Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Lorsqu'un partenaire ne veut pas entendre parler de votre autre relation

Engagement
#
Profil

Kalika45

le samedi 12 janvier 2019 à 21h39

Bonjour à tou.te.s,

Voici en quelques lignes mon problème : je suis actuellement en relation avec deux personnes (appelons-les A et B).
Je suis en couple avec A depuis plus de 3 ans. Nous avons une relation et un lien très profonds et bien qu'il ne soit pas toujours aisé à A d'accepter le fait que je sois polyamoureuse (il se définit comme monogame et n'a jamais eu d'autre relation depuis que nous nous sommes mis ensemble), nous avons toujours beaucoup parlé des relations ouvertes et des relations que j'ai pu avoir, même si nous avons eu aussi des périodes sur le mode "don't ask, don't tell".

B et moi avons commencé notre relation il y a bientôt 6 mois. Au départ, nous étions plus dans le cadre d'une "amitié améliorée" que d'une vraie relation amoureuse. Juste avant que nous sortions ensemble, je lui ai dit que j'étais en couple avec quelqu'un, que nous étions en relation ouverte et que de ce fait, il n'y avait pas de souci par rapport au fait que nous sortions ensemble. Il ne m'a pas fait de remarque particulière ni posé de question et nous avons commencé à nous voir. Quelques temps plus tard, je lui ai demandé comment est-ce qu'il voyait notre relation, ce à quoi il m'a répondu qu'il ne savait pas très bien, même s'il aimait le temps que nous passions ensemble. Face à cette absence de définition bien claire quant à notre relation (que je pouvais tout à fait entendre), je lui ai demandé si ce que je lui avais dit initialement était de nature à "peser dans la balance". Voyant qu'il n'avait pas l'air de voir de quoi je lui parlais, je lui ai simplement rappelé que j'étais en relation ouverte. Il m'a dit que cela ne le dérangeait pas.
Seulement voilà : deux mois plus tard, quand je lui ai demandé (pour la première fois) s'il voyait d'autres personnes, il a eu une réaction un peu choquée en me disant que non et en me demandant si c'était le cas pour moi. Que ne suis-je pas alors tombée des nues...! Bien entendu, je lui ai répondu que oui et que je lui avais déjà dit. Il m'a dit qu'il n'avait pas compris ce que je lui avais dit dans ce sens, même s'il a reconnu ensuite que je lui avais dit par deux fois. En gros, c'est comme s'il avait fait un énorme déni. S'en est suivie une conversation très douloureuse dont je garde un souvenir très flou, car il me disait peu de choses, était plutôt fermé tandis que je tentais vainement d'expliquer des choses, de le rassurer, le tout sous le coup d'une intense émotion (j'avais à vrai dire assez peur de le perdre et ai eu l'impression de ne pas avoir bien fait les choses, de ne pas avoir été assez claire).
Il a fini par partir, après m'avoir juste dit qu'il acceptait mais que ça lui demanderait encore un peu de temps. Je lui ai écrit après ça pour lui expliquer comment je voyais les choses de manière générale par rapport aux relations (c'est-à-dire que j'aspirais à bâtir des relations profondes et sur la durée), et que j'étais disponible pour que nous reparlions quand il le souhaiterait de tout ça, s'il le souhaitait.
Quand nous nous sommes revus, il a fait comme de si de rien n'était et même si j'ai essayé de reparler de l'incident de cette conversation, sa réaction m'a tellement décontenancée que je n'ai pas réussi à ramener le sujet des relations ouvertes sur la table.
Notre relation a suivi son cours et depuis quelques semaines, elle a même pris une dimension amoureuse.
Je vois bien que B est une personne très pudique sur ses sentiments et que la communication est difficile sur ce sujet. J'ai été claire à plusieurs reprises maintenant sur ma situation mais je ne lui ai donné aucune information quant à ma relation avec A (il ne sait pas qui il est, comment il s'appelle, depuis combien de temps nous sommes ensemble etc.). Aussi, j'ai très peur, maintenant que notre relation avec B devient plus sérieuse, qu'il s'imagine que je n'ai plus d'autre relation à côté, ou uniquement des relations basées sur le sexe (même si je lui ai dit que cela ne m'intéressait pas beaucoup). Peut-être que je me place moi-même dans une perspective monogamique "classique" en projetant cela sur son ressenti mais le double incident de "l'oubli" de ma situation me fait un peu redouter ce genre de choses.
Pour avoir été dans des relations par le passé où l'on se racontait "trop" de choses, je sais qu'il n'est ni nécessaire ni souhaitable de tout se dire, car cela peut causer du tort inutilement.
Cela mis à part, je ne veux pas lui "imposer" des informations qu'il ne voudrait pas entendre car cela ne me semble pas éthique dans ce genre de relation. Et je peux très bien de mon côté m'accommoder de cette "zone grise" en ne lui révélant pas tout de ma vie.
Mais j'avoue que j'ai très peur qu'il se réveille un jour en me disant "ah mais je n'avais pas compris tout ce temps que tu avais une autre relation sérieuse" et que cela m'explose au visage. Dans le même temps, j'ai très peur de lui en reparler et que cela se passe mal.
J'essaie malgré tout d'amener progressivement le sujet des relations ouvertes sur la table par de petites remarques (du type : "cela ne me dérange pas que tu voies d'autres personnes"), comme des "rappels" et je me dis que je pourrais progressivement arriver à réintroduire le sujet, mais je ne veux pas lui faire violence non plus. Je veux faire de mon mieux pour que cela fonctionne.
Il ne m'a jamais clairement dit "je ne veux pas savoir" mais tout semble indiquer cela, et il n'amène jamais le sujet des relations ouvertes.

Bref, que me conseillez-vous ? Pensez-vous que je n'aie pas été suffisamment claire ? Suffisamment explicite ? (J'apprécierai votre bienveillance, sachant que je passe déjà beaucoup - trop - de temps à me remettre en question et à m'autoflageller...)

#
Profil

bonheur

le dimanche 13 janvier 2019 à 10h15

Bonjour Kalika45

Pour répondre suivant mon vécu et ma personnalité individuelle, puisque je n'ai que ça à offrir.

Face à toute forme de dénie, on ne peut rien faire. Je ne suis pas dans la peau de B, donc qu'est-ce que qui se passe émotionnellement et intellectuellement en lui ?

J'ai connu des amours qui étaient ainsi, à ne rien exprimer et à se fermer... je pense à un en particulier. L'épisode du courrier, dont on ne sait même pas s'il l'a lu, car suivi d'aucune réaction, d'aucune question. Des personnes qui dressent une muraille dès que l'on veut aborder les sujets délicats et qui abolissent la muraille uniquement si l'on passe à un autre sujet. C'est extrêmement désagréable à vivre et me concernant, ça a peser dans la balance lorsque j'ai pu enfin me départir de ce relationnel dont je pensais ne pas pouvoir me passer.

Je crois que la position de B est claire... celle du dénie. Tu ne peux rien contre ça, à part te transformer en Don Quichotte et combattre des moulins à vent. Tu vas t'épuiser inutilement.

Je n'ai pas de "conseils" à te donner. Ce que moi j'ai fini par ne plus accepter, tu dis pouvoir t'en satisfaire. Je suppose que tu as été assez claire et suffisamment explicite. Après, un dicton dit qu'il n'y a pas plus sourd que quelqu'un qui ne veut pas entendre.

Je crois que tu pourrais t'entretenir de cela avec A, lui demander son opinion, lui expliquer. Après tout, ça le concerne aussi indirectement, surtout si tu cogites et si tu t'autoflagelles. Et puis, il te connait bien, il a cet atout :-)

Bon dimanche !

#
Profil

Kalika45

le dimanche 13 janvier 2019 à 21h55

Bonjour bonheur,

Merci de ta réponse :-)

Je me rends compte que je me suis peut-être un peu mal exprimée sur l'histoire de la lettre. En y repensant, je pense même que j'ai involontairement occulté une partie en l'écrivant (hmmm, est-ce à dire que mon pessimisme a biaisé mon souvenir ? Peut-être...).

bonheur
L'épisode du courrier, dont on ne sait même pas s'il l'a lu, car suivi d'aucune réaction, d'aucune question.

À vrai dire, je sais qu'il l'a lu car au moment où nous nous sommes revus, je lui ai demandé. Il a fini par m'avouer que ça l'avait touché (je lui disais aussi dans cette lettre que je tenais vraiment à lui) et qu'il avait commencé à m'écrire une réponse mais qu'il s'était ravisé entre temps. Bien sûr, il a fallu que je rame un peu pour obtenir ces infos... Par rapport à la "crise" de la fois d'avant, il m'a juste dit que ce n'était pas la peine qu'on se mette dans tous ces états, comme si ce n'était pas grave. Je sais que ça peut être vu comme quelque chose de plutôt positif mais pour moi ce fut comme si nous n'avions pas eu de conversation de fond sur le sujet (d'où le fait que je disais qu'il avait fait comme si de rien n'était - j'aurais dû plutôt dire qu'il était fuyant sur le sujet).

Je ne sais pas si cela est éclairant ou que cela apporte une nouvelle perspective sur la question...

#

Well (invité)

le lundi 14 janvier 2019 à 02h34

Je comprends ton envie de ne pas parler de A à B, mais sachant que tu es avec À depuis 3 ans et que la relation semble importante, je me pose quelques questions.

A est-il ta relation primaire ? Envisage tu des projets importants avec lui que tu ne pourrais pas faire avec B ( genre mariage, enfants ou achats en commun).

Car si c'est le cas, il serait dommage de faire croire à B que tout est possible à l'instar d'une relation mono pour ne pas le brusquer et le préservé.

#
Profil

Kalika45

le lundi 14 janvier 2019 à 12h35

Concernant les projets non, à vrai dire, nous n'envisageons rien de tout cela.

Même si je me perçois en couple avec A et que je suis par nature une grande amoureuse, je ne me vois ni mariée, ni avec des enfants (pour des raisons qui vont bien au-delà du polyamour).
C'est toujours un peu difficile de se projeter dans l'avenir lorsque les équilibres sont précaires comme en ce moment mais dans les faits, je m'imagine plus vivre comme une "polyamoureuse solo" (pour reprendre l'expression de Tristan Taormino dans Opening Up), c'est-à-dire chacun chez soi, même après un grand nombre d'années, tout en se voyant régulièrement et en ayant d'éventuels projets de types voyages. Je crois que j'ai un grand besoin d'indépendance et je n'en fais pas mystère.

Pour ce qui est maintenant du statut de ma relation avec A, c'est assez complexe.
Je pourrais dire qu'il est ma relation primaire, du fait de notre lien et notre ancienneté, mais j'avoue avoir beaucoup de mal à établir une hiérarchie, même si je sais que cela peut rajouter de la complexité (je l'ai vécu par le passé et ce ne fut pas une mince affaire)...

Dans tous les cas je sens bien qu'il faudrait que nous discutions de tout cela avec B, mais je ne sais pas trop comment entamer une conversation sur le sujet sans qu'il se ferme automatiquement.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion