Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

C'est quand qu'on dit à son chéri ou sa chérie, qui est aussi poly, qu'on est en train de craquer pour quelqu'un?

#
Profil

Jena

le dimanche 28 mars 2010 à 11h43

Idem.

Junon
Pour approfondir, à l'un j'ai dit trop tard mes sentiments pour l'autre et à l'autre...trop tôt.

Mais je suis en général très lente à évoquer mon amour, j'attends un maximum pour être sûre de moi.

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 mars 2010 à 00h11

Je crois aussi que c'est différent quand on est dans une relation initialement mono mais qui évolue en poly, ou dans une relation poly dès le début.

Dans une relation anciennement mono, on aura peut-être tendance à mettre plus de règles, plus de limites, au moins au début de l'évolution, genre "pas question que tu aies des vues sur quelqu'un sans m'en parler avant".

Dans une relation poly à la base, où on n'a pas pris l'habitude d'attendre que l'autre nous rende des comptes (parce que mine de rien, dans une relation mono, je pense qu'on peut facilement prendre cette habitude), on va être super content pour l'autre quand il nous raconte "l'autre jour, j'ai dîné avec telle personne, et après on a passé la nuit ensemble" (alors qu'on ne savait pas que quelque chose se tramait entre eux).

Je force peut-être un peu le trait, mais ça correspond plus ou moins à mon vécu.

#
Profil

ERIC_48

le lundi 29 mars 2010 à 00h16

Je plussoie

#
Profil

Dreltak

le lundi 29 mars 2010 à 08h16

Faut tout d'même faire la différence entre une règle gravée dans le marbre, sacrée, limite énoncé par dieu (j'caricature a peine), et une règle susceptible d'évoluer, justement parque énoncé clairement par les deux partenaires.

Et c'est pas parce qu'il n'y a aucune règles que la relation va mieux.

Et pis l'énoncé "inutile de tout se dire en temps réel" est aussi une règle lol

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 08h43

A partir du moment où les protagonistes savent que le Lutinage existe entre eux, pourquoi raconter les choses en détail? La franchise, c'est ne pas mentir, pas forcément tout raconter, non? Parfois, certains racontent tout en détail pour titiller l'autre ( "tu vas voir si t'es pas jaloux (se)) ou par une forme de voyeurisme/exhibitionnisme qui peut blesser, être vulgaire". Il y a d'autre sujets de conversation que ses amours, non? Si on est Lutin, c'est aussi pour éviter l'obligation fusionnelle de la monogamie, par envie ou besoin d'un territoire personnel, où on ouvre la porte quand on le souhaite, pas par obligation ou "règles d'airain entre partenaires". Je crois à une clarté de départ "nous sommes poly" et une délicatesse d'arrivée: "nous sommes polis".

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 08h54

C'est quand qu'on dit à son chéri ou sa chérie, qui est mono, qu'on est en train de craquer pour quelqu'un => de (re)devenir poly ?
HS je sais. Mais bon... :-/ Mal au coeur de lire ce fil.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 29 mars 2010 à 09h46

insognare
C'est quand qu'on dit à son chéri ou sa chérie, qui est mono, qu'on est en train de craquer pour quelqu'un => de (re)devenir poly ?
HS je sais. Mais bon... :-/ Mal au coeur de lire ce fil.

Bof... Pas si HS, dans un sens où, si j'ai bien compris, tu n'as jamais caché ton questionnement, et que cela ne l'a pas fait fuir. Et puis dire "je deviens poly" c'est justement l'inverse de dire "je te quitte pour quelqu'un d'autre".

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 11h22

Oui..C'est l'inverse. Mais c'est le bordel aussi.
Je devrais peut-être faire une recherche dans les fils pour voir s'il n'y en a pas un qui colle plus à ma perplexité.

#
Profil

Drya

le lundi 29 mars 2010 à 12h15

Tiens, je me disais justement que j'allais rouvrir un fil sur "comment faire comprendre à un amoureux exclusif que le polyamour peut être un bonheur et pas un renoncement?" - ou "comment faire comprendre qu'exiger de choisir n'est pas forcément plus légitime que ne pas vouloir choisir"... - etc.
...Mais il y en a déjà tant, on devrait peut-être ressortir les archives inso?

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Dreltak

le lundi 29 mars 2010 à 12h25

Francoise
A partir du moment où les protagonistes savent que le Lutinage existe entre eux, pourquoi raconter les choses en détail ? La franchise, c'est ne pas mentir, pas forcément tout raconter, non ? Parfois, certains racontent tout en détail pour titiller l'autre ( "tu vas voir si t'es pas jaloux (se)) ou par une forme de voyeurisme/exhibitionnisme qui peut blesser, être vulgaire". Il y a d'autre sujets de conversation que ses amours, non ? Si on est Lutin, c'est aussi pour éviter l'obligation fusionnelle de la monogamie, par envie ou besoin d'un territoire personnel, où on ouvre la porte quand on le souhaite, pas par obligation ou "règles d'airain entre partenaires". Je crois à une clarté de départ "nous sommes poly" et une délicatesse d'arrivée : "nous sommes polis".

Les choses peuvent être dit poliment et en tout cas avec beaucoup de délicatesse, la preuve en est de tes récits érotiques, qui m'ont beaucoup marqués pour leur fraicheur. On peut aussi chercher a titiller l'autre par jeux, sans pour autant chercher a blesser. Ou tout simplement pour délimiter dans un premier temps les limites de chacun*. /*modification: voir même pourquoi pas les trois a la fois ^^*/. Ou bien, ou bien..... Comme tu le dis, il n'existe pas de règles d'airain en la matière.

M'enfin bon, c'est juste une connheurie lol

* Comment connaitre ces limites si elles n'ont pas été éprouvés?

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 mars 2010 à 15h20

Sinon dans l'absolu moi je préfère quand même qu'on m'en parle le plus tôt possible, ça me permet de partager la joie de mon partenaire, ça me fait plaisir pour lui, puis ça augmente ma confiance en lui, car j'ai besoin de lui faire confiance (notamment pour des questions d'IST, malheureusement ça n'arrive pas qu'aux autres).

Ensuite, si mon partenaire m'en parle un peu plus tard, ça ne pose pas forcément de problème, ça va dépendre des circonstances.

Si mon partenaire a entamé une relation depuis un moment et qu'il me l'annonce, alors qu'on se voit régulièrement et qu'il me l'avait cachée, y a moyen que je n'apprécie pas trop.

Mais s'il m'apprend une relation, même durant depuis trois mois, alors qu'on ne s'est pas vus pendant ces trois mois, je comprendrais qu'il ait voulu m'en parler de vive voix (et puis je n'aurai pas encore eu de relation physique avec lui après le début de son autre relation, donc les questions d'IST ou autres ne seront pas problématiques, alors qu'elles le seraient s'il me voit en même temps qu'une autre, mais sans me le dire).

Dans ce dernier cas, je ne lui en voudrais donc pas. Enfin, probablement. Tout dépendra des occasions qu'on aura eues de se parler, de nos disponibilités, etc. (s'il habite à 500km, je comprendrais, s'il est à trois rues de chez moi, je concevrais un peu moins qu'il n'ait pas pris un peu de temps pour venir me voir ^^ - même en-dehors du fait de m'annoncer une nouvelle relation amoureuse).

#
Profil

ERIC_48

le lundi 29 mars 2010 à 19h53

Je pense que lorsque l'autre ne le dit pas, c'est qu'il y a une raison.

Avant de mal prendre un silence douteux, il vaut mieux essayer de connaître la raison.

Cela peut venir d'une incohérence chez l'autre, ou de quelque chose de grave et de profond qu'il cache comme par exemple le fait de nous considérer comme une roue de secours en attendant de trouver un(e) mono bien standard, mais cela peut aussi venir d'une fermeture de soi-même, d'un manque d'attention de notre part à ses tentatives timides de nous le dire, ou tout simplement d'un malentendu.

Par exemple, si on est très amoureux, l'autre pense peut-être qu'une telle nouvelle va nous mettre dans tous nos états.

Par suite, il faut que l'autre sache qui nous sommes. Si nous ne sommes pas jaloux, même lorsqu'amoureux fou, il faut qu'il (elle) le sache d'avance. Une telle caractéristique peut choquer, au point que l'autre préfère ne pas nous voir comme nous sommes. Il faut que l'autre nous intègre, surtout si l'autre n'a pas le même caractère.

C'est un peu comme pour les enfants, il faut rabâcher l'explication pour que ça rentre.

Et ça ne rentre qu'au prix d'une évolution profonde. On comprend bien ce qui nous ressemble, et on ne comprend pas ce qui ne nous ressemble pas.

Pour comprendre, il faut se mettre dans la peau de l'autre, c'est tout un travail, que tout le monde ne fait pas. Et lorsque l'on se met comme ça dans la peau de l'autre, on évolue, puis on comprend. Ca prend du temps tout ça.

Aimer une personne qui en aime plusieurs, c'est quand-même pas de la tarte à comprendre.

Même si l'autre "sort" avec plusieurs personnes lui-même (elle-même), il se peut qu'il (elle) 'n'éprouve pas les mêmes choses en face d'une même situation, et il (elle) aura des préjugés sur nous (la projection qu'il (elle) fait de lui (elle) sur nous pour parler psy), surtout s'il (si elle) a tendance à "simplifier" sa vision des autres pour ne pas se compliquer la vie.

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 20h51

En ce qui concerne mes deux relations et trois quart…

Avec ma muse, comme certains l'auront compris (surtout les plus anciens par ici), j'ai une relation très en pointillés.
Pas que les sentiments changent, mais… l'équilibre est trouvé ainsi.

La première fois depuis elle où j'ai eu une autre relation, je ne le lui en ai parlé que lorsque ma (courte) relation avec cette autre (mise au courant avant même le début de la relation) a cessé, et pour cette raison : elle m'avait dit clairement que si elle me voyait m'intéresser à une autre, elle me courrait après (pour s'assurer de ne pas perdre mon intérêt).
Et à ce moment là en particulier, je refusais totalement que mon intérêt puisse être celui de trophée d'une compétition, mais juste être apprécié pour ce que je suis.

La deuxième fois, ma relation fut encore plus brève et pas vraiment amoureuse. Comme dirait l'autre, je parlerais d'« amitié physiquement consommée ». Avec plaisir, mais ponctuellement. La fille en question était aussi déjà au courant d'une relation préexistante avec une autre.
Elle s'est déroulée sur deux semaines où ma muse et moi n'avions pas trop les moyens de nous contacter, et une fois de plus nous n'en avons donc parlé qu'une fois l'aventure finie.
Et cette discussion s'est d'autant mieux passée qu'en fait elle a eu une histoire quasiment parallèle dans le même temps. Ce fût plutôt amusant, d'ailleurs, que de nous voir hésiter sur le premier qui commencerait à raconter son histoire.

La troisième fois est un peu plus étrange, ma relation avec la tierce étant volontairement en pointillés très éloignés. Cette relation est partie de rien, et… en fait, je n'ai juste pas jugé intéressant d'en parler jusqu'à hier même. Je ne sais même pas si ces pointillés vont se reproduire ou pas.
Et il ne s'agissait en fait moins de parler d'une nouvelle aventure que d'un nouvel état d'esprit. Et si elle m'a envié quelque-chose ça a justement été cet état d'esprit plus que cette fille.

La quatrième fois, c'était hier aussi, et c'est venu juste à la suite de la discussion racontée ci-dessus : en fait, j'ai rencontré une fille qui m'intéresse plutôt carrément. Je ne sais pas si j'ai ma chance ou pas, mais je la tenterais bien quand-même quand l'occasion se présentera.
Je crois que la fille en question a été plus ou moins mise au courant de ma pratique des amours pluriels, mais je n'en sais pas plus pour le moment.

À chaque fois, ça s'est carrément bien passé. Je dirais même que ça apportait beaucoup de détente et de soulagement dans la relation.
À chaque fois aussi, il n'était pas trop question des détails et des personnes, mais plutôt des ambiances, des sentiments soulevés, et des évolutions de nos états d'esprits

Je me rends compte, en racontant tout ça, qu'en fait plus ça va, et plus j'ai tendance à raconter les choses tôt.

En même temps, je ne sais pas si ça relève moins du hasard que d'une évolution quelconque sur je ne sais quel plan.

--

Perso, je préfère qu'elle me parle de ses histoires le moins possible, elle le sait, et se retient donc de m'en faire part.
Je dis bien qu'elle se retient, car il était clair pendant un temps qu'elle brûlait de m'en raconter un maximum le plus tôt possible. Seulement, je prenais ça assez violemment dans la gueule, et en voyant que ça me faisait assez mal, elle a appris à se retenir.
Parfois elle déborde, mais je lui sais gré des efforts réalisés, alors je ne prends aussi sur moi, et je ne lui en tient plus vraiment rigueur.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 30 mars 2010 à 00h12

Je précise une chose :
J'ai bien dit que dans l'idéal, je préfère être avertie avant.
Cependant, même avertie après - en particulier si mon amoureux me dit qu'il n'a pas pris de risque au niveau des IST et/ou que c'est un amoureux avec qui je me protège au mieux - il est possible que je le prenne très bien.

D'ailleurs, dans ce genre de situation, je me surprends presque moi-même.

Bien sûr que je suis contente de savoir qu'un amoureux craque sur quelqu'un d'autre, mais je me suis longtemps dit qu'il y aurait peut-être une pointe de jalousie, et bien non, tant que je ne me sens pas délaissée, je suis plutôt très contente pour lui :)

#
Profil

ERIC_48

le mardi 30 mars 2010 à 00h17

(+)

#

(compte clôturé)

le mardi 30 mars 2010 à 14h31

à Lulutine: je suis complètement d'accord avec toi sur le fait que j'ai envie de savoir quand un de mes amoureux aime ailleurs, et s'il se protège, et s'il a envie de monogamie provisoire ou durable avec cette autre. Quand je dis que je n'aime pas trop détailler, c'est sur l'expression des sentiments, car je trouve que c'est très intime et qu'on n'a pas forcément la capacité ou l'envie de les transmettre. Ca me fait énormément plaisir que mon cher et tendre, tout guilleret, m'annonce qu'il a une relation super avec une fille super, par contre qu'il me dise comment et dans quelle position ils s'aiment, et les mots doux qu'ils échangent, je n'en vois pas l'intérêt. Et vice versa quand il s'agit de mes relations. Pour avoir pratiqué pendant des années la transparence absolue, j'en ai découvert les côtés artificiels et parfois malsains. C'est comme recevoir qqn chez soi: on a envie de lui faire un maximum plaisir, mais on n'apprécie pas forcément qu'il redécore l'appart' à son goût et vide le frigo. Le territoire, ça existe...

#
Profil

mandarine

le mardi 30 mars 2010 à 14h33

Le territoire d accord mais les connaissances c est bon a partager dans les limites qu on s impose

#
Profil

mandarine

le mardi 30 mars 2010 à 14h35

Il faut poser les limites de ce qu on veut savoir ou pas des le depart!
Garder son territoire secret
Partager un bout de territoire ,d histoire ,sinon le poly n est plus poly!

#
Profil

LuLutine

le mardi 30 mars 2010 à 15h05

Francoise
Ca me fait énormément plaisir que mon cher et tendre, tout guilleret, m'annonce qu'il a une relation super avec une fille super, par contre qu'il me dise comment et dans quelle position ils s'aiment, et les mots doux qu'ils échangent, je n'en vois pas l'intérêt.

Ah ben tout pareil, ça ne m'intéresse pas forcément, voire ça me gênerait, j'aurais l'impression de rentrer par effraction dans leur intimité.

Ensuite, s'il veut réellement m'en parler et que c'est très important pour lui, je suppose que je survivrais....

#
Profil

mandarine

le mardi 30 mars 2010 à 15h17

Au moins savoir si il est sorti couvert!!!!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion