Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ce soir (ou jamais !) : l'adultère

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 12h10

Du neuf, svp, du neuf...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 octobre 2009 à 17h49

polyrateau
Si la liberté de la presse et des médias en général était respectée dans notre pays (et dans bien d'autres pays), il n'y aurait pas lieu de s'inquieter, malheureusement ce n'est plus du tout le cas actuellement. Ce n'est pas pour rien que les grands groupes, initialement industriels, font table rase sur les médias en tout genre, en contrôlant les médias, ils contrôlent l'opinion de leurs concitoyens, les conditionnant ainsi à mieux se soumettre à leurs diktats.

A partir de là, je pense qu'il est légitime de s'insurger contre ce genre de dérives gravissimes, sans pour autant mépriser les supposés connards qui nous entourent...

Pour moi... je méprise pas les connards, mais je n'hésite pas à leur montrer autant d'inimitié que ce que je leur inspire. C'est pas moi qu'ait commencé.

Sinon... Non, les industriels ne font pas de diktat, (enfin, pas souvent) ils passent au dessus du droit, et t'es prié de leur donner ta bénédiction. Leur utilisation des médias n'est là que pour t'y aider. Mais... t'as ton sens critique, t'as une zapette, tu as internet si tu as envie de le dire.
Quand à lutter contre une économie dominante, la production télé n'est pas le terrain... A mon sens, ce serait comme critiquer l'architecture des églises pour s'attaquer à la religion. Je dis pas que c'est pas lié, je dis que ça n'a pas la bonne portée.
L'impression de bibles a permis une lecture critique de celle-ci, la pratique du protestantisme... Et la diffusion d'autres idées plus radicales, encore.

C'est pas grave de pas avoir de télé, c'est ni bien ni mal, voilà.
Et puis comme c'est un outil qui va encore beaucoup changer des les années à venir, que notre pratique du net n'est pas nécessairement plus imperméable à la conso... La réflexion doit surtout ne pas s'arrêter là-dessus.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 21h20

Oooola, on a un peu dévié du sujet original tout de même et moi le premier en plus :-/ .
Par contre c'est rassurant de voir d'autres polyamoureux avec le même point de vue sur ce meuble.
Y'a peut-être une discussion à créer ailleurs pour en débattre ?

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 23h02

Vazy...

#
Profil

oO0

le samedi 17 octobre 2009 à 00h12

Je m'insurge : "Je suis un connard !" - du moins j'y aspire.

Wikitionnaire

Connard Masculin

Étymologie

croisement étymologique : visiblement formé (XXe siècle?) de con et suffixe en -ard, mais dérive par déformation du mot plus ancien cornard dans son acception d'injure.

(Vulgaire) Insulte désignant quelqu’un qui se comporte de façon déplaisante ou déplacée par manque d'intelligence, de savoir-vivre ou de scrupules.

Cornard masculin

Étymologie

De corner, « être atteint de cornage » pour un animal. De corne pour l’homme trompé qui porte les cornes.

Celui qui est trompé par sa femme.

Pas sûr, pourtant, que ces déçus poussent haut la complainte du cornard. Comme s’en amusait Chirac, célèbre cocufieur, « les cocus n’osent jamais chanter trop fort leur infortune »… (Nicolas Domenach; « Les cocu(e)s du sarkozisme » in Marianne n°555 du 8 décembre 2007)

Perso, ce qui m'a déçu, c'est que même en suppliant à genoux pour être trompé, ça se drapait dans les discours d'une morale virginale d'où ma complainte de cornard : "Difficile de devenir un honnête connard !"

Bref, si je m'insurge, c'est que "connard", c'est encore leur faire trop d'honneur, même si - je l'admet - c'est peu d'honneur.

__________________________________________________________

Une connaissance

En dehors de son usage en tant qu'insulte, "salope" signifie "qui aime et recherche les plaisirs sensuels et sexuels". (Le Petit Robert)

Il y a dix ans, pour se défendre de sa réputation, cette connaissance avait pris son Petit Robert - une année d'édition plus neutre - et renvoyé à la définition de sa réputation... largement développée dans "The ethical slut". Slut signifie "salope", non ?

Dans les grandes lignes, c'est hors sujet sauf que cela retourne cul et chemise un certain sens populaire, ici, incriminé.

P.-S.: Juste en passant, pour le plaisir de rire.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 17 octobre 2009 à 00h49

Clementine
Vazy...

C'est fait et c'est ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion