Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quelles bases pour une vie de groupe réussie ?

(Hors sujet)
#
Profil

Geraldin-e

le jeudi 16 janvier 2014 à 22h39

Suite à des discussions intéressantes sur le fil de la Grange été 2014, je crée un fil spécial pour arrêter de "polluer" le fil Grange par des posts trop hors sujet.

Les débats ont commencé avec Eric_50 page 7 ici (+ page 8) :
/discussion/-MZ-/Sejour-et-Week-end-a-la-grange-et...

Le débat portait sur quels sont les éléments nécessaires, voire suffisants, pour qu'une vie de groupe (collectif, communauté, forme d'habitat groupé, etc.) soit vivable.
Le respect de chacun.e, le fait de ne rien imposer, ont été mis en avant.
Avec des questions sur la convergence, les limites de ce qu'on peut supporter, ce dont on a conscience ou pas, etc.

-> La suite ici donc

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

coquelicot

le jeudi 16 janvier 2014 à 22h43

Merci mon frére (+) <3 <3

#
Profil

coquelicot

le jeudi 16 janvier 2014 à 23h01

En fait vous soulevez enormement de questions auxquelles je n avais pas pensé .

C est vrai que se retrouver , tous unis ,tous actifs et bien motivés nous donne une image assez idyllique de la chose;

On ne pense qu a la vision du partage et de l effort commun;
Je suis bien consciente que c est l effet de l ambiance de féte , que pour la plupart on se connait on s "aime " et on a envie que ca continue .

Apres les doutes arrivent quand on se rend compte que ca ne "passe " pas forcement avec tout le monde que nous n avons pas tous les memes attentes de cette facon de vivre .

Qu apres certains "debordements" on se remet a douter des capacités des etres humains a vivre en bonne entente a perpetuité .

Je me dit aussi que certains essais dans le passé ne doivent pas m arretter que tout le monde n est pas bouché sur ses visions perso du partage .

Que par moments il me faut de la "solitude" au moins pour peindre et reflechir .

Mais par dessus tout le fait de consommer votre absence a tous apres des moments pareils , font pencher ma balance du coté de cette vie dont j ai révé et dont je reve encore.

Je continue donc de lire vos debats avec delectation , j ai un traducteur a la maison quand ca devient un poeu pointu , mais vous allez vite et loin ;

La lecture et la réflexion c est bien mais je prefere de loin le live donc il faudrait qu on organise un debat au fin fond de notre camapagne chez nous ,chez vous !!

Au plaisir de vous lire <3 <3

#
Profil

PolyEric

le jeudi 16 janvier 2014 à 23h13

A propos de devoir supporter des choses insupportables on mène cette fois le débat dans le sens inverse.

Autrement dit, est ce qu'on doit accepter toute personne qui respecte les autres ?

Personnellement, je pense que non.

Dans la mesure ou le plaisir de vivre en groupe vient du plaisir de vivre ensemble je ne vois pas comment on peut accepter les gens sur des critères. Pour moi, il faut faire les choses par affinité impalpable sans avoir à se justifier. Pour chaque nouvel arrivant, tous les présents doivent donner leur accord, avec éventuellement une période ou on apprend à se connaitre avant d'intégrer le groupe.

De même, quand deux personnes ne peuvent plus se supporter, il faudra bien faire des choix douloureux pour savoir qui doit partir. Pour moi, il peut même y avoir scission de groupe, ou création d'un second groupe, etc.

De toute façon, il y a aussi le problème de la quantité.

D'après les expériences à la grange, le nombre de 15 semble être une limite au delà de laquelle on profite moins des avantages d'être en groupe, donc il faudra bien créer plusieurs groupes si le nombre de participant augmente. Et il est alors encore plus intéressant de se regrouper par affinité et d'organiser les activités à part, pour que tout le monde puisse participer, non seulement les membres des groupes, mais aussi les personnes extérieures.

Pour résumé, je dirais que les convergences ne sont pas essentielles à la vie des groupes qui doivent à mon sens se construire par affinité, mais que les divergences trop marquées, étant mortelles pour le groupe, doivent absolument êtres prises en compte.

Du coup, tu peux considérer que tu n'as pas d'affinité avec les personnes qui ne convergent pas avec toi sur certaines idées. Une fois ton problème ainsi ramené sur le plan personnel, il n'y a plus d'obligation pour les autres de te suivre, donc tu peux très bien ne donner ton accord qu'aux nouveaux qui ont des points de convergence avec toi, tant que cette façon de déterminer ton accord ne constitue pas une divergence trop marquée avec les autres.

C'est comme ça que je le sens, mais j'avoue que je n'y ai pas réfléchit plus que ça.

#
Profil

coquelicot

le jeudi 16 janvier 2014 à 23h18

En fait il faut faire des CDD avec periode d essai !!!

#
Profil

coquelicot

le jeudi 16 janvier 2014 à 23h20

Il faut que je fasse de la convergence vers les divergences !

#
Profil

Leolu

le vendredi 17 janvier 2014 à 00h22

Eric_50
D'après les expériences à la grange, le nombre de 15 semble être une limite au delà de laquelle on profite moins des avantages d'être en groupe, donc il faudra bien créer plusieurs groupes si le nombre de participant augmente.

L'idéal serait donc plusieurs groupes, peu éloignés les uns des autres, mais ayant leur identité propre (complémentaires ?), chaque membre ayant la possibilité de passer librement de l'une à l'autre de ces "tribus".

- Pour diminuer les risques d'incompatibilité et avoir une solution de repli en cas de mésententes (solution décidée par le querelleur lui-même ou par la communauté en dernière limite).

- Mais aussi pour pouvoir jouer aux chinois MOSO (qui vivent chez leur mère et ont des amantes variées dans les villages voisins) ;)

C'est une réflexion que je m'étais faite il y a quelques temps, essayant de juger les sociétés individualistes et socialistes : le communautarisme n'a de réussite possible que sur des petits nombres. Au-delà, c'est soit la chienlit, soit la dictature. La nature humaine est ainsi faite...:-/

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 17 janvier 2014 à 00h35

Convergences ou pas convergences? Faut-il constituer une communauté sur des bases communes, ou bien laisser aux gens la possibilité de se regrouper par affinité?

Dans le premier cas (convergence) on est sûr que les valeurs de la communauté sont respectés, mais on risque de vite faire le tour, et de finir pour parler que à des gens que la pensent comme nous.

Dans le deuxième cas (divergence) on est exposés en continu à des nouvelles idées, mais on risque souvent de se trouver avec des gens que ne partagent pas notre avis.

Quel des deux choisir? Personnellement, je cherche la voie du milieu. J'ai essayé plusieurs fois des communautés fermées, pour à chaque fois en repartir avec une sensation de claustrophobie. Mon problème est que je cherche souvent plusieurs convergences, et que ces convergences différentes sont parfois incompatibles entre elles. Donc, je pourrai très bien m'intégrer dans une communauté basée sur le polyamour ou sur l'élevage des moutons, et au même temps me sentir très seul parce que dans ma petite communauté il n'y a pas d'amateurs de randonnée en montagne et de tartes à la crème.

Ce que m'intéresse dans une communauté n'est pas tant les convergences qu'il y a maintenant, mais le fait de pouvoir créer plusieurs convergences au gré de mes envies et besoins. C'est pour ça que j'ai besoin d'une communauté grande et variée!

C'est pas important pour moi d'aimer tous les 466'536 membres de ma communauté (je peux d'ores et déjà dire qu'il y en a au moins 5 ou 6 que je déteste cordialement), mais ce que m'intéresse est de pouvoir trouver au moins 10-15 personnes prêtes à converger avec moi sur un sujet de mon intérêt, et ça sans que je doive quitter ma communauté!

#
Profil

Plusssdamour

le vendredi 17 janvier 2014 à 09h07

C'est la diversité qui fait aimer la vie de groupe, si tous nous avons les mêmes intérêts pour les mêmes activités, au même moment, sur ! Au début ce sera bien, mais à la longue tous enfermés dans le même style de vie, cela devrait lasser...
je pense que la communauté est là pour nous faire connaître des idées, activités, styles de vie nouveaux à expérimenter, gouter, aimer... !

@ Le prince charmant..
Dans le deuxième cas (divergence) on est exposés en continu à des nouvelles idées, mais on risque souvent de se trouver avec des gens que ne partagent pas notre avis.

Oui et c'est bien, nous ne sommes pas des gens fermés, justement pourquoi ne pas s'ouvrir à de nouvelles idées que nous ne connaissons pas !!!

le monde est plein de personnes différentes et la divergence n'ouvre pas à la tolérance !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

coquelicot

le vendredi 17 janvier 2014 à 09h32

La tolerence n implique pas la souffrance !

Quand on sait l eviter ou la detecter on peut se l eviter !!

#
Profil

coquelicot

le vendredi 17 janvier 2014 à 09h52

En fait je pense qu on a pas tous conscience de nos capacités tant qu on a pas un pied dedans .

parler ecrire c est tout en suppositions quand a nos acceptations futures.

Quand on a vécu des experiences comme "la grange " ou des tentatives plus courtes on a deja testé du reel du concret;

On se rend compte qu il y a des possibilités mais que c est beaucoup plus pointu qu il n y parait;

Comment faire confiance a tous , accepter que les individus gardent leurs " defauts" qui a nos yeux en sont et a leurs yeux n en sont pas .

On peut dire que j ai confiance en l etre humain que cro magnon nous a prouvé que sa survie est due a la vie de groupe tout seul il se serait fait bouffer par les longues dents.

J en conclue que tant qu on a pas essayé tant qu on a pas un pied dedans on ne saura jamais si on peut le faire ,un peu comme la piscine ;tant qu on a pas plongé on ne saura jamais nager ....

Il me semble que la on a juste interet a garder la bouée pas trop loin pour s y raccrocher en cas de forte houle !!!!

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 17 janvier 2014 à 18h04

coquelicot
Que par moments il me faut de la "solitude" au moins pour peindre et reflechir .

On a tous besoin de ça...
pour se reconnecter à soit, lorsqu'on vie en groupe d'autant plus, pour ne pas se perdre dans le groupe, veiller à garder du recule sur la synchronisité...
car c'est grace à nos particularisées que l'on est, chacun, la valeur ajouté au groupe.

coquelicot
En fait je pense qu on a pas tous conscience de nos capacités tant qu on a pas un pied dedans .

En effet faut avoir 2 pieds dedans méme... :-) et voir au fur et à mesure, AG, plaignéres... etc
Je pense que la convergence qui nous a amener sur ce site c'est les amours pluriels, polyamour, amours libres quelque soit le mot, il sagit d'une remise en cause des normes relationnelles. De là je pense aussi que l'on est capable de remettre en cause toutes les normes... et ça c'est pas rien!
p t etre une piste... www.habitatparticipatif.net/restitution-jpo-2013/

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

PolyEric

le vendredi 17 janvier 2014 à 19h58

bodhicitta8
Je pense que la convergence qui nous a amener sur ce site c'est les amours pluriels, polyamour, amours libres quelque soit le mot, il sagit d'une remise en cause des normes relationnelles. De là je pense aussi que l'on est capable de remettre en cause toutes les normes... et ça c'est pas rien !

Ya de l'idée je trouve, oui. On aurait presque pu se rejoindre autour de la remise en cause des normes, mais finalement, ça ne me semble pas assez constructif.

Je crois que le seul moteur possible est le plaisir d'être ensemble, et comme tout le monde ne prend pas son plaisir au même endroit, il y a une tendance naturelle à se séparer.

coquelicot
Que par moments il me faut de la "solitude" au moins pour peindre et reflechir .

Ce besoin de se retrouver apparaît dans absolument toutes les discutions sur la vie de groupe.

Au point que je me demande si la solution ne serait pas de faire l'inverse, à savoir, rester chez soi, et se regrouper quand on en a envie, plutôt que de rêver à une vie de groupe de laquelle on peut s'extraire.

D'un point de vue financier, il faut dans les deux cas, avoir deux types de lieux. Des lieux communs et des lieux individuels. Je ne crois pas qu'on peut s'affranchir d'avoir ces deux lieux de vie, du moins quand on aime être en groupe.

Du coup, pour satisfaire le besoin, il suffit de créer des lieux communs, puisque la plupart des gens ont déjà un lieu personnel. On peut remarquer que chacun pense à construire un lieu personnel, mais que tout le monde oublie de participer à la création d'un lieu commun.

Il suffirait de réveiller ce besoin et cette nécessité d'investir personnellement dans son propre lieu commun (avec d'autre).

Le-prince-charmant
Ce que m'intéresse dans une communauté n'est pas tant les convergences qu'il y a maintenant, mais le fait de pouvoir créer plusieurs convergences au gré de mes envies et besoins. C'est pour ça que j'ai besoin d'une communauté grande et variée !

La société courante est une communauté grande et variée.

Le problème est plutôt de trouver facilement les gens près de chez soi, avec lesquels on peut converger sur une question bien particulière. Ce qui manque, c'est donc une sorte de site internet, qui cherche à faire correspondre les offres et les demandes de convergence. Pour ce faire, il faudrait au moins converger sur cette idée, et de se cotiser pour faire faire ledit site.

#
Profil

coquelicot

le vendredi 17 janvier 2014 à 20h09

Moi je pensai plutot a des sortes d "isoloirs "

1 pour aller bouder toute sseule dans mon coin

2 pour peindre sans etre critiquée

3 pour lire sans qu on dise ; bouh ce que tu lis c est de la m;;;;;

4 pour me cacher les jours ou je suis moche

5 pour manger mon chocolat en egoiste

Je n ai surtout pas envie de partager ma mauvaise humeur récurente en fait donc comme chez les moines des cellules meditatives !!!!

#
Profil

Geraldin-e

le vendredi 17 janvier 2014 à 20h28

@ Coquelicot,
Oui, faut arriver à ne pas laisser arrêter par les peurs et expériences du passé.

Oui, il faut impérativement de la solitude, tout comme il faut des moments que à deux, et d'autres à plusieurs, et d'autres avec tout le groupe.

C'est vrai qu'un débat en live c'est plus facile, à voir.

Oui c'est difficile à imaginer tant qu'on est pas dedans. Il y a toujours une différence entre ce qu'on raisonne dans nos têtes, et les réactions quand c'est du concret.
Mais parfois ça peut aussi être une heureuse surprise : plus facile que ce qu'on imaginait ?!

On est tous différent.es, ça c'est très bien, il faut s'habituer.
Après on a toustes diverses particularités plus ou moins problématiques (difficile à définir : tendances pathologiques objectives, obsessions diverses plus fortes que la moyenne). Là on ne pourra généralement pas se changer complètement (ce qui est plus ne serait sans doute pas bon), mais le jeu est de tenter de se transformer en partie, de rendre ça supportables pour soi et les autres.
Pour que ça marche, il faudra quand même faire des efforts de tous les côtés, être respectueux et bienveillants, ne pas être trop presser, ne pas se mettre des objectifs de fou, etc.
Le fait d'avoir des vies plus indépendantes que dans une communauté "intégrale" peut aider. Car on a plus de recul, et on n'est pas quasi tout le temps ensemble.

@ Eric_50
D'accord sur le fait qu'il faudrait des sortes d'affinité. Chacun.e aura sans doute sa conception de l'affinité. Ca reste en effet assez subjectif, et au feeling.
Oui en effet, des périodes d'essai, pour se tester mutuellement et tester cette vie.

Sur le nombre, tout dépend des modes de vie choisis, mais oui il y a des limites.
Donc Leolu a raison, ça peut être très bien d'avoir plusieurs groupes, avec des liaisons/passerelles.

S'il y a trop de divergences profondes (ne portant pas sur des détails du genre essuie-t-on la vaisselle ou laissons là sécher ?), alors il faut plusieurs groupes regroupant celleux où il y a le plus de convergences. En sachant que ça peut évoluer.

bodhicitta8
pour se reconnecter à soit, lorsqu'on vie en groupe d'autant plus, pour ne pas se perdre dans le groupe, veiller à garder du recule sur la synchronisité...
car c'est grace à nos particularisées que l'on est, chacun, la valeur ajouté au groupe.

Tout à fait. Un groupe de clones ne mènerait pas à grand chose !
Faut juste que nos particularités soient un peu maîtrisées pour que ça ne soit pas insupportable pour les autres.

Oui, une certaine prise de distance avec les normes semble très utile.

#
Profil

Geraldin-e

le vendredi 17 janvier 2014 à 20h41

@ Eric_50,
Le mieux est d'avoir plusieurs moteurs non ?, qui s'activent plus ou moins suivant les moments :
- plaisir d'être ensemble
- motivations économiques et écologiques
- satisfaction de chercher d'autres vies que le modèle standard, de contribuer donc à se rendre meilleurs individuellement et collectivement

Pour le système lieux persos + lieux communs, c'est ce qui se fait généralement dans les habitats groupés. exemple : www.ecoravie.org/ (logements indépendants pour une ou quelques personnes + maison commune, potager commun)
Mais on peut faire autrement quand même : si on a une chambre à soi + en permanence ou assez souvent une pièce pour bricoler/lire/peindre, etc., ça peut suffire je pense, surtout si on ajoute des promenades en solitaires, des visites et vacances seul.es ou en petit nb.

Donc ça dépend des souhaits et des possibilités matérielles.

Ce que je trouverais riche, c'est plusieurs lieux collectifs variés reliés dans un même réseau solidaire (débats, entraide, stages dans les lieux, possibilités d'en changer).

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 17 janvier 2014 à 20h50

coquelicot

et aprés tu feras des bétises juste pour qu'on te dise "dans ta chambre!"... <3

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

PolyEric

le vendredi 17 janvier 2014 à 21h19

Geraldin-e
Le mieux est d'avoir plusieurs moteurs non ?, qui s'activent plus ou moins suivant les moments :
- plaisir d'être ensemble
- motivations économiques et écologiques
- satisfaction de chercher d'autres vies que le modèle standard, de contribuer donc à se rendre meilleurs individuellement et collectivement

Je ne sais pas comment t'expliquer que ce n'est pas grave qu'on ne soient pas d'accord sur cette question. Moi je n'ai besoin que d'une seule motivation, celle d'aimer être ensemble, je me fou totalement du reste, (disons presque totalement).

Par contre, je n'arrive pas à comprendre pourquoi ça m'empêcherait d'avoir des points de convergence avec toi sur l'écologie, l'économie, la passion pour d'autres formes de vies.

Ces convergences seraient motrices pour toi, et ne seraient pas motrices pour moi, ce qui ne m'empêcherait pas du tout d'y participer activement, sur la base de l'intérêt et non pas sur la base d'un impératif. Je ne vois pas pourquoi ça nous empêche de faire quelque chose ensemble. Franchement, je ne vois pas.

C'est si chiant que ça, d'avoir des convergences avec toi ? Tu parles d'effort, que ça ne se fait pas tout seul, etc. Admettons. Mais avant d'être persuadé que du coup ça n'intéressera personne, pourrais tu le vérifier ?

Donne une exemple, qu'on rentre dans le vif du sujet.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 18 janvier 2014 à 10h49

Je pense aussi que mine de rien et qu'il nous en déplaise mais, la notion de "politique" compte aussi, ne serait se que les différentes formes de démocraties.
A savoir si dans le groupe (asso) on souhaite une organisation pyramidale ou horizontale.
Ce chois doit etre fait à la base, et peut constituer une autre convergence (dans le 2 éme genre d'organisation)

#
Profil

bodhicitta

le samedi 18 janvier 2014 à 15h29

Geraldin-e
Ce que je trouverais riche, c'est plusieurs lieux collectifs variés reliés dans un même réseau solidaire (débats, entraide, stages dans les lieux, possibilités d'en changer).

oui! ça y est je l'imagine ce réseau! de remontées d'infos de conseilles etc...
tout en faisant tourner une auberge cooperative et eu du monde au rez de chaussez pour de plus ou moins longues durées donc petite experience du collectif, je ne connais pas tout, un peu comme le polyamour je l'ai fait avant de savoir comment ça s’appelait, mais si tu me dis que ce réseau n'existe pas déjà, il y a un manque à combler...
Tu pensais p t etre aussi à un réseau "collectifpoly" :-D

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion