Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et société : où en sommes-nous à votre avis ?

Social
#
Profil

LuLutine

le vendredi 21 mars 2014 à 15h34

Arthur Schopenhauer
Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.

On lit ici et là que c'est ce qui se passe ou s'est passé (?) avec l'écologie. Je ne saurais trop dire où on en est à ce sujet d'ailleurs (pas sûre que l'écologie soit une évidence pour tout le monde...).

A votre avis, où en est le polyamour ?

Je ne suis pas sûre qu'on ait passé l'étape de l'opposition, et quelque chose me dit qu'on pourrait s'en prendre plein la....figure - pour rester poly-polie :P - dans un temps pas forcément très lointain.

D'un côté, ça voudrait dire qu'on se rapproche de l'état d'évidence, mais de l'autre, ça signifierait aussi qu'il va falloir être bien armés...

Est-ce que vous pensez comme Schopenhauer ? Ou bien est-ce que vous connaissez des changements sociétaux (en tant qu'acceptation d'une vérité niée jusque-là) qui ne sont pas passés par ces phases ?

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 21 mars 2014 à 16h48

Bonjour LuLutine,

Très bonne question !

à mon humble avis, si quelque chose de fondé sur des mensonges, des désirs comprimés ou pas, et des non-dits, comme " l'adultère " a pû traverser ces derniers temps les 3 étapes dont tu parles ci-dessus ( d'abord "ridiculisé", puis "forte opposition", puis tellement considéré comme une "évidence" * que l'on trouve des pubs pour gleeden partout dans le métro parisien et au dos de magazines grands publics, avec des slogans du style ' soyez fidèles à vos tentations ' ) ,
.... alors on peut espérer qu'il en soit de même bientôt pour les relations affectives plurielles éthiques & les formes de polyamory , qu'elles soient bis, homos, hétéros ou sans étiquette, même si elles ne sont pas fondées sur des mensonges.

Il me semble d'ailleurs que Françoise Simpère, à travers ses interviews ou livres, fait le même pari, pour les années et décennies à venir au 21ème siècle .
Si l'écologie a traversé ces 3 étapes, alors l'écologie amoureuse le pourrait aussi ;) (+) ! non ?

* " évidence " ne veut pas dire que la société l'admet comme quelque chose de " bien / moral ", mais elle ne nie pas son existence (comme on le voit dans le domaine culturel, les scénarios de cinéma, sur les sites de rencontres, en politique, et même à un certain niveau côté juridique, pour les couples voulant divorcer...)

#
Profil

KittyN

le vendredi 21 mars 2014 à 17h50

LuLutine
On lit ici et là que c'est ce qui se passe ou s'est passé (?) avec l'écologie. Je ne saurais trop dire où on en est à ce sujet d'ailleurs (pas sûre que l'écologie soit une évidence pour tout le monde...).

A votre avis, où en est le polyamour ?

Je ne suis pas sûre qu'on ait passé l'étape de l'opposition, et quelque chose me dit qu'on pourrait s'en prendre plein la....figure - pour rester poly-polie :P - dans un temps pas forcément très lointain.

D'un côté, ça voudrait dire qu'on se rapproche de l'état d'évidence, mais de l'autre, ça signifierait aussi qu'il va falloir être bien armés...

Est-ce que vous pensez comme Schopenhauer ? Ou bien est-ce que vous connaissez des changements sociétaux (en tant qu'acceptation d'une vérité niée jusque-là) qui ne sont pas passés par ces phases ?

Je suis assez d'accord avec cette vue des choses par Schopenhauer, mais si vraiment tu imagines que le polyamour soit devenu une norme, alors là je pense que tu te trompes pas mal.
en fait, beaucoup de personnes ont pratiqué les principes du polyamour sans même le savoir, mais la méconnaissance ou le refus de s' accepter comme telles, les empêche de se voir comme poly.
ensuite, il y a un AUTRE problème très très négatif pour les poly en France: la religion.
et ici dans notre beau pays, cathos + protestants + musulmans + juifs = majorité de personnes en France ou alors on s' y rapproche de près.
heureusement, la nouvelle génération de jeunes se sent moins religieuse qu'avant, mais cela n'empêche pas qu'être mono est toujours bien ancré dans les esprits.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 21 mars 2014 à 18h34

KittyN
Je suis assez d'accord avec cette vue des choses par Schopenhauer, mais si vraiment tu imagines que le polyamour soit devenu une norme, alors là je pense que tu te trompes pas mal.
[...]être mono est toujours bien ancré dans les esprits.

Justement, je dis exactement comme toi : le poly est loin, très loin d'être ce que tu appelles "une norme" (et je dirais que le but ne serait pas celui-là mais plutôt simplement qu'il soit accepté comme une réalité, il n'est nullement question de l'imposer à tous comme l'exclusivité option adultère l'est aujourd'hui)

Si j'ai créé ce sujet, c'est que j'ai le sentiment qu'on est plutôt encore dans la phase 1.

Il y a presque 3 ans et demi, Luc Ferry déclarait en voyant Meta, Thomas et Aurélien qu'il ne leur donnait pas trois ans - voir l'article ici :
/-bw-/Luc-Ferry-en-retard-d-une-revolution/

(Au passage coucou M. Ferry, ça fait 3 ans et demi, vous avez perdu votre pari.... ;) )

Certes c'était il y a trois ans et demi. Mais aujourd'hui je n'ai pas le sentiment qu'on ait franchi beaucoup d'étapes supplémentaires. Le polyamour est mieux connu c'est sûr, plus de gens en ont entendu parler, mais je crois qu'on passe encore - pour le dire vite - pour des gens "bizarres".

Beaucoup considèrent qu'on ne peut pas vivre en polyamoureux ; paroles d'un ami qui connaît ma façon de vivre : "Ca ne te fera pas une vie".
Ce que j'en comprends : "Rentre dans le rang ma fille, t'as déjà un boulot plutôt stable et tu es propriétaire de ton logement, mais si t'as pas le mari (exclusif) et les gosses, tu n'as pas "fait ta vie"..." (Digression : on peut évidemment critiquer le fait que le boulot stable et le fait d'être propriétaire soient considérés comme des passages obligés par beaucoup pour "faire sa vie", et je les cite justement en tant que tels ; je pourrais aussi bien par exemple vivre en squat et ne pas avoir de boulot ; dans ce cas je me prendrais sûrement encore plus ce genre de remarques je pense. Là j'ai fait la moitié des choses, je suis presque normale, ouf ! :P )

Bref.

Tout ça pour dire que mon sentiment (et tu sembles d'accord avec ça Kitty) est qu'on est plutôt globalement encore en phase 1.

Et s'il doit y avoir une phase 2 telle que décrite, je le redis j'ai le sentiment qu'on va devoir être bien armés pour l'affronter.

Pour l'instant, on est des gentils bisounours un peu bizarres qui vivent en-dehors de la "dure réalité" et qui font des partouzes entre eux, mais rien de bien grave. Un jour on se rendra tous compte d'à quel point on s'est trompés et combien notre point de vue était stupide, immature et nos idéaux impossibles à vivre. Bref pas de quoi s'inquiéter de ces poly et de leurs moeurs étranges...

Mais quand on va commencer à nous trouver dangereux pour la société (comme les homos qui mett(ai)ent en danger la société en voulant se marier, aujourd'hui ce n'est pas le discours de la majorité mais ça l'aurait été à une époque), ça va se gâter.

Ou pas. J'aimerais bien le "ou pas", mais la vision de Schopenhauer ne me semble pas forcément fausse.
Par exemple avant d'accepter l'héliocentrisme, on a quand même torturé Galilée...
Et on peut continuer avec d'autres exemples.
C'est vrai c'était il y a plusieurs siècles, mais quand ma prof de philo au lycée disait que l'homme n'avait pas beaucoup évolué depuis l'antiquité...parfois je regarde autour de moi et je me dis qu'elle a bien raison.

Enfin voilà, j'espère que ça clarifie un peu les pensées qui m'occupent.

Mais non justement, contrairement à ce que tu crois avoir compris, je ne pense pas qu'on soit arrivés, bien au contraire. Pour moi on n'en est qu'au début...

(Et j'ai la chance merveilleuse que les personnes de mon entourage au courant de ma polytude sont dans leur majorité très ouvertes, même pour celles qui sont "mono", mais je sais que c'est loin d'être le cas de tout le monde. Et encore, on vit en France, on a de la chance. Y a des pays où les femmes sont des sous-êtres, alors pour le poly, je pense qu'on peut repasser...)

#
Profil

bouquetfleuri

le vendredi 21 mars 2014 à 22h42

Le polyamour est-il une vérité ?

Ou faut-il d'abord passer au crible de la sentence d'Arthur Schopenhauer l'opposition entre ce que pourrait être l'amour polyamoureux et ce que pourrait être l'amour non polyamoureux ?

Pour faire le joint entre Le Monde comme Volonté et comme Représentation, dans lequel le philosophe nous dit que l'amour "a sa racine dans l'instinct sexuel, ou même n'est pas autre chose qu'un instinct sexuel plus nettement déterminé, spécialisé ou, au sens exact du mot, individualisé", on peut tenter comme lui d'appréhender l'éternité amoureuse. Il parlera ensuite de l'imposture de la nature pour expliquer la déréliction de l'amoureux devant la tâche à accomplir et toujours inachevée. Cet objet que le polyamour passe son temps à déconstruire et à reconstruire en même temps.

Ce que déconstruit le polyamoureux est la croyance affichée des monoamoureux en une éternité amoureuse dont eux-mêmes savent qu'elle n'existe pas et ce que reconstruit le polyamoureux est justement l'existence de cette éternité amoureuse en clamant qu'elle n'existe pas.

S'il y a une vérité, où se trouve-t-elle ? La seule vérité est dans l'amour.

Je suis enclin à penser comme Schopenhauer, mais comme lui je ne peux trouver aucune vérité dans cette opposition. Je n'y vois que volonté et cela me suffit bien pour me représenter un monde nouveau et le rendre meilleur, sans opposition possible et sans évidence à venir.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 21 mars 2014 à 22h55

bouquetfleuri
[plein de trucs...]

J'ai riennnn commmmpriiiiiiis !
Désolée ! :/

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 21 mars 2014 à 23h06

LuLutine
J'ai riennnn commmmpriiiiiiis !
Désolée ! :/

C'est peut-être à cause de ce passage :

bouquetfleuri
Pour faire le joint

^^
Bon, j'ai pas compris grand chose non plus...

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 21 mars 2014 à 23h50

Arthur Schopenhauer
Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.

Pour ma part, j'aurais tendance à penser que pour le polyamour, on est d'abord passé par l'opposition, avant la ridiculisation. Aujourd'hui, je crois qu'on est dans une phase de ridiculisation, pas dans une phase de franche opposition (les relations extra-conjugales ne sont plus considérées comme des fautes pénales depuis 1975, par exemple). On ridiculise parce qu'on voit bien qu'on ne peut plus vraiment s'opposer (enfin je suppose que c'est en bonne partie l'explication). Avant, c'était : "Je vous interdis pour votre bien de blablabla...". Maintenant c'est : "Ah ? Vous voulez vivre vraiment comme ça ? Bien bien, vous êtes libre, mais je ne vous donne pas 3 ans, ça vous passera, vous vous en mordrez les doigts, etc.".

Je me demande même si ce n'est pas plutôt ce chemin là le plus fréquent : opposition --> ridiculisation --> acceptation (au moins dans nos démocraties plus ou moins libérales qui, en théorie au moins, ne cautionnent pas la persécution des personnes différentes et font du pluralisme et de la tolérance des valeurs centrales).

Quand je lis ce genre d'article ( www.marieclaire.fr/,infidelite-on-ne-parle-plus-d-... ), je vois surtout beaucoup de ridiculisation, on nous rabaisse à un phénomène de mode, à une sorte de "culture de djeunz immatures", à côté des néo-"gothiques", des fanas de Justin Bieber et des collectionneurs de cartes Pokémons... On nous assimile à ce qu'on n'est pas (ou pas nécessairement) : les adultères, les libertins, les polygames, etc. pour mieux nous disqualifier ensuite, tout en prétendant qu'on serait hypocrites parce qu'on n'avouerait pas notre vraie nature et qu'on se cacherait derrière une novlangue... Autant dire que tous les monos sont en fait —explicitement ou implicitement— des défenseurs du patriarcat, et donc que la monogamie est mal car elle fait violence aux femmes... ^^

Chez certains, le polyamour tourne à l'obsession : nous ne sommes plus des êtres humains, nous sommes des "polys", et toute notre vie ne devient plus compréhensible que selon cette seule grille d'analyse. Bon, je caricature un peu, mais je vais m'expliquer avec un exemple concret. Depuis que ma mère sait que je suis poly et que je fréquente ce milieu, c'est comme si pour elle, soudain, le monde ne se divisait plus qu'entre les polys et les non-polys (les monos). Ainsi, quand je lui parle de quelqu'un du sexe féminin que je connais, fréquente, ou dont j'ai fait la connaissance, une des premières questions c'est : "elle est poly ?", comme si je n'avais plus que ça en tête, que plus rien d'autre n'avait d'importance... Ce n'est donc pas de la franche opposition, on le voit bien, mais le fait de se trouver réduit, par ce genre de questionnement (et avec la meilleure volonté du monde, j'en suis sûr), à un des aspects de sa personne, il me semble que ça joue dans la catégorie de la ridiculisation inconsciente, car poser des étiquettes simples sur des réalités complexes, est quelque peu ridicule.

#

(compte clôturé)

le vendredi 21 mars 2014 à 23h55

Les seventies: belle période pour les polys, même si beaucoup de gens les confondent avec couples ouvert surtout polycul (libre sexualité mais pas liberté des sentiments) On le vivait comme on voulait car comment empêcher quelqu'un d'éprouver des sentiments? A l'époque, le sujet était peu médiatisé et ce n'était peut-être pas plus mal.
A partir des années 80: SIDA, crise économique, culte de l'argent et repli sur soi portent un rude coup à la visibilité des polys, le sujet n'est plus du tout dans le vent, même si les partouzes et clubs échangistes commencent à se développer.
2001: sortie de "Aimer plusieurs hommes" . Le courrier reçu montre qu'il existe plein de polys réels ou potentiels qui n'osaient pas en parler et se croyaient seuls au monde. Ils le vivaient pourtant, ils ont tâtonné et fait avancer le sujet.
Depuis 2005: médiatisation croissante des polys, et comme tout sujet "à la mode" il suscite opposition, ricanements, etc. Ce qui n'empêche pas les polys convaincus de vivre, et amène d'autre personnes à s'interroger sur les relations plurielles. En accord ou opposition parfois violente.
Bref, la médiatisation donne une image des polys qui peut susciter des réactions positives ou négatives, elle peut amener au polyamour des gens qui n'ont envie que d'adultère autorisé. En revanche médiatisation ou pas, les polys qui ont réfléchi à cette forme de relation au-delà de "l'ouverture du couple" et en sont convaincus le vivront quelle que soit le regard des autres. Les polyamoureux, je crois, n'ont pas à faire de prosélytisme ni à craindre l'opinion qu'on a d'eux. C'est en vivant comme ils le souhaitent, en toute sérénité, qu'ils feront accepter leur façon d'aimer. Pas en essayant de convaincre.

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 22 mars 2014 à 00h03

Et bien voilà, tout est dit ! Merci, aimerplusieurshommes.

Compris LuLutine et M-e-t-a-z-e-t ? Bon, deuxième essai...hihihi

Si on veut appliquer le process que développe AS au polyamour, il faut se demander d’abord si le PA est une vérité.
En lui-même, on sait que non, on le répète à longueur de pages. Donc, on peut se demander où se niche cette vérité en se fondant sur une distinction entre le PA et hypothétiquement ce dont il se distingue. Pour arriver à la conclusion que le seul point commun, l’amour et son corollaire, l’éternité amoureuse, permet une variation pratique mais n'autorise pas à dégager une vérité susceptible d’être raillée par la société, puis combattue, puis admise avec la simplicité de l’évidence.

L’amour pourrait bien être la seule vérité, et, comme le souligne aimerplusieurshommes, il faut le vivre, polyamoureusement si on le désire, sans chercher à l’exporter comme un modèle.

Mais c’est une problématique qui nécessiterait quelques pages pour seulement l’exposer. Condensée en quelques phrases, apparemment c’est incompréhensible, j’en suis le premier désolé.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 22 mars 2014 à 00h26

aimerplusieurshommes

En revanche médiatisation ou pas, les polys qui ont réfléchi à cette forme de relation au-delà de "l'ouverture du couple" et en sont convaincus le vivront quelle que soit le regard des autres.

Les polyamoureux, je crois, n'ont pas à faire de prosélytisme ni à craindre l'opinion qu'on a d'eux.
C'est en vivant comme ils le souhaitent, en toute sérénité, qu'ils feront accepter leur façon d'aimer. Pas en essayant de convaincre.

Merci chère Françoise, j'adoore te lire, et t'écouter, c'est si juste !
En ce premier jour de printemps, quel cadeau. Merci pour Tout, encore ! <3

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 22 mars 2014 à 10h14

Pas beaucoup de temps, je n'ai lu que le début. :-/

Je pense que les trois étapes sont nécessaires. Une évolution demande du temps, sinon l'humain est perdu. J'espère que le polyamour sera toujours vécu comme quelque chose de naturel et non comme une "nouvelle" norme. Je disais sur un autre fil à Madame Pirate qu'aimer plusieurs personnes simultanément était, je crois, une capacité que nous n'avons sans doute pas tous. D'ailleurs pourquoi vouloir "normalisé" ce qui n'est pas nécessaire. Après, il faut être réaliste, la monogamie est utopique et la société privilégie aujourd'hui la monogamie séquentielle tout simplement parce que c'est idéologiquement proche du schéma type. D'ailleurs, dans ma famille, quand mon oncle (années 80) a annoncé qu'il divorçait, ça a été mal perçu... surtout pour ma tante par alliance, vilaine fille adultère, reniée d'un coup par sa propre famille et sa belle famille. Je crois qu'à l'époque, ce qui m'a le plus choquée, c'est la remarque de ma grand mère : "Quand on a la chance, pour une fille issue d'un milieu modeste, d'épouser le fils de....., on se surveille..." Ben voyons ma chère grand mère, qui n'a jamais aimé qu'à son portefeuille...

Bref, les mentalités ont évolué sur la notion de divorce, elle évoluera aussi sur le polyamour (que ça déplaise ou non à ma chère mère) mais j'espère que l'on ne "travestira" pas le polyamour en phénomène de mode. Ca j'aimerai pas.

#

(compte clôturé)

le samedi 22 mars 2014 à 10h39

LuLutine

Arthur Schopenhauer
Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.

On lit ici et là que c'est ce qui se passe ou s'est passé (?) avec l'écologie. Je ne saurais trop dire où on en est à ce sujet d'ailleurs (pas sûre que l'écologie soit une évidence pour tout le monde...).

A votre avis, où en est le polyamour ?

J'avais vu la meme phrase attribuee a Ghandi.

Je propose une etape terminale : l'integration au capitalisme.

De meme que le le greenwashing qui a succede a la conviction ecologique et a une volonte de modification sociale reelle, on va finir par voir apparaitre le polywashing, epure de conviction, et servant de pretexte a vendre plus.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 22 mars 2014 à 11h02

Hahaha BenjaminL, mais c'est déjà fait !

Merci pour ce lien

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 22 mars 2014 à 11h13

metazet
Chez certains, le polyamour tourne à l'obsession : nous ne sommes plus des êtres humains, nous sommes des "polys", et toute notre vie ne devient plus compréhensible que selon cette seule grille d'analyse

Ce phénomène se retrouve chez certains homos, qui analysent n'importe quel événement à travers la "culture gay" (c'est ce qui m'agace dans "Têtu" par exemple, alors que Pref est beaucoup plus généraliste et intéressant, mais je crois qu'il a cessé de paraître). La "culture sourde" aussi est un curieux concept... Bref, la tendance à communautariser toute façon de vivre hors modèle dominant me pose problème: je suis journaliste scientifique (médicale essentiellement), j'ai écrit 18 livres dont 12 absolument sans rapport avec le poly, eh bien on ne m'interroge depuis 20 ans que sur le polyamour!
C'est pour cela- et j'en profite pour le préciser et éventuellement m'en excuser si cela blesse certai(e)s- que je n'accepte pas toutes les demandes d'amis "poly" sur FB, même si dans l'ensemble elles émanent de gens plutôt sympathiques, mais je fuis le côté "nous sommes entre nous". J'adorerais un "café poly" où on se verrait pour parler de nos autres centres d'intérêt, pour mieux se connaître. Si ça vous dit aussi, je suis prête à l'organiser.

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 22 mars 2014 à 11h27

aimerplusieurshommes
J'adorerais un "café poly" où on se verrait pour parler de nos autres centres d'intérêt, pour mieux se connaître. Si ça vous dit aussi, je suis prête à l'organiser.

J'adhère totalement et sans réserve à cette demande.

Tu viens quand tu veux à Lyon, c'est le quatrième jeudi de chaque mois, pour soutenir cette idée du café poly tourné vers d'autres choses que la poly-curiosité-interrogation (et tous ses bienfaits) et que Camille et moi mettons en place, une fois sur deux.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 22 mars 2014 à 12h36

aimerplusieurshommes

J'adorerais un "café poly" où on se verrait pour parler de nos autres centres d'intérêt, pour mieux se connaître. Si ça vous dit aussi, je suis prête à l'organiser.

Oui, tout à fait Françoise, et idem, sois la bienvenue ici , notamment pour un tel café
' open topics ;) / sur nos autres centres d'intérêts ' ,
à Toulouse par exemple, où tu seras bien accueillie & même hébergée en centre ville chez l'habitant, si besoin ou envie (+)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Boucledoux

le samedi 22 mars 2014 à 13h00

aimerplusieurshommes
Bref, la tendance à communautariser toute façon de vivre hors modèle dominant me pose problème (...)
J'adorerais un "café poly" où on se verrait pour parler de nos autres centres d'intérêt, pour mieux se connaître. Si ça vous dit aussi, je suis prête à l'organiser.

Why not mais personnellement je trouve ça super paradoxal. Précisément parce que je pense que la vie est très pluridimensionnelle, ce que je partage avec les polys c'est qu'ils sont polys et ce partage sur ce thème est important pour moi parce que je ne le trouve pas ailleurs. Mais ce n'est pas pour ça que sur plein d'autres choses j'ai plus d'atome crochus avec des polys qu'avec n'importe qui croisé dans la rue, ni même que l'avis des polys m'intéresse particulièrement. Et sur ces pleins d'autres choses j'ai d'autres cercles de soutiens et de discussion qui croisent ou pas le milieu poly.

Bien sûr ensuite avec beaucoup de poly croisé-e-s dans les cercles poly des relations humaines se créent et certain-e-s deviennent des ami-e-s et c'est autre chose. Mais du coup ce n'est plus parce qu'ils sont poly qu'ils m'intéressent mais parce que ce sont mes ami-e-s polys.

#

(compte clôturé)

le samedi 22 mars 2014 à 13h35

aimerplusieurshommes
J'adorerais un "café poly" où on se verrait pour parler de nos autres centres d'intérêt, pour mieux se connaître. Si ça vous dit aussi, je suis prête à l'organiser.

Je crois que sur les quatre ou cinq cafes poly' auxquels j'ai pu participer, il n'y a guere qu'au premier ou les relations non-exclusives ont ete mon sujet de discussion principal.

Les fois suivantes, je me suis rendu compte que j'y venais plus pour tenter de croiser les copains.

#

(compte clôturé)

le samedi 22 mars 2014 à 14h11

Les rencontres, les pique-niques et les évènements sur plusieurs jours (comme à la Grange) avec préparations en commun (spectacles, barbecues, etc...) permettent de mieux se connaitre d'une manière plus générale. Par contre, pour ce faire, il faut savoir libérer du temps.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion