Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Film] La Princesse de lamour damour d'Arnaud Lalanne, 2013

Culture
#
Profil

artichaut

le mercredi 03 avril 2019 à 12h53

La Princesse de lamour damour (ou Die Prinzessin LiebeDieLiebe en allemand) film d'Arnaud Lalanne, de 2013, produit par UProduction et avec Laetitia Andrieu. 9 minutes.

Synopsis : Le Roi organise un grand bal pour sa fille, la Princesse Lamour Damour trouvera-t-elle un Prince qui saura faire battre son coeur ? Un conte décalé où, pour une fois, la Princesse ne choisi pas forcément un seul Prince.

Vidéo disponible ici.

Arnaud Lalanne est également l'auteur de Cinq Femmes (15', 2012).

#
Profil

bonheur

le jeudi 04 avril 2019 à 14h42

... Et une mobylette passa... :-D

Oserais-je dire que ça jette un froid ?

#
Profil

Caoline

le jeudi 04 avril 2019 à 22h30

Spoiler alert

Je trouve l'histoire sympa même si vraiment basée sur les clichés habituels au départ.
Par contre je ne trouve pas la stupéfaction des enfants crédible, c'est très courant pour les enfants d'avoir plusieurs amoureu.ses.x

Message modifié par son auteur il y a 8 mois.

#
Profil

bonheur

le vendredi 05 avril 2019 à 07h37

Les enfants, je pense, ont joué le rôle tel qu'on leur demandait. Ne pas en vouloir aux enfants. :-/

Je pense au contraire que c'est voulu, ce froid à la fin. Ce décalage entre l'histoire et l'enthousiasme général ET la différence comportementale entre la conteuse et son jeune auditoire.

#
Profil

artichaut

le vendredi 05 avril 2019 à 11h52

N'est-ce pas plutôt l'aspect militant (propagande et prosélytisme) qui rebute les enfants ?

L'histoire est assez niaise, la princesse "tombe amoureuse" juste parce qu'on lui fait un compliment.

Mais c'est la détresse de la conteuse qui est filmée. Et le décalage avec l'auditoire sert, à mon sens, à soulever la question de société et tente de faire marcher la machine à empathie.

Accessoirement ça soulève la question des stéréotypes des livres pour enfants.

Mais oui, du coup les enfants sont un peu filmés comme les "méchants" de l'histoire (pas capable de voir la détresse derrière le militantisme).

Je pense aussi que le film à vocation à être drôle (convoquer le rire, pour mieux amener un questionnement de société / la présence de Françoise Simpère au générique laisse peu d'ambiguïté à ce sujet).
Je ne sais pas si le film atteint son but.
Il faudrais voir ce qu'il produit en salle, d'une part, et sur des spectateurs "lambdas" (donc principalement monos), d'autre part.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion