Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La complicité

Bases
#
Profil

calinou696

le lundi 29 janvier 2018 à 08h48

C'est un sujet sur lequel je n'ai pas trouvé de réponses et qui ne semble pas avoir été vraiment abordé sur ce forum.
P-e en trouverais-je avec d'autres expériences, en attendant je ne vois pas bien.
Je fais donc appel avec vos expériences, vos avis.

Peut-on être complice de plusieurs personnes en même temps? A priori non, sinon ce n'est plus de la complicité.

Peut-on être complice avec une personne, et avoir plusieurs relation intimes (au moins sexualité) ? (les 2 me semblent sacrément liés)
J'imagine que oui quand même, mais alors la jalousie doit être encore plus dur à gérer.

Ou alors ce principe de complicité est tout simplement puéril ?

#
Profil

Camille_B

le lundi 29 janvier 2018 à 10h37

Qu'appelles-tu la complicité ? J'avoue que là j'ai l'impression que quelque chose m'échappe totalement ^^

#
Profil

Heika

le lundi 29 janvier 2018 à 11h28

J'avoue ne pas comprendre ce qui empêche d'être complice avec plusieurs personnes ? Où alors on a pas du tout la même définition/vision de la complicité. La complicité me parait important en amour, comme en amitié et je me sens complice avec pas mal de monde pour ma part ^^

Pourrais-tu nous définir plus précisément ce que tu appelles complicité ?

#
Profil

bonheur

le lundi 29 janvier 2018 à 11h28

Idem !

#
Profil

Kuoni

le lundi 29 janvier 2018 à 12h16

"Complicité", "intimité" et à la limite "jalousie" sont des concepts. Intangibles.

Même si on est tous d'accord sur une norme de "ce que ça représente plus ou moins..." , On le vis différemment et on appelle ça pareil.

Pour moi :
"Complicité" = sentiment de proximité et de partage avec une personne. Se caractérise par une envie de partager avec elle des secrets, des fantasmes ou des états d esprit particuliers, même sans etre de base sur la même longueur d'ondes.

"Intimité" = sentiment de confiance mutuelle établi entre deux personnes, permettant une connaissance des forces et des faiblesses de l'autre.

"Jalousie" : sentiment de perte OU peur de subir une perte au profit d une autre personne. Se transforme en colère, localisée par une gêne dans l'estomac, et retirant à la personne qui la subit toute possibilité de prendre du recul vis à vis de la situation donnée.

A partir de là, et pour répondre à ta question :
Je ne vois pas pourquoi il y aurait une limite du nombre de personnes simultanées avec qui être complice ou intime.

Vu la façon dont tu poses tes questions, il semble y avoir un lien de cause à effet entre complicité et fidélité. Si tu es complices d une seconde personne, alors tu retires à la première son statut de personne de confiance ?

Et pour ce qui est de la jalousie, je n ai pas bien saisi pourquoi la complicité dans ta question entraînerait de la jalousie.

J'essaye de deviner :
"Si ma compagne rencontre quelqu'un avec qui elle devient intime, je devrais ressentir de la jalousie."
C'est vrai...!... Si tu estimes que ce qu elle partage profondément avec cette personne aurait dû être avec toi, et que tu en es lésé.
Par contre, je choisis de penser que ce qu elle partage avec quelqu'un d autre ne concerne pas et ne nuit pas à notre relation, et que donc, je n ai pas à être jaloux...

J'ai essayé de détailler sans être trop pénible, j'espère que la réponse te va !

#
Profil

bonheur

le lundi 29 janvier 2018 à 12h50

Si l'on voit notre capacité à être proche d'une personne comme un gâteau et que pour en offrir à une personne, on démunit une autre personne, alors, en effet, il vaut mieux se concentrer sur une seule personne afin de ne pas priver les autres.

Par contre, si l'on pense que notre capacité à offrir est expansible, alors, on créée une quantité suffisante de proximité (sans cesse renouvelée) pour être en partage avec plusieurs personnes. Je n'aime pas quantifié ce qui est en moi, mais là c'est pour la compréhension.

Aussi, j'ajouterai bien être ressenti lorsque l'on est avec (ou que l'on pense à) cette personne. Egalement, je crois que le polyamour devrait pouvoir mener à une complicité entre les métamours. Je n'indique pas par là, qu'ils doivent s'aimer, mais avoir une approche de découverte les uns des autres et finalement construire un proximité suffisante pour ne pas avoir peur de l'autre. Je veux dire par là, tomber les barrières de l'inconnu pour reconnaitre aussi le métamour et le légitimer dans la profondeur de qui il est.

On peut ne pas être en accord avec cela.

#
Profil

calinou696

le lundi 29 janvier 2018 à 14h01

Kuoni


"Complicité" = sentiment de proximité et de partage avec une personne. Se caractérise par une envie de partager avec elle des secrets, des fantasmes ou des états d esprit particuliers, même sans etre de base sur la même longueur d'ondes.

Oui je suis aussi à peu près sur cette définition. Mais je pars du principe que c'est sur la même longueur d'onde qd meme (pour simplifier).
A partir du moment où on partage ses secrets, ses fantasmes, concrêtement, il arrive à un moment où on se demande, par exemple, "ce que tu fais quand tu es nu avec l'autre, qu'est ce qui t'exite chez l'autre."
alors là on dit "stop", mais à ce moment là, la complicité atteint ses limites.
Donc ma question est par exemple : peut-on nouer une très forte complicité avec une personne, tout en ayant de la sexualité ailleurs, ou rentrer dans l'intimité d'autres personnes ?

#
Profil

bonheur

le lundi 29 janvier 2018 à 14h52

Déconnecter sexualité et affectivité ? Dans les deux cas, l'intimité, la complicité peut être présente, mais je pense que l'on peut parfaitement déconnecter les deux. Après si l'autre a besoin de la complicité pour se sentir en osmose sexuelle, il y a un déséquilibre. J'ignore si c'est le questionnement ?

Pour moi la complicité c'est être dans l'ouverture de soi pour que l'autre apprenne à nous connaitre. Donc la définition est encore différente. Le Petit Prince et le Renard partage une belle complicité durant la période d'apprivoisement (découverte de l'autre) et celle-ci amène à la compréhension de LE rose qui devient donc unique aux yeux du Petit Prince qui se lamentait de découvrir d'autres roses semblant identiques. Ce qui fait la particularité de LA rose, c'est le lien, justement. Dans cette histoire, pas de sexe, et pourtant !

Par contre, qu'est-ce qui fait que l'on se rapprochera d'une personne naturellement et pas d'une autre ? Ca demeure un mystère pour moi !

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

Camille_B

le lundi 29 janvier 2018 à 17h16


peut-on nouer une très forte complicité avec une personne, tout en ayant de la sexualité ailleurs, ou rentrer dans l'intimité d'autres personnes ?

Ce "peut-on" est vraiment un "est-il possible de" ou est-ce un "ai-je le droit de" un peu déguisé ?

Car ce qui me chiffonne dans ton questionnement c'est que la question me semble me situer ailleurs que là où tu la pose. D'où, mais je me trompe peut-être, une certaine incompréhension chez nous autre dont j'ai l'impression que l'on pourrait tous plus moins dire : "bah oui, qu'est-ce qui empêche d'avoir un complicité forte avec plusieurs personnes ?".

Dis autrement : j'ai l'impression que ta question porte sur une situation très spécifique mais qu'étant posée de manière "générale" elle en devient quelque peu nébuleuse.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 29 janvier 2018 à 17h30

Il existe plusieurs formes de complicité. Y a des gens avec qui j'ai une profonde complicité cérébrale, d'autres avec qui c'est sexuel, d'autres encore où c'est surtout de l'amitié avec ses rires et ses joies.
Et il existe plusieurs sujets de complicité. Je peux être hyper complice en parlant relations avec quelqu'un, mais ne jamais aborder le sujet des loisirs avec cette personne, sujet que j'aborderai avec une autre.
Et j'aurais même tendance à pouvoir être complice dans le même domaine avec deux personnes différentes. Si on est bisexuel, on peut avoir une complicité sexuelle avec deux personnes de sexes différents. Et bien, même sans l'être, je ne vois pas ce qui l'empêche.

Donc ma réponse est un grand OUI.

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

calinou696

le mardi 30 janvier 2018 à 00h18

Camille_B
Ce "peut-on" est vraiment un "est-il possible de" ou est-ce un "ai-je le droit de" un peu déguisé ?

Car ce qui me chiffonne dans ton questionnement c'est que la question me semble me situer ailleurs que là où tu la pose. D'où, mais je me trompe peut-être, une certaine incompréhension chez nous autre dont j'ai l'impression que l'on pourrait tous plus moins dire : "bah oui, qu'est-ce qui empêche d'avoir un complicité forte avec plusieurs personnes ?".

Dis autrement : j'ai l'impression que ta question porte sur une situation très spécifique mais qu'étant posée de manière "générale" elle en devient quelque peu nébuleuse.

Je dois mal m'exprimer.
"Peut-on", c'est "est-il possible".
Est-il possible de nouer plusieurs relations avec à chaque fois une très forte complicité ?
On parlait de secrets. Si on dit nos secrets à plusieurs personnes, ce n'est plus des secrets, il n'y a donc plus de complicités.

#
Profil

Camille_B

le mardi 30 janvier 2018 à 01h08

Ah ok.

Mais avoir de la complicité avec plusieurs personnes ne suppose pas de partager les "secrets" propres à chacune des relations avec les autres relations.

De plus les "secrets" se sont avant tout des choses que l'on ne raconte pas à n'importe qui. La complicité naît du fait que l'on peut partager avec quelqu'un ces choses que tout le monde ne peut pas entendre, ça ne suppose pas qu'il n'y ait qu'une seule personne qui puisse les entendre.

#
Profil

bonheur

le mardi 30 janvier 2018 à 10h15

Je me permets cette remarque : un secret ? Qu'est-ce que c'est ? Une cachoterie ou quelque chose de nous que l'on a des difficultés à exprimer ?

Ce qui me traverse l'esprit également, c'est la notion même de complicité. Vivre quelque chose d'émotionnellement intense avec quelqu'un créé de la complicité. Un regard créé de la complicité. Admirer un beau paysage ensemble créé de la complicité. Sentir la main de l'autre prendre la nôtre, créé de la complicité. Ressentir ensemble, d'une manière générale créé de la complicité. Instant unique, qui, s'il est inoubliable, créé de la complicité.

J'indique par là, que la notion de complicité est personnelle et non réciproque. Autre de mes particularités, je suis hyperémotive d'autant que j'ai une excellente mémoire émotionnelle. Aussi, pour moi (et je dis pour moi, avec mes particularités), ce qui créera de la complicité, sera ce qu'autrui aura provoqué en moi comme émotions particulières. Donc quelqu'un qui me livrera un secret, si je m'attache juste aux mots, aura sans doute soulagé son soi intérieur, mais de mon côté, je n'aurai pas ressenti un complicité. Ce ne sera pas un moment à part ou exceptionnel.

La complicité, n'est-ce pas cela : avoir vécu un moment à part. Au cours de notre vie, on en vit plusieurs, et pas nécessairement en communion (la communion est indispensable à la réciprocité) avec toujours la même personne, sachant que le ressenti sera non identique.

Mon avis sur les "secrets", c'est qu'il est inutile d'en avoir. Mais bon, là dessus, il semblerait que je sois particulière. Toute vérité est bonne à dire... bien qu'elle soit parfois indigeste à entendre.

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 30 janvier 2018 à 13h03

Je rejoins Bonheur sur sa définition et ses explications sur la complicité.
En fait, Calinou, je ne comprends pas le coeur de ton débat, car à mes yeux, la complicité s'éprouve avec énormément de personnes dans des circonstances très diverses. J'ai de la complicité avec mon frère, avec mes amis, avec mes amantes, etc...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion