Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Complètement perdu

Témoignage
#

Brisé25 (invité)

le lundi 15 décembre 2014 à 23h26

Bonjour, je ne suis pas vraiment poly mais ma copine l'est (se dit l'être plutôt) et j'espère que vous pourrez m'aider a y voir plus clair.

J'ai 25 ans et je suis avec ma copine qui a 24 ans depuis 4 ans, nous avons eu quelques histoires avant de nous rencontrer mais ce fut mon 1er vrai amour et elle m'a dit sensiblement la même chose,

bref nous étions épanouis a tout les niveaux, entente, sexe, projet... sauf qu'il y'a 3 mois j'ai senti ma copine ailleurs, plus distante et vous l'aurez compris, elle me trompait.

Lorsque, je l'ai découvert grosse crise de couple, elle dit m'aimer toujours mais l'aimer lui aussi, me parle du polyamour, je commence a lire pas mal de chose dont ce site et étant assez ouvert et surtout très amoureux, j'essaye de comprendre, puis l'accepter et pourquoi pas l'adopter car les perspectives d'autres relations me plaisent assez.

Cependant, j'ai demandé a ma copine d'établir des règles principalement pour me permettre de mieux vivre cela, et d'aller plus doucement dans cette découverte du polyamour. Donc port du préservatif obligatoire pour eux, il ne met pas un pied dans notre appart, pas de week end ni de découchage, en faite je voulais vraiment pas que cela empiète sur notre vie de couple.

Bon malgré mon ouverture, j'encaisse mal les soirées seul a l'imaginé avec ce mec, d'ailleurs parlons en, au départ je ne voulais rien savoir mais j'ai vu comme conseil que de rencontrer et connaître le second (pour moi je suis clairement la relation primaire) permettait de l'humaniser et de mieux appréhender sa jalousie.

Donc j'apprend que F a 40 ans (donc 17 de plus que ma copine...) qu'il est marié avec 2 enfants et que sa femme ne sait rien de tout cela, déjà sa commençait a me titiller car je pensai que l'honnêteté dans le poly c'était des 2 cotés, je suis clairement déçu et le fais savoir a ma copine qui le défend corps et âme. ( sa femme ne comprendrait pas, il ne l'aime plus mais reste pour les enfants... classique vous avez dit ?!)

Après pas mal de discussion avec ma copine qui me vante les mérites de son amant (je n'arrive pas a dire amoureux surtout depuis que je sais que, dans son cas a lui, c'est une amante vu que sa femme ne sait rien), j'ai envie de le rencontrer pour ne pas rester sur une fausse mauvaise première impression (quelle phrase^^)

Donc nous nous rencontrons dans un bar, lieu neutre, nous arrivons avec ma copine et l'attendons, 30 minutes plus tard, il arrive, je suis choqué par son aspect physique, petit, dégarnis, mal habillé, bedonnant (tout ce que semblait détesté ma copine qui m'accompagne toujours en magasin pour être sur que je ne fasse pas de faute de gout), je le salue et la il me sert la main de toute ses forces en espérant me broyer la main et je sens son regard pesant et sérieux ensuite il va pour dire bonjour a ma copine en tentant de l'embrasser heureusement ma copine tourne la tête pour que se soit une bise. (bon déjà la, la mauvaise impression se confirme tout doucement, j'ai l'impression qu'il veut créer un rapport de force entre nous, genre qui a la plus grosse et piqué au vif sur le moment je suis rentré dans son jeu...)

Donc on discute du polyamour pour commencer et la je lui demande clairement pourquoi sa femme ne sait rien, même réponse que ma chérie, ce a quoi je répond que c'est trop facile, ce qui me vaut un regard noir des 2 cotés, bref je me rend compte qu'il ne sait pas grand chose du polyamour surement ce que ma copine lui a dit mais rien de plus.

Ma copine va au toilette, clairement pour nous laisser discuté entre homme, donc on discute de tout et de rien, monsieur est fan de voiture, de bière et de l'OM. Moi j'aime bien les voitures mais sans plus, la bière non je ne bois pas d'alcool, enfin c'est plutôt l'alcool qui ne me laisse pas boire et le foot a part le mondial sa m'intéresse pas plus que sa, j'aime beaucoup de sport mais surtout leur pratique.

Et quand ma copine revient, le drame arrive, il me dit en la voyant se diriger vers nous, "regarde moi ce beau cul qui s'approche", "j'espère qu'elle te laisse aussi t'en occupé, car avec moi c'est sa fête a chaque fois " puis s'esclaffe bruyamment en me regardant du coin de l’œil.

Mon sang a tourné d'un coup, je l'ai attrapé par le col et je lui ai dit doucement et clairement de ne jamais recommencer et que d'ailleurs il ne recommencerait jamais sinon je l'envoi direct a l'hosto (je suis quelqu'un de très calme seulement lorsque la coupe est pleine, je ne me retient plus du tout), bon ma copine se précipite pour nous séparer, entre temps le monsieur m'a dit de venir régler sa dehors que j'allais dérouiller, ma copine nous a dit d'arrêter et m'a demander ce qu'il s'était passé, je lui ai répondu que j'étais extrêmement déçu d'elle et que je me cassais. Elle m'a dit d'attendre mais je ne me suis pas retourné.

Voila, son choix m'a déçu a un point inimaginable car son amant représente tout ce que je déteste chez une personne (un gros beauf digne des meilleurs caricature) et rien que d'imaginé qu'elle l'aime, je me dis que je ne dois pas valoir grand chose.

Lorsqu'elle est rentrée, nous avons discuté je lui ai tout expliqué et je lui ai clairement dit que c'étais lui ou moi, qu'elle avait 48h pour décidé et que quel que soit son choix elle ne reverrait jamais l'un d'entre nous, j'essaye tant bien de mal de me convaincre que ce n'était pas du poly mais c'est dur, très dur.

Il lui reste 24 h....

Désolé c'est un sacré pavé mais j'ai voulu expliqué pas mal de chose et encore je dois certainement oublier des choses et même en me relisant sa me parait surréaliste, j'ai l'impression de vivre un cauchemars.

Je sais pas quoi faire, je suis même pas sur que si elle me choisis je pourrai continuer, car j'ai l'impression qu'il y a quelque chose de brisé dans mon coeur.

Merci d'avance

#
Profil

homme_partit

le lundi 15 décembre 2014 à 23h49

Bonsoir Brisé.

Ton histoire et la mienne se ressemble, si ce n'est que la mienne s'est déroulée il y a maintenant quelques mois.

Je crois que la relation poly amoureuse ne se retrouve pas dans ton cas.
D'abord la tromperie de ta femme est, me semble t-il, une très mauvaise façon d'aborder le poly basé sur l'honnêteté.
Votre couple n'a que 4 ans et sa solidité pas vraiment à maturité.
L'autre relation ressemble à un plan Q pour lui.
Ta copine brûle les étapes, ne te rassure pas assez.

Je crois que votre problème est autre qu'un début de relation poly, que vous avez des problèmes relationnels à régler maintenant mais que ta copine devrait se donner de l'air avec cette autre relation.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 16 décembre 2014 à 00h45

Déjà, bravo pour la partie tolérante de ta démarche, ta capacié à aller de l'avant. Tu as bien pris les choses comme il le fallait, en tout cas au début.

Pour ce qui est de comment tu dois faire avec ta copine... c'est pas facile de te répondre. Le mec peut être aussi déplaisant que tu le dis, ce n'est pas la question... Elle veut cette relation, à toi de voir si toi tu peux ou non rester avec elle dans ce cadre.

Même si, humainement, je comprend que la moutarde te soit montée au nez pendant l'entrevue, même si le mec se révèle être un vrai connard, je pense que ta réaction t'a desservi, et que "l'ultimatum" également.

Déjà, après avoir vu ce type et l'avoir détesté, tu es sans doute rassuré sur le fait que vous ne vous comparez pas. Un type pareil, c'est pas difficile de te rassurer sur ton égo après l'avoir rencontré. Le but, dans les rencontres de ce genre, c'est pas de bien s'entendre avec le tiers, c'est de calmer sa propre machine à fantasme. On peut dire que ça a marché... du coup, tu n'es pas menacé, non ? Tu voies très bien la réalité, un adultère de ce genre, il a pas de risque de prendre le pas sur toi dans la vie de ta copine, il n'en a pas la volonté et sans doute pas l'occasion.
Et je crois pas que tu puisses mesurer ce que tu es, en réalité, aux yeux de ta copine, à l'échelle d'une rencontre qui dure depuis si peu de temps.
Bon, j'avoue que personnellement je crois pas que l'amour que quelqu'un éprouve pour nous prouve quoi que ce soit en matière de qualité humaine. On est voués à aimer, donc c'est évident qu'il y a des cons qui seront aimé autant que des gens bien.

Bref...
Cet ultimatum, tu l'aurais peut-être fait aussi avec un type chouette... Je crois que tu réagis comme ça parce que tu as foncé pour suivre ta copine tout en étant persuadé que c'était une mauvaise direction. En mettant l'ultimatum, tu essaierais de reprendre aussi brusquement le pouvoir que tu l'avais cédé. Mais au fond, puisque tu te sens "complètement perdu", tu sais que tu agis pas par amour, mais pour ta vision de la relation...
Je crois que même si, comme on en a envie en te lisant, on peut te donner raison face à cet homme et à l'aveuglement de ta copine, l'ultimatum c'est une décision nette qui n'apporte pas forcément une suite simple.

Pour ce qui est des règles de "pas dans l'appart", "pas le w-e", "pas de découchage"...
Disons que, selon moi, c'est un contrôle qui te dessert : ces obstacles que tu poses peuvent facilement devenir une aventure, pour eux, une contrainte qui exalte les moments qu'ils passent ensemble. Alors qu'au départ, tu es plus informé et plus tolérant que l'épouse du monsieur, tu met ta copine dans la situation où il est lui, donc ils peuvent se dire "elle et lui contre le monde entier".

Ca te dessert aussi pour l'amour que tu veux montrer à ta copine... Tu affaiblis la chance, par la suite, de l'aider si ça se passe pas bien, de reconstruire.
Imagine la situation : elle te revient éplorée, te demandant pardon, se flagellant pour son aveuglement... Et toi, tu ferais le mec indulgent, magnanime. Et en fait, elle se rebarre après, parce qu'elle rencontre un type, peut-être même un type bien. Ou qu'elle t'aime plus, pour tout autre chose que le poly.
Ou c'est toi qui aura peut-être plus envie d'être là. Ou tu feras une connerie et c'est toi qui aura besoin d'un pardon.
T'auras gagné quoi ?
CE serait la même question si on parlait d'autres sujets que le poly : là, tu es parti sur une logique de conflit qui rend compliqué d'en faire autre chose.

Mais du coup, j'aimerai savoir ce que tu voudrais, au fond, pour la suite, après de tels épisodes. Ta copine n'oubliera pas cette histoire, les raisons et les ressorts qui l'y ont mené, indépendemment de ce que ça durera, restent encore assez peu évidents.
Du coup qu'est-ce qui pourrait se passer ? Quels différentes suites tu peux imagine, qu'est-ce qui en rend certaines plus probables que d'autres ?

Sinon, si, quand même, c'était du poly.
Ta copine se gourre peut-être sur ce que ça implique réellement, dans son rapport à toi, et dans sa façon pour elle de vivre les sentiments, mais d'une façon assez générale, la situation que tu as connu quelques temps en était.
C'en est pas quand il n'y a qu'une personne sur trois qui pense que ça en est, et qui est consentante.
Là, elle t'a exposé son histoire, tu as tenté de trouver un compromis (et même si ça s'est mal passé, et que tu as réagi avec des stratégies défensives, sérieusement, encore bravo, parce que c'était quand même très ouvert pour quelqu'un d'encore jeune et pas du tout préparé à vivre autre chose que de l'exclusivité).
Que le tiers soit adultère ou non, c'était pas important.
Que ta copine ait avoué par défaut et parlé de poly pour expliquer qu'elle t'aimait encore, c'était pas optimal comme façon de faire, mais ça reste une réalité affective et une recherche, même maladroite.

L'important, c'est est-ce que ta copine aurait pu être heureuse dans une situation poly, avec les deux ?
Apparemment pas. Soit parce qu'elle trouve un truc important pour elle chez cette homme, soit parce qu'elle n'était plus bien dans le cadre exclusif ...
Si le mec est aussi naze, soit ta copine l'est un peu aussi, et dans ce cas tant mieux si ça finit pour toi ; soit c'est un aveuglement lié à des conditions (dans le passif de ta copine, dans le moment où tout ça arrive dans votre relation), et dans ce cas, et si tu es encore amoureux, tu devrais quand même tenter de comprendre ses désirs, ses motivations...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 16 décembre 2014 à 00h50

Oh et sinon, vous êtes jeunes.
Pas faire tout bien à ce moment-là de la vie, ça se pardonne encore plus facilement... Et ça vaut toujours le coup d'apprendre de ses erreurs.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 16 décembre 2014 à 09h08

Bonjour,

Je vais rebondir sur certains points de ton post et des réponses arrivées depuis.

Pour commencer, comme Siestacorta, je suis impressionnée par l'ouverture d'esprit dont tu as fait preuve et les efforts que tu as faits. Beaucoup de gens, placés dans la même situation que toi, auraient refusé le dialogue car tu t'es trouvé face à quelque chose de très lourd à encaisser et ça demandait beaucoup d'efforts d'entreprendre les démarches que tu as faites (tenter de trouver un mode de fonctionnement qui te convienne, accepter de rencontrer l'amant de ta compagne).

Ensuite, la colère que tu as ressentie durant cette rencontre et ensuite me semble normale. Le contexte de la rencontre était forcément insécurisant pour toi (on ne va pas rencontrer l'amant de sa copine sans un minimum de peur, c'est humain), ensuite le choc de la découverte de cette personne a été fort, et son comportement m'aurait sans doute aussi mise en rage (bon après pas sûre que je l'aurais attrapé par le col mais chacun sa réaction et je peux comprendre).

Dans ce contexte, j'imagine que l'ultimatum que tu as posé était la seule chose envisageable pour toi. Tu étais en colère, déçu, blessé et tu as réagi du mieux que tu as pu.
Maintenant, j'aurais envie de te demander : une fois cette phase de réaction "à chaud" passée, es-tu toujours dans le même état d'esprit ? Si tu prends du recul sur cet ultimatum, est-ce vraiment ce que tu as envie de faire ?
Et comment envisages-tu l'avenir ? Si elle quitte son amant du moment, comment te vois-tu gérer la suite ? Accepterais-tu qu'elle fasse d'autres rencontres ?
En fait, la question c'est un peu : même s'il n'y avait pas cet autre homme, aurais-tu envie de continuer la relation avec ta compagne ?

Les réponses à ces questions ne sont pas évidentes à trouver, mon conseil dans ce cas serait de ne pas prendre de décision hâtive. Tu es encore sous le choc des événements récents et le temps est souvent un bon conseiller. Prendre des décisions radicales sous le coup de la colère peut parfois amener des regrets, une fois la colère retombée.

Maintenant quelques commentaires sur des choses lues dans les réponses (je me lance dans un pavé aujourd'hui) :

homme partit
Je crois que la relation poly amoureuse ne se retrouve pas dans ton cas.
D'abord la tromperie de ta femme est, me semble t-il, une très mauvaise façon d'aborder le poly basé sur l'honnêteté.
L'autre relation ressemble à un plan Q pour lui.
Ta copine brûle les étapes, ne te rassure pas assez.

Pour avoir "droit" (désolée pour le terme) à l'étiquette "ceci est du PA", la condition n'est pas de tout faire parfaitement dès le début. Il y a des tas d'histoires polyamoureuses qui ont commencé par de l'adultère car les gens ne se réveillent pas forcément un matin en se disant "oh dis donc, je suis polyamoureux !". Parfois ils commencent par tromper leur conjoint et c'est alors qu'ils se rendent compte qu'ils continuent à l'aimer, tout en aimant leur amant, et qu'ils découvrent le concept de PA et décident de vivre ainsi.
Et le fait que pour l'amant ce soit un plan cul n'a pas d'importance. Le jeune homme qui témoignent et sa copine se sont parlés, essaient de trouver une solution, pour moi c'est bien une démarche polyamoureuse.

Siestacorta
Déjà, après avoir vu ce type et l'avoir détesté, tu es sans doute rassuré sur le fait que vous ne vous comparez pas. Un type pareil, c'est pas difficile de te rassurer sur ton égo après l'avoir rencontré. Le but, dans les rencontres de ce genre, c'est pas de bien s'entendre avec le tiers, c'est de calmer sa propre machine à fantasme. On peut dire que ça a marché... du coup, tu n'es pas menacé, non ?

Je suis d'accord avec Siesta. Ca ne m'est jamais arrivé mais je sais qu'on peut être parfois surpris, voire déçu, de constater de qui son conjoint s'est entiché. Mais l'autre a le droit de tomber amoureux de qui il veut et ça ne diminue en rien sa propre valeur. On n'est pas dans sa tête, il a de très bonnes raisons d'apprécier cette personne, des raisons qui lui sont propres et qui ne nous regardent pas.
Comme Françoise Simpère l'a écrit un jour, être non-exclusif c'est un peu dire à l'autre "Laisse moi découvrir parfois le monde sans toi". Si on est capable de laisser l'autre faire ces découvertes seul, on n'a pas à juger ce qu'il choisit de découvrir ou pas. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire, j'en conviens.

Siestacorta
Pour ce qui est des règles de "pas dans l'appart", "pas le w-e", "pas de découchage"...
Disons que, selon moi, c'est un contrôle qui te dessert : ces obstacles que tu poses peuvent facilement devenir une aventure, pour eux, une contrainte qui exalte les moments qu'ils passent ensemble. Alors qu'au départ, tu es plus informé et plus tolérant que l'épouse du monsieur, tu met ta copine dans la situation où il est lui, donc ils peuvent se dire "elle et lui contre le monde entier".

Ca te dessert aussi pour l'amour que tu veux montrer à ta copine...

Là je suis pas du tout d'accord.
Moi ça me semble normal de pouvoir avoir besoin de règles, au moins au début. On n'est pas des surhommes ni des bouddhas, la bienveillance universelle et la compersion absolue c'est pas évident, surtout quand on vient de se prendre dans la figure un choc comme "ma copine en aime un autre".
Je trouve que ce serait beaucoup trop demander que de dire à ce jeune homme "tu devrais les laisser tout faire comme ils veulent et t'adapter".
Perso, ça fait 6 ans qu'avec mon mari nous avons décidé d'adopter un mode de vie non-exclusif. Au début, j'avais demandé à fixer des règles (moins restrictives que celles mentionnées par le jeune homme mais il y avait par exemple le fait qu'il ne vienne pas à la maison avec une femme que je ne connaisse pas préalablement). Et puis ces règles ont évolué avec le temps, j'en ai eu moins besoin et aujourd'hui par exemple ça ne me dérange plus qu'il amène à la maison une personne qui m'est inconnue.
Donc tout ça pour dire que les règles ça n'est pas "mal", ça peut être utile pour aider à mettre en place progressivement une relation non-exclusive en limitant les occasions de se sentir en insécurité (tout en travaillant soi-même sur les causes de cette insécurité, quand on s'en sent capable).

Voili, voilou. J'espère avoir pu être utile.

PS : j'ai employé les termes "le jeune homme" parce que j'arrive pas à utiliser le pseudo "brisé25". Sorry :-)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 16 décembre 2014 à 11h01

Shamal

Là je suis pas du tout d'accord.
Moi ça me semble normal de pouvoir avoir besoin de règles, au moins au début. On n'est pas des surhommes ni des bouddhas, la bienveillance universelle et la compersion absolue c'est pas évident, surtout quand on vient de se prendre dans la figure un choc comme "ma copine en aime un autre".

J'ai mis en rapport l'émotivité de brisé25 et ces règles.
Je ne souhaites pas dire "n'en pose jamais"... Il doit évidemment pas dire "faites ce que vous voulez, je souffrirai en silence", ce serait presque pire. L'enjeu est de continuer à construire une nouvelle époque de la relation.
Sans lui donner ni trop d'occasions de capoter, ni s'extraire en mode "aggressif passif", ne rien dire, pour au final dire "j'en peux plus, j'avais prévenu que je ne pourrai pas, et j'avais raison, c'est allé trop loin trop vite". Forcément...

Il peut y avoir un intérêt à poser des règles, et c'est pas forcémenent dans l'espoir de les faire appliquer absolument et à vie : c'est pour qu'elles incarnent un dialogue ouvert et une manière d'exprimer les attentes et les limites affectives de chacun. Derrière tout ça, il y a des peurs et des désirs, et c'est ça qu'il faut finalement arriver à respecter chez chacun.

Mais je souhaitais souligner que dire "découche pas" + "encore moins le w-e" + "vous voyez pas chez moi" (d'autres ajoutent à ce cadre "je veux pouvoir tout ignorer des choses que tu feras différemment d'avant") en cumulé - face à un homme adultère chez qui, donc, ça se fera pas non plus - c'est dire en gros : tu fais ce que tu veux tant que c'est en mode clandestin, et je met des règles si difficilement tenables en pratique qu'elles sont faites pour que je me fâche à un moment où l'autre, quand elle seront transgressées. C'est plus du déni qu'un travail à deux. A preuve, ces règles ne suffisaient d'ailleurs pas, avant la rencontre, à juguler le rejet de Brisé envers cette situation. Une fois seul il se sent tout aussi dévasté que s'il avait tout laissé faire.

(j'ai aussi du mal avec le pseudo... Ou alors, faut considérer que certaines choses brisées sont encore plus belles une fois réparées, comme dans la technique Kintsukuroi)

Bref, les règles, ça vaut quand on est dans un travail de compréhension de soi-même, de ce qui nous est indispensable, et de l'autre, de ce qu'il exprime comme besoin de de comment on peut lui laisser vivre ça sans se nier soi-même.

Avoir beaucoup de peine à lâcher prise au début, souffrir quand on est délaissé, c'est tout à fait compréhensible, et ça l'est tout autant de vouloir limiter ça en demandant à l'autre des conditions de respect. Mais si on aimer l'autre, qu'on veut lui offrir cette possibilité d'épanouissement, et apaiser ses propres peurs d'être abandonné, négligé, désavantagé, identifié comme faible (ce dernier point semble central dans le témoignage de brisé), alors il faut que l'esprit des règles soit aussi un compromis, une recherche d'entente, une expression du désir de continuer la relation Quelque chose où on ne cherche pas seulement sa propre préservation, mais aussi l'épanouissement de l'autre ; bref, un geste d'amour où on sait encore se respecter soi-même, mais pas quelque chose comme "t'as fauté, dans mon immense bonté je vais absoudre tes pêchés, et je vais te donner une occasion de vivre une pénitence".

C'est à une construction des règles comme "Mur" entre soi et le réel qui me semble pas un mauvais plan, pas les règles en soi.
Et je crois que brisé25 mélange les deux aspects (et c'est normal, encore), un amour très beau, subtil, attentif pour sa copine, et un rejet du changement (et ultérieurement de la personne tierse, et c'est toujours compliqué de savoir à quel point on aurait moins détesté l'autre si on avait pas déjà détesté ce qui nous arrivait à cause de lui).

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

Brisé25 (invité)

le mardi 16 décembre 2014 à 11h50

Merci pour vos réponses.

Pour les règles nous en avons parler a deux, et elle était d'accord sur toute, par ailleurs sa ne me semblait pas si restrictif que cela, de plus sa m'aidait a moins souffrir et ainsi a pouvoir prendre le temps de comprendre et accepté petit à petit, je me suis ouvert mais je ne le fais pas a n'importe quel prix, il était hors de question pour moi de tout accepté en souffrant en silence.
Pour moi c'était simplement des compromis, comme dans tout couple, indépendamment d'être poly ou mono, c'était aussi une façon d'être valoriser, de voir que j'avais encore de l'importance.

Pour la suite, ce qui est sur c'est que je ne veux pas d'un mec aussi abject en lien avec ma copine, plus je pense a eux plus j'ai du dégoût pour elle, l'ultimatum qui se termine aujourd'hui restera de mise.
Si elle me choisit (j'ai bon espoir), je ne sais pas ou sa nous mènera mais ce qui est sur c'est qu'il faudra discuter pour poser nos attentes et désirs pour la suite.

Pour le poly, si elle l'est vraiment (j'en doute assez), je ne me vois pas me relancer la dedans tout de suite après avoir autant souffert, je veux déjà stabilisé le couple et réparé ci s'est possible la chose qui est cassé, nous consolidez et pourquoi pas après en rediscuter mais en étant plus prudent sans brusquer ni l'un ni l'autre.

Même si je dois l'avouer je ne sais pas si sa marchera même si elle revient, je me sens terriblement blessé, et désolé je devrais sans doute ne pas me rabaisser en voyant le niveau de l'amant mais c'est ce que je fais, je me dit que si elle est tombé amoureuse d'un tel mec c'est qu'il doit lui manquer des choses avec moi, mais je vois même pas ce qu'elle a trouvé avec ce mec, si peut être pour le sexe si il est semblable a ce qu'il est dans la vie, sa devait être du sexe bien hard et bien crade...

Je suis d'accord avec toi siesta, si elle revient je ne compte pas lui faire vivre une pénitence, je veux juste comprendre et tenter d'avancer sans pour autant m'abandonner au passage.
Si a l'avenir elle se révèle vraiment poly et que je ne peux pas le supporter alors je partirai, c'est dommage mais je ne souhaite pas souffrir et la faire souffrir, et une rupture ce n'est pas la fin de tout.

En tout cas merci a vous, vous m'aidez beaucoup même si j'ai encore du mal a tout assimilé car je suis encore sous le choc et perdu.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 16 décembre 2014 à 12h44

Les copains et -ines ont dit des tas de choses avec lesquelles je suis d'accord. Pour ma part j'aimerais insister sur le côté "travail à faire sur toi-même" que cette aventure révèle - tout en mettant moi aussi en avant le fait que :
- ça aura de toutes façons été une situation particulièrement difficile, vraiment pas une introduction idéale au polyamour
- tu es jeune encore et il y a pas mal de choses que j'aurai fait pareil à ton âge, mais j'ai vingt ans de plus maintenant, et je fais plus pareil. Ça veut pas dire que j'ai raison maintenant, mais ça veut dire qu'on peut changer dans sa façon de réagir, si on veut.

Mais ça me semble particulièrement important que tu cherches à te comprendre toi-même, à comprendre tes réactions, si et quand tu te sentiras d'attaque pour le faire, bien sûr. C'est sans doute plus important que de chercher à la comprendre elle, parce que tu continueras de toutes façons à vivre avec toi-même et qu'avec elle c'est pas sûr, parce qu'il y a toujours des parties des autres qu'on ne comprend pas, et il faut savoir l'accepter, et aussi parce que ce que tu ressens toi, tu peux beaucoup plus facilement travailler dessus et éventuellement le changer.

Tu dis par exemple :


Même si je dois l'avouer je ne sais pas si sa marchera même si elle revient, je me sens terriblement blessé, et désolé je devrais sans doute ne pas me rabaisser en voyant le niveau de l'amant mais c'est ce que je fais, je me dit que si elle est tombé amoureuse d'un tel mec c'est qu'il doit lui manquer des choses avec moi, mais je vois même pas ce qu'elle a trouvé avec ce mec, si peut être pour le sexe si il est semblable a ce qu'il est dans la vie, sa devait être du sexe bien hard et bien crade...

- te sentirais-tu rabaissé si le mec était un génie, super beau, super agréable ?
- est-ce que du coup tu ne te sens pas rabaissé parce que tu te dis que tu sors avec une fille qui a mauvais goût ? et du coup ça veut dire que toi aussi tu as mauvais goût ?

En fait à mon sens tu n'as vraiment aucune raison d'être blessé. Tu as aimé/aimes ta copine, et elle t'a aimé/t'aime. Voilà l'essentiel à connaître si tu veux savoir ce qu'il en est de votre relation à vous deux.
Par ailleurs, tu as découvert un aspect de sa personnalité que tu ne connaissais pas, que tu ne soupçonnais pas : elle est attirée par cet homme, pour quelque raison que ce soit. Est-ce une faute ? N'as-tu pas peut-être toi aussi des attirances que tu n'as pas osé révéler à ta copine ? Nous sommes tous multiples, et même si 90% de notre existence peut être compatible avec une personne, il y a d'autres nous-mêmes qui veulent exister, qui veulent respirer. Aimer profondément quelqu'un, à mon sens, c'est aussi savoir lâcher prise sur ces aspects de la personne qu'on aime que nous ne pouvons pas comprendre.

- et c'est intéressant de ce point de vue que tu souffres de l'idée qu'ils fassent du sexe "bien crade". En fait tu n'en sais rien, pour ce que j'en comprends, n'est-ce pas ? Mais ça peut être intéressant pour toi de préciser ce que tu entends par sexe "bien crade", pourquoi ça te blesserait plus qu'elle fasse du sexe "bien crade" plutôt que de lui tenir la main en le regardant dans les yeux pendant des heures.
Est-ce que toi tu as envie de sexe "bien crade" ? Avec elle ? Avec d'autres ? Est-ce que c'est quelque chose qui manque entre vous ? Est-ce que tu pense que c'est dégradant de le faire, d'en avoir envie ? Pour toi ? Pour elle ?

Brisé25
Pour le poly, si elle l'est vraiment (j'en doute assez),

Elle a eu deux relations, vous étiez au courant. Pourquoi en douter du coup ?

#
Profil

Elaya

le mardi 16 décembre 2014 à 13h04

Pour ma part en tant que débutante poly, j'envisage mal la rencontre avec les autres maitresses. J'aime bien avoir un jardin secret et je compartimente pas mal ma vie. Est-il réellement nécessaire de parler de la personne, de connaitre son visage ? Est-ce que seulement le fait de connaitre son existence ne suffit pas ?

En effet, ton amie a eu une affection pour un type que tu détestes, mais il est difficile de comprendre la loi de l'attirance. On peut être surpris du choix des autres, et surtout de ceux qu'on pense bien connaitre.
Je ne trouve pas forcément ton amie dans le faux, mais c'est manifestement son amant qui a eu besoin de se revaloriser en face de toi, de t'expliquer que même s'il est beaucoup plus vieux, moins beau et bedonnant, il a les moyens de satisfaire sexuellement ton amie. C'est un combat de petit coq, il n'a manifestement rien compris au principe du polyamour ce monsieur.

Courage, C'est dur à traverser ces moments de coeur qui s'effiloche. Mais c'est ainsi qu'on apprend je pense.

#

Brisé25 (invité)

le mardi 16 décembre 2014 à 13h12

Franchement je me serais senti mieux si le mec était beau (autant je trouve facile de trouver un mec moche mais du mal a dire ci il est beau ou non ?!), je pensai naïvement que l'on aurait des points commun, pas tous car quel intérêt de tomber amoureux d'une sorte de clone, mais la de voir que ce genre de mec peut lui plaire je me dis que c'est la porte ouverte a n'importe quoi (comme cet amant) et je suis déçu.

Pour le sexe bien crade, c'est vrai que j'en sais rien et que je veux pas savoir, mais vu le type je me dis que sa peut être possible, et sachant qu'avec moi elle est pas du tout comme sa, je me dis que c'est peut être sa qu'elle a trouvé avec lui.
Bon le mot bien crade est un peu fort et n'a pas vraiment de sens précis dans mon esprit, c'était juste une vague pensée, le truc c'est qu'elle ne m'a jamais parler d'avoir envie de cela dans notre vie sexuelle, elle se dit combler a 100%, d'ailleurs impossible de ne pas la croire, certaines choses le prouvent (je n'entrerai pas dans les détails), bref en matière, de sexe sa pouvait être tendre et fougueux a la fois, avec de nouvelle pratique et beaucoup de désir donc pour moi cet aspect "crades" est la seule chose qui lui manquerait a ce niveau. ( crade pour moi se serait genre que lui l'insulte pendant l'acte, lui manque de respect ce genre de chose, un peu comme le bonhomme quoi)

Pour moi le fait qu'elle est eu 2 relations ne veut pas dire qu'elle est poly, on peut aimer 2 personnes sans être poly, elle ne m'a jamais parler d'autre homme d'ailleurs, même si au niveau ou on en était je n'aurai pas été prêt et d'accord pour un 3ème, car j'ai encore du mal a croire que d'aimer plusieurs personne ne soit pas un partage de l'amour, je ne crois pas à l'amour infini, pour moi c'est de la pure utopie tout comme la non hiérarchisation des relations, car l'homme compare toujours tout même un sentiment aussi abstrait que l'amour que se soit inconsciemment ou non.
Et le partage du temps est inévitable, et étant donné que nous avons déjà beaucoup de passions différente, des amis que nous voyons seul, je ne me voyais pas la voir encore moins, cela aurait impacté sur notre relation à terme.

#
Profil

Nurja

le mardi 16 décembre 2014 à 13h28

Je ne suis pas sûre que ceci va t'aider beaucoup.

Une des choses qui me pose vraiment problème dans le comportement de son amant est qu'il en parle comme si c'était un objet et avec cela, j'aurais du mal. Je n'apprécierai pas qu'une femme réduise un homme que j'aime à l'état d'objet. Cela dit, ce serait pour l'homme aimé que j'aurais mal, pas pour moi.

#

(compte clôturé)

le mardi 16 décembre 2014 à 13h33

Brise25, je comprend ton desarroi et ton incomprehension face au choix de ton ami. J'ai un reflexe un peu similaire : lorsqu'un nouvel homme entre dans ma vie, j'aime en savoir plus sur les autres femmes qu'il frequente : leurs valeurs, leur comportement, leur ethique sont-elles en phase avec mes valeurs ? Si la reponse est oui, je trouve cela rassurant, je me sens "en bonne compagnie". Je ne ressens pas le besoin de les rencontrer en personne, mais cela ne me derange pas non plus.
Par contre, si la reponse est "non" (= que j'ai l'impression que les valeurs des autres femmes sont vraiment en decalage avec les miennes), cela me met mal a l'aise. Cela m'amene a m'interroger sur l'homme que frequente : "si il aime aussi cette femme qui est si differente de moi, a l'oppose de ce que je suis, est-il bien celui que je crois ? Ne suis-je pas en train de faire fausse route par eapport a sa personnalite a lui et a ses valeurs ?".

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 16 décembre 2014 à 14h36

Brisé25
elle se dit combler a 100%, d'ailleurs impossible de ne pas la croire,

On peut être "comblée à 100%" avec quelqu'un et être tout de même tentée par autre chose, tu ne penses pas ?
Cela fait tout de même quatre ans que vous êtes ensemble, il est assez classique que la phase de l'"exclusivité hormonale" (de l'obsession monomaniaque) soit passée à ce moment là.
En tous cas si vous devez être à nouveau ensemble, et quelque soit la forme de relation que vous décidez d'avoir (monogamie, non-exclusive), cela doit permettre au moins de signaler qu'elle a des désirs que tu ne pourras pas combler (et je sais que c'est pas facile à entendre mais c'est le cas pour tout le monde une fois la phase fusionnelle passée, et ça n'empêche pas de continuer à avoir des relations longues et intenses).


Pour moi le fait qu'elle est eu 2 relations ne veut pas dire qu'elle est poly, on peut aimer 2 personnes sans être poly,

Mmmm, mais si on le dit aux deux, la plupart des participants sur ce forum vont dire qu'on agit de manière poly. Beaucoup de poly n'ont que deux amoureux-ses (ou même moins, c'est avant tout une question d'accepter la possibilité). Du coup je me demande ce que tu mets au juste derrière le terme "poly". Une chose est sûre, ça ne veut pas dire qu'on couche avec tout le monde.

#
Profil

Elaya

le mardi 16 décembre 2014 à 15h22

Tcheloviek

On peut être "comblée à 100%" avec quelqu'un et être tout de même tentée par autre chose, tu ne penses pas ?

Excuse moi j'ai abrégé ton pseudo :p. Je suis bien d'accord, heureusement que ce n'est pas uniquement le fait de n'être pas comblé qui pousse à chercher ailleurs autre chose. On peut être parfaitement heureux et épanoui, mais faire simplement une jolie rencontre que l'on a envie d'approfondir.

A mon sens pour se dire vraiment poly il faut avoir vécu la situation soit d'aimer deux personnes au moins à la fois, soit d'avoir su être une des relations multiples entretenues par une personne que l'ont aimait. Car entre la perception conceptuelle de la chose et son vécu émotionnel il y a un grand pas. C'est dans l'expérience du partage qu'on vérifie si oui ou non, on peut être heureux en étant poly. Il y a par la suite bien des manières de l'être c'est certain.

#
Profil

Elaya

le mardi 16 décembre 2014 à 15h22

Oups, je maitrise peu les citations....

#

(compte clôturé)

le mardi 16 décembre 2014 à 15h58

On est en phase Siesta :) tu as précisé des points que j'avais omis dans mon empressement à répondre.
Et merci pour l'info sur la technique kintsukuroi (dans 30 secondes j'aurai malheureusement oublié ce mot) que je ne connaissais pas et qui me parle beaucoup.

#
Profil

LuLutine

le mardi 16 décembre 2014 à 18h14

Elaya
Oups, je maitrise peu les citations....

J'ai modifié.

#
Profil

LuLutine

le mardi 16 décembre 2014 à 18h17

Bon alors déjà je plussoie à peu près tout le monde surtout Siesta et Shamal (Amen).
Je recopie pas les citations, vous relirez trois fois le fil ;)

Siestacortas'extraire en mode "aggressif passif", ne rien dire, pour au final dire "j'en peux plus, j'avais prévenu que je ne pourrai pas, et j'avais raison, c'est allé trop loin trop vite". Forcément...

Ah, ça.
Je connais quelqu'un qui m'a fait un peu ce genre de coup.
Je plussoie.

Elaya
A mon sens pour se dire vraiment poly il faut avoir vécu [...]

A mon sens pas besoin de l'avoir vécu. Etre convaincu suffit.

#

Brisé25 (invité)

le mardi 16 décembre 2014 à 19h01

Bon le verdict est tombé, elle m'a choisit, d'après elle son amour pour moi est sans aucune mesure comparé a celui qu'elle a pour son amant, on a pas mal discuté et elle est désolée que sa se soit passé comme sa, je lui ai demandé comment elle avait pu aimer un mec comme sa et ce qu'il lui apportait et elle ne sait pas vraiment.

Quand je lui ai demandé de quoi il pouvait bien parler, car les voitures et le foot c'est pas trop son truc, elle m'a dit qu'elle reprenait les sujets de discussion qu'on avait ensemble mais que vu qu'il ne savait pas grand chose, c'est limite si elle débattait pas toute seule, mais elle aimait sa, je comprend pas trop d'ailleurs car la plupart du temps c'est moi qui lui fait part de ces sujets vu que je suis très curieux et que dès que je vois un article intéressant je peux rechercher plus loin et j'aime bien en parler avec elle ou des amis, bref je comprend pas vraiment pourquoi elle aimait sa...

Sinon on est d'accord pour recommencer et abordé tranquillement nos désirs mais pour le poly le mettre un peu de coté le temps qu'elle comprenne si c'est vraiment ce qu'elle désire et moi le temps de digéré.

Elle s'engage a ne plus voir son amant (tout du moins en dehors du travail car ils sont dans la même entreprise).

J'ai quand même l'impression que c'est trop facile et du coup je me méfie, j'angoisse qu'elle continue de le voir...

#
Profil

LuLutine

le mardi 16 décembre 2014 à 19h16

Ben, elle va forcément le croiser au boulot, tu l'as dit.

Après, je crois profondément que tu ne peux pas la fliquer. Si vous avez envie que ça marche, il faut (enfin, je dis "il faut", ça reste mon point de vue hein, et tout le reste du message est à lire avec ça en tête) miser sur la confiance.

Des deux côtés.

La confiance des deux côté, ça veut dire que tu lui fais confiance pour faire ce qu'elle t'a dit, et te dire ce qu'elle fait (enfin si c'est important par rapport à votre relation, on peut pas tout raconter non plus et on a le droit de vivre en-dehors de l'autre et de ne pas vouloir tout lui dire).

Ca veut dire aussi qu'elle s'y tient (dans la mesure où je suppose que c'est bien sa décision et où ça ne découle pas d'une pression de ta part...ce qui est déjà pas complètement gagné avec cette histoire d'ultimatum, mais on va supposer que globalement ça lui convient : oui, je suis optimiste ce soir, je me place dans un cas idéal).

De ton côté, ça veut dire que concrètement, si elle rentre du boulot avec 1h de retard en te disant qu'elle a eu une surcharge de travail, tu ne deviens pas méfiant et inquisiteur, persuadé que c'était pour passer du temps avec son (ex) amant.

Et pour ce qui est de savoir ce qu'elle lui trouvait (comme on dit). Y a pas toujours de réponse concrète, précise, mais j'ai retenu (à peu près) une phrase lors d'un café poly.
Une femme disait "Je ne vois vraiment pas ce que mon compagnon peut bien trouver à son autre amoureuse".
Quelqu'un lui a répondu à peu près : "Dis-toi qu'il voit en elle, quelque chose que toi tu ne vois pas."

Alors oui ça peut être un peu frustrant, on ne sait pas ce que c'est, mais on sait qu'il y a quelque chose.
Moi je dis peu importe, tous les mystères ne sont pas faits pour être découverts... ;)

Et depuis je suis bien plus tranquille quand je commence à me demander ce qu'une personne que je fréquente trouve à un(e) autre partenaire...
Je me dis juste "Whatever works, tant mieux pour eux !"

Eventuellement, si l'autre est aussi détestable que le type que tu décris, je vais refuser de le voir ; mais mon/ma partenaire fait ce qu'il/elle veut de sa vie lorsque je ne suis pas là, ce n'est pas un problème.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion