Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamoureux possessif

Jalousie
#

Lisbeth (invité)

le lundi 08 février 2016 à 14h25

Bonjour !

Je viens ici dans le but de trouvé quelques réponses et/ou conseil de votre part.

Depuis quelques années déjà, je tombe régulièrement amoureuse de plusieurs personnes à la fois. Ne connaissant pas le terme de "Polyamour", je me suis souvent retrouvée dans des situations délicates que je ne savais pas gérer. Bref.

Rupture après une relation assez sérieuse en fin d'année passée, je rencontre un peu par hasard T. Aucun de nous deux ne voulant de relation sérieuse ou même de relation tout court, nous nous déclarons "sexfriend" et nous voyons régulièrement. Il est polyamoureux, me prévient qu'il en verra très certainement d'autre et qu'il refuse de s'attacher à moi.

Sauf qu'avec les semaines un fort attachement se crée et notre histoire devient sérieuse. Pour moi, pas de problème au fait qu'il puisse tomber amoureux d'autre, c'est vrai que je vais devoir aller contre ma peur de l'abandon, mais rien de différent à une relation monogame... Sauf que pour lui, l'idée que je puisse en fréquenter d'autre est insoutenable. Il a été clair, il ne pourrait pas l'accepter.

On en parle et j'essaie de comprendre, mais j'ai un peu de peine. Que faire ? Avez-vous des conseils à me donner ?

J'ai envie de construire qqch avec lui, d'essayer et d'aller de l'avant. Mais que faire lorsque l'être aimé nous demande qqch qu'il ne veut pas faire lui même ? C'est ma première relation polyamoureuse...

Des conseils ?

#
Profil

bonheur

le lundi 08 février 2016 à 15h00

Le fait de connaitre le terme polyamour n'entraine pas que ce soit plus facile à gérer.

Un poly qui refuse l'attachement ?

Le problème du sexfriend, c'est que le seul fait d'avoir des relations sexuelles répétées avec une même personne implique ce que les scientifique ont nommé l'hormone de l'attachement. C'est aujourd'hui scientifiquement prouvé et reconnu... donc le sexfriend amène à l'attachement.

La peur de l'abandon n'est pas nécessairement une mauvaise chose, puisque tu en as conscience et que tu sais que la peur n'évite pas le danger, mais la peur peut préparer à anticiper le danger.

Cette personne te met face à un choix : je suis libre mais pas toi. Tu le sais, tu acceptes ou non ces conditions.

Perso, tous les polys que j'ai connu n'ont pas de désir d'exclusivité par rapport à leurs partenaires.

Je perçois plus ton "ami sexuel" comme libertin. Il ne désire pas d'attachement, pas de projet, pas de constructions communes, même minimes. Juste du bon temps à l'occasion. Evidemment, définir quelqu'un avec aussi peu d'éléments, et puis sa version de l'histoire serait pertinente.

#

Lisbeth (invité)

le lundi 08 février 2016 à 15h38

C'était le cas au début mais maintenant lui aussi veut une histoire, veut construire qqch. (Navrée si je n'ai pas été assez claire).

Nous sommes tombés amoureux l'un de l'autre et l'avons accepter.

Sauf qu'il m'accepte pas l'idée que j'ai autant de liberté que lui...

Que feriez-vous d'un libertin alors, n'acceptant pas votre capacité à aimer plusieurs personnes alors qu'il vous en demande tout autant ?

#
Profil

Leolu

le lundi 08 février 2016 à 17h05

Peut-être lui dire que celle qu'il aime, celle qu'il a connue sans engagement, c'est la Lisbeth libre. Et que la Lisbeth contrainte, ce n'est pas toi, que tu ne la connais pas, et qu'elle n'existe pas ?

Sérieusement, s'il est réellement polyamoureux (ou s'il l'a réellement été), il doit savoir qu'il n'existe pas que l'anarchie relationnelle, comme modèle de PA. L'autre modèle, le plus courant peut-être, c'est le couple ouvert. Alors, absolument rien n'empêche deux polyamoureux indépendants de vivre ensemble, tout en maintenant leur philosophie de départ (ou celle de l'un des deux...)

Mais qu'appelait-il "polyamour", en fait ? Uniquement cette douce et folle vie d'étudiant qui ne s'embarrasse pas d'engagements ? Et puis on redeviendrait "raisonnables" une fois qu'on a trouvé la bonne personne ? Le malentendu est piquant, je trouve... ;)

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le lundi 08 février 2016 à 17h50

Je m'interroge aussi sur le sens que cet homme place derrière le mot "polyamoureux"... Le sens que Lisbeth met derrière les mots "polyamoureux" et "libertins" ???

#
Profil

Faerie

le lundi 08 février 2016 à 18h01

Bonjour... J'avoue, la situation m'interroge sur la définition pour eux deux du polyamour ?

Et s'octroyer une liberté pour l'interdire à l'autre, ça me semble inéquitable. Comment est-ce vécu ?

#

La possibilité d'une île (invité)

le mardi 09 février 2016 à 02h33

L'expérience que j'ai du Polyamour a été jusqu'à aujourd'hui est un exercice d'équilibre entre des relations construites classiques (monogrammes) et des amitiés tendre et complices exprimée en toute connaissance de cause à mes partenaires, mais seulement dans leur définitions et non dans leur contenu, cela par relation de confiance, excluant de fait par honnêteté toute relation sexuelle extérieur afin d'offrir à mes partenaires monogrammes la sécurité exclusives nécessaire pour elle.
Le Polyamour comme je le vis n'est pas une revendication d'un "genre", mais un jardin secret.
J'ai pu dormir, enlacer, embrasser mes amies.
Certaines sont en couple et nous vivons nos amours de façon à protéger nos partenaires réciproques et nous mêmes du mensonge.
Toute vérité n'est pas bonne à dire, et il en va de soit d'être au plus prêt des valeurs, des repères et des sensations qui nous sont intimement personnel.
Je vis une forme de Polyamour, j'en suis conscient.
Cependant, ce jardin secret est précisément la clé de la compréhension. Quand les affectes de chacuns s'exprime, il n'y a qu'une solution pour tous, le compromis.
À mes yeux poly ou pas, tous les amours sont faits de compromis et chacun mesure chez l'autre jusqu'où la franchise est payante.
Une foi cette ligne franchie il reste un bout de chemin que l'on apprend à vivre seul.
Il ne s'agit pas de mentir, mais de prendre ses décisions pour sois, et d'accepter d'avoir à être seul.
Si il t'aime il te fera confiance.
Ça ne veut pas dire qu'il te soutiendra dans ton évolution, mais qu'il acceptera de continuer à communiquer avec toi.
Quand j'y pense je me dis que ce qui est terrible ce n'est pas de se séparer, mais perdre l'autre.
De ne plus pouvoir se retrouver et communiquer avec toute cette précieuse attention qui nous définis.
Tout cet Amour qui nous fait dire que les meilleurs pour l'autre c'est son bonheur, et qu'il e nous appartient pas.
Il faut pour être libre accepter sa solitude, trouver l'amour en sois.
Aucun argument et aucune peine ne peuvent stopper l'ascension d'un homme ou d'une femme qui possède en elle cette responsabilité solitaire:
Sa liberté.
Alors dans ton cas, il serait peut être bon de lui rappeler que personne n'appartient à personne.
Et si toi même tu en ai convaincu, tu ne souffriras pas de sa réaction, pour autant qu'il t'aime.
Si au contraire il souhaite te posséder il te fera culpabiliser à sa manière.
Vous ne pourrez peut être pas rester ensemble mais le respect que vous vous serez porté sera plus grand et plus fort encore que la construction d'un nid douillet ou s'aimer en s'oublient.
J'aime être pleinement conscient et j'ai appris que cela a un prix, je dois faire mes choix en écoutant mon cœur.
Beaucoup de gens refusent de me suivre, mais ils me sont reconnaissants de mon honnêteté.
Seuls les personnes incapable de se laisser aimer
Cherchent encore après des années à faire revivre le passer.

#
Profil

Nurja

le mardi 09 février 2016 à 09h52

Lisbeth
Sauf qu'il m'accepte pas l'idée que j'ai autant de liberté que lui...

C'est tellement courant. Et il trouverait normal de rester libre et de t'enfermer. Il ne se rend pas compte qu'il y a un souci ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion