Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Retour à la case monogamie

Monogamie
#
Profil

LostInTheSky

le samedi 07 novembre 2015 à 15h59

Bonjour,
Juste besoin de discuter, d'échanger, d'avoir d'autres regards...
Polyamoureuse je viens de vivre sans doute une des plus jolies périodes de ma vie.
Un homme en or à mes côtés au quotidien qui a compris et tente d'accepter ce que je suis, trois enfants adorables à nous deux et un amant que j'aime, ma bulle, mon espace de respiration et de liberté.
Mais, vu le titre il est évident qu'il y a un mais....
Mais ma relation avec mon amant est trop déséquilibrée, trop incertaine. Je me suis accrochée tant que j'ai pu y croire, j'ai essayé de prendre du recul, de gérer le manque mais en vain.... Le constat se pose pour moi, c'est devenu trop douloureux.
Je souffre de ses distances, de l'incertitude constante dans laquelle notre relation se vit, et cette souffrance là fait mal aussi à mon amoureux du quotidien qui me voit m'effondrer trop souvent pour un autre et sans pouvoir me soulager.
La seule solution que j'entrevois c'est de cesser la relation avec mon amant, j'ai beau ne voir qu'elle ça me met le coeur et le corps en vrac.
J'en ai parlé beaucoup avec mon amoureux que cette décision arrange mais qui ne m'y pousse pas plus que ça car il sait que c'est plus que compliqué pour moi. Je n'en ai pas parlé avec mon amant parce qu'on ne sait pas parler de nous, on a jamais su....
Bref. Voilà. J'ai peur. Peur de perdre un des hommes que j'aime, j'ai l'impression de m'arracher une partie de moi. Lundi je passe la nuit chez lui. Sans doute la dernière. Je sais que mon amoureux sera là pour m'épauler mais tout ça me semble complètement irréel....

#
Profil

Siestacorta

le samedi 07 novembre 2015 à 19h15

bonjour.

On pourrait croire que dans le monde poly, il n'y a pas de raisons de rompre et/ou pas de raison de ne plus vouloir de relation, puisque la notion de relation serait élastique... mais c'est pas le cas. Et c'est aussi triste pour nous que pour les monos, d'avoir à renoncer...
On doit se dire que la tristesse de la fin laissera la place au bonheur d'avoir vécu quelque chose... mais bref, même si c'est ton amant et pas l'homme avec qui tu vis, je voulais affirmer que c'est bien une peine d'amour comme les autres.
Ca ne t'empêche pas de continuer ta vie avec ta relation primaire, et d'y trouver du bon, mais au cas où tu en douterais, la peur et la peine ne sont pas des trucs superflus, ça fait partie de la vie affective, t'as le droit d'en avoir. Je dis ça, parce que même si on s'autorise la non-exclusivité, on peut se sentir coupable quand on arrive pas à la vivre bien (puisqu' "on nous avait bien dit que ça marchait pas"). Et bon, tu t'en doutes, je pense que ce ressenti là peut embrouiller les autres...

Etant donnée la difficulté que tu sembles éprouver à prendre ta décision, je n'arrive pas en te lisant à être certain qu'elle soit déjà prise.
Du coup, ta question ici pourrait avoir deux objets :
- le premier, que tu explicites toi-même, celui de te confier, dans un cadre plus neutre qu'avec les principaux intéressés
- le second, que les réponses ici te donnent des raisons de repousser cette décision

Est-ce que je m'avance trop, avec cette deuxième possibilité ?

Troisième point, puisque tu souhaites te confier un peu, peux-tu raconter l'histoire derrière les manques et les incertitudes dont tu parles ?
Comment tu es arrivée à la non-exclusivité ? (raconte un peu ce qui s'est passé, quand ça a commencé)
Ce serait quoi, un amant dont le manque ne te serait pas douloureux ?

#
Profil

Nurja

le samedi 07 novembre 2015 à 19h42

Je réponds sans doute un peu (beaucoup) à côté de ton questionnement...

Pour moi, ce n'est pas parce que tu stoppes une relation et que, de fait, tu n'as qu'une relation, que tu deviens nécessairement monogame/exclusive. Tu peux être polyamoureuse qui n'a, pour le moment qu'une seule relation.

A toi de voir si tu à envie de garder l'ouverture que tu avais et dans ce cas d'être sans doute claire avec ton mari pour lui dire que tu restes polyamoureuse dans l'âme ou si tu préfères retourner à la monogamie.

#
Profil

LostInTheSky

le samedi 07 novembre 2015 à 22h37

Merci de vos réponses pour commencer !
Nurja effectivement la précision est importante! Je suis et reste poly même si je redeviens mono de fait. Pour moi les concepts de liens exclusifs et d'appartenance qui sous-tendent la monogamie ne sont pas viables, tout du moins pas pour moi. Ça mon chéri le sait même si je pense qu'il espère malgré tout être le seul homme dans ma vie.
Siestacorta tout d'abord merci pour cette réponse en douceur et en empathie, ça me touche. Et oui je suis bien face à un bon vieux chagrin d'amour, poly ou pas on n'y échappe pas toujours....
Je ne rejette pas mes ressentis par contre je culpabilise un peu de les faire subir à mon amoureux...
Beaucoup de questions dans ton message, je vais essayer de répondre à tout.
Non tu ne t'avances pas trop... Je crois que je cherche encore des raisons de ne pas abandonner, des raisons de ne pas renoncer....
Pour ce qui m'a amené à la non-exclusivité c'est une histoire de longue date. Au départ des amours d'étudiante qui m'ont amenée à réfléchir sur l'importance ou non de la fidélité, des années de vie de couple monogame, un mariage prévu et peu de temps avant la certitude absolue que ce n'était pas moi, que je n'étais pas heureuse, que si je continuais j'allais me perdre tout à fait.
Puis la rencontre avec mon amant, on a jamais ete un couple, amis-amants-collegues, on cumule déjà les étiquettes.
Puis après la rencontre avec mon amoureux, les nuits entières de discussion pour lui faire comprendre que oui je l'aime, que non pour autant je ne renoncerais pas à ma relation avec mon amant,que les aimer tous les deux m'est une telle évidence, que si un jour je le quitte ça sera pour moi, entre nous et pas pour un autre .
Et des moments de bonheur parfait, sachant que je pouvais être moi avec deux personnes que j'aime, sans mensonge, sans trahison.
Mais comme je le disais ma relation avec mon amant est trop déséquilibrée. Je suis amoureuse. Pas lui. Je me suis dit que ce n'était pas grave, que ça irait, que ça ne changeait rien aux moments partagés. C'était vrai d'ailleurs, nos moments à nous sont parfaits. Et pourtant...
Pourtant je passe mon temps à ne pas savoir quand sera la prochaine fois, à ne pas oser parce que j'ai peur de le perdre si je l'étouffe.... Je sais que c'est aussi ça que j'aime dans cette relation. L'absence d'enjeu, un retour en adolescence, un entre nous décroché complètement du quotidien.... Mais le fait que nous n'arrivions pas à parler rend le jeu de plus en plus douloureux, de plus en plus pesant.
D'un point de vue très pragmatique le fait que nous soyons également collègues et amis complique encore la donne puisque du coup je ne peux pas faire certaines soirées, puisque mon amoureux préfère ne pas le fréquenter tant que nous sommes amants. Presque un détail mais à la longue l'assemblage de détails....
J'ai l'impression d'être en face d'une voie sans issue....
C'est peut-être un peu décousu tout ça, j'espère avoir été claire....

#
Profil

Siestacorta

le samedi 07 novembre 2015 à 23h47

Oui, merci d'avoir développé.
Je lis ça un peu tard, j'espère avoir un peu plus de répondant à un prochain passage...

Je sais qu'il y a beaucoup d'amoureux de l'amour qui te diraient "si t'es encore amoureuse, ne désespère pas"... Je suis d'une nature, hmf, pessimiste, donc j'espère que quelqu'un te donnera ce retour-là à ma place.

Pour ma part, c'est ta retenue, pas trop demander pour pas l'étouffer, qui m'interpelle. Je comprend bien cette réaction, et je comprend aussi qu'on puisse décider de rompre pour avoir un pouvoir de décision, de préférence à rester à souffrir.
J'ai une hypothèse, selon laquelle cette réaction va avec une culpabilité antérieure (liée peut-être à l'acceptation de ton mari : tu ne parles pas des contreparties pour lui, donc tu te sens peut-être libre sans le mériter assez), c'est à dire que d'une certaine manière, tu te punirais d'être aussi libre et d'avoir autant d'émotions, avant d'être réprimée "de dehors". C'est qu'une hypothèse, tu dis si ça résonne.

Dans votre cas, quels auraient été les risques, si tu t'étais lâchée sur les demandes sans crainte ? Quelles auraient été les réactions de ton amoureux primaire et de ton amant ?

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

LostInTheSky

le dimanche 08 novembre 2015 à 11h37

Bonjour,
Je n'ai pas l'impression a priori que je sois dans une dynamique de m'empêcher de vivre des choses pour équilibrer la relation avec mon homme mais la piste est intéressante, à cogiter...
Pour si je m'étais lâchée sur les demandes sans crainte.... Tout cela est très hypothétique bien sûr puisque je n'ai pas accès à leurs têtes mais...
Pour mon amoureux je pense que ça ne serait pas très différent de ce qui se passe à l'heure actuelle puisque ces demandes ne le concerne pas à part directe. En poussant un peu le bouchon je me demande même si ça n'aurais pas été plus facile car j'aurais été plus sereine et donc moins préoccupée quand je suis avec lui.
Quand à la réaction éventuelle de mon amant.... Si seulement je le savais le questionnement aujourd'hui serait sans doute bien différent !
Je pense qu'il aurait mis de la distance puisqu'il ne veut pas s'engager en rien avec moi. Enfin je pense... Disons que c'est la crainte qui a fait que je n'ai jamais osé. Il ne vient pas vers moi depuis que je suis avec mon amoureux, a priori il m'accueille toujours les bras ouverts mais avouons que du coup je ne suis pas encombrante !!!! Je pense qu'il ne veut pas interférer sur ma vie, mais le résultat c'est cette sensation pour moi d'être toujours celle qui est en demande, en attente.... Même de points de vue extérieurs il est difficile à suivre, il se protège beaucoup et pas facile de voir au delà de la carapace....

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion