Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le romantisme anticonformiste

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 novembre 2022 à 12h48

Le romantisme, c'est une question d'intensité et d'esthétique.
Ya des clichés parce que tout le monde réinvente pas le diner aux chandelles, et des clichés monos parce que, historiquement, la monogamie a souvent été racontée.

Ca demande des efforts quand on vit une vie amoureuse un peu hors-norme d'investir des formes qui semblent plus partagées que nos pratiques.
Mais on a nos intensités et nos envies de belles choses pour les incarner, alors l'effort en vaut... la ? la ?
Oui.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 novembre 2022 à 12h12

Le romantisme ? Vivre l'amour à sa façon, c'est l'essentiel. @Alabama : j'aime ta façon d'être et ta façon d'écrire tout ce que tu ressens. Bravo !

#
Profil

artichaut

le dimanche 20 novembre 2022 à 22h09

— petit aparté sur le romantisme —

Le romantisme pourtant est un mouvement artistico-philosophique du XIXème siècle. Et ce qui le décrit le mieux selon moi, c'est la passion : cette focalisation extrême sur une chose, une idée ou un être, qui nous fait oublier (voire mépriser) l'existence des autres choses/idées/êtres, qui peut parfois nous faire oublier (voire mépriser) notre propre existence, qui en tout cas concentre pour un temps toute notre attention, toute notre énergie, tous nos élans sur une chose. C'est une philosophie de la perfection (voire de la pureté) à tendance totalitaire (qui voit le tout en une seule chose, et tend à rejeter ce qui n'est pas cette chose).

Ce fut malheureusement le terreau du facisme (pardon Godwin). C'est aussi par lui qu'une forme de monogamie (quitte à être sérielle) a trouvé sa raison d'être.

J'ai perso un attachement affectif au romantisme parce qu'il m'a aidé a une époque à canaliser mes besoins passionnels, nourrir ma force vitale, décupler ma confiance en moi-même, voire à me guider partiellement pour trouver un sens à la vie.
Mais il m'a aussi transporté sur des pentes dangereuses, dogmatiques et oppressives.

Aujourd'hui, je considère le romantisme comme un genre de maladie addictive. Qui certes nous donne des sursauts de vie dans un monde à tendance morose, mais qui finalement tend à nous faire souvent plus de mal que de bien.

Par extension, le romantisme peut désigner dans le langage courant un certains nombres de pratiques associées au langage amoureux (la galanterie, les cadeaux ou les lettres d'amour), ou un type d'amour ("amour romantique") que d'autres nommeront passionnel, normé, exacerbé, conventionnel, Disney, etc. Mais c'est seulement par extension.


— mais revenons au sujet de ce fil —

Perso j'aime bien les petits attentions (mot doux, geste ou cadeau, etc) …quand elles sont personnalisées, détachées des conventions religieuses et sociales. Mais je ne rattache pas ça au romantisme.
Comme beaucoup de choses (la tendresse, le co-dodo, etc) le capitalisme à enfermé ces petits attentions dans la sphère de l'enfance ou de "l'amour amoureux". Je trouve ça fort dommage.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion