Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

J'avais envie de vivre cette histoire, mais...

Poly/Mono
#
Profil

bittersweetsymphonie

le jeudi 31 mars 2022 à 10h12

Bonjour,

Aujourd'hui je me sens triste suite à une peine de coeur et ressens le besoin de partager quelques idées...

J'ai rencontré quelqu'un qui m'a beaucoup plu lors d'une soirée : une connexion presque instantanée, une attraction physique et intellectuelle. Des papillons dans le ventre. Cette personne m'a recontactée et m'a confirmé qu'elle ressentait la même chose pour moi.

Je suis dans un couple monogame depuis presque 10 ans. J'ai 27 ans et lui 32. Pas d'enfants. J'ai fait part de mon intérêt pour les relations polyamoureuses à mon partenaire il y a de cela un an. Depuis, il est toujours ouvert à discuter sur le sujet mais ne se sent pas capable émotionnellement "d'ouvrir" notre relation à d'autres personnes. Il aimerait me donner cette liberté mais rien que l'idée que je puisse vivre d'autres relations lui donne mal au ventre. Il me dit que ce sera peut-être possible "un jour". Il me dit aussi qu'il aimerait être bien dans sa peau, dans sa tête pour accepter que je puisse aimer d'autres personnes sans que cela impacte négativement mon amour pour lui. Mais il n'est simplement pas "prêt"... J'accepte cette situation et respecte son tempo, me disant que rien ne peut être acquis avec des exigences ou des ultimatums...

J'ai été transparente avec mon conjoint au sujet de ce que je ressentais pour cette nouvelle personne. Je lui ai expliqué ce que je ressentais, lui ai dit que j'aurais aimé vivre quelque chose avec lui. Mon conjoint m'a dit qu'il admirait mon honnêteté dans cette situation et qu'il était désolé de ne pas pouvoir accepter cela. L'idée le fait trop souffrir. J'ai donc gentiment expliqué à cette nouvelle personne que rien n'était possible entre nous.

Mon problème : je suis profondément déçue et frustrée de ne pas pouvoir vivre cette nouvelle aventure qui me tentait particulièrement et une partie de moi est en colère contre mon partenaire. J'accepte cette colère en moi et fais de mon mieux pour ne pas la transmettre à mon conjoint. Après tout, il n'a rien fait de mal... Mais comment gérer ce genre de sentiments ? Comment gérer le fait d'avoir des rythmes différents dans un couple ?

Et aussi, où mettre la limite entre "je vis mes envies et respecte mes propres besoins" vs. "je fais des compromis pour la personne que j'aime" ?

Je me doute bien qu'il n'existe pas de réponses toutes prêtes pour ces questions mais cela me ferait du bien de lire vos témoignages à ce sujet.

Merci beaucoup par avance et très belle journée à vous,
E.

#

Lolavie (invité)

le jeudi 31 mars 2022 à 11h57

Bonjour @bittersweetsymphonie,

Merci d'abord de témoigner de ton ressenti, ça permet de regarder l'évolution des émotions dans la relation.
Je comprend que tu sois frustrée de ne pas avoir eu ce que tu voulais, mais je ne comprend pas trop que tu es des ressentiments pour ton amoureux. Une ouverture au monde poly est très difficile si les 2 ne sont pas complètement d'accords. Et être poly ne veut pas dire qu'on peut vivre toutes les relations qu'on veut. La nuance c'est que tout le monde doit être OK et si ce n'est pas le cas, ça ne se fait pas.

Pour apaiser tes sentiments négatifs sur ton amoureux vis à vis de cette relation qui ne verra pas le jour, dis toi qu'il t'aime et qu'il fait déjà des efforts pour envisager une ouverture de votre couple.

Après tu peux complètement expérimenter les relations plurielles, si tu en ressens l'envie ! Il faudra tout de même faire un choix. Si ton amoureux ne veut toujours pas, tu peux prendre ton envol et vivre tes envies sans lui.

Les polyrelations c'est aussi faire des choix et accepter quand ce n'est pas possible, pour toi, comme pour lui.

Peut-être une conversations pour savoir si ce genre de vie lui plairait?
Dans une relation mono/poly, c'est encore plus compliqué (pour la majorité), puisqu'il faut accepter d'avoir moins pour que l'autre ait plus. Dans mon cas, j'étais la mono et je n'ai plus accepté plus cette situation qui me prenait trop et je ne voulais pas être l'ombre de moi-même.

Si vous deviez passer poly, quelle configuration? Mono/poly, poly/poly?
En avez vous discuté?

#
Profil

bittersweetsymphonie

le jeudi 31 mars 2022 à 13h42

Lolavie
Bonjour @bittersweetsymphonie,

Merci d'abord de témoigner de ton ressenti, ça permet de regarder l'évolution des émotions dans la relation.
Je comprend que tu sois frustrée de ne pas avoir eu ce que tu voulais, mais je ne comprend pas trop que tu es des ressentiments pour ton amoureux. Une ouverture au monde poly est très difficile si les 2 ne sont pas complètement d'accords. Et être poly ne veut pas dire qu'on peut vivre toutes les relations qu'on veut. La nuance c'est que tout le monde doit être OK et si ce n'est pas le cas, ça ne se fait pas.

Pour apaiser tes sentiments négatifs sur ton amoureux vis à vis de cette relation qui ne verra pas le jour, dis toi qu'il t'aime et qu'il fait déjà des efforts pour envisager une ouverture de votre couple.

Après tu peux complètement expérimenter les relations plurielles, si tu en ressens l'envie ! Il faudra tout de même faire un choix. Si ton amoureux ne veut toujours pas, tu peux prendre ton envol et vivre tes envies sans lui.

Les polyrelations c'est aussi faire des choix et accepter quand ce n'est pas possible, pour toi, comme pour lui.

Peut-être une conversations pour savoir si ce genre de vie lui plairait?
Dans une relation mono/poly, c'est encore plus compliqué (pour la majorité), puisqu'il faut accepter d'avoir moins pour que l'autre ait plus. Dans mon cas, j'étais la mono et je n'ai plus accepté plus cette situation qui me prenait trop et je ne voulais pas être l'ombre de moi-même.

Si vous deviez passer poly, quelle configuration? Mono/poly, poly/poly?
En avez vous discuté?

Bonjour Lolavie et merci pour ton retour,

Mon ressentiment/énervement se situe uniquement sur le plan émotionnel. J'ai le sentiment d'être freinée dans mon élan et dans ma liberté de femme. Rationnellement, je sais bien qu'il est dans une position très difficile et qu'il fait de son mieux pour que nos besoins se rejoignent. Je suis consciente du fait que ses peurs, craintes et insécurités sont légitimes et je ne les remets absolument pas en question. Seulement voilà, c'est difficile de composer sur cette base. En respectant son rythme à lui et ses besoins, j'ai refoulé ce dont moi j'avais envie, je me suis privée d'une expérience qui aurait pu être très belle, privée d'une rencontre, de moments à vivre...

Quitter mon conjoint n'est actuellement pas une option. Nous nous aimons très fort et sommes très complices. En fait j'ai le sentiment qu'il n'y a rien que je puisse "faire" en ce moment pour combler le décalage entre ma frustration et la préservation de ma relation amoureuse. Et c'est ce décalage qui est à l'origine de ce mal-être qui me pousse aujourd'hui à m'exprimer sur ce forum.

Lui ne ressent pas l'envie de découvrir d'autres personnes et d'expérimenter d'autres relations. Je lui ai parlé du concept mono/poly mais cette idée lui paraît encore moins envisageable que celle de poly/poly : il ne ressent pas de désir ou d'envie de vivre de nouvelles expériences de son côté mais si c'est le cas pour moi, cela voudrait forcément dire qu'il ne me "comble pas", qu'il ne me "suffit pas". L'idée de "partager sa copine" lui semble tout bonnement inconcevable, surtout si "reste m'attendre à la maison pendant que je m'amuse de mon côté". Cette manière de décrire les choses n'est pas très subtile et j'en ai conscience, j'emploie ces termes parce que lui-même voit le concept mono/poly comme un concept "perdant/gagnant".

#
Profil

Hawkeye

le jeudi 31 mars 2022 à 15h42

Bonjour,

Juste une réflexion, d'un point de vue extérieur sur ton histoire.
Quand il évoque le "peut-être un jour", "attendre que je sois prêt", que fait-il de concret pour que ce jour puisse arriver ? Qu'il soit prêt ?
Parce qu'à te lire, j'ai l'impression qu'il a des idées bien arrêtées sur le sujet et que sa réponse est : le poly ce n'est pas pour moi. Est-il conscient que ce besoin est réel et te pèse, que ce n'est pas un jeu où une envie passagère ? J'imagine que vu ton âge et la durée de votre couple tu n'as vécu que peu d'autres relations.

Ne pas le forcer, l'attendre est tout à ton honneur, mais déjà tu écris ton ressentiment de ne pas pouvoir vivre tes envies. J'y lis un risque c'est qu'une situation comme celle que tu as vécu avec cet homme se reproduise et que ce ressentiment envers ton conjoint ne fasse qu'augmenter et que ton amour pour lui diminué. Jusqu'à ce que peut-être dans 2, 5 ou 10 ans tu finisses par céder et sachant qu'il est incapable d'accepter la situation tu prennes le risques de le tromper.

#

Lolavie (invité)

le jeudi 31 mars 2022 à 15h44

Je pense (c'est une supposition bien sûr qui n'engage que moi) qu'il ne voudra pas entrer dans une quelconque relation ouverte.. Il est assez clair là dessus. Et je vois que tu as envie de connaitre autre chose. En toute connaissance de cause, que pourriez vous faire?
Peut être commencer ailleurs (libertinage, plan à 3), en tout cas l'impliquer dans une démarche d'ouverture.

Je ne peux que malheureusement comprendre son sentiment dans la relation mono/poly, car je trouve aussi que c'est un équilibre quasi impossible, sauf si on aime passer beaucoup de temps seul. Attention, encore une fois ce n'est que mon avis.

Je voudrais juste ajouter qu'on à tous envie de vivre pleins de choses dans notre vie, mais j'ai appris avec le temps, que c'est impossible de tout vivre et qu'il faut savoir lâcher prise.

C'est comme vivre une vie simple ou une vie hyper connectée, au sein du couple, l'un des 2 sera frustré, il faut alors choisir ce qu'on préfère.
Je fais toujours la balance entre une vie low tech et une vie high tech : la cohabitation des 2 fonctionne, mais pas dans le même foyer.

Je ne sais pas si je suis claire. L'important est de choisir ce qui nous importe le plus, et faire une croix sur un désir qui n'est pas le plus important, peut te rendre fière de toi et te donnera la force de découvrir d'autres belles opportunités.

#
Profil

trioberlue

le lundi 11 avril 2022 à 12h53

Bonjour,
Pour avoir essayé, le libertinage ne mène pas vers le PA si l'autre ne s'y sent pas.
Mon mari est libertin depuis toujours. Ce qui l'excite, c'est me regarder avec d'autres. Me savoir ailleurs sans lui ne lui apportant rien, il s'y refuse (en caricaturant ma situation).
Donc, de manière assez tranchée, je dirais que ce n'est pas la solution. Mais on ne peut pas faire de mon cas une généralité, bien évidemment. Je dis juste qu'il faut bien réfléchir avant de trouver des palliatifs au but poursuivi en essayant ces solutions.

#
Profil

Aki

le lundi 11 avril 2022 à 13h58

Cette situation doit être dure à vivre.

Heureusement, la frustration est un sentiment passager (comme la peur, la jalousie, le désir, etc). Cette sensation de "décalage" va passer, ne t'inquiète pas. Toi seule sait ce qu'il y a de mieux à faire entre respecter les limites de ton conjoint (ne pas avoir d'autre relation amoureuse qu'avec lui) et faire ce que tu veux en profitant de ta liberté. Vivre c'est choisir ou renoncer, parfois. Si ton conjoint n'est pas prêt maintenant, peut-être qu'il le sera un jour ... ou jamais, mais dans les deux cas ça lui appartient. Beaucoup de personnes attendent et espèrent que leur conjoint change (qu'il désire des enfants, qu'il accepte de déménager, qu'il change de religion, qu'il devienne moins violent, etc) mais en vrai, on ne change pas les gens, ils changent eux-mêmes, ou pas. Es-tu prête à prendre le risque de voir cette situation se répéter ?

#
Profil

08ynoN

le jeudi 14 avril 2022 à 11h09

Bonjour,
Je comprend ta situation car je suis dans la même position que toi malgré une histoire différente.
Pour faire court, je suis tombé amoureux d'une autre femme et je me suis rendu compte que j'aimais toujours ma femme de la même façon, j'ai découvert après lecture que ma vision était celle d'un polyamoureux.
J'en ai parlé à ma femme et comme ton mari, c'est inimaginable pour elle actuellement de me voir ou me savoir avec une autre. Elle a bien compris que c'état ma façon d'être, que je n'ai pas cherché à être comme ça.
Je sais que peut-être que ça ne se fera jamais mais elle voit une psy actuellement qui l'aide à reprendre confiance en elle, je me dis qu'indirectement ça lui donnera de la force pour avoir les idées plus claires sur le polyamour.
J'arrive à comprendre ta colère, je suis passé par là mais croit moi, elle va vite partir.
Il faut par contre que tu discutes avec ton homme, il faut que tu lui demandes ce qui pourrait faire évoluer ses idées sur le polyamour. Ca ne l'engage en rien mais c'est un petit pas de plus.

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

#

Jack Haddy (invité)

le jeudi 14 avril 2022 à 11h31

Je m'autorise une petite digression en lisant ceci:

" il faut que tu lui demandes qu'est ce qui pourrait faire évoluer ses idées sur le polyamour"

Je pense pouvoir observer que, la grande plupart du temps, il est question de faire "évoluer" les poly-réticents, de les accompagner, de les rassurer. Par souci d'équilibrage, et sans aucune volonté de trollage, y a-t-il également des techniques ou méthodes permettant aux poly-enthousiastes de gérer leur frustrations, travailler le côté d'être heureux avec ce que l'on a, etc.?

(j'aime bien regarder les choses dans les deux sens)

Jack, traducteur bilingue.

#
Profil

bonheur

le jeudi 14 avril 2022 à 11h54

Je suis d'accord avec toi, Jack Haddy. Chacun-e doit aller dans le sens de son bonheur. Et oui, certain-e-s poly "rentrent dans le rang" et ceux là, ils ne contribuent pas ici.

Ce serait douloureux, si je m'interdisais d'aimer, de venir lire le discours de polyamoureux. Alors, certainement des poly restent mono par amour, par choix... Une fois dans le "bien comme il faut", ils n'ont plus de raisons d'en sortir et ils gardent leurs expériences. Surtout, ne plus jamais remettre en question, je crois, dans ces cas là.

#
Profil

Atreides76

le jeudi 14 avril 2022 à 14h58

Salut à tous,

Effectivement l'équilibre est très difficile a trouver dans un couple ... j'imagine que dans un couple Poly / Mono, faire coincider les envies/limites de chacun est compliqué. Selon moi, la seule possibilité de pouvoir vivre ton histoire ca serait que ton conjoint ait aussi un coup de coeur pour quelqu'un. Ce n'est pas parce qu'il s'affirme Mono aujourd'hui que ca ne peut pas changer si jamais il fait une belle rencontre aussi comme toi tu l'as vécu. C'est sur que pour toi cela remet ta propre situation au jeu du hasard et des rencontres qu'il fera mais effectivement je suis assez en accord avec les précedents commentaires ... difficile qu'il puisse te laisse vivre ton histoire alors que lui n'est pas pret à se lancer dans ce chemin la.

Pour faire un certain parallèle avec mon cas, je suis en couple depuis 10 ans, poly / poly mais de mon coté seulement "poly enthousiaste" car je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir une relation sentimentale ou amoureuse en dehors de mon couple. Ma femme a deja eu une relation et c'est en ce sens que je rejoins un peu ton histoire puisqu'au moment de cette relation, cela a été difficile pour moi a accepté car le manque d'équilibre a été compliqué a gérer pour moi. On a donc convenu ensemble de mettre son histoire en pause en attendant que je rencontre aussi quelqu'un avec qui je pourrai de la meme facon entamer une jolie histoire.A ce moment la il est évident qu'elle pourra reprendre son histoire si cela est toujours d'actualité.

#
Profil

bonheur

le jeudi 14 avril 2022 à 16h09

Bonjour DucLeto76,
Je désire comprendre, simplement tenter de comprendre. L'amour ressenti par ta femme est proportionnel à l'amour que tu pourrais à ton tour ressentir ? Idem pour les sentiments de la tierce personne qu'aime ta femme ?

Cela veut dire que si tu aimes un jour en dehors de ton couple officiel et qu'il y a rupture du côté de l'amour extérieur de ta femme, alors tu quitteras ton amoureuse ?

#
Profil

08ynoN

le jeudi 14 avril 2022 à 16h38

Jack Haddy
Je m'autorise une petite digression en lisant ceci:

" il faut que tu lui demandes qu'est ce qui pourrait faire évoluer ses idées sur le polyamour"

Je pense pouvoir observer que, la grande plupart du temps, il est question de faire "évoluer" les poly-réticents, de les accompagner, de les rassurer. Par souci d'équilibrage, et sans aucune volonté de trollage, y a-t-il également des techniques ou méthodes permettant aux poly-enthousiastes de gérer leur frustrations, travailler le côté d'être heureux avec ce que l'on a, etc.?

(j'aime bien regarder les choses dans les deux sens)

Jack, traducteur bilingue.

Tout d'abord merci d'avoir pris cette phrase, que j'ai modifié, avec la magnifique faute de grammaire. ^^
C'est une bonne question, si tu m'avais posé cette question il y a quelques mois, je n'aurais pas eu de réponses parce que j'étais dans le mal, frustrés et vraiment pas bien.
Maintenant, je peux essayer de répondre à ça.
Moi ce qui m'a fait du bien, c'est la communication avec ma femme et le temps, surtout le temps. Je ne pense pas qu'il y a une recette miracle pour aider un poly à être plus heureux avec ce qu'il a. La souffrance de ne pas être soi-même est tellement forte que même la communication seule ne suffit pas.
Moi c'est vraiment le temps qui m'a aidé à vivre un peu plus sereinement. Malgré ça j'ai encore des périodes de moins bien où j'ai du mal à garder le sourire, ça se fait rare mais tout n'est pas simple dans mon coeur de poly. :)

#
Profil

Atreides76

le jeudi 14 avril 2022 à 16h48

En reponse à Bonheur :
Pas de soucis pour tes questions .... :)
Par contre je ne suis pas bien sur de bien les comprendre mais je vais quand même essayer de répondre.

Ce qui est certain c'est qu'avec ma conjointe on est fait l'un pour l'autre et la priorité sera toujours notre couple. Je n'ai donc aucun danger à ressentir de son coté si elle a une histoire ou elle de mon coté si j'ai une histoire. On est conscient tous les deux que différents amours sont possibles et qu'un amour ne remplace pas forcement l'autre mais peuvent très bien se completer et l' enrichir. Donc je ne ressens pas vraiment ce danger.
Toutefois il y a d'autres parametres tels que la confiance en soi qui peuvent etre affectées par ce type de relation. (un peu comme le conjoint de Bittersweetsymphonie). Je m'explique ... ca fait trois ans qu'on a decidé d'accepter d'avoir des relations amoureuses / sentimentales exterieures pour l'un comme pour l'autre mais les discussions sur ce sujet de polyamour durent depuis bien plus longtemps.
Quand l'un des deux avancent plus que l'autre et cela pendant plusieurs années, cela crée (dans mon cas personnel) une diminution de confiance en moi , confiance qui est deja quelque chose de pas très elevé depuis mon adolescence. J'ai donc eu besoin à un moment donné de revenir à une situation d'équilibre pour reprendre mon souffle on va dire. Ma conjointe, très compréhensive, a bien compris ca, d'autant qu'elle peut tout à fait encore le voir à sa guise dans le cadre de travail et de sorties.

Je ne sais pas si j'ai vraiment repondu à ta question, mais le cas échéant n'hesite pas à me le dire ;)

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 14 avril 2022 à 17h12

Merci pour cette réponse claire. Je suis quelqu'un qui se projette beaucoup. Du coup, j'avais des difficultés à imaginer, si mon chéri de vie était poly (ce qu'il n'est pas), comment je réagirais s'il me demandait de laisser tomber une personne que j'aime, voire de m'en éloignée, juste parce que de son côté c'est le désert. Bon, j'avoue que je le subirais comme une immense injustice, aussi bien pour moi que pour la personne tierce qui m'aime et tient à moi.

J'ai en revanche vécu cela d'une autre manière. Un amoureux affectif qui ne faisait rien de mal, après avoir rencontré une femme désireuse de se marier avec lui (place que j'avais poliment déclinée), en m'aimant puisque l'on ne couchait pas ensemble (pas de sexe). Sauf que j'étais quand même cachée. Il oscillait en permanence entre un amour inavoué et une amitié qui n'en n'était pas une. 4 ans et demi, j'ai tenu. Puis j'ai définitivement coupé les ponts. Je ne suis pas un yoyo au bout d'une ficelle. Ca donne le vireux.

Après, j'aime apprivoiser et être apprivoiser, alors prendre beaucoup de temps ne me gène pas. Sauf que ce n'est pas dépendant des autres (on ne me l'impose pas) et surtout ce n'est pas en mode girouette.

Le mode girouette, ce peut être indigeste.

#
Profil

Atreides76

le vendredi 15 avril 2022 à 15h05

bonheur
Merci pour cette réponse claire. Je suis quelqu'un qui se projette beaucoup. Du coup, j'avais des difficultés à imaginer, si mon chéri de vie était poly (ce qu'il n'est pas), comment je réagirais s'il me demandait de laisser tomber une personne que j'aime, voire de m'en éloignée, juste parce que de son côté c'est le désert. Bon, j'avoue que je le subirais comme une immense injustice, aussi bien pour moi que pour la personne tierce qui m'aime et tient à moi.

J'ai en revanche vécu cela d'une autre manière. Un amoureux affectif qui ne faisait rien de mal, après avoir rencontré une femme désireuse de se marier avec lui (place que j'avais poliment déclinée), en m'aimant puisque l'on ne couchait pas ensemble (pas de sexe). Sauf que j'étais quand même cachée. Il oscillait en permanence entre un amour inavoué et une amitié qui n'en n'était pas une. 4 ans et demi, j'ai tenu. Puis j'ai définitivement coupé les ponts. Je ne suis pas un yoyo au bout d'une ficelle. Ca donne le vireux.

Après, j'aime apprivoiser et être apprivoiser, alors prendre beaucoup de temps ne me gène pas. Sauf que ce n'est pas dépendant des autres (on ne me l'impose pas) et surtout ce n'est pas en mode girouette.

Le mode girouette, ce peut être indigeste.

Oui effectivement ca a été une décision compliquée à prendre mais le couple principal prime quand même par dessus tout, en tout cas de notre point de vue. Après il faut que je précise aussi que cette relation en question etait de son coté à lui en mode adultère et donc très dangereux pour son couple et sa famille. Même si c'est sa responsabilité il n'est pas du tout confortable pour une personne d'être à l'origine d'une eventuelle rupture dans le cas ou ce serait découvert. Donc cela aussi permettait de mettre fin à un facteur de risque assez inconfortable à gérer.

Dans le cas de ton amoureux affectif c'est effectivement un peu différent ... il devait être un peu paumé entre les sentiments d'amour et d'amitié à ton égard. Dans ce cas la aussi l'équilibre est important car de ton coyé tu attends d'une relation une certaine reciprocité que dans ce cas bien précis tu n'as pas obtenu ou pas de facon durable à cause de ces changements de points de vue. Je crois que dans le polyamour il faut quand meme une certaine stabilité emotionnelle pour pouvoir contruire quelque chose.

#
Profil

bonheur

le vendredi 15 avril 2022 à 15h38

Atreides76
Dans le cas de ton amoureux affectif c'est effectivement un peu différent ... il devait être un peu paumé entre les sentiments d'amour et d'amitié à ton égard. Dans ce cas la aussi l'équilibre est important car de ton coyé tu attends d'une relation une certaine reciprocité que dans ce cas bien précis tu n'as pas obtenu ou pas de facon durable à cause de ces changements de points de vue. Je crois que dans le polyamour il faut quand meme une certaine stabilité emotionnelle pour pouvoir contruire quelque chose.

Je ne sais pas ce qu'il ressentait. Il se transformait en mur et le débat était clos.
Je ne sais pas si j'attendais quoi que ce soit. Sauf que oui, se retrouver malgré soi comme "possiblement destructrice" d'une union, ce n'était pas du tout dans mes intentions. Je ne cessais de lui demander de parler de moi à sa femme.

Je pense qu'être poly dans un monde qui considère cela comme immoral, il faut avoir une bonne résilience. Je pense que c'est cela qui me permet d'avancer malgré les contraintes.

Dans notre cas également, nous ne remettons pas en question notre histoire, ni moi, ni mon chéri de vie. Comme j'indique souvent "je bouscule l'existant, je ne le remet pas en question".

Aujourd'hui, je demande aux personnes qui se rapprochent de moi (amour affectif comme amitié) une longue période d'apprivoisement. Celle-ci me permet justement de savoir si je serai soumise à une situation inconfortable et instable.

#
Profil

Atreides76

le dimanche 17 avril 2022 à 10h20

Je comprends tout a fait. Préserver son propre équilibre et celui de son couple (a partir du moment ou on est bien dans ce couple) est la base. Ce complément apporté par le polyamour avec une tierce doit se faire en douceur et etre le plus fluide possible afin de n'en retirer que le positif.

Moi j'ai beaucoup de chance car ma conjointe est totalement convaincu par le polyamour. Elle me soutient donc et m'encourage a explorer cette voie qui m'attire aussi beaucoup. Mais j'avoue ne pas savoir vraiment comment ne serait ce qu'aborder le sujet avec des personnes extérieures. J'ai l'impression qu'autour de moi les gens de mon cercle rapproché sont plutot fermés a ca. C'est donc assez difficile pour l'instant pour moi de pouvoir imaginer une suite dans le monde réel a tout ca.

#
Profil

bonheur

le dimanche 17 avril 2022 à 10h35

Je comprends ton embarras. Ma réponse n'engage vraiment que moi. J'ai fait ce que l'on appelle un coming out et surtout, j'ai délaissé ce qui finalement ne s'est pas avéré être des "proches". Cette attitude m'a permise de "faire le tri" dans mes relations. Je construis aujourd'hui mon entourage principalement autour de cet aspect. L'ouverture et la largesse d'esprit constituent un socle relationnel. Je ne peux être proche plus désormais intégrer dans mon entourage une personne normative. Je ne veux pas dire par là que je ne fréquente que des personnes poly (même s'il y en a, je le reconnais). Des personnes peuvent vivre pour elles-mêmes de façon ordinaire tout en m'acceptant comme relation.

Il faut pour ce faire être bien avec soi-même, bien se connaître et ne pas vouloir transformer les autres, autant que les autres ne doivent pas vouloir nous transformer. Ma seule exception, mes parents. Je me suis beaucoup éloignée, sans toutefois couper complètement les ponts. Je le fais plus pour la "famille" (mot qui n'a que peu de sens pour moi) que pour moi-même. Avec eux, lors de mon coming out, j'en ai un pris "plein la gueule". C'est ainsi. Vivre en liberté de soi, demande, dans mon cas, de laisser derrière soi, suffisamment, l'incompréhension d'autrui et surtout le(s) jugement(s).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion