Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Deuil & polyamour

#
Profil

Acajou

le jeudi 25 mai 2017 à 02h44

bonheur
Il y a cette troisième manière que l'on m'a trop souvent conseillé et qui ne me convient pas. J'ai trop souvent entendu "tourne la page" "oublie le", etc.

Tellement d'accord. C'est d'une maladresse...
Il y a des contextes dans lesquels ça ne passe pas, dans un moment de fragilité ce n'est pas l'idéal.

Parce que ça met dans le doute en fait, entre laisser ses émotions ou tenter de les contrôler. J'ai expérimenté les deux, et je dirais que ça dépend des situations. Le mieux étant que la question soit posée clairement entre les deux choix, sans que l'un soit imposé.

Et en plus il y a l'ambiguïté entre le rôle de l'aidant et de l'aidé, si la personne qui veut m'aider en me disant ça, ce n'est finalement pas très honnête, je prendrais même mieux qu'une personne me dise qu'elle est sensible à me voir endeuillé, c'est suffisant.. C'est son ressenti, sans imposer quoi que ce soit.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

bonheur

le jeudi 25 mai 2017 à 14h10

Pour moi, ça ne passe pas du tout quelque soit le contexte et quelque soit la "fragilité".

D'ailleurs, c'est fatiguant que l'individu lambda confonde juste hypersensibilité et fragilité. Ce sont des notions tellement différentes !

Pour moi, indéniablement vivre mes émotions et les extérioriser si besoin... c'est ma seule façon de gérer. Par contre, ça pose plus de difficultés aux personnes qui visualisent (et interprètent) cette extériorisation. Mon entourage vraiment proche me connait et ne se formalise pas.

On peut parfaitement extérioriser et ne pas sollicité d'aide... et elle est là la maladresse. Je vis mes émotions sans rien demandé à qui que ce soit. De toute façon, on ne peut rien pour moi, à part de l'empathie mais si celle-ci se résume à m'indiquer comment me gérer, ce ne sera pas bien accepté de ma part, même si ça partirai d'une bonne intention à la base.

Trop souvent, on veut conseiller, alors que je ne demande rien... je sais qui je suis et comment vivre, même dans les moments douloureux intérieurement (et extérieurement puisque je suis très expressive)

Toujours est-il que la réponse toute faite que j'entends trop souvent est d'oublier, avec les conséquences, malheureusement. De toute façon, ce n'est pas parce que l'on me conseille que j'agis en fonction. Je suis adulte et suffisamment mature :-)

#
Profil

PolyWhyNot

le dimanche 28 mai 2017 à 02h48

Acajou

..., je prendrais même mieux qu'une personne me dise qu'elle est sensible à me voir endeuillé, c'est suffisant.. C'est son ressenti, sans imposer quoi que ce soit.

Je suis d'accord avec toi. Être aidant c'est, je le constate de plus en plus, être présent et à l'écoute, sans pour autant donner des conseils hasardeux. Même si ça ne part pas forcément d'un mauvais sentiment, le risque c'est que cela s'avère déplacé, puisse blesser et tomber à coté de ce qui pourrait réellement aider.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

bonheur

le lundi 29 mai 2017 à 15h25

A nous de prendre ce qui nous semble juste et délaisser le reste.

#
Profil

Acajou

le lundi 29 mai 2017 à 16h01

bonheur
Pour moi, indéniablement vivre mes émotions et les extérioriser si besoin... c'est ma seule façon de gérer. Par contre, ça pose plus de difficultés aux personnes qui visualisent (et interprètent) cette extériorisation. Mon entourage vraiment proche me connait et ne se formalise pas.

Personnellement ça pourrait me poser problème, car j'ai beaucoup de difficultés à m'exprimer (ou alors en pétant des câbles mais c'est pas terrible), et je pourrais reprocher à une personne expressive de ne pas me laisser suffisamment d'espace de parole.

En revanche, je suis totalement blindé émotionnellement contre certaines situations, donc nécessairement, il m'est arrivé de donner des conseils "pour aider", sauf que là par contre j'admets que c'est à moi plutôt de ne donner des conseils que si on me demande, et davantage demander et écouter si je veux être disponible pour une personne qui a besoin.

Par exemple le fait de ne rien extérioriser et de prendre sur moi a été une protection contre des agressions graves (dans l'enfance), et je pense que si j'avais parlé j'aurais été peut-être dépendant des autres, mais en revanche aujourd'hui je me sens isolé et seul.

C'est à double-tranchant...
L'idéal c'est un équilibre entre extérioriser suffisamment pour que le ressenti soit compréhensible et permette d'évacuer l'émotion, mais pas trop pour ne pas envahir l'autre.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

bonheur

le lundi 29 mai 2017 à 18h07

Lorsque l'on est hyperémotif, ça vient sans le consentement de l'intellect. Plutôt que de vouloir refouler, je libère au contraire. J'ai été aussi dans le colérique et le pétage de câble (grande spécialiste des lancés de chaussures et claquage de porte). J'étais une pro de "faire la gueule", mais sérieux à supporter. Pour ce qui est de mon enfance, j'ai été vernis, un peu trop à mon goût... socialement surtout. Je devais une petite fille irréprochable et du coup... j'ai été un garçon manqué nul à l'école. Tout le contraire de ce que l'on attendait de moi. Mes "robes" devenaient rapidement des chiffons troués. Je me battais (physiquement) avec mes camarades (très très peu de filles)... Mon père réclamait constamment le calme même quand le calme régnait ou que l'on communiquait gentiment... Ma mère couvrait nos conneries (j'avais un frère violent et très orgueilleux) car elle aurait été une mauvaise femme au foyer. La volonté de conformer à un moule et à une illusion parentale, est-ce de la violence ? J'ignore ! Résultat, une fois ado, j'étais rarement à la maison et très tôt j'ai eu mon appart. Ils avaient les moyens, alors autant que ça serve à ce que, enfin, je trouve ma paix et ma tranquillité. Sauf que j'avais gardé de mauvaises habitudes que j'avais cru être dans mon caractère. Lorsque j'ai reconnu enfin qui j'étais, que je me suis découverte, mes amoureux (dont mon mari) m'ont un jour fait la même remarque que j'étais invivable, en en énonçant les mêmes "défauts". Je me suis donc regardé en face et j'ai décidé au mieux de résoudre mes défauts ou au pire les atténuer. Curieusement, le simple fait que ça vienne de moi, d'une réelle introspection, et ça m'a passé finalement facilement et rapidement. Depuis, je n'ai jamais cessé de vouloir m'aventurer dans le développement personnel. Du coup, je lis et quand ce que je lis me sert de coup de pied au cul et bien j'encaisse.

On peut tous se soigner, on peut tous évoluer dans un sens meilleur, mais il faut que ça vienne de l'intérieur, réellement. Aujourd'hui, les portes ne claquent plus et quand j'ai besoin de solitude je l'indique et je m'isole (ça a du bon, ça m'est parfois indispensable), sans me sentir seule car je retourne auprès du reste du monde lorsque je le décide. Les objets ne volent plus, la seule ovni désormais c'est moi pour tout ceux qui ne me connaissent pas bien ou n'ont pas voulu m'accepter. Je ris beaucoup, parfois, je pleure et il m'arrive de pleurer et rire en même temps. Je suis... comme je suis :-D

Egalement, je veux bien communiquer en mp avec toi Acajou, si tu le désires.

#
Profil

PolyWhyNot

le vendredi 17 mai 2019 à 20h04

Petit retour sur le deuil... Ses montagnes, ses platitudes mais ô quelle richesse d'avoir croisé cet homme là. Le coeur ouvert et chaleureux.

Le deuil n'a pas de règles ni de temps défini. C'est une histoire si personnelle au fond qu'il est difficile de partager facilement à ce sujet. J'ai manqué de courage à l'écrire ici mais on peut se sentir finalement envahi alors que ça n'était pas intentionnel.

Mon histoire me porte et la franchise sera pour moi un besoin nécessaire pour reconstruire autre chose.
Les lectures sur ces pages m'ont aussi permis de mieux comprendre ce vécu. Comment ais-je vécu au fond le polyamour ?

Je me pense poly acceptante qui parfois a eu ses propres coups de coeur (platoniques)... monogame bi avec coeur d'artichaut platonique, parfois sapio-sensuelle et ravie de savoir que l'anarchie relationnelle existe. Heureuse d'avoir été dans la compersion pour mon conjoint (mot appris très récemment). Y'a finalement pas de définition toute faite et j'adore ça.

C'est juste difficile de ne plus le partager sauf ici... Évoquer les épreuves ou de poser des questions en ayant des retours tous différents de la communauté. Je vais reprendre le chemin des cafés polys. Pas pu aller hier à la projection de Lutine sur Nantes et embrasser @LuLutine au passage. Ça n'est que partie remise...

#
Profil

artichaut

le samedi 18 mai 2019 à 08h30

tu peux venir , si tu veux

sinon, moi la discussion et ta manière de te rapporter au deuil, m'a renvoyé à un truc poly (pas juste "acceptante", mais pleinement poly)

inversement la manière "mono" de vivre des ruptures et des deuils serait justement de "tourner la page" (pour pouvoir aller vers une autre histoire)

quand on est poly, il n'y a pas cette nécessité de "tourner la page" : on peut lire plusieurs livres à la fois

#
Profil

loumalive

le lundi 20 mai 2019 à 14h16

Bonjour Polywhynot,

Content d'avoir de tes nouvelles!
Je me doute et crois comprendre, même si ce n'est sans doute que d'une petite partie de tes ressentis...
Ça n'est probablement pas simple de retrouver un fil cohérent, après une telle expérience, de plus dans ce monde assez fermé et normatif....

J'étais au café poly et à la projection du film à Nantes, semaine dernière, un très bon moment, qui fait du bien!!!

J'ai acheté à LuLutine le livre "Possibles" de Valérie Baud, aussi pour ma compagne, qui se pose pas mal de questions sur sa vie, ses sentiments, ses attirances...

Nous nous le sommes partagé, et je l'ai dévoré ce week-end. C'est l'histoire romancée du parcours sentimental de l'héroïne, qui d'une situation assez conventionnelle, normée (30 ans, mari, enfants, maison, boulot...), se découvre bi et plurielle et peu à peu, décide de l'assumer, coûte que coûte...

Je n'en dis pas plus, mais j'ai trouvé l'exposé des cheminements intérieurs, merveilleusement restitués!
Sensible, fin, passionnant, agréable à lire et tellement rafraichissant!!!

Même si je suis moi-même dans une position et sensibilité très différente, je trouve qu'il y a foule de choses à méditer pour la vie de chacun dans ce parcours, pour le rapport à l'épanouissement, à la liberté, à la recherche de ses aspirations profondes....

Si cela t'intéresse, ce livre est trouvable auprès de LuLutine, mais aussi là:
https://www.leslibraires.fr/livre/15434064-possibl...

Autrement, je comprends ton envie d'échanger, c'est aussi ce qui me pousse à lire régulièrement ici, et à aller dans les cafés poly de Nantes...

D'ailleurs, si ça te dis, il y a un apéro poly (c'est comme un café, mais moins cadré, plus en discussions informelles) jeudi prochain 23 mai à 20h à la Maison Café.
Normalement, le nombre de personnes est limité à 12, et c'est sur invitation, mais si cela t'intéresse, n'hésite pas à me dire.

Ravi d'échanger, belle journée à toi!

#
Profil

PolyWhyNot

le lundi 20 mai 2019 à 21h47

artichaut
tu peux venir là, si tu veux

sinon, moi la discussion et ta manière de te rapporter au deuil, m'a renvoyé à un truc poly (pas juste "acceptante", mais pleinement poly)

inversement la manière "mono" de vivre des ruptures et des deuils serait justement de "tourner la page" (pour pouvoir aller vers une autre histoire)

quand on est poly, il n'y a pas cette nécessité de "tourner la page" : on peut lire plusieurs livres à la fois

Merci pour le lien. Je cours beaucoup trop :D et je ne désespère pas venir un jour aux cafés poly pop. Je suis même ravie de voir que cela s'organise si bien à Nantes.

Pour les cases c'est difficile de s'y coller ! C'est clair. Après au vu de mon besoin d'une relation plus intense... Bien qu'ayant tenté, je n'ai pas réussi à me sentir bien dans plusieurs relations moins impactantes dans ma vie. Je sais qu'aimer plus d'une personne existe sans pour autant remettre en cause l'histoire existante. Peut être cela arrivera de nouveau mais je n'en ferai pas mon mode de vie amoureuse.

J'aime beaucoup l'image de lire plusieurs livres à la fois. Un livre s'est ouvert et ne se refermera jamais. Et d'autres livres restent à ouvrir :)

#
Profil

PolyWhyNot

le lundi 20 mai 2019 à 21h53

loumalive
Bonjour Polywhynot,

Content d'avoir de tes nouvelles!
Je me doute et crois comprendre, même si ce n'est sans doute que d'une petite partie de tes ressentis...
Ça n'est probablement pas simple de retrouver un fil cohérent, après une telle expérience, de plus dans ce monde assez fermé et normatif....

J'étais au café poly et à la projection du film à Nantes, semaine dernière, un très bon moment, qui fait du bien!!!

J'ai acheté à LuLutine le livre "Possibles" de Valérie Baud, aussi pour ma compagne, qui se pose pas mal de questions sur sa vie, ses sentiments, ses attirances...

Nous nous le sommes partagé, et je l'ai dévoré ce week-end. C'est l'histoire romancée du parcours sentimental de l'héroïne, qui d'une situation assez conventionnelle, normée (30 ans, mari, enfants, maison, boulot...), se découvre bi et plurielle et peu à peu, décide de l'assumer, coûte que coûte...

Je n'en dis pas plus, mais j'ai trouvé l'exposé des cheminements intérieurs, merveilleusement restitués!
Sensible, fin, passionnant, agréable à lire et tellement rafraichissant!!!

Même si je suis moi-même dans une position et sensibilité très différente, je trouve qu'il y a foule de choses à méditer pour la vie de chacun dans ce parcours, pour le rapport à l'épanouissement, à la liberté, à la recherche de ses aspirations profondes....

Si cela t'intéresse, ce livre est trouvable auprès de LuLutine, mais aussi là:
https://www.leslibraires.fr/livre/15434064-possibl...

Autrement, je comprends ton envie d'échanger, c'est aussi ce qui me pousse à lire régulièrement ici, et à aller dans les cafés poly de Nantes...

D'ailleurs, si ça te dis, il y a un apéro poly (c'est comme un café, mais moins cadré, plus en discussions informelles) jeudi prochain 23 mai à 20h à la Maison Café.
Normalement, le nombre de personnes est limité à 12, et c'est sur invitation, mais si cela t'intéresse, n'hésite pas à me dire.

Ravi d'échanger, belle journée à toi!

Merci pour l'invitation. Je devais venir la semaine dernière mais un souci de dernière minute. J'ai un agenda si chaotique bien que n'étant pas ministre !

Sinon Lulutine avait déjà ces livres à un précédent temps d'échanges avec les Inclassables (très chouette moment d'ailleurs, riche en questions et échanges entre curieux et polys).

Ce livre me tente bien... J'essaye de finir la salope éthique :D
J'aurais du profiter des lectures collectives :)

#
Profil

artichaut

le samedi 12 octobre 2019 à 17h34

J'ai trouvé ces articles sur le deuil et la séparation qui me semblaient pouvoir rentrer dans le sujet (de Jean Garneau et Michelle Larivey).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion