre, de ses désirs, de ses ressentis et de ses sentiments, ce qui ne me semble nullement contradictoire.

#

(compte clôturé)

le dimanche 04 avril 2010 à 21h36

Et que les configurations sont si multiples, que ce n'est possible ni de définir ni d'exclure qui que ce soit comme ceci ou comme cela. Chaque relation se définit de manière particulière, en fait...

#
Profil

Paul-Eaglott

le dimanche 04 avril 2010 à 23h35

Je crois que je comprends ce que tu veux dire, Lily, mais il me semble que ça part d'une vision a priori négative de la sexualité.
Je ne te le reproche pas (notre société occidentale judéo-chrétienne nous fait rentrer dans le crâne depuis l'enfance que le sexe est une activité impure, coupable, malsaine, déviante, improductive -- et qui en plus nous rend moins rentables que si on défoulait notre frustration dans des achats compulsifs... -- et il n'y a pas de raison que ça ne t'ait pas influencée aussi dans la construction de tes valeurs), mais je t'invite à ré-interroger cette distinction que tu fais entre amour et désir/sexualité. Où serait la limite ? Le désir ne serait-il pas une forme d'amour parmi d'autres ? Je mets à part les éventuels comportement de purs égoïstes qui recherchent un plaisir personnel en utilisant autrui pour cela, mais en dehors de ça, est-ce qu'une rencontre purement sexuelle, où chacun désire faire plaisir à l'autre dans un échange de caresses, ne relève pas d'une forme d'amour ?

Tiens, je pousse la réflexion un peu plus loin : hormis le cas déjà évoqué où, après avoir fait l'amour, tu dis à ton partenaire "dégage, j'ai plus besoin de toi" une autre chose moins caricaturale mais qui peut être mal vécue serait qu'après avoir fait l'amour, un des deux partenaires se dise "ça y est : puisqu'on a fait l'amour, nous sommes liés pour la vie et on va vivre ensemble et faire des bébés" quand l'autre se dit "j'espère qu'on se reverra de temps en temps"... (Un malentendu comme ça, ça peut faire mal.)
Dans l'absolu, qui aime le plus l'autre ? Celui qui considère (comme la société le lui a inculqué) que "coucher, ça ne se fait pas à la légère et que si on n'assume pas ses responsabilités après s'être donné à quelqu'un, c'est qu'on n'est pas honnête" ? Ou celui qui laisse venir les choses en fonction des éventuels désirs à venir ?
Spontanément (parce que moi aussi j'ai grandi en Europe) je me dis que s'il y a un "salaud" c'est le deuxième. Mais en regardant un peu plus attentivement, et de façon plus détachée, dans le premier cas, je détecte une obéissance (inconsciente, probablement) à la norme sociale. (Pas exactement de l'amour, donc). Dans l'autre cas, quelque chose de plus léger, certes, mais qui fait reposer les décisions à venir sur les envies des deux partenaires. Et ça me semble donc plus proche de l'amour.

Certes, on sort de la conception "sentimentale" de l'amour, qui est la seule en Occident à bénéficier du cachet AOC, mais les polyamoureux sortent souvent de la norme, c'est évident, et le regard social ne peut que le leur reprocher...

Et c'est vrai que cette forme d'amour, légère et "irresponsable", mais sans mauvaise intention, est de nature à blesser ceux qui obéissent aux "normes sociales" amoureuses, parce qu'ils ne comprendront sans doute pas et se sentiront bafoués ; mais une fois de plus, la cause de leur éventuelle déception sera davantage à imputer aux normes sociales qu'aux agissements d'un(e) amant(e) libre.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 04 avril 2010 à 23h56

Est-ce qu'il ne pourrait pas y avoir une position intermédiaire ? Entre ces deux formes d'amour, et aussi entre ces deux réactions.

#
Profil

Gin

le lundi 05 avril 2010 à 00h29

toutes les positions sont dans la nature !

#
Profil

Paul-Eaglott

le lundi 05 avril 2010 à 00h42

insognare
Est-ce qu'il ne pourrait pas y avoir une position intermédiaire ? Entre ces deux formes d'amour, et aussi entre ces deux réactions.

Bien sûr, Insognare, plein d'intermédiaires possibles. J'essayais juste de débusquer ce qui peut conduire quelqu'un de bonne foi à avoir un ressenti négatif, comme cela semble être le cas pour Lily, à propos de la façon que peuvent avoir certains polyamoureux de vivre une non-exclusivité plus sexuelle que sentimentale.
Et il me semblait que même sans un jugement moral (du genre "le sexe sans sentiment, c'est un pécher !"), un ressenti négatif pouvait venir de ce qu'on a facilement l'impression qu'une sexualité libre fait souvent souffrir un des partenaires (qui "se fait avoir", par exemple). Et j'essayais d'imaginer une situation de ce genre, et de l'analyser. C'était pas limpide, cela dit. :-)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 05 avril 2010 à 01h04

Je crois que celui qui souffre a sans doute un travail à faire sur lui. Sur sa façon d'appréhender les formes d'amour légères, sur l'attachement, etc.
Mais aussi que celui qui involontairement fait souffrir, peut trouver un intermédiaire entre le "je t'aime à la folie" et le "à la prochaine éventuellement". Pour moi c'est là que peut entrer l'idée d'"amitié amoureuse", et la tendresse.
(Si si c'était très clair, c'est moi qui songe à voix haute. ^^)

#

Lily (invité)

le lundi 05 avril 2010 à 01h11

- Paul-Eaglott

Ma première réaction quand j'ai lu ton message est un grands sourire sur mes lèvres, presque un rire entre le décalage de qui je suis et cette projection de mon " apriori négative de la sexualité. "

Après....Je comprends que le sujet que j'ai lancé, la façon dont je me suis exprimer puisse t'amener à cela....

Mais sache que je n'ai aucun priori "négatif de la sexualité", je suis quelqu'un qui c'est libéré depuis longtemps de ces carcans à ce sujet ;)

"Bien sûr, Insognare, plein d'intermédiaires possibles. J'essayais juste de débusquer ce qui peut conduire quelqu'un de bonne foi à avoir un ressenti négatif, comme cela semble être le cas pour Lily, à propos de la façon que peuvent avoir certains polyamoureux de vivre une non-exclusivité plus sexuelle que sentimentale."

Justement je n'ai aucun ressenti négatif à propos de certains polyamoureux qui vivent dans la non exclusivité plus sexuel que sentimental, si cela est clairement dit !!!!!!!!

#

Lily (invité)

le lundi 05 avril 2010 à 01h34

insognare
"Mais aussi que celui qui involontairement fait souffrir, peut trouver un intermédiaire entre le "je t'aime à la folie" et le "à la prochaine éventuellement". Pour moi c'est là que peut entrer l'idée d'"amitié amoureuse", et la tendresse."

Je suis d'accord avec toi Insognare, mais ce que tu appels "amitié amoureuse" , enfin je pense que c'est la même choses...
Moi je l'appel "sexfreinds", j'en ai eu même si au début c'était pas prévu comme ça. Mais se que j'ai apprécié, c'est que ces hommes était claire avec eu même et avec moi. Et moi avec moi même et avec eux. Après chaque histoire s'écrit au fur et mesure.

#
Profil

Paul-Eaglott

le lundi 05 avril 2010 à 08h53

Ah bon ben alors oui d'accord, Lily, j'ai répondu à tout-à-fait autre chose que ce que tu disais, semble-t-il... :-D
Cela dit, je vais essayer de mieux comprendre :

Lily
Mais ce que j'ai apprécié, c'est que ces hommes étaient clairs avec eux-mêmes et avec moi.

Clairs sur quoi ?
Ce qui te dérange, c'est quand un homme qui a "juste"* envie d'être ton sexfriend utilise le mot "amour" pour justifier son comportement ?

Ou bien je suis encore à côté de la plaque ?

*Je dis "juste" avec des " " parce que, du point de vue de certains, l'amitié amoureuse est une des formes les plus pures et les plus authentiquement abouties de l'Amour, et qu'ils contesteraient l'emploi dévalorisant de "juste" pour en parler...

#
Profil

Amande

le lundi 05 avril 2010 à 09h00

Certains polyamoureux utilisent le "je t"aime " de manière légère sans se rendre compte de ce que celà peut signifier pour l'autre.

#

(compte clôturé)

le lundi 05 avril 2010 à 09h22

Mais c'est peut-être aussi à celui qui se l'entend dire de demander des précisions pour pas se faire des films? C'est tellement équivoque comme affirmation, que c'est une bonne idée de découvrir de quoi est fait le lien - ça prend du temps, parfois. Parce que même si chacun savait exactement ce qu'il veut, ce qu'il souhaite, ce qu'il peut, etc... Si je t'aime voulait dire "pour toujours, et ah tu verras tu verras / ça va être merveilleux toutes ces tuiles bleues", ça se saurait...

Et puis dans un même lien, ça peut évoluer, s'escamoter, revenir encore plus fort... Et le monoamoureux aussi, peut dire je t'aime de cette manière. C'est sûrement très sincère sur le moment, je le dis souvent à ma sœur de cœur, à ma sœur d'origine, à des amis avec lesquels je n'ai pas de sexe... plus souvent qu'à mes amoureux, en fait.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

Christian (invité)

le lundi 05 avril 2010 à 19h18

Je crois que l'on peut dire "je t"aime" quand on a envie d'être avec cette personne et surtout lorsqu'on est heureux qu'elle soit heureuse....

#
Profil

Junon

le lundi 05 avril 2010 à 23h12

D'accord avec Clémentine...je le dis aussi beaucoup à mes amis et donc parfois, il faut un peu redéfinir cette manifestation d'affection: amour, amitié amoureuse, désir et/ou amitié.

#
Profil

Romy

le lundi 05 avril 2010 à 23h28

Lily, ce que je comprends de ton message, c'est que tu vois une différence entre l'ami-amant dont on est amoureux et le sex friend comme tu appelles, dont on n'est pas vraiment amoureux. Est-ce que les deux s'inscrivent dans le polyamour? Je crois que oui, si le sex friend est à la base, un "friend" et que la relation n'est pas uniquement sexuelle et hygiénique :-).

J'ai eu un amant dont j'étais vraiment amoureuse. Complicité particulière, sentiment amoureux...Là, on était clairement dans le polyamour.
J'ai aussi des amis que je vois parfois avec qui, à l'occasion, il y a intimité sexuelle. Mais ce n'est pas la même chose. Je n'arrive pas à me considérer amoureuse dans ce cas. Mais le fait que la relation ne soit pas uniquement fondée sur le sexe (c'est, à la base, un ami) m'empêche de considérer ces relations uniquement comme des sex friends. Polyamour pourrait tout aussi bien s'appeler polyamitié, mais ce mot n'aurait pas la connotation "intimité sexuelle" que le mot polyamour évoque pour moi.

#

Lily (invité)

le mardi 06 avril 2010 à 00h01

Oulàlà toutes ces réponses qui mènent sur des chemins différents et semblable à la fois. C'est super merci....

Je vais essayer de répondre ....

Paul-Eaglott : Clairs sur quoi ?
Ce qui te dérange, c'est quand un homme qui a "juste"* envie d'être ton sexfriend utilise le mot "amour" pour justifier son comportement ?

Quand je dis claire, cela veut dire qu'il savent ce qu'ils veulent et l'exprime clairement afin qu'il n'y ai pas de mal en entendu, ou des attentes différentes et comme le dit "clémentine", éviter de se faire des films.

Clémentine : C'est sûrement très sincère sur le moment, je le dis souvent à ma sœur de cœur, à ma sœur d'origine, à des amis avec lesquels je n'ai pas de sexe... plus souvent qu'à mes amoureux, en fait.

Je suis comme toi je dis souvent je t'aime, à ma famille, mes amis...

Rosalie, Lily, ce que je comprends de ton message, c'est que tu vois une différence entre l'ami-amant dont on est amoureux et le sex friend comme tu appelles, dont on n'est pas vraiment amoureux.

Oui tout à fait, après moi mes sex freind, sont parfois devenu des amis amant, d'autre son rester des sex freind mais plus basé sur le sexe que sur l'amitié. Alors appel ton ça simplement des amant...chacun à ses définition propre.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion