Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je débute...voici mon histoire et une question

Bases
#
Profil

Sappho

le lundi 24 juin 2013 à 11h23

Bonjour à toutes et à tous,

Je me suis inscrite ici il y a près de trois semaines mais ce n'est que maintenant que je décide de me lancer vraiment, de lancer une discussion.
A proprement parlé, je ne pratique pas encore le poly dans le sens où cela fait seulement un mois que j'ai "décidé d'arrêter" la polygamie.
Je n'ai pas de questions précises, j'aimerais d'abord vous partager mon cheminement de pensée, ce qui m'a amené à penser ça ou surtout de vouloir le vivre pour de vrai.

J'ai écris"décidé d'arrêter" car au fond je ne l'ai pas vraiment décidé, c'est un choix qui s'est imposé à moi. Aussi loin que je me souvienne, le concept du couple me paraissait comme quelque chose d’aberrant, dans le sens où sens où je concevais très bien l'amour et le désir mais l'idée du couple ne m'était pas évidente, C'est quelque chose qui m'a toujours dépassé et me dépasse encore (moins qu'avant- pour quelles raisons?).

Je n'ai pas grandi dans un cadre familial des plus d'ordinaires. Mes parents ont toujours été libres sexuellement et amoureusement chacun de leur côté. Cela fait plus de 40 ans qu'ils sont ensemble, je ne connais pas la nature de leur amour actuel, mais je sais que tous les deux ils ont vécu des passions amoureuses et sexuelles en dehors de leur couple, que cela m'a jamais paru extraordinaire, au contraire, pour moi c'est le couple exclusif qui me fascine. Le couple exclusif me fascine et m'attire dans le sens où tout serait tellement plus simple si je pouvais aimer, être amoureuse de et désirer la même personne à la fois pour une durée longue. Mais non, cela ne dure pas, et les trois arrivent rarement de façon simultanée.
Je m'explique.
Ma première relation date de 2009. C'était chouette au début: désir, amour etc, puis au bout de 7 ou 8 mois ça s'est essoufflé et ma copine du moment voulait aller voir ailleurs. J'avais accepté moi cette non exclusivité, je n'avais aucun problème avec celle-ci mais à cette période de ma vie j'avais peu confiance en moi, c'était ma première relation et dont l'amoureuse en question qui au départ était lesbienne s'était révélée bie avec moi. Ce fut difficile à encaisser, je sais que c'est bête mais sur le moment, j'ai eu mal. Je voulais continuer et éventuellement pouvoir voir ailleurs moi aussi mais elle voulait que je sois exclusive et elle poly. (Hum mais ça ne marche pas comme ça selon moi). Bref, nous avons rompu et ce fut une rupture difficile.
Qq mois plus tard j'ai rencontré une personne avec qui ce fut l'osmose sexuelle, on ne s'est pas dit en couple rapidement, d'ailleurs on ne voulait pas se définir comme un couple, du coup l'exclusivité n'avait pas lieu d'être. J'avais ainsi dès la première semaine pratiqué cette non exclusivité, et la personne en question n'avait pas apprécié alors qu'elle était à l'initiative de cette non exclusivité aussi. Au bout de quatre mois ça s'est arrêté parce qu'elle n'était pas prête à s'engager (je ne suis plus certaine des raisons, mais ça n'allait pas). J'étais amoureuse d'elle mais je ne l'aimais pas (je fais une différence entre l'amour amoureux et le fait d'aimer). Il reste en moi un sentiment d'inachevé encore vis à vis de cette relation. Cette personne là, que je côtoie encore suscite encore en moi du désir.

Puis j'ai eu quelques relations d'un soir de ou quelques semaines, et une de deux mois dans laquelle je m'étais embourbée je ne sais comment mais que je ne souhaitais pas.
C'est avec cette personne que j'ai parlé pour la première fois de façon claire et précise d'une relation ouverte sans en préciser les règles.
A vrai dire, le la "trompais" déjà avec une amie, et c'est au cours du 2e mois que nous avons décidé d'être libre. Mais j'ai rapidement mis fin à cette relation car même si j'appréciais cette fille, je n'étais pas amoureuse et je savais que je ne tomberai pas amoureuse (c'est une chose que je sais assez rapidement, je devine assez facilement la nature éventuelle de mes relations en rencontrant les personnes, comme si c'était instinctif.)

J'assimilais ainsi je ne sais comment le concept de couple ouvert au fait de ne pas avoir de sentiments. C'était il y a deux ans. A cheval avec cette relation, j'ai rencontré celle avec qui je suis restée deux ans.
Elle et moi, c'était évident. Où, comment, pourquoi j'en sais rien. C'était un coup de foudre. Je suis rapidement tombée amoureuse, je me suis dit que cette fois ci, je ne penserais plus à la non exclusivité mais Bam, au bout de 6 mois j'y pensais à nouveau tout en étant encore amoureuse d'elle. Je savais au fond de moi que malgré tout l'amour que j'avais pour elle je ne pourrais jamais être exclusive toute ma vie: d'une part sexuellement c'était clair et d'une autre part, au fur et à mesure de notre relation plus ou moins apaisée, je finissais pas m'ennuyer, mais ça n'allait pas sexuellement. Nous n'étions pas compatibles, pas d'osmose, pas de gestes évidents. Au début oui un peu puis très rapidement (trois mois?) j'ai vu que ça n'allait pas sexuellement. Et la sexualité est pour moi ESSENTIELLE dans une relation amoureuse. Je veux dire, j'ai besoin de n’emboîter à l'autre de façon évidente. Je ne sais pas comment expliquer.
Au cours de notre relation, j'ai été quelques fois attirée par d'autres femmes. Mais pas seulement attirée. En octobre dernier j'ai été fortement attirée par cette femme transgenre rencontrée à un festival. Ce n'était pas seulement un désir sexuel puisque je ressentais un fort élan de tendresse. Certaines personnes m'ont alors dit que c'était sans doute parce que ça n'allait pas forcément dans mon couple. J'en ai un peu marre qu'on me dise ça "si tu ressens ça c'est que ça ne va pas dans ton couple" - hors, certes ça n'allait pas dans mon couple pour une simple raison c'est que je me sentais devenir amère à cause de cette exclusivité qui me bouffait et me faisait me sentir coupable.
Je me demandais comment je pouvais l'aimer et être amoureuse d'une autre personne. Je me suis dit qu'il y avait quelque chose qui clochait chez moi. J'ai commencé à nouveau à parler de couple "libre" plutôt avec ma compagne en lui disant souvent que je ne serais pas exclusive toute ma vie, que c'était vain etc. que ça ne pouvait pas être autrement, mais elle restait avec moi en connaissance de cause. En fait, c'est à partir d'octobre dernier que je me suis dit que notre relation était vouée à l'échec car nous ne partagions pas du tout la même vision de l'amour et du couple mais je me refusais encore à y croire pensant que ça irait mieux une fois l'hiver terminé. Mais non. Puis au fut et à mesure, nous faisions moins l'amour, déjà, j'avais perdu une grande partie de ma libido et comme ma libido est source d'énergie, j'étais vraiment pas bien. J'ai vraiment parfois une peur de ne plus désirer l'autre parce que je sais que c'est essentiel pour moi. Ca ne m’obsède pas non plus, mais j'ai une tendance à être fataliste: je sais que ça dure pas et que pour moi ça ne se travaille pas. Plus de désir, plus de désir. En parallèle, mon amertume prenait le pas sur mon apaisement, et peu à peu, même si je l'aime encore, je suis détombée amoureuse, je me suis relevée.
Puis en mars,j'ai rencontré dans le cadre d'un autre festival une femme qui m'a tout de suite attirée.
Nous devions nous revoir mais nous nous sommes manquées à deux reprises. Puis en mai elle m'a renvoyé un email puis depuis nous vivons quelque chose.
Elle était en couple poly depuis le début mais il s'avère que la fille avec qui elle était n'a finalement pas été d'accord avec cette idée de poly au moment de passer à la pratique (c'est à dire quand elle m'a rencontrée). Elles ont rompu il y a peu.
De mon côté, j'ai fini par rompre il y a plus d'un mois pour ces raisons là: je ne veux plus de cette monogamie qui me bouffe et gâche mes relations. J'ai l'impression que ce genre de relations me rendent amère, peu satisfaite, aigrie. (de plus je 'lavais trompé le dernier mois avec une fille X rencontrée à une soirée pendant trois semaines= et c'est ce qui m'a poussé finalement à prendre cette décision de rompre)
J'ai conscience qu'une seule et même personne ne peut pas tout nous donner, qu'on ne peut pas et d'ailleurs qu'on n'a pas le droit d'attendre tout d'une seule et même personne, et qu'une seule personne ne peut pas susciter en tout toutes sortes d'émotions à la fois.
Ce n'est pas que j'ai besoin d'être avec plusieurs personnes, NON. Ce dont j'ai besoin c'est de la possibilité "d'être" avec plusieurs personnes. Me dire que même si je construis quelque chose, c'est à dire une jolie relation avec quelqu'unE, cela ne m'empêche pas de construire ailleurs quelque chose avec qqunE d'autre, ou de tomber amoureuse ailleurs, de baiser ailleurs, de ressentie ailleurs de l'amour, de la tendresse, du désir ou que sais-je.

Je sais bien aussi qu'en prenant cette décision car au fond j'aurais pu finir vieille et aigrie avec la même personne de façon exclusive, je mets le pied aussi dans d'autres difficultés. Je sais que le poly n'est pas juste une question d'herbe plus verte. Ca demande des remises en question permanentes et émotionnelles. Je remets depuis quelques années beaucoup de choses en cause de façon intellectuelle; là je touche à mon cœur et à mes tripes et je sais que ce n'est pas une chose simple mais pour le moment, ou dorénavant (on est jamais sûr de rien) je ne me vois pas vivre en couple (couple tel qu'on l'entend socialement) et je ne me vois pas exclusive. c'est juste pas possible; ce serait poursuivre une utopie...une illusion; et je ne veux pas vivre d'amour illusoire, de relation biaisée dès le début.

J'ai l'impression d'être plus sincère avec moi-même.
Maintenant, avec cette personne rencontrée en mars, avec qui je sens une symbiose sexuelle (en plus), je vis un truc. On ne veut pas nommer notre relation, ça me va comme ça. C'est cool, du coup je pars de façon sereine, tranquille, en confiance. D'autant plus qu'elle est partie de l'autre côté de l'océan pour deux mois et demie.

J'aurais juste une question: elle a rompu ya qq jours avec sa meuf qui ne ovulait finalement pas du poly et la seule question qui me traverse l'esprit c'est: elle m'en parle un peu, moi comment puis-je gérer ça.
D'un côté elle est vraiment mal vis à vis de cette rupture qu'elle vit de façon assez violente et d'un autre côté, elle pense à moi.
Moi, en face, je ne sais pas trop comment gérer ça, si vous avez des conseils pour ça, et même pour l'avenir.

Voilà

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout!

#
Profil

Len

le lundi 24 juin 2013 à 12h51

*

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Sappho

le lundi 24 juin 2013 à 13h13

Bonjour Len,

euh merci du conseil mais ce n'est pas le genre de réponses que j'attendais.

On est sur un site poly amour ici et il me semble que ta remarque aille complètement dans le sens inverse.

J'ai déjà ressenti/ partagé de l'amour et je considère justement que c'est encore plus beau d'avoir la possibilité de continuer à le vivre cet amour tout en vivant d'autres amours.

#
Profil

Trillian

le lundi 24 juin 2013 à 13h52

Sappho
Bonjour Len,

euh merci du conseil mais ce n'est pas le genre de réponses que j'attendais.

On est sur un site poly amour ici et il me semble que ta remarque aille complètement dans le sens inverse.

Ne fais pas attention à Len, ses remarques ne sont heureusement pas representatives de ce que peuvent penser les gens ici. Je n'ai malheureusement pas le temps de répondre a tes interrogations pour le moment, je n'ai même pas eu le temps de lire ton histoire jusqu'à la fin. Un peu plus tard je m'y mettrai serieusement!

#
Profil

Polyamour.info

le lundi 24 juin 2013 à 15h20

Len, si j'avais vu ton intervention avant que Sappho y réponde, je l'aurais supprimée ! C'est ce genre de réponses lapidaires et hors de propos qui nuit à la qualité du forum en ce moment, et notamment à l'accueil des nouveaux venus.

#
Profil

LuLutine

le mardi 25 juin 2013 à 17h04

Sappho
J'aurais juste une question : elle a rompu ya qq jours avec sa meuf qui ne ovulait finalement pas du poly et la seule question qui me traverse l'esprit c'est : elle m'en parle un peu, moi comment puis-je gérer ça.
D'un côté elle est vraiment mal vis à vis de cette rupture qu'elle vit de façon assez violente et d'un autre côté, elle pense à moi.
Moi, en face, je ne sais pas trop comment gérer ça, si vous avez des conseils pour ça, et même pour l'avenir.

En fait je ne suis pas sûre de comprendre ta question...

#

(compte clôturé)

le mardi 25 juin 2013 à 17h34

J'ai fait un mail en MP

#

(compte clôturé)

le mercredi 26 juin 2013 à 11h45

Je me plante peut-être mais il me semble que ta question c'est : comment gérer les confidences qu'on reçoit vis à vis des autres relations de ses partenaires ?
C'est effectivement un truc qui arrive relativement fréquemment dans un cadre poly. Et c'est vrai que c'est parfois délicat.
C'est délicat parce que :
- on n'a pas forcément envie d'en entendre parler même si on est ok avec le principe ; ça peut être douloureux, on peut ressentir des pincements de jalousie, ou bien se sentir indiscret et voyeur ;
- on se sent pris à partie, on a l'impression qu'on nous demande des conseils sur un truc où on est bien en peine d'en donner.

Chacun a sa technique pour gérer ça je crois. Moi je considère que si mes partenaires ont besoin d'une oreille, je suis aussi là pour ça, et quand je peux leur donner de l'empathie et de l'attention, je le fais. Mais j'essaie de ne pas forcer les confidences et aussi de me respecter moi-même : s'il y a des choses que je n'ai pas envie de savoir ou si je ne veux pas que mon partenaire me parle d'une autre personne quand il est avec moi, je le dis. Disons que j'essaie d'adapter.

Deux fondamentaux à garder en tête à mon sens :
- leur relation n'a rien à voir avec toi ; tu ne sais pas ce qu'elles vivent, tu n'es pas impliquée, donc tu ne dois pas t'impliquer personnellement ni intervenir (ça c'est le début des em...). Consoler, prêter l'oreille, éventuellement donner un conseil si il est directement sollicité, ok ; mais pas plus que ça.
- tu as le droit d'exprimer ta limite. Si ça te fait du mal d'entendre ça, ou si ça te met mal à l'aise, ou si tout simplement quand tu es avec elle tu as aussi besoin de moments un peu rien que vous deux sans interférence des autres, même virtuelle, dis-le.

Tout ceci est mon humble avis et mon expérience personnelle, d'autres te diront sans doute tout à fait autre chose :-)

#
Profil

Sappho

le mercredi 26 juin 2013 à 15h04

Bonjour,

Merci à toutes et à tous pour vos réponses : ) et en effet ma question principale était: comment gérer ou alors où se placer quand l'autre rompt avec son autre partenaire...?

Mais vous avez su m'éclairer : )

et je pense que c'est à elle et à moi de fixer nos limites...et j'irai donc à tâtonnement parce que je ne me connais pas encore dans ce type de relation...de configuration...mais merci bcp!

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 juin 2013 à 16h40

Si un partenaire se sent mal parce qu'il a rompu avec quelqu'un, je l'écoute et je suis là pour lui comme je le serais avec un(e) ami(e).

Je le réconforte du mieux que je peux mais comme le dit si bien Janis, ce n'est pas mon histoire et je n'ai pas à m'en mêler directement.

Etre à l'écoute sans être intrusive, en somme.

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 26 juin 2013 à 17h00

LuLutine
Si un partenaire se sent mal parce qu'il a rompu avec quelqu'un, je l'écoute et je suis là pour lui comme je le serais avec un(e) ami(e).

Je le réconforte du mieux que je peux mais comme le dit si bien Janis, ce n'est pas mon histoire et je n'ai pas à m'en mêler directement.

Etre à l'écoute sans être intrusive, en somme.

C'est quand même génial le polyamour : en monogamie, si un homme venait confier son désarroi affectif à sa femme parce que sa maîtresse l'aurait quitté, la réaction serait sans doute plutôt du genre : "Hé bien tant mieux ! c'est bien fait ! ça t'apprendra mon s****d !" ou "Mais comment oses-tu venir me dire ça à moi, ta femme ?!!! Tu crois que je vais te plaindre ?!!!". Eh bien non, en polyamour, c'est de l'écoute, du réconfort, de la non-intrusion.

Exactement ce que j'ai toujours souhaité — sans le savoir — d'une relation amoureuse : qu'elle soit aussi une profonde relation d'amitié ^^

Quand je pense qu'on nous qualifie d'immoraux...

#

(compte clôturé)

le mercredi 26 juin 2013 à 17h14

Quelqu'en soit la raison, nous sommes toujours à l'écoute de l'autre et essayons de conforter l'autre et si cela s'avère nécessaire de le consoler (parfois même sans demander pourquoi, qu'importe). C'est cela aussi aimer l'autre. D'ailleurs, il m'est arrivé que plusieurs personnes s'unissent pour mon bien ou aille dans le même sens pour que je surmonte des épreuves.

Je part du principe que l'on devrait pouvoir confier à son conjoint (et relation amoureuse autres) ce que l'on confierai à un ami, (voir à un "confesseur" religieux ou associatif).

Si la situation te désempare, tu as aussi le droit de l'exprimer "je ne sais pas quoi faire ou quoi te dire afin que tu ailles mieux".

#
Profil

aviatha

le mercredi 26 juin 2013 à 17h30

C'est quand même génial le polyamour : en monogamie, si un homme venait confier son désarroi affectif à sa femme parce que sa maîtresse l'aurait quitté, la réaction serait sans doute plutôt du genre : "Hé bien tant mieux ! c'est bien fait ! ça t'apprendra mon s****d !" ou "Mais comment oses-tu venir me dire ça à moi, ta femme ?!! ! Tu crois que je vais te plaindre ?!!!". Eh bien non, en polyamour, c'est de l'écoute, du réconfort, de la non-intrusion.
Je ne suis pas d'accord ! J'ai beau être monogame, il est arrivé à mon compagnon de se disputer avec elle, et j'étais surtout triste de le voir dans cet état. Et je trouve ça curieux, ce genre de généralités sur le couple sur un forum qui cherche justement à les combattre... Vous nous feriez pas un peu d'urticaire depuis que Len et Alps squattent le forum ? ^^

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 26 juin 2013 à 18h24

aviatha
C'est quand même génial le polyamour : en monogamie, si un homme venait confier son désarroi affectif à sa femme parce que sa maîtresse l'aurait quitté, la réaction serait sans doute plutôt du genre : "Hé bien tant mieux ! c'est bien fait ! ça t'apprendra mon s****d !" ou "Mais comment oses-tu venir me dire ça à moi, ta femme ?! !  ! Tu crois que je vais te plaindre ?!!!". Eh bien non, en polyamour, c'est de l'écoute, du réconfort, de la non-intrusion.
Je ne suis pas d'accord ! J'ai beau être monogame, il est arrivé à mon compagnon de se disputer avec elle, et j'étais surtout triste de le voir dans cet état. Et je trouve ça curieux, ce genre de généralités sur le couple sur un forum qui cherche justement à les combattre... Vous nous feriez pas un peu d'urticaire depuis que Len et Alps squattent le forum ? ^^

Oui, tu as parfaitement raison, j'ai honteusement généralisé, pardonne-moi. Bon, à ma décharge, je pense que tu es quand même un peu l'exception qui confirme la règle. D'ailleurs, tiens, je vais redéfinir la monogamie de façon à ce que tu ne sois plus monogame, na ! ^^ A partir d'aujourd'hui, je décide donc que la monogamie désignera une relation amoureuse entre deux personnes dont une au moins est exclusive de manière forcenée et virulente :D Voilà, à présent tu n'es plus monogame.
Plus sérieusement, même si tu es, il est vrai, très éloigné du stéréotype ci-dessus dépeint, il n'en demeure pas moins que tu nous as dit qu'au fond de toi tu ne souhaitais rien moins que la fin de leur histoire, et qu'en attendant, tu patientais douloureusement... Alors qu'un polyamoureux, normalement, et sauf s'il a un amoureux qui est dans une relation malsaine avec une autre personne, ne souhaitera jamais qu'il rompe. Au contraire, il se réjouira de le voir heureux.

Il est possible que je fasse de l'urticaire, mais Len et alps n'y sont pour rien. Comme je l'ai déjà dit, je suis en train de sortir d'une histoire qui m'a beaucoup fait souffrir avec une femme exclusive (entre autre truc qui ne collait pas). C'est sans doute une réaction post-traumatique...

#
Profil

aviatha

le mercredi 26 juin 2013 à 18h40

Tiens d'ailleurs, où tu en es de ton côté mon cher ?
C'est vrai que je le souhaite. Et à ma décharge lui aussi d'une certaine façon. Il ne se voit pas vivre ainsi éternellement, d'une part, et d'autre part, il sait qu'il veut vivre avec moi, et que j'ai cette limite-là, et que tôt ou tard il faire en sorte qu'elle soit respectée, comme je fais en sorte que la sienne soit actuellement respectée. Et puis je ne suis pas sûre de vouloir leur "rupture", pour moi cela représente une chose violente et brutale, et je ne veux pas qu'il soit brutalisé. Je voudrais que cela meurt, doucement sans bruit, sans faire de peine, sans presque s'en rendre compte, et ne pas blesser ni lui ni elle. C'est vrai que je le souhaite, et je sais aujourd'hui que je ne peux pas faire autrement. J'ai essayé, beaucoup, je ne peux pas.
Néanmoins, je pense que quand on est amoureux, que ce soit mono ou poly, il me semble étrange de vouloir de "manière forcenée et virulente" quelque chose qui abime l'autre, que ce soit couper complètement les ailes à un vrai poly, ou imposer la non-exclusivité à quelqu'un que cela heurte profondément. Et, je suis peut-être idéaliste, mais comme les monos représentent quand même la majorité du genre, j'ai du mal à croire que je sois une exception parmi eux, et que tant de gens soient si peu capables d'amour.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 juin 2013 à 18h42

aviatha
Je ne suis pas d'accord ! J'ai beau être monogame, il est arrivé à mon compagnon de se disputer avec elle, et j'étais surtout triste de le voir dans cet état.

En fait, tu es peut-être monogame, mais ta relation avec ton compagnon ne l'est pas !
Que tu le veuilles ou non, tu es dans une relation polyamoureuse, puisqu'il est polyamoureux et qu'il fréquente une autre personne (et ce serait aussi le cas s'il ne fréquentais que toi mais envisageait la possibilité de fréquenter d'autres personnes) !

L'expression "en monogamie", je la comprends pour ma part comme "dans une relation où l'exclusivité est la règle des deux côtés" (ou quelque chose d'approchant).

Même si tu expliques que c'est transitoire, de fait, tu as accepté pour l'heure une relation polyamoureuse. Tu n'es donc pas "en monogamie" actuellement dans cette relation !

#
Profil

aviatha

le mercredi 26 juin 2013 à 18h46

En fait, c'est une question dont nous avons pas mal débattu avec MetaZet, de savoir s'il était vraiment poly ou pas. Et nous avons vraiment de gros doutes. Donc techniquement, il fréquente une autre personne, mais est-ce que lui est poly... Bref. J'attends du coup moi par monogamie "relation où l'exclusivité est la règle ou la volonté des deux côtés". Et là, sachant que lui aussi aspire à cela, ça fonctionne ^^
Après, je trouve bizarre de dire "que tu le veuilles ou non" sachant que l'idée du polyamour se base sur la volonté, ou du moins l'accord conjoint ^^.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 juin 2013 à 18h54

aviatha
Après, je trouve bizarre de dire "que tu le veuilles ou non" sachant que l'idée du polyamour se base sur la volonté, ou du moins l'accord conjoint ^^.

Oui, j'y ai été un peu fort dans ma formulation.
Ce n'est pas "que tu le veuilles ou non" puisque tu as volontairement accepté cette situation.
C'est donc plutôt "parce que tu le veux".

Mais une fois que tu as accepté la situation, et à moins de demander à renégocier les termes du contrat (ce que l'autre peut refuser) tu te retrouves dans une relation polyamoureuse "que tu continues de le vouloir ou non".

Je ne savais pas que ton compagnon n'était pas polyamoureux, mais quand bien même, ça n'empêche que pour moi votre situation reste polyamoureuse (non-exclusivité ouverte et honnête).

#

(compte clôturé)

le mercredi 26 juin 2013 à 18h55

monogame : adj. 1- Qui n'a qu'un seul conjoint légitime 2- Qui se conforme au système de la monogamie (société monogame)
monogamie n.f. (gr. monos, seul et gamos mariage). Système dans lequel l'homme ne peut être simultanément l'époux de plus d'une femme et la femme l'épouse de plus d'un homme. (La monogamie s'oppose à la polyandrie et à la polygynie, les deux formes de la polygamie).

Voilà ce que dit le bon vieux dictionnaire que je possède.

Perso, je n'ai qu'un seul conjoint légitime, donc je suis monogame. Rien n'indique dans la définition que je ne puisse pas aimer d'autres hommes sans le cacher à mon mari. Bcp oppose monogamie et polyamour et bcp pensent qu'aimer = relations sexuelles obligatoirement.

Je vous invite à relire mon profil même succinct il est explicite et désormais me caractérise bien (monogame, monosexuelle et polyaffective). Mon mari est monogame, monosexuel et monoaffectif et malgré tout si je suis en difficulté affective il me console, même s'il en connait la cause. C'est déjà arrivé malheureusement pour moi.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 juin 2013 à 19h00

Euh, ici depuis des lustres on dit souvent "monogame" pour dire "monoamoureux" ou "monoaffectif".

Je reconnais que c'est un tort, mais si ça te gêne gcd68, remplace "monogame" par "monoaffectif". C'était le sens de mon propos en tout cas.

En France (et dans la plupart des pays occidentaux je pense), il n'est pas possible d'être polygame !
Donc on est soit célibataire (j'inclus dedans les veufs, divorcés et séparés) soit monogame !

Beaucoup de nos discussions sur ce site n'auraient absolument aucun sens si on les interprétait avec la vraie définition du mot "monogame".

D'ailleurs, il me semble qu'aviatha n'est pas mariée ni pacsée (?), elle n'est donc pas monogame, elle est célibataire !
A moins qu'elle ait déclaré vivre en concubinage par exemple, il me semble que c'est possible, mais c'est comme le mariage, on ne peut le faire qu'avec une seule personne, donc même topo : dans ce cas, elle est monogame.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion